Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2015

Fusillade de Paris : la France vers une guerre de plus grande envergure ?

Fusillade de Paris : la France vers une guerre de plus grande envergure ?

Il semble bien que le parti de la guerre totale vient de marquer des points importants en sacrifiant 150 innocents. Encore une fois ces sacrifiés sont Français, et les premiers soldats à mourir ne seront ni Anglais, ni Allemands, ni Etats-uniens, ce seront des soldats français. La France, à cause des tueries de Paris, a été mise dans l’obligation d’agir. Espérons simplement que le gouvernement agira avec intelligence, et non à coup de décrets aveugles qui, pour l’instant n’ont pas fait leurs preuves.

Les auteurs des fusillades, tout le monde s’en doute, n’ont pas agi sur un coup de tête. C’est une opération mûrement réfléchie et synchronisée. D’ores et déjà, nous pouvons oublier les contes à dormir debout autour du fanatisme. C’était des opérations commando destinées à faire réagir. Dans quel sens la France réagira, cela va dépendre de la suite des évènements. Avec ses bombardements en Irak et en Syrie, la France était déjà en guerre. Mais pas l’OTAN. Nous avons vu que l’organisation peut se servir de prétextes divers pour ses interventions. Va-t-elle se « solidariser » avec la France ?

En attendant, sur le plan intérieur, nous entrons dans une phase bien sombre. En état d’urgence, le mot même de liberté est incongru. Voilà où nous a mené le terrorisme international qui n’a jamais été combattu efficacement. Après des années de pseudo- lutte, les terroristes sont toujours là, et nous perdons un peu plus de liberté chaque jour. Non seulement ils tuent les citoyens, ils tuent également la République, parce que ceux qui sont chargés de la défendre n’ont pas su le faire. Il est plus que temps de faire le bilan de ces dernières années dans le domaine du terrorisme. Pour l’instant, il est largement négatif. A force de faire des distinctions entre « bons » et « mauvais » terroristes, voilà où nous en sommes. En d’autres temps, ceux qui auraient dû éviter ce carnage auraient offert leurs démissions. François Hollande, qui veut profiter de la situation pour rallier les Français autour de lui, n’est manifestement pas à la hauteur. En d’autres termes, il devrait être le premier à partir. Mais les temps changent.

12241364_829235270526309_658855389534541006_n

Il y a trois ans, presque jour pour jour, Alain Soral produisait une analyse, qui prend tout son relief aujourd’hui, jour de deuil national.


 

Carnage de Paris… Bienvenus dans le monde de Gladio 2.0 !

Carnage de Paris… Bienvenus dans le monde de Gladio 2.0

Carnage de Paris… Bienvenus dans le monde de Gladio 2.0

 

“Qui remporte la palme du terrorisme ? Les Talibans ou vous qui les avez armés ? Les malfrats de banlieues ou vous qui les désespérez ? Le chômeur qui abat le responsable de son licenciement ou vous qui démantelez les usines ? Le Palestinien changé en explosif ou vous qui versez des larmes de crocodile sur un peuple auquel vous ôtez tout avenir ? Les suicidaires prêts à mourir en semant la mort autour d’eux ou les chantres du libre-échange et autres fermiers généraux à la Thatcher, saccageant villes et campagnes, brisant le cours des existences, avilissant les consciences ? Ceux qui incendient les champs d’OGM ou ceux qui dénaturent, empoisonnent, cancérisent ?”

“Le marché de la sécurité offre un profit immédiat aux courtiers de l’angoisse et des ses prophylaxies policières et pharmaceutiques.”


~ Raoul Vaneigem, 2002 ~

Carnage de Paris… Bienvenus dans le monde de Gladio 2.0

Résistance 71

 

14 Novembre 2015

En tout premier lieu, nous exprimons toute notre sympathie et sincères condoléances aux familles des victimes de ces attentats, ciblant une fois de plus les vulnérables et innocents à des fins de terreur et d’un agenda politique tout autant ignoble que machiavélique.

Que ces attaques parfaitement coordonnées et donc organisées de Paris aient eu lieu à 24 heures d’intervalle d’un attentat meurtrier dans Beyrouth-Sud et un autre à Bagdhad ne sauraient non plus être une coïncidence…

Alors bien sûr l’enquête officielle révèlera les liens des terroristes avec telle ou telle organisation “djihadiste” et l’ensemble de la classe politique, des médias, les doigts sur la couture du pantalon et la larme de crocodile à l’œil, pointeront vers le bouc émissaire tout désigné afin d’amener toujours plus d’eau au moulin de ce cher bon vieux “choc des civilisations”, fabriqué de toute pièce par ces deux chantres néo-conservateurs yankees: Francis Fukuyama et son professeur Samuel Huntington suite à son article “Clash of Civilizations” en 1993 dans un numéro de la revue du Council on Foreign Relation, “Foreign Affairs”. Huntington fut un professeur de Bill Clinton, qui introduisit la doctrine au cours de sa présidence.

