Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2015

Les Rockefeller de Raqqa: le business du pétrole de Daech mis à nu

Enfin quelques vérités qui sortent grâce aux interventions militaires de Poutine en Syrie !

Et bien sûr, il faut que l'Europe finance les terroristes turcs avec l'argent des contribuables européens, pour ensuite les faire rentrer dans l'Europe en supprimant l'obligation d'obtenir leurs  visas !

L'UE promet à la Turquie le régime sans visas contre des migrants
L'Union européenne a promis à la Turquie un accord de 3 milliards d'euros ainsi que l'abolition des visas pour les ressortissants turcs. Dimanche, à l'issue du sommet Europe-Turquie à Bruxelles, les parties concernées se sont mises d'accord pour octroyer à Ankara une aide financière ainsi qu'à renégocier l'adhésion de la Turquie à l'UE.

 

Les Rockefeller de Raqqa: le business du pétrole de Daech mis à nu

Extraction du pétrole

Alors que les principales sources de revenu de Daech font toujours jaser, il faudra peut-être poser crûment la question: qui s'emploie à faciliter le transport du pétrole brut volé? Et où ce brut finit-il en fin de compte?

Plus tôt dans le mois de novembre, le chef d'Etat russe Vladimir Poutine a détaillé les progrès des opérations anti-djihadistes:

"Je vous ai montré des photos prises de l'espace, depuis un vaisseau spatial, qui attestent clairement de l'échelle du trafic illicite du pétrole et des produits pétroliers", a-t-il déclaré aux journalistes, en marge du sommet du G20 à Antalya.

Le même jour, les Etats-Unis ont détruit près d'une centaine de camions-citernes de Daech transportant de l'or noir. Puis, dans les deux semaines qui ont suivi, Moscou et Washington en ont détruit environs 1.300.

La route du pétrole de Daech

Ici, il faut bien un éclairage en ce qui concerne cette "route du pétrole" de Daech. Ceyhan, ville portuaire dans la province d'Adana en Turquie, est justement le cœur de ces opérations de contrebande, hébergeant des terminaux d'où le pétrole kurde, juridiquement illégal, poursuit son chemin vers d'autres pays. Le pétrole est transporté dans des quantités dépassant un million de barils par jour, et vu que Daech n'a jamais été capable de vendre, en un jour, plus de 45.000 barils, il devient évident que la détection de telles quantités de brut ne peut pas être effectuée grâce à des méthodes de comptabilisation des stocks. Autrement dit, si le pétrole de Daech a été transporté via le port de Ceyhan, il était apparemment invisible.

Voilà donc où cela devient intéressant. Le portail Al-Araby al-Jadeed, basé à Londres, a réussi à reconstituer le trajet du brut de Daech, faisant référence à un représentant des services de renseignement irakiens.

"Après que le pétrole ait été extrait et embarqué, des véhicules transportant du brut part de la province de Ninive pour Zakho (une ville du Kurdistan irakien près de la frontière turque, ndlr), à 88 kilomètres de Mossoul. Arrivés à Zakho, les 70 à 100 véhicules sont accueillis par des représentants de la mafia faisant de la contrebande pétrolière, dont des Syriens, des Kurdes irakiens, ainsi que des Turcs et des Iraniens", explique-t-il.

Après, le responsable de ces opérations vend le pétrole au client qui a proposé le prix le plus élevé. En cela, la compétition parmi les groupes engagés est très élevée, et les meurtres parmi ces derniers sont assez fréquents.

Ce client paie immédiatement entre 10 et 25% de la valeur du brut, en général le reste de la somme est payé par la suite. Les conducteurs cèdent leurs véhicules à d'autres chauffeurs disposant de tous les documents nécessaires pour franchir la frontière avec la Turquie, alors que les conducteurs "initiaux" reviennent, dans des véhicules vides, dans les territoires sous le contrôle de Daech.

Une fois en Turquie, les véhicules transportant ce trésor pétrolier poursuivent leur chemin vers la ville de Silopi où une personne connue sous les noms de Dr Farid, Hajji Farid ou bien Oncle Farid met finalement la main sur cet or noir. Et à l'intérieur du pays, le pétrole de Daech se confond avec celui vendu par le gouvernement régional du Kurdistan puisque les deux sortes sont considérées comme "illégales", "venues d'une source inconnue" ainsi que "non autorisées".

Ensuite, les groupes pétroliers transportent le brut acquis à travers des ports turcs en Israël, le principal client de Daech en matière de pétrole. En cela, ces groupes qui achètent du brut du gouvernement régional du Kurdistan s'approprient inévitablement du pétrole de Daech, fait remarquer Al-Araby al-Jadeed.

Qui sont les médiateurs de Daech?

 

Comme le graphique ci-dessus l'indique, le pétrole vient directement depuis Ceyhan au port israélien de Ashdod mais une autre question se pose, notamment si Malte est également impliquée dans ce trafic illicite, du fait que la société de transport maritime appartenant au fils du président turc, Bilal Erdogan, se trouve sur l'île méditerranéenne.

