Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2011

Tsunami au Japon, fuite nucléaire, révolution arabe, qui tire les ficelles dans ce qui arrive ?

Quand les gens conscients et qui ont la connaissance des plans de la Kabbale, s'énervent de voir l'inertie de leurs semblables alors que nous avons tous la force et les pouvoirs en nous !

Ecoutez bien cette vidéo.

Ne serait-il pas le moment de passer à l'action spirituelle ?
La Terre est en train de nous dire et de nous demander de nous réveiller et d'agir pour la protéger, ELLE et tout ce qui vit sur cette planète !

Quand allons-nous agir TOUS ENSEMBLE ?

 

Tsunami au Japon, fuite nucléaire, révolution arabe
qui tire les ficelles dans ce qui arrive ?

http://www.youtube.com/watch?v=I22Un90oWh0&feature=pl...


Tsunami au Japon le 10 mars 2011, alerte nucléaire, révolution dans les pays arabes, inondation en Corse, massacre à Itamar, ouverture du dernier cycle dans la calendrier Maya le 8 mars 2011... Pour les rationalistes, ces événements n'ont aucun lien entre eux. Pour eux tout est plat comme leur propre platitude d'esprit. Pour l'initiée Dominique AUBIER, l'Univers est une entité vivante, la planète un corps organique qui nous parle et nous adresse ses messages. La Planète est en colère, contre nos paresses, nos conformismes, nos systèmes de pensée. Que faire pour s'adapter aux temps nouveaux ? Devant tant de malheurs, il est temps de se réveiller.

Dominique Aubier, kabbaliste, auteur de 40 ouvrages magistraux et de la série de films Ciné-Code lance un appel pour une révolution spirituelle, par delà les corruptions des démocraties et des systèmes politiques désuets.

Découvrons le savoir relatif au Motif d'Unité. Renouons avec les lois naturelles, les lois de la Vie !


 

 

 

 

15/03/2011

Accident nucléaire au Japon : nouveau risque d'explosion

Dépêchez-vous d'acheter et de stocker des Algues et du Miso avant que le nuage radioactif n'arrive chez nous !
Comme vous l'avez compris, les cataclysmes vont aller en s'amplifiant et les risques d'accidents nucléaires risquent de se multiplier dans un futur proche.
Vous avez donc tout intérêt à faire des réserves pour quelques temps pour vous et vos enfants.

Dans le bon de commande ci-dessous vous pourrez commander des flacons de 200 gélules contrairement au conditionnement des gélules d'algues que vous trouverez à beaucoup plus cher dans les pharmacies pour seulement 40 gélules par flacon.

Bon de commande pour acheter vos algues ou vos produits naturels, en PDF :
http://www.lepouvoirmondial.com/media/00/02/1299742412.pdf
L'iode est un produit contingenté en France et n'est délivré que par les pharmacies sur Ordre de l'Etat.
N'attendez pas qu'il soit trop tard !
Lisez bien ce que nous disent les criminels de l'OMS. Pour le vaccin contre le virus imaginaire de la GrippeA/H1N1, ils nous ont mené une campagne médiatique terroriste durant des mois, et là, le risque de contamination radioctive est faible selon eux.

L'organisation mondiale de la santé  (OMS), la référence en matière de santé publique, avait emboîté le pas samedi aux autorités japonaises et européennes en estimant peu préoccupants les risques d'émanations radioactives de la centrale de Fukushima suite au premier incident. "A l'heure actuelle, il semble que les risques pour la santé publique soient assez faibles. Nous constatons que le niveau de radiations émises par une centrale nucléaire est très bas", a déclaré Gregory Hartl, porte-parole de l'OMS.
  
Sauf que l'atome ne connaît pas de frontières et que la radioactivité se déplace avec les vents.
La particule de Césium a une durée de vie trentenaire. Ce qui veut dire en clair, que si elle est véhiculée par les vents et rabattue sur les terres avec les pluies, nous la trouverons durant 30 ans, dans nos aliments et les nappes phréatiques.

Accident nucléaire au Japon : nouveau risque d'explosion

le 12 mars 2011 à 23h01, mis à jour le 12 mars 2011 à 23:25

 

Dossier : Le Japon après le séisme

L'opérateur d'une centrale nucléaire du nord-est du Japon a déclaré dimanche matin (heure locale) qu'un deuxième réacteur donnait des signes de problèmes, avec risque d'explosion, dans la même centrale où une explosion s'était produite la veille. Dimanche au petit matin (heure locale), la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco), propriétaire de la centrale de Fukushima, tentait de trouver d'urgence  un moyen d'acheminer de l'eau vers le troisième réacteur de sa centrale de Fukushima, son système de refroidissement étant inopinément tombé en panne. C'est dans cette même centrale qu'une explosion avait fait, la veille, s'effondrer le toit du bâtiment sur un premier réacteur.  

