Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2015

Le discours de Sergueï Lavrov à l'AG de l'Onu

Qui a déjà bien préparé le terrain en faveur de Poutine !

Le discours de Sergueï Lavrov à l'AG de l'Onu

16:21 27.09.2015(mis à jour 19:13 27.09.2015)

Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères

 

Aujourd'hui, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a prononcé un discours à la 70e session de l'Assemblée générale de l'Onu, lors du sommet consacré à l'adoption du programme de développement pour l'après-2015.

  La Russie, leader mondial en termes de réduction des gaz à effet de serre

La Russie est le leader mondial en termes de réduction cumulative des émissions de gaz à effet de serre et compense ainsi la hausse des émissions dans d'autres pays et régions du monde.

  18:54

Il faut mettre fin aux actions illégitimes et restrictives

La pratique d'introduire des mesures unilatérales de contrainte et contrevenant à la Charte des Nations Unies contredisent la réalisation des buts du développement durable. Il faut mettre fin à de telles actions illégitimes et restrictives nuisant aux principes de marché dans les domaines du commerce, des finances, des technologies et des investissements. Cela concerne la levée de l'embargo à l'encontre de Cuba et également d'autres sanctions introduites arbitrairement en contournant le Conseil de sécurité de l'Onu.

  18:52

La Russie reste un fidèle partisan du renforcement de l'interaction régionale

La Russie reste un fidèle partisan du renforcement de l'interaction régionale et notamment de l'intégration dans l'espace eurasien. L'Union eurasiatique récemment créée devient un facteur important dans la mise en place de conditions propices destinées à assurer une croissance économique durable de ces pays membres.

  18:52

Nous appelons à des efforts plus constants axés sur une réforme des structures dirigeantes

Nous appelons à des efforts plus constants axés sur une réforme des structures dirigeantes, notamment du FMI et de la Banque mondiale via la consolidation des positions des pays en développement. Nous considérons qu'il est nécessaire d'accroître l'efficacité de l'interaction entre l'Assemblée générale de l'Onu, l'ECOSOC, les institutions de Bretton Woods et l'OMC dans l'intérêt de l'harmonisation de la gestion des systèmes monétaire, financier et commercial mondiaux. Dans ce processus, nous voyons également un rôle important des institutions spécialisées des Nations unies.

John Kerry et Sergueï Lavrov

Syrie: les USA désormais plus réceptifs à la position russe

16:43 23.09.2015

Washington se fait de plus en plus attentif aux arguments de Moscou concernant la nécessité d'aider Bachar el-Assad à combattre Daech.

En savoir plus

  18:51

La Russie prône la création d'un ordre économique mondial plus juste, un développement mondial plus gérable.

En dépit de conditions économiques difficiles, la Russie reste un partenaire fiable des pays en développement dans la lutte contre leurs problèmes les plus graves, dont le sida, la tuberculose et le paludisme. L'octroi de l'aide aux pays en développement représente un investissement dans la stabilité internationale.


La Russie prône la création d'un ordre économique mondial plus juste, un développement mondial plus gérable. Nous appelons à agir en s'appuyant sur les normes universellement reconnues du droit international, dans un esprit de prise de décision collective. Nous renforcerons la coopération avec nos partenaires dans le cadre de formats prometteurs, notamment le G20 et les BRICS. Nous sommes ouverts au dialogue dans le cadre d'autres structures informelles, tout en respectant le rôle central de coordination de l'Onu.

  18:49

Nous ne forçons pas d'autres pays à accepter des modèles et des valeurs politiques

La Russie salue l'agenda dans le domaine du développement-2030, et est prête à contribuer activement à sa réalisation, à tous les niveaux.

La Russie continue à contribuer à la création du potentiel économique, intellectuel, informatique, scientifique des pays-partenaires. Nous allons continuer à les aider à utiliser le plus efficacement possible les opportunités sur les marchés mondiaux des produits et des services, à diversifier les liens économiques, à participer aux processus d'intégration, à utiliser le potentiel des femmes et des jeunes, à créer des possibilités pour l'avenir de nos enfants.


L'aide de la Russie vise à la résolution des problèmes les plus importants des pays pauvres. Dans le même temps, nous ne donnons pas de leçons à ces pays et ne les forçons pas à accepter des modèles et des valeurs politiques. La tâche clé de la politique russe est d'alléger le poids de la dette. Dans le cadre de l'initiative envers les pays les plus endettés, la Russie a annulé la dette des pays africains pour 20 milliards de dollars.

