Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2012

Exode massif de l'élite financière et de hauts fonctionnaires dans les derniers jours. Pourquoi tant de démissions simultanées?

Les rats quittent-ils le navire en perdition ?

Des démissions massives parmi l'élite financière et les hauts fonctionnaires ces derniers jours, auxquelles il convient d'ajouter celle inattendue en Israël du Ministre de la Défense, Ehud Barak qui démissionne comme par hasard à quelques semaines des élections en Israël, alors qu'il a été durant 53 dans l'armée et dans la politique.

Que sauraient-ils que nous ne sachions pas ?


Exode massif de l'élite financière dans les derniers jours. Pourquoi tant de démissions simultanées?

Jeudi 15 novembre 2012

 
 
 
 
 
 
 








Ces derniers jours, un nombre remarquable de hauts fonctionnaires ont présenté leurs démissions, la majorité au cours des trois derniers jours seulement...
Voir la liste dans l'article suivant (en anglais)
http://the2012scenario.com/
 

L'Allemagne veut récupérer son or détenu théoriquement par la Fed, celle-ci refuse l'inspection !!!

Elle n'est pas belle la vie pour la FED ?

Quand l'armée va-t-elle se décider à nous débarrasser de ces banksters qui nous pourrissent la vie depuis 1913 ?
Heureusement que le bail de la FED doit prendre fin le 21 décembre 2012 !
A quand la fin du monde des banksters ?

 


Le 19/11/2012 

 

L'Allemagne veut récupérer son or détenu théoriquement par la Fed, celle-ci refuse l'inspection - Est-il bien raisonnable d'avoir confié son or à des banques juives ? - VIDEOS

Hussein et Shalom


Photo : Ben Shalom Bernanke, actuel président de la Réserve fédérale des États-Uni s


Les appels de l'Allemagne pour récupérer ses 1.536 tonnes de réserves d'or détenues à la Fed NY s'intensifient, Der Spiegel rapporte que la Réserve fédérale a refusé d'autoriser les inspecteurs allemands de simplement voir les réserves en or massif du pays, "dans l'intérêt de la sécurité et du processus de contrôle ".


Nous avons signalé à plusieurs reprises qu'à chaque demande de rapatriement et/ou d'audit par le Venezuela, l'Allemagne, la Suisse et les Pays-Bas, la BoE et la Fed trouvent soudainement des tas d'objections de peu de crédibilité, et certains pensent que les banques centrales n'ont plus ces réserves d'or, qu'au mieux, l'or a été substitué par de faux lingots fourrés au Tungstène [1].


Der Spiegel rapporte que près de la moitié des réserves d'or de l'Allemagne sont toujours détenus (soi-disant) 5 étages en-dessous de la Fed de New York:

La Federal Reserve Bank de New York continue de détenir 1.536 tonnes d'or Allemand - soit presque la moitié des réserves de Berlin. Ce trésor colossal d'or est stocké au cinquième sous-sol du bâtiment de la banque sur Liberty Street, à 25 mètres (80 pieds) au dessous du niveau de la rue, et à 15 mètres en dessous du niveau de la mer. Selon le site internet de la banque, la voûte repose directement sur le rocher de l'île de Manhattan [L'îlot juif que Shimon Perez se vante d'avoir acheté] .

La Fed a refusé les demandes allemandes de voir leurs propres réserves d'or, «dans l'intérêt de la sécurité»:

Les touristes sont autorisés à s'aventurer au-dessous de niveau de la rue pour voir la voûte. Après une descente par ascenseur, on se trouve en face d'un énorme cylindre en acier qui pivote comme une porte dans un cadre de 140 tonnes d'acier et de béton. Mais même les propriétaires ne sont autorisés à voir leur propre or. Selon le rapport de Contrôle fédéral des finances, la Fed a expliqué que dans l'intérêt de la sécurité et du processus de contrôle, cela n'est pas possible !


Sur les 9 compartiments supposés contenir l'or allemand, les autorités allemandes ont finalement été autorisées à voir brièvement quelques barres provenant d'un seul compartiment en 2011:

Enfin, en 2007, "à la suite de nombreuses demandes," les membres du personnel de la Bundesbank ont été autorisés à voir les installations, mais ils auraient seulement vus l'antichambre des réserves allemandes.