L'organisation mondiale de la santé  (OMS), la référence en matière de santé publique, avait emboîté le pas samedi aux autorités japonaises et européennes en estimant peu préoccupants les risques d'émanations radioactives de la centrale de Fukushima suite au premier incident. "A l'heure actuelle, il semble que les risques pour la santé publique soient assez faibles. Nous constatons que le niveau de radiations émises par une centrale nucléaire est très bas", a déclaré Gregory Hartl, porte-parole de l'OMS.
 
Mais les craintes d'un accident nucléaire majeur étaient vives samedi soir, notamment chez la population japonaise vivant à proximité de cette centrale, Fukushima n°1, située à 150 km de Tokyo, où est survenue une explosion samedi à la suite du très fort séisme et du tsunami. Samedi, des milliers de Japonais évacués des zones proches des installations nucléaires de Fukushima ont été passés samedi au scanner, angoissés par la crainte d'avoir été irradiés. Dans les centres d'évacuation, des secouristes, portant des masques de protection et des vêtements spéciaux, passaient les habitants de la région au scanner pour vérifier l'exposition aux radiations. "Il y a des fuites de radiation, et depuis que l'on sait que la possibilité d'avoir été exposé est grande, on est assez effrayés", confiait Masanori Ono, jeune homme de 17 ans, dans une file d'attente à Koriyama

L'explosion, qui s'est produite à 15H36 heure locale (06H36 GMT), a fait plusieurs blessés parmi les employés. Cet accident nucléaire a été classé au niveau 4 sur l'échelle de gravité des événements nucléaires et radiologique allant de 0 à 7, selon l'Agence japonaise de sécurité nucléaire et industrielle, un niveau qui qualifie les accidents n'entraînant par de risque important hors du site, selon l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Entre 70 et 160 personnes auraient été exposées
  
Le chef du gouvernement a ordonné l'évacuation des habitants dans un rayon de 20 kilomètres autour de la centrale, tout en appelant la population locale à garder son calme. A propos de la situation à la centrale de Fukushima N°1, le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano, s'est voulu rassurant : citant l'exploitant, Tokyo Electric Power (Tepco), il a souligné que le caisson du réacteur n'avait pas subi de dégâts et que les radiations avaient par la suite diminué. L'Agence japonaise de sécurité nucléaire et industrielle a jugé peu probable que le caisson eût été gravement endommagé, après avoir d'abord averti qu'une fusion pourrait être en cours dans le réacteur. Du césium radioactif a en effet été détecté aux alentours de la centrale, ce qui atteste généralement qu'un tel phénomène est en train de se produire, a noté un expert.
  
Selon l'agence Kyodo, la radioactivité reçue en une heure par une personne se trouvant sur le site correspond à la limite de radioactivité à ne pas dépasser annuellement. Les autorités japonaises ont informé l'Agence internationale pour l'énergie  atomique (AIEA) qu'"il y avait eu une explosion près du réacteur N°1 de la centrale de Fukushima-Daiichi et qu'elles étaient en train d'évaluer l'état du réacteur". A la centrale proche de Fukushima-Daini, le rayon d'évacuation des riverains est de 10 km, a précisé l'AIEA. "Les autorités ont également indiqué qu'elles se préparaient à distribuer des comprimés d'iode aux habitants des zones proches des deux centrales", a ajouté l'agence onusienne. Dimanche matin, le nombre de personnes exposées à des radiations du fait des problèmes de la centrale de Fukushima Daiichi pouvait s'élever au bout du compte entre 70 et 160, selon l'agence nucléaire nippone. Neuf personnes ont montré d'ores et déjà des signes possibles d'exposition aux radiations selon la même source.

 

Le vent emporte l'éventuelle radioactivité vers la mer

La direction des vents permet de chasser une éventuelle pollution radioactive vers le Pacifique, après l'explosion survenue dans une centrale sur la côte nord-est du Japon, a indiqué samedi le président de l'Autorité française de sûreté nucléaire (ASN). "Il semble que la direction des vents éloigne pour le moment une éventuelle pollution vers le Pacifique", a déclaré André-Claude Lacoste devant la presse. "A l'évidence, la situation est grave", a-t-il estimé, tout en soulignant que ses services disposent à ce stade "d'une information parcellaire, incomplète et donc de qualité médiocre, les interlocuteurs naturels de l'ASN se concentrant sur la gestion de la crise", a-t-il expliqué. Par ailleurs, l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) veillera à surveiller le territoire français en temps réel pour mesurer toute anomalie. Une réunion se tiendra en fin d'après-midi samedi autour de la ministre de l'Ecologie pour faire le point sur la situation après l'explosion dans une centrale nucléaire au Japon. Et la Commission européenne va convoquer "en  début de semaine prochaine" une réunion des autorités européennes chargées de  la sécurité nucléaire et l'industrie du secteur pour tirer les leçons de l'incident nucléaire au Japon.


13/03/2011

Japon : les victimes du tremblement de terre, du tsunami et de la catastrophe nucléaire auraient pu être évitées ! Un scandale et un crime de plus !

