Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2015

Fusillade de Paris : la France vers une guerre de plus grande envergure ?

Fusillade de Paris : la France vers une guerre de plus grande envergure ?

Il semble bien que le parti de la guerre totale vient de marquer des points importants en sacrifiant 150 innocents. Encore une fois ces sacrifiés sont Français, et les premiers soldats à mourir ne seront ni Anglais, ni Allemands, ni Etats-uniens, ce seront des soldats français. La France, à cause des tueries de Paris, a été mise dans l’obligation d’agir. Espérons simplement que le gouvernement agira avec intelligence, et non à coup de décrets aveugles qui, pour l’instant n’ont pas fait leurs preuves.

Les auteurs des fusillades, tout le monde s’en doute, n’ont pas agi sur un coup de tête. C’est une opération mûrement réfléchie et synchronisée. D’ores et déjà, nous pouvons oublier les contes à dormir debout autour du fanatisme. C’était des opérations commando destinées à faire réagir. Dans quel sens la France réagira, cela va dépendre de la suite des évènements. Avec ses bombardements en Irak et en Syrie, la France était déjà en guerre. Mais pas l’OTAN. Nous avons vu que l’organisation peut se servir de prétextes divers pour ses interventions. Va-t-elle se « solidariser » avec la France ?

En attendant, sur le plan intérieur, nous entrons dans une phase bien sombre. En état d’urgence, le mot même de liberté est incongru. Voilà où nous a mené le terrorisme international qui n’a jamais été combattu efficacement. Après des années de pseudo- lutte, les terroristes sont toujours là, et nous perdons un peu plus de liberté chaque jour. Non seulement ils tuent les citoyens, ils tuent également la République, parce que ceux qui sont chargés de la défendre n’ont pas su le faire. Il est plus que temps de faire le bilan de ces dernières années dans le domaine du terrorisme. Pour l’instant, il est largement négatif. A force de faire des distinctions entre « bons » et « mauvais » terroristes, voilà où nous en sommes. En d’autres temps, ceux qui auraient dû éviter ce carnage auraient offert leurs démissions. François Hollande, qui veut profiter de la situation pour rallier les Français autour de lui, n’est manifestement pas à la hauteur. En d’autres termes, il devrait être le premier à partir. Mais les temps changent.

12241364_829235270526309_658855389534541006_n

Il y a trois ans, presque jour pour jour, Alain Soral produisait une analyse, qui prend tout son relief aujourd’hui, jour de deuil national.


 

Collon : «Les attentats sont une conséquence de la politique française ambiguë contre le terrorisme»

Collon : «Les attentats sont une conséquence de la politique française ambiguë contre le terrorisme»

https://cdn.rt.com/french/images/2015.11/article/56473bd9c4618841038b4618.jpg

© TT News Agency Source: Reuters

La France et les Etats-Unis ont soutenu les terroristes en Afghanistan, maintenant cela s’est retourné contre la France, explique l'écrivain, journaliste et fondateur du Collectif Investig'Action, Michel Collon dans une interview à RT.

RT : Plus d’une dizaine de pays, notamment la France, prennent part aux bombardements contre l’Etat islamique. Si c’est vraiment Daesh qui a perpétré ces attaques à Paris, pourquoi ont-ils choisi la France comme cible ?

MICHEL COLLON (M.C.) : D’abord, la France a soutenu le terrorisme avec les Etats-Unis, mais maintenant ces terroristes ont leur propre agenda, ils sont allés trop loin. Parce qu’il existe une résistance en Syrie, au Moyen-Orient, il y a une intervention russe… C’est pour ça qu’ils réalisent maintenant que l’Occident avait une politique très ambiguë à l’égard du terrorisme, lorsque Laurent Fabius estimait par exemple que le Front al-Nosra faisait du bon travail.

Je crois que maintenant ces gens se sentent trahis et se retournent contre la France.

Mais ce n’est pas quelque chose de nouveau. Cette histoire a commencé en 1979, quand M. Brzezinski, qui était à la tête de la diplomatie américaine, a armé, formé et envoyé Ben Laden, et ce type de terroristes, en Afghanistan. Et puis, ils ont aussi utilisé ce type de terrorisme en Yougoslavie, en Irak, dans la Caucase, en Libye, en Syrie. C’est une politique générale et malheureusement, l’attitude des Etats-Unis de bombarder les terroristes est très récente et très limitée. Nous avons vraiment besoin d’une analyse équilibrée de ce phénomène.

En savoir plus : Dans une vidéo Daesh menace la France de nouvelles attaques terroristes

RT : Le groupe terroriste a promis de faire payer la France pour ses frappes aériennes en Syrie et en Irak. Les autorités françaises auraient-elles pu mieux se préparer ?

