Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2015

Nibiru : Mondes en collision du Dr. Immanuel Velikovsky, le plus grand visionnaire du siècle !

Cet article se compose de plusieurs articles.

 

SOMMAIRE :

1 - Dans ce premier article vous trouverez la présentation du Dr. Immanuel Velikovsky et de ses oeuvres extraordinaires, à lire absolument !

2 - Vous pourrez télécharger les 3 principaux livres que nous avons sélectionnés pour vous par ces liens :

 

Livres à télécharger sur NIBIRU du Dr Velikovsky Immanuel

 

IMMANUEL VELIKOVSKY

 
[image]
Russe d'origine, génie scientifique, ami d'Albert Einstein, Velikovsky a publié entre 1950 et 1979 une série d'ouvrages, dont:
 

* - Mondes en collision (Worlds in Collision) (1950), Éd. le Jardin des Livres, 2004. 

* - Les Grands Bouleversements terrestres (Earth in Upheaveal) (1955), éditions Stock 1982; rééd. le Jardin des Livres, 2005.   

* - Le Désordre des siècles (Ages in Chaos) (1952), Éd. le Jardin des Livres, 2006. Œdipe et Akhénaton (Oedipus and Akhnaton) (1960), Éd. Robert Laffont, coll.

* - Les Énigmes de l'univers, 1999.

* - Peoples of the Sea 1977 (Book club associates)

* - Ramses II and his Time 1978 (Doubleday)

 
Ouvrages qui ont agité et agitent toujours le monde scientifique.
 
Pour Velikovsky, l'histoire de l'humanité est jalonnée de catastrophes naturelles d'origine cosmique qui éclairent d'un jour nouveau nombre de grands mythes du passé, tels les plaies d'Egypte et le déluge. « J'entends établir qu'au milieu du deuxième millénaire avant notre ère, la Terre subit l'un des plus grands cataclysmes de son histoire. Un corps céleste, tout récemment entré dans le système solaire - une nouvelle comète - s'approcha très près de la Terre. On peut reconstituer le récit de ce cataclysme d'après les témoignages fournis par un grand nombre de documents». Parmi ces documents, Velikovsky cite la Torah (Livre de l'Exode), le Manuscrit Quiché des Mayas, etc...
 


mondes_collision.jpg

 

Les principaux thèmes abordés dans ce livre :

Les trompettes de l'Apocalypse (les étranges sons entendus de partout dans le monde),

Le monde rouge, (les eaux et la Terre, rouges)

La pluie de pierres (météorites, grêle)

Le Naphte ou le pétrole

Les ténèbres (les 3 jours d’obscurité lors de l’inversion des pôles des pôles magnétiques et l’absence de soleil),

Les séismes

L'ouragan

La marée

L'étincelle

L'effondrement du ciel

La terre et la mer en ébullition

Le renversement des pôles

 

Découvrons  en vidéo, la présentation  du  Dr. Immanuel Velikovsky et de ses livres par Pierre Jovanovic.

 

Mondes en collision du Dr. Immanuel Velikovsky commenté par P. Jovanovic

 

Est-il exact que la terre a été bouleversée par des cataclysmes sans précédent ? Pourquoi les livres bouddhiques parlent-ils d'une année à 360 jours ? Pourquoi les scientifiques enregistrent-ils des inversions de polarité dans les rochers ? Pourquoi les océans se sont-ils massivement déplacés et les jungles transformées en déserts ? Comment explique-t-on la présence de mammouths en Sibérie - instantanément gelés alors qu'ils étaient en train de mâcher tranquillement - sachant que leur examen prouve qu'ils vivaient dans un climat tempéré ? Et pourquoi ont-ils tous été décimés d'un seul coup ? D'où viennent les palmiers retrouvés au pôle Nord ? Depuis quand le 13 porte-t-il malheur ? Comment expliquer que le papyrus égyptien Ipuwer ainsi que les textes aztèques, chinois et mayas confirment le texte de la Bible des dix plaies d'Egypte ? Et pourquoi ce livre est-il le plus combattu et censuré de tous les temps ? Dans ce livre, le plus controversé de l'histoire de l'édition moderne, le Dr Velikovsky, répond de manière si révolutionnaire qu'on en ressort avec un choc intellectuel. Cette édition 2003 contient la biographie de Velikovsky reconnu maintenant comme l'un des plus grands génies du XXe siècle, l'histoire du livre, des documents, la liste de ses découvertes incroyables - confirmées depuis par les sondes spatiales - et bien sûr "Mondes en collision ".

