Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2014

Le Général De Gaulle sur les Merdias

Les médias : Les Nouveaux chiens de garde des groupes financiers et industriels

Vous avez dit : Presse indépendante ?

Ainsi, nous pouvons nous imaginer comment, à qui, et pour quels lobbies est réservée la liberté d’expression et pour quels intérêts idéologiques l’information est mensongère pour manipuler les masses ignorantes ! Les organes de propagande des élites !

Pas étonnant que ces lobbies s’attaquent en cœur à Dieudonné et à tous ceux qui sont contre le sionisme rampant et leur Nouvel Ordre Mondial !

Le film à visionner par ce lien : ICI

Les Nouveaux chiens de garde en streaming illimité [FRENCH DVDRIP]

Les nouveaux chiens de garde.jpg

Description : 

Les médias se proclament "contre-pouvoir". Pourtant, la grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartiennent à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir. Au sein d’un périmètre idéologique minuscule se multiplient les informations pré-mâchées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices et les renvois d’ascenseur. En 1932, l’écrivain Paul Nizan publiait Les chiens de garde pour dénoncer les philosophes et les écrivains de son époque qui, sous couvert de neutralité intellectuelle, s’imposaient en véritables gardiens de l’ordre établi. Aujourd’hui, les chiens de garde sont journalistes, éditorialistes, experts médiatiques, ouvertement devenus évangélistes du marché et gardiens de l’ordre social. Sur le mode sardonique, LES NOUVEAUX CHIENS DE GARDE dénonce cette presse qui, se revendiquant indépendante, objective et pluraliste, se prétend contre-pouvoir démocratique. Avec force et précision, le film pointe la menace croissante d'une information produite par des grands groupes industriels du Cac40 et pervertie en marchandise.

Origine du film : Français
Réalisateur : Gilles Balbastre, Yannick Kergoat
Acteurs : Arlette Chabot, Laurence Ferrari, David Pujadas
Genre : Documentaire
Durée : 1h 44min
Durée : 11 janvier 2012
Année de production : 2011
Release Name : Les.nouveaux.chiens.de.garde.2012.FRENCH.DVDRIP.XviD-FUZION

 

http://www.streaming-illimite.com/2013/07/les-nouveaux-ch...

http://www.lesnouveauxchiensdegarde.com/

 

 

08/10/2013

France Expertise Internationale et son statut juridique, d'établissement public à vocation commerciale et industrielle

La seconde machine de guerre de SARKOZY ! 

logo.png

http://www.fei.gouv.fr/

Nous remarquons que l'adresse web du site France Expertise Internationale est une adresse web du gouvernement. gouv.fr ce qui n'empêche pas cette société commerciale et industrielle d'avoir son Numéro de SIRET et d'être déclarée auprès du répertoire des entreprises INSEE.

Nouvelle image.jpg

Nous voyons sur l'image ci-dessous que la Société Commerciale et Industrielle

s'occupe de donner des conseils sur la Gouvernance Mondiale ?

Cliquez sur l'image pour zoomer

 

Nouvelle image (1).jpg

Ecoutez bien cette vidéo.

Il faut aller installer des merdias aux ordres et des organes de  propagande à l'étranger.

France Expertise Internationale - Cyrille Pierre, directeur général

http://www.youtube.com/watch?v=UPAxmdHuoMU

France Expertise Internationale (FEI),
opérateur du ministère des Affaires étrangères et européennes,
a pour vocation de contribuer à faire
figurer l'offre française aux 1ers rangs du marché mondial.

Son directeur général, Cyrille Pierre, nous parle concrètement de l'action de FEI.

Fiche entreprise

FRANCE EXPERTISE INTERNATIONALE
531 496 180

Entreprise active. Prise d'activité le 25/02/2011

00013

  • FRANCE EXPERTISE INTERNATIONALE
  • 45 RUE LINOIS
  • 75015 PARIS 15 (75115)

4140 - Etablissement public local à caractère industriel ou commercial
7022Z - Conseil pour les affaires et autres conseils de gestion
100 à 199 salariés au 31/12/2011
FRANCE EXPERTISE INTERNATIONALE
Dernière mise à jour : 01/06/2013
531 496 180 00013

Actif depuis le 25/02/2011

Siège et établissement principal



  • FRANCE EXPERTISE INTERNATIONALE
  • 45 RUE LINOIS
  • 75015 PARIS 15 (75115)

7022Z - Conseil pour les affaires et autres conseils de gestion

100 à 199 salariés au 31/12/2011

 

 Fiche de la Société à télécharger ci-dessous

 

Le réseau de Cyrille Pierre ci-dessous en image.

Lui aussi il est tout seul, le pauvre soi-disant sans réseau de banksters, de sociétés privées et de merdias aux ordres pour aller distiller la propagande partout dans le monde.


Cliquez sur l'image pour zoomer

Cyrille Pierre.jpg

 

08/04/2013

Jean-Yves Le Gallou : La Tyrannie médiatique

Pour savoir par qui est détenue et financée la presse Française et comment est pratiquée la censure de la bonne information.

