Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2009

Bigard : Buzz internet

Buzz internet
Le plus populaire des humoristes français ridiculise le gouvernement US
par Thierry Meyssan

Alors que les grands médias des pays de l’OTAN ont sacralisé le rapport de la commission présidentielle Kean-Hamilton sur les attentats du 11-Septembre, l’humoriste Jean-Marie Bigard fait un carton en France en se moquant de ce conte à dormir debout.


Il est désormais vain de continuer à soutenir la version gouvernementale des événements, sa seule évocation suscite l’hilarité.

22 juillet 2009

Alors que la contestation de la version gouvernementale des attentats du 11 septembre 2001 ne cesse de se développer partout dans le monde, y compris aux États-unis, le « rideau de fer » des médias occidentaux ne cesse lui aussi de se développer. Une « chape de plomb » s’est abattue sur les États de l’OTAN et leurs alliés. Toutes les interrogations sur ces événements sont immédiatement qualifiées de « délires conspirationnistes » et leurs auteurs sont discrédités et marginalisés. Cependant, le plus surprenant en cette période de globalisation de l’information n’est pas le monolithisme des médias US, mais leur faculté à cacher à leur public l’ampleur du mouvement pour la vérité sur le 11/9 dans le reste du monde. Pas même un mot sur les milliers de personnalités étrangères, y compris des Prix Nobel ou des chefs d’État, qui ont déclaré publiquement ne pas croire la version des administrations Bush et Obama.

À l’approche du huitième anniversaire de ces actes criminels, les médias occidentaux préparent de nombreux dossiers pour discréditer les sceptiques. Selon un scénario bien rôdé, ces dossiers comparent la réflexion critique sur les attentats à la négation de la « solution finale » nazie. Puis, il font intervenir des experts en sciences sociales pour disserter sur le besoin des gens d’imaginer des secrets derrière les événements qui les dépassent. Au passage, ils interviewent —comme représentatifs de la contestation— quelques illuminés tenant des propos incohérents. Enfin, il s’interrogent sur le manque de fiabilité des informations véhiculées sur Internet où n’importe qui peut écrire n’importe quoi. Mais jamais, jamais, ils n’exposent les arguments critiques des sceptiques et ils ne les réfutent.

Dès les premiers jours, j’ai questionné la version gouvernementale et j’ai élevé cette critique au rang d’un débat mondial. J’ai parcouru la planète, j’ai rencontré de nombreux chefs d’État et de gouvernement, je me suis longuement exprimé sur quantité de chaînes de télévision et j’ai touché un audience cumulée de plus d’un milliard de téléspectateurs. J’ai payé chèrement mon impudence. On m’a insulté, dépouillé, menacé, traqué. Mais je vois aujourd’hui, partout, des voix libres s’élever pour refuser le mensonge et exiger la vérité.

Dans mon pays, la France, dont les débats intellectuels étaient jadis exemplaires, on a interdit aux médias audiovisuels de me donner à nouveau la parole sur le 11-Septembre. Les personnalités qui ont osé s’exprimer sur le sujet ont été durement remises à leur place et réduites au silence. L’ordre atlantiste règne dans les rédactions des médias parisiens. Pourtant, il existe toujours des esprits rebelles et courageux. Le plus populaire des humoristes français, Jean-Marie Bigard, a dit l’an dernier son scepticisme dans une émission de radio. Il a immédiatement dû affronter une campagne de presse et on a tenté de le ruiner en sabotant la promotion d’un de ses spectacles. Il a laissé passer l’orage, mais n’a pas baissé la tête. Le voici qui, depuis un mois, diffuse un feuilleton vidéo hebdomadaire sur son site internet. Avec comme seule arme un humour rabelaisien, il souligne l’irrationalité du rapport de la Commission présidentielle Kean-Hamilton et le ridiculise. Le trait est énorme. La satire est grotesque. Même le néoconservateur le plus fanatique ne doit pouvoir s’empêcher de rire en l’écoutant.

Voici ces vidéos. Regardez-les. L’empereur est nu.

Toutes les vidéos ici

Source : http://www.voltairenet.org/article161136.html

Bigard 11 Septembre : Monsieur Silverstein

Bigard 11 Septembre : Monsieur Silverstein

http://www.dailymotion.com/video/x9y72e_bigard-11-septemb...

