Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2015

Pornographie infantile, vol et drogue : autant de raisons de se faire renvoyer des Nations unies

Au siège du Gouvernement mondial des Illuminati/Satanistes, tout est possible ! Même combat que la CIA/Mossad !

Pornographie infantile, vol et drogue : autant de raisons de se faire renvoyer des Nations unies

31 oct. 2015, 13:45

https://cdn.rt.com/french/images/2015.10/article/5634b5a8c46188bd658b45da.jpg

© Mike Segar Source: Reuters

L’ONU rapporte que quatre membres de son personnel ont été renvoyés pour avoir sauvegardé et partagé des images de pornographie infantiles. Un autre de ses employés a subi le même traitement pour avoir transporté plus de 170 kg de marijuana.

Le 30 septembre, l’ONU a publié un rapport dénonçant le «comportement criminel» de certains de ses employés. Une enquête interne a révélé que quatre fonctionnaires avaient stockés des images pornographiques, dont certaines avec des enfants, sur leur ordinateur.


La direction a qualifié ces affaires d’«abus» de ressources informatiques car ces quatre employés sauvegardaient ces matériels sur leur ordinateur et dans leur messagerie professionnels. Quant au collaborateur de l’ONU renvoyé en relation avec un trafic de drogue, il a transporté 173 kg de marijuana dans un véhicule de l’organisation.

Le nom des personnes renvoyées, ni les dates des incidents répertoriés n’ont été communiqués mais on sait, en revanche, que le rapport dans lequel ces licenciements ont été annoncés couvre la période allant du 1er juillet 2014 au 30juin  2015.

Le but de ce rapport de 13 pages est d’informer les employés de l’ONU d’«exemples d’abus ordinaires et/ou de comportements criminels» au travail et des conséquences qui s’en suivent.

En plus des cas énumérés ci-dessus, les auteurs du rapport ont aussi inclus le vol, l’intimidation et la discrimination dans leur liste d’infractions les plus fréquents. Cette année, 12 cas de vol ou de détournements de fonds ont été répertoriés au sein de l’Organisation.

Un employé s’est fait prendre pour avoir revendu des pneus qui appartenaient à l’ONU. Un autre fonctionnaire a présenté de fausses informations afin de recevoir une subvention d’éducation. L’organisation a aussi remarqué qu’un de ses employés travaillant dans la sécurité d’un aéroport s’était emparé sans autorisation de 2 200 dollars qui se trouvaient dans les bagages d’une personne voyageant sur un vol des Nations unies.

Lire aussi : des casques bleus achèteraient des relations sexuelles avec de la nourriture

 

 

Petite banniere 400x50

 

20:11 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique, ONU, OTAN, USA, Israël | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

25/10/2015

Propagande climatique : bientôt l'apocalypse, c'est sûr... sauf avec notre pognon, heureusement

Propagande climatique : bientôt l'apocalypse, c'est sûr... sauf avec notre pognon, heureusement

COP21 : le climat va bien, merci pour lui !

István E. Markó
Contrepoints
ven., 09 oct. 2015 06:13 UTC

 

Image

Comment le GIEC a organisé un gigantesque transfert d'argent de tous les citoyens vers quelques bénéficiaires...

À l'aube de la Conférence internationale sur le climat de Paris (COP21), les déclarations alarmistes se succèdent à un rythme effréné, entretenu par la colossale machine de propagande de l'ONU. Rien ne nous est épargné, ni la sècheresse et les feux de forêts en Californie, ni le dernier ouragan traversant l'Asie. Tout événement météorologique pouvant inquiéter un tant soit peu le public est immédiatement relié au changement climatique anthropique.


Commentaire : Ah oui, à propos de la sécheresse californienne... : Selon la NOAA, la sécheresse en Californie n'est pas due au « réchauffement climatique »


Dans une récente interview sur La Première (RTBF), le vice-président du GIEC (Groupe Intergouvernemental pour l'Étude du Climat), le Professeur Jean-Pascal van Ypersele, n'a pas hésité à nous promettre l'apocalypse finale : des sécheresses et des pluies extrêmement intenses, des récoltes de céréales en chute libre, une montée catastrophique du niveau des océans... et de blâmer le CO2 produit par l'homme. Et d'exiger que l'on arrive à une décarbonisation totale de notre société d'ici 2100 ! Sinon, la température de la Terre augmentera de plus de 2°C, niveau au-delà duquel une fin atroce nous attend.

