Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2015

Washington : Hollande et Obama, "la Russie doit se concentrer sur un processus conduisant au départ de Bachar AL- Assad" !

Et les deux criminels qui insistent encore pour protéger la soi-disant "armée modérée" et pour que la Russie se concentre sur un processus conduisant "au départ de Bachar Al-Assad" !

Voilà à quoi sert la soi-disant coalition créée pour s'allier à la Russie : à conduire vers la 3ème guerre mondiale et leur permettre de créer leur Grand Israël et le Grand Moyen Orient !

C'est sûrement ce que voudra entendre Poutine de la bouche de Hollande lorsqu'il le rencontrera jeudi à Moscou !

Nous espérons que non seulement il se fera ramasser mais qu'il refusera de venir en France pour assister à leur escroquerie de la COP21 !

Reliez les points avec ces deux articles :

L'avion russe abattu par la Turquie, «grave et regrettable» selon François Hollande

24 nov. 2015, 18:41

En conférence de presse, les présidents américain et français ont affiché leur solidarité.

 © Carlos Barria Source: Reuters
En conférence de presse, les présidents américain et français ont affiché leur solidarité.

Suite aux attentats de Paris, Barack Obama et François Hollande se rencontraient pour évoquer la stratégie de lutte contre Daesh, mais la réunion a aussi été fortement marquée par l'avion russe abattu par la Turquie plus tôt dans la journée.

En conférence de presse à la Maison Blanche, le président français a répondu à une question concernant l'incident entre la Turquie et la Russie survenu ce mardi 24 novembre. Qualifiant celui-ci de «grave et regrettable», il a toutefois appelé à «éviter toute escalade»«Ce qui vient de se produire nous oblige encore à trouver une solution», a-t-il déclaré.

Pour son homologue américain, l'attaque de l'avion russe révèle que l'opération aérienne menée par le Kremlin en Syrie pose certains problèmes, notamment le fait qu'elle se déroule à proximité des frontières turques et que la Russie agit «contre l’opposition modérée». Expliquant attendre des informations plus précises, Obama s'est refusé à commenter l'incident, mais a tout de même indiqué que «la Turquie, comme tout pays, a le droit de protéger son espace aérien».

En revanche, il a déclaré que suite à l'attentat terroriste qui avait frappé un avion russe survolant le Sinaï le 31 octobre, il pouvait y avoir une possible convergence des intérêts des Etats-Unis et de la Russie. Selon lui, cette dernière «pourrait jouer un rôle plus constructif» dans la campagne contre Daesh, si elle cesse de «frapper l’opposition modérée», ce qui «renforce Assad et l’Etat islamique».

François Hollande a lui adopté une position relativement semblable, en expliquant que la France pourrait travailler avec la Russie si celle-ci «se concentre uniquement sur une solution politique», c’est-à-dire un «processus conduisant au départ de Bachar el-Assad».

 

 

Si la rencontre entre les deux chefs d'Etat visait à la base à apporter une réponse conjointe après les attentats de Paris, elle a finalement été largement marquée par l'attaque d'un avion russe par la Turquie, plus tôt dans la journée. François Hollande doit rencontrer Vladimir Poutine à ce sujet ce jeudi 26 novembre.

 

 

16/11/2015

Des candidats à la présidence US veulent une Troisième Guerre mondiale

Les psychopathes à l’œuvre de démence et du crime organisé !
Ils ne méritent que l’enfermement en hôpital psychiatrique, car ils représentent un danger pour l’humanité !

Des candidats à la présidence US veulent une Troisième Guerre mondiale

19:58 15.11.2015 (mis à jour 20:03 15.11.2015)

Chris Christie, candidat à la présidentiele US

Les candidats à la présidence américaine plaident pour la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Syrie et promettent d'abattre les avions russes qui dérogeraient à cette interdiction. Ils oublient qu'un conflit armé avec la Russie pourrait dégénérer en guerre nucléaire.

De nombreux candidats américains fondent leur campagne électorale sur la promesse de créer une zone d'exclusion aérienne dans le ciel syrien et d'abattre les avions militaires russes. Chacun d'entre eux s'efforce de montrer qu'il est le "plus dur" et qu'il n'hésitera pas à affronter Vladimir Poutine, écrit le Guardian.

Telle est l'impression qui se crée si l'on suit les débats électoraux aux Etats-Unis, souligne le journal.

Ainsi, Ben Carson n'a pas réfléchi longtemps avant de déclarer: "Nous abattrons les avions russes à coup sûr. Et quelles que soient les conséquences, nous trouverons toujours une solution". Il a semble-t-il oublié que la Russie est une puissance nucléaire.