 

la-tyrannie-mediatique-196x300.jpg


Durée : 44min 27sec | Postée : Il y a 3 heures | Chaîne : Rencontre avec…

Rencontre avec…

Jean-Yves Le Gallou

  • Président de la Fondation Polémia.polemia.com

  • Ancien élève de l'ENA, diplômé de l'IEP de Paris

  • Ancien député européen, président de Groupe au Conseil régional d'Ile de France

à l'occasion de la parution de son livre : La Tyrannie médiatique à commander ici .

 
 
 

Médiapart : Des annonces pourraient être faites mercredi - Hollande est sommé d’agir

Et ils vont tous nous faire croire que personne n'était au courant quand tous les partis politiques sont financés par les banksters, le complexe militaro-industriel, les pétroliers et l'industrie  pharmaceutique dont ils sont les VRP ?

Hollande sommé d’agir

Ce sont des moments rares en politique. Une stupeur qui saisit brutalement le pouvoir, paralyse les cabinets, provoque les rumeurs les plus folles. Depuis les aveux de Jérôme Cahuzac mardi 2 avril, l’exécutif est « en apesanteur », selon l’expression d’un proche de François Hollande. Le président de la République, qui était au Maroc en milieu de semaine, a eu le week-end pour réfléchir : sommé d’agir, il pourrait annoncer de nouvelles mesures pour provoquer un « choc de moralisation ».

Tout ce week-end, une « task force » Matignon-Élysée a travaillé sur les annonces qui pourraient être faites au conseil des ministres de mercredi. Depuis la Bavière où il a passé deux jours, le premier ministre Jean-Marc Ayrault a promis des mesures « d’une très grande fermeté » et « les décisions les plus courageuses », tant les premières annonces faites mercredi par François Hollande n’ont guère suffi. Elles reprenaient, pour l’essentiel, des décisions déjà prises ou des promesses de campagne. Plusieurs ministres, dont l’écologiste Pascal Canfin, plaident aussi pour un plan de lutte contre les paradis fiscaux.

L’exécutif réfléchit également à un vaste remaniement gouvernemental. L’hypothèse a pour l’heure été publiquement exclue par François Hollande. Mais l’idée fait son chemin chez les hollandais canal historique. « Je milite pour un remaniement ministériel : on doit avoir un gouvernement ramassé dans les prochaines semaines », a plaidé vendredi sur Mediapart le député Gwendal Rouillard, proche du ministre de la défense Jean-Yves Le Drian. Un gouvernement « de combat », dit-il, focalisé sur l’industrie et l’emploi (revoir ci-dessous la vidéo du débat organisé vendredi 5 avril avec six jeunes élus de gauche). 

En direct de Mediapart : où va la France ? Après le séisme Cahuzac
http://www.dailymotion.com/video/xyrx4v_en-direct-de-mediapart-ou-va-la-france-apres-le-seisme-cahuzac-integrale_news#from=embediframe

En direct de Mediapart : où va la France... par Mediapart

À l’Élysée, plusieurs réunions, en présence du président de la République, ont évoqué ce scénario mais les avis des conseillers de François Hollande sont partagés. Certains jugent que le remaniement n’apporterait rien, hormis l’impression de céder à la panique, et qu’il viendrait sanctionner des ministres qui n’ont rien fait de mal et « ont même plutôt bien bossé jusque-là », selon un conseiller. D’autant, expliquent-ils, que la déflagration provoquée par l’affaire Cahuzac cristallise, tout à coup, tous les mécontentements, et les colères diffuses, dans l’opinion. La radicalisation des opposants au mariage pour tous en est, selon eux, une autre preuve.

D’autres, en revanche, estiment qu’une équipe resserrée, accompagnée de mesures d’ampleur pour moraliser la vie politique et lutter contre les paradis fiscaux, est la seule issue pour un pouvoir incroyablement affaibli. À ce jeu-là, certains poids lourds du PS, déjà favorables à un remaniement il y a de cela plusieurs semaines, jouent aussi leurs cartes personnelles.

Tous sont en revanche d’accord, semble-t-il, pour accabler leur collègue Pierre Moscovici, sur la sellette depuis une semaine, déjà très critiqué avant l’affaire Cahuzac, et que beaucoup jugent « carbonisé ». Le ministre de l’économie et des finances a une nouvelle fois dû se justifier durant le week-end du lancement en janvier d’une enquête administrative sur son ministre délégué, deux semaines après l’ouverture d’enquête préliminaire par le parquet de Paris, et sur les fuites organisées dans la presse pour “blanchir” Jérôme Cahuzac. « J’ai été utilisé », a-t-il affirmé à Mediapart.