 

Mondes en collision du Dr. Immanuel Velikovsky


 

 

Nibiru - Mondes en collision - Velikovsky Immanuel : Année - 1950

  Livres sur NIBIRU de Velikovsky Immanuel

 

1er livre : Mondes en collision - 1950

2ème livre : Les grands bouleversements terrestres - 1955

3ème livre : Le désordre des siècles - 1952

 

1er LIVRE : ANNEE 1950

 

Velikovsky Immanuel - Mondes en collision

Lien permanent VVelikovsky Immanuel

Auteur : Velikovsky Immanuel
Ouvrage : Mondes en collision
Année : 1950

mondes_collision.jpg

 




Lien de téléchargement :

Velikovsky_Immanuel_-_Mondes_en_collision.zip

 

Présentation du livre par l'éditeur

 Est-il exact que la terre a été bouleversée par des cataclysmes sans précédent ? Pourquoi les livres bouddhiques parlent-ils d'une année à 360 jours ? Pourquoi les scientifiques enregistrent-ils des inversions de polarité dans les rochers ? Pourquoi les océans se sont-ils massivement déplacés et les jungles transformées en déserts ? Comment explique-t-on la présence de mammouths en Sibérie - instantanément gelés alors qu'ils étaient en train de mâcher tranquillement - sachant que leur examen prouve qu'ils vivaient dans un climat tempéré ? Et pourquoi ont-ils tous été décimés d'un seul coup ? D'où viennent les palmiers retrouvés au pôle Nord ? Depuis quand le 13 porte-t-il malheur ? Comment expliquer que le papyrus égyptien Ipuwer ainsi que les textes aztèques, chinois et mayas confirment le texte de la Bible des dix plaies d'Egypte ? Et pourquoi ce livre est-il le plus combattu et censuré de tous les temps ? Dans ce livre, le plus controversé de l'histoire de l'édition moderne, le Dr Velikovsky, répond de manière si révolutionnaire qu'on en ressort avec un choc intellectuel. Cette édition 2003 contient la biographie de Velikovsky reconnu maintenant comme l'un des plus grands génies du XXe siècle, l'histoire du livre, des documents, la liste de ses découvertes incroyables - confirmées depuis par les sondes spatiales - et bien sûr "Mondes en collision ". Si vous ne connaissez pas encore ce livre, alors attendez-vous à le lire d'une seule traite !!!

Quatrième de couverture

Est-il exact que la Terre a été bouleversée par des cataclysmes sans précédent ? Comment explique-t-on la présence de mammouth en Sibérie alors que leur examen prouve qu'ils vivaient dans un climat tempéré ? Et pourquoi ont-ils tous été décimés d'un seul coup ? D'où viennent les palmiers retrouvés dans les pôles ? Pourquoi 2000 ans avant J-C, les astronomes ne dessinaient-ils jamais la planète Vénus? Comment expliquer le mythe grec de la « Naissance de Vénus » si merveilleusement illustré par Botticelli ? Pourquoi les romains disaient-ils qu'Athéna est née de Jupiter pour aller se battre avec Mars ? Pourquoi les océans se sont-ils massivement déplacés et les jungles transformées en désert ? Comment expliquer que le papyrus égyptien Ipuwer, en plus des textes aztèques, chinois et mayas, confirment ce que la Bible présente sous forme des dix plaies d'Egypte ? Pourquoi les scientifiques enregistrent-ils des inversions de polarité dans les rochers anciens ? Et pourquoi cet ouvrage est-il le plus combattu de tous les temps ? Cette édition 2003 contient la biographie de Velikovsky, l'histoire du livre, des documents, des listes, une liste de ses découvertes incroyables (confirmées depuis par les sondes spatiales), et bien-sûr le “Mondes en collision” lui-même, avec les sources sous forme de plus de 1000 notes bas de page.

Préface. Ce livre a pour sujet les guerres qui bouleversèrent la sphère céleste dans les temps historiques, et auxquelles notre planète participa. Il ne décrit que deux actes d'un grand drame : le premier se déroula il y a trente-quatre à trente-cinq siècles, au milieu du deuxième millénaire avant notre ère ; le second au cours du VIIIe et au début du VIIe siècle avant J. C., il y a quelque vingt-six siècles.

