Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2015

L'aviation russe a effectué 134 sorties en Syrie en trois jours

L'aviation russe a effectué 134 sorties en Syrie en trois jours

 

Igor Konachenkov

Selon le ministère russe de la Défense, tous les avions ont regagné la base aérienne syrienne de Hmeimim après leurs missions.

L'aviation russe, qui mène une opération contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie, a effectué 134 sorties dans huit provinces du pays en trois jours, a annoncé jeudi le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.


 
"Les avions russes ont effectué 134 sorties de combat pour frapper 449 sites dans les provinces d'Alep, de Damas, d'Idlib, de Lattaquié, de Hama, de Homs, de Raqqa et de Deir-el-Zor", a indiqué M.Konachenkov devant les journalistes.

 
Les avions russes ont notamment anéanti un dépôt de munitions de l'EI et un groupe de terroristes du Front al-Nosra.

 
"Un bombardier Su-24M a détruit un dépôt souterrain de munitions de l'EI près d'El-Qaryatayn dans la province de Homs. Une bombe OFAB-250-270 a complètement détruit le dépôt", a précisé le général."Les bombardements ont permis de détruire un char, deux blindés et trois véhicules équipés de mortiers. L'ennemi a essuyé des pertes humaines considérables", a-t-il noté. Selon lui, l'aviation russe poursuit ses bombardements contre les sites pétroliers contrôlés par l'EI.


"Le 24 novembre, un bombardier Su-34 a porté une frappe contre des convois de camions-citernes et des sites de transformation et de stockage de produits pétroliers situés près des gisements de pétrole dans le nord et l'est de la Syrie, dans les provinces de Deir-el-Zor et de Raqqa", a déclaré M.Konachenkov.

Tous les avions ont regagné la base aérienne syrienne de Hmeimim après leurs missions.

 

Su-24 abattu: une attaque planifiée d'avance, Vladimir Tchijov, représentant permanent de la Russie auprès de l'UE

ça va barder pour les matricules d'Erdogan, de l'OTAN et des USA/UE qui sont inévitablement derrière cette provocation de la Russie !

Voir aussi :

 

Su-24 abattu: une attaque planifiée d'avance

SU-24

Bien que la Turquie accuse la Russie d’avoir violé son espace aérien, certains experts et responsables avancent des preuves indiquant qu'il s'agissait d'une action planifiée par Ankara.

Ainsi, le représentant permanent de la Russie auprès de l'UE, Vladimir Tchijov, estime que l'avion russe Su-24 n'a pas violé l'espace aérien turc mardi dernier, l'incident ayant été planifié d'avance.

"Ce n'était pas une violation de l'espace aérien turc. Qu'elle soit volontaire ou involontaire. A la vitesse que ces appareils peuvent avoir en vol, l'entrée ou la sortie dans l'espace aérien d'un pays voisin serait de quelques secondes.

Un laps de temps beaucoup plus court que celui qu'il faut pour mobiliser des avions de combat des turcs, les faire décoller et détruire l'appareil russe", a déclaré M. Tchijov dans une interview accordée à Euronews.

Selon le représentant permanent de la Russie auprès de l'UE, "c'est donc l'indication claire que cet incident a été planifié".

Un bombardier russe Sukhoi Su-24 engagé dans l'opération contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie s'est écrasé mardi sur le territoire syrien, à 4 km de la frontière turque. Selon le président russe Vladimir Poutine, le Su-24 a été abattu dans l'espace aérien syrien par un missile air-air tiré par un chasseur turc F-16.

La Turquie affirme que l'avion russe a violé son espace aérien. D'après le ministère russe de la Défense, l'avion se trouvait dans l'espace aérien syrien, à un kilomètre de la frontière turque.

 

25/11/2015

Lavrov : Raisons obscures des actions de la Turquie. Medvedev : Ankara protège Daesh,

La Turquie rangée au rang des terroristes par Moscou ?

Extrait : Raisons obscures des actions de la Turquie

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov

L’incident impliquant l’avion russe était «un acte prémédité», a d’ailleurs estimé Sergueï Lavrov, en notant que les autorités turques «cherchaient vraisemblablement un prétexte» à une telle attaque.

Cependant, «il est difficile de juger des véritables raisons de telles actions», a commenté le diplomate.

Plus tôt dans la journée, le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a fustigé la Russie pour «des attaques menées sur les turkmènes» en Syrie, qui auraient précédé d’après Ankara l’agression sur l’avion russe.

Cependant, la région soi-disant peuplée par les turkmènes, abrite non seulement plusieurs centaines voire des milliers de combattants terroristes, mais aussi leur infrastructure, y compris des centres de commandement et d’entraînement et des entrepôts d’armes, qui ont justement été visés par les frappes russes, a annoncé Sergueï Lavrov.

«J’ai demandé à mon homologue si les actions des autorités turques, y compris les propositions constantes de créer une zone tampon dans l’espace aérien au-dessus de cette région, ne visaient pas à protéger cette infrastructure. Je n’ai pas reçu de réponse», a-t-il dit.

En savoir plus : «On sait que le pétrole de Daesh arrive directement dans les raffineries turques», dit François FIllon

Relations russo-turques en danger ?

