Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2016

Le Kremlin dresse le tableau d'un scénario sans Assad


Le Kremlin dresse le tableau d’un scénario sans Assad

 

A Syrian woman walks past a placard bearing a portrait of President Bashar al-Assad in the city of Damascus on March 4, 2015. AFP PHOTO / LOUAI BESHARA

 

Et si Assad quittait le pouvoir ? Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov évoque les éventuelles conséquences de ce départ.

 

Le départ du président syrien Bachar el-Assad, tant revendiqué par l'opposition intransigeante soutenue par un groupe de pays occidentaux, aurait conduit à la victoire des terroristes et provoqué de nouvelles vagues de migration, a indiqué dans un entretien à la télévision russe le porte-parole de la présidence Dmitri Peskov.

 
M. Peskov a pointé qu'un certain nombre de pays tentaient de flirter avec le diable et « cherchaient à se défaire d'Assad par le biais de terroristes, tandis que d'autres disent d'une manière irréfléchie qu'Assad doit partir ». « Si Damas tombe et si les terroristes le prennent sous leur contrôle il n'y aura plus aucun règlement politique. Alors ces terroristes ne prêteront leur oreille à aucun maître, ni marionnettiste. Alors, il y aura de nouvelles vagues de migrants. Il y aura de nouveaux camions à Cannes, à Dieu ne plaise, et ainsi de suite », a souligné Dmitri Peskov.


La Syrie est secouée depuis mars 2011 par un conflit intérieur qui a déjà fait, selon l'Onu, plus de 280 000 morts. Plus de 2,3 millions de Syriens se sont réfugiés à l'étranger. Les troupes gouvernementales font face à des groupes armés de différentes origines qui comprennent des mercenaires étrangers.

 
Depuis le début de la crise, plusieurs pays occidentaux et arabes ont sommé le président syrien de quitter le pouvoir.


Lire aussi :

Florian Philippot: si Assad s'en va "ce serait bien pire"

 

 

 

Comment renverser Poutine? Hillay répond...

Comment renverser Poutine? Hillay répond...

 Sun Oct 23, 2016 10:30AM

 

Hillary Clinton chercherait à renverser Poutine en le faisant piéger en Syrie© Global Research

Hillary Clinton chercherait à renverser Poutine en le faisant piéger en Syrie© Global Research

Ce n'est pas seulement le bureau ovale qu'elle vise....Hillary Clinton veut renverser Poutine. ....

Dans un récent article signé Diana Johnstone, Global Research évoque les objectifs que s'est fixé la candidate démocrate à la Maison Blanche et écrit : " Clinton a de grandes ambitions. Elle cherche ni plus ni moins à changer l'ordre politique en Russie et à renverser Poutine. Elle jouit d'ailleurs du soutien de la majorité au Département d'Etat et au Département de la Défense voire au Congrès. Hillary semble vouloir rejouer le coup de l'ex-conseiller pour la sécurité nationale américaine, Zbigniew Brzeziński , lequel a trompé l'URSS et l'a entraînée malicieusement dans le bourbier afghan qui s'est transformé en un Vietnam pour la Russie. Il n'est pas faux dire que ce "Vietnam afghan" a même provoqué la chute de l'empire soviétique tant il a distillé la haine des russes dans les cœurs et les esprits des peuples de la région. Ces mêmes Russes qui pour dire la vérité, sont plutôt de nature pacifiste pour avoir eux-mêmes subi le martyr au cours de deux guerres mondiales.

Des ruines de l'URSS, a émergé le gouvernement Eltsine, un vrai pantin entre les mains de Bill Clinton, le président américain de l'époque. C'est à cette ère particulièrement enchanteresse pour les Etats-Unis que Mme Clinton Pense et le seul obstacle sur sa voie, reste la personne de Poutine.

 

Mais quelle est la nouvelle version de cette ancienne formule?  

"La nouvelle version consiste à mettre à profit les efforts légaux de la Russie en Syrie, efforts destinés à sauver le pays du danger de l'implosion. Clinton compte ternir autant que se faire peut l'image de la Russie de Poutine et fournir à ses adversaires qui sont nombreux en Russie le prétexte nécessaire pour le renverser. Voilà pourquoi les Américains font tout pour que la guerre en Syrie traîne en longueur. Ils attendent Poutine au tournant" 

"C'est justement pour cette même raison que l'offensive syro-russe contre l'Est d'Alep a déclenché une campagne médiatique d'une violence inouïe contre la Russie et que les Occidentaux se sont mis à traiter Poutine de " criminel de guerre" . Ce n'est pas sans raison si les Etats-Unis ont fait tout pour que Bagdad retarde son offensive contre Moussel et qu'il la déclenche juste parallèlement à la bataille de l'Est d'Alep. La tactique américaine veut que les terroristes de Daech quitte la ville de Mossoul et qu'ils aillent directement dans l'Est de la Syrie pour rejoindre les rangs de ceux qui se battent contre Assad et Poutine".

L'article évoque par la suite le second volet de la stratégie de Clinton contre Poutine, axé sur l'Ukraine et écrit : " l'ambition de Hillary Clinton ne connait pas de borne et elle est bien visible à travers ses courriels sur la Libye. Hillary s'efforce de reléguer d'elle-même à la postérité l'image d'un "stratège spécialisé dans le changement des régimes" , un stratège de "soft war" qui a recours aux moyens patents et latents pour mettre au pas toute résistance contre l'empire américain à travers le monde. Mais c'est quoi le principal soutien de Hillary Clinton? Les armes atomiques. Je n'irai pas jusqu'à dire que Hillary Clinton parviendra à gagner le jeu qu'elle a commencé, n'empêche que la cirque électorale à laquelle nous assistons en ce moment vise à induire en erreur l'opinion publique américaine et internationale et à la tromper sur les vrais objectifs de Clinton"

 

L'armée syrienne reprend le contrôle dans le sud d'Alep et les provocations des USA

Une bonne nouvelle !

En revanche voilà comment la coalition US criminelle couvre les arrières de ses mercenaires, en détruisant les infrastructures syriennes pour rendre plus difficile la progression des troupes gouvernementales...

La coalition US détruit un pont important dans la province syrienne de Hassaké Huit ponts sur le Khabour et l'Euphrate ont déjà été détruits par les frappes de la coalition dirigée par les États-Unis en Syrie. Un énième pont a été bombardé dimanche. Un des ponts importants sur la rivière Khabour, dans la province syrienne de Hassaké, a été détruit suite aux bombardements de la coalition internationale menée par les États-Unis, relate la télévision nationale syrienne. L'aviation a effectué une frappe contre le pont près de la ville de Markadah dans le sud de la province. Le pont, qui reliait la province de Hassaké et la province de Deir ez-Zor, a été complètement détruit.

 

Et surtout, il ne faut pas qu’ils oublient d’aller espionner les bases russes en Syrie !

Un avion de patrouille US s’approche des bases russes en Syrie Ces derniers mois, l'intensité des vols d'avions espions américains près des sites russes a fortement augmenté. Le 23 octobre, un avion de patrouille maritime P-8A Poseidon de la marine US a été détecté près des bases russes en Syrie et dans la zone de déploiement de navires de guerre russes en Méditerranée orientale, selon les données du service Planefinder.net qui suit le mouvement des aéronefs dans le monde.

L’armée syrienne reprend le contrôle dans le sud d’Alep

 

L'armée syrienne

Les forces gouvernementales auraient le repris le contrôle total de l'unité militaire de défense aérienne dans le sud de la ville d’Alep, en Syrie, à l'issu de la trêve humanitaire de trois jours.

«L'armée syrienne a entièrement repris le contrôle de l'unité militaire de défense aérienne dans le sud d’Alep, à la suite de violents combats avec les forces terroristes», a indiqué, dimanche 23 octobre, une source militaire syrienne à l'agence russe Sputnik.



 

Les forces loyalistes ont entamé leur offensive sur le site dimanche à l'aube, au lendemain du dernier jour du cessez-le-feu qui avait été accordé par Damas et Moscou dans la ville syrienne d'Alep, en proie à la guerre civile. 

Toujours selon la source militaire citée par Sputnik, des unités du service du génie de l'unité militaire de défense aérienne seraient déjà déployées sur place, afin de déminer la zone.

Lire aussi : Syrie : les rebelles empêchent les habitants d'Alep-Est de fuir alors que la trêve touche à sa fin

 

 

Fin de la trêve à Alep: ni les civils, ni les combattants n’ont pu quitter la ville

Et surtout, que les criminels de la coalition internationale US viennent encore la ramener lorsque les bombardements reprendront pour éliminer leurs mercenaires !!

Voir aussi:

La vérité sur les couloirs humanitaires à Alep

 
 
Ville d'Alep

La trêve humanitaire longue de trois jours a pris fin à Alep. Au cours de la journée de samedi, ni les civils, ni les groupes armés n’ont quitté les quartiers assiégés.
 