Tout cela pour dire que nous vivons la poussée finale de la doctrine néo-conservatrice américaine qui doit servir à verrouiller la grille de contrôle et de surveillance de l’ensemble des populations. Ceci pour l’origine de l’ignominie vécue aujourd’hui à Paris et ailleurs dans le monde entier et depuis 2001 en Afghanistan, 2003 en Irak, 2011 au Moyen-Orient de la Libye à la Syrie…

Cette série de questions doit rester présente à l’esprit afin de ne pas se laisser emporter par la vague émotionnelle qui ne manquera pas d’être attisée par les usuels baltringues de la politique et de l’info:

 

- Qui a financé, entraîné et protégé les “djihadistes” depuis la fin des années 1970 pour en faire une légion mercenaire au service des intérêts d’un empire ?

- Depuis l’effacement et la mise en scène officielle de la mort d’Oussama Ben Laden (alias Colonel Tim Osman pour la CIA, décédé rappelons-le, de mort naturelle en décembre 2001), qui a repris le flambeau vacillant du “djihadisme” pour le placer sous stéroïdes (et captagon…)?

- Qui a financé, entraîné et soutenu les terroristes libyens pour aider au renversement de Kadhafi en Libye ?

- Qui a facilité le transit et le passage de ces “djihadistes” mercenaires de la Libye détruite vers la Syrie ?

- Qui a livré des armes, mis en place des camps d’entrainements pour mercenaires djihadistes, parachutés armes et munitions pour eux en Irak et en Syrie ?
- Qui finance ces opérations ?
- Quel est le rôle des services de renseignement occidentaux (CIA, MI6, BND, Mossad, DGSE) et de ceux des roitelets du Golfe dans la formation des mercenaires et le contrôle de l’information ?
- Quel est le rôle des médias occidentaux dans la mise au placard totale de l’information concernant les liens directs avérés des services occidentaux et de politiciens dits de “haut-vol” tel le sénateur américain en charge du comité du renseignement au sénat et va t’en guerre notoire John McCain et la cohorte belliciste néo-con usuelle menée par les Victoria Nulland et Hillary Clinton en son temps ?
- Quel est le rôle de l’occident dans la crise induite des “migrants” déferlant sur l’Europe ?
- Qui fournit les armes et la logistique a ces groupes terroristes sur place ?
- Qui a dit qu’Al Nosra (Al Qaïda en Syrie) faisait du bon boulot en Syrie ?
- Qui a mené des opérations terroristes clandestines contre les citoyens de différentes nations au moyen d’une armée secrète appelée “Gladio” en Europe lors des années de plomb ?

Autant de questions dont on trouve très facilement les réponses si on se donne un peu de peine de chercher… Tout ce que nous souhaitons, est que dans l’après attentat, le public demeure raisonné et échappe au tsunami émotionnel qui ne manquera pas d’être activé par les suspects usuels au sein du monde politique et médiatique, tous au garde-à-vous devant leurs payeurs et décideurs.

Si bien malheureusement les victimes de toute guerre ou attentats sont vraies, à petite ou plus grande échelle, tout ceci n’en demeure pas moins un vaste pilotage psychologique de masse pour amener les foules là où l’oligarchie le désire. La peur est la meilleure arme pour mener la foule. L’État du reste ne connaît que cela pour “diriger”, la peur par la coercition, la peur du gendarme et aussi un cran au-dessus la peur du “terroriste”.

A vous tous, réfléchissez, analysez, pensez, fouillez, cherchez et surtout, surtout, arrêtez de gober les mouches. Ne vous laissez pas emporter par l’émotionnel qui va déferler dans les jours qui viennent. Pensez ! Réfléchissez à ce qui se passe ! L’oligarchie veut nous mener par l’émotion, essentiellement la peur et sa grande sœur: la haine… Défions-nous des “experts” et tartuffes qui envahissent déjà nos écrans et nos ondes !

Le vieil adage chinois dit: “Lorsque le sage montre la lune, seul le fou regarde le doigt…” Nous ajouterons: Vous savez où se trouve et ce qu’est la lune… regardez donc ce que fait l’autre main, parce que le “sage” est sûrement en mission de diversion.

Fraternellement à toutes et tous

 

01/11/2015

Selon Ashton Carter, la Russie subira prochainement des «pertes» humaines en Syrie

Petit rappel des menaces proférées contre la Russie par Ashton Carter, début octobre 2015

A rapprocher de cet article où il est justement question d'avion (en lien avec le crash en Égypte ?)