En réalité, les auditeurs de la Bundesbankont effectué une deuxième visite en mai 2011. Cette fois l'un des neuf compartiments a été ouvert, dans lequel les barres d'or allemands sont densément empilées. Quelques-uns ont été retirés et pesés. Mais cette partie du rapport a été censurée - par considération pour la Federal Reserve Bank de New York.


Contrairement au Mainstream média financier (MSM) américain, les médias allemands sont prêts à discuter non seulement la question de savoir si la Réserve fédérale a pris la fuite avec l'or de l'Allemagne, mais aussi le risque d'un effondrement d'une monnaie entièrement fiduciaire :

Le débat sur l'effondrement de la monnaie strictement papier connaît une renaissance - comme le différend sur les réserves d'or. Même l'expert financier Gerhard Schick du parti des verts a rejoint la mêlée : «Je pense que la question de savoir quelle quantité d'or est disponible en cas d'urgence est une préoccupation valable."

Sans surprise, les responsables de la Bundesbank tentent d'aplanir les préoccupations allemandes au sujet de leurs réserves d'or, avec Thiele membre du conseil faisant remarquer de façon narquoise qu'il a pris le temps de jeter un œil à l'intérieur de l'une des voûtes de la Fed NY récemment, et "qu'il n'y avait pas de papier là-dedans, juste de l'or ":

La Bundesbank objecte également à cette notion pour une autre raison. Elle dit que l'or est censé agir comme un agent d'urgence. Dans le cas extrême d'un effondrement de la monnaie, les banquiers disent que les lingots d'or peuvent facilement et rapidement être échangés sur place contre des livres anglaises ou des dollars pour payer les factures urgentes.

Dans une tentative de calmer le débat, la Bundesbank s'est engagée à ramener et inspecter 150 tonnes d'or à l'étranger au cours des trois prochaines années. En outre, il existe des plans pour compter et peser les lingots d'or stockées dans l'une des neuf chambres de la Fed de New York - même si aucune date n'a été fixée pour cela.

Thiele, membre du conseil de la Bundesbank, a également été récemment à New York où il a pris le temps de jeter un coup d'œil derrière une des portes de chambre forte. Il avait de bonnes nouvelles pour les membres du comité parlementaire du budget: "Il n'y avait pas de papier là-dedans, juste de l'or."

Bien que les responsables de la Bundesbank comprennent probablement la réalité (bien mieux que les politiciens allemands) que le rapatriement allemand de ses 1.536 tonnes de réserves d'or détenues à la Fed NY risquerait vraisemblablement de causer un effondrement total du système financier occidental si ou plutôt quand la Fed en viendrait à échouer à remettre promptement ledit or (ou le tungstène gratuit), la confiance dans la Fed et la BoE a été clairement dégradée, et il n'est maintenant plus qu'une question de temps avant que ne soit lancé le départ de la course folle à  récupérer chaque gramme de métal prétendument stocké sous la Fed NY.

[1] Des lingots d’or fourrés au Tungstène dans le système financier international ?

 

Source : silverdoctors.com via Stormfront
Traduction rapide : Propagandes.info

L'Allemagne va rapatrier 150 tonnes d'Or de la Fed de New York
http://www.youtube.com/watch?v=9rlPa-g_NG4&feature=pl...



Les Etats-Unis stockent et écoulent des lingots d'or avec un cœur de tungstène !!

http://www.youtube.com/watch?v=_ai9aZjVVGc&feature=pl...

 


Où sont les 9000 milliards perdus de la FED ?

http://www.youtube.com/watch?v=hchvTcdVhaM&feature=pl...

 

http://www.propagandes.info/product_info.php/lallemagne-v...

La situation réelle des Etats-Unis… est loin du décor virtuel des statistiques manipulées et publiées

Réfléchissons un peu !

Beaucoup d'entre-nous ont peur de la fin du monde ou de ce qui est appelé Apocalypse, qui ne veut pas dire la fin du monde, mais la grande révélation sur ce que nous sommes et sur le dévoilement de tous les secrets qui nous ont été cachés jusqu'ici !