Petite banniere 400x50

 

03:03 Publié dans Attentats, Terrorisme, Humour, Chants, Détente, USA, Israël | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

USA-Important : Des vaccins tueurs dans l'armée ?

USA/IMPORTANT: Un ancien soldat des marines affirme qu’il souffre d’une maladie causée par un vaccin mystérieux !

Source originale : http://www.wlwt.com/news/13271378/detail.html

Traduction réalisée par l’équipe de SpreadTheTruth.fr

Target 5(le nom d’une émission diffusée sur la chaine américaine WLWT, appartenant au groupe NBC) a découvert qu´une proportion inquiétante de soldats des Etats-Unis présentent des symptômes sévères en réaction à certains vaccins qu´ils reçoivent avant de partir pour une mission à l´étranger.

« C´est le complot le plus pire de l´histoire militaire,» déclare, sous anonymat, un officier de la santé militaire.

Certains militaires des Etats-unis passent à coté de la mort rien qu´en recevant une dose de vaccin.

Un officier de la santé déclare: « lorsque le problème lié à l´utilisation de ce vaccin sera révélé, je pense que le scandale Walter Reed ne sera rien en comparaison. »

Lance Corporal David Fey, 20 ans, se soumet à une dialyse trois jours par semaine. Il souffre d´une insuffisance rénale. Sa carrière militaire est terminée et il se sent abandonné par son pays.

“Je ne supporte pas mes anciennes photos. Je ne peux vraiment pas le faire, » déclare David Fey.

« Des que je commence à regarder mes anciennes photos, je me mets à pleurer. »

David Fey a grandi près des fermes du comté de Clermont.

« J´allais toujours à l´école.» « Je n´étais jamais malade. Jamais. »

Mû par la passion du sport et par un sens du patriotisme, l´athlète du Blanchester High School intègre le corps des Marines à l´âge de 18 ans.

J´ai examiné les possibilités offertes par chaque branche d´activité, mais j´ai préféré le Corps des Marines parce qu´il représentait la fierté, » déclare David Fey.

David Fey affirme qu´il appréciait chaque minute passée au camp d´entraînement de 29 Palm en Californie. Mais le 28 novembre 2005, le cours de sa vie a changé pour toujours. David Fey faisait partie d´un groupe de Marines qui s´apprêtait à recevoir un vaccin dont la nature leur était inconnue.

« Ils demandaient nos noms. Ils nous ont vacciné et nous avons eu le reste de la journée libre. »

« Apres ce vaccin, certaines parties de mon corps ont commencé à gonfler. A cause de l´eau qui s´accumulait dans mon corps, mon poids a augmenté de 30 livres. Mes yeux s´enflaient également et je ne voyais plus rien. J´ai commencé à ronfler pendant le sommeil. J´ai commencé à avoir des rougeurs au niveau des bras. »

Trois semaines plus tard, David Fey est retourné à son lit de mort au Clinton Memorial Hospital dans le comté de Clermont. Il souffrait d´une insuffisance rénale. Tout son corps avait tellement enflé qu´il laissait apparaître des vergetures.

« Je ne cessais de prier » déclare pour sa part, Cindy, la mère de David Fey. « Je priais beaucoup en demandant à Dieu de prendre son âme pour le délivrer des souffrances. En constatant que je ne pouvais plus serrer mon fils dans les bras parce qu´il allait hurler de douleur, je ne cessais de dire ces mots dans mes prières à Dieu « prends le ce soir.»

En quête de réponses, Cindy Fey se mit à examiner le dossier médical de son fils. Elle a déclaré que le vaccin reçu par son fils ne figurait pas dans le dossier médical de ce dernier.

Les militaires déclaraient qu´ils n´avaient pas reçu de vaccin.

Mais comme Target 5 l´a découvert, la version des militaires changea.

Le Département de la Défense déclara que « tous les vaccins administrés aux militaires sont consignées dans un dossier médical permanent. » Mais le dossier médical de David Fey ne révélait aucun vaccin administré ce jour-là. Un autre Marine en service dans l´unité de David Fey a déclaré à Target 5 que son dossier médical ne comporte pas non plus de vaccin reçu ce jour-là.

Il a aussi expliqué que les personnes chargées de les vacciner ne leur ont jamais dit de quoi il s´agissait.

Lorsque Cindy Fey a appelé l´hôpital militaire de 29 PALMS pour savoir quel vaccin son fils avait reçu, on lui a lui répondu que cette information était confidentielle.

