Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2012

LA MAGIE DU COSMOS : Qu'est-ce que l'espace ? Episode 2

 

Passionnant !

Pour voir le 1er épisode voir le lien ci-dessous

L'ILLUSION DU TEMPS - La Magie du Cosmos - Episode 1

LA MAGIE DU COSMOS : Qu'est-ce que l'espace ? - Episode 2

Qu'est-ce que l'espace ?, est un documentaire scientifique (0h52) de la série La Magie du Cosmos, qui s'intéresse à l'espace, cette étendue séparant et entourant tout, de l'infiniment petit comme à l'échelle quantique jusqu'à l'infiniment grand tel que l'Univers, expliqué par le physicien et auteur Brian Greene. Épisode N° 2 sur 4.


LA MAGIE DU COSMOS : Qu'est-ce que l'espace ? Episode 2


L'espace est avant tout une notion de géométrie et de physique qui désigne une étendue, abstraite ou non, ou encore la perception de cette étendue. Conceptuellement, il est synonyme de contenant aux bords indéterminés, mais l'espace prend de nombreux sens précis et propres à de multiples disciplines scientifiques dérivées de la géométrie.

Nous sommes à une étape importante dans la compréhension de notre Univers et des lois physiques qui le gouvernent. Il semble désormais que les questions auxquelles sont confrontées les scientifiques à propos de notre Univers et de ses deux extrêmes, l'infiniment petit et l'infiniment grand, soient intimement liées.


L'espace sépare aussi bien deux galaxies que deux atomes. Auteur du livre La Magie du Cosmos, le physicien Brian Greene révèle qu'il s'agit d'un tissu dynamique qui peut s'étirer, se tordre, se déformer, onduler sous les effets de la pesanteur. Plus étrange encore, la découverte récente d'un mystérieux ingrédient qui constituerait 70% de l'Univers et que les physiciens appellent "énergie sombre". Même s'ils admettent son existence, ils ignorent encore ce que c'est. L'examen de l'espace à des échelles infiniment petites ne fait que rendre le mystère encore plus profond.
Dans l'Univers, l’espace contient si peu de matière qu'il pourrait être considéré comme vide. C’est une notion difficile à concevoir, car sur Terre la matière est partout, sous ses 3 états, liquide, solide, et gazeux. "La nature a horreur du vide", disait Aristote.


En physique, la notion d’espace, et la façon dont celui-ci est modélisé mathématiquement, varie en fonction des conditions expérimentales. En mécanique classique, dont les lois expliquent la quasi-totalité des phénomènes survenant à échelle humaine, l’espace est modélisé comme un espace euclidien de dimension 3. La relativité restreinte, dont les lois prennent en compte le fait que la vitesse de la lumière est une constante quel que soit l’observateur, introduit un lien entre l’espace et le temps. L’espace-temps y est modélisé comme un Espace de Minkowski. Ces lois ne s’appliquent que dans un cadre restreint, pas d’accélération du référentiel, pas de gravité. En relativité générale, qui étend la mécanique classique en intégrant le fait que la vitesse de la lumière, en excluant le caractère absolu du temps, est une constante, l’espace, la matière et le temps sont liés. L’espace-temps est modélisé mathématiquement comme une variété de dimension 4, dont la courbure dépend du potentiel de gravitation. Les prédictions de la relativité générale ne s’écartent sensiblement des prédictions de la mécanique classique qu'à des champs de gravité extrêmement forts, ou à des vitesses extrêmement élevées.


En mécanique quantique, qui étudie les phénomènes à des tailles tellement petites que les changements d’états ne sont plus continus, mais se font par saut nommés quanta, l’espace est modélisé comme un espace euclidien de dimension 3, mais la notion de position n’existe plus, et est remplacée par la notion de fonction d'onde, ou nuage de probabilité. Position et mouvement y sont liés par le principe d'incertitude d'Heisenberg qui postule qu’ils ne peuvent être connus simultanément avec précision, ce qui rend impossible toute notion de trajectoire d’une particule. Bien qu’efficace pour prédire les phénomènes, cette modélisation pose des problèmes d’interprétation.

Pour les calculs, la mécanique quantique ne considère pas la position du système étudié, mais son état. Les états des systèmes sont modélisés mathématiquement dans un espace de Hilbert. Dans cet espace aussi, les mouvements ou changements d'état, sont discontinus.


