Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2013

SCOOP ! L'affaire Ratzinger devant la CPI - Crimes contre l'humanité déposée par Maîtres Christian Seiler et Hetzel, le 14 février 2011

A DIFFUSER LARGEMENT AUTOUR DE VOUS, MERCI
Donnez votre avis en bas de page


Et celle-ci de plainte contre le Pape Benoît XV, rédigée par deux avocats et déposée devant la CPI, le 14 février 2011, c'est aussi un canular ? 
 
Et de deux !
 
Est-ce que la presse en parle ?
 
Vous êtes appelés à soutenir la plainte par les deux avocats !
 
On va voir si pour une fois au lieu de passer votre temps à signer des pétitions inutilement et à vous plaindre à longueur d'année d'être les victimes des élites, vous allez enfin asser à l'action.

Certains ont dénigré non seulement le travail extraordinaire effectué par le Révérend Kevin Annett au Canada pour que la justice soit enfin rendue à 50 000 enfants Indiens, enlevés à leurs parents, violés, stérilisés et torturés jusqu'à la mort, mais en plus nous avons été critiqués par des ignorants complices de ces crimes pour avoir soi-disant diffusé n'importe quoi parce que la déclaration publique n'était pas signée nominativement par des juges et qu'elle n'avait pas été rendue par un Tribunal soi-disant Légal !

C'est quoi la légalité et la légitimité du Gouvernement et des tribunaux d'exception qui nous sont imposés depuis la soi-disant révolution française, mais en réalité, un coup d'état réalisé contre le peuple français par la Franc-maçonnerie sioniste ?

C'est quoi la légalité et la légitimité du Gouvernement et des tribunaux d'exception qui travaillent contre l'intérêt du peuple, alors que nous sommes toujours en monarchie selon l'article 1er du Code Civil qui a été modifié, sans droit ni titre par Jacques Chirac en 2004, lorsque n'étant pas lignée royale, il n'avait aucune autorité légitime pour le modifier ?
 
C'est quoi la légalité et la légitimité pour un Gouvernement illégal ?

Celles de s'être octroyé sans droit ni titre, le permis de tuer des innocents en toute impunité et de nous imposer sa dictature ?
 
Et quand pour une fois il y en a quelques-uns de ceux qui nous imposent ces crimes et leur dictature qui doivent payer pour leurs crimes il faut aller chercher la petite bête au lieu d'aller à l'essentiel de ce qui est dénoncé et de toutes les horreurs qu'ils fabriquent et des atrocités qu'ils commettent, et qu'ils font subir à des innocents et pour lesquels nous ne nous mobilisons jamais.
 
En attendant ce n'est pas pour rien que le Pape a cherché par sa démission à obtenir son immunité en se planquant dans les murs du Vatican.

Nous avons ici une preuve de plus des raisons pour lesquelles Benoît XVI a démissionné !

Ainsi on peut toujours laisser se commettre des crimes sans avoir à les payer ?

La légitimité, c'est quoi ? De pouvoir tuer en toute impunité ?
 
La légitimité et la légalité, c'est que les peuples doivent reprendre leurs pouvoirs pour qu'ils jugent les élites pour tous les crimes commis et non de pas continuer à jouer les autruches et de se rendre les complices des crimes qui sont commis contre les nôtres, en ne faisant rien pour les défendre.

Le Pape aura sécurité, immunité en restant dans le Vatican en cas de poursuites pour crimes comme l'humanité

L'article original ici anglais. Reuteurs du 15 février 2013

Pope will have security, immunity by remaining in the Vatican

Le site des avocats :
http://www.affaire-ratzinger.com/

Le livre à télécharger ICI ou par ce lien :
http://www.affaire-ratzinger.com/le-livre/index.html


Une plainte en justice contre Joseph Ratzinger


La plainte a été déposée auprès de la Cour pénale internationale de La Haye. Elle a pour objet des crimes contre l’humanité.


Y sont dénoncés trois crimes contre l'humanité, dont Mr Joseph Ratzinger, en tant qu’ancien cardinal et pape actuel, est soupçonné pénalement :

1. Le maintien et la direction, dans le monde entier, d’un régime totalitaire coercitif asservissant ses membres par des menaces anxiogènes pouvant porter atteinte à la santé ;

2. le maintien de l’interdiction meurtrière d’utiliser des préservatifs, même en cas de danger de contamination par le VIH/Sida, et

3. la mise en place et le maintien d’un système mondial de dissimulation des crimes sexuels commis par des prêtres catholiques et les soustrayant à la justice, système qui ouvre la voie à de nouveaux crimes

Si ces crimes mondiaux n’ont pas été dénoncés jusqu’alors, c’est pour la seule raison qu’ils ont été commis par une institution dont « les plus hauts dignitaires » semblent être au dessus de tout fait délictueux. La déférence portée traditionnellement aux « dignitaires de l'Eglise » obscurcit la conscience juridique.

Si un nouveau groupe religieux, par l’exercice d’une pression psychique massive sur ses membres, les obligeait à embrigader leurs nouveaux-nés dans le groupe pour qu’ils le financent par la suite et suivent toute leur vie ses directives, on le qualifierait de « secte ». Il se pourrait même que l’Etat dissolve cette organisation et condamne les « chefs de la secte » pour coercition et intimidation, d’autant plus si le groupe ne tolérait pas que ses membres le quittent et les en dissuadait en les menaçant des pires punitions, entraînant chez bon nombre d’entre eux des dommages psychiques considérables ainsi qu’une entrave au libre épanouissement.