Les scientifiques nous ont toujours indiqué qu'il était difficile de prévoir à l'avance les tremblements de terre et les tsunamis. Nous voulons bien les croire, mais...car il y a un mais !

Ils ont à leur disposition des moyens de prévoir à l'avance la survenue des tremblements de terre et des tsunamis, s'ils sont capables d'interpréter à temps les données qui leur sont communiquées.

Et ils ont le devoir d'être interpellés quand des phénomènes rares se produisent et qu'ils sont de surcroît concentrés dans la même région !
 
La preuve ? Les relevés des désastres enregistrés dans le monde, journellement.
 
En regardant cette carte des désastres dans le monde, nous avons remarqué qu'au Japon au cours des mois de février et mars 2011, 3 volcans s'étaient réveillés et non des moindres alors qu'ils étaient endormis, tenez-vous bien, pour le premier depuis 80 000 ans, pour le second depuis 22 000 ans et pour le dernier depuis 6300 ans. Ces phénomènes inhabituels n'ont donc pas été relevés par les scientifiques qui avaient les moyens de prévenir à l'avance, le tremblement de terre et le tsunami qui ont frappé le Japon le 11 mars 2011, ainsi que d'éviter les catastrophes nucléaires.
 
Vous avez donc compris que si le Yellowstone se réveillait demain, personne de ces criminels ne viendra vous prévenir !

Ce d'autant plus que les données le concernant sont censurées depuis l'année dernière ou modifiées volontairement par l'USGS, un organisme US.
 
Il s'agit des 3 volcans suivants que vous trouverez ci-dessous :
 
1 - Kikai Caldera -  Asia - Japan - Osumi Islands, Kagoshima Prefecture - qui n'avait pas bougé depuis 6300 ans, (~6,300 years ago) et qui a bougé le 02.03.2011
2 - Aira Caldera - Asia - Japan - Island of Kyushu - qui n'avait pas bougé depuis 22 000 ans (~22,000 years ago) et qui a bougé le 06.02.2011
3 - Mount Aso - Asia - Japan - Island of Kyushu, Kumamoto Prefecture - qui n'avait pas bougé depuis 80 000 ans (~80,000 years ago) et qui a bougé le 28.02.2011.
  
  

Volcans Japon.JPG


  
En tant que simple profane, quand vous voyez 3 volcans qui se réveillent sur une période courte de quelques semaines, après des milliers d'années d'endormissement, cela ne vous aurait-il pas frappé ?

Nous supposons que oui, comme nous l'avons remarqué a postériori. Mais ce n'est pas notre travail de surveiller les volcans et on se demande ce que fichaient les spécialistes pour ne pas relever ces faits et alerter les autorités japonaises des risques qui étaient encourus par les populations en cas de tremblement de terre et de tsunami. Surtout que la région du Japon est exposée aux tremblements de terre et aux tsunamis.
  
Cette carence des scientifiques est impardonnable car ils auraient pu prévoir à l'avance, soit depuis le 6 février 2011, le tremblement de Terre et le tsunami, et prévenir les autorités japonaises afin qu'elles puissent prendre des mesures et des précautions pour leurs centrales nucléaires.
  
A moins que les élites qui considèrent que nous sommes trop nombreux sur la planète aient volontairement laissé faire pour en débarrasser quelques milliers d'un seul coup et avoir les moyens de faire du pognon, en reconstruisant tout ce qui a été détruit.
  
Voir la carte des désastres enregistrés journellement dans le monde.
 
La carte complète dont nous avons extrait la preuve que les 3 volcans s'étaient réveillés à quelques jours d'intervalle.
 

Volcans Japon2.JPG


 

12/03/2011

Eruption volcanique au Japon

Publié : le 11/03/2011 par Benji

Une catastrophe n’arrive jamais seule, l’activité sismique au Japon a atteint des sommets et plusieurs éruptions ont eu lieu comme vous pouvez le constater sur la vidéo ci-dessous:

 

http://www.youtube.com/watch?v=3ilZF3rjCpY&feature=player_embedded

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


D'autres séismes en Chine et en Russie, les volcans se réveillent


Publié : le 11/03/2011 par Benji

Le séisme japonais s’est combiné avec un tsunami et les éruptions de plusieurs volcans, la catastrophe est sans précédent, d’une ampleur tragique, pourtant il y a eu d’autres secousses sismiques qui sont restées plus discrètes, complètement occultées alors qu’elles sont à prendre en compte elles aussi. Il y a eu jeudi un séisme en Chine:

http://anglingatlas.com/wp-content/uploads/2009/08/vulkan_tours_kamchatka.jpg

Les secouristes poursuivent vendredi leur recherche de survivants suite à un séisme modéré qui a secoué jeudi un bourg densément peuplé, dans le sud-ouest de la Chine.Le séisme de magnitude 5,8, qui a frappé le district de Yingjiang de la province du Yