Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2012

LHC et le 21 décembre 2012 : Apocalypse sur commande ?

Imaginons un seul instant que les organismes top-secrets qui se seraient emparé du LHC au CERN en 2009, aient la volonté sous couvert de recherches scientifiques de détruire les 2/3 de la population mondiale et d'accélérer ou de provoquer artificiellement l'Apocalypse, le 21 décembre 2012, avec une machine infernale, le LHC,  qui est une véritable arme électromagnétique qui pourrait bouleverser notre environnement électromagnétique.

Croyez-vous qu'ils se gêneraient pour utiliser cette arme contre nous ?

Voir nos précédents articles sur le LHC : ICI et ICI

Rappel du livre de Ken Follet, intitulé : Apocalypse sur commande.

 

Apocalypse sur commande
http://img534.imageshack.us/img534/8483/follettkenapocalypsesur.jpg

 

Quatrième de couverture :

Une catastrophe naturelle peut-elle être fabriquée volontairement ? Lorsqu’un groupe terroriste, Les soldats du paradis, menace de provoquer un tremblement de terre dans un coin bien précis de Californie, personne ne le prend au sérieux. Et pourtant, le cataclysme a bien lieu… La police et le FBI bà¢clent l’affaire ; et un second tremblement de terre est annoncé…


Dans une vallée perdue de la côte californienne, vit depuis vingt ans une bande de hippies oubliés de tous. Ils ont installé là  un véritable petit paradis sur terre : culture biologique, vignes productives, éducation communautaire… Les vieux préceptes de Mai 68 appliqués pour le bien de tous. Hélas, le paradis est mis en danger par un nouveau projet gouvernemental.


Et le second tremblement de terre a lieu. Avec mort d’hommes. Qui sont ces terrifiants Soldats du Paradis, capables de créer de toutes pièces ce qui, d’habitude, ne relève que de la seule nature ?
Judy Maddox, jeune agente du FBI désavouée par ses supérieurs, et Michael Quercus, un sismologue original, étudient les tracés sur ordinateur de la grande faille de Californie. Ils repèrent les points d’impact susceptibles d’être utilisés par les terroristes : en les frappant à  l’aide d’un vibrateur sismique, ceux-ci peuvent déclencher des chocs en série et créer un séisme.
Or Les Soldats du Paradis envoient un dernier ultimatum…

http://www.teamalexandriz.org/follettken-apocalypse-sur-c...

 

10/12/2012

2013 : L'année des comètes

Il n'y pas à s'inquiéter de l'arrivée de ces deux comètes.

Lorsque l'on connait quels sont les précieux composants et les richesses que contiennent les queues des comètes, nous pouvons penser qu'elles passeront pour ensemencer la Nouvelle Terre de leurs précieux éléments.

L'eau sur terre découlerait probablement des comètes, si ce n'est des astéroïdes

Queue de gaz

La queue de gaz est composée essentiellement des éléments H, O, C et N (Hydrogène, Oxygène, Carbone et Azote), d’eau H2O, de composés des éléments précédents : acide cyanhydrique, monoxyde de carbone, cyanogène, radical OH… Récemment, on a découvert de très nombreuses autres molécules organiques dans les queues de comètes.

Astronomie : Composition chimique de la comète Hale-Bopp

L'eau constitue 75 à 80 % de la matière volatile de la plupart des comètes.. D'autres glaces fréquentes sont le monoxyde de carbone (CO), le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), l'ammoniac (NH3) et le formaldéhyde (H2CO).

 

Voici la liste des molécules qui ont été détectées dans la comète Hale-Bopp, certaines pour la première fois, comme le dioxyde de soufre (SO2), l'acide formique (HCOOH) ou l'acide cyanhydrique deutéré (DCN)

 

(source : ESO Comet Hale-Bopp Update, May 16,1997) :

H2O, OH, H2O+, H3O+,
CO, CO2, CO+, HCO+,
H2S, SO, SO2, H2CS, OCS, CS,
CH3OH, H2CO, HCOOH, CH3OCHO,
HCN, CH3CN, HNC, HC3N, HNCO, CN, NH3, NH2, NH2CHO, NH,
CH4, C2H2, C2H6, CH+, C3, C2,
He, Na, K, O+,
Mg2SiO4

ainsi que les isotopes suivants :

HDO, DCN, H13CN, HC15N, C34S

La plupart des composés organiques de Hale-Bopp ont déjà été identifiés dans les denses nuages moléculaires interstellaires, ce qui renforce le lien entre la matière cométaire et la matière interstellaire, lien mis en évidence lors de l'exploration de la comète de Halley en 1986.