Cette déclaration n'émeut pas notre vice-président qui poursuit : « Si on continue le train de développement actuel sans rien modifier, nous arriverons probablement à +4 ou + 5° de plus et ce sera catastrophique pour bien des populations ». De nouveau, il semble ignorer (?) que de nombreuses publications scientifiques récentes revoient à la baisse l'impact du réchauffement dû au doublement de la quantité de CO2 atmosphérique. Le Pr Jean Jouzel, également vice-président du GIEC, affirmait récemment que le réchauffement observé de la Terre était de l'ordre de 0,01°C par an ! D'ici 2100, la Terre verrait sa température augmenter de 0,85°C si rien ne changeait. On est loin, très loin, des +2°C politiques et des +4 à +5°C extravagants issus des modélisations les plus folles.

La non-fiabilité des modèles climatiques a été clairement dénoncée par Hans von Storch, l'un des plus éminents climatologues allemands, qui n'hésite pas à déclarer : « Les modèles climatiques sont faux à plus de 98% ! » Et pourtant, ce sont les résultats erronés de ces modèles non fiables qui servent de base de travail aux décideurs politiques.


Commentaire : A voir l'état de la science moderne et l'état de corruption généralisé des esprits, est-ce vraiment étonnant ? :

- Corruption de la science : la falsification des évaluations par les pairs
- Corruption de la science : collusions entre chercheurs et industriels
- Corruption de la science : John Ioannidis dénonce l'inutilité de nombreux travaux scientifiques


Le coupable est, évidemment, le CO2 émis par l'homme, et uniquement celui-là. Rappelons qu'il n'y a aucune preuve scientifique de l'influence du CO2 sur la température du globe. Au contraire, toutes les études indiquent que, durant les 400.000 dernières années, la variation de la concentration en CO2 atmosphérique a toujours suivi les fluctuations de la température, jamais l'inverse. Tandis que la quantité de CO2 émise par l'homme ne cesse de croître depuis l'ère industrielle, un refroidissement climatique important a été observé de 1942 à 1975, menant certains à prédire l'imminence d'un nouvel Âge Glaciaire. Depuis presque 19 ans, la température moyenne de la Terre n'a pas augmenté d'un iota. Durant cette période, 1/3 du CO2 produit par l'homme a été émis dans l'atmosphère. Si le CO2 avait un effet quelconque sur la température, nous l'aurions déjà observé, non ?


Commentaire : Tremblons face au méchant CO2 ! :

- Propagande climatique : Pauvre CO2 !
- Réguler le CO2 est une pure absurdité selon un physicien allemand
- Petite fabrique d'un rechauffement climatique


Toutes les prédictions effectuées par les climatologues modélisateurs se sont toujours révélées erronées. Toutes, sans exception !

Le nombre et la violence des ouragans a diminué au lieu d'augmenter, les glaces en Antarctique ne cessent de croître depuis près de 30 ans, la banquise arctique qui devait disparaître depuis 2008 est toujours là et elle récupère admirablement, la vitesse de montée des océans a fortement diminué, les ours polaires qui étaient en voie de disparition ont vu leur population multipliée par 7 depuis 1970 et la planète a verdi de 21%, en partie grâce à la croissance du taux de CO2 atmosphérique.

Au contraire des affirmations du Pr van Ypersele : « Dès 1° de plus, la production de céréales comme le blé ou le riz est menacée », de nombreuses études effectuées en champ et sous serre montrent que le blé et le riz prospèrent lorsque le taux de CO2 dans l'atmosphère et la température augmentent (jusqu'à 600 ppmv et +3°C) ! Signalons qu'il existe aussi de multiples variétés de blé et de riz résistantes à ce type de stress.

