Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2014

Pacte avec le diable - USA et 3ème Reich

Comme cela nous savons que le massacre des Juifs était voulu par les US/Sionistes, Rothschild et les Banques US, car il fallait cette 2ème guerre mondiale et leur massacre pour permette à Rothschild d'obtenir la Palestine, ce qui lui avait été promis par l'Angleterre lors de la Déclaration Balfour du 2 novembre 1917.

Rappelons aussi que la Russie à l'époque était entre les mains de sionistes depuis la révolution dite Bolchévique.

Voir les liens ci-dessous :

*- Russie : Le rôle des juifs dans la révolution bolchévique
*- 2 novembre 1917 : la "déclaration Balfour"
*- Armement : Londres réexamine ses licences d'exportation vers Israël

Pacte avec le diable, est un documentaire (0h53) qui enquête sur les relations entre les Etats-Unis et le régime nazi d'Hitler lors de la Seconde Guerre mondiale, de l'implication des banques et industries américaines, et de cette période noire de notre histoire, l'Holocauste, qu'ils connaissaient déjà dès le début.

Pactes avec le diable - USA et 3ème Reich

Documentaire Choc ! : Le 3ème Reich - Le Pacte avec le Diable


Des dizaines d'années après la dernière Guerre mondiale, Fabrizio Calvi, journaliste d'investigation spécialisé dans les affaires de criminalité organisée et des services secrets, enquête sur ceux qui étaient au courant de l'existence des camps de concentrations avant la découverte par le grand public. Des documents déclassifiés par la CIA fournissent des éléments de réponses et indiquent que dès 1941, les Alliés connaissaient la situation mais se refusaient à la divulguer.


Les relations entre les Alliés et les nazis pendant et après la Seconde Guerre mondiale n'ont-elles pas parfois relevé d'un pacte avec le diable ? Oui, si l'on se réfère à l'utilisation de criminels de guerre lors des jeux troubles de la guerre froide. Si le silence et l'inaction valent complicité, l'absence de réaction des Alliés face à l'Holocauste, qu'ils connaissaient pourtant dès les premières heures, tient elle aussi du pacte.

Ce documentaire exceptionnel puise ses sources au cœur des archives secrètes rendues publiques par les américains. Fabrizio Calvi, spécialiste de l'histoire du renseignement, démonte les mécanismes de la conspiration du silence qui s'est établie autour de la destruction des juifs d'Europe, notamment lors de la conférence des Bermudes sur les réfugiés d'avril 1943. Avec Steeve Baumann, reporter et réalisateur, ils se sont plongés dans 250.000 pages de dossiers tout juste déclassifiés de la CIA, du FBI et des services secrets de l'armée américaine, le tout recouvrant une période allant de la fin des années 1930 jusqu'au début des années 1980. Les services secrets auraient ainsi entretenu des rapports avec les nazis.


Pourquoi les américains ont laissé faire l'inimaginable sans réagir ? Quels ont été les enjeux politiques et humains de cette entreprise sans nom ? Que cachait le mystère du train de l'or hongrois ? Quelle était l'ampleur de l'infiltration soviétique des réseaux nazis pendant la guerre froide, notamment les réseaux dormants de Martin Bormann ? Une somme de révélations sur le cynisme des dits "vainqueurs."

Point de départ de l'enquête, le 8 octobre 1998. Bill Clinton signe à Washington D.C le Nazi war crimes diclosure act. Après des années de pression, l’Amérique accepte d’ouvrir ses archives sur la Seconde Guerre mondiale, mais aussi sur une période bien plus longue pour tout ce qui concerne les criminels de guerre. Un groupe d’historiens a dépouillé ces 8 millions d’archives. Fabrizio Calvi et Steeve Baumann se sont glissés dans leurs pas pour nous révéler à leur tour les secrets troublants qui dormaient depuis 60 ans dans les coffres des archives américaines. Trois axes majeurs se dégagent de cette enquête. Premièrement, la période de l’holocauste : Que savaient les alliés de la préparation puis de l’exécution de la solution finale ? Deuxièmement, biens juifs volés, nazis et banquiers américains. Troisièmement, le grand retournement de l’après guerre, dont les témoins et acteurs de ce retournement d’espions nazis par les nouveaux maîtres américains, ont été retrouvés, et témoignent. L’entremêlement de ces nouveaux documents d’archives et de la parole des témoins encore vivants fait redécouvrir une période noire de notre histoire.

Les énormes capitaux américains qui furent transférés en Allemagne depuis 1924 sous la couverture du "plan Dawes et du plan Young" constituaient la base sur laquelle Hitler allait construire toute sa machinerie de guerre.