Chris Christie a pour sa part promis d'appeler personnellement Poutine pour lui dire: "Ecoute, nous établissons une zone d'exclusion aérienne, et cela te concerne aussi. Donc, ne m'agace pas". Ce candidat républicain est visiblement prêt à déclencher une guerre nucléaire contre la Russie, car selon lui, ce n'est pas sans raison que les Etats-Unis "ont dépensé des trésors immenses et des mers de sang pour anéantir l'Union soviétique".

"Nous ne devons pas permettre qu'elle revienne", a ajouté le gouverneur du New Jersey.

Ceux qui sont plus "intelligents" que ce dernier n'annoncent pas leur intention d'abattre les avions russes. Ils se bornent à qualifier Poutine de "gangster". Tel est le cas de Marco Rubio, même s'il insiste, lui aussi, sur la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne.

Jeb Bush n'est pas en reste, lui non plus. Bien qu'il appelle à créer une no-fly zone dans le ciel syrien, il ajoute néanmoins que les Etats-Unis ne doivent pas jouer le rôle de "gendarme du monde".

Rand Paul est, selon le Guardian, le seul candidat républicain à donner une réponse raisonnable à la question de savoir s'il faut abattre les avions militaires russes ou non. Cet homme politique reconnaît qu'une zone d'exclusion aérienne est une "idée dangereuse" et que la tendance à poursuivre l'armement de différents groupes terroristes liés à Al-Qaïda risque de créer des problèmes supplémentaires pour les Etats-Unis.

Certes, la position honnête de Rand Paul "mérite du respect". Malheureusement, "sa voix est noyée par les démangeaisons de ceux qui veulent déclencher une nouvelle guerre froide", constate le journal.

Ces candidats ont visiblement oublié qu'une zone d'exclusion aérienne ne s'installe pas "comme par enchantement": cette opération nécessite l'envoi d'un contingent militaire important (70.000 hommes, selon le général Martin Dempsey, ex-chef d’état-major interarmées US) et des milliards de dollars de dépenses. En outre, elle ne tardera pas à provoquer une guerre ouverte contre l'armée gouvernementale de Damas et les combattants de l'Etat islamique.

Selon le Guardian, l'expérience historique, notamment l'opération militaire en Libye, montre que la création d'une zone d'exclusion aérienne entraîne toujours une guerre ouverte. Or, aucun des candidats qui se targuent d'être prêts à engager un conflit armé avec la Russie n'a le moindre plan d'action pour le cas où cette guerre éclaterait, conclut le quotidien britannique.

 

29/09/2015

La Russie menace de quitter le Traité sur les forces nucléaires, à portée intermédiaire

Et bien voilà, le jour même de l'assemblée générale à l'ONU, Poutine devant s'attendre à l'escalade des tensions et des menaces de la part des USA/UE/OTAN, celui-ci a donné l'ordre apparemment, d'installer des missiles nucléaires "Iskander", dans la région de Kaliningrad, tout près de la frontière polonaise pour prémunir son pays d'éventuelles attaques US/OTAN.

La Russie menace de quitter le Traité sur les forces nucléaires, à portée intermédiaire

Les Russes ont confiance dans leur Iskander, face aux menaces balistiques des Américains

Sep 28, 2015 17:50 UTC

I
RIB- La Russie a menacé d'examiner le retrait du Traité sur les forces nucléaires, à portée intermédiaire, si la décision américaine d’installer des bombes tactiques, en Allemagne, était mise à exécution.

Selon le président de la Commission de la défense et de la sécurité de la fédération de Russie, Viktor Ozerov, la Russie reste engagée, selon les termes du Traité sur les forces nucléaires, à portée intermédiaire, (INF, selon son acronyme anglais), mais un retrait de la Russie pourrait être considéré comme une réaction réciproque. Pour sa part, l’ambassadeur d’Allemagne, en Russie, Rüdiger von Fritsch, a précisé, lundi, dans un discours, que les Etats-Unis n’avaient fait que déplacer leurs anciennes armes nucléaires, dans une base aérienne allemande. "Aucune nouvelle arme n’y a été transférée", a ajouté l’ambassadeur allemand, à Moscou. La Russie avait annoncé, auparavant, qu’elle abandonnerait le traité INF, au cas où les Etats-Unis déploieraient des systèmes anti-missiles, en Europe de l’Est, et les braqueraient en direction de la Russie. Mais c’est la première fois que les responsables russes disent que le déploiement de la bombe atomique B-61 serait une mesure qui les conduirait à se retirer de ce traité. Malgré les efforts internationaux, dans le sens du désarmement nucléaire, et, notamment, le Traité de non-prolifération, (TNP), Washington est, toujours, déterminé à garder son arsenal atomique. Pour ce faire, les Etats-Unis ont déployé une partie de leurs armes tactiques, parmi lesquelles, environ, 200 bombes atomiques B-61, dans 6 bases militaires, dispersées dans 5 pays d’Europe, membres de l’OTAN, à savoir, la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Italie et la Turquie, et, en outre, envisagent de renouveler leurs arsenaux nucléaires. Tenu en mai 2012, à Chicago, le Sommet de l’OTAN a donné son aval au plan américain de modernisation et de substitution des bombes atomiques, en territoire européen. La poursuite de cette approche a donné lieu à la réaction réciproque de Moscou. Le ton alarmant des Russes concernant leur probable retrait du traité sur les forces nucléaires, à portée intermédiaire, s’inscrit dans le même cadre. Mais les Russes ne se sont pas contentés de menaces verbales, et ont installé les missiles nucléaires "Iskander", dans la région de Kaliningrad, tout près de la frontière polonaise.
 

