Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2009

Réchauffement : La Nasa veut déplacer la terre !

Réchauffement : La Nasa veut déplacer la terre !

On arrête pas le progrès !!!!


Reproduction interdite voir l'article par le lien suivant :

http://www.lepost.fr/article/2009/08/07/1650250_la-nasa-v...

 

Article original : The Guardian

23/07/2009

Réchauffement : Fonte spectaculaire du plus grand glacier français, aux îles Kerguelen

Romandie News

Fonte spectaculaire du plus grand glacier français, aux îles Kerguelen

PARIS - La calotte Cook, plus gros glacier en territoire français situé aux îles Kerguelen (Terres australes et antarctiques françaises, TAAF) a perdu 22% de son volume en 40 ans, tandis que la vitesse de diminution de sa surface a doublé depuis 1991, a constaté une équipe de chercheurs.

Par rapport au début des années 1960, "l'amincissement de la calotte Cook atteint 300 à 400 mètres au niveau des langues glaciaires à basse altitude", selon une présentation du CNRS des travaux publiés dans la revue américaine Journal of Geophysical Research.

Depuis une quarantaine d'années également, les "pertes d'épaisseur atteignent environ 1,5 mètre par an, une valeur très élevée quand on la compare à d'autres glaciers du globe", poursuit le texte.

"Les bilans de masse qu'on a l'habitude de voir, même dans des régions comme l'Alaska ou dans les Alpes ces 10 dernières années sont de l'ordre de un mètre par an", a précisé dans un entretien à l'AFP Etienne Berthier, du Laboratoire d'Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales (LEGOS).

En surface, "la perte de glace était de l'ordre de 1,9 km2 par an entre 1963 et 1991 et a augmenté pour atteindre 3,8 km2 par an après cette date", selon l'étude des chercheurs du LEGOS et leur collègue Raymond Le Bris, de l'université de Zurich.

Une partie du recul de la calotte Cook et des autres glaciers de Kerguelen correspond à une réponse différée au réchauffement consécutif au petit âge de glace (1650-1850).

La diminution des précipitations sur les Kerguelen a également joué un rôle, mais "l'accélération récente des pertes de surface et d'épaisseur ne peut pas être attribuée au réchauffement consécutif à la fin du petit âge de glace" et est la conséquence du réchauffement récent, selon M. Berthier.

La situation décrite par les chercheurs aux Kerguelen correspond à une tendance générale d'accélération de la fonte de glaciers.

"Jusque dans les années 90, il y avait quelques régions, notamment en Norvège ou en Nouvelle-Zélande, où l'augmentation des précipitations faisait plus que compenser l'élévation des températures. Mais même dans ces régions, il y a des pertes de glace depuis les années 2000", rappelle le chercheur.

La fonte des calottes et des glaciers contribue à l'élévation du niveau des mers, qui pourrait dépasser un mètre à la fin du siècle.

(©AFP / 22 juillet 2009 19h15)

Source : http://www.romandie.com/ats/news/090722171515.kriw1ufx.asp

18/07/2009

USA : Le réseau Haarp et le climat

haarp1.jpg


Zbigniew Kazimierz Brzezinski, membre de la commission trilatérale et ex-conseiller de Jimmy Carter, conseiller de Barack Obama (spécialiste des opérations secrètes sordides, des coups d’États, des sabotages divers et d’autres actions criminelles), a "rompu la glace" dans son livre "Between Two Ages : America's Role in the Technetronic Era, New York, Viking Press (ISBN 0-313-23498-1)", dont voici un extrait : « Nous disposons de méthodes capables de provoquer des changements climatiques, de créer des sécheresses et des tempêtes, ce qui peut affaiblir les capacités d'un ennemi potentiel et le pousser à accepter nos conditions. Le contrôle de l'espace et du climat ont remplacé Suez et Gibraltar comme enjeux stratégiques majeurs. ».

haarp3.jpg

I Télé - HAARP ...docu



A lire aussi :

Wikipedia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/HAARP

Haarp : l'arme Ultime
Les applications du Réseau Haarp

Les Américains sont-ils en train de mettre au point un vaste système d'armement capable de :


*
scanner les entrailles de la terre à la recherche de bases secrètes,
*
d'interrompre toute forme de communication hertzienne,
*
d'influencer les comportements humains,
*
de modifier la météorologie,
*
de griller les avions dans le ciel comme le ferait un vulgaire four à micro-ondes de votre potage,
*
de provoquer des tremblements de terre
*
ou des explosions aussi puissantes qu'une bombe atomique.