http://www.astro.ulg.ac.be/~demoulin/data.htm

Ensuite, ils viendront nous dire qu'il n'y a pas d'eau dans notre système solaire hormis sur Terre et qu'il n'y a pas d'oxygène dans le cosmos, quand certaines molécules que nous connaissons sur Terre se retrouvent dans les queues des comètes.


dimanche 9 décembre 2012

2013 : L'année des comètes

 Désinformation ou coïncidence ? Alors que le fameux calendrier Maya arrive à son terme, les astronomes annoncent que 2 comètes parmi les plus brillantes de l'histoire feront leur apparition dans le courant de l'année 2013.

 

Les astronomes ont découvert deux nouvelles comètes approchant à grands pas de notre planète et ayant le potentiel d'être de Grandes Comètes. L'une pourra être assez lumineuse pour être vue le jour, l'autre est appelée à devenir l'une des plus brillantes de l'histoire capable éventuellement d'éclipser la lune.


 

Les astronomes ont découvert deux nouvelles comètes approchant à grands pas de notre planète et ayant le potentiel d'être de Grandes Comètes. L'une pourra être assez lumineuse pour être vue le jour, l'autre est appelée à devenir l'une des plus brillantes de l'histoire capable éventuellement d'éclipser la lune.

 

La première comète, nommée C/2011 L4 (PANSTARRS), devrait faire son arrivée en Mars 2013. Selon les astronomes, elle sera "potentiellement visible à l'œil nu bas sur l'horizon ouest juste après le coucher du soleil  et a également le potentiel d'être visible pendant la journée.

Richard Wainscoat, un astronome de l'Université d'Hawaii qui a co-découvert la comète, affirme qu'il n'y a aucun danger de collision avec la Terre, mais admet «puisque nous n'avons pas beaucoup de données à ce sujet, pour le moment nous ne connaissons pas vraiment l'orbite. "

La seconde comète, celle qui pourrait éclipser la lune, a été découverte en Septembre 2012. Elle est appelée S1 (ISON). Les astronomes prédisent que les prévisions orbitales actuelles indiquent que la comète sera a son maximum de luminosité dans les semaines qui suivent son passage au point le plus proche du soleil, le 28 Novembre 2013."

La comète ISON pourra être visible les deux derniers mois de l'année, ainsi que début 2014 et c'est celle des deux qui s'annonce être la plus spectaculaire.



Selon l' astronome Raminder Singh Samra, la comète est déjà remarquablement brillante, étant donné sa distance par rapport au soleil. Qui plus est, 2012 S1 semble suivre la même trajectoire que la Grande Comète de 1680, considérée comme l'une des plus spectaculaires jamais observée depuis la Terre.

 

«Si c'est à la hauteur des attentes, cette comète pourrait être l'une des plus brillantes de l'histoire», a déclaré Samra, du HR MacMillan Space Center de Vancouver.

Cette comète est considérée comme ayant une taille de plus de 3 kilomètres. Elle aussi pourra être visible pendant la journée.



La dernière Grande Comète très visible depuis la Terre, Hale-Bopp, est arrivée il y a 16 ans en 1997. Donc, nous sommes en retard compte tenu de la moyenne d'une par décennie.
Les astronomes font attention à ne pas faire des prédictions au sujet des approches de comètes et préviennent toujours qu'ils ne savent pas vraiment comment elles vont se comporter quand elles se rapprochent du soleil. Pourtant, cela semble assez curieux que l'année 2013 verra le passage de deux Grandes Comètes.



Est-ce que l'une d'elles serait annonciatrice de désastres et de périodes sombres ? Alors que l'effervescence gagne le monde à propos de la fin du calendrier maya, ces comètes ne font qu'ajouter plus d'ampleur aux théories conspirationnistes.



Les autorités et les médias minimisent les thèses de "fin du monde", ce qui est probablement la chose responsable à faire pour éviter la panique. Cependant, il est difficile de savoir où trouver la vérité. Et la NASA n'est pas exactement connue pour son honnêteté..


Mais même si nous n'allons pas obtenir une réponse claire de la NASA, nous devons suivre les conseils qu'elle a donnés à son personnel et se préparer à survivre à de possibles situations d'urgence :


NASA Emails ALL Employees to PREPARE! June 10, 2011
http://www.youtube.com/watch?v=BZUPGw7p9I0&feature=player_embedded

 

Source en anglais : http://www.activistpost.com/2012/12/2013-year-of-comets.h...

