Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2015

Vladimir Poutine à la COP21 : « La Russie a permis de ralentir de près d’un an le réchauffement global »

Vladimir Poutine à la COP21 : «La Russie a permis de ralentir de près d’un an le réchauffement global»

Le Courrier de Russie

Intervenant lors de la Conférence mondiale de Paris sur le climat, lundi 30 novembre, le président russe a mis l’accent sur les efforts de la Russie en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

Vladimir Poutine à la COP21 : « La Russie a permis de ralentir de près d’un an le réchauffement global »

« La Russie occupe l’une des premières places dans le monde en termes de réduction de son intensité énergétique [rapport entre la consommation énergétique et le PIB, ndlr], avec une baisse de 33,4 % entre 2000 et 2012. Et nous prévoyons de la réduire encore de 13,5 % supplémentaires d’ici 2020, a déclaré le président russe, avant de lancer : Nous avons plus qu’honoré nos engagements dans le cadre du protocole de Kyoto. »

Selon Vladimir Poutine, non seulement la Fédération russe n’a pas accru ses émissions de gaz à effet de serre entre 1991 et 2012, mais elle les a « significativement réduites », évitant le rejet de « près de 40 milliards de tonnes d’équivalent de gaz carbonique dans l’atmosphère ».

« Partant du fait que le total mondial des émissions de gaz à effet de serre s’est élevé à 46 milliards de tonnes en 2012, nous pouvons dire que les efforts de la Russie ont permis de ralentir de près d’un an le réchauffement climatique », s’est félicité le président russe.

Vladimir Poutine s’est également engagé, d’ici 2030, à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 70 % par rapport à leur niveau de 1990, « grâce aux percées dans le domaine de l’efficacité énergétique et des nanotechnologies ».

À titre d’exemple, le président russe a mentionné le développement par la Russie d’une technologie utilisant des additifs à base de nanotubes de carbone, qui doivent permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 160 à 180 millions de tonnes dans le pays à l’horizon 2030. « Et nous sommes évidemment prêts à des échanges mutuels de solutions technologiques de ce type avec d’autres pays », a-t-il précisé.

Pour M. Poutine, l’accord contraignant qui sortira des réunions de la COP21 doit enfin insister sur le rôle déterminant des forêts comme « absorbeurs » de gaz à effet de serre. « C’est particulièrement important pour la Russie, qui a d’énormes ressources forestières et fait beaucoup pour préserver ces poumons de la planète », a-t-il indiqué.

Vladimir Poutine a proposé l’organisation d’un forum scientifique consacré au climat et à l’épuisement des ressources naturelles sous l’égide de l’ONU, idée qu’il avait déjà émise lors de son discours devant l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre dernier.

À noter : le président russe, arrivé avec trois heures de retard à la conférence de Paris, a manqué la séance de photographies de groupe rassemblant les 150 chefs d’État présents pour l’événement. Selon les médias français et russes, il s’agissait d’une volonté délibérée de M. Poutine de ne pas croiser son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, qu’il refuse de rencontrer depuis qu’un avion chasseur de l’armée turque a abattu un bombardier russe au-dessus de la frontière turco-syrienne, le 24 novembre dernier.

Vladimir Poutine, arrivé trois heures en retard à la conférence, a raté la photo rassemblant les 150 chefs d’État. Crédits : elysee.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivé avec trois heures de retard à la conférence de Paris, Vladimir Poutine a manqué la séance de photographies de groupe rassemblant les 150 chefs d’État présents pour l’événement. Crédits : elysee.fr

Laurent Fabius concède que « des camions » transportant du pétrole de Daech « vont vers la Turquie »…

Et bien évidemment selon Fabius, on ne vole pas le pétrole de la Syrie pour le faire passer en Turquie pour le revendre aux 40 pays qui appartiennent notamment aux pays membres du G20, mais c'est encore Bachar Al-Assad qui achèterait ce pétrole qu'on lui vole, pour alimenter le terrorisme dans son pays ! C'est pour cela que la Russie organiserait des opérations militaires pour rien en Syrie !