Cet ouvrage comporte donc deux parties, précédées d'un prologue. Le principe de l'harmonie et de la stabilité des sphères céleste et terrestre est le fondement même de notre conception présente de l'Univers, qui trouve ses expressions essentielles dans la Mécanique céleste de Newton et dans la théorie darwinienne de l'évolution. Si ces deux savants sont sacro-saints, ce livre est une hérésie. Et pourtant la physique moderne, avec sa théorie de l'atome et des quanta, constate des bouleversements dramatiques dans le microcosme - l'atome - prototype de notre système solaire ; une théorie qui envisage la possibilité de phénomènes semblables dans le macrocosme - le système solaire - ne fait qu'appliquer à la sphère céleste les concepts de la physique moderne.

Ce livre s'adresse au savant comme au profane; j'entends que nulle formule, nul hiéroglyphe ne barrera la route à qui en entreprendra la lecture. S'il arrive que des témoignages historiques ne cadrent pas avec certaines lois déjà formulées, il importera de se rappeler que la loi n'est que la consécration de l'expérience et de l'expérimentation, et qu'en conséquence les lois doivent se plier aux faits historiques, non les faits aux lois. Je n'exige pas du lecteur qu'il accepte une théorie les yeux fermés : je l'invite au contraire à se demander en toute sincérité s'il s'agit là d'un livre de fiction pure ou bien d'une oeuvre solide, fermement étayée par des faits historiques; je le prie de me faire crédit sur un seul point, au reste secondaire pour la théorie des cataclysmes cosmiques : j ai utilisé un tableau synchronique de l'histoire d'Égypte et d'Israël qui n'est pas orthodoxe.

Au printemps 1940 il m'est brusquement venu à l'idée que quelque gigantesque cataclysme avait eu lieu au temps de l'Exode : de nombreux textes des Écritures en apportaient l'éclatant témoignage. Dès lors, cet événement pouvait servir à déterminer la date de l'Exode d'Israël dans l'histoire de l'Égypte, ou à établir le tableau synchronique de l'histoire des deux peuples. C'est ainsi que j'entrepris « Ages in chaos », qui est la reconstruction de l'histoire du monde antique depuis le milieu du second millénaire avant notre ère jusqu'à Alexandre le Grand.

Dès l'automne 1940, j'eus l'impression d'avoir saisi la vraie nature de cette gigantesque catastrophe; pendant neuf ans je menai de front deux tâches, en écrivant de concert l'histoire politique et l'histoire naturelle de cette époque. « Ages in chaos » fut achevé le premier; il ne sera cependant publié qu'après « Mondes en collision ».

Dans ce dernier livre j'étudie les deux ultimes actes d'un grand drame cosmique; certains actes antérieurs, tel le Déluge, feront l'objet d'un autre volume. Le récit à la fois cosmologique et historique que contient le présent ouvrage s'appuie sur les témoignages des textes de l'histoire du monde entier, sur la littérature classique, les épopées nordiques, les livres sacrés des peuples d'Orient et d'Occident, les traditions et le folklore des tribus primitives, sur de vieilles inscriptions et d'antiques cartes astronomiques, sur les découvertes archéologiques, géologiques et paléontologiques. Mais si des bouleversements cosmiques se sont produits dans le passé historique, pourquoi la race humaine n'en a-t-elle pas conservé le souvenir? Pourquoi n'en retrouve -t-on la trace qu'au prix de recherches obstinées ? Le chapitre « l'amnésie collective » éclairera ce problème. Mon travail ressemblait assez à celui du psychanalyste qui, à partir de souvenirs et de rêves discontinus, reconstruit une expérience traumatique oubliée, qui imprima une trace profonde sur l'enfance d'un individu. En appliquant la même méthode à l'histoire de l'humanité, on se rend compte que les inscriptions ou les thèmes des légendes jouent un rôle comparable à celui des souvenirs et des rêves dans l'analyse d'une personnalité. Est-il possible, à partir de ces données polymorphes, d'établir des faits certains?

Nous comparerons, nous opposerons sans trêve un peuple à l'autre, les récits épiques aux cartes astronomiques, et la géologie aux légendes, jusqu'à obtenir enfin des faits authentiques. Dans quelques cas il est impossible d'affirmer avec certitude qu'un document ou une tradition se rapporte à telle ou telle de ces catastrophes qui se produisirent au cours des âges; il est même probable que certaines traditions ne sont qu'une synthèse d'éléments appartenant à des âges différents.