Peut-il en être autrement dans un même cas de figure, où de plus une organisation se comporte de la sorte non pas seulement envers quelques individus mais dans le monde entier, tout simplement parce qu’elle se nomme « Eglise catholique romaine » et parle sans cesse de liberté de religion, tout en lançant des « chargés aux sectes » aux trousses de personnes dont la foi diverge de la sienne ? Il n'en est pas autrement, mais on s'y est accoutumé. Depuis le 01/07/2002, jour où le Statut de la Cour pénale internationale qui incrimine les « crimes contre l'humanité » est entré en vigueur, cette accoutumance n’est plus autorisée.

Si une secte coercitive, correspondant à la description que nous venons de faire, était largement répandue actuellement en Afrique et interdisait à ses membres l'utilisation de préservatifs, sous peine de lourdes punitions, on accuserait les dirigeants de la secte d'être responsables des cas de contamination par le VIH/sida et des décès qui en découleraient, et on ouvrirait une enquête pénale contre eux. Peut-il en être autrement uniquement parce que la secte coercitive se nomme « Eglise » et que son chef revendique l’infaillibilité de sa personne ?

Si, dans une secte coercitive répandue dans le monde entier, des centaines de milliers d'enfants avaient été victimes d'abus sexuels, que ces crimes avaient été dissimulés sur ordre du dirigeant de la secte et leurs auteurs protégés de poursuites judiciaires, cette organisation criminelle et son chef seraient poursuivis en justice. Peut-il en être autrement uniquement parce que la secte coercitive se nomme « Eglise » et que la loi du silence sur les crimes ne vient pas d’un chef de la mafia mais du pape ? Il n'en est pas autrement, on s’est simplement habitué depuis des siècles à un clergé pédophile et au pouvoir de son grand prêtre. Depuis que sont définis les éléments constitutifs du crime contre l'humanité, il n’est plus permis de fermer les yeux.

Contexte

Beaucoup de personnes ne vont pas en croire leurs yeux : « Poursuivre le pape en justice ? C’est une idée folle ! » Bon nombre encore se demanderont : « Pourquoi seulement maintenant ? » Les catholiques fidèles à l'Eglise en seront outrés, les esprits libres en éprouveront de la satisfaction. Qu’une plainte contre le pape déclenche des émotions tient à la personne même de l'accusé, considéré par les uns comme le représentant de Dieu et par les autres comme le prince des ténèbres. Dans la plainte imprimée dans cet ouvrage, qui a été adressée à la Cour pénale internationale à La Haye, il n'est ni l'un ni l'autre mais tout simplement « l'accusé, M. Joseph Ratzinger », à qui sont reprochés des crimes graves - contre les enfants victimes des crimes commis par son clergé, contre les africains tués par son interdiction mortelle du préservatif et contre les membres de l'Eglise asservis par sa domination sacerdotale totalitaire.

Je suis avocat et j'ai rédigé cette plainte avec mon collègue
Me Gert-Joachim Hetzel dans la conscience que le moment est venu de se libérer enfin de la soumission moyenâgeuse dont il est fait preuve envers les princes de l'Eglise et de les appeler, comme tout autre citoyen, à rendre des comptes lorsqu'ils commettent des crimes.

Nous dédions cet ouvrage à tous ceux qui, sous le système inhumain de l'Eglise, ont enduré de graves souffrances psychiques, à tous ceux qui sont morts à cause de la « morale sexuelle » misanthropique des vieillards de Rome, et avant tout aux innombrables enfants victimes des crimes sexuels du clergé. Dans le cadre de notre activité d'avocats nous avons vu combien les victimes, même adultes, souffrent de ce qu’elles ont vécu enfant. C’est avant tout pour elles que nous avons déposé cette plainte. Elles ont bien souvent perdu toute foi en la justice, et aussi en Dieu. Notre souhait est qu’elles retrouvent si possible les deux.

Me Christian Sailer

Les thèmes de la plainte

 

L'entrée en vigueur du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, le 01/07/2002, a marqué un tournant dans la civilisation. Ce fut la fin du temps où les crimes de masse motivés par une politique ou une idéologie restaient impunis, parce qu'ils ne pouvaient pas être définis par les éléments délictueux constituant classiquement le meurtre, la séquestration et la coercition. La définition des " crimes contre l'humanité ", telle qu'elle existe dans le Statut de Rome, ne fait pas seulement état de la " commission multiple d'actes " et de la responsabilité pénale des meneurs, mais élargit aussi le spectre des droits protégés : Dans l'article 7, § 1k, sont aussi passibles de peine les " Autres actes inhumains … causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves … à la santé physique ou mentale ", à condition que ces atteintes soient d'une gravité analogue à celle par exemple du viol, de l'esclavage ou de la déportation. La violence psychologique, pouvant porter atteinte à la santé, en fait ainsi partie. Une grande partie de la violence traditionnelle de ce monde, qui était acceptée parce que " ça a toujours été comment ça " est, en vertu du Statut de Rome, désormais punie par la loi.

 

Cette plainte arrive à la conclusion que cette définition correspond au régime coercitif de l'Eglise catholique romaine, dirigée par l'accusé, ainsi qu'à la menace anxiogène des tourments éternels de l'enfer qu'elle véhicule. Ces menaces conduisent de nombreuses personnes dans une dépendance mentale maladive et les privent de leur propre conscience dans des domaines existentiels de la vie. Ce n'est que par l'intermédiaire de ce système coercitif que les deux autres crimes contre l'humanité, incriminés par cette plainte, ont pu être possibles. Une appréciation pénale de cet usage du pouvoir exerçant une pression psychologique extrême est d'autant plus appropriée que l'accusé tente de faire oublier le totalitarisme de son système en détournant l'attention par une éloge à tout va de la liberté de religion, que sa propre Eglise foule aux pieds, que ce soit par la manière dont elle traite ses propres membres que par son intolérance agressive envers des concurrents religieux, surtout s'il s'agit de minorités religieuses.