Ces personnes qui ont peur de la fin du monde qui n'a jamais été prédite par les Mayas, n'ont-elles pas peur des guerres génocidaires, fratricides, morales, psychologiques, sociales, financières et médicales organisées contre nous par les élites ? 

Est-ce que c'est ce monde que nous voulons pour nous et pour nos enfants ?
C'est la fin de ce monde et de ce système que nous devons voir arriver !

Est-ce encore normal que des millions de gens meurent sous les bombes et de la famine dans le monde ?


La situation réelle des Etats-Unis… est loin du décor virtuel des statistiques manipulées et publiées

26 nov

Tandis que la saison des fêtes bat son plein aux Etats-Unis, les banques alimentaires du pays tirent la sonnette d’alarme. Le filet de sécurité constitué pour nourrir les (presque) 50 millions d’Américains qui ont besoin d’aides alimentaires est mis à mal par les conséquences générées par la pire sécheresse des cinq dernières décennies. La hausse des denrées nécessaires à l’élevage des bovins a entraîné une augmentation importante du prix de la viande.

Les autorités sont confrontées à de plus en plus de personnes fréquentant les soupes populaires et les refuges d’urgence, dernière bouée de sauvetage pour des personnes âgées, des personnes handicapées, ainsi que des familles entières à faible revenu.

Le problème devient d’autant plus crucial que les dons gouvernementaux diminuent avec une quantité de personnes de plus en plus blessées par les affres de la vie.

Constat affligeant de Carrie Calvert, directeur de la politique fiscale et des matières premières chez Feeding America, la plus importante organisation américaine de lutte contre la faim : « Les gens ont dû faire face à la détresse économique depuis pas mal de temps maintenant… Ils puisent depuis quelques années dans les ressources dont nous disposons et nous commençons à percevoir que nos moyens deviennent très limités ».

Les témoignages se multiplient chez les dirigeants de grandes banques alimentaires à travers les Etats-Unis. Le même écho revient : on craint être incapable de suivre le rythme de la demande ! En août, un pic fut atteint avec 47 100 000 de coupons alimentaires utilisés. Avec une telle demande, par exemple, la Banque alimentaire régionale de Los Angeles a vu ses réserves alimentaires tomber d’environ 3,3 semaines en 2010 à moins de deux semaines – le plus bas dans l’histoire récente !

Etant donné les difficultés et les dons moins importants des autorités fédérales, « les caddies sont moins remplis pour les pauvres ». « On diminue le nombre de boîtes de conserve mais on essaie de donner au moins quelque chose aux personnes qui se présentent ».

Il y a donc une vive inquiétude pour 2013 car beaucoup annoncent déjà des prix alimentaires en hausse et que dire de l’ONU qui parle déjà de famine ! Où est leur boule de cristal ?

Malgré les dons privés, toujours importants, les responsables des associations qui s’occupent de nourrir les pauvres craignent que cette générosité ne puisse compenser la baisse de l’aide fédérale. Allez dire à tous ces pauvres gens que Ben Shalom Bernanke croit à l’Arlésienne et que demain sera mieux qu’aujourd’hui !

http://liesidotorg.wordpress.com/2012/11/26/la-situation-...


27/10/2012

Vie en autarcie loin de la crise : Grèce

Ils sont le changement qu'ils souhaitent pour eux sans attendre après qui que ce soit !

C'est la bonne attitude à adopter au lieu d'attendre que ce soient les VRP des banksters qui le fassent pour eux ! 

Ainsi ils votent pour eux et non pas pour les VRP des Banksters, en vivant des produits de leur fabrication et de leurs propres cultures, tout en faisant du troc et en apportant de nouvelles idées à leurs semblables. Ils s'appellent la "Communauté Libre Authentique".


Vie en autarcie loin de la crise : Grèce
http://www.dailymotion.com/video/xsvtre_grece-une-vie-en-...



Petite banniere 400x50

 

18:42 Publié dans Banques, Banksters, Paradis fiscaux, Dollar, Bours, Baxter, Urgence. Survie | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

29/08/2012

Retirez votre argent des banques et mettez-vous en mode survie et sécurité !

Quelque chose de très mauvais sur les marchés. Voici l'avis des spécialistes sur les marchés financiers.
 
Les alertes que nous avons données resteront-elles vaines au lieu de retirer votre argent des banques et d'assurer votre survie et votre sécurité avec tout ce qui nous attend dans les prochaines semaines à venir ?
 
