Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2009

Une société entend ouvrir un hôtel dans l'espace en 2012

Il ne se passerait rien en 2012........mais on prévoit déjà ses arrières pour les plus fortunés ?
Nous serions curieux de connaître les porteurs de parts sociales de cette Société.

 

Le 02/11/2009 à 08:14

Une société entend ouvrir un hôtel dans l'espace en 2012


La société Galactic Suite Ltd, à l'origine d'un projet d'hôtel dans l'espace entend accueillir ses premiers hôtes payants en 2012, malgré les critiques qui se sont entendre sur la tenue des délais et l'investissement à réaliser. /Image d'archives/REUTERS/NASA Goddard Space Flight Center


BARCELONE, Espagne (Reuters) - L'entrepreneur à l'origine d'un projet d'hôtel dans l'espace entend accueillir ses premiers hôtes payants en 2012, malgré les critiques qui se sont entendre sur la tenue des délais et l'investissement à réaliser.

La société Galactic Suite Ltd, maître d'oeuvre du projet Galactic Suite Space Resort, prévoit de facturer les trois nuits pour trois millions d'euros, un prix incluant une session d'entraînement de huit jours sur une île tropicale.

Durant leur séjour, les hôtes pourraient observer 15 levers de soleil par jour, faire le tour du monde toutes les 80 minutes et porteront des combinaisons munies de velcro pour se déplacer agrippés au mur, à la manière du super-héros Spiderman.

Ancien ingénieur de l'aérospatiale, le directeur général de Galactic Suite Ltd, Xavier Claramunt, estime que le projet fera de sa société un pionnier de ce marché naissant mais prometteur et assure que le voyage spatial finira par devenir commun.

"Il est tout à fait normal d'imaginer que vos enfants, peut-être d'ici 15 ans, pourront passer un week-end dans l'espace", a-t-il dit à Reuters Television.

L'industrie du tourisme en est à ses balbutiements et commence à se développer avec la construction au Nouveau-Mexique du Spaceport America, première base spécialement dédiée à une exploitation commerciale.

Le site devrait notamment accueillir les navettes de Virgin Galactic, le nouveau projet grâce auquel le milliardaire britannique Richard Branson entend propulser des touristes dans l'espace moyennant 200.000 dollars par voyage.

Galactic Suite, société créée en 2007, devrait lancer son projet avec une capsule unique placée en orbite à 450 km de la Terre et capable d'héberger quatre personnes plus deux pilotes.

Le voyage jusqu'à l'engin prendra une journée et demie.

Plus de 200 personnes ont déjà signalé leur intérêt pour un séjour dans l'espace, dont 43 ont déjà réservé.

Ces chiffres sont semblables à ceux de Virgin Galactic, qui dit pouvoir déjà compter sur 300 clients pour ses voyages.

Les détracteurs de Galactic Suite remettent en cause le calendrier annoncé, irréaliste à leurs yeux, et s'interrogent sur la provenance des fonds. Selon Claramunt, un milliardaire amoureux de l'espace a apporté trois milliards de dollars pour financer le projet.

Stuart McDill, version française Grégory Blachier


Quelques réponses ici, sur les partenaires du projet.

Communiqué de presse de la Sté Galactic Suite Ltd



11/12/2009

Copenhague précipite les événements ?

Les contradictions vont bon train !
Il y a du changement dans l'air
?


L’avis de l’Agence américaine de l’environnement : « un coup d’Etat d’Obama, made in Britain »

9 décembre 2009 (Nouvelle Solidarité) — La petite reine Elisabeth II d’Angleterre, prenant prétexte du « réchauffement climatique », a lancé à Trinidad et Tobago la nouvelle offensive du Commenwealth pour gérer un monde post-Etat-nation en voie de dépopulation.
Se joignant à cette perspective, le président américain Barack Obama, outrepassant le travail du Congrès, a obligé le 7 décembre, l’Agence américaine pour la protection de l’environnement (Environmental Protection Agency - EPA) à présenter un avis définitif sur les gaz à effet de serre, les qualifiant de « menace pour la santé ».
Lire la suite:
http://www.solidariteetprogres.org/article6094.html


L’Onu doit justifier sa théorie d’un réchauffement dû à l’homme




9 décembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – Hier, 140 scientifiques réunis en marge du Sommet de Copenhague sur le Climat, ont publié une lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies, demandant à l’ONU de fournir des preuves expérimentales pour étayer ses affirmations sur le « danger d’un réchauffement climatique
causé par l’homme ». Nous publions ici une traduction française de cette lettre.

Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies
http://www.solidariteetprogres.org/article6095.html

Réchauffement climatique: le pire scandale scientifique de notre génération.
http://www.spreadthetruth.fr/?p=5960


Il faut prendre conscience des plans que les élites mettent en place pour reprendre possession de nos libertés et de notre droit à la vie.


Climat: la présidence de l'UE optimiste sur un accord vendredi

Ben voyons !

La France et l'Europe sont endettées auprès des banques mondiales et européennes !
Va-t-on encore nous endetter pour enrichir l'oligarchie financière US ou les Illuminati-Reptiliens et leur permettre de prendre le pouvoir sur le monde par le biais de l'endettement ?

Et tout cela bien sûr, sans avoir fait la lumière sur les mensonges qui nous sont assénés sur le réchauffement climatique depuis des années et le ClimateGate ?

On nous prend pour qui ?