Onze mois plus tard, on remarqua que le dossier médical de son fils comportait une note mystérieuse indiquant que le vaccin mystérieux était un vaccin contre la grippe.

Le responsable militaire qui s´est exprimé à Target 5, sous anonymat, a expliqué qu´il n´était pas surprenant qu´au départ le dossier médical de Fey ne mentionne pas ce vaccin.

« Nous avons un joli mot pour designer cette situation, » déclare-t-il. « C´est le C.Y.A. Malheureusement, il s´agit du S.O.P. dans l´armée. »

Le Département de la Défense a affirmé qu´il encourage « les employés du secteur de la santé et les receveurs à signaler les effets secondaires qu´ils pourraient constater. » Cependant, l´armée n´a jamais signalé les réactions observées dans le cas de David Fey au Centre pour le Contrôle et la Prévention des Maladies(CDC) et au FDA.

« Je vois comment la guerre de propagande et de l´information est menée contre les filles et fils d´Amérique et comment on traite les patients qui signalent les dommages causés par le vaccin. » affirme l´officier non identifié. « C´est troublant. Cette situation doit inquiéter l´Amérique. » Cet officier a indiqué que ceux qui ont signalé des effets secondaires suite aux vaccins sont traités comme si tout cela était le fruit de leur imagination.

Interrogé sur la question de savoir si les militaires reçoivent des vaccins à titre expérimental, cet officier a répondu, « Grâce à Dieu, j´espère que non. Mais, à la lumière de ce que j´ai vu, je dois dire oui. »

Le Département de la Défense maintient que les vaccins administrés aux troupes des Etats-Unis sont sans risque.

En même temps, David Fey attend toujours une transplantation du rein.

« Mon plus grand désir est de me lever et marcher sans ressentir aucune douleur, » déclare-t-il « Me lever et être à nouveau heureux. »

Afin d´obtenir des réponses, la mère de David Fey est restée en contact avec le Sénateur Sherrod Brown.Target 5 a joint le cabinet de Sherod Brown et a reçu la réponse suivante :

« Mon fils est régulièrement en communication avec le Corps des Marines et la famille, et nous avons demandé à obtenir des réponses aux questions spécifiques de la famille. J´ai également aidé M. Fey à toucher les indemnités VA pour ses soins de santé, pour invalidité de travail et une assistance au travail. Sa mère a été un défenseur acharné pour lui, et je suis impatient de travailler avec elle pour résoudre les questions en suspens. Il est urgent de faire tout ce qui est possible pour que les jeunes gens continuent à servir dans l´armée sans risque. »

SpreadTheTruth.fr

23/07/2009

France : les marchés des vaccins classés secret défense

Pourquoi les marchés des vaccins ont-ils été classés défense ?
Que doit-on nous cacher ?

H1N1, 700 millions pour vacciner contre la peur. Optez pour le vaccin biologique !


Entre 600 et 800 millions d’euros pour acheter des doses de vaccins, de quoi traiter deux fois la majorité de la population française. Cela fait cher. Est-ce vraiment nécessaire ? La question se pose. Et à quel objectif cela répond ? Là, nous ne sommes pas sûr et d’ailleurs, que ce soit du côté strictement scientifique ou du volet de la santé publique gérée par l’Etat, rien n’est certain et tout est flou. On ne sait pas réellement ce qu’on traite. Aucune hypothèse n’est à exclure. Nous n’avons aucune raison de faire confiance aux autorités. Le marché serait classé secret défense. C’est carrément un précédent dans notre pays. Pourquoi le secret défense ? L’ironiste dira que nous sommes en guerre contre le virus. L’analyste pointera le fait que le secret défense permet de protéger cette affaire de la curiosité des médias et des juges. On ne sait jamais, il pourrait y avoir des choses cachées pas très honorables. On sait ce qu’il en ressort de ces marchés soumis au secret défense, ces ventes d’armes, ces trafics d’instruments de la mort décidés par les dirigeants et donnant lieu à quelques commissions cachées plutôt avantageuses. Cette commande de vaccin échappe aux règles des marchés publics. Tout semble prévu pour qu’aucune enquête ne soit réalisée. Cette démarche fleure bon l’intérêt supérieur de l’Etat et une opacité laissant soupçonner toutes les hypothèses, notamment celle de bénéfices juteux et de commission. Autant dire que les règles de la démocratie sont bafouées.