Moscovici : "pas à moi de mener une enquête"


Moscovici : "pas à moi de mener une enquête" par Europe1fr

Le ministre n’a, pour l’instant, pas convaincu l’opposition, à l’image du président de la commission des finances de l’Assemblée nationale Gilles Carrez. Dans une lettre qu’il lui a adressée vendredi, le député UMP lui demande : « pourquoi la demande de renseignements du 24 janvier 2013 ne portait-elle que sur l’éventualité de l’existence d’un compte à la banque UBS », « pourquoi cette demande ne portait-elle que sur les établissements d’UBS en Suisse » (et non à Singapour), et pourquoi Bercy s’est contenté de la période allant de 2006 à 2012. Son homologue du Sénat, Philippe Marini, a fait de même. Pierre Moscovici leur a répondu et a martelé dans un communiqué qu’il « n’y a eu aucune forme de dissimulation ni de complaisance dans la gestion de ce dossier ».

Des militants « lynchés », « agressés »

Mais la majorité est consciente que le séisme politique vise avant tout le président de la République. « C’est comme s’il n’y avait plus d’autre fusible », constate un responsable socialiste. Seul, en première ligne, il doit affronter les révélations qui se multiplient sur et autour du cas Cahuzac. Dimanche, plusieurs médias suisses (ici et ) ont affirmé que l’ancien ministre du budget a tenté de déposer 15 millions d’euros dans une banque de Genève en 2009.

 

 

Le climat délétère contamine jusqu’à son propre parti. Dimanche, le directeur de cabinet de Harlem Désir a ainsi comparé l’attitude de Jérôme Cahuzac à Jean-Claude Romand, célèbre pour avoir assassiné sa femme et ses enfants après avoir caché sa vie réelle pendant 18 ans. Les députés rentrés en circonscription témoignent aussi de militants « lynchés », « agressés sur les marchés ». « Du coup, certains des nôtres sont tellement en colère qu’ils veulent monter à Paris avec des fourches ! » s’alarme un élu socialiste.

 

Toutes les sensibilités politiques pressent désormais François Hollande de prendre des mesures inédites. Mercredi, c’est François Bayrou qui a dégainé le premier en lançant une pétition nationale en faveur d’une loi de moralisation de la vie publique passant par un référendum. L’écologiste Eva Joly plaide pour un « plan d'urgence contre les affaires et la corruption » dans un pays qu’elle croit « au bord de la crise de régime ». Une idée reprise dimanche par Laurent Wauquiez qui défend dans le JDD une « opération mains propres ». 

 

Vendredi, Jean-Luc Mélenchon a appelé à une manifestation le 5 mai pour une VIe République, afin, dit-il de « purifier l'atmosphère politique absolument insupportable » et de donner « un grand coup de balai ». Initiative relayée par le parti communiste. « L'inaction du gouvernement face à la crise politique nous confirme qu'on ne peut en rester là, estime dans Le Monde Pierre Laurent, secrétaire national du PCF. Il faut mobiliser pour exiger un changement de cap. »

Mélenchon veut un "coup de balai"


Mélenchon veut un "coup de balai" par FranceInfo

« On est dans une impasse totale, qui peut imaginer qu'on va pouvoir continuer pendant quatre ans avec un président discrédité à ce point du point de vue démocratique ?, estimait vendredi soir sur Mediapart Ian Brossat, élu Front de gauche à Paris. On ne sortira pas de la crise démocratique avec quelques annonces ou un ripolinage de nos institutions. Les gens ne croient pas du tout dans la parole politique, (...) la question d'une VIe République va devoir se poser. » Il faudrait alors en passer par une dissolution et une assemblée constituante.

Vendredi, le premier secrétaire du PS Harlem Désir était, lui, à Limoges, vieux bastion socialiste, pour son premier meeting d’après affaire Cahuzac. Face à des militants déboussolés, il a repris à son compte l’idée d’un référendum, défendue par plusieurs députés socialistes, dont le proche de Jean-Marc Ayrault, Olivier Faure, et le numéro 2 du PS, Guillaume Bachelay. Désir propose de soumettre au suffrage les mesures de moralisation déjà annoncées par François Hollande, mais aussi sur le non-cumul des mandats. Une mesure chère aux militants PS, mais que bien des parlementaires socialistes n’appliquent pas. « Quand on voit qu’on n’est même pas capables de traiter le cumul des mandats. Je suis sidérée, c'est juste impossible à défendre », plaidait vendredi la députée PS Barbara Romagnan, invitée de Mediapart.

Cette proche de Benoît Hamon prône, de son côté, une consultation « sur le cumul des mandats y compris dans le temps, les conflits d'intérêts, les affaires » ou encore l’utilisation de la “réserve parlementaire” et des indemnités de frais de mandat des députés, dont « l'usage peut être totalement discrétionnaire ». « On doit savoir comment c'est utilisé, dit la députée. Comme on ne sait pas, on entretient cette idée que les gens trichent et ça discrédite la classe politique. »

Problème : François Hollande, qui garde un souvenir amer du non au traité constitutionnel européen en 2005 lorsqu’il était premier secrétaire du PS, se méfie comme de la peste des référendums. « Le référendum ne me semble pas pertinent du tout dans la période, on a mieux à faire », tranche d’ailleurs le “hollandais” Gwendal Rouillard.

 

http://www.mediapart.fr/journal/france/070413/hollande-so...