La dernière journée de la trêve humanitaire a expiré sans que les civils ou les djihadistes n'empruntent les couloirs humanitaires mis à leur disposition.

Comme lors des deux journées précédentes, tous les services nécessaires à l'évacuation étaient déployés près des couloirs humanitaires. Tout au long de la journée, les véhicules de propagande ont appelé les civils et les djihadistes à revenir à la vie civile et à profiter de la pause humanitaire pour quitter la zone en proie à des combats, mais en vain. Rappelons que la trêve a duré à Alep du 20 au 22 octobre. Neuf couloirs humanitaires avaient été mis en place, dont six réservés aux résidents civils et deux aux combattants bloqués dans la partie est de la ville.
 
Mardi 18 octobre, les forces aériennes russes et syriennes ont suspendu leurs frappes à Alep, en Syrie, soit avant la date prévue, pour assurer la préparation d'une pause humanitaire.

Or, les terroristes du Front Al-Nosra ont tiré sur les habitants d'Alep rassemblés près de l'entrée d'un couloir humanitaire dans le quartier de Bustan al-Qasr. En outre, les extrémistes ont exécuté publiquement 14 représentants des autorités locales, ceci comme punition pour avoir appelé à quitter les quartiers contrôlés par les groupes armés. Selon différentes estimations, jusqu'à 7 000 djihadistes de différents groupes armés sont retranchés dans l'est d'Alep.
 
 
 

La vérité sur les couloirs humanitaires à Alep

Bien, une trêve c'est bien pour les civils et les aides humanitaires, mais nous pouvons constater encore une fois que les mercenaires financés par les USA et l'UE, ont refusé de se rendre tout en empêchant les civils de sortir par les couloirs humanitaires.
 
Ensuite lorsque les armées syriennes et russes reprendront leurs bombardements, nous aurons la soi-disant communauté internationale qui se mettra encore à pleurnicher parce qu'il ne faut pas atteindre leurs mercenaires et protéger "leurs rebelles modérés".
 

Diyab : Les terroristes interdisent toujours aux habitants des quartiers est d’en sortir via les corridors humanitaires

Jaafari : Les groupes armés ont interdit aux habitants de l’est d’Alep d’en sortir

 
Maintenant, il va falloir que la France, les pays de l'UE et les USA qui passent leur temps à hurler qu'il ne faut pas tirer sur "les rebelles modérés", nous disent puisqu'ils les connaissent pour les armer et les financer, pour quelles raisons, ils ne demandent pas à leurs chefs de se rendre ? Hein ?  Puisque Fabius disait lui-même que le Front Al-Nosra faisait du bon boulot ?

Fabius : «Le front al-Nosra fait du bon boulot»

Au passage le nabot s'était vanté d'avoir fait pression sur Poutine pour instaurer la trêve, comme s'il en avait les moyens, cet agent de la CIA, franc-maçon de surcroît .

La réponse de Poutine :

Quelle pression de Hollande sur Poutine? Le Kremlin explique François Hollande a affirmé avoir «fait pression» sur Vladimir Poutine pour qu’il donne son aval à l’instauration d’une pause humanitaire à Alep. Pourtant, le Kremlin voit les choses autrement. Qui a raison?

La vérité sur les couloirs humanitaires à Alep

La Russie a prolongé la pause humanitaire à Alep afin que civils et combattants puissent quitter la zone de conflit. Le ministère russe de la Défense diffuse la vidéo en direct.
 

 
Le cessez-le-feu à Alep a débuté jeudi 20 octobre à 08h00 (05h00 GMT) visant à permettre à la population civile ainsi qu'aux rebelles de quitter la zone en proie à des combats. Les blessés et malades seront également évacués d'Alep.

Il existe six couloirs humanitaires que les résidents civils d'Alep peuvent emprunter pour quitter la ville. Deux autres couloirs sont destinés aux combattants bloqués dans la partie est de la ville.
 
Mardi 18 octobre, les forces aériennes russes et syriennes ont suspendu leurs frappes à Alep, en Syrie, soit avant la date prévue, pour assurer la préparation d'une pause humanitaire.

Lors d'une rencontre à Berlin avec François Hollande et Angela Merkel, Vladimir Poutine a déclaré que la Russie était prête à maintenir le cessez-le-feu à Alep en Syrie aussi longtemps que nécessaire.