Les relations amicales entre les peuples ne dépendent pas des actions politiques, a souligné le ministre. Cependant, Moscou entend réévaluer «sérieusement» ses relations avec Ankara, a noté Sergueï Lavrov.

En répondant à la question sur les possibles mesures que la Turquie devrait adopter pour que les recommandations faites aux citoyens russes de ne pas la visiter soient levées, le ministre a estimé qu’«il faut en conclure que des attaques semblables à celle ayant eu lieu mardi sont absolument inadmissibles».

«On ne va pas entamer de guerre avec la Turquie», a cependant souligné le diplomate.

Règlement politique en Syrie en question

Avant que ne soit établie la liste concrète des organisations terroristes et celle des forces d’opposition qui agissent en Syrie, il sera extrêmement difficile de continuer le processus de négociations qui a été entamé à Vienne, a estimé Sergueï Lavrov.

«Il est incertain que les rencontres dans le format de Vienne pourront continuer tant que ces listes, dont l’établissement est prévu par les décisions de la dernière rencontre des négociateurs, ne seront pas établies», a souligné le diplomate.

 

«Deuxièmement, Ankara a de facto démontré, par ses actions, qu’il défendait l’Etat islamique. Ce qui n’est d’ailleurs pas surprenant, en prenant en compte les données que nous possédons sur les intérêts directs de certains responsables turcs, liés aux livraisons de produits pétroliers par les entreprises contrôlées par Daesh», a souligné Dmitri Medvedev.

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev

 

La Russie déploiera un système antiaérien S-400 en Syrie. Un croiseur russe au large de la Syrie, prêt à neutraliser toute menace

La Russie réactive met en place une zone d'exclusion de tout intrus dans le ciel et sur le sol Syriens !

A bon entendeur salut !
Que d'aucun se hasarde à violer le ciel et le sol Syrien !

Un croiseur russe au large de la Syrie, prêt à neutraliser toute menace
Suite à la destruction du Su-24 par la Turquie, le croiseur russe Moskva est arrivé au large de Lattaquié en Syrie afin de détruire toutes les cibles aériennes potentielles, a déclaré le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

 

La Russie déploiera un système antiaérien S-400 en Syrie

misiles S-400 Triumf

Un système mobile de défense antiaérienne et antimissile dernier cri S-400 Triumph sera déployé sur la base militaire de Hmeimim en Syrie, a annoncé le ministre russe de la Défense Segruëi Choïgou.

Le radar du système S-400 est capable de viser simultanément 300 cibles, et possède une capacité antimissile. 72 missiles peuvent y être chargés simultanément.

Le déploiement de ces batteries antimissile de dernière génération va compléter les mesures annoncées mardi soir par l'état-major de l'armée russe: envoi près de la province de Lattaquié, dans le nord-ouest de la Syrie, du croiseur lance-missiles Moskva de la flotte russe, équipé de systèmes antiaériens, et le fait que les bombardiers russes voleront désormais sous la protection de chasseurs.

Missile S-400 Triumph

 

 

Medvedev: Ankara a montré qu'il protégeait l'EI en abattant l'avion russe

Ensuite ils viendront nous dire qu'il faut que ce soit Assad qui quitte son poste de président pour assassiner les siens  !

Maintenant, il va falloir trouver et dire à qui profitait tous ces crimes commis en Syrie et quels sont les 40 pays complices qui achetaient ce pétrole à bas prix ?

Poutine a dit qu'il y avait 40 pays qui appartenaient notamment au G20 qui finançaient leurs mercenaires de l'Etat Islamiste !

Medvedev: Ankara a montré qu'il protégeait l'EI en abattant l'avion russe

Dmitri Medvedev

Selon le premier ministre russe, la Turquie a témoigné par ses actions qu’elle protégeait de fait les combattants de l'Etat islamique.

"Ce n'est pas surprenant, compte tenu de l'information disponible sur l'intérêt financier direct de certains fonctionnaires turcs liés aux livraisons de produits pétroliers provenant des entreprises appartenant à l'EI", a indiqué Dmitri Medvedev. 

Dmitri Medvedev estime également que les actions de la Turquie, qui a détruit le Su-24 russe, ont détruit de longues relations de bon voisinage entre la Russie et la Turquie, y compris dans les domaines économique et humanitaire.

Selon le premier ministre russe, il sera difficile de compenser les dommages causés.

Dmitri Medvedev a ajouté qu'"une dangereuse détérioration des relations entre la Russie et l'Otan ne peut être justifiée par aucun intérêt, y compris par la protection des frontières de l’État".

Un bombardier russe Sukhoi Su-24 engagé dans l'opération contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie s'est écrasé mardi sur le territoire syrien, à 4 km de la frontière turque. Selon le président russe Vladimir Poutine, le Su-24 a été abattu dans l'espace aérien syrien par un missile air-air tiré par un chasseur turc F-16.
 
La Turquie affirme que l'avion russe a violé son espace aérien. D'après le ministère russe de la Défense, l'avion se trouvait en Syrie, à un kilomètre de la frontière turque.