Maintenant, osons poser la question de l’utilité de ce vaccin en fonction des données scientifiques actuelles pour le moins floues et controversées. La grippe A n’est qu’une banale infection pouvant tuer quelques sujets mais rien de bien menaçant puisqu’une grippe saisonnière en fait autant. Cet empressement autour de ce virus laisse planer d’autres soupçons. Une manière d’écarter les citoyens de la crise qui fait des dégâts dans les chaumières victimes du chômage. Voilà ce que les férus de théorie du complot pourraient affirmer. Ensuite, il y a la perversion du système dans son ensemble, avec le fascisme médiatique propageant les peurs et le principe de précaution complètement dévoyés, comme dans un autre domaine peut l’être le principe de subsidiarité si mal employé dans les affaires européennes. La grippe fait parler d’elle. Les médias propagent une pandémie psychique. Et c’est cette névrose collective qu’il faut alors traiter. Rien ne permet de dire que les responsables de la santé publique soient compétents dans cette affaire, ni honnête du reste. L’affaire du sang contaminé a laissé des traces. Et la vaccination contre l’hépatite est encore sujet à controverse. Mais c’est un tout autre contexte. La grippe est différente dans son mode de transmission et ses effets.

Quel serait alors le principal ressort de cette vaccination à grande échelle ? L’hypothèse officielle étant de protéger les Français d’une contamination pouvant être mortelle dans une proportion donnée ; égale à la moitié du temps de refroidissement du fût du canon multiplié par l’âge du capitaine et divisé par un facteur ad hoc, comme le capitaine du reste. Une autre hypothèse semble plus crédible. Celle d’une vaccination contre la panique et les peurs névrotiques liées à la propagation du virus à la fois chez les sujets mais aussi dans les médias, étant entendu que l’information peut elle aussi muter et se révéler assez délétère pour ce qui relève de la vie sociale et surtout économique. Imaginons une situation où les contaminations augmentent, jusqu’à atteindre une prévalence comparable à celle de la grippe ordinaire. Là où ça se gâte, c’est que la grippe H1N1 n’est pas jugée comme ordinaire. Du coup, les écoles ferment, les gens ne vont plus dans les lieux publics, spectacles, restaurant, magasins. Et même, ils ne vont plus travailler pour ne pas prendre les transports en commun ou côtoyer leurs collègues de bureau ou d’usine. C’est un scénario catastrophe, improbable certes, avec une telle ampleur, mais gageons qu’une proportion notable des Français risque de gérer au plus près la situation. Avec un masque et des déplacements limités au strict nécessaire. Au final, le comptable des finances publiques s’affole car c’est pratiquement un à trois points de croissance qui se jouent dans cette affaire. Alors, 700 millions d’euro, ce n’est pas cher payé pour s’assurer contre une panique généralisée.

Bon, 700 millions d’euros, c’est aussi une somme qui permet d’offrir à des centaines de milliers d’enfants défavorisés un séjour en vacances ou une paire de lunette ou même des soins dentaires, plus des livres. Que penser de cet affolement des autorités pour une grippe qui ne semble pas si meurtrière ? C’est peut être passager, ça leur passera, un peu comme l’âge bête à l’adolescence. Mais l’Histoire nous dit que des dirigeants et des peuples peuvent devenir carrément fous, déraisonnables. Cela s’est produit il y a 70 ans en Allemagne. Mais ne nous aventurons pas trop sur ces terres de mémoires, nous risquerions le point Godwin vite fait. Restons dans la bienséance du boudoir philosophique. L’historien Robert Darnton a écrit un livre fort instructif sur La fin des Lumières. Une anecdote rend bien compte de l’atmosphère de l’époque. Un géomètre faisant des relevés sur le toit d’une église fut abattu par des paysans croyant qu’il jetait un sort au village. Les peurs irrationnelles, excessives et les superstitions ont accompagné l’histoire du genre humain. Ce qui se passe avec la grippe H1N1 entre dans ce schème universel. La science, au lieu de libérer l’homme, reste à l’image de Janus, engendrant des peurs irraisonnées. La situation est préoccupante d’autant plus que la gestion des peurs et des précautions sert des intérêts économiques et politiques. Autant dire qu’on est pas sorti de l’auberge. Car si la science a permis de sortir des superstitions, elle a fourni la matière à d’autres peurs irrationnelles et cette fois, elle ne permet plus d’en sortir. L’humanité est piégée. Alors avertissement sans frais. Cette vaccination contre la grippe inaugure d’un cauchemar à venir. Mais le psychisme sait avoir ses propres défenses. Connues déjà du temps de Platon, évoquant dans le livre X de la République le commerce des émotions proposées par les tragédiens et les contrepoisons dont certains disposent. La Grèce a découvert lesles travers humains. Rien n’a vraiment changé si ce n’est les formes. Peut-être n’est-il pas à l’ordre du jour de sortir de ce piège des peurs. C’est une donné inhérente aux sociétés et le mieux est d’être soi, d’être maître, d’être libre, et de ne pas craindre la grippe. Hegel dirait que ce critère sépare les maîtres des esclaves. Et que la société n’est pas prête de sortir de l’esclavage, même si les formes ont changé. On dit exploitation, instrumentalisation, manipulation, aliénation. promesses de Civilisation comme

