Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2015

Opération russe en Syrie: 819 sites djihadistes détruits

Le lien du dossier pour suivre l’évolution des Frappes russes :

Syrie: frappes aériennes russes contre l'EI

Compte rendu du 22 octobre 2015

Syrie: les avions russes ont détruit 72 sites terroristes en 53 missions

16:10 22.10.2015

Les frappes aérienne russe en Syrie

En 24 heures, l'aviation russe a frappé 72 sites du groupe djihadiste Etat islamique dans les provinces syriennes d'Hama, d'Idleb, de Lattaquié, d'Alep, de Damas et de Deir ez-Zor.

 

Compte rendu depuis le début des opérations en Syrie.

Opération russe en Syrie: 819 sites djihadistes détruits

19:19 22.10.2015 (mis à jour 19:44 22.10.2015)

Pilote russe pendant une mission de combat en Syrie

Le groupe des Forces aérospatiales de Russie poursuit des frappes contre l'infrastructure terroriste de l'Etat islamique et du Front al-Nosra en Syrie, alors que l'armée syrienne continue son offensive contre les djihadistes, en libérant des agglomérations.

Depuis le début de l'opération en Syrie le 30 septembre dernier, les avions russes ont effectué 934 sorties, détruisant 819 sites des terroristes de l'Etat islamique (EI), a annoncé jeudi aux journalistes à Moscou le chef du service Opérations de l'Etat-major général russe Andreï Kartapolov. 

"En tout, depuis le début de l'opération, 934 vols ont été effectués, lors desquels 819 sites des terroristes ont été détruits", a déclaré le général. 

Selon M.Kartapolov, rien qu'au cours de la semaine dernière, 363 sites des djihadistes ont été anéantis, y compris 71 postes de commandement et de liaison, 10 usines et ateliers de production d'explosif, 30 dépôts de lubrifiants et de munitions en tous genres, 252 points d'appui, fortifications et camps d'entraînement de terroristes.

Le groupe des Forces aérospatiales de Russie poursuit des frappes contre l'infrastructure terroriste de l'Etat islamique et du Front al-Nusra en Syrie, alors que l'armée syrienne continue son offensive contre les djihadistes, en libérant des agglomérations.

La mission principale de l'opération russe en Syrie consiste à écraser l'EI et à ramener la situation dans le cadre politique.

Selon différentes données, l'EI compte actuellement entre 30.000 et 80.000 combattants. D'après l'Etat-major général russe, les unités de l'EI sont fortes de 40.000 à 50.000 hommes.

La Russie mène depuis le 30 septembre une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI. Le 7 octobre, quatre navires de la Flottille russe de la mer Caspienne ont aussi tiré des missiles contre des sites de l'EI.

Les terroristes essuient des pertes considérables et changent de tactique en se réfugiant dans les habitations. Ils ont perdu la plupart de leurs armes et matériels sur la ligne de contact avec les troupes syriennes. Plusieurs groupes faisant partie de l'EI sont déjà prêts à quitter la zone des hostilités.

22/10/2015

Nouveau rapport d’Euro-Med : les abus d’Israël sont désormais filmés

Là aussi, il va falloir que tous ces crimes cessent et que l'état sioniste rende des comptes sur tous ces abus commis contre une population innocente qui a le droit de vivre en paix chez elle, en Palestine occupée depuis trop longtemps !

Nouveau rapport d’Euro-Med : les abus d’Israël sont désormais filmés

publié le : 2015-10-19

Communiqués de Presse

Territoires Palestiniens, ,

 

Nouveau rapport d’Euro-Med : les abus d’Israël sont désormais filmés

Le gouvernement israélien a jusqu’ici échappé à des poursuites sérieuses pour les violations répétées des droits de l’Homme. Mais le “journalisme citoyen » - qui filme les abus des forces de l’ordre israéliennes – rend aujourd’hui ses exactions plus difficiles à cacher ou ignorer, indique un nouveau rapport de l’Observatoire euro-méditerranéen des droits de l’Homme, Euro-Med.