Traduction :
http://leschroniquesderorschach.blogspot.com/

 

http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2012/12/2013-lannee-des-cometes.html

 

08/12/2012

De l'eau sous les pôles de Mercure. Le gros scoop de l'année 2012 !

Nous avons arrêté de nous demander si la NASA et ses acolytes ne nous prenaient pas tous pour des imbéciles.

La vérité est celle qu'ils nous prennent pour des débiles mentaux incapables de se former, de s'éduquer et de s'instruire.

Et là, ça fini vraiment par être lassant voire insupportable de se laisser manipuler encore longtemps avec leurs soi-disant scoops et supposées découvertes pour émerveiller les ignorants et les naïfs !

Maintenant ils auraient la prétention de nous apprendre qu'il a de l'eau sur Mercure, comme il y en a toujours eu sur toutes les planètes et dans tout l'Univers.

L'Univers étant fractal, nous pouvons dire que tout ce qui existe en bas est comme ce qui existe en haut.

C'est-à-dire que le macrocosme (l'univers) a été construit comme le microcosme (la cellule). Et s'il y a de l'eau sur Terre et dans nos cellules, c'est qu'il y a de l'eau partout dans l'Univers. Tout comme s'il y a de l'oxygène chez nous, il y en a aussi dans tout l'Univers. Idem pour tous les composants chimiques de nos cellules et de notre environnement tant terrestre que cosmique, énergétique et électrique.


Voici 2 âneries et contradictions que nous livre le
CNRS sur la présence de l'eau dans tout l'univers :

1 : L’eau est présente dans tout le cosmos, sous forme de glace ou de vapeur. Elle est même relativement courante à l’état de vapeur. Mais d’eau liquide, point, en dehors du système solaire où notre chère planète est la seule à jouir, au grand jour, du charme de l’eau liquide.


Il n'y pas un souci sur ces phrases ?

Parce que le premier des débiles mentaux sait qu'avant d'y avoir de la glace ou de la vapeur d'eau, à la base il faut de l'eau pour créer de la glace ou de la vapeur d'eau.

Ce n'est pas parce qu'ils n'en ont pas encore identifié la source que l'eau liquide n'existe pas dans l'Univers.

2 - qu'en savent-ils que l'eau n'existe pas en dehors du système solaire ? Y sont-ils allés ? Depuis quand ? Et quel est le besoin d'aller chercher de l'eau sur d'autres planètes s'ils savent déjà que l'eau existe dans tout l'Univers ?


Par ailleurs vous avez sans doute remarqué que n'avons pas abondé dans le sens de la NASA avec leurs supposées découvertes sur la planète MARS.

Là aussi, ils se moquent encore de nous, car ceux qui ont recherché dans l'histoire de la conquête spatiale, savent qu'Hitler était déjà allé sur Mars en 1945, et que c'est aussi à partir de la planète Mars qu'existe la connexion reptilienne qui nous pourrit la vie depuis 13 000 ans.

Donc, là aussi, nous ne voyons pas où se situent leurs scoops ?

Qu'ils nous parlent des reptiliens plutôt et de ce qui sont allés faire sur Mars surtout !


100 milliards de tonnes d’eau sous les pôles de Mercure

 

Ice_Mercury.jpg

Vue du pôle Nord de Mercure à laquelle est superposée une carte (incomplète) des régions perpétuellement à l'ombre (en rouge) et une autre des dépôts brillants en radio (jaune). Crédit: NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Ca

Les mesures de la sonde Messenger, sur orbite autour de Mercure, ne laissent plus guère de doute : la planète la plus proche du Soleil recèle de la glace d'eau en grande quantité. Une couche d'eau pure « Les dépôts brillants vus au pôle Nord de Mercure contiennent une couche riche en hydrogène, de plusieurs dizaines de centimètres. Cela doit être de l'eau pure », précisent le chercheur américain David J. Lawrence et ses collègues, dans l'article paru dans Science Express. Dès 1992, des images obtenues avec le radiotélescope d'Arecibo (Porto Rico) avaient suggéré la présence d'eau près des pôles de Mercure, vue comme un dépôt réfléchissant les ondes radar.

Plus récemment, les planétologues de la mission Messenger avaient réalisé que les zones brillantes en radar correspondaient aux flancs perpétuellement à l'ombre des cratères polaires de la planète. L'héritage des comètes Les mesures de l'altimètre laser de la sonde montrent que les zones les plus brillantes en radio sont aussi les plus sombres dans le domaine infrarouge. Autrement dit, la couche de glace doit être enfouie, « à environ 10 cm de profondeur », sous un matériau sombre qui pourrait être enrichi en hydrocarbures.