Par contre alors que la France agissait déjà sur le terrain syrien depuis plus d'1 an en collaboration avec la coalition criminelle, US/OTAN, ils n'ont toujours pas d'éléments pour savoir si le fils d'Erdogan est dans le trafic de pétrole et finance par la même occasion les mercenaires de l'EI.

Donc, de deux choses l'une, soit il ment ce qui est le plus probable, soit nous avons des militaires et des services secrets français, qui sont au-dessous de tout !

Laurent Fabius concède que « des camions » transportant du pétrole de Daech « vont vers la Turquie »…

Mais Fabius restera toujours Fabius : Il insiste aussitôt sur les « forts soupçons » selon lesquels la Syrie de Bachar El-Assad achèterait une partie de ce pétrole. Concernant en revanche le fils Erdogan accusé d’être à la tête de ce trafic, il n’a « pas d’éléments »


"Certains camions de pétrole de Daesh partent... par rtl-fr

29/11/2015

V. Poutine et F. Hollande, conférence de presse (extraits sous-titrés)

Écoutez bien cette vidéo, dans laquelle Poutine dit clairement en cours de la conférence de presse à laquelle participait Hollande à Moscou, que les camions citernes contenant le pétrole volé en Syrie, trafiquaient jour et nuit, en file interminable.

Le monde entier à entendu cela, sauf Hollande, Merkel et les nazis de l'UE qui se permettent encore d'attribuer 3 milliards d'€ à Erdogan pour lui permettre de poursuivre ses crimes et trafics !

Voilà comment on remercie les criminels avec l'argent des citoyens européens !

 

Extrait traduit : V. Poutine et F. Hollande, conférence de presse (extraits sous-titrés)


 

La conférence de presse complète de François Hollande et Vladimir Poutine




L'UE versera 3 mds EUR à la Turquie

Est-ce que l'on nous a posé la question de savoir si nous voulions donner notre argent à un pays terroriste et si nous voulions qu'il rentre en prime dans l'UE pour continuer avec notre argent à financer le terrorisme et à le faire rentrer chez nous, en Europe ?

Poutine, la communauté internationale et nous-mêmes sommes les témoins que nous sommes dans une Europe Nazie qui finance le terrorisme !

Poutine ayant éliminé nombre d'armements et des bases des terroristes en Syrie, il faut bien aider financièrement le terroriste d'Erdogan pour qu'il puisse encore former et armer de nouveaux mercenaires à la solde des USA et de l'UE !

L'UE versera 3 mds EUR à la Turquie

Les drapeaux de la Turquie et de l'UE

Les dirigeants européens et turcs se sont mis d'accord dimanche, lors du sommet Europe-Turquie à Bruxelles, pour verser 3 milliards d'euros à la Turquie afin de l'aider à accueillir les réfugiés syriens.

Les dirigeants européens des 28 pays membres de l'Union européenne ont reçu à Bruxelles le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu pour discuter du règlement de la crise migratoire. La Turquie s'engage à contenir le flux des réfugiés arrivant en Europe du Proche-Orient, via la Turquie, en échange de contreparties financières et politiques.

Ainsi, à l'issue du sommet Europe-Turquie à Bruxelles, dirigeants européens et turcs ont convenu d'ouvrir le chapitre 17 des négociations sur l'adhésion de la Turquie à l'UE à la mi-décembre, selon le projet de conclusions du sommet.

Le texte précise que d'autres chapitres seront préparés pour être discutés au premier trimestre de 2016.

Selon le texte, l'UE est prête à assouplir les conditions d'obtention de visas aux citoyens turcs d'ici octobre 2016, si Ankara répond aux critères de la feuille de route.

En échange de l'aide aux Européens dans la gestion de la crise des migrants, la Turquie recevra une somme initiale de trois milliards de dollars. Ce montant pourra être bonifié ultérieurement en fonction de l'évolution de la situation.