Quant aux énergies renouvelables, prônées par le vice-président du GIEC, elles ne sont pas compétitives avec les énergies fossiles et nucléaires. Sans les gigantesques subventions étatiques payées par les contribuables, ces énergies intermittentes au coût exorbitant n'auraient jamais vu le jour. Pourtant, il s'obstine à recommander ces solutions inopérantes qui, non seulement appauvrissent la population (plus d'un million d'Allemands sont incapables de payer leurs factures énergétiques) mais risquent de renvoyer à la pauvreté un nombre croissant de nos frères humains. Le scandale du transfert des taxes des pauvres vers les plus nantis, qui peuvent se payer des panneaux solaires et des Tesla S, des compagnies électriques qui s'enrichissent grâce aux certificats verts, et des banques qui prennent au passage leur obole, n'a que trop duré. Le GIEC a organisé, avec la complicité de certains politiques, un gigantesque transfert d'argent de tous les citoyens vers quelques heureux bénéficiaires. C'est une honte éthique... Le pire est que cela a été orchestré par des partis de gauche.

Qu'il est triste que la climatologie, cette jeune et belle science, soit ainsi dévoyée à des visées politiciennes et au dogmatisme idéologique.

 

23/10/2015

La Chine aide la Russie à débloquer la Crimée

Bravo à la Chine et à la Russie !

Bien évidemment, les pourfendeurs des droits de l'Homme ONU/US/UE et Cie, trouvent normal après le coup d'état orchestré à KIEV par leurs bons soins, et l'adhésion légitime de la Crimée à la Fédération de Russie, de faire supporter les sanctions à la Russie et de priver la Crimée de moyens financiers et de l'énergie électrique pour se chauffer et s'éclairer, tout en autorisant KIEV à continuer à exercer ses menaces sur la Crimée. 

Par contre les USA continuent à aider le régime Nazi de KIEV !

Ambassade ukrainienne aux USA: Washington poursuivra son soutien à Kiev
10:51 23.10.2015

  • Président de l'Ukraine Petro Porochenko a rencontré US Air Force

Malgré le veto que Barack Obama a mis au projet de budget de la Défense américain, l'aide des Etats-Unis à Kiev, notamment militaire, se poursuivra, affirme l'ambassade d'Ukraine à Washington.

Livraison d'armes à l'Ukraine

Le pont entre la Russie et la Crimée bientôt mis en service ?

Le pont du "chemin de la vie" qui reliera bientôt, la Russie à la Crimée pour éviter les sanctions et les représailles de Kiev !

La Chine aide la Russie à débloquer la Crimée

Tandis que la Russie est en train de construire le pont du détroit de Kertch pour assurer la communication terrestre (routière et ferroviaire) entre la Crimée et la Russie continentale, la Chine débloque les systèmes financier et énergétique de la péninsule, et tout ceci sans mot dire !

 

http://img.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L300xH167/pont_fragment-2-7d5cb.jpg

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pont_du_d%C3%A9troit_de_Kertch

http://ru.wikipedia.org/wiki/Мост_через_Керченский_пролив (en russe, beaucoup plus détaillé)

La présentation vidéo du futur pont du détroit de Kertch :

 

Cartes de paiement

La Chine aide la Russie à débloquer la Crimée

Bien que l’économie de la République de Crimée soit parfaitement intégrée dans celle de la Russie, les habitants de la péninsule et surtout les touristes qui y arrivent ont des problèmes : dès fin décembre 2014 leurs cartes Visa et MasterCard ne sont pas valables sur ce territoire, grâce aux sanctions des États-Unis contre la Crimée.

http://www.bbc.com/russian/international/2014/12/141226_visa_mastercard_crimea

Le système national des cartes de paiement (NSPK) qui vient d’être adopté en Russie, ne peut pas résoudre ce problème, car n’importe quelle banque russe connectée à Visa ou à MasterCard, une fois qu’elle effectuerait une seule opération de paiement en Crimée, même moyennant NSPK, en serait instantanément déconnectée.

https://ru.wikipedia.org/wiki/Национальная_система_платёжных_карт

http://d-russia.ru/nspk-krymu-poka-ne-pomozhet.html

Mais voici une nouvelle toute chaude, de ce 20 octobre : le système chinois de cartes bancaires China UnionPay (CUP), accepté en Russie depuis septembre 2013 (et en France depuis 2006), se met à fonctionner sur la péninsule !

http://www.politnavigator.net/kitajj-prorval-zapadnuyu-blokadu-kryma.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/China_UnionPay

http://ru.wikipedia.org/wiki/China_UnionPay

Vers le début 2015 ce système CUP qui a émis dans le monde entier 4 milliards de cartes bancaires, est parvenu au premier rang mondial en volume brut de transactions, ayant dépassé le Visa. Donc désormais pour les Criméens il prend la place de Visa et de MasterCard bannis de la péninsule.