 

 

BRUXELLES - La présidence suédoise de l'UE s'est dite optimiste sur les chances de parvenir vendredi à une promesse d'aide européenne importante en faveur des pays pauvres pour faire face au réchauffement climatique, malgré l'absence d'annonce jeudi soir à Bruxelles.

"Nous pensons que nous aurons demain (vendredi) un meilleur chiffre que celui que nous avons ce soir", a déclaré le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt à la presse à l'issue de la première journée d'un sommet des dirigeants européens consacrée à la question.

Il a précisé que les conseillers des chefs d'Etat et de gouvernements des 27 pays de l'UE allaient travailler toute la nuit pour tenter de parvenir vendredi matin à un accord final.

Cet optimisme a été confirmé par plusieurs délégations.

La présidence française a ainsi indiqué que l'objectif européen de parvenir à une aide immédiate de quelque 2 milliards d'euros par an sur trois ans (2010, 2011 et 2012), soit un chiffre cumulé autour de 6 milliards d'euros, était à portée de main.

"Il y a quasiment unanimité pour trouver les financements" en faveur des pays en développement, a indiqué un responsable de la présidence française sous couvert de l'anonymat.

"Dix-sept pays (de l'UE sur 27), dont la France, ont annoncé leurs chiffres" à huis clos jeudi soir lors de la réunion, a-t-elle ajouté, la France devant dévoiler ses intentions publiquement vendredi.

"Sur les 2,2 milliards (d'euros) attendus pour l'Europe (par an), on en est quasiment à 1,8 milliard" d'euros, a-t-elle ajouté. "C'est un combat, mais ça avance", a-t-elle ajouté. Une autre délégation a fait état d'un objectif de plutôt 2,1 milliards d'euros par an.

L'Allemagne, qui n'a pas non plus fait d'annonce d'aide jeudi soir, pourrait le faire vendredi au dernier jour du sommet de l'UE.

La question du financement de l'aide aux pays en développement pour les aider à mettre en place des économies moins polluantes et à faire face aux effets du réchauffement climatique est l'un des enjeux clés des tractations de la conférence de Copenhague qui se déroule en parallèle.

M. Reinfeldt a d'ailleurs rappelé que l'Europe attendait aussi que les autres grands pays industrialisés mettent la main au portefeuille. "Nous prendrons notre juste part des besoins de financement mais nous exhortons les autres à faire aussi des promesses", a-t-il dit.

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a prévenu pour sa part "que sans aide aux pays les plus pauvres" notamment d'Afrique "il n'y aura pas d'accord à la conférence de Copenhague".

Par ailleurs, M. Reinfeldt a répété qu'en l'état les pays de l'UE n'étaient pas prêts à relever leur objectif de réduction d'émissions de gaz à effet de serre de 20% à 30% en 2020 par rapport à 1990. "Cette offre tient toujours mais elle est conditionnée" à des engagements comparables des autres grands pays développés comme les Etats-Unis, a-t-il dit.

Cette position semble toutefois surtout un moyen tactique de pression.

Car, selon la présidence française "une immense majorité (d'Etats de l'UE) est pour une annonce à 30% en 2020, si les autres font un effort". La décision devrait être prise à la fin de la conférence de Copenhague par les dirigeants de l'UE qui seront sur place, "dans la nuit du 17 au 18", a-t-elle dit.

"Le top départ sera donné là bas", a-t-elle ajouté.

(©AFP / 11 décembre 2009 00h38)


http://www.romandie.com/ats/news/091210233843.q37k1aab.asp

09/12/2009

Climat : en direct de Copenhague

Des prises de conscience pour modifier les projets des élites et trouver un nouvel équilibre ?

En direct de Copenhague, tout le monde n’est pas d’accord
8 décembre 2009

http://www.solidariteetprogres.org/article6085.html

Les LaRouche à la conférence russe contre la mondialisation
8 décembre 2009

http://www.solidariteetprogres.org/article6088.html

Déclarations de Jacques Cheminade /
Copenhague : Le crime de M. Sarkozy


Jean-Paul Fitoussi : les banques manipulent les gouvernements
7 décembre 2009

http://www.solidariteetprogres.org/article6080.html



 

05/12/2009

Climategate : données ré-examinées

12h13

Climategate : données ré-examinées (The Times)


Par Gilles Klein le 05/12/2009

Le scandale du Climategate, qui jette un doute sur la rigueur des climatologues et des données du réchauffement, continue de faire des vagues.

original.20896.demi.jpg

 

 

 

"Le Met Office va ré-examiner 160 ans de données météorologiques" titre le Times.

"Cette nouvelle analyse des données va durer trois ans, ce qui signifie que le Met Office ne pourra pas statuer avec certitude sur le réchauffement climatique avant la fin de l'année 2012." Ce n'est pas un détail car "La base de données du Met Office est l'une des trois principales sources sur laquelle l'ONU s'appuie pour estimer que le réchauffement climatique est une sérieuse menace pour le monde. (...) le gouvernement britannique essaie d'empêcher le Met Office de se lancer dans cette révision, expliquant que cela va faire le jeu des sceptiques qui doutent du changement climatique. (...) le patron du Met Office a écrit aux services météorologiques nationaux de 188 pays pour leur demander l'autorisation de publier les données brutes qu'ils ont récolté."


"L'Intergouvernemental Panel Climate Change (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat - GIEC)) a reconnu hier qu'il fallait prendre en compte les implications de la publication de ces e-mails et le doute éventuel qu'ils jetaient sur toute preuve de l'influence humaine sur le réchauffement climatique."

The Times samedi 5 octobre 2009

http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=6388