L'accord prévoit que "les deux parties vont, comme convenu et avec effet immédiat, coopérer activement sur les migrants ne nécessitant pas une protection internationale, pour entraver les entrées en Turquie et dans l'UE, assurer la mise en œuvre des dispositions bilatérales de réadmission et renvoyer rapidement les migrants qui ne nécessitent pas une protection internationale vers leurs pays d'origine".

Après les révélations concernant l'achat par la Turquie du pétrole de Daech et les scandales dévoilant le lien de la famille du président turc Recep Tayyip Erdogan avec le groupe terroriste, les médias du monde entier se demandent si les milliards des contribuables européens seront bien destinés aux besoins des réfugiés.

 Le 18 octobre, la chancelière allemande Angela Merkel s'était déjà rendue à Istanbul, où elle s'est entretenue sur la crise migratoire avec Recep Tayyip Erdogan et Ahmet Davutoglu. Mme Merkel a surtout souligné le rôle clé de la Turquie dans le règlement de la crise migratoire.

 

La Turquie fait les yeux doux à la Russie

Bien sûr, comme ça les criminels d'Ankara, espions des USA, de l'UE et de l'OTAN, refileront les infos à la coalition criminelle US, Française comprise !

"Ankara tient à garder tous les tuyaux de communication avec la Russie ouverts, suite à l'incident diplomatique provoqué par l'avion russe Su-24 abattu par la Turquie, a déclaré dimanche le premier ministre turc."

La Turquie fait les yeux doux à la Russie

La Turquie fait les yeux doux à la Russie

Ankara tient à garder tous les tuyaux de communication avec la Russie ouverts, suite à l'incident diplomatique provoqué par l'avion russe Su-24 abattu par la Turquie, a déclaré dimanche le premier ministre turc.

Les relations russo-turques se sont nettement détériorées depuis mardi dernier 24 novembre,  jour où la Turquie a abattu l'avion russe Su-24 déployé en Syrie afin de lutter contre les terroristes de Daech (acronyme arabe de l'Etat islamique).

Cependant, Ankara ne perd pas l'espoir de normaliser les contacts avec la Russie, ce dont témoigne la déclaration récente du premier ministre turc Ahmet Davutoglu:

"Notre priorité est de maintenir tous les tuyaux de communication avec la Russie ouverts", a affirmé aujourd'hui le numéro deux turc.

En attendant une éventuelle rencontre avec le chef d'Etat russe Vladimir Poutine lundi, à Paris, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré samedi que la Turquie avait besoin de la Russie et que la Russie avait besoin de la Turquie: "Nous ne pouvons pas ne plus être en contact", avait-il dit.

Le 24 novembre, un chasseur F-16 de l'armée de l'air turque a abattu un bombardier russe Su-24 impliqué dans la campagne de frappes aériennes contre les positions de l'Etat islamique en Syrie. Selon Ankara, l'avion russe a violé l'espace aérien turc. Moscou dément ces allégations tout en soulignant que son bombardier ne présentait aucune menace pour la Turquie.

Suite à l'incident, le président russe Vladimir Poutine a accusé les autorités turques de complicité avec les terroristes dans la région.

Moscou a suspendu le régime sans visas avec la Turquie. Le Kremlin a également introduit des mesures économiques contre Ankara: ainsi, les opérateurs touristiques russes ne sont plus autorisés à vendre des séjours en Turquie. Les vols charters entre la Russie et la Turquie sont de même interdits. Il est aussi proscrit aux employeurs russes d'embaucher des citoyens turcs à partir du 1er janvier 2016.

De surcroît, Vladimir Poutine a ordonné d'"interdire ou limiter les opérations économiques extérieures, prévoyant l'importation sur le territoire russe de certains produits provenant de la République turque selon la liste définie par le Gouvernement de la Fédération de Russie (à l’exception des produits importés pour la jouissance personnelle dans la quantité autorisée par l'Union économique eurasiatique)", selon le texte du décret publié par le Kremlin.