3 bonnes raisons de vous préparer :
 
1 - Un risque de guerre mondiale une bonne solution pour les Banksters Illuminati pour vous ruiner, de placer leurs pions et de nous instaurer leur Nouvel Ordre Mondial,
2 - Un risque d'éclatement de la zone euro et d'effondrement de l'Europe, (dont le véritable objectif aura été celui depuis la création de l'Europe d'emprisonner les peuples européens et de les ruiner pour sauver soi-disant les banques et l'euro au lieu de sauver les peuples européens), et de  financer les guerres génocidaires. Oui, nous sommes endettés volontairement pour payer les guerres des USA et de ses Chers alliés.
 
Que ferez-vous quand vous n'aurez plus d'eau et d'électricité pour vous éclairer et vous chauffer, et de quoi vous nourrir ?

Vous viendrez pleurer pour ne pas avoir pris vos précautions avant ?

Savoir c'est prévoir, agissez dès maintenant !

Quand un spécialiste des marchés financiers vous conseille : d'éteindre la télé, de manger moins, de cultiver un jardin, d'utiliser du fil dentaire, d'appeler votre mère et de ne pas oublier de changer le filtre de votre chaudière.

Vous pensez à quoi ? Que tout va bien et que tout va s'arranger ?
 

Les conseils de Bill Bonner

▪ J’ai un conseil à vous donner, cher lecteur. Restez loin des actions et des obligations. A la place, recherchez des choses dont la valeur est réelle : de l’immobilier rentable, des antiquités, des choses qui vous rapportent de l’argent, des choses agréables à posséder

De l’or aussi !

L’or ne rapporte rien. Sa valeur n’augmente pas avec le temps (même si son prix, en papier monnaie, peut augmenter et diminuer). Toutefois, il ne perd pas de valeur non plus.

Voici quelques conseils supplémentaires : éteignez la télé, mangez moins, cultivez un jardin, utilisez du fil dentaire, appelez votre mère et n’oubliez pas de changer le filtre de votre chaudière.

Pourquoi tant de conseils ? Parce que je pense que quelque chose de mauvais va arriver. En vérité, je pense que les mauvaises choses sont déjà en train d’arriver… et que des choses pires vont commencer à arriver.

. La semaine dernière, le ministre de l’Industrie argentin Débora Giorgi a déclaré que “tandis que l’industrie dans les principales économies mondiales montre une timide reprise qui reste en dessous des niveaux d’avant crise ou, dans certains cas, un fléchissement encore plus fort, les économies d’Amérique du Sud bénéficiant de politiques gouvernementales actives se redressent rapidement.”

Oui, cher lecteur, grâce aux “politiques gouvernementales actives” l’Argentine est un modèle pour le reste du monde. Son industrie est 10% supérieure au niveau d’avant-crise, selon le ministre.

Ce qu’elle a oublié de mentionner c’est que l’inflation est galopante, peut-être à 35% par an… une autre conséquence de “politiques gouvernementales actives.” Le ministre de l’Economie argentin Hernán Gaspar Lorenzino affirme que le pays a prouvé qu’il pouvait dépasser toutes les prévisions (et, de toute évidence, les lois de l’économie) : “Au cours des cinq dernières années, on nous a noté comme un pays en crise et on prévoyait que le pays allait imploser d’un instant à l’autre, mais cela n’est pas arrivé.”

Il aurait pu ajouter : “Du moins, pas encore.” Ou peut-être il aurait pu simplement ajouter : “mais cela n’est pas arrivé. Il aurait ensuite décrit les faits avec précision. Au lieu de cela, il a lancé un défi à la fois aux dieux et aux spéculateurs.

Mais c’est pour cela que nous vous donnons tant de conseils. L’Europe, l’Amérique et le Japon auraient pu imploser à tout moment, eux aussi, au cours des cinq dernières années. Que cela ne soit pas encore arrivé ne nous conduit pas à conclure que cela ne sera jamais le cas… mais seulement que le jour du jugement approche.