Ainsi que l'expose le Dr Anthony C. Sutton dans, Wall Street and the Rise of Hitler, l'apport fourni à l'Allemagne avant 1940 par le capitalisme américain en vue de préparer la guerre, ne peut être qualifié que de phénoménal. Il fut, sans aucun doute, décisif pour la préparation militaire de l'Allemagne.


Des preuves permettent de comprendre que l'économie américaine était lucide sur la nature du nazisme, prêt à l'aider et à le soutenir financièrement par intérêt personnel, et pleinement conscient que cela finirait par une guerre où seraient impliqués l'Europe et les Etats-Unis...

 

En connaissant les faits, il est impossible de plaider l'ignorance. Les preuves très soigneusement établies qui attestent que les milieux bancaires et industriels américains étaient largement impliqués dans la montée du troisième Reich sont maintenant accessibles au public. On peut les trouver dans les comptes rendus et les rapports sur les auditions du gouvernement publiés entre 1928 et 1946 par les différentes commissions du Sénat et du Congrès américain.


Une partie de cette histoire accablante est dévoilée par l'historien G. Edward Griffin : "Les années précédant la Deuxième Guerre mondiale virent naître un cartel international qui avait son siège central en Allemagne. C'était une force politique et économique puissante."


Ce cartel s'appelait I.G. Farben. Il avait développé, en1926, une méthode pour obtenir de l'essence à partir du charbon et conclut donc en 1939 un contrat de licence avec la Standard Oil de Rockefeller. Cette dernière donna à I.G. Farben 546.000 de leurs actions ordinaires d'une valeur de plus de 30 millions de $. Plus tard, I.G.Farben construisit des raffineries juste à côté des camps de concentration. Les prisonniers furent contraints d'y travailler comme des forçats pendant qu'on produisait dans les raffineries le gaz pour les chambres à gaz. Le groupe I.G. Farben était contrôlé par les Rothschild et écoulait des sommes d'argent énormes dans l'économie allemande, et particulièrement aux futurs SS.

Plus de 100 firmes américaines furent impliquées dans la construction de la machinerie de guerre allemande. Entre autres, la General Motors, ITT, Ford, International Harvester, Bayer, etc. Les investisseurs ne visaient pas des affaires à court terme puisque le contrat entre ces firmes et le gouvernement allemand stipulait que celles-ci n'avaient pas le droit de sortir un pfennig, subdivision du Deutsche Mark, d'Allemagne. De toute évidence, tout cela avait déjà été préparé dans les moindres détails. Cependant, seuls les initiés étaient au courant.

Griffin résume les derniers événements ainsi : "Les banquiers et leurs agents sont à l'origine de la situation qui a conduit à la première guerre. Ils en retirèrent un bon butin, financèrent la révolution russe et obtinrent le contrôle de ce grand pays. Ils manipulèrent les événements en Europe d'après guerre de façon à provoquer une situation qui les amena, financièrement parlant, au septième ciel. Ils utilisèrent des fonds américains qui leur permirent d'empocher d'énormes commissions pour équiper l'industrie allemande d'installations techniques de pointe..."

Quand de plus en plus de personnes parlent de mafia de la finance, de complots, de non respect des lois et de crimes contre l'humanité, l'histoire confirme que ces mots sont vérités, même encore pour notre époque. Tout le reste n'est qu'endoctrinements, propagandes, faux récits historiques, lamentations éternelles...

Des témoignages de spécialistes et d'anciens responsables viennent étoffer les recherches d'un documentaire explosif sur cette sombre partie de l'Histoire américaine et de la Deuxième Guerre mondiale.

 

- Voir aussi :

L'Amérique contre De Gaulle

Auschwitz, La solution finale

Propagande de guerre, Propagande de paix

Le système Octogon, le trésor des nazis

La stratégie du Choc

1929, le grand krach boursier

Le jeu de l'argent

USA et conflits, le nerf de la guerre

Seconde Guerre mondiale, liste des documentaires

Apocalypse Hitler

 

 

21/12/2014

Guerre économique : l'attaque spéculative massive contre la monnaie russe a échoué...

La dédolarisation est en cours surtout, comme la Russie, la Chine et les Pays du BRICS, le souhaitent depuis un moment !

Entretien avec Xavier Moreau : Le Rouble va-t-il s'effondrer ?

Poutine: personne n'arrivera à intimider la Russie

 Enfin, "UN", qui résiste à l'empire NAZI !

Prenons exemple sur lui pour sortir de l'esclavagisme des US/Nazionistes !