La Russie et la Syrie: ultima ratio regis. Le complot US/Ukrainien contre la Russie

Selon Ashton Carter, la Russie subira prochainement des «pertes» humaines en Syrie

Pour le secrétaire américain à la Défense, la Russie doit s'attendre à des pertes humaines dans les prochains jours.

La Russie, engagée en Syrie aux côtés du président syrien Bachar el-Assad, va bientôt subir des «pertes», a déclaré jeudi à Bruxelles le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter. «Je m'attends à ce que, dans les prochains jours, la Russie commence à subir des pertes» humaines, a affirmé M. Carter lors d'une conférence de presse au siège de l'Otan à Bruxelles.

En savoir plus : Pour le Pentagone, les avions russes ne sont pas une menace pour les drones américains en Syrie

Difficile de savoir ce que sous-entend ainsi Ashton Carter, d'autant que la Russie se contente pour le moment, comme la coalition dirigée par les Etats-Unis, de frappes aériennes sur la Syrie. Seule certitude pour Ashton Carter, Moscou «s'enterre dans son isolement».

Le responsable américain a ainsi exhorté Vladimir Poutine à s'aligner sur la stratégie américaine d'aides à certaines factions en Syrie. Sergueï Lavrov avait déjà répondu à ces accusations, en affirmant que «l'Armée syrienne libre est une structure fantôme. On ne sait rien sur elle. Où se trouve cette Armée syrienne libre ? Qui est son chef ?». 

En savoir plus : Moscou et Washington travaillent à la coordination des opérations aériennes en Syrie

Ashton Carter a aussi affirmé, suite à la réunion des ministre de la Défense des 29 états membre de l'Otan que Moscou aurait agi d'une manière irresponsable, risquant la confrontation avec des avions de la coalition dirigée par les Etats-Unis contre l'organisation Etat islamique. «Ils (les Russes) ont tiré des missiles de croisière d'un navire depuis la mer Caspienne sans avertissement, et ils se sont approchés à quelques kilomètres d'un de nos drones», a affirmé le chef du Pentagone.

La Russie, de son côté, a déploré précédemment que les États-Unis réduisent «la coordination seulement aux aspects techniques». Washington refuserait en effet toujours de partager avec la Russie ses informations sur Daesh en utilisant, d’après les responsables russes, «toute excuse possible pour éviter de coopérer».

 

La Russie et la Syrie: ultima ratio regis. Le complot US/Ukrainien contre la Russie

Voir l'article en anglais sur le site de Veterans Today : Ukrainian Wikileaks: McCain and Saakashvili are plotting to shoot down American plane in Syria to blame Russia [transcript]

Traduction Google : Wikileaks Ukrainien: McCain et Saakachvili complotent pour abattre un avion américain en Syrie pour en blâmer la Russie [transcription]

Bientôt privé de nationalité géorgienne, Saakachvili accuse Moscou

 

La Russie et la Syrie: ultima ratio regis

La Russie et la Syrie: ultima ratio regis

 

Du jamais vu dans le domaine des révélations politico-militaires! La première chaîne de télévision russe vient de mettre en images les révélations fournies par le pendant exact du Wikileaks en Ukraine: les Américains auraient planifié de lancer une diversion contre les troupes russes en Syrie en se servant… des Géorgiens et des Ukrainiens!

Le scoop a été décroché par les hakers qui ont dépisté une conversation qui a eu lieu à huis clos, bien entendu, entre l’ancien président de Géorgie Saakachvili, nommé par le Président ukranien Porochenko nouveau gouverneur d’Odessa, et de son collègue, ancien ministre de la Défense de Géorgie. Le redoutable Michiko (sobriquet gentil dont ses proches affublent Saakachvili) serait le cerveau de cette cabale diabolique qui prévoyait d’envoyer les lance-missiles de fabrication soviétique de type Stinger en Syrie pour détruire plusieurs villages kurdes et semer la pagaille dans les rangs de l’Armée syrienne. Les vétérans des paras géorgiens – retraités, cela s’entend, et en fuite de leur propre pays depuis belle lurette – devaient organiser le tout. Dans la conversation dactylographiée « de source sure » Saakachvili se renseigne sur les détails de la manipulation en expliquant que le commanditaire serait le sénateur américain Mac Kain. Ce dernier voudrait coûte que coûte « botter le cul des Russes », histoire de faire bouger ce bon vieux Obama, toujours en retard d’une guerre.

La bande de la conversation n’a pas été encore rendue publique, mais le gouverneur d’Odessa clame haut et fort son innocence. Selon lui, il s’agirait d’une provocation des barbouzes moscovites.