Alimentation en énergie

Le projet d’indépendance énergétique de la Crimée comprend, entre autre, le mouillage sous le détroit de Kertch. Mais la Russie ne produit pas de câble sous-marin à 220 kV qui est nécessaire pour ce pont énergétique, et elle ne peut acheter non plus ce câble en Europe ou en États-Unis grâce aux sanctions imposées.

En mars 2015 la Russie a trouvé le fournisseur du câble en Chine : ce fut Jiangsu Hengtong HV Power System (HTGD). Le contrat de 5 milliards roubles a été conclu.

http://www.kommersant.ru/doc/2718391

Le 11 octobre le navire-dérouleur chinois JIAN JI 3001 est entré à un des ports de Kertch. La société propriétaire du navire est Shanghai Foundation Engineering Group Co., Ltd, spécialiste en construction des ponts, des tunnels et des voies ferrées. De fait c’est une subdivision de la Shanghai Urban Construction Corporation (SCG) qui a érigé presque tous les bâtiments de la ville Shanghai, l’une des plus grandes mégapoles du monde.

Le navire a pris soin d’atteindre le port de Kertch en cachette, pour ne pas produire d’esclandre, ayant légèrement changé (par mégarde, bien sûr) son numéro de bord, de sorte qu’il a été pris pour un bateau de pêche. De plus, son système d’identification automatique (SIA) s’est avéré débranché (suite à un endommagement, sans doute). Quoi qu’il en soit, en dehors du personnel à bord il a amené 60 spécialistes en déroulage et mouillage, tout aussi chinois, qui ont déjà reçu (par pure coïncidence) l’autorisation de la part du Service fédéral russe de migration de travailler en Russie. Le câble, lui, est arrivé par le chemin de fer.

Moyennant ce câble sous-marin, vers décembre 2015 la Crimée recevrait de la part de la Russie continentale de 300 à 400 MW, vers l’été 2016 - environ 850 MW, ce qui égalerait l’énergie provenant actuellement de l’Ukraine (qui n’en finit pas de menacer d’effectuer le blocus énergétique de la Crimée).

http://antifashist.com/item/kitajcy-rvut-energeticheskuyu-blokadu-kryma-ukraina-protestuet.html

Documents joints à cet article

La Chine aide la Russie à débloquer la CriméeLa Chine aide la Russie à débloquer la Crimée

 

22/10/2015

Moscou double la mise avec Washington (P. Escobar)

Voir aussi : Chine : Washington envoie des navires militaires en mer de Chine, Brics et nouveau système de paiements

Moscou double la mise avec Washington (P. Escobar)

Publié le par Olivier Demeulenaere

pepe escobar

Article de Russia Today traduit par le Saker.

L’histoire dira peut-être que le Nouvel ordre mondial a commencé le 28 septembre 2015, lorsque le président russe Vladimir Poutine et le président des USA Barack Obama ont tenu une réunion face à face de 90 minutes aux Nations Unies, à New York.

moscou-washington-pepe-escobar

Indépendamment du baratin à propos de la réunion – productive selon la Maison-Blanche, tendue d’après une source proche du Kremlin – les résultats sur le terrain n’ont pas tardé à s’accumuler.

Poutine a pressé Obama d’amener les USA à se joindre à la Russie au sein d’une véritable grande coalition pour détruire une fois pour toutes EIIL/EIIS/Da’ech. L’administration Obama s’est encore dégonflée. J’ai expliqué ici ce qui s’est ensuite passé : un revirement monumental à l’échelle du Nouveau Grand Jeu en Eurasie, sorti tout droit de la mer Caspienne, qui a pris totalement au dépourvu la farandole d’acronymes que constituent les services secrets des USA, sans oublier le Pentagone.