Poutine: personne n'arrivera à intimider la Russie

 
Vladimir Poutine

MOSCOU, 20 décembre - RIA Novosti

Personne n'arrivera à intimider, à contenir ou à isoler la Russie, a déclaré samedi le président russe Vladimir Poutine au Kremlin lors d'une soirée solennelle consacrée à la Journée du travailleur des organes de sécurité.

Le chef de l'Etat a attiré l'attention de l'assistance sur les déclarations de plus en plus fréquentes selon lesquelles la Russie "doit payer cher pour sa position indépendante, pour le soutien qu'elle apporte aux Russes vivant à l'étranger, pour la Crimée, Sébastopol et, semble-t-il parfois, pour le simple fait d'exister".

"Il est évident que personne n'arrivera à nous intimider, à contenir et à isoler la Russie", a déclaré le président.

"Néanmoins, nous devons être prêts à affronter certaines difficultés et à donner toujours une réponse adéquate à toute menace pesant sur notre souveraineté, sur la stabilité et l'unité de notre société", a indiqué Vladimir Poutine.

Selon lui, la situation internationale est actuellement loin d'être stable.

"Le nombre de menaces et de risques ne cesse d'augmenter, les normes du droit international sont ignorées, tous les moyens sont mis en œuvre: chantage, provocations, pressions économiques et médiatiques, utilisation d'éléments radicaux et de groupes nationalistes, tentatives de déstabilisation visant à établir un contrôle sur des pays entiers", a constaté le président russe.

 

26/11/2014

Les Illuminati sionistes contrôlent Israël.

Leur objectif s'accaparer Jérusalem qui sera la capitale du Nouvel Ordre Mondial et la Mosquée Al-Aqsa pour reconstruire le 3ème temple qui accueillera l'Antichrist qui sera contre l'humanité entière !

 

Les Illuminati sionistes contrôlent Israël (1/3)
L'étoile de David, symbole occulte



Le drapeau d'Israël ne représente en rien les juifs ; c'est une figure occulte utilisée dans la kabbale et par les sorciers et les Francs-Maçons ; elle est présente partout, car c'est la marque des sionistes Illuminati.


Les Illuminati sionistes contrôlent Israël (2/3)

Israël, leur point stratégique


 

Les Illuminati sionistes contrôlent Israël (3/3)
La reconstruction du temple


 
Le bâtiment officiel de la Cour Suprême d'Israël est une pyramide surmontée d'un "oeil", le symbole du drapeau d'Israël est le pentagramme satanique etc.

On est donc bien sur le lieu de prédilection des Illuminati ; ils veulent, par l'intermédiaire des juifs, détruire la mosquée AL AQSA pour y reconstruire leur temple, en réalité, le siège de l'Antéchrist à venir.

 

04/11/2014

« Les premières difficultés pour les contrats d’assurance vie fonds euros… »

Allez, le pillage des économies des épargnants, commence !

Sans compter que Les investisseurs américains abandonnent la France, qu'Il va falloir sauver à nouveau l’auto !! Rechute du marché automobile français en octobre, et que le concours organisé par la BCE tourne mal

 

« Les premières difficultés pour les contrats d’assurance vie fonds euros… »

bombe atomique

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

À l’ère des taux d’intérêt plus que bas, il devient difficile d’être un épargnant heureux et percevant une rente attendue de ses différents placements. Que vous soyez riches ou pauvres, désormais votre épargne ne rapporte presque plus rien. D’ailleurs, certaines banques taxent en fait ni plus ni moins les dépôts de leurs clients puisque la BCE elle-même applique des taux d’intérêt négatifs.

L’argent ne sert plus à rien, il ne vaut plus rien !

Cela signifie une chose simple. L’argent, devenu tellement abondant suite à des années de création monétaire excessive, ne vaut plus rien. Il n’a plus de prix et cela préfigure une perte d’intérêt pour l’argent : c’est la première étape de la perte de confiance généralisée.

Comme nous l’apprend donc le grand quotidien allemand Handelsblatt, « les épargnants se sont habitués à des taux d’intérêt bas. Ce qui est nouveau c’est qu’ils devront désormais payer s’ils apportent leur argent à la banque. À la Deutsche Skatbank à Altenburg, Thuringe l’avenir sera ainsi. À partir du 1er novembre, un taux d’intérêt négatif de 0,25 pour cent pour les dépôts supérieurs à 500 000 euros sera appliqué. Cela en fait la première banque en Allemagne qui impose un taux de pénalité. ».