Si votre voisin a la fièvre, ne le prenez pas en grippe. Avec un peu de chance il est atteint du virus H1N1. Auquel cas, invitez-le à une grippe partie. Et conviez vos amis à cette fête de l’immunisation. Car s’il s’avérait que la grippe mute, vous serez vacciné naturellement. Tant qu’à faire, à la vaccination industrielle dont vous ne savez pas quelle est la composition, préférez l’immunisation garantie biologique, grâce à votre voisin. En plus, vous pourrez danser jusqu’à l’aube, chose impensable au dispensaire du coin qui vous délivrera le vaccin qui coûte 700 millions.

Source : Agoravox

France : H1N1: les vaccins coûtent 879 M

Quelle bonne nouvelle pour la sécurité sociale qui devra faire l'avance du paiement des vaccins !

Les vaccins seront mis gratuitement à la disposition du public, encore une bonne nouvelle ! Que ne ferait-on pas pour enrichir les laboratoires amis et alimenter tout le système médical, sans oublier la Sté Roblot au passage !!!!

Si vous êtes en maladie ou en accident du travail vous ne vous étonnerez pas que la sécu ne vous paie pas vos indemnités journalières ! Peuvent pas tout payer les pauvres pour assurer l'insécurité sociale !!!! Bon, il paraît que les vaccins sont faits pour notre bien !!!!

Vous remarquez que ces sommités semblent être dotées de dons de voyance pour prévoir de prendre des dispositions sur la vaccination en septembre. C'est-à-dire que c'est le temps qu'il faut aux labos pour fabriquer les vaccins et les mettre sur le marché sans avoir fait de tests suffisants. Une fois que le stock de vaccins sera constitué, dès septembre l'alerte de la pandémie montera comme par magie au niveau 6 pour que les stocks soient écoulés dans le mois. Quelle organisation quand même ! Ils comptent bien évidemment sur la presse pour faire monter la peur et la pression sur le peuple.

AFP
22/07/2009 |

Le coût total de l'acquisition des 94 millions de doses de vaccins contre la grippe A (H1N1) par le gouvernement s'élève à 879 millions d'euros, a précisé mercredi la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, devant la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale.

"Le gouvernement a demandé à l'assurance maladie de procéder par anticipation à un versement à l'Eprus (Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires, ndlr)", a-t-elle indiqué, ajoutant que "le montant total de la vente s'élève à 879 millions d'euros pour 94 millions de doses".

L'Eprus est financé à 50% par l'assurance maladie et à 50% par l'Etat. "Pour des raisons pratiques, l'assurance maladie fait l'avance des frais", a indiqué Mme Bachelot, ajoutant que l'Etat rembourserait sa part dans le cadre du prochain budget. Mme Bachelot a par ailleurs précisé que les prix d'achat des doses de vaccins "varient d'un laboratoire à l'autre", en fonction notamment des techniques employées ou encore des dates de livraison.

"Nous avons évidemment encore beaucoup d'inconnues sur la vaccination",
a expliqué la ministre, citant notamment "le calendrier de ces livraisons", "l'obtention de l'autorisation de mise sur le marché" ou encore "le nombre d'injections qui seront nécessaires pour assurer une immunité suffisante". "Nous établirons la stratégie vaccinale au cours du mois de septembre", a-t-elle ajouté.

Source : Le Figaro