  18:49

Beaucoup de gouvernements ne sont pas toujours capables de surmonter les défis liés au développement

Monsieur le président,
Messieurs les délégués,
Mesdames et messieurs,


La formation d'un partenariat global dans les intérêts du développement a été l'un des plus importants acquis de l'Onu, dont nous pouvons être fiers.

 
La lutte contre la pauvreté et la faim, l'accès aux services de santé et à l'éducation pour des millions de personnes dans le monde entier, la baisse du niveau de mortalité infantile, constituent des succès indéniables de l'Onu. Mais tous ces progrès ne sont pas un prétexte pour nous reposer sur nos lauriers.

 
Beaucoup de gouvernements ne sont pas toujours capables de surmonter les défis liés au développement, vu le contexte d'instabilité politique, des discriminations, et ces pays ont besoin d'un soutien international d'envergure.

  18:28

Le ministre russe a également prévu de tenir des pourparlers avec ses homologues syrien Walid Mouallem, l'Iranien Mohammad Javad Zarif, le Grec Nikos Kotziasom et le Chinois Wang Yi, ainsi qu'avec le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi.

Cent soixante-dix sujets figurent à l'ordre du jour de la 70e session de l'Assemblée générale, notamment les questions de maintien de la paix et de sécurité, la prévention des conflits armés, la lutte contre le terrorisme, la discrimination raciale et la xénophobie, la protection de l'environnement, la contribution au développement stable des pays, le respect du régime de non-prolifération nucléaire, la protection des droits de l'homme et la garantie de la primauté du droit.

L'Assemblée générale de l'Onu s'annonce chargée pour Lavrov

L'AG de l'Onu s'annonce chargée pour Lavrov

10:48 26.09.2015

Sergueï Lavrov s'est rendu aujourd'hui à New York pour participer à la 70e session de l'Assemblée générale de l'Onu.

En savoir plus

  18:28

M. Lavrov s'est rendu à New York le 26 septembre. L'agenda du chef de la diplomatie russe s'avère particulièrement chargé car il contient plus de 50 rendez-vous.

Aux Etats-Unis, M.Lavrov devrait rencontrer le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, la haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini, le secrétaire d'Etat américain John Kerry ainsi que le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier.

 

 

 



 

Assemblée générale de l'Onu: Poutine conduira la délégation russe

Journée décisive donc pour Poutine, la Russie et pour transformer le monde !

 

Assemblée générale de l'Onu: Poutine conduira la délégation russe

17:33 28.08.2015

Vladimir Poutine

La délégation russe à la 70e session de l'Assemblée générale des Nations unies sera conduite par le président russe Vladimir Poutine.

Vladimir Poutine conduira la délégation russe à la 70e session anniversaire de l'Assemblée générale des Nations unies qui se déroulera à New York en septembre, rapporte le service de presse du Kremlin. 

"Le calendrier des rencontres éventuelles de Vladimir Poutine en marge de la session est en cours d'étude et sera plutôt bref", a indiqué Iouri Ouchakov, assistant du président russe. 

Forte de dix personnes, la délégation russe comprendra, à part le chef de l'Etat, le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et son adjoint, Guennadi Gatilov; l'assistant du président russe, Iouri Ouchakov; le chef de la commission pour les Affaires internationales du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), Konstantin Kossatchev; le chef de la commission pour les Affaires internationales de la Douma (chambre basse du parlement russe), Alexeï Pouchkov; l'ambassadeur de Russie aux Etats-Unis, Sergueï Kisliak; le délégué permanent russe auprès de l'Onu, Vitali Tchourkine; le directeur du Département des organisations internationales du ministère des Affaires étrangères, Alexandre Pankine, et le directeur du Département des questions de la non-prolifération et du contrôle des armements du ministère des Affaires étrangères, Mikhaï Oulianov. 

Vladimir Poutine était déjà intervenu devant l'Assemblée générale des Nations unies en 2000 (Sommet du Millénaire), en 2003 (58e session) et en 2005 (60e session). En 2009, Dmitri Medvedev, alors président de Russie, s'était rendu à la session de l'Assemblée générale de l'Onu.

 

L'interview de Vladimir Poutine en sept points clés

L'interview de Vladimir Poutine en sept points clés

28 sept. 2015, 01:35

L'interview de Vladimir Poutine aux chaînes américaines : les meilleurs extraits

Le président russe Vladimir Poutine a accordé une interview au journaliste américain Charlie Rose pour les chaînes CBS et PBS à la veille de la 70ème Assemblée Générale de l'ONU. RT revient sur les meilleurs extraits de cette interview.


Sur son soutien de Bashar al-Assad...