La suite ici : Conspiration

HAARP: Il faut se méfier des expérimentations de guerre climatique réalisées par l'armée des États-Unis
Source : Alterinfo


Petite banniere 400x50

 

13:42 Publié dans Climat, si on nous mentait !, Réseau Haarp, USA, Israël | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

08/07/2009

Nibiru : Hercolubus ou planète rouge

Un message pour l'humanité du Maître Rabolú ?

Une vidéo extraite de ce site :

http://www.hercolubus.tv/francais.html

HERCOLUBUS : LA PLANÈTE DE LA FIN DU MONDE

http://www.youtube.com/watch?v=XukXN1xiT88

 

Le message de l'association Alcione

COLLABORER AVEC NOUS

L’Association Alcione est un organisme sans but lucratif. Toutes ses activités se déroulent de manière altruiste, sans en tirer aucun bénéfice économique.

L’unique but de l’Association Alcione est la distribution internationale du livre « Hercolubus ou Planète rouge » du Maître Rabolú.

Sa principale activité consiste en l’envoi gratuit de livres à n’importe quel endroit du monde, en espérant faire connaître ce message universel à toute personne intéressée, sans aucune distinction.

Si vous pouvez nous aider à faire connaitre le livre « Hercolubus ou Planète rouge » à vos proches et ami(e)s, nous vous en serons très reconnaissant.

Si vous souhaitez participer à la diffusion du message du Maître Rabolú, et maintenir une plus grande collaboration avec nous, vous pouvez nous écrire à l’une de ces adresses :

Par courriel :

infohercolubus@yahoo.es

Par la poste :

Association Alcione
Apartado de correos 4
09080-Burgos (Espagne)

 


04/07/2009

Climat : Le "pot au noir" migre vers le Nord

CLIMAT

Le pot au noir migre vers le Nord

NOUVELOBS.COM | 02.07.2009 | 18:38

La bande équatoriale, connue sous le nom de zone de convergence intertropicale, à l’intérieur de laquelle les pluies sont abondantes, remonterait vers le nord. Certaines îles pourraient en pâtir.

 


720534.jpg

La ZTIC au-dessus du Pacifique. (agrandir la carte)(University of Washington)

Tout autour de l’équateur s’étend une bande au sein de laquelle les pluies sont abondantes : elles fournissent de l’eau douce à près d’un milliard d’habitants de la planète. Cette bande, connue sous le nom de zone de convergence intertropicale (ZCIT), s’est déplacée de 500 km depuis le petit âge de glace, remontant vers le Nord à la vitesse moyenne d’un kilomètre et demi par an, selon une étude publiée cette semaine par Nature Geoscience.

Si la migration de cette zone se poursuit, des régions aujourd’hui arrosées pourraient être plus sèches dans quelques décennies, souligne Julian Sachs, de l’Université de Washington (Seattle, États-Unis), premier auteur de cette étude.

La zone de convergence intertropicale est formée par la rencontre entre les alizés de l’hémisphère nord, qui soufflent vers le sud-ouest, et ceux de l’hémisphère sud, qui soufflent vers le nord-ouest. Les averses brusques et les orages violents de cette zone lui valent le surnom de ‘pot au noir’ chez les navigateurs.

Des études paléoclimatiques menées en Afrique ou en Australie avaient déjà suggéré que la ZTIC avait bougé au cours du dernier millénaire. L’équipe de Sachs a étudié des sédiments lacustres prélevés dans plusieurs îles du Pacifique –Palau, Galápagos, îles de la Ligne- pour retracer avec précision leur climat.

Palau, qui est aujourd’hui au cœur de la ZTIC, était aride pendant le petit âge de glace, celui qui a refroidi l’hémisphère nord entre 1250 et 1850, rapportent les chercheurs. L’île de Washington, dans l’archipel des îles de la Ligne, qui reçoit aujourd’hui près de trois mètres d’eau par an, était également très aride pendant le petit âge glaciaire. Les sédiments forés dans des lacs d’eau douce révèlent aussi que des microbes aimant les milieux salés vivaient dans ces mêmes lacs il y a 400 à 1000 ans, preuve que les pluies étaient beaucoup moins intenses qu’aujourd’hui, selon Sachs et ses collègues. A l’inverse, l’archipel des Galápagos était beaucoup plus humide pendant le petit âge de glace que maintenant.

Les chercheurs supposent que pendant cette période glaciaire la ZTIC était bloquée 550 km plus au sud par les températures plus froides de l’hémisphère nord, due à une baisse du rayonnement solaire. Avec le réchauffement, la zone remonte vers le nord : si elle poursuit sa migration sur le même rythme, elle se trouvera 126 km plus haut à la fin de ce siècle.

Cécile Dumas
Sciences-et-Avenir.com
02/07/09

Source : Nouvel Obs Sciences