 


De plus, cette plainte arrive également à la conclusion que l'accusé est pénalement coresponsable de la mort de centaines de milliers, peut-être même de millions de personnes atteintes du sida car, malgré le développement de l'épidémie, il maintient l'interdiction de l'utilisation de moyens de protection contre la transmission du VIH prononcée par l'Eglise, et l'impose en se servant des menaces exprimées par son système coercitif.

 

Pour finir, la plainte arrive à la conclusion que l'accusé est pénalement responsable de l'augmentation continue des crimes sexuels commis par des prêtres catholiques au cours des dernières décennies. En public, l'accusé simule le dirigeant ecclésiastique pieux qui s'excuse auprès des victimes des criminels pédophiles de l'Eglise et veut empêcher que de telles choses se reproduisent à l'avenir. En réalité, il agit en implacable " parrain " d'un système de dissimulation généralisé en vigueur dans le monde entier, système qui favorise les criminels au détriment de leurs victimes et ouvre chaque jour la voie à de nouveaux crimes.

 
Soutenir la plainte : Précipitez-vous à signer pour soutenir la plainte déposée devant la CPI

Vous êtes pour cette plainte ? Prononcez-vous !
Vos données ne seront utilisées que pour soutenir la plainte déposée auprès de la Cour pénale internationale de La Haye

 

Informations d'actualité
Des humanistes internationaux réclament que le Vatican perde son statut d’observateur à l’ONU

L’Union Internationale Humaniste et Ethique (IHEU = International Humanist and Ethical Union) demande qu’on retire au Vatican son statut d’observateur à l’ONU. La raison avancée par le porte-parole de l’IHEU, Keith Porteous Wood, sont des « violations graves et à grande échelle » de la convention des droits de l'enfant de l’ONU.

Wood a exprimé cette requête lors d’un discours à la session plénière du Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies. Il a cité l'avocat britannique et ancien juge de l’ONU Geoffrey Robertson, qui constata au sujet du Vatican un « besoin égoïste » de se protéger du scandale, qui a conduit à ce que des prêtres pédophiles soient couverts par l'Eglise. Le suivi des prêtres pédophiles par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, présidée pendant deux décennies par le pape actuel, fut très négligé. Wood mentionne deux lettres du Vatican, respectivement des années 1984 et 1997, dans lesquelles la CDF donne des instructions qui ont conduit à la dissimulation de tels cas.

Wood poursuit en ajoutant qu’en outre le Vatican avait manqué pendant 14 ans de produire un rapport sur les « carences de procédure » et que cela devait enfin avoir des conséquences.

Note : Les lettres citées par Wood et la dissimulation pratiquée par la CDF dirigée pendant de longues années par Joseph Ratzinger, font également partie de l'objet de la plainte [490 KB] déposée par Sailer et Hetzel, avocats, contre Ratzinger, devant la Cour pénale internationale de La Haye.

 
« Acte de repentance » avec chantage à la clé

Cela devait être un « acte de repentance », un « geste d'humilité attendu depuis si longtemps » (v. taz, 16/03/11). Mais les parrains des criminels pédophiles cléricaux, qui s'étaient rassemblés à Paderborn pour la Conférence épiscopale allemande, ont avant tout pensé à eux-mêmes, et non à leurs victimes. Mgr Zollitsch, le chef des évêques, tint un sermon onctueux sur la « miséricorde » et « le manque de miséricorde » ... « Nous avons nous-mêmes au cours des derniers mois développé de façon nouvelle la conscience que tout dépend de la miséricorde », dit-il. Mais dans le fond, il menace en disant que « l'avenir est fermé aux impitoyables. »

Il se moque ainsi des victimes d’assassinats spirituels commis par des ecclésiastiques, des victimes qui ne se satisfont pas de discours hypocrites mais réclament réparation auprès de l’Eglise. Ce ne sont pas les victimes qui se ferment leur propre avenir si elles ne parviennent pas à pardonner à leurs agresseurs, c’est l'Eglise qui a ruiné leur avenir parce qu'elle leur a refusé une véritable réparation et couvert pendant des décennies les criminels agissant dans ses rangs, ce qu’elle continue à faire. Tout d’abord il y a eu un décret papal ordonnant la dissimulation, protégeant ainsi de la police et des procureurs les criminels pédophiles cléricaux. Cette directive fut confirmée en 2001 par Joseph Ratzinger en tant que cardinal, et plus tard en tant que pape, il l’a maintenue. Une directive qui fait du pape et de ses évêques les parrains des criminels sexuels de l’Eglise. Pour ce qui est de leurs perspectives d'avenir, ils peuvent lire leur propre Bible : « Mais quiconque entraîne la chute d'un seul de ces petits qui croient en moi, il est préférable pour lui qu'on lui attache au cou une grosse meule et qu'on le précipite dans l'abîme de la mer. » (Mathieu 18:6)

 

 

21/02/2013

Vatican : Comment Ratzinger a anéanti l'église du peuple en Amérique latine. L'inquisition en Amérique latine !

Tout simplement scandaleux !

Après le Génocide au Canada de 50 000 enfants indiens victimes d'enlèvements, de viols, de séquestration, de stérilisation et de tortures allant jusqu'à la mort.

Voilà comment on convertit le peuple d'Amérique latine !

A coups de guerres, de crimes, par la peur, par l'inquisition et la dictature et à coups de millions de dollars !

Pourquoi pas aussi les convertir par la force en les menaçant de leur envoyer une bombe atomique ?