La couche de glace fait « au moins plusieurs dizaines de centimètres » selon les données radar. Si son épaisseur est de 50 cm à 20m, il y a entre 20 milliards et 1400 milliards de tonnes d'eau sous les pôles de Mercure, estiment les auteurs de l'étude. Cette masse d'eau, enfouie il y a 18 à 53 millions d'années, résulterait d'une accumulation liée à l'impact de comètes et d'astéroïdes primitifs pendant plus de trois milliards d'années.

David Fossé, le 3 décembre 2012

http://www.cieletespace.fr/node/9872  

Hypergéante ! Augmentation de la chaleur de surface d'une hypergéante de 3000 ° en 30 ans dans la constellation de Cassiopée.

http://www.lepouvoirmondial.com/media/02/00/3341611717.jpg

 

Une preuve de plus que notre environnement cosmique change dans la constellation de Cassiopée.

 

Une hypergéante parmi les 12 a augmenté sa chaleur de surface de 3000 ° en 30 ans.


Est-elle prête à exploser pour devenir une supernova et donner naissance à d'autres étoiles ou soleils ou à muter pour son évolution dans un Univers éternel et en perpétuelles transformations ?

 

Dans tous les cas, cela annonce une énergie colossale que nous devrions recevoir et que nous recevons depuis 30 ans, au rythme d'une augmentation de sa chaleur de 100 ° par an.

Tout étant lié dans l'univers, nous sommes tous concernés par ces transformations qui se situe au niveau de notre Galaxie, la Voie lactée.

 

Et bien sûr aucune information n'est accessible sur ce thème, sur le net dans la presse scientifique française alors qu'un communiqué de presse a été lancé par l'Observatoire Royal Belge, le 19 novembre 2012.

On ne retrouve qu'un article en néerlandais qui nous a été communiqué par une lectrice amie et sur le site de l'Observatoire Royal Belge avec des fichiers en Anglais.

Apparemment nous devons rester ignorants de la chose, surtout en cette période de grands changements cosmiques où la chaleur participe à notre ascension vers d'autres dimensions cosmiques.

 

La chaleur est un facteur de dilatation du temps et d'activation de notre ADN pour nous permettre d'évoluer que le plan neurologique et sur celui de notre état de conscience.

Ces transformations cosmiques arrivent à point nommé dans une période où nous attendons de grands changements cosmiques.

Ci-dessous le communiqué lancé sur le site de l'Observatoire Royal Belge. 
 

Hypergéante !

publié le 19/11/2012

Une équipe d'astronomes avec Dr. Alex Lobel de l’ORB, vient de finaliser une étude de trente ans d'une étoile «hypergéante ». L'immense étoile extrêmement brillante a fait un développement spectaculaire dans cette période. Sa température de surface a augmenté d'environ 3000°C. Grâce à cette découverte un crucial «chaînon manquant» dans l'évolution des étoiles hypergéantes a été trouvé.

Lire plus (en anglais): http://alobel.freeshell.org/press.html

ou http://www.aanda.org/articles/aa/pdf/2012/10/aa17166-11.p...

http://www.astro.oma.be/FR/hotnews/index.php

L'article en Néerlandais :

Temperatuur van hyperreus verbazend snel toegenomen
http://www.hln.be/hln/nl/961/Wetenschap/article/detail/15...

Traduction Google de l'article :

http://www.microsofttranslator.com/BV.aspx?ref=IE8Activity&a=http%3A%2F%2Fwww.hln.be%2Fhln%2Fnl%2F961%2FWetenschap%2Farticle%2Fdetail%2F1545317%2F2012%2F12%2F07%2FTemperatuur-van-hyperreus-verbazend-snel-toegenomen.dhtml

 

 

 

09/11/2012

LE SAUT QUANTIQUE : La Magie du Cosmos - Episode 3

A voir pour notre prochain saut quantique !

Pour voir les précédents épisodes voir les liens ci-dessous :

L'ILLUSION DU TEMPS - La Magie du Cosmos - Episode 1

LA MAGIE DU COSMOS : Qu'est-ce que l'espace ? Episode 2

 

Le saut quantique, est un documentaire scientifique (0h52) de la série La Magie du Cosmos diffusée sur Arte, qui s'intéresse à la physique quantique, un des domaines complexes de la science, évoqué par le physicien Brian Greene. Épisode 3 sur 4.