Par exemple, avez-vous jeté un coup d’oeil aux actons chinoises récemment ? Le Shanghai Index chute fortement…

Naturellement, cela pourrait ne rien vouloir dire. Ou cela pourrait signifier que le miracle économique chinois n’est pas si miraculeux que cela. Les Chinois sont des êtres humains, eux aussi… et sont soumis aux mêmes péchés et à la même stupidité que le reste de l’humanité.

Et puisqu’ils opèrent à une échelle si large, puisque la planification centrale est si prépondérante dans les décisions d’allocations de capitaux en Chine, nous pouvons en toute certitude supposer que, à un certain stade, la Chine va fortement se tromper.

Et puis arrive le “Grand Espoir Rouge” du monde développé… son soi-disant “moteur de croissance” qui maintiendra en marche le moteur de l’économie mondiale.

Les économies développées ont toutes traversé des perturbations depuis cinq ans. Et il n’y a aucune raison d’être optimiste. Alors que les politiques gouvernementales actives en Chine mettent en place une nouvelle catastrophe, des politiques gouvernementales actives aux Etats-Unis, en Europe et au Japon aggravent les anciennes catastrophes.

Nous sommes à la fin août. Les feuilles jaunies tombent des arbres fatigués par l’été… un vent frisquet souffle sur les prés jusqu’à ma véranda…

La lumière est plus basse, plus dorée… plus douce qu’en juillet…

Bientôt nous serons en septembre. Les traders seront de retour au travail. Les investisseurs rangeront leurs bermudas, rechausseront leurs lunettes et reprendront leurs réflexions.

Que découvriront-ils ? Les problèmes qui ont provoqué une crise en 2008-2009 ont-ils disparu au cours de l’été ? Les banques européennes sont-elles devenues solvables ? Les Etats-Unis ont-ils résolu leur “mur budgétaire” ? Existe-t-il un moyen pour l’Etat Providence/militaire moderne de faire une transition propre dans un monde à la croissance faible ? Qu’arrivera-t-il à la dette américaine d’une valeur de 21 100 milliards de dollars et aux dettes non financées des administrations ? Pourquoi un QE3 fonctionnerait-il mieux qu’un QE2 ou qu’un QE1 ? Et dans quel but, de toute façon, essayer de désintoxiquer une économie plombée par la dette en y injectant encore plus de crédits ?

Toutes ces questions vont sans doute conduire le pauvre investisseur à s’asseoir… à se verser un verre… et à décrocher son téléphone.

Avec les effets de l’inflation, notre pauvre homme a perdu de l’argent dans les actions depuis au moins ces 10 dernières années. S’il a fermé et ouvert des positions, s’il a été balayé par l’engouement pour Facebook ou toute autre introduction en Bourse hypermédiatisée, il est probablement encore plus déprimé et en a probablement assez de tout ça.

En outre, le petit propriétaire a également vu ses revenus diminuer. Ils ont baissé de près de 10% au cours de la dernière décennie. Selon le New York Times :

“Les Américains proches de l’âge de la retraite ont souffert de manière disproportionnée après la crise financière : non seulement la valeur de leur maison — qui avait pour but de garantir leur vieillesse — a diminué mais en plus leurs revenus ont fortement chuté.”

“Le revenu moyen des ménages pour des personnes âgées entre 55 et 64 ans est presque 10% inférieur en dollars actuels qu’il ne l’était lors du début officiel de la reprise il y a trois ans, selon un rapport récent publié par Sentier Research, une entreprise d’analyse de données spécialisée dans les données démographiques et sur les revenus.”

“A travers le pays, les Américains gagnent aujourd’hui moins qu’en juin 2009, lorsque la reprise a techniquement débuté. En juin, le revenu moyen des ménages pour la totalité des Américains était de 50 964 dollars, soit 48% inférieur par rapport à son niveau trois ans auparavant, lorsque le revenu moyen ajusté en fonction de l’inflation était de 53 508 dollars.”

“Le déclin semble encore s’aggraver lorsqu’on compare les revenus actuels à ceux de l’époque, lorsque la récession a commencé en décembre 2007. Le revenu moyen des ménages s’y élevait à 54 916 dollars, ce qui signifie que les revenus ont chuté de 7,2% depuis le dernier fléchissement de l’économie.”

Voyons…

  • L’économie mondiale connaît un ralentissement… et entre peut-être dans une période de récession mondiale.