Ensuite on viendra vous parler de foi, de grâce divine et de conversions libres lorsqu'il s'agit d'être un instrument politique et un bras armé pour les USA et ses alliés, le Pentagone et pour les banquiers !

Le nazisme dans toute sa splendeur !

Et ils auraient du charisme pour ceux qui les adulent ?

Nous aurons compris pourquoi il faut abattre Hugo Chavez : la bête noire des USA et de ses alliés !

Mais le Pape serait la victime, le pauvre, des tensions qui existent au sein du Vatican entre clans !

Que ne ferait-on pas pour conserver le pouvoir sur les peuples innocents et ignorants, et l'argent ?

Quant au ménage qui devrait être fait au Vatican par son successeur, nous y repasserons dans 2000 ans !

Quand Jean-Paul 1er a voulu nettoyer les écuries d'Augias, il a été assassiné 33 jours après sa nomination.

Enquête sur la mort plus que suspecte de Jean-Paul Ier
http://savatier.blog.lemonde.fr/2011/08/26/enquete-sur-la...


 

Comment Ratzinger a anéanti l’église du peuple en Amérique latine
Marc Vandepitte

20 février 2013

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Joseph Ratzinger est essentiellement connu comme pape mais ses principaux faits d'armes, il faut les chercher durant la période où il était Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. En cette qualité il fut en effet l'architecte d'une des plus vastes campagnes idéologiques et politiques de l'après-guerre, ce qu'on a appelé la « Restauration ».


 

Néoconservatisme

 

En 1978 Karol Wojtila (nom du pape Jean-Paul II, ndlr) est appelé à diriger la plus grande communauté religieuse du monde. Il se trouve devant une église post-conciliaire en état de crise profonde : assistance à la messe et vocations en chute libre, nombre élevé de divorces entre catholiques, rejet de l'autorité papale en matière de contrôle des naissances ; un monde plein d'hérésie.

 

Il veut un virage radical. Plus de risques, plus d'expériences, c'en est fini des réflexions et des interventions. On garde sans doute les textes du Concile mais on en enterre l'esprit. Le pape se prépare à une politique ecclésiale centralisée et orthodoxe, accompagnée d'un réarmement moral et spirituel.


Pour ce faire il joue habilement du climat de cette époque qui présente d'ailleurs bien des ressemblances avec le nôtre. Au milieu des années 1970 commence une profonde crise économique. Le climat mental optimiste des années 1960 bascule et se caractérise par une aspiration à la sécurité et à la protection, le recours à une autorité – de préférence charismatique –, un réveil éthique, la fuite dans le domaine privé et l'irrationnel, etc.

 

C'est sur cet arrière-plan que se développe le « néoconservatisme ». Ce nouveau conservatisme ne se cantonne plus sur la défensive mais lance au contraire une offensive politique et idéologique. Ce courant est porté par de « fortes » personnalités, comme Ronald Reagan et Margaret Thatcher. Jouant habilement des massmedia, ils traduisent une tendance mondiale à accueillir un sauveur, la développent avec des représentations du monde simplistes, rayonnent d'assurance et d'optimisme, etc.

 

Le rottweiler de dieu

 

Un casse-tête encore plus important pour le pape, c'est la montée d'une église populaire progressiste en Amérique Latine. Wojtyla est polonais et anticommuniste jusqu'à la moëlle ; combattre marxisme et communisme dans le monde est un des buts de sa vie. Comme l'influence du marxisme est indéniable dans l'église de la base et dans la théologie de la libération, il mettra tout en œuvre pour ramener le continent dans le droit chemin.

 

Pour ce faire, il compte sur Ratzinger qui a été nommé en 1981 Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, en quelque sorte le Ministère de l'idéologie et de l'information du Vatican. Il exerce ces fonctions pendant un quart de siècle et il en fera le meilleur usage pour imprimer sa marque sur les événements.

 

Ratzinger devient l'architecte d'une offensive pastorale et ecclésiale d'envergure à laquelle il donne lui-même le nom de « Restauration ». Le but est le renforcement de l'appareil de direction central et la dislocation de toute forme de dissidence à l'intérieur de l'église. Ratzinger se révèle bientôt un véritable grand-inquisiteur, ce qui lui vaudra le nom de « rottweiler de dieu ».

 

Toute l'église catholique est visée mais les flèches sont surtout dirigées vers l'Amérique Latine et c'est là que l'impact politique est de loin le plus important. Nous nous bornerons donc dans la suite de l'article à ce continent

 

L'anéantissement de l'église du peuple et de la théologie de la libération

 

La première démarche est l'établissement d'une base de données reprenant les conférences épiscopales, les théologiens de la libération, les religieux progressistes, les projets pastoraux suspects, etc. Dans presque tous les diocèses sont nommés des évêques et des cardinaux ultra-conservateurs et ouvertement de droite. Rien qu'au Brésil sont nommés une cinquantaine d'évêques conservateurs. A la fin des années 1980 cinq des 51 évêques péruviens sont membres de l'Opus Dei. Le Chili et la Colombie suivent le même chemin. Des évêques dissidents sont mis sous pression, certains reçoivent des lettres d'avertissement ; à d'autres il est interdit de voyager ou on leur demande des comptes.

 

Cette politique de nominations est d'autant plus grave que l'épiscopat joue un rôle important dans ce continent. Dans bien des cas c'est la seule opposition possible à la répression militaire, à la torture, etc. Si les évêques du Brésil et du Chili s'étaient tus, comme l'ont fait ceux d'Argentine, le nombre de victimes de la répression eût été bien plus élevé.