C’était le premier message de Poutine adressé à Washington, plus particulièrement au combo Pentagone/Otan. Votre idée lumineuse d’installer des armes nucléaires tactiques ou d’étendre votre défense antimissile en Europe de l’Est, ou même en Asie-Pacifique, n’est qu’un mirage. Nos missiles de croisière sont capables de faire d’énormes ravages et bientôt, comme cet article l’indique, s’ajouteront à l’arsenal d’autres missiles à longue portée hypersoniques de haute précision.

Mais les vieilles habitudes ont la vie dure et restent indéfiniment dans un état comateux. Confronté à la réalité lancée à partir de la mer Caspienne, le Pentagone a réagi en parachutant des armes légères à un groupe restreint de leaders et à leurs unités triés sur le volet, autrement dit aux fameux rebelles modérés insaisissables. Les armes seront inévitablement capturées par des brutes salafo-djihadistes de tout acabit en moins de deux.

Le gouvernement britannique a ensuite été obligé de réfuter un reportage du Sunday Times contrôlé par Robert Murdoch, selon lequel les avions Tornado britanniques se trouvant en Syrie sont maintenant équipés de missiles air-air pour contrer les attaques aériennes possibles de la Russie.

Et pour couronner le tout, les proverbiaux experts-militaires-de-service qui ont envahi les médias institutionnels aux USA ont commencé à bonimenter que nous sommes à trente secondes du déclenchement de la Troisième Guerre mondiale.

Le plan nucléaire de Glazyev

En pleine crise d’apoplexie, le Pentagone devra prendre le temps d’absorber la nouvelle réalité militaire sur le territoire syrien (et dans les cieux). Ce qui n’aidera en rien le désespoir total affiché par les Maîtres de l’Univers de l’axe Washington/Wall Street, qui grattent par tous les moyens le prurit causé par le partenariat stratégique sino-russe afin d’en venir à bout. Tout un exploit lorsqu’on constate que le Pentagone n’est pas encore sorti de la Deuxième Guerre mondiale avec ses armes, ses navires et ses porte-avions gigantesques, qui sont tout autant de cibles faciles pour les nouveaux missiles russes [et chinois, NdT].

Mais il y a aussi un second message adressé à Washington, non dit celui-là, que Poutine n’a pas senti le besoin de livrer en personne à Obama. Les services secrets des USA en ont peut-être une petite idée, s’ils suivent de près les médias russes.

serguei-glaziev

Ce message concerne le plan de Sergey Glazyev (assistant du président), qui porte sur l’avenir économique à court terme de la Russie, dont voici le résumé en russe [et la version complète en français, NdT]. Le plan a été officiellement proposé au Conseil de sécurité de Russie. Ce qui suit donne une bonne idée de la façon de fonctionner du Conseil de sécurité de Russie.

Au moins trois points absolument essentiels dans le plan de Glazyev. Nous pouvons les résumer comme suit :

1. Si la nouvelle tendance consistant à geler les actifs privés des entités juridiques russes se poursuit, la Russie devrait songer à imposer un moratoire complet ou partiel sur le service de la dette et les investissements des pays qui imposent ces gels.

2. Le montant des avoirs en devises étrangères de la Fédération de Russie se trouvant sur le territoire des pays de l’Otan s’élève à plus de 1 200 Mds de dollars, ce qui comprend des actifs à court terme d’environ 800 Mds de dollars. Le gel de ces avoirs pourrait être partiellement compensé en usant de rétorsion contre les avoirs de l’Otan en Russie, qui s’élèvent à 1 100 Mds de dollars, dont des actifs à long terme de plus de 400 Mds de dollars. La menace serait donc neutralisée si les autorités monétaires russes organisaient un retrait rapide des actifs à court terme russes aux USA et dans l’UE.