Ces derniers mois, cette société, BMZ Group, a acheté deux navires, auparavant dans les mains de l'entreprise Palmali Denizcilik et dont le montant s'élève à 34 millions de dollars. Coïncidence? Peut-être. Mais il semble hautement probable que la famille Erdogan participe délibérément au trafic du brut de Daech, compte tenu de tous les trucs connus d'Ankara concernant le pétrole kurde illégal. C'est-à-dire, si Ankara vaque à transporter du brut kurde, pourquoi pas transporter celui de Daech via ces mêmes canaux?

"Tout ce brut a été livré à la société qui appartient au fils de Recep Tayyip Erdogan", estime le ministre syrien de l'Information Omran al-Zoubi, cité par Zero Hedge. "C'est pourquoi la Turquie s'est soudainement inquiétée lorsque la Russie a commencé ses frappes aériennes contre les infrastructures de Daech et a détruit plus de 500 camions-citernes transportant du pétrole", poursuit-il.

En fin de compte, nous ne saurons peut-être jamais l'histoire complète, mais les faits connus nous poussent à supposer, au minimum, qu'Ankara non seulement approvisionne les djihadistes en munitions et financements, mais aussi ne manque pas d'assumer la tâche de facilitateur dans le trafic illicite de brut, les sociétés internationales comme celle de Bilal Erdogan et d'autres, achetant du pétrole kurde, figurant en tant que médiatrices.

 

La dépouille du pilote russe tué par les rebelles syriens est arrivée à Moscou (VIDEO)

Paix à l'âme de ce héros qui s'est battu contre le terrorisme pour nous protéger !

La dépouille du pilote russe tué par les rebelles syriens est arrivée à Moscou (VIDEO)

La dépouille d'Oleg Pechkov, remise aux autorités turques, a été rapatriée dimanche de la région frontalière de Hatay (sud) à Ankara, où une cérémonie s'est déroulée en présence de représentants russes.

Elle a pris la direction de la Russie lundi matin, selon Anatolie.

Le Su-24 a été abattu mardi dernier par des chasseurs F-16 turcs alors qu'il revenait d'une mission de combat dans le nord-ouest de la Syrie. Un des deux pilotes, Oleg Pechkov, a été tué alors qu'il retombait sur la terre ferme en parachute après s'être éjecté de son appareil. L'autre a été secouru à l'issue d'une opération des forces spéciales russes et syriennes qui a coûté la vie à un soldat russe.

 

Par ailleurs, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov a expliqué ce matin en marge de la COP21 à Paris «qu'aucune rencontre n'est prévue» entre les présidents Poutine et Erdogan durant leur séjour à Paris. Furieuse, la Russie demande toujours des excuses à la Turquie, ce que refuse son président, Reccep Tayyip Erdogan. Ce dernier avait toutefois exprimé le souhait de profiter de leur présence à Paris pour rencontrer président russe à Paris. 

En revanche, le Kremlin a assuré qu'il y aurait «vraisemblablement» des discussions «dans les couloirs» du sommet entre Vladimir Poutine et le président américain Barack Obama.

 

29/11/2015

Assad: les pays-ennemis s'allient à Daech face aux succès militaires en Syrie

Il va falloir que Poutine renonce à vouloir s'allier à tout prix avec les ennemis de la Russie, de la Syrie, de l'Irak, de la Libye et de l'Afrique !

ll serait temps de constituer de nouvelles alliances avec des pays qui ne sont pas sous l'influence des USA/Sionistes !

Assad: les pays-ennemis s'allient à Daech face aux succès militaires en Syrie

20:38 29.11.2015

Armée syrienne

Face aux progrès de l'armée syrienne, certains pays hostiles à la Syrie ont augmenté leurs livraisons d'armes tout comme leur soutien financier aux rebelles de Daech, a déclaré le président syrien Bachar el-Assad, cette annonce intervenant lors de sa rencontre avec Ali-Akbar Velayati, ministre iranien des Affaires étrangères.

S'entretenant avec M. Velayati, le président syrien a mis en exergue que la résistance remarquable du peuple syrien et les succès des forces militaires syriennes luttant contre le terrorisme, appuyées par leurs alliés, en premier lieu l'Iran et la Russie, ont poussé certains pays-ennemis de la Syrie à augmenter leurs livraisons d'armements et le financement des rebelles, indique l'agence de presse syrienne SANA.

En cela, le président syrien a confirmé la détermination de la Syrie et de ses alliés à "poursuivre la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes". Selon lui, l'élimination des terroristes représentera le principal pas vers la stabilité dans la région.

M. Velayati, pour sa part, a affirmé que c'était le devoir de l'Iran de soutenir Bachar el-Assad dans cet affrontement "fatidique".

Ali-Akbar Velayati, proche conseiller du Guide de la révolution islamique l'Ayatollah Ali Khamenei, s'est rendu dimanche en visite à Damas pour s'entretenir avec le président Bachar el-Assad, ainsi qu'avec son homologue syrien Walid al-Mouallem.

 

Erdogan a tiré un "missile air-air" sur 4 secteurs de l'économie turque

Allez t'inquiète pas, va, quand la Russie, légitimement sanctionne les terroristes, comme toi, Erdogan, les USA, l'UE et la France continueront à t'aider à financer le terrorisme au Moyen Orient, au profit d'Israël et des Banksters US/Sionistes !