  • Les indicateurs de “redressement” ont été largement illusoires

  • Les QE et autres efforts de “stimulus” ont été inefficaces

  • La Chine marque le pas… avec peut-être un effondrement à la clé

  • Les Etats-Unis devront faire face à un “mur budgétaire” dans quatre mois

  • L’investisseur moyen perd de l’argent dans les actions depuis 10 ans voire plus

  • La maison du propriétaire américain, son actif le plus important, a perdu de sa valeur

  • Il a également moins de revenus qu’il y a quatre ans

En réfléchissant à tout cela, l’investisseur réagira probablement ainsi :

“Vendez” dira-t-il sans doute à son courtier. “Entre aujourd’hui et la fin de l’année, je ne vois que des problèmes. Je me retire jusqu’à ce que les élections soient passées. Peut-être même jusqu’en 2013.”

Bill Bonner

Bill Bonner est le fondateur et président d'Agora Inc., une maison d'édition publiant des lettres d'information confidentielles – probablement l'une des plus brillantes au monde. Auteur de la lettre e-mail quotidienne The Daily Reckoning (450.000 lecteurs... ), il intervient également dans La Chronique Agora, directement inspirée du Daily Reckoning.

La passion de Bill Bonner pour la finance, les voyages et les grandes idées lui a permis d'engranger des succès incontestables pour son entreprise. Il a débuté en 1979, avec la publication des lettres d'information International Living et Hulbert's Financial Digest. Puis Agora Publishing a connu une croissance très importante, et s'est spécialisée dans la publication de lettres confidentielles sur la finance, la santé, le développement personnel et les voyages. Depuis le début des années 1990, Agora Publishing s'est encore développée. Le siège social est à Baltimore, mais aujourd'hui, Agora compte des bureaux à Paris, Londres, Waterford (Irlande), Melbourne, Johannesburg, Madrid et New-Delhi.

Agora compte aussi des maisons d'éditions se spécialisant dans la littérature classique et académique : Pickering & Chatto à Londres, et Les Belles Lettres à Paris.

http://la-chronique-agora.com/conseils-bill/


 

  • Mario Draghi n’assistera pas à la réunion des banquiers centraux à Jackson Hole

    ▪ Toc, toc, toc !

    Il y a quelqu’un ?

    Kelkun… elkun… elkun… répond l’écho !

    C’est ainsi que semble résonner cette question dans des salles de marché apparemment désertes.

    Les professionnels que nous connaissons sont pourtant rentrés de vacances, ils sont bien présents devant leur écrans, mais leur esprit est peut-être encore ailleurs… qui sait !

    Nous n’avons jamais vu depuis 25 ans d’existence du CAC 40 de marché aussi creux (1,5 milliard d’euros ces deux dernières séances, avec ou sans la présence des opérateurs de la City, ce qui manifestement ne change rien). Pendant ce temps, les indicateurs de confiance affichaient des niveaux d’optimisme aussi proches des maxima historiques.

    Mais comme nous ne cessons de le répéter — le terme “démontrer” vous apparaîtrait un peu trop immodeste car nous ne détenons pas la vérité absolue –, il s’agit d’un optimisme de synthèse, entièrement fabriqué à coups de petites phrases et de hausses dessinées à coups de robot trader par quelques brokers qui ont tout intérêt à jouer le jeu de dupes mené par Ben Bernanke ou Mario Draghi.

    Il n’y a plus de liens entre les fondamentaux et les cours de Bourse
    Les algorithmes leur permettent de générer artificiellement de forts écarts (notamment en s’évertuant à déclencher les stops) pour maximiser leurs gains sur des stratégies visant à plumer (l’expression ne vient pas de nous, mais nous la jugeons très pertinente) les malheureux opérateurs qui tentent encore d’établir un lien entre les fondamentaux et les cours de Bourse.

    Et nous aboutissons à ce paradoxe insoluble : si un stratège s’inspire de l’actualité du jour (ou même d’extrapolations partagées par de nombreux homologues) et regarde sans réagir le CAC 40 prendre 2% en trois minutes et +4,5% à la clôture, il ne tardera pas à passer pour un idiot.