 

Aux niveaux inférieurs aussi on a fait le ménage. On retravaille la formation des prêtres en mettant sous pression séminaires et instituts de théologie, en les réorientant ou en les fermant. On tente de mieux contrôler les religieux qui sont souvent protagonistes de l'église de la libération. Une attention spéciale est accordée aux théologiens. Ils sont dorénavant tenus en respect en leur faisant prêter le nouveau serment de fidélité.

 

En 1984 Ratzinger rédige l'« Instruction de la Sainte Congrégation pour la Doctrine de la foi au sujet de quelques aspects de la théologie de la libération ». Il y attaque de front les théologiens de la libération, surtout ceux d'Amérique Latine. Un an plus tard, il est interdit à Leonardo Boff, une des figures de proue de ce mouvement, de s'exprimer. La mainmise sur les journaux catholiques est renforcée : là où on le juge nécessaire, on les censure, le conseil de rédaction est remplacé ou le journal est mis sous pression financière.

 

Les projets pastoraux progressistes sont mis sous contrôle ou même on y met fin. En 1989 le Vatican cesse de reconnaître l'Association internationale de la jeunesse catholique, beaucoup trop progressiste. Elle doit céder la place au CIJOC, confessionnel et opposé à la gauche.

 

A côté de la destruction de tout ce qui est progressiste, de gigantesques projets sont mis en route pour ramener les croyants dans le droit chemin. Evangélisation 2000 et Lumen 2000 sont des projets à grande échelle visant l'Amérique Latine, qui n'ont pas moins de trois satellites à leur disposition. Les projets sont établis par des personnes et des groupes de droite ultra-conservateurs : Communione e Liberazione, Action Marie, Renouveau catholique charismatique, etc. Les collaborateurs de ces géants de la communication comparent leurs activités à une sorte de nouvelle « puissance de lumière ».

 

Ceux qui savent lire sont inondés de livres religieux édités à bon marché. Des retraites sont organisées pour les prêtres et les religieuses. Pour ces projets à grand spectacle le sommet de la hiérarchie catholique peut compter sur l'appui financier du monde des affaires.

 

Croisade anticommuniste

 

Rien n'est laissé au hasard. Un à un tous les piliers de l'église du peuple d'Amérique Latine sont écartés. Des observateurs parlent du démantèlement d'une église. Nous avons ici affaire à l'une des campagnes idéologiques et politiques les plus importantes de l'après-guerre.

 

Cette campagne est en phase avec la croisade anticommuniste de la Guerre froide. On peut aussi y voir une revanche des USA après la perte de puissance des années précédentes.

 

Pendant les années 1960 et 1970 les pays du Tiers Monde ont en effet renforcé leur position sur le marché mondial. Ils ont arraché des prix plus élevés pour les matières premières et ont ainsi amélioré leur pouvoir d”achat sur le marché mondial. Le point culminant est la crise du pétrole de 1973. En 1975 le Vietnam inflige une cinglante défaite aux Etats-Unis. Peu après la Maison Blanche est humiliée par deux fois d'abord par la révolution des sandinistes dans leur arrière-cour (1979), puis par le drame des otages en Iran (1980). Dès son arrivée au pouvoir Reagan se sent en outre menacé par l'attitude d'indépendance économique de deux Etats aussi importants que le Mexique et le Brésil.

 

La Maison Blanche ne baissa pas les bras et déclencha une contre offensive sur plusieurs fronts. La théologie de la libération fut une des cibles les plus importantes. Dès la fin des années 1960 la théologie de la libération, encore à un stade embryonnaire, fut considérée comme une menace pour les intérêts géostratégiques des USA, comme en témoigne le rapport Rockefeller.

 

Dans les années 1970 furent créés des centres théologiques qui devaient engager le combat contre la théologie de la libération. Mais c'est surtout à partir des années 1980 que cette contre offensive atteignit sa vitesse de croisière. Les Etats-Unis versèrent des milliards de dollars pour soutenir la contre-révolution en Amérique Latine. Cette sale guerre a fait des dizaines de milliers de victimes. Escadrons de la mort, paramilitaires, mais aussi l'armée régulière ont fait la sale besogne. Dans les rangs des mouvements chrétiens de libération sont tombés beaucoup de martyrs. Les plus connus sont Mgr Romero et les six jésuites du Salvador.

 

Pour combattre la théologie de la libération sur son propre terrain, on introduisit des sectes protestantes. Elle reçurent un soutien financier massif des USA. Par des slogans racoleurs et des messages sentimentaux elles devaient essayer d'attirer les croyants. Pour les arracher à l'influence pernicieuse de la théologie de la libération, on a fait usage de moyens électroniques coûteux. La religion se révèle ici opium du peuple sous sa forme la plus pure. L'armée aussi est enrôlée dans cette guerre religieuse. Des officiers supérieurs des armées latino-américaines ont rédigé un document pour donner consistance au « bras théologique » des forces armées.

 

Mission accomplie

 

Les efforts combinés de Ratzinger et de la Maison Blanche ont été payants. Dans les années 1990 un coup très dur a été porté à l'église de la base en Amérique Latine. Bien des groupes de base cessent d'exister ou fonctionnent encore à peine par manque de soutien pastoral, par crainte de la répression, parce qu'on ne croit plus à la percée espérée, ou simplement parce qu'ils sont liquidés physiquement. L'optimisme et l'activisme des années 1970 et 1980 font place au doute et à la réflexion. L'analyse de la société perd de son poids au profit de la culture, de l'éthique et de la spiritualité, tout profit pour Ratzinger.


Globalement le centre de gravité passe de la libération à la dévotion, de l'opposition à la consolation, de l'analyse à l'utopie, de la subversion à la survie. Le récit de l'Exode fait place à l'Apocalypse et aux Apôtres.