3. Glazyev n’accepte absolument pas le fait que la Banque centrale russe continue de servir les intérêts du capital étranger, c’est-à-dire des puissances financières à Londres et à New York. Il soutient que les taux d’intérêt élevés imposés par la Banque centrale russe ont amené les oligarques à emprunter à moindre coût en Occident, rendant ainsi l’économie russe dépendante. L’Occident s’est servi de ce piège de l’endettement pour exercer une lente pression sur la Russie. L’effondrement du pétrole et du rouble manipulé par l’Occident a ensuite permis d’augmenter la pression, en doublant les coûts du service de la dette en roubles et les intérêts.

Ce que Glazyev propose pour l’essentiel, c’est ceci : Moscou doit prendre le contrôle total de sa Banque centrale pour empêcher les spéculateurs de transférer leurs crédits à des fins non productives. Moscou devrait aussi exiger des contrôles monétaires. Enfin, Moscou doit créer un organisme central de recherche technologique pour compenser la perte de la technologie occidentale, en adoptant la méthode étasunienne qui consiste à intégrer dans le marché de consommation les technologies mises au point dans le cadre de recherches militaires centralisées qui peuvent être commercialisées.

La réalité, c’est que la Russie n’a plus accès au crédit occidental et qu’elle ne peut refinancer sa dette avec ses créditeurs. La Russie devra donc s’acquitter du principal et des intérêts de sa dette lorsqu’elle arrivera à échéance. La somme s’élève à $1 000 Mds de dollars plus les intérêts. La Russie ne peut importer quoi que ce soit de l’Occident sans avoir à payer le double du prix. Le pays est probablement dans la même position qu’il serait si Moscou optait pour un défaut de paiement. La Russie n’aurait rien à perdre en procédant ainsi, puisque le mal est déjà fait.

Un choc pour le système

Pour l’essentiel, le défaut de paiement d’une dette russe de plus d’un trillion de dollars auprès d’intérêts privés occidentaux demeure un scénario possible qui a été abordé au plus haut niveau, si jamais Washington persiste dans sa campagne de diabolisation de la Russie.

Il est clair que l’étranglement que ressent la Russie est moins lié aux sanctions qu’à l’emprise qu’exercent les puissances financières occidentales sur la Banque centrale russe. Cette dernière a créé un piège de la dette en maintenant ses taux d’intérêt élevés en Russie pendant que l’Occident prêtait à des taux d’intérêt plus avantageux.

Il va sans dire qu’un tel défaut de paiement, s’il venait à se produire, ferait s’effondrer le système financier occidental au complet.

C’est qu’il faut toujours regarder la situation dans son ensemble. La saga Syrie/Ukraine/sanctions se poursuit parallèlement au rapprochement russo-chinois et à une intégration plus étroite des pays du BRICS, ce qui modifie l’équilibre du pouvoir géopolitique. Pour les Maîtres de l’Univers, c’est la malédiction suprême. Ce qui explique, par exemple, le règlement au comptant par leurs sbires à Wall Street pour faire monter le cours des actions chinoises de catégorie A à des sommets intersidéraux, et ensuite tenter un krach boursier en procédant à revers, comme en 1987.

La Chine est en voie d’établir son propre système de paiement SWIFT, qui s’ajoute à toutes ces nouvelles institutions internationales dont elle assure la direction et qui échappent au contrôle des USA. La Russie, pour sa part, vient d’adopter un projet de loi qui rendra possible la saisie d’actifs étrangers si des actifs russes en Occident sont saisis. Comme le soulignait Glazyev, les investissements de l’Occident en Russie et les investissements de la Russie en Occident sont plus ou moins équivalents.

Les Maîtres de l’Univers pourraient continuer à exiger le recours à des armes financières de destruction massive. La Russie, sans mot dire et par une démonstration sans équivoque à partir de la mer Caspienne, leur fait savoir qu’elle est prête à répondre à tout scénario qu’ils pourraient envisager.