Dans l'analyse finale il n'est cependant pas capital de discriminer les éléments de chaque catastrophe individuelle. Il paraît autrement plus important, nous semble-t-il, d'établir :

1° que certains bouleversements physiques ont véritablement existé, qui affectèrent le globe entier aux époques historiques;

2° qu'ils furent provoqués par des agents extraterrestres;

3° que l'identification de ces agents est possible.

Ces conclusions entraînent de multiples conséquences. Qu'il me soit permis d'en réserver l'examen pour l'épilogue de ce livre. Quelques personnes ont lu le manuscrit de mon livre et m'ont présenté des suggestions et des remarques pleines d'intérêt. Ce sont, dans l'ordre chronologique de leur lecture :

Dr Horace M. Kallen, ancien doyen de la Graduate Faculty of the New School for Social Research, New- York ;

John J. O'Neill, rédacteur scientifique du New York Herald Tribune ;

James Putnam, co- éditeur de la Macmillan Company ;

Clifton Fadiman, critique et commentateur littéraire ;

Gordon A. Atwater, directeur du Hayden Planetarium à l'American Museum of Natural History, New-York.

Ces deux dernières personnalités ont spontanément demandé à lire cet ouvrage, après que Mr. O'Neill en eut fait la critique dans le Herald Tribune du 11 août 1946. Je leur exprime ici ma reconnaissance, mais la responsabilité des idées et du texte incombe à moi seul.

Miss Marion Kuhn a bien voulu revoir le manuscrit et m'a aidé dans la correction des épreuves. Il est courant qu'un auteur dédie un de ses ouvrages à sa femme, ou mentionne son nom dans la préface. J'ai toujours considéré que cet usage comportait une certaine part d'ostentation; mais il m'apparaît, à l'heure où ce livre va voir le jour, qu'il serait d'une rare ingratitude de ne point signaler que ma femme Elishevay a consacré presque autant de temps que moi-même. Je lui dédie ce livre. Au cours des années où je composais mes deux livres, une catastrophe mondiale, celle-ci provoquée par l'homme faisait rage : les hommes s'entre-tuaient sur la terre, sur les mers et dans l'air. C'est pendant cette guerre que l'homme a découvert le moyen de dissocier quelques-uns des éléments constitutifs de l'univers - les atomes de l'uranium. Si un jour il parvenait à résoudre le problème de la fission et de la fusion des atomes dont la croûte terrestre, son eau et son atmosphère se composent, il se pourrait qu'il déclenchât fortuitement des réactions en chaîne telles, que notre planète perdrait toute chance de survie et se verrait définitivement éliminée des membres de la sphère céleste. Immanuel Velikovsky.

 

Nibiru - Le désordre des siècles - Velikovsky Immanuel - 1952

 

Livres sur NIBIRU de Velikovsky Immanuel

 

1er livre : Mondes en collision - 1950

2ème livre : Les grands bouleversements terrestres - 1955

3ème livre : Le désordre des siècles - 1952

 

 

3ème LIVRE : ANNEE 1952

 

Velikovsky Immanuel - Le désordre des siècles

 

 

Auteur : Velikovsky Immanuel

Ouvrage : Le désordre des siècles de l'exode à Akhenaton : une nouvelle chronologie

Année : 1952

desordre.jpg

Lien de téléchargement :

Velikovsky_Immanuel_-_Le_desordre_des_siecles.zip



Le Désordre des Siècles fut conçu au moment où je me suis rendu compte qu'un cataclysme s'était produit à l'époque de l'Exode biblique et que cette catastrophe pourrait bien être le lien entre les histoires d'Israël et celle d'Egypte, à la seule condition que d'anciens textes égyptiens contiennent des références à un événement similaire. J'ai trouvé ces textes et élaborai en peu de temps la reconstruction de l'histoire antique depuis l'Exode jusqu'à la conquête d'Alexandre le Grand. Dès le mois d'octobre de la même année, j'avais réalisé la nature et l'étendue de ce désastre. Au cours des dix ans qui suivirent, je menai de front deux tâches en écrivant parallèlement Mondes en Collision et Le Désordre des Siècles, ce qui me réclama un effort titanesque. ...