Grâce au courage des activistes, des familles et des passants, Euro-Med a pu recueillir des enregistrements vidéos et des témoignages décrivant les nombreux et énormes abus des soldats israéliens durant ces dernières semaines, qui ne sont, nous pensons, que la partie visible de l’iceberg » déclare Daniela Dönges. « Dans ce rapport, parce que ce ne sont pas que des chiffres, nous détaillons huit cas. Ce sont des êtres humains, et ils méritent d’être connus :

Les huit cas développés dans le rapport sont :

 

  •         Ahmed Manasra, 13 ans, a été écrasé par un véhicule, battu avec des bâtons et des tuyaux métalliques, puis privé de soin pendant 25 minutes. Les Israéliens prétendent qu’il avait tenté d’attaquer des soldats mais les enregistrements vidéo ne mentent pas. Sur ces enregistrements, nous pouvons voir Ahmed couché sur le sol, dans une marre de sang en train de supplier qu’on l’aide.

  •         Marah Bakri, 16 ans, a également été accusée d'avoir tenté de poignarder un soldat israélien, mais des photos qui ont été largement diffusées remettent sérieusement en question cette version. Sur une photo, neuf soldats pointant des fusils entourent la jeune fille gît sur le sol, couverte de sang. Les autorités ont refusé de produire la preuve qu’elle a commis un crime.

  •         Israa Abed, 29 ans, est un autre présumé agresseur au couteau. En fait, cette version prête-à-l’emploi préférée des Israéliens s’applique à tous les cas que nous allons vous soumettre aujourd’hui. Des séquences de vidéo surveillance montrent seulement une jeune femme terrifiée qui a paniqué lorsqu’on lui ordonné d'enlever son voile. Elle a refusé de l’enlever, mais a levé les mains en l’air. Israa a été abattue de quatre balles.

  •         Fadi Mustafa Alloun Samir, 19 ans, un autre prétendu agresseur à l’arme blanche, a été en réalité poursuivi par un groupe de colons israéliens furieux. La police est venue pour protéger les colons, et non pas Fadi. Les enregistrements vidéo partagés sur des sites israéliens montrent les colons poursuivant le jeune homme avant que les soldats israéliens lui tirent dessus.
  •         Hadil Al Hashlamoun, 18 ans, passait un poste de contrôle quand l’alarme du détecteur de métal s’est déclenchée. Il y a plusieurs témoignages contradictoires quant à savoir si la jeune fille avait un couteau ou non, mais des photos et des témoignages démontrent clairement qu'elle ne présentait aucun risque. Alors qu'elle était couchée sur le sol, deux soldats lui ont tiré des balles dans les deux genoux, la cuisse droite, le bassin, l’abdomen, les deux avant-bras et la poitrine. Comment cela peut-il être considéré comme de la légitime défense?
  •         Muhammed Bassam Arusha, 25 ans, aussi était à un poste de contrôle quand il a été tué. Les soldats ont prétendu qu'ils avaient des photos montrant le jeune homme avec un couteau mais ont refusé de les produire.
  •         Tha'er Abughazaleh, 19 ans, a en effet poignardé un soldat dans un acte de désespoir. Il aurait dû fuir et pousser la police à lui tirer par derrière, mais des photos suggèrent qu'on lui a tiré dans la tête, à bout portant.
  •         Falah Hamdi Zamel Abumaria, 53 ans, a été abattu dans sa maison quand des soldats israéliens sont venus prendre son fils. Malgré l'histoire officielle selon laquelle le vieil homme a attaqué les soldats, des témoins affirment qu’il essayait de défendre son fils avec un vase. Pour cela, il a été abattu de trois balles dans la poitrine.

 « Aucune personne sensée avec un cœur ne peut lire cette liste et ne pas sentir horrifiée et consternée » a affirmé Daniela Dönges. « Pourtant, jusqu'à présent, Israël a échappé à toute sorte de poursuite malgré les discours de certains. L’Observatoire euro-méditerranéen pour les droits de l'Homme demande aux autorités israéliennes de mener une enquête transparente sur ces meurtres à peine voilés. Mais parce que nous ne croyons pas qu’ils vont le faire, nous appelons également le rapporteur spécial de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires et le rapporteur spécial sur la situation des droits de l'Homme dans les territoires palestiniens occupés à visiter la région pour faire leur propre enquête. »

 

Aucun drapeau n'est assez grand pour dissimuler la honte d'avoir tué des innocents !

HALTE AUX CRIMES COMMIS CONTRE L’HUMANITÉ !

12022463_432409006957437_716361572843418172_o.jpg

21/10/2015

La coalition au pouvoir en Irak et les milices chiites demandent l'aide de la Russie contre Daesh

Les Irakiens qui en ont marre de se faire trucider et racketter par les nazis depuis des années qui risquent de demander avant la fin du mois d'octobre l'aide de la Russie par voie parlementaire !