Pour terminer sur une note moins apocalyptique, allons-y d’une petite blague très populaire à Moscou ces jours-ci, qu’a reprise William Engdahl. Poutine est de retour au Kremlin après sa réunion avec Obama à New York. Il dit à un assistant qu’il a invité Obama à une partie d’échecs. Il explique ensuite comment cela s’est passé : «C’est comme jouer avec un pigeon. Il a commencé par faire tomber tous les pions, a chié sur l’échiquier puis s’est pavané comme s’il avait gagné

Pepe Escobar, Russia Today, le 15 octobre 2015

Traduit par Daniel, relu par jj et Diane pour le Saker francophone

Quelques rappels :

La Russie défie ouvertement les Etats-Unis en Syrie

La Russie précipite l’abandon de SWIFT par les BRICS

 

Petite banniere 400x50

 

16:07 Publié dans ONU, Poutine, Moscou, Russie, USA, Israël | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

La Russie veut une ONU plus équitable et critique l'Occident de positions «usurpatrices»

Quelques vérités dites à l'ONU par l'ambassadeur russe à l'ONU !

La Russie veut une ONU plus équitable et critique l’Occident de positions «usurpatrices»

21 oct. 2015, 13:26

 Vitali Tchourkine

L’ambassadeur russe auprès des Nations unies a accusé les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France de tenir à eux trois les positions clés de l’ONU. Il a encore reproché aux Etats-Unis d’abuser de leurs pouvoirs en tant que pays hôte de l’ONU.

«On ne peut pas considérer comme normal de nous trouver dans une situation où trois positions clés, secrétaire général adjoint, opérations de maintien de la paix, affaires politiques et affaires humanitaires, sont pratiquement usurpées par trois pays», a déclaré Vitali Tchourkine, ambassadeur de Russie auprès des Nations unies lors d’un discours devant le Conseil de sécurité de l’ONU.

L’ambassadeur russe a appelé à rendre l’ONU plus équitable en faisant tourner les postes clés entre tous les Etats-membres, notamment celui de secrétaire général de l’ONU. Le secrétaire général actuel, Ban Ki-Moon, quittera ses fonctions d’ici la fin de 2016.

Le secrétaire général adjoint permanent aux opérations de maintien de la paix est un Français, comme le veut la tradition, et c’est Hervé Ladsous qui occupe ce poste pour le moment. Celui des affaires politiques revient aux Etats-Unis, et c’est actuellement Jeffrey Feltman qui en a la charge. Enfin, les affaires politiques et humanitaires échoient traditionnellement au Royaume-Uni, et c’est actuellement Valerie Amos qui occupe cette position.

Le diplomate russe a ajouté que le processus de décision de l’ONU est à la peine, parce que plusieurs Etats-membres du Conseil de sécurité recourent aux sanctions avant d’examiner les solutions pacifiques à disposition. «L’effectivité de telles décisions laisse encore beaucoup à désirer. Elles mènent à l’aggravation des crises», a souligné Vitali Tchourkine.

Il a également souligné que tous les efforts développés en vue d’abolir le droit de véto menaceraient le travail de l’ONU, parce que c’est «une des dispositions de la Charte qui incite les membres du Conseil de parvenir à un consensus».

«Il est évident que ceux qui ne veulent plus du droit de veto cherchent à instituer une majorité mathématique au sein du Conseil», a fait remarquer Vitali Tchourkine.
Ces commentaires interviennent après les efforts qu’a déployés la France, plus tôt cette année, pour faire adopter un nouveau règlement qui impliquerait que les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (la Russie, les Etats-Unis, la Chine, la Grande-Bretagne et la France) ne s’engageront pas à utiliser leur droit de véto dans des situations où des crimes de masse ont été perpétrés.

L’ambassadeur russe d’auprès l’ONU a également reproché aux Etats-Unis d’abuser de leurs pouvoirs en tant que pays hôte de l’Organisation des Nations unies. Il a notamment accusé Washington de partialité dans le processus d’approbation des visas et de refuser d’écouter et de coopérer avec plusieurs requêtes de l’ONU.

«Un tel comportement des Etats-Unis est un abus de leur position en tant que pays hôte de l’ONU, et c’est un gros manque de respect de la direction du Secrétariat. Nous demandons la fin de cet arbitraire», a déclaré le diplomate.

Vitali Tchourkine a indiqué que les Etats-Unis avaient imposé des sanctions contre des «Etats nouvellement indépendants», tels que l’Ossétie du sud et l’Abkhazie.

En savoir plus : Russie : le droit de veto russe à l’ONU est un instrument crucial pour éviter les désastres