M.C. : Je ne suis pas un spécialiste du renseignement… Le problème n’est pas seulement de savoir si l’on peut arrêter ce type particulier des terrorisme. Encore une fois, je ne suis pas un spécialiste. Mais je pense que la préparation dont nous avons besoin est différente. Le problème, c’est qu’en France et en Europe occidentale, il n’y a pas de véritable débat sur la politique que mène Israël à l’égard des Palestiniens. Il n’y a pas de réelle politique pour savoir si nous – la France, la Belgique et d’autres –avons le droit de créer des murs dans des pays comme la Libye et la Syrie. Avons-nous le droit de décider de qui doit diriger ces pays ? Avons-nous le droit de soutenir le terrorisme pour obtenir un changement de régime ? On ne débat pas de cela en France, ni de la question d’Israël, ce qui fait que beaucoup de gens, des jeunes malheureusement, ne font plus confiance aux médias, pas plus qu’il ne croient à la possibilité d’un débat et à la possibilité d’exprimer une voix démocratiquement dans ce débat. C’est comme ça qu’ils sont manipulés par des gens, tout le monde sait qui les manipule, ce sont les Saoudiens, des gens de ce type qui leur mettent des idées stupides qui n’ont rien à voir avec l’islam [dans la tête] et qui les utilisent comme des marionnettes. C’est la seule façon de faire de la prévention contre ce type d’événements.

 

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

 

Lire aussi

EN CONTINU : La France sous le choc après les attentats de Paris qui ont fait 128 morts

Cet homme vient d'échapper au carnage qui a frappé la salle de concert du Bataclan

01/11/2015

Pour ne pas gâcher la communication du Président, son hôte se voit interdire de parler d'immigration

Sans commentaire !

Pour ne pas gâcher la communication du Président, son hôte se voit interdire de parler d'immigration

1 nov. 2015, 15:27

François Hollande rencontre Lucette Brochet le 29 octobre 2015

François Hollande rencontre Lucette Brochet le 29 octobre 2015

Le 29 octobre dernier, François Hollande était dans l’Est de la France afin de défendre son bilan à quelques semaines des élections régionales. Une rencontre chez l'habitant a été organisée lors de son déplacement et rien n'a été laissé au hasard.

L’ex-infirmière de 69 ans, habitant Vandœuvre-lès-Nancy et proche du maire PS de la ville, s’est vu proposer d’accueillir le président de la République le temps d’un café. Mais le service de communication de l’Elysée n’a rien voulu laisser au hasard. Ainsi, lorsque Lucette Brochet rencontre, deux jours avant, le personnel en charge de la préparation de l’évènement, elle leur confie qu’elle voudrait lui dire «qu’il s’occupait beaucoup des immigrés et pas beaucoup des clochards qui crèvent dans la rue». Mais pour ce sujet, ça sera niet : «ça, il ne fallait pas que je le dise», a révélé la retraitée à BFM TV.

Le matin de la rencontre, la mairie a apporté des chaises, des tasses, le café et un bouquet de fleurs mis bien en évidence sur la table. Après qu’une femme de ménage soit venue nettoyer l’appartement, un chien policier a été amené sur place pour vérifier qu’il n’y avait pas d’explosif dans le logement.

Malgré la mise en scène et le fait qu’on ne lui ait pas laissé exprimer son «inquiétude» concernant «ces milliers de réfugiés qui arrivent», Lucette Brochet a été conquise par le François Hollande. «C’est un homme simple, sympathique et chaleureux. Il est avenant, convivial, on discute facilement avec lui», a-t-elle déclaré à l’Est Républicain.

Lire aussi : Un syndicaliste CGT refuse de serrer la main de François Hollande en solidarité avec Air France

31/10/2015

Comprendre la domination de l'Etat islamique en 7 minutes, Les sources de revenu du très riche Etat islamique expliquées

Qui était déjà installé en Irak depuis 2003 pour permettre aux mercenaires Israël/Isis/CIA/Mossad d'instaurer leur califat à cheval sur la Syrie et l'Irak pour voler les réserves de pétrole à ces deux pays ?

C'est Bachar Al-Assad et Bagdad ?

Ou la Mafia Khazar/Truque de Rothschild pour créer le Grand Israël et le Grand Moyen Orient ?

Échec et mat à l'empire ? Poutine leader d'une coalition anti-Mafia Khazare Rothschild (Veterans Today)

Qui a permis ces dernières années à ces mercenaires d'étendre leur empire en Irak et en Syrie sans ne rien faire pour l'arrêter ? La coalition internationale illégale qui agissait sous les ordres des Banksters de la Mafia Rothschild/US/UE !

Vidéo extraite de cet article du Monde, à lire :

Dans le Sinaï, « c’est la guerre » entre l’Egypte et l’Etat islamique

Comprendre la domination de l'Etat islamique en 7 minutesLe 29 juin 2014, l'Etat islamique proclamait la naissance d'un califat à cheval sur la Syrie et l'Irak. Profitant de la grande instabilité de la région et s'appuyant sur un fonctionnement interne solide, l'organisation djihadiste n'a cessé d'étendre son emprise. Si bien qu'en l'espace d'un an, l'EI est devenu un acteur majeur dans les conflits qui touchent le Moyen-Orient. Retour sur la montée en puissance de l'Etat islamique.