 

 

Nibiru, 2ème signe de son arrivée : Les morts massives d'animaux dans le monde !

On ouvre les yeux ou on continue à dormir ?

 

Les animaux ne devraient-ils pas nous servir de baromètres pour nous alerter de certains dangers que nous pourrions encourir ?

 

 
 
Quand les morts massives d'animaux dans le monde, la disparition d'espèces animales et végétales, nous alertent depuis plus de 5 ans, sur des phénomènes cosmiques, des réactions chimiques qui se produisent dans l'air et dans l'eau, et des impulsions électromagnétiques qui se produisent entre le Cosmos et la Terre et que l'on nous cache savamment et que l'on impute systématiquement à l'homme, sans que jamais les élites criminelles ne tiennent compte dans le réchauffement global, du gaz méthane libéré par le dégel du pergélisol, ni de la déforestation intempestive des forêts tropicales et autres, ni de leurs bombes au phosphore blanc et autres armes chimiques, électromagnétiques ou climatiques et nucléaires, ni des chemtrails, et ni de l'arrivée de Nibiru dans notre système solaire, etc..
 
Et ce, sans jamais tenir compte de l'arrivée de météorites sur Terre ni d'un astre étranger causant à chaque fois qu'il revient dans notre système solaire, d'importantes perturbations électromagnétiques et destructrices, une combinaison de facteurs aux effets dramatiques : séismestsunami, éruptions volcaniques, basculement de l'axe des pôles, terres englouties, changements climatiques, disparitions de certaines espèces animales, végétales et communautés humaines.
 
Bien sûr l'homme qui subit de la part des élites divers empoissonnements de son environnement naturel, ne peut qu'être responsable que du fait de ne les avoir jamais arrêtées !

 
Voici de quoi nous sommes accablés !

La sixième extinction de masse menace un quart des mammifères

http://www.lepouvoirmondial.com/media/02/00/4270826060.jpg

 

* - Est-ce que c'est le CO2 qui affecte grandement l'ensemble de notre système solaire, notre Soleil compris ?

* - Est-ce que c'est le CO2 qui participe à l'inversion des pôles magnétiques terrestres , confirmée par la NASA en novembre 2011?

* - Est-ce que c'est le CO2 qui participe à faire augmenter la Résonance de Schuman ou les battements ou signaux rythmiques de la Terre dont la fréquence serait passée de 7,8 Htz à 12, 9 Htz ? Résonance de Schumann et signaux rythmiques de la Terre. Les effets de la résonance magnétique de la Terre sur notre ADN et sur nos ondes cérébrales.


La résonance Schuman aurait augmentée de 7,8 Htz à 12,9 Htz en sachant que la fréquence de 13 Htz, est appelée le point zéro de la résonance, et que cette fréquence peut correspondre à l'arrêt de la rotation de la Terre durant 3 jours (les 3 nuits jours d'obscurité) et à l'inversion des pôles magnétiques terrestres. La Terre reprenant sa rotation à l'envers après les 3 jours de stase et le soleil se lèverait à l'Ouest au lieu de l'Est.

 

* - Est-ce que c'est le CO2 qui participe à faire faiblir le champ magnétique terrestre ?


« Gregg Braden a trouvé des données recueillies par des chercheurs norvégiens et Russes à ce sujet, une information qui n’'est pas diffusée largement aux Etats Unis. (La seule référence à la RS trouvée dans la Bibliothèque de Seattle est liée à la météo ». Nous pouvons donc en venir au fait que la force magnétique diminue grâce au phénomène suivant : l'’opposition entre la diminution du champ magnétique terrestre et l’'augmentation en vitesse des pulsations Terrestres. Le professeur BanerJee de l’'Université du Nouveau Mexique :  « le champ aurait perdu la moitié de son intensité durant les 4000 dernières années. » Selon lui, il faut s'’attendre à un autre renversement polaire magnétique comme il y en a déjà eu dans le passé.