Provocation ou pas, on ne se souvient que trop bien de cette lugubre prophétie lancée devant le grand public par Ashton Carter, ministre de la Défense des Etats-Unis. Il prétendait que les Russes seraient bientôt victimes d’une attaque en Syrie, et « auront de nombreux morts à déplorer». Ensuite les Américains et leurs acolytes se sont arrangés pour publier des drôles d’informations sur les soi-disant pertes du contingent russe, aussitôt démenties par la Défense russe.

Quoi qu’il en soit, l’idée de Saakachvili – s’il y en a une – a tout du doigté d’un maître-aventurier. Si l’on applique les règles du « Grand Echiquier » de Zbiegniew Brzezinski, on aura vite fait d’appréhender la conjoncture: il n’y a que la Syrie qui fait barrage au plan « Nabucco », charpenté par Washington pour pomper le pétrole centre-asiatique en transit via les ports de Syrie. Si Damas succombe à DAESH, le pipe-line serait mis en place, et priverait la Russie de sa position de monopole sur le marché occidental. Le pétrole pas cher inonderait l’Europe et ferait chuter le rouble rattaché au pétro-dollar. Une telle perspective referait le scénario de 1991 pour faire éclater la Russie qui se retrouverait sans budget et ferait vite faillite. Ensuite les hordes de DAESH attaqueront le Caucase pour déferler sur la plaine méridionale russe et drainer le flux des immigrés du Proche-Orient et de l’Afrique en direction de la Russie – chose positive pour les alliés européens de Washington. L’Europe s’en retrouverait sauve et pourrait encore festoyer un siècle sur les débris de l’immense Empire de Moscou.

Vladimir Poutine cherche à contrecarrer cette Bérézina – raison suprême pour laquelle il a dépêché ses forces navales et aériennes en Russie. En fait, il défend davantage les intérêts de la Russie que ceux de Bashar Assad. Il fait preuve d’un pragmatisme parfaitement régalien et… gaullien. Mais s’il lâchait prise, le plan américain retrouverait de l’allant. C’est pour cela donc que le Président russe se montre si intransigeant. Il n’a aucun choix et, de ce point de vue, le Pape François a parfaitement raison: la Troisième Guerre Mondiale a bel et bien commencé. En bon stratège, Poutine cherche à étouffer le danger dans son berceau, loin des frontières russes. Les Américains, eux, tentent d’organiser une sorte de guerre subversive en utilisant des pions du rang de Saakachvili.

 

En même temps percevant clairement que le véritable enjeu est le budget de la Russie, Vladimir Poutine fait de son mieux pour détacher le rouble de la cote du pétro-dollar en brisant ce duo infernal. Autrement dit, en organisant le deal fantastique avec la Chine pour des livraisons de gaz et de pétrole, le Président de Russie a démontré que l’on peut très bien comptabiliser en yuan sans passer par le dollar. Si le plan de Poutine marche, le retournement de la situation serait de 180 degrés. Privés de leur pouvoir financier, les Américains s’en trouveraient déficitaires et sans argument militaire, face à une Russie qui sait très bien se défendre.

Comme toujours, lorsque les enjeux sont tellement cruciaux, les canons commencent à tonner. Et c’est bien ce qui est en train de se passer sans que l’on puisse arrêter le train parce que le frein est actionné depuis longtemps – l’ennui c’est seulement qu’il ne marche plus.

 

Alexandre Artamonov

 

source: http://novorossia.today/la-russie-et-la-syrie-ultima-ratio-regis/

Crash en Egypte : l'A321 de Kolavia s'est désintégré en l'air

Attentat, bombe dans l'avion ?

Une chaussure d'enfant retrouvée sur le site du crash Source: Reuters - Une chaussure d'enfant retrouvée sur le site du crash

Un avion de ligne reliant Charm El-Sheikh à Saint-Pétersbourg a disparu des écrans radar peu après le décollage et s'est écrasé en Egypte avec à bord, 217 passagers et 7 membres d'équipage.

  • dimanche 1 novembre

    17h40 CET

    Les secouristes russes entendent utiliser des drones pour examiner les 20 km carrés où se sont éparpillés les débris de l’avion A321, ont annoncé les représentants du ministère des Situations d’urgence.

     

  • 17h21 CET

    Le fait que les débris soient éparpillés sur un périmètre en forme d’ellipse, long de 8 km et large de 4 km environ, témoigne du fait que l’avion s’est décomposé à une altitude élevée, ont fait savoir les responsable de l’agence russe de l’aviation.

    • Le lieu du crash du vol 7K9268 en Egypte

    Source: Reuters

    Le lieu du crash du vol 7K9268 en Egypte

    La suite : ICI