 

A la fin du siècle l'église de la base n'est en tout cas plus une menace pour l'establishment. Tant le Vatican et le Pentagone que les élites locales d'Amérique Latine ont pour le moment un souci de moins. Cette trêve prend bientôt fin avec l'élection de Chavez à la présidence du Venezuela, mais ceci est une autre histoire.


En 2005 Rarzinger est récompensé pour le succès de son œuvre de restauration et élu à la tête de l'église catholique. Mais il est bien moins brillant comme manager que comme inquisiteur. C'est finalement un pape faible. Il laisse une institution affaiblie, menacée par un manque de prêtres et un dessèchement à l'ouest ainsi que par des scandales répétés. Il ne réussit pas à mettre de l'ordre dans les affaires du Vatican, peut-être une des raisons pour lesquelles il abdique.

 

Ratzinger entrera dans l'histoire avant tout comme celui qui a accompli la restauration de l'église catholique et mis l'église du peuple d'Amérique Latine hors d'état de nuire. Ce ne sont pas des mérites négligeables.

Pour les sources de cet article voir La crise de la Théologie de la libération et le marxisle religieux (en néerlandais).

 

Source en français : http://www.michelcollon.info/Comment-Ratzinger-a-aneanti-l

 

07/01/2013

Chape médiatique sur l’Islande et sa dette !

Ce que l'on vous cache sur l'Islande dans le cas où vous voudriez sortir de l'europe et demander à ce que les dettes des pays soient annulées.

Ces dettes qui servent à enrichir les banksters qui nous saignent, au lieu de conserver notre argent pour aider les nôtres.

 

debt-free-lifestyle

Pendant ce temps, les journaux continuent d’ouvrir leurs Unes avec des faits-divers aussi inutiles que débiles : il neige l’hiver, parfois même il pleut, les chats écrasés et les fashion weeks qui s’enchaînent… Il est évident qu’ils ne s’amuseront pas à donner des idées farfelues au peuple que nous sommes : Penser une seconde ne pas payer cette dette infâme et illégitimeà leurs yeux  ! Et pourtant, oui c’est possible. Regardez :

 

C’est le moment ou jamais ! Il faut diffuser cette vidéo et parler autour de soi de ce qu’il se passe en Islande. Ce qui se passe est historique et j’espère que la contagion gagnera le reste du monde soi-disant libre. Cette vidéo est la preuve que nous pouvons changer les choses et je remercie Peter de « The Plot 911″ de l’avoir mise en ligne. C’est par souci de maximisation de sa diffusion que je me permets de la mettre à nouveau en ligne. N’hésitez pas à faire comme moi, en changeant le titre pour que cette vidéo se propage comme un virus bienfaisant, vous participerez ainsi à la libération !

Urgent, à diffuser, en parler, c'est le moment ou jamais

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

 

 

http://www.lelibrepenseur.org/2013/01/06/chape-mediatique...

Le Vatican, interdit bancaire ! La plus grande lessiveuse d'argent sale au monde se trouve en difficultés bancaires ! Vraiment ?

Qui a dit qu'il ne s'était rien passé le 21 décembre 2012 ?

C'est l'Apocalypse pour le Vatican et pour tous les Banksters internationaux qui blanchissent l'argent de tous les crimes commis dans le monde y compris pour la FED dont le bail criminel se serait terminé le 1er janvier 2013. A relier avec l'article précédent.

TRES IMPORTANT : USA : La Cabale en déroute et en prison ? Les Américains seraient placés sous la protection de la loi NESARA depuis le 5 décembre 2012 !

http://www.lepouvoirmondial.com/archive/2013/01/06/tres-i...

Maintenant forcer le Vatican à encaisser ses prestations en espèces, sous prétexte de devoir se mettre en règle au regard des règles internationales contre le blanchiment d'argent sale, est-ce une bonne idée lorsque l'on veut punir quelqu'un qui sous prétexte de s'accaparer indûment  l'image de Dieu se doit d'être forcément vertueux ?

Qui aurait besoin d'avoir des espèces sonnantes et trébuchantes sous la main pour avoir les moyens de financer au black quelques missions assassines ou financer quelques guerres de religions au profit du NOM et de ses promoteurs criminels ?

Sûrement que Dieu lui-même et son Saint Esprit ont besoin d'argent liquide puisque le Vatican s'est cru obligé d'ouvrir le 13 décembre 1605, la Banque du Saint Esprit à Rome.

Un mois de décembre comme par hasard ? La FED a aussi été créée aux USA, le 23 décembre 1913. Sans doute pour fêter le solstice solaire d'hiver ou la naissance du Christ ou du nouveau soleil !

Banco di Santo Spirito - Banque du Saint Esprit
http://it.wikipedia.org/wiki/Banco_di_Santo_Spirito


Palazzo del Banco di Santo Spirito - L'immeuble de la Banque du Saint Esprit à Rome
http://it.wikipedia.org/wiki/Palazzo_del_Banco_di_Santo_S...

La création de la FED aux USA : La créature de Jekyll Island: Tout sur l’histoire des banques
http://fr.scribd.com/doc/19897310/Creation-de-la-FED-aux-...-

Federal Reserve System
http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9serve_f%C3%A9d%C3%A9r...


Quand vont-ils cesser de nous prendre pour des imbéciles décébrés pour continuer à nous faire croire que pour avoir accès à notre source primale créatrice nous avons besoin d'un quelconque intermédiaire puisque nous l'avons en nous tous et tout autour de nous ? Vivement que le grand lessivage se fasse que nous soyons enfin débarrassés de toute cette vermine puante.