…

Nous pourrions imputer ces morts massives d'animaux dans le monde à plusieurs facteurs :
 
3 - Les Eruptions volcaniques y compris sous-marines qui peuvent aussi libérer des gaz toxiques et des éléments chimiques qui en grosse quantité peuvent devenir toxiques aussi bien pour les humains que pour les animaux,
4 - les océans qui se réchauffent suite à la libération de méthane et d'éléments chimiques voire toxiques en quantité importante - des produits chimiques libérés dans les airs et les eaux,  
7 - Les chemtrails ou le réseau Haarp,
8 - L'arrivée dans notre système solaire d'un astre causant à chaque fois qu'il revient dans notre système solaire, d'importantes perturbations électromagnétiques et destructrices, une combinaison de facteurs aux effets dramatiques : séismestsunami, éruptions volcaniques, basculement de l'axe des pôles, terres englouties, changements climatiques, disparitions de certaines espèces animales, végétales et communautés humaines. Une espèce animale ou de plante disparaît toutes les 20 minutes soit 26280 espèces disparues chaque année. Près d'un quart des espèces animales et végétales pourrait disparaître d'ici le milieu du siècle.
 
En effet, vous remarquerez dans certains articles ci-dessous, que des poissons sont morts parce que les eaux ou les rivières devenaient soit oranges, soit rouges, soit vertes, etc... La neige ayant pris certains endroits de la planète diverses couleurs ces dernières années.
 
 
Rappelons-nous ce qu'écrivait Immanuel Velikosky dans son livre Les Mondes en Collision : Nibiru, l'un des signes de son arrivée : Le monde et les eaux rouges
 


Les impressionnantes listes de morts massives d'animaux dans le monde depuis décembre 2010 à nos jours:

 

2010/2011 : Morts massives d'animaux dans le monde - Décembre 2010 - Février 2011

2011 : Morts massives d'animaux dans le monde

2012 : Morts massives d'animaux dans le monde

2013 : Morts massives d'animaux dans le monde

2014 : Morts massives d'animaux dans le monde

2015 (1) : Morts massives d'animaux dans le monde

2015 (2) : Morts massives d'animaux dans le monde

 

Source des listes des animaux morts en masse dans le monde :

 

Nibiru, l'un des signes de son arrivée : Le monde et les eaux rouges

 

Suite du précédent article  : Le curieux phénomène de plans d'eaux devenus rouges dans le monde sans aucune explication scientifique !

Voici ce que nous dit Immanuel Velikosky dans son livre : Les Mondes en Collision à télécharger : ICI

 

Comme quoi la période de l'Exode n'a pas touché que les Juifs, mais c'est toute la planète qui a été touchée par une collision avec un astre.


Dès lors, il ne s'agissait pas que de la mer rouge, mais des eaux et de la Terre rouges  !

 

Nous pouvons constater que le pigment rouge des eaux peut provoquer la mort des poissons.

 
 
 

Le monde et les eaux rouges

 

 

J'entends établir qu'au milieu du deuxième millénaire avant notre ère, la terre subit l'un des plus  grands  cataclysmes  de  son  histoire.  Un  corps  céleste,  tout  récemment  entré  dans  le système solaire - une nouvelle comète - s'approcha très près de la terre. On peut reconstituer le récit de ce cataclysme d'après les témoignages fournis par un grand nombre de documents.

 

La comète s'éloignait de son périhélie; elle heurta d'abord la terre de sa queue gazeuse. Dans les pages suivantes, je montrerai que c'est au sujet de cette comète que Servius a écrit : « Non igneo sed sanguineo rubore fuisse » (elle n'était pas d'un rouge feu, mais d'un rouge sang).

 

L'un des premiers signes visibles de cette rencontre fut la couleur rouge que prit la surface de la terre, sous l'influence d'une fine poussière de pigments couleur rouille. Dans les mers, les lacs et les rivières, ce pigment donna à l'eau la couleur du sang. Sous l'effet de ces particules, ou de quelque autre pigment soluble, le monde devint rouge.

 

Le Manuscrit Quiché des Mayas nous rapporte que dans l'hémisphère occidental, aux temps d'un grand cataclysme où la terre trembla et où le mouvement du soleil s'interrompit, (inversion des pôles magnétiques), l'eau des rivières fut transformée en sang  1 .

 

L'égyptien  Ipuwer,  témoin  oculaire  de  la  catastrophe,  consigna  sur  le  papyrus  ses lamentations 2 .

 

« La rivière est de sang », dit-il; et le livre de l'Exode lui fait écho (7 : 20) : «Toute l'eau du fleuve se changera en sang ». L'auteur du papyrus écrivit également : « La peste s'est abattue sur le pays entier.  Le sang est partout », expressions identiques à celles du livre de l'Exode (7 : 21) « il y avait du sang sur toute la terre d'Égypte ».