 

La coalition au pouvoir en Irak et les milices chiites demandent l'aide de la Russie contre Daesh

Le Premier ministre irakien est pressé par les milices chiites de demander l'aide de la Russie en Irak

Le Premier ministre irakien est pressé par les milices chiites de demander l'aide de la Russie en Irak

Très présentes dans la lutte contre Daesh, les milices chiites irakiennes font pression sur le Premier ministre pour qu'il obtienne l'aide de la Russie en Irak. Pas forcément simple alors que les liens du pays avec les Etats-Unis sont très forts.

La coalition au pouvoir en Irak et les milices chiites, très puissantes dans le pays, ont demandé au Premier ministre Haider al-Abadi d'appeler la Russie à l'aide. Moscou pourrait en effet procéder à des bombardements en Irak, mais attend pour cela une demande officielle des autorités irakiennes. Selon l'agence de presse russe Sputnik, qui a interrogé un membre de la coalition au pouvoir, le parlement irakien pourrait se saisir de cette question avant la fin du mois d'octobre.

Le Premier ministre irakien est donc sous pression. D’un côté, les milices chiites, qui contrôlent une bonne partie du pays et semblent le principal rempart à l’expansion de Daesh, veulent bénéficier de l’aide de la Russie ; mais de l’autre côté, les Etats-Unis, allié important de l’Irak, ne veulent pas d'un soutien de la Russie en Irak.

Pour les milices chiites, proches de l’Iran et de la Russie, l’aide du Kremlin est indispensable, d’autant que leurs combattants déplorent souvent la faiblesse de la campagne de bombardements américaine contre l’Etat islamique. Mais pour Haider al-Abadi, inclure les Russes «dans la lutte contre Daesh ne ferait que compliquer la relation avec les Américains et pourrait avoir des conséquences indésirables sur les relations à venir, même à long terme, avec l'Amérique», a expliqué un proche du Premier ministre à l'agence Reuters.

Lire aussi : Des combattants chiites ont déjoué une attaque chimique de Daesh en Irak

Lors d'une visite à Bagdad, mardi, le général Joseph Dunford, chef d'état-major de l'armée américaine, a d’ailleurs affirmé que les Etats-Unis avaient obtenu du gouvernement irakien qu'il ne ferait pas appel à l'aide la Russie.

Reste que pour les milices chiites, les Russes se sont montrés plus décisifs que les Américains en Syrie, et leur aide en Irak serait la bienvenue.

Derniers développements syriens, dératisation en cours !

 

La pression ne cessera de monter contre les mercenaires de la CIA/MOSSAD et la coalition criminelle illégale, en Syrie   !

Grande dératisation à prévoir dans les jours qui arrivent !

Derniers développements syriens

19 Octobre 2015

Les bombardements russes continuent, qui mettent à mal les terroristes modérés ou immodérés si chers à l'OTAN. Ceux-ci voient leurs centres de commandement et dépôts d'armes réduits en cendres, leurs lignes d'approvisionnement et de communication bombardées sans relâche, et en viennent à se battre entre eux pour mettre la main sur des armes devenues de plus en plus rares.

Profitant de cet état de fait, l'armée syrienne et ses associés hezbollahi et iraniens viennent de lancer une offensive surprise au sud et à l'est d'Alep, qui était certes dans les tuyaux mais que l'on attendait plus tard. Résultat : nos amis les terroristes modérés semblent en bien mauvaise posture autour de la seconde ville du pays. Fait intéressant, les Russes paraissent avoir réussi à imposer à une armée syrienne trop prévisible leur doctrine opérationnelle, recourant à l'effet de surprise et au saucissonnage puis à l'encerclement des forces ennemis (on en a vu un bon exemple dans le Donbass...)

Si nos pauvres djihadistes sont déjà mal en point avec une cinquantaine de bombardements par jour, qu'est-ce que ça sera quand Moscou va multiplier leur nombre par six... Papa Poutine siffle la fin de la récré et prévoit d'atteindre le nombre de 300 sorties par jour. Aïe.

Cette fermeté, cette absence de compromissions, rendent le chef du Kremlin extrêmement populaire au Moyen-Orient, tout particulièrement en Irak. A mille lieux de la diabolisation d'une presse occidentale qui semble un peu avoir perdu le nord ces temps-ci.