Dans La magie du Cosmos, Brian Greene livre un cours de physique moderne passionnant, en même temps qu’un état des lieux de la recherche scientifique. Avec l'aide de métaphores, animations, grandes et petites histoires, expériences, mises en perspectives, etc., le physicien s’emploie par tous les moyens, en conviant Einstein à ses tribulations, pour à la physique à portée de tous, et à expliquer les découvertes et les secrets infinis du Cosmos, au-delà des apparences.


- La série La Magie du Cosmos :

L'ILLUSION DU TEMPS

- Voir aussi :

THEORIE DES CORDES

L'UNIVERS INVISIBLE : Énergie noire

MATIÈRE NOIRE ET ÉNERGIE SOMBRE, THÉORIES DE L'UNIVERS

QU'EST-CE QUE L'UNIVERS ? - La Fabuleuse Histoire de la Science

02/11/2012

"La Divine Matrice" Conférence de Gregg Braden

Dans cette conférence présentée à Milan le 30 mai 2007, Gregg Braden nous explique ce qu'est le langage de la divine matrice et ce qu'il appelle la nouvelle science. Contrairement, dit-il, à la science classique qui considère que l'espace n'est fait que de vide, la nouvelle science tend à prouver que l'espace est une matière vivante, vibrante et intelligente. C'est un champ d'énergie avec lequel nous inter-réagissons à chaque instant de notre vie par les pensées que nous entretenons et les sentiments que nous ressentons. En comprenant le langage de l'émotion humaine qui nous permet de communiquer avec ce champ, nous avons le pouvoir de guérir les maux qui nous affectent aussi bien personnellement que collectivement.


Conférence de Gregg Braden sur "La Divine Matrice" (1/4)
http://www.youtube.com/watch?v=1xCss_ck_Hk

 Conférence de Gregg Braden sur "La Divine Matrice" (2/4)
http://www.youtube.com/watch?v=EUaYRByW_eM

 Conférence de Gregg Braden sur "La Divine Matrice" (3/4)
http://www.youtube.com/watch?v=SFPMVw-LCaM

 Conférence de Gregg Braden sur "La Divine Matrice" (4/4)
http://www.youtube.com/watch?v=nLWQlkjXCR0

31/10/2012

Alignements planétaires: les effets sur notre planète..

Et oui, les alignements planétaires nous influencent directement !

mardi 30 octobre 2012

Les cataclysmes de ces derniers jours sont les conséquences d'un alignement planétaire avec Saturne.


La question de savoir si les alignements planétaires peuvent avoir des effets sur notre planète est débattue du bout des lèvres par les autorités scientifiques. Et pour cause, c'est la clé majeure de la compréhension des cycles cosmiques et si jamais le public venait à s'en rendre compte, le plus secret de notre temps serait découvert, à savoir que notre soleil possède un compagnon sombre qui lui rend périodiquement visite tous les 3240 ans comme l'atteste les données traditionnelles relatives à la doctrine des yugas et les anciens textes comme le Kolbrin ou l'Oréa Linda.

C'est cet astre mystérieux qui serait responsable de certains gros séismes comme celui du 11 Mars 2011 au Japon, du 27 Février 2010 au Chili mais également du tsunami du 26 décembre 2004, tous espacés de 1 an et 12 jours, une durée correspondant à l'intervalle de temps entre 2 alignements directs.


Si le public est maintenu dans l'ignorance, ce n'est pas le cas de certains observateurs qui ont remarqué que lorsque notre planète se trouvait dans le même alignement que des corps massifs tels que Jupiter ou Saturne et le soleil, elle était secouée par divers cataclysmes tels que des séismes, des ouragans ou des éruptions volcaniques.

Ils en ont déduit que ces phénomènes servent à dissiper une énergie transmise par les astres à travers le vide spatial. Les astres jouent alors le rôle des condensateurs électroniques déchargeant un flux énergétique une fois un certain seuil atteint. On peut également se les représenter comme des lentilles optiques concentrant une forme de lumière spectrale. Les anciens l'appelaient "Ether', et selon eux elle inonde le cosmos. Entre parenthéses,  c'est de la faute d'Einstein si cette notion est tombée en décrépitude au début du XX iéme siècle et si nous sommes contraints de payer une énergie polluante à la place de cette énergie gratuite que Tesla avait trouvé le moyen d'exploiter.