Évidemment, il s’agit là d’une petite banque régionale allemande mais la symbolique est forte. Déposer de l’argent non seulement ne vous rapporte rien, en plus vous êtes soumis à un risque de contrepartie (votre banque peut faire faillite et votre argent partir en fumée) et, enfin, vous allez voir votre épargne fondre comme neige au soleil. D’abord doucement mais qui sait si ce mouvement ne va pas s’accélérer. En cause ? L’abondance d’argent et de cash dont personne ne sait plus quoi faire, raison pour laquelle la BCE a imposé des taux négatifs sur ce « cash » qui ne circule plus dans l’économie et que les gens ne veulent plus placer sur des fonds plus ou moins risqués qu’ils soient obligataires ou « actions ».

Ce qui est très inquiétant c’est que l’un des attributs d’une monnaie c’est justement sa capacité à stocker de la valeur. Une monnaie qui ne sait pas stocker de la valeur sur une longue période… n’est plus une monnaie fiable !! C’est par ce genre de phénomène que débutent les pertes de confiance généralisées.

En France, le gouverneur de la Banque de France, le président de la FFSA et le secrétaire général de l’ACPR demandent aux assureurs vie de baisser les rémunérations des placements !!

Cette information est à relier à cet article de Contrepoint qui nous explique que « le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a fait une déclaration dans laquelle il a estimé nécessaire que les assureurs fassent baisser significativement la rémunération de leurs contrats d’assurance vie, pour prévenir le risque d’une variation importante des taux d’intérêt ».

« Il est très important que les compagnies d’assurances soient capables de faire baisser leur taux de rémunération et j’attends cette année une baisse significative », a-t-il déclaré.

« La version officielle de ce risque énoncé est que la persistance des taux d’intérêt bas pèse sur les compagnies d’assurances car les obligations qu’elles achètent sont moins rémunératrices, ce qui réduit leurs marges. Il y a en réalité deux autres raisons à cette annonce. La première c’est le risque que représentent ou pourraient représenter dans les mois ou les années qui viennent les obligations françaises, colonne vertébrale des fonds euros. La seconde est que les placements en unités de compte rapportent beaucoup plus aux compagnies qui perçoivent des commissions d’achat et de vente, ne s’engagent à aucun rendement garanti et reportent le risque sur les actions ».

« Dans Les Échos, c’est Fabrice Pesin, le secrétaire général adjoint du régulateur de la banque et de l’assurance, l’ACPR, évoque à son tour, fidèle aux éléments de langage, « un contexte unique dans l’histoire de l’assurance vie, compte tenu des taux très bas ». Il appelle donc, comme le gouverneur de la Banque de France et le président de la FFSA, à la « prudence » et demande aux assureurs de se « constituer des réserves pour gérer cet épisode de taux bas, ce qui implique de ne pas tout redistribuer aux assurés au titre de l’année 2014 ».

Tout se passe comme prévu, hélas…

Comme prévu (hélas), on voit bien les nuages s’accumuler au dessus du placement préféré des Français et représentant environ 1 400 milliards d’euros d’épargne cumulés.
Cela était assez prévisible. Non, les fonds euros ne sont pas sans risque dans la mesure où les obligations d’États sont garanties uniquement si l’État concerné ne fait pas faillite, ce qui n’est pas si évident que cela. Mais, plus grave, non seulement les risques de ces placements augmentent et en plus dans le même temps, la rémunération baisse significativement. Il arrivera un moment où tout cela finira par une casse d’anthologie et de très nombreux épargnants seront spoliés. Ce n’est pas faute de les prévenir et de leur dire d’au moins « assurer » leurs placements financiers par 10 à 20 % d’or pour s’offrir un matelas qui compensera les pertes en cas de gros pépins. Pourtant, personne ne le fait ou si peu de monde.

L’or vendu en France représente une goutte d’eau par rapport au 1 400 milliards de l’assurance vie. Une journée normale en France, il s’échange entre 5 et 10 millions d’euros d’or… Imaginez ce qu’il se passera lorsque ne serait-ce que 1% des clients voudra placer 1 % de ces sommes, soit 14 milliards d’euros pour un marché susceptible de traiter… 10 millions d’euros ! Le potentiel de hausse est vertigineux mais la réalité c’est qu’il y aura surtout une pénurie vertigineuse et que seuls ceux qui auront compris « avant » pourront avoir de l’or, pour tous les autres ce sera trop tard.

Alors faites ce que vous-voulez, sortez de vos assurances vie, débancarisez, achetez un lopin de terre, de l’or, de l’argent ou encore des bouteilles de vin, sans oublier les boîtes de conserve. Faites ce que vous voulez mais faites-le.

Il est déjà trop tard. Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT