Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2015

L’étoile de David est le symbole du dieu païen Saturne ou "Le Seigneur des Anneaux" !

Pour établir le lien avec la Trilogie initiatique  "Le Seigneur des Anneaux = Saturne" issue des livres écrits par Tolkien qui était écrivain, poète, philologue, qui était un homme parfaitement instruit, écrivain, poète, philologue, qui fréquentait des gens particulièrement haut placés dans la hiérarchie des élites. 

Biographie de John Ronald Reuel Tolkien : ICI 

Nouvelle image (6).JPG

L’étoile de David est le symbole du dieu païen Saturne

Le symbole que nous appelons « Etoile de David » est en fait un ancien symbole pour le dieu païen du ciel Saturne.

L’adoration de Saturne est encore active de nos jours, mais nous ne la reconnaissons pas.

Ancien Testament – Amos 5:26

Amos 5:24-27 Version Louis Segond

26 Emportez donc la tente de votre roi, Le piédestal de vos idoles, L’étoile de votre Dieu Que vous vous êtes fabriqué!

Amos 5:24-27 Version Bible du Semeur

26 Mais vous avez porté Sikkouth qui était votre roi, Kiyoun, votre statue, l’étoile de vos dieux que vous vous êtes fabriqués.

[Sur la source anglaise on peut lire les notes sur le côté, dont l’une dit:]

Chiun/Kiyoun : L’équivalent Grec ou Egyptien pour Remphan

Nouveau Testament – Actes 7:43

Actes 7:43 Version Louis Segond

43 Vous avez porté la tente de Moloch Et l’étoile du dieu Remphan, Ces images que vous avez faites pour les adorer! Aussi vous transporterai-je au delà de Babylone.

Actes 7:43 Version La Bible du Semeur

Non, vous avez porté la tente de Molok et l’astre de votre dieu Rompha, idoles que vous avez fabriquées pour vous prosterner devant elles. C’est pourquoi je vous déporterai plus loin que Babylone.

D’autres références sur Kiyoun/Remphan = Saturne (d’après the New Strong’s Exhaustive Concordance of the Bible)

REMPHAN (rem’fan) Une idole vénérée par Israël.
Moloch, and the star of your god Remphan Moloch, et l’étoile de votre dieu Remphan Actes 7:43

CHIUN (ki’-un) voir REMPHAN. Un autre nom pour le dieu Saturne.

Maintenant quelques références en Français pour Kiyoun / Kyun / Kijun:

Sirius, aperçus nouveaux sur l’origine de l’idolatrie. Introduction Par Le Quen d’Entremeuse

La Bible: traduction nouvelle avec introductions et commentaires, Volume 2

Astronomie et Bulletin de la Société astronomique de France, Volume 44

Et vous avez des tonnes et des tonnes de référence qui vous diront que c’est en rapport à Saturne…

C’est la même chose pour Remphan, d’après le Dictionnaire universel de philologie sacrée Par Charles Huré,Edward. – Leigh,Ludovicus Wolzogen.

Donc l’étoile de Dieu est l’étoile de Saturne

Voir
Google : Remphan
Chiun Star God

Petit Bonus ! Le pape et son chapeau Saturnien.

23/12/2014

Prévisions astrologiques 2015 par Roland Legrand

Pour savoir à quoi nous attendre pour l'année 2015.

Ajoutée le 14 sept. 2014

L'analyse des différents transits planétaires importants en 2015 et leurs répercussions possibles sur les natifs certains signes et leur résonance sur l'ensemble du zodiaque.
Par Roland Legrand, fondateur de l'école ABLAS, Brisbane, Australie
Site Internet : http://www.ablas-astrology.com


 

Petite banniere 400x50

 

16:56 Publié dans Astrologie - Astronomie | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

03/12/2014

L'eau des océans serait venue de l'espace

Et L'UNIVERS-DIEU, créa la Terre, l'eau, les hommes et la biodiversité !

Cet article scientifique date de 2009, et en 2014 on voudrait encore nous faire croire qu'un Dieu Unique dénommé EL pour Abraham aurait créé la fable d'Adam et Eve ? 

 

L'eau des océans serait venue de l'espace

D'où vient l'eau des océans ? La réponse est incertaine et le débat dure depuis des décennies. Pendant longtemps, on a pensé qu’elle provenait du dégazage du manteau de la Terre primitive. Les indications s’accumulent pourtant en faveur d’une origine extraterrestre, comme Francis Albarède vient de le réaffirmer récemment dans Nature.

Les fumerolles s'élevant du cratère de Vulcano Fossa sont riches en eau. Crédit : Laurent sacco/Futura-Sciences

Les fumerolles s'élevant du cratère de Vulcano Fossa sont riches en eau. Crédit : Laurent sacco/Futura-Sciences Les gaz qu’émettent les volcans, comme par exemple les fumerolles que l’on peut admirer au sommet du cratère de Vulcano Fossa dans l’une des îles éoliennes, sont riches en eau. De là à penser que l’eau de la Terre tire son origine de l’activité volcanique il n’y a qu’un pas qui a été franchi depuis longtemps par les géochimistes et les géologues.

L’analyse des météorites et les informations fournies par le programme Apollo ont montré sans l’ombre d’un doute que les planètes telluriques se formaient par un processus d’accrétion à partir de planétésimaux. C’est en effet ce que l’on déduit de la ressemblance entre la composition chimique et minéralogique du manteau terrestre avec celle des chondrites et l’omniprésence de cratères d’impacts sur des planètes comme Mars ou Mercure. Ainsi, les chondrites sont-elles composées d'olivine, de pyroxène et de fer et l’on sait que l'olivine et le pyroxène sont les constituants principaux des péridotites, les roches du manteau.

Or, certaines chondrites sont riches en eau, contrairement au manteau terrestre. D’autres mesures concernant la chimie des roches du manteau montrent aussi un appauvrissement en éléments volatils par rapport aux chondrites. L’idée d’un dégazage du manteau pendant la période de l’Hadéen, conduisant à la formation de l’atmosphère et des océans de la Terre, apparaît comme un scénario très probable. Bien des livres de géologie et de volcanologie écrits pendant les années 1970 expliquaient alors de cette manière l’apparition de l’eau sur Terre en faisant des volcans tueurs le prix nécessaire à payer pour l’apparition de la vie elle-même.

Pourtant, les modèles de formation du système solaire s’affinant et la théorie faisant de la Lune la conséquence de la collision entre la Terre et une planète de la taille de Mars, baptisée Théia, prenant du poids, il devenait de plus en plus probable que l’eau ne puisse pas provenir d’un processus de dégazage. Ainsi, l’eau contenue dans le manteau serait partie dans l’espace bien avant qu’une croûte solide et une tectonique des plaques ne puissent s’enclencher. L’hypothèse d’une origine volcanique de l’eau des océans a donc graduellement mais sûrement perdu beaucoup de terrain.

 

 

Cliquer pour agrandir. Tentative de reconstruction chronologique de l'accrétion de la Terre. Les éléments indiqués en brun (U symbolise l'uranium, Pb le plomb, Hf l'hafnium, W le tungstène, I l'iode et Xe le xenon) sont utilisés pour dater précisément les événements. Une première phase (T Tauri phase) correspond à un épisode de fortes radiations électromagnétiques qui a interrompu l'accrétion des matériaux planétaires. Puis, l'arrivée de matière planétaire a permis l'accrétion de protoplanètes. Collisions après collisions, les planètes se sont ainsi formées avec leurs masses actuelles ; la dernière collision a donné naissance à la Terre et à la Lune (30 millions d'années après la formation du Système Solaire). Le chronomètre Hf-W date la séparation métal-silicate, c'est-à-dire la séparation noyau-manteau. Un apport tardif et lointain (au-delà de 2,5 Unités astronomiques) d'astéroïdes chondritiques, entre 80 et 130 millions d'années après la formation du Système solaire, aurait notamment véhiculé des matériaux contenant de l'eau et des éléments volatils à partir desquels se seraient formés les océans. © CNRS-Insu-Albarède-Nature 2009

 


Tentative de reconstruction chronologique de l'accrétion de la Terre. Les éléments indiqués en brun (U symbolise l'uranium, Pb le plomb, Hf l'hafnium, W le tungstène, I l'iode et Xe le xenon) sont utilisés pour dater précisément les événements. Une première phase (T Tauri phase) correspond à un épisode de fortes radiations électromagnétiques qui a interrompu l'accrétion des matériaux planétaires. Puis, l'arrivée de matière planétaire a permis l'accrétion de protoplanètes. Collisions après collisions, les planètes se sont ainsi formées avec leurs masses actuelles ; la dernière collision a donné naissance à la Terre et à la Lune (30 millions d'années après la formation du Système Solaire). Le chronomètre Hf-W date la séparation métal-silicate, c'est-à-dire la séparation noyau-manteau. Un apport tardif et lointain (au-delà de 2,5 Unités astronomiques) d'astéroïdes chondritiques, entre 80 et 130 millions d'années après la formation du Système solaire, aurait notamment véhiculé des matériaux contenant de l'eau et des éléments volatils à partir desquels se seraient formés les océans. © CNRS-Insu-Albarède-Nature 2009

Si l’on en croit les travaux publiés par Francis Albarède du Laboratoire des sciences de la Terre (INSU-CNRS / ENS Lyon / Université Claude Bernard) les traceurs isotopiques et les modèles de formation des planètes conduisent même aujourd’hui à la conclusion que la Terre était à l'origine pauvre en eau. La température dans le disque protoplanétaire et le flux intense de radiation dans la phase dite T Tauri du jeune Soleil aurait conduit à la formation de planètes telluriques sèches.

L’eau des océans ne pourrait alors pas être d’origine terrestre. Elle aurait été amenée plusieurs dizaines de millions d’années après la formation de la Terre par le bombardement de comètes et d’astéroïdes formés au-delà de la ceinture d’astéroïdes actuelle. Dans ces régions éloignées du Soleil primitif, la température et le flux de radiation lumineuse autorisaient alors la formation de chondrites riches en eau.

On ne peut qu’être songeur devant les conclusions atteintes depuis quelques années par différents auteurs au sujet de la présence de plusieurs matières précieuses sur Terre. Ainsi, l’or, le platine et jusqu’aux diamants noirs sont probablement d’origine extraterrestre...

http://www.futura-sciences.com/magazines/terre/infos/actu/d/geologie-eau-oceans-serait-venue-espace-21167/

 

Petite banniere 400x50

 

04:04 Publié dans Astrologie - Astronomie, Découvertes Astronomie, Découvertes Scientifiques | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

Docteur Konstantin G. Korotkov Le Photon en Image - Quantiqueplanète Reims 2012

Encore des preuves scientifiques que l'Homme est électrique, relié à l'UNIVERS et à la Terre électriques et un être de lumière, notamment par le biais de ses chakras et de ses cellules électriques. 

Vous connaissez l'effet Kirlian, ces images sombres entourées d'un halo électrisé. Les recherches menées depuis plus de dix ans par le Pr Korotkov ont démontré que cet effet de « couronne » est provoqué par une excitation électrique des gaz diffusés par la peau humaine, ce qui ouvre la voie à un procédé scientifique d'imagerie électro-photonique (EPI). L'équipe du Dr Korotkov à Saint-Pétersbourg a ainsi démontré que les « flammèches » fournissent, par leur forme et leur localisation, des informations importantes à propos de l'état de santé physique et psychologique de la personne testée.

le Pr Korotkov se base sur les récentes théories issues de l'évolution de la physique et de la cosmologie pour montrer que l'univers est de nature non physique et que son émergence peut se faire à partir d'un champ de potentialité plus subtil que l'énergie elle-même, un champ immatériel qui ressemble davantage à un champ de conscience qu'à de la matière.

cliquez ici pour plus d'informations concernant cette image

Le photo ou la particule de lumière

Docteur Konstantin G. Korotkov Le Photon en Image
Quantiqueplanète Reims 2012


International Union of Medical and Applied Bioelectrography

Human Light System

http://iumab.org/index.php/human-light-s-system

http://korotkov.tv/images/stories/74780_421425157891768_812222946_n.jpg

 

http://www.korotkov.eu/

http://korotkov.tv/

http://korotkov.tv/index.php/productions/human-lights-sys...

GDV CAMERA by DrK & Kirlian Techniques

http://gdvcamera.com/

 

 

02/12/2014

Un bouclier invisible protège la Terre des "électrons tueurs". L'invention des électrons tueurs !

Voilà que maintenant on nous invente l'existence "d'électrons Tueurs "!