 
Position des planètes au 30 Octobre 2012

Ces derniers jours, Saturne se trouvait alignée à la fois avec le soleil et la Terre (en opposition héliocentrique) , voici un bref aperçu des perturbations qui ont eu lieu à cette période :

Éruption solaire :
Le 23 Octobre, une éruption classée X (la plus forte catégorie) explosait à la surface du soleil,  48 heures plus tard, on enregistrait un sursaut de l'indice Kp qui mesure la magnétosphère terrestre.

Séismes :
20 Octobre, Mag 5,3 Californie
24 Octobre, Mag 6,6 Costa Rica
28 Octobre, Mag 7,7 Colombie Britannique (alerte au tsunami)
29 Octobre, les sismographes du monde entier s'affolent.

Ouragan :
 La supertempéte Sandy ravage les bahamas, Cuba,Haiti (26/10) et la côte est (30/10) causant des dizaines de morts et des dizaines de milliards de dégâts. Pour les américains, c'est l'ouragan du siècle.

Phenoménes géologiques :
21 Octobre, une fissure de 1,5 km se forme spontanément dans le sud de l'espagne.
21 Octobre,  le parc de Yellowstone est parcouru par un essaim de séismes (remontée de magma).
26 Octobre, le sinkhole de Louisiane s'agrandit, on enregistre des explosions et un tremblement de terre sur le site.

Est ce un hasard si au moment où culminait cet alignement, on enregistrait autant de cataclysmes ? Il faut être vraiment naïf pour le croire. Mais ce n'est pas tout, il y a chaque année 2 types d'alignements, ceux où la Terre se trouve entre l'astre en question et le soleil (alignement direct) et les alignements indirects où le soleil s'interpose entre l'astre et notre planète. Celui de ces derniers jours rentre dans la deuxième catégorie, celle qui est moins dangereuse.
 

Mais, il y a 6 mois,  le 11 Avril, lorsque Saturne était directement alignée avec nous, on enregistrait un séisme de magnitude 8,9 fracturant littéralement la croûte terrestre au niveau de l'océan indien et causant une intense panique parmi la population, heureusement, dans ce cas précis, la forme de la fracture tectonique fit qu'il n'y eu aucune victime à déplorer.

Fin Aout, ce fut Neptune, autre géante gazeuse mais plus éloignée, qui causa un nombre record de séismes de magnitude égale ou supérieure à 5.


Et enfin, on se souvient tous que l'année dernière, à la date du 27 Septembre, le président Obama a effectué une curieuse visite à Denver qui est réputée pour être la capitale alternative des USA en cas de guerre ou de gros cataclysme. Est ce un hasard si ce jour correspondait à un alignement avec Uranus et Mercure? Encore une fois , en fonction de ce que nous savons, ce serait faire preuve de naïveté que de le croire. Cette fois ci il n'y eut pas de gros séismes, seulement d'intenses secousses volcaniques aux îles canaries qui auraient pu entraîner un gigantesque tsunami capable d'annihiler la côte est des états unis.


Tout ceci illustre une fois de plus que certains alignements planétaires entraînent d'importantes répercussions climatiques et géologiques sur notre . Si  la communauté scientifique pratique une forme de censure sur ce sujet, cela n'empêche pas les autorités d'anticiper de tels évènements et de se préparer en conséquence. La supertempéte Sandy était donc forcément attendue. Après un bref retour en arrière dans le fil des actualités, on sait désormais pourquoi l'armée américaine s'est entraînée à faire face à des situations d'émeutes en milieu urbain justifiant l'emploi d'hélicoptères (fin août 2012).
Et on comprend mieux pourquoi ces derniers temps, des organisations telles que
la FEMA ou les francs maçons américains semblaient se préparer à une mortalité de masse.

L'ouragan Sandy est peut être le plus puissant qui ai déferlé sur la côte est des états unis, les dégâts se chiffrent en dizaines de milliards de dollars mais le nombre de victimes reste peu élevé. Le système pourra absorber le choc et d'ici quelques semaines, il ne restera plus de traces de son passage hormis dans la mémoire collective.

Position des planètes au 30 Novembre 2012
 
Mais tout danger n'est pas pour autant écarté. Un autre alignement planétaire majeur est inscrit dans la course des astres. A partir du 30 Novembre prochain Jupiter sera sur la même ligne que la Terre et le soleil. Cette fois, ce sera un alignement direct donc potentiellement plus dangereux.