LE SAUT QUANTIQUE : La Magie du Cosmos

 

La mécanique quantique est la branche de la physique qui a pour but d'étudier et de décrire les phénomènes fondamentaux à l'œuvre dans les systèmes physiques, plus particulièrement à l'échelle atomique et subatomique. C'est aussi la partie de la physique où apparaît la constante de Planck. Elle fut développée au début du XXe siècle par une dizaine de physiciens américains et européens, afin de résoudre différents problèmes que la physique classique échouait à expliquer, comme le rayonnement du corps noir, l'effet photo-électrique, ou l'existence des raies spectrales.

Au cours de ce développement, la mécanique quantique se révéla être très féconde en résultats et en applications diverses. Elle permit notamment d'élucider le mystère de la structure de l'atome, et plus globalement elle s'avéra être le cadre général de description du comportement des particules élémentaires, jusqu'à constituer le socle de la physique moderne.


La mécanique quantique comporte de profondes difficultés conceptuelles, et son interprétation physique ne fait pas encore l'unanimité dans la communauté scientifique. Parmi ces concepts, on peut citer la dualité onde corpuscule, la superposition quantique, l'intrication quantique ou encore la non-localité.
Globalement, la mécanique quantique se démarque de la physique classique par deux aspects : Des règles différentes quant à l'additivité des probabilités, et l'existence de grandeurs physiques ne pouvant se manifester que par multiples de quantités fixes, appelés quantas, qui donnent leur nom à la théorie.


La physique quantique est l'appellation générale d'un ensemble de théories physiques qui, comme la théorie de la relativité, marquent une rupture avec ce que l'on appelle maintenant la physique classique, l'ensemble des théories et principes physiques admis au XIXe siècle.
Les théories dites "quantiques" décrivent le comportement des atomes et des particules, ce que, notamment, la mécanique Newtonienne et la théorie électromagnétique de Maxwell, n'avaient pu faire, et permettent d'élucider certaines propriétés du rayonnement électromagnétique.
La physique quantique heurte le sens commun à plusieurs égards. Sa description du monde microscopique, radicalement nouvelle, s'appuie sur de nouveaux postulats.


Cette science a apporté une révolution conceptuelle ayant des répercussions jusqu'en philosophie, comme la remise en cause du déterminisme, et en littérature. Elle a permis nombre d'applications technologiques : Énergie nucléaire, imagerie médicale par résonance magnétique nucléaire, diode, transistor, microscope électronique et laser.
Un siècle après sa conception, elle est abondamment utilisée dans la recherche en chimie théorique-quantique, ainsi qu'en physique, c'est-à-dire mécanique quantique, théorie quantique des champs, physique de la matière condensée, physique nucléaire, physique des particules, physique statistique quantique, astrophysique, gravité quantique, aussi en mathématiques avec la formalisation de la théorie des champs, et récemment, en informatique, avec l'ordinateur quantique et la cryptographie quantique.


Elle est considérée avec la relativité générale d'Einstein comme l'une des deux théories majeures du XXe siècle. Cependant, la physique quantique est connue pour nécessiter un formalisme mathématique ardu. Feynman, l'un des plus grands théoriciens spécialistes de la physique quantique de la seconde moitié du XXe siècle, a ainsi écrit : "Personne ne comprend vraiment la physique quantique."
La raison principale de ces difficultés est que le monde de l'infiniment petit se comporte très différemment de l'environnement macroscopique auquel nous sommes habitués.


Dans ce troisième épisode, Brian Greene nous emmène à la découverte de la physique quantique, qui régit l'univers à l'échelle de l'infiniment petit. Il y a un siècle, quand cette théorie fut élaborée, les plus grands esprits, comme Albert Einstein, Niels Bohr et d'autres, s'affrontaient pour l'âme de la physique. Pourquoi les règles du monde quantique, qui semblent si bien décrire le comportement des atomes et leurs composants, sont-elles si différentes de celles qui s'appliquent aux individus, aux planètes et aux galaxies ?

Aujourd'hui encore, le débat autour de l'impact de la mécanique quantique sur la véritable nature de la réalité, fait rage.



- La série La Magie du Cosmos :

L'ILLUSION DU TEMPS

QU'EST-CE QUE L'ESPACE ?



- Voir aussi :

THEORIE DES CORDES

EQUATION DE DIRAC

LA PHYSIQUE QUANTIQUE : Jean-Jacques Crèvecoeur

LE VIDE QUANTIQUE, SOURCE D’ÉNERGIE

 

SOURCE