 


Le Vatican, interdit bancaire

Depuis le 1er janvier, les touristes en visite au Vatican sont obligés de payer leur ticket d'entrée au musée en argent comptant. "La Banque d'Italie a bloqué tous les paiements électroniques dans l'Etat de la Cité du Vatican", écrit Il Corriere della Sera. Au musée, à la pharmacie, dans les magasins de prêt à porter, dans les supérettes : tout se paie en espèces ou par chèque.

Forced Vatican Credit Card Ban - Vidéo
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...


Que s'est-il passé ? La Banque d'Italie a ordonné à la Deutsche Bank Italia qui gère tous les terminaux bancaires et guichets présents sur le territoire du Saint-Siège de bloquer toutes les opérations bancaires. La raison avancée est que le Vatican, ne s'étant pas encore conformé aux normes internationales de lutte contre le recyclage d'argent, est considéré comme un pays extracommunautaire ne pouvant être géré par une banque de droit italien.

Vaticano, sospesi i pagamenti elettronici
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...



"Le blocage des paiements électroniques est une pratique très grave, qui, selon les experts, n'intervient que dans des situations suspectes, notamment dans des cas de recyclage", explique La Repubblica. Début juillet, un groupe d'experts du Conseil de l'Europe compétent sur les questions de recyclage d'argent avait estimé que les autorités vaticanes avaient accompli "un très long parcours en un laps de temps très court", mais que du travail restait à faire.

Sur la page d'accueil du site des musées du Vatican, un avis indique: "Pas de paiement électronique depuis le 1er janvier... Nous nous excusons pour les possibles désagréments".

Vatican forced to halt use of foreign credit cards within its borders
 http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Source : http://www.courrierinternational.com/breve/2013/01/04/le-...

---------------------

Vatican : le paiement par carte bancaire est impossible

Par Richard Heuzé Mis à jour le 03/01/2013 à 19:14 | publié le 03/01/2013 à 19:05 Réactions(4)

L'an dernier, les musées du Vatican ont reçu 5 millions de visiteurs qui lui ont rapporté 91,3 millions d'euros de recettes.
L'an dernier, les musées du Vatican ont reçu 5 millions de visiteurs qui lui ont rapporté 91,3 millions d'euros de recettes. Crédits photo : ALBERTO PIZZOLIALBERTO PIZZOLI/AFP

Au regard des règles de la Banque d'Italie, le Saint-Siège n'a pas encore atteint les standards requis au niveau international contre le blanchiment d'argent.

Depuis le 1er janvier, inutile de faire de longues queues à l'entrée des musées du Vatican si vous n'avez pas en poche les 17 euros correspondant au prix du billet d'entrée. À moins bien sûr de pouvoir émettre un chèque international ou de faire partie des rares privilégiés disposant d'un compte à l'IOR, la banque du Saint-Siège…

La Deutsche Bank, qui gère tous les paiements monétiques à l'intérieur du siège pontifical, s'est en effet vu notifier par la Banque d'Italie l'ordre de désactiver tous ses terminaux électroniques au Vatican, jusqu'à ceux de la pharmacie internationale, car elle ne dispose pas des autorisations nécessaires pour effectuer ce type d'opérations.

Motif de cette mesure pour le moins spectaculaire: le Saint-Siège, malgré ses récents progrès, n'a pas encore atteint les standards requis au niveau international contre le blanchiment d'argent. Le comité Moneyval, qui rassemble des experts du Conseil de l'Europe chargés de lutter contre le recyclage d'argent sale, estime certes que le Vatican a fait «un très long parcours en un laps de temps très court». L'effort reste toutefois insuffisant au regard des règles de la Banque d'Italie.

La décision de l'autorité monétaire italienne est un coup dur pour les finances du Saint-Siège. L'an dernier, les musées du Vatican ont reçu 5 millions de visiteurs qui lui ont rapporté 91,3 millions d'euros de recettes. Le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi, minimise les inconvénients et parle d'un problème «en cours de règlement»: «l'interdiction d'utiliser des cartes bancaires sera de courte durée», affirme-t-il. Sans pouvoir indiquer quand le service reprendra.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/01/03/20002-20130...

07/12/2012

Quand les sionistes que nous avons au gouvernement décident d'entraîner la France dans le conflit Syrien !

La France est ruinée, des millions de français sont au chômage ou ont été licenciés ces derniers mois, de plus en plus de personnes sont précarisées et vivent dans les rues, à cause de la crise savamment orchestrée par les banksters, le massacre des citoyens continue, mais la France sous la houlette des sionistes s'endette pour aller se mêler de conflit qui ne la regarde pas !

La scénario Libyen se répète, cette fois c'est Laurent Fabius qui engage la France dans un conflit pour le plus grand profit des sionistes.

Les sionistes français sont moins prompts à aller aider Gaza sous les tirs criminels dirigés contre la population par l'état sioniste !

Quelle sera la réaction des russes ? Mystère...

Ils sont surtout en train de préparer soigneusement une attaque en règle de l'Iran, ce qui ne manquera pas de nous entraîner vers la 3ème guerre mondiale, la Russie et la Chine ne lâchant pas leurs intérêts économiques aussi facilement.

 


 

Le Point.fr - Publié le 04/12/2012 à 17:01 - Modifié le 04/12/2012 à 19:59

Les Français se préparent à intervenir en Syrie

Selon nos informations, tout est prêt pour que les forces spéciales mènent des opérations ciblées afin de se saisir des stocks chimiques.(Qu'ils aillent détruire avant tout les stocks de vaccins chez nous qui sont des armes biologiques pour détruire les populations, avant d'aller soi-disant détruire des stocks chimiques hypothétiques en Syrie).

 

Un soldat des forces spéciales françaises, ici en Afghanistan.