URGENT - Washington bloque le projet proposé par la Russie à l'ONU pour régler la crise au Moyen-Orient

Suite de l'entrevue avec Obama !

Il fallait s'y attendre !

LA QUESTION EST CELLE DE SAVOIR : où est passé le vote à l'ONU pour que les USA bloquent le projet proposé par la Russie à l'ONU ? Encore une mascarade en cours ?

Depuis qu'ils recherchent un conflit mondial pour relever leurs finances avec leurs Banksters, l'alibi est tout trouvé !

Comme cela nous avons la confirmation que les USA/Israël sont des pays terroristes qui financent les mercenaires de l'EI et autres formations dites terroristes, qu'ils ne souhaitent pas la paix mondiale et qu'ils entendent étendre leur carnage en Syrie et au Moyen Orient pour poursuivre leur projet criminel, de création du Grand Israël et du Grand Moyen Orient, au détriment de la sécurité des populations civiles.

Poutine aura tout essayé y compris de les tester jusqu'au bout et nous ne pourrons rien lui reprocher à l'avenir.

Au moins, il sait à qui il a affaire et comment se comporter avec les nazis !

Source de l'information : mardi 29 septembre 00h45 CET

EN DIRECT : la 70ème session de l’Assemblée générale de l’ONU

Fil Tweeter RT

Les Etats-Unis ont bloqué le projet proposé par la Russie à l’ONU pour régler la crise au Moyen-Orient.

Poutine avait toujours dit qu'il n'engagerait pas ses troupes dans un conflit terrestre, mais qu'il fournissait des armes, la technologie et la formation des militaires de l'armée régulière Syrienne.

Néanmoins Poutine a confirmé la création d'un centre de communication en Irak pour lutter contre Daesh.

Il a confirmé que les frappes contre la Syrie étaient illégales car il n'y a pas d'accord de l'ONU.

Il a dit qu'Obama et Hollande n'étaient pas des citoyens Syriens pour décider du futur de la Syrie.

Et qu'il n'y avait rien de surprenant de comparer les terroristes aux nazis.

Que les relations entre les USA et la Russie étaient au plus bas, mais que c'était le choix des USA et pas ceux de la Russie.

Que la Russie et les USA avaient quand même des points de vue communs.

28/09/2015

«La France tue le droit international aux yeux de la communauté internationale choquée»

Et voilà, comme cela nous avons la preuve grâce à Hollande que la France est bien un pays terroriste qui finance et aide les terroristes à détruire un président et un pays légitimes !

Que fait l’armée en France pour arrêter tous ces psychopathes ?

«La France tue le droit international aux yeux de la communauté internationale choquée»

27 sept. 2015, 20:54

Eurofighter Typhoon

Source: RIA NOVOSTI

Eurofighter Typhoon

Les frappes aériennes de la France contre Daesh en Syrie ont été fortement critiquées par la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zahkarova, en raison de l’absence d’approbation du Conseil de Sécurité de l’ONU.

«Je voudrais connaître les détails du concept de légitime défense concernant des frappes aériennes sur un Etat qui n’a pas donné son accord et n’a attaqué personne, ainsi que la conformité de ces actions avec le droit international», a écrit Maria Zahkarova sur sa page Facebook, suite aux révélations sur les frappes aériennes françaises en Syrie dimanche 27 septembre.

«Quels inventeurs ! Le référendum en Crimée est une annexion, mais les frappes aériennes non sanctionnées par le Conseil de Sécurité et sans l’accord du pays visé est une autodéfense», a ironisé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Plus tôt dans la journée, la France a annoncé avoir effectué ses premières frappes aériennes sur «la base des renseignements collectés lors des opérations aériennes engagées depuis plusieurs semaines» en Syrie. En l’absence d’approbation du Conseil de Sécurité, ces actions ont entraîné une avalanche de critiques de la part de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères. La Syrie est en effet un Etat souverain dont le gouvernement lutte contre des organisations terroristes, telles que Daesh.

Maria Zahkarova a conclu que « la France tue le droit international aux yeux de la communauté internationale choquée».