    S’il force sa nature, joue les suiveurs et agit comme un pur day-trader, il va tenter un coup de poker et acheter au plus haut. Il n’a plus qu’à prier pour que la plaisanterie dure 24 ou 48 heures de plus.

    S’il voit les cours retomber de 2 ou 3% le lendemain — pour des raisons qui pour le coup semblent évidentes pour tout le monde –, il se retrouve une fois de plus comme un idiot, et sans la moindre excuse cette fois… car qui serait assez stupide pour acheter la récession ?

    Si tout se passe bien, il sera tenté de vendre à l’approche de la prochaine résistance, à la moindre alerte sur la parité euro-dollar ou de rumeurs de conflit au Proche-Orient (une menace bien réelle).

    Immanquablement, la résistance en question sera débordée au cours du dernier quart d’heure de la séance, et notre stratège (appelez-le gérant ou investisseur individuel) se retrouve… comme un idiot.

    ▪ Bienvenue au pays de la fausse monnaie
    Un marché manipulé par des opérateurs qui travaillent en bonne intelligence avec des banques centrales qui passent leur temps à imprimer de la fausse monnaie, à soigner la dette par toujours plus de dette,
    fait effectivement passer pour des idiots l’écrasante majorité de ceux qui gèrent leur portefeuille comme s’ils devaient tenir compte d’un risque de récession économique ou d’éclatement de la Zone euro.

    Dans un marché de pur day trading orchestré par des robots ultra-rapides, il est en fait idiot de bâtir toute une stratégie impliquant de détenir des titres plus de cinq minutes… et d’utiliser un logiciel de passation d’ordres qui a un temps de réaction supérieur à cinq millisecondes.

    Tout cela, vous le connaissez par coeur à force de nous lire, nous ne vous apprenons rien… mais le marché, à force de voir quelques opérateurs tordre le bras à la tendance finit lui aussi par apprendre.

    Le marché intègre le principe du démenti quasi systématique des anticipations… de l’impossibilité de relier les cours à l’actualité du jour… de la montée en puissance du “long/short” qui consiste à vendre A pour acheter B –même si les deux actifs affichent des niveaux de risque ou des potentialités comparables. L’un se retrouve condamné à l’enfer, l’autre rejoint des régions du ciel jusqu’ici inexplorées.

    Le marché est tout près d’atteindre le point ultime où le conduit sa logique qui consiste à faire passer tout le monde pour des idiots. Les idiots se faisant de plus en plus rares, alors il ne reste plus que des singes savants qui passent leur temps à s’imiter et à s’intimider, comme les éthologues peuvent l’observer dans la nature.

    La plupart des comportements apparemment spontanés ne sont en fait que des simulacres bien rôdés d’agression ou de soumission. Le marché a simplement remplacé les singes par des robots.

    Les robots ont fait leur boulot mardi. Le CAC 40 a reperdu l’intégralité du terrain gagné la veille (-0,9%) mais les plus malins ont pu se mettre 2% de variation dans la poche.

    ▪ La place deWall Street prise en étau entre deux statistiques
    Wall Street semble au contraire scotché depuis 48 heures au contact de ses sommets annuels et des plus hauts observés depuis mai 2008.

    Les indices américains se retrouvaient pris en ciseaux ce mardi par la publication de deux statistiques contradictoires. Les prix immobiliers progressent aux Etats-Unis, non seulement en séquentiel mais également sur les douze derniers mois (+2,3%). Mais la confiance des consommateurs américains s’effondre de 65,4 vers 60,6 au mois d’août (contre 65 attendu).

    C’est la preuve que les cours de Bourse ne reflètent plus ni les anticipations conjoncturelles, ni le ressenti de la population. L’effet richesse ne fonctionne plus, sauf peut-être pour les 5% d’Américains qui détiennent désormais 80% des titres en circulation.

    Mais il est apparu hier une raison supplémentaires de limiter les initiatives à 48 heures de la réunion des banquiers centraux à Jackson Hole. A la surprise générale, Mario Draghi décline l’invitation au prétexte d’un emploi du temps surchargé !

    Autant imaginer Usain Bolt zapper la finale du 100 mètres aux Jeux olympiques au prétexte qu’il a un programme d’entraînement trop intensif !

    Nous ne sommes pas loin de penser que là encore, le patron de la BCE nous prend… pour des idiots