Comme d'habitude, il faudra prévoir d'importants risques de séismes et de cataclysmes divers. Peut être que cette fois les cercueils de la FEMA finiront par servir...


http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/

30/10/2012

L'ILLUSION DU TEMPS - La Magie du Cosmos - Episode 1

L'illusion du temps, est un documentaire scientifique (0h52) de la série La Magie du Cosmos diffusé sur Arte à l’occasion de la Fête de la science 2012, qui s'intéresse au temps, un des plus grands mystères de la physique, évoqué par le physicien et théoricien Brian Greene.

 

Depuis toujours, le temps est une notion que l'homme a cherché à comprendre, à mesurer, en imaginant de nombreux systèmes et appareils comme la clepsydre, le cadran solaire, les calendriers, le sablier, la bougie, l'horloge ou encore les montres, autant de moyens qui utilisent l’espace pour se repérer dans un cadre temporel.
Le temps possède divers sens, selon les philosophies, les cultures, les religions et les sciences. Il peut être perçu comme cyclique tel que le renouvellement des saisons, ou comme vectoriel, telle que la flèche du temps qui passe, passé, présent, futur. Il peut également être abordé comme un temps social, un temps psychologique, un temps de la conscience.
Il représente une valeur objective, puisqu'il se mesure. Pourtant, il nous arrive de l’interpréter comme une grandeur subjective. Ce temps humain, bien que mécanisé, reste vécu de manière personnelle par chaque individu.


Ce premier volet sur quatre, L’illusion du temps, tente de répondre, entre-autres questions, à : Qu’est-ce réellement que le temps ? Le temps suit-il vraiment une flèche linéaire comme semble nous l’indiquer la physique, ou bien est-ce une valeur subjective, qui parcourt un territoire et des événements déjà là, présents dans l’éternité ?
Certains des plus grands esprits de l’histoire ont tenté de répondre à l'énigme du temps. Pour Isaac Newton, le temps était une entité absolue et indépendante de toute chose. Pour Albert Einstein, le temps était relatif et élastique, dépendant du point de référence de l’observateur. Comment définir le temps si la perception de son flux n'est rien d'autre qu'une illusion ? Einstein, qui fait voler en éclats l'hypothèse d'un temps universel d'Isaac Newton, révèle la connexion fondamentale entre espace et temps, induisant au passage que passé, présent et futur existent de la même manière et sans distinction.
Le temps demeure l'un des plus grands mystères de la physique, même si les moyens de le mesurer se sont considérablement améliorés à notre époque.


Autrefois, l'heure différait selon les localités. Ce n'est qu'avec l'apparition du chemin de fer que le temps va se fixer et que les horloges vont se coordonner. Le physicien Brian Greene, livre ici une vision cathodique de son livre best-seller La Magie du Cosmos. Expliquer la passionnante complexité du temps, quand même les physiciens confessent une perplexité sur la notion, n'est pas une chose facile.
À force d'images, de comparaisons et d'animations, le physicien parvient pourtant à remettre quelques pendules à l'heure, car ce voyage dans le temps sape avec habileté nos certitudes quotidiennes.
Brian Greene, né en 1963 à New York, est un physicien américain connu pour être l'un des spécialistes mondiaux de la théorie des cordes. Professeur de physique et de mathématique à l'Université Columbia de New York depuis 1996, Greene a notamment travaillé sur la symétrie miroir et la topologie, en relation avec la théorie des cordes.


Brian Greene nous apprend à nous méfier des évidences. La réalité du monde est entièrement à repenser et, avec elle, les notions d'espace, de temps, de vide...
La science moderne, écrit le physicien, apporte la démonstration que l'expérience humaine est un très mauvais guide pour qui veut découvrir la vraie nature de la réalité.
S'attachant à rendre ses explications aussi limpides que possible, il n'hésite pas à soumettre à une nouvelle analyse les concepts permettant de comprendre en profondeur l'univers dans lequel nous vivons, et pourquoi les choses sont ce qu'elles sont. Un parcours dans le savoir qui nous fait découvrir ou redécouvrir les pensées les plus pertinentes et l'imagination fertile des plus grands scientifiques comme Einstein, Newton, Maxwell, Schrödinger, Dirac...
Brian Greene livre un cours de physique moderne passionnant, en même temps qu’un état des lieux de la recherche scientifique. Métaphores, animations, grandes et petites histoires, expériences, mises en perspective, une épopée au cours de laquelle il s’emploie par tous les moyens et en conviant Einstein à ses tribulations, à mettre la physique à portée de tous, et à expliquer les secrets infinis du Cosmos, au-delà des apparences.