Un soldat des forces spéciales françaises, ici en Afghanistan. © Alexander Klein / AFP Par

Discrètement, les Français se préparent à intervenir militairement en Syrie. Selon nos informations, seules les forces spéciales sont concernées à ce stade. Le schéma qui prévaut actuellement consisterait en une intervention française relativement modeste intégrée à celle d'une coalition multinationale. Cette organisation se prépare sur le modèle de celle qui s'était mise en place lors de la guerre contre la Libye de Kadhafi. (Intervention en Lybie qui a coûté à la France la bagatelle de 100 millions d'euros par jour).

 

Celle-ci compterait donc au moins les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, entre autres membres de l'Otan, dont la Turquie sans doute, auxquels seraient associés la Jordanie et peut-être d'autres pays arabes. Il n'est pas question d'une intervention terrestre ou aérienne massive et/ou durable, mais plutôt d'une série de coups de main solidement appuyés par des avions et des hélicoptères, destinés à mettre la main sur le stock d'armes chimiques.  ( Mais oui, c'est cela, nous allons les croire sur parole !)

 

Hantise des dirigeants occidentaux

Les propos du ministère français des Affaires étrangères sont explicites. Selon son porte-parole adjoint Vincent Floreani, "tout emploi de ces armes chimiques par Bachar el-Assad serait inacceptable". Et d'ajouter : "Les dirigeants de Damas doivent savoir que la communauté internationale les observe et ne restera pas sans réaction s'il venait à utiliser ses armes." C'est aussi ce qu'a dit lundi le président américain Barack Obama en déclarant : "Le recours à des armes chimiques est et serait totalement inacceptable." Ces propos millimétrés illustrent les conditions qui déclencheraient une intervention militaire, au cas où le régime se servirait de son arsenal toxique.(Mais oui, et quand ils nous intoxiquent avec leurs vaccins qui sont des armes de destruction massive des populations, qu'ils polluent notre eau, qu'ils polluent notre alimentation avec les OGM et autres produits chimiques toxiques et qu'ils nous vaporisent à longueur d'année avec les chemtrails qui contiennent du Barym qui est cancérigène, ce n'est pas utiliser des armes chimiques contre nous ! ).

 

Cette réaction prendrait la forme de frappes sur des cibles "L" (pour leadership) par des missiles de croisière, concomitantes à une prise de contrôle des stocks chimiques, avant leur sécurisation puis leur transfert. Car la hantise des dirigeants occidentaux ne porte pas seulement sur l'utilisation des armes toxiques par le régime. Ils ne veulent pas non plus que des opposants, notamment djihadistes, puissent mettre la main dessus et s'en servir. D'où la petite phrase du porte-parole, qui ne doit pas être prise à la légère, quand il évoque la volonté internationale de "prévenir toute utilisation de ces armes si la tentation en venait soit au régime soit à d'autres". On note que le Quai d'Orsay ne parle plus là d'utilisation, mais bien de "tentation". Ce qui change beaucoup de choses. (Tu parles, ils ne rêvent que de limiter la population mondiale à 1/3 et tout à coup ils se feraient du souci pour la soi-disant utilisation des armes chimiques par la Syrie ! La jolie propagande que voici ! ).

Une intervention préventive se profile

En réalité, c'est une intervention préventive qui se profile. Est-il réaliste d'imaginer que les grandes capitales laissent Bachar el-Assad agir en utilisant de telles armes, alors qu'elles ont la conviction que le despote s'apprête à le faire ? Non bien sûr... Dans cette hypothèse qui paraît aujourd'hui prendre de l'épaisseur, les forces spéciales des pays constituant une coalition "ad hoc", c'est-à-dire non soumise à l'Otan, lanceraient des raids à partir de la Jordanie et de la Turquie pour se saisir des armes là où elles se trouvent, avant que toute "tentation" de s'en servir ait connu un début de réalisation. ( Et bien sûr comme nous le savons tous, que l'Onu et l'Otan ont toujours oeuvré pour notre bien, il est parfaitement légitime que tous ces criminels participent à ces combats illégitimes) !

 

Les propos publics de Washington indiquent que les dirigeants américains ont pris connaissance par leurs moyens de renseignement - ou ceux de leurs alliés - de la mise en oeuvre de mesures préparatoires à l'utilisation de ces armes. Bientôt suivis par Paris qui n'est pas en retard dans cette affaire, les Américains ont en quelque sorte lancé un ultime avertissement à Bachar el-Assad. Ils ont le doigt sur la gâchette. La préparation d'une opération préventive n'est pas un mystère et, pour ne citer qu'elles, les forces spéciales françaises ont été mises en place discrètement en Jordanie à cette fin. Aussi bien pour participer elles-mêmes à une telle intervention que pour aider leurs homologues jordaniennes. Nous nous en faisions l'écho ici en septembre dernier.

 

Conditions politiques

Quant aux conditions politiques d'une intervention, elles sont à l'appréciation de François Hollande, chef des armées. (Le sioniste de service à l'Elysée). Lors de la conférence des ambassadeurs, le 27 août dernier, il avait clairement indiqué que la France réagirait militairement si le régime de Bachar el-Assad utilisait les armes chimiques : "Je le dis avec la solennité qui convient : nous restons très vigilants avec nos alliés pour prévenir l'emploi d'armes chimiques par le régime, qui serait pour la communauté internationale une cause légitime d'intervention directe."

 

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius enfonçait le clou quelques jours plus tard. Depuis la fin de l'été, les choses ont changé et la constitution d'une coalition représentative dirigée par Ahmad Moaz al-Khatib permettra de déclencher une intervention à sa demande. Bachar el-Assad est prévenu.

 

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/jean-guisnel/...