 

La présence du pigment hématoïde dans les fleuves provoqua la mort des poissons, suivie de décomposition  et  de  puanteur  :  «  et  le  fleuve  devint  infect  »  (Exode  :  7 :  21)  « Et  tous  les Egyptiens creusèrent le sol dans le voisinage du Nil pour trouver de l'eau potable, car ils ne pouvaient  boire  celle  du  fleuve.  »  (Exode  :  7 :  24).    Le  papyrus  rapporte  :  «  Les  hommes répugnent à la goûter.  Les êtres humains ont soif d'eau »; « telle est notre eau! tel est notre bonheur! que ferons-nous ? tout est ruine! »

 

La peau des hommes et des animaux fut irritée par la poussière, qui provoquait des pustules, la maladie, et la mort du bétail, « une piste terrible  8 ». Les bêtes sauvages, effrayées par les présages du ciel, s'approchaient des villages et des cités  4 .

 

Le sommet des montagnes de Thrace reçut le nom de « Haemus », et Apollodore rapporte la tradition thrace, qui attribue comme origine à ce nom «le torrent de sang jailli sur la montagne» quand se livra le combat céleste entre Zeus et Typhon, et que Typhon fut frappé de la foudre 6 . On dit qu'une ville égyptienne reçut le même nom pour la même raison  6 . La mythologie qui personnifiait les forces du drame cosmique décrivait le monde comme étant teinté de rouge. Dans un mythe égyptien la teinte rouge sang du monde est attribuée au sang  d'Osiris,  le  Dieu-Planète  blessé  à  mort.  Dans  un  autre  mythe,  c'est  le  sang  de  Set  ou d'Apopi ; dans le mythe babylonien le monde fut rougi par le sang du monstre céleste Tiamat égorgé  7 .

 

L'épopée finnoise, le Kalevala, décrit comment, au temps du bouleversement cosmique, le monde fut aspergé de lait rouge  8 . Les Tartares de l'Altaï parlent d'un cataclysme où « le sang colore le monde entier en rouge », et qui est suivi d'un embrasement général  9 . Les hymnes orphiques font allusion à l'époque où la voûte céleste, « le puissant Olympe, trembla de peur... et la terre tout alentour poussa un cri terrible, et la mer s'agita, soulevant des vagues pourpres 10 .

 

Voici un vieux thème de discussion : pourquoi la mer Rouge a-t-elle reçu ce nom?  Si une mer est appelée noire ou blanche, la raison en peut être la coloration sombre de ses eaux, ou l'éclat des neiges et des glaces.  La mer Rouge est bleu foncé. Faute de mieux, on a proposé comme explication de cette dénomination la présence de quelques formations de corail, ou de quelques oiseaux rouges sur les grèves de cette mer  11 .

 

Comme toute l'eau en Égypte, la surface de la mer, au moment du Passage, était d'une teinte rouge. Il semble donc que Raphaël n'ait point commis d'erreur dans son tableau du « Passage », en donnant à l'eau une couleur rouge.  Naturellement, ce ne fut pas telle rivière, telle montagne, telle mer particulière qui se teinta de rouge, et qui reçut ainsi le nom de « rouge » ou de « sanglant », pour la distinguer des autres montagnes ou des autres mers; des foules humaines rescapées du cataclysme auquel elles venaient d'assister attribuèrent le qualificatif d'haemus, ou rouge, aux lieux mêmes où elles se trouvaient alors.

 

Le phénomène de la « pluie de sang » a également été observé sur des surfaces réduites, et à une  petite  échelle,  en  des  époques  plus  récentes.  Une  de  ces  pluies,  selon  Pline,  se  serait produite sous le consulat de Manius Acilius et de Gaius Porcius  12 . Les Babyloniens parlent également de la poussière et de la pluie rouges tombant du ciel  13 .  Des cas de « pluie de sang » ont été signalés dans différentes régions  14.  La poussière rouge, soluble dans l'eau, tombant du ciel  sous  l'aspect  de  gouttes  liquides,  ne  se  forme  pas  dans  les  nuages,  mais  doit  provenir d'éruptions volcaniques, ou des espaces cosmiques.  Il est généralement reconnu que la chute de poussière météorite est un phénomène qui se produit surtout après le passage de météorites; cette poussière se retrouve sur la neige des montagnes et dans les régions polaires  15.