 

Les sources de revenu du très riche Etat islamique expliquées

14:19 30.10.2015 (mis à jour 15:42 30.10.2015)

Combattants de l'EI

D'après des analystes iraniens, la proportion des crimes de l'EI témoigne de la présence de protecteurs aisés qui lui accordent leur soutien.

Les combattants de l'Etat islamique ne s'arrêteront devant rien afin d’obtenir de l'argent, a déclaré le politologue iranien Emad Abshenas dans une interview accordée à Sputnik.

"Cette organisation terroriste utilise tous les interdits du droit international pour générer des revenus", a-t-il annoncé.

Selon lui, l'illégalité de telle ou telle activité n’arrête pas les djihadistes.

Par ailleurs, l’analyste affirme que le budget de l'EI augmente également grâce à de riches mécènes: des sommes considérables ont été transmises de la part du mouvement "Al-Qaïda et des pays du golfe Persique".

L'expert a également rajouté que les combattants trafiquent illégalement du pétrole par l'entremise de la Turquie, de Jordanie et d'Israël, ce qui est l'une des raisons de la chute des prix mondiaux du pétrole.

De même, le politologue iranien Mozaeb Naimi partage la position de M. Abshenas. Il accuse la Turquie et Israël pour leur médiation dans le commerce illégal de pétrole du groupe. En outre, selon lui, la puissance du groupe indique aussi que l'EI pourrait recevoir de l'aide financière de la part des "adhérents de la guerre en Syrie".

"Autrement dit, de très riches et influents acteurs sont pour l'EI, y compris les Etats-Unis, l'Arabie saoudite, le Qatar et leurs alliés", a conclu l'analyste.

 

30/10/2015

Pour Pékin, les manœuvres US en mer de Chine méridionale pourraient «déclencher une guerre»

Après la Russie à présent la Chine dans le collimateur des USA avant d'aller s'attaquer aux pays d'Asie Centrale sous les faux prétextes d' aller y assurer la sécurité et la lutte anti-terroriste !

Kerry en Asie centrale: sécurité et lutte antiterroriste au menu

Objectifs clairs : mettre entraves au projet de la Route de la Soie, projet auxquels adhèrent la Chine et la Russie, en y apportant leurs mercenaires pour semer la guerre dans ces régions !

Surtout que la Chine a réussi à faire entrer le Yuan, dans les monnaies mondiales de réserve !

 

Le yuan, nouvelle monnaie mondiale de réserve?
10:42 27.10.2015

yuan
A partir d'octobre 2016, le yuan chinois sera sur un pied d'égalité avec le dollar, l'euro, la livre sterling et le yen japonais.
 

Pékin accuse Washington de jouer avec le feu en mer de Chine
08:46 30.10.2015 (mis à jour 11:01 30.10.2015)

Le navire lance-missiles américain USS Lassen s’est approché, mardi 27 octobre, à moins de 12 milles nautiques d’au moins une des îles artificielles que Pékin construit en mer de Chine méridionale, dans l’archipel des Spratleys.

Pour Pékin, les manœuvres US en mer de Chine méridionale pourraient «déclencher une guerre»

30 oct. 2015, 10:55

Le destroyer américain USS Lassen

Au milieu des tensions pour la zone maritime, disputée entre les pays de la région, les manœuvres de bateaux militaires américains sont peu appréciées par la Chine, qui craint que les Etats-Unis ne déclenchent une guerre à coup de provocations.

Jeudi 29 octobre, le Commandant de la Marine chinoise, Wu Shengli, s’est entretenu par vidéoconférence avec son homologue américain, John Richardson. «Si les Etats-Unis continuent avec ce genre d’actes dangereux, provocateurs, il pourrait bien y avoir une situation très sérieuse et urgente entre les forces frontalières des deux côtés, en mer et dans les airs, ou même un incident mineur qui déclenche une guerre», a-t-il mis en garde. Il a ajouté qu’il espérait que «les Etats-Unis chérissent la bonne situation entre les marines chinoises et US qui ne s’est pas faite en un jour» et qu’ils «évitent que ce genre d’incidents arrive à nouveau».

Afficher l'image d'origine

Les déclarations ont suivi de quelques heures la décision par Washington d’envoyer un navire de guerre destroyer en mer de Chine méridionale, à proximité des îles Spratley, revendiquées par six pays différents dont la Chine, qui y a vu une menace à sa souveraineté. Les Etats-Unis, eux, s’inquiètent de la récente construction par Pékin d’infrastructures sur les îles, qui pourraient, selon eux, accueillir des installations militaires et menacer leur liberté de navigation.

La mer de Chine méridionale, où se trouvent les îles disputées, est un enjeu régional particulièrement important. Cette voie commerciale, où transite près d’un tiers du pétrole vendu mondialement, est très prisée par le gouvernement de Pékin. Les Etats-Unis, eux, refusent de reconnaître la revendication chinoise des îles, soutenant qu’il s’agit d’une menace à la libre circulation des mers.