«Vous dites sans cesse, avec une persévérance qui pourrait être mieux utilisée, que l’armée syrienne se bat contre son propre peuple. Mais regardez qui contrôle 60% du territoire syrien ! Où est cette opposition modérée ? 60% du territoire syrien est contrôlé soit par Daesh, soit par d’autres organisations terroristes, telles que le Front al-Nosra ou d’autres encore, reconnues comme organisations terroristes par les États-Unis entre autres États, ainsi que par l’ONU».

Plus de 2 000 combattants de l’ex-URSS se trouvent sur le sol syrien. La menace de les voir revenir en Russie existe. Alors, au lieu d’attendre leur retour, il vaut mieux aider Assad à les combattre sur le territoire de la Syrie. Voilà la motivation principale de notre soutien au président syrien.

Aller plus loin : Moscou : deux terroristes de Daesh arrêtés à l’aéroport international de Chérémétiévo

Daesh en Syrie.

Sur les rapports de la présence des forces armées russes en Syrie...

«La Russie ne participera à aucune opération militaire sur le territoire de la Syrie ou sur celui d’autres États. En tout cas, nous ne l’envisageons pas aujourd’hui».

En savoir plus : Médias occidentaux : la Russie préparerait les frappes aériennes contre Daesh en Syrie

 

Donetsk, l'Est de l'Ukraine.

Source: Reuters

Donetsk, l'Est de l'Ukraine.

Sur la crise ukrainienne...

«Qu’est-ce que je trouve absolument inacceptable pour nous ? Que des questions, y compris des questions controversées, relevant de la politique interne des anciennes républiques de l’URSS soient réglées par des révolutions dites «de couleur», par le renversement des pouvoirs en place par des moyens non-constitutionnels. Ça c’est absolument inacceptable».

Respecter la souveraineté veut dire ne pas admettre de coups d’état, d’actions anticonstitutionnelles et de renversement illégal d’un pouvoir légitime...

«Nous sommes en contact et en relation avec des milliers de personnes en Ukraine. Et nous savons qui, où et quand a rencontré et a travaillé avec ces gens qui ont renversé Ianoukovitch. Nous savons quel soutien leur a été accordé, combien ils ont été payés et comment ils ont été entrainés».

Kiev, février 2014

© Andreï Stenine Source: RIA NOVOSTI

Kiev, février 2014

«Proprement dit, nos partenaires américains ne s’en cachent plus».

Sur l'expansion de l'OTAN...

«N’oublions pas que des armes nucléaires tactiques américaines s’y trouvent. Qu’est-ce que cela signifie ? Que vous auriez occupé l’Allemagne ou bien auriez décidé de ne pas en finir avec l’occupation de l’Allemagne après la Deuxième Guerre mondiale en transformant tout simplement les forces d’occupation en forces armées de l’OTAN ?»

Les Etats-Unis vont installer de nouvelles armes nucléaires en Allemagne

Des militaires amériсains passent devant le village roumain de Malu

Source: Reuters

Des militaires amériсains passent devant le village roumain de Malu

Sur la démocratie occidentale...

«Prenons l’exemple des Etats-Unis. Combien de temps a pris le processus de développement de la démocratie ? Il dure depuis la création des États-Unis. Et à présent, vous croyez que tout a été fait du point de vue de la démocratie ? Si tout avait déjà été fait, le problème de Ferguson n’aurait pas eu lieu, n’est-ce pas ? Il n’y aurait pas d’autre problème de ce genre. Il n’y aurait pas d’arbitraire policier.»

(Kevin Lamarque / Reuters)

Source: Reuters

(Kevin Lamarque / Reuters)

Je suis fier de la Russie. Il y a de quoi être fier. Mais nous ne sommes pas obsédés par l’idée d’imposer un leadership russe sur la scène internationale.

Sur son homologue américain...

«Je ne me considère pas en droit de juger le président des Etats-Unis. C’est l’affaire du peuple américain».

Nous nous écoutons les uns les autres, quand cela ne contredit pas nos propres idées de ce que nous devrions ou ne devrions pas faire.

Sur sa propre image...

«Je suppose que la plupart des gens me font confiance, s’ils votent pour moi lors des élections. Et c’est ce qu’il y a de plus important. Cela représente une énorme responsabilité, une responsabilité colossale. Je suis reconnaissant au peuple pour cette confiance, mais bien sûr, je ressens une énorme responsabilité pour ce que je fais et pour le résultat de mon travail».

 

 

«La France tue le droit international aux yeux de la communauté internationale choquée»

Et voilà, comme cela nous avons la preuve grâce à Hollande que la France est bien un pays terroriste qui finance et aide les terroristes à détruire un président et un pays légitimes !