Il faut bien nous faire peur de l'UNIVERS-DIEU dont nous sommes tous issus ! C'est faire abstraction que l'UNIVERS est électrique, que la Terre est électrique et que l'Homme est électrique ainsi que toutes ses cellules qui participent grâce à leurs électrons à favoriser notamment, la fonction respiratoire des cellules.

Voir la Mitochondrie, l'appareil respiratoire de la cellule : ICI

Et la chaîne respiratoire de la cellule avec les Réactions d'oxydo-réduction - Relation de Nernst - NAD(P)+

Chaîne respiratoire - Théorie chimio-osmotique - Synthèse d'ATP : ICI 

Schema de la respiration cellulaire

On vous parle bien d'examens médicaux tels que : l'électro-encéphalogramme, d'électro-myogramme, d'électro-cardiogramme, et de l'IRMN, Investigation à la résonance magnétique nucléaire (noyau des atomes). C'est bien que nous sommes tous des êtres électriques animés par les électrons.

En revanche, il faudrait surtout que la NASA nous explique comment elle fait depuis des décennies pour passer les ceintures de radiation de VAN ALLEN sans cramer les astronautes et leurs engins spatiaux lorsqu'ils traversent ces ceintures de radiations solaires et comment ils font pour voyager durant des années et pour propulser leurs engins dans l'espace durant 10 ans, comme nous en avons eu un exemple dernièrement avec le robot Philae !

 

* - Espace : L'homme peut-il franchir les ceintures de Van Allen ?

Et à ce propos, depuis le temps qu'ils vont dans l'espace, ils découvrent ce bouclier invisible, juste maintenant ?

Un bouclier invisible protège la Terre des "électrons tueurs". L'invention des électrons tueurs !

Publié le 2 Décembre 2014

Un bouclier invisible protège la Terre des "électrons tueurs"

Des physiciens ont découvert l'existence d'une nouvelle barrière de particules située à quelques 11 000 km d'altitude, qui protège la planète des électrons à haute énergie venus de l'espace.

A plus de 11 000 km au-dessus de nos têtes, un bouclier invisible nous protège des électrons à haute énergie, des particules très énergétiques surnommées "électrons tueurs" en provenance de l'espace, et qui se déplacent à des vitesses proches de celle de la lumière.Telle est la conclusion d'une étude publiée le 26 novembre 2014 dans la revue Nature.

Pour comprendre, il faut d'abord savoir que la Terre possède un bouclier naturel extrêmement efficace contre les particules à haute énergie en provenance de l'espace : la ceinture de Van Allen (du nom de son découvreur James Van Allen, qui a montré leur existence en 1958). La ceinture de Van Allen est une zone contenant une grande densité de particules très énergétiques, et dont la forme ressemble de fait à une ceinture, entourant la Terre autour de l'équateur magnétique.

Or, la Ceinture de Van Allen est en réalité composée de deux parties distinctes : la ceinture intérieure, située entre 700 km et 10 000 km d'altitude, et la ceinture extérieure, qui se trouve entre 13 000 km et 65 000 km.

Et c'est précisément sur la composition de la ceinture extérieure de Van Allen que porte la découverte réalisée par les auteurs de cette nouvelle étude. En effet, ces derniers se sont aperçus que la ceinture extérieure de Van Allen possède une bordure interne qui est une sorte de barrière totalement infranchissable pour les électrons à haute énergie.

En quoi est-ce une surprise ? C'est que jusqu'ici, les chercheurs pensaient que les électrons à haute énergie étaient capable d'entrer dans la haute atmosphère, pour ensuite être détruits par leurs interactions avec les molécules présente dans l'air terrestre. En réalité, tel n'est donc pas le cas : la bordure interne de la ceinture extérieure de Van Allen empêche totalement les électrons à haute d'énergie d'entrer dans la haute atmosphère terrestre.

Pour parvenir à ce résultat, le physicien américain Daniel Baker (Université du Colorado (Etats-Unis) et ses collègues ont utilisé les données fournies par les deux sondes Van Allen, lancées par la NASA en 2012 dans l'objectif d'étudier l'environnement spatial situé autour de la Terre.

Ces travaux ont été publiés le 26 novembre 2014 dans la revue Nature, sous le titre "An impenetrable barrier to ultrarelativistic electrons in the Van Allen radiation belts" .