Ils ont besoin de toi pour leur permettre de faire régner la terreur dans les pays du Moyen Orient, pour faire des millions de réfugiés parmi lesquels, tu nous enverras bien quelques terroristes pour faire exploser ces pauvres imbéciles d'Européens qui paient pour vos crimes !

Et puis les sionistes seront contents, car grâce à toi, ils pourront créer le Grand Israël et le Grand Moyen Orient ! Et dans cet objectif, ils ne peuvent pas s'allier à la Russie, sans renoncer à leurs projets machiavéliques  !

Erdogan a tiré un "missile air-air" sur 4 secteurs de l'économie turque

Le président turc Recep Tayyip Erdogan

La décision d'abattre le bombardier russe Su-24 prise par la Turquie ne tardera pas à frapper quatre secteurs de l'économie turque, a estimé Alexeï Pouchkov, chef du comité des Affaires étrangères de la Douma (chambre basse du parlement russe).

Commentant les mesures de rétorsion annoncées hier par le président russe en réponse à l'attaque contre le bombardier Su-24, Alexeï Pouchkov a fait remarquer que l'attaque n'était qu'un coup porté à l'économie de la Turquie.

Premièrement, c'est le secteur du tourisme qui va en pâtir, car les Russes rapportaient, annuellement, entre 3,5 et 4 milliards de dollars à l'industrie touristique turque, ce qui représente de 12% à 18% du volume total du secteur du tourisme du pays, a précisé le chef du comité.

Ensuite, la décision nuira aux entreprises turques qui travaillaient en Russie. Selon M. Pouchkov, le montant total de leurs profits s'élèverait à 50 milliards de roubles (environ 767 millions d'euros) l'année prochaine.

Troisièmement, la situation actuelle ne tardera pas à se répercuter sur les groupes turcs spécialisés dans les exportations en Russie.

"Vu que, ces dernières années, les échanges commerciaux entre la Russie et la Turquie se chiffrent à quelques 30 milliards de dollars, une telle perte constituera à coup sûr un grave obstacle à l'exportation turque", explique M. Pouchkov. "Ils seront obligés de chercher de nouveaux marchés, et ces groupes ne les retrouveront pas tous", poursuit-il.

Finalement, les évènements de ces derniers temps auront pour conséquence de porter un coup dur au budget de l'Etat turc. La Turquie verra ses recettes des exportations fortement réduites ainsi que pour les entreprises turques qui travaillaient auparavant sur le marché russe et celles du secteur du tourisme", a souligné le député russe.

Le 28 novembre, le chef d'Etat russe Vladimir Poutine a signé un décret visant à renforcer la sécurité nationale et introduisant des mesures économiques contre la Turquie, après l'attaque du bombardier russe Su-24.

Selon le décret, les opérateurs touristiques ne seront plus autorisés à vendre des séjours en Turquie et les vols charters entre la Russie et la Turquie seront également interdits. De même, les mesures du Kremlin interdisent aux employeurs russes d'embaucher des citoyens turcs à partir du 1er janvier 2016 et ordonnent d'interdire ou de limiter l'activité des organisations turques en Russie. De surcroît, Vladimir Poutine a ordonné d'interdire ou de limiter les opérations économiques extérieures, prévoyant l'importation sur le territoire russe de certains produits provenant de la République turque selon une liste définie par le gouvernement de la Fédération de Russie.

Voir aussi :

La Turquie attend des actions démontrant plus de sang-froid de la part de la Russie, a commenté le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu aux sanctions que la Russie a imposé à Ankara après le crash du SU-24 russe, abattu par les forces turques.

 

Scandaleux ! La Turquie espère «une journée historique» dans son processus d'adhésion à l'Europe

La Turquie espère «une journée historique» dans son processus d'adhésion à l'Europe

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a salué dimanche une «journée historique» dans le processus d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, avant un sommet qui a lieu ce dimanche à Bruxelles entre les 28 membres de l'UE et son pays pour faire face à la crise migratoire.

Pour le Premier ministre, ce sommet est «le début d'un nouveau processus» entre l'Union européenne et la Turquie. Il a même évoqué «une journée historique pour notre processus d'adhésion à l'UE». 

Les 28 ont rendez-vous avec la Turquie pour régler une partie de la crise migratoire qui secoue l'Europe depuis plusieurs mois. Ce sommet devrait déboucher dans la soirée sur la promesse d'un fonds de 3 milliards d'euros pour Ankara, afin de freiner le flux des réfugiés vers l'Europe. Toutefois, le Premier ministre turc a estimé que la Turquie, qui accueille sur son sol 2,2 millions de réfugiés syriens, «ne doit pas porter seule le problème migratoire».

  En contrepartie de l'effort turc, les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE, au point mort, devraient être relancée. «Le seul fait qu'un tel sommet est organisé avec la Turquie après un intervalle de 11 ans est un développement majeur pour nous», s'est félicitée auprès de l'AFP une source gouvernementale turque.