Que fait l’armée en France pour arrêter tous ces psychopathes ?

«La France tue le droit international aux yeux de la communauté internationale choquée»

27 sept. 2015, 20:54

Eurofighter Typhoon

Source: RIA NOVOSTI

Eurofighter Typhoon

Les frappes aériennes de la France contre Daesh en Syrie ont été fortement critiquées par la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zahkarova, en raison de l’absence d’approbation du Conseil de Sécurité de l’ONU.

«Je voudrais connaître les détails du concept de légitime défense concernant des frappes aériennes sur un Etat qui n’a pas donné son accord et n’a attaqué personne, ainsi que la conformité de ces actions avec le droit international», a écrit Maria Zahkarova sur sa page Facebook, suite aux révélations sur les frappes aériennes françaises en Syrie dimanche 27 septembre.

«Quels inventeurs ! Le référendum en Crimée est une annexion, mais les frappes aériennes non sanctionnées par le Conseil de Sécurité et sans l’accord du pays visé est une autodéfense», a ironisé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Plus tôt dans la journée, la France a annoncé avoir effectué ses premières frappes aériennes sur «la base des renseignements collectés lors des opérations aériennes engagées depuis plusieurs semaines» en Syrie. En l’absence d’approbation du Conseil de Sécurité, ces actions ont entraîné une avalanche de critiques de la part de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères. La Syrie est en effet un Etat souverain dont le gouvernement lutte contre des organisations terroristes, telles que Daesh.

Maria Zahkarova a conclu que « la France tue le droit international aux yeux de la communauté internationale choquée».

 

Lavrov, «les Etats-Unis pensent que la coalition n'a pas besoin de l'approbation de l'ONU»

C’est bien connu que les lois y compris internationales sont faites pour être violées et contournées par les terroristes au rang desquels se placent la France, l’UE, les USA, Israël & Cie !

Tous à mettre dans le même wagon des condamnations pour crimes de guerre !

Lavrov, «les Etats-Unis pensent que la coalition n'a pas besoin de l'approbation de l'ONU»

27 sept. 2015, 16:53

https://cdn.rt.com/french/images/2015.09/article/5608143ec46188d4378b45c0.jpg

Source: RIA NOVOSTI

A l’issue de la rencontre avec Kerry, Lavrov a déclaré que la coalition menée par les USA était persuadée de ne pas avoir besoin de l’approbation de l’ONU pour combattre Daesh, une «forte violation» du droit international pour la Russie.

Sergeï Lavrov a déclaré que toutes les activités doivent être développées sur la base solide de la Charte des Nations Unies avec l'approbation des Etats compétents et le soutien du Conseil de Sécurité de l'ONU. «Les Etats-Unis croient que leur coalition peut se passer de l'approbation du Conseil de Sécurité de l'ONU, ce qui représente, à notre avis, une violation du droit international», a ajouté Lavrov.

Pourtant, le chef de la diplomatie russe a exprimé ses espoirs sur le fait que «les présidents de la Russie et des Etats-Unis pourraient parler librement et trouver des voies pour avancer» lors de leur rencontre lundi 28 septembre.

Le ministre russe des Affaires étrangères a également fait part de son optimisme en ce qui concerne la coopération entre les deux pays. «Nous avons une volonté de travailler ensemble, non seulement sur la ligne diplomatique, mais aussi sur la ligne militaire. Je pense que plus nous discuterons de ces question à un niveau professionnel, plus il sera facile de résoudre ce problème très difficile auquel nous devons faire face», a souligné Sergueï Lavrov.

Sergueï Lavrov et John Kerry se sont rencontrés dimanche 27 septembre à New York dans le cadre de la 70ème session de l'Assemblée générale de l'ONU pour discuter de nombreuses questions internationales, y compris la lutte contre le terrorisme.  

 

A la veille de la rencontre avec le secrétaire d'Etat américain, le chef de la diplomatie russe a déclaré aux journalistes que les efforts pour lutter contre Daesh avaient déjà été commencé par la Russie et ses partenaires, faisant notamment allusion à la création d'un centre d'information à Bagdad.

Au même moment, John Kerry a précisé que le but principal de sa rencontre avec Sergueï Lavrov sera de discuter des actions qui doivent être prises face à la menace terroriste internationale. «Il faut coordonner les efforts de la lutte contre Daesh, ce qui n'a pas encore été fait», a-t-il souligné.

John Kerry a aussi rappelé que les présidents des deux pays évalueraient les initiatives du centre d'information lors de leur rencontre qui devrait avoir lieu la semaine prochaine.