Mêlant des théories, expériences et histoires audacieuses à des explications limpides et des métaphores imaginatives, La Magie du Cosmos nous entraîne aux frontières de la physique pour nous montrer comment les scientifiques assemblent les pièces du puzzle. Cette captivante série en quatre épisodes dresse un portrait complet de l'espace, du temps et de l'Univers. À chaque étape, on découvre que, juste sous la surface de notre perception quotidienne, se cache un monde à peine reconnaissable, un monde étonnant bien plus étrange et merveilleux que nous ne l'imaginions.



- La série, La Magie du Cosmos :

(Prochainement)



- Voir aussi :

ALBERT EINSTEIN, le mystère de l'horloge

THEORIE DES CORDES - Albert Einstein

L'UNIVERS DE STEPHEN HAWKING - VOYAGER A TRAVERS LE TEMPS

PROPRIÉTÉ DU TEMPS ET DÉDOUBLEMENT

AUX FRONTIERES DU TEMPS - Perception et conception

LA MACHINE A REMONTER LE TEMPS - Superscience

LE VOYAGE DANS LE TEMPS - Aux frontières de la science

 

Source : http://www.inexplique-endebat.com/article-l-illusion-du-temps-la-magie-du-cosmos-111513893.html

Petite banniere 400x50

 

23:44 Publié dans Découvertes Astronomie, Découvertes Scientifiques, Science | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

27/10/2012

Uranus se métamorphose

Est-ce un hasard si Uranus se transforme aussi ?

Est-ce que ce sont les hommes aussi et le Co2 qui pertubent Uranus ou les cycles cosmiques qui sont en cours ?

Uranus se métamorphose

uranus_360.jpg

La planète géante Uranus, vue en infrarouge par le télescope américain Keck II. Crédit : NASA/ESA/L.A. Sromovsky

La lointaine planète gazeuse, observée avec le télescope de 10 m Keck II, à Hawaï, se révèle bien plus agitée que les astronomes ne le pensaient.

Pendant longtemps, les scientifiques n'ont eu comme image d'Uranus que celle transmise par Voyager 2 en 1986 : celle d'une planète bleue à l'atmosphère presque totalement uniforme. Il en résultait l'idée qu'Uranus, contrairement aux autres géantes gazeuses comme Jupiter, Saturne ou même Neptune (qui est plus éloignée du Soleil), était inerte.

Accumulation de tempêtes
L'astronome américain Lawrence Sromovsky a régulièrement observé Uranus avec le Keck II, au cours de ces dernières années. Sur les images les plus récentes, prises en infrarouge et rendues publiques lors d'une conférence à Reno (Californie) le 17 octobre 2012, on découvre une planète secouée par des vents de 900 km/h et des tempêtes aussi vastes que des continents terrestres, le tout à -220°C. Bref, tout le contraire que ce qu'avait révélé la sonde Voyager 2.

Une affaire de saisons ?
La différence tient vraisemblablement à la saison. Voyager 2 avait abordé l'autre planète bleue (mais qui affiche une masse de 14,5 fois celle de la Terre) en plein cœur de son été austral. Entre temps, elle s'est lentement déplacée sur son orbite, qu'elle boucle en 84 ans (durée de l'année sur Uranus). Et après un équinoxe survenu en 2007, c'est maintenant le printemps boréal.

Uranus par Voyager 2. Crédit : Nasa

Uranus, photographiée par Voyager 2 en 1986. Crédit : Nasa.

 

Dès 2004, plusieurs gros nuages sont apparus, lui donnant un faux air de Neptune. En août 2006, une tache sombre s'est développée. En 2011, les perturbations climatiques de la planète étaient même visibles depuis la Terre avec le télescope de 1 m du Pic du Midi. Aujourd'hui, les tempêtes se multiplient.

Ces changements radicaux sont attribués aux saisons. Les astronomes considèrent en effet que l'énergie venant de l'intérieur de la planète n'est pas suffisante pour engendrer de tels mécanismes atmosphériques. L'origine semble donc à chercher du côté du rayonnement reçu du Soleil. Même si Uranus reçoit 1/900 de l'énergie solaire de la Terre, l'extrême inclinaison de son axe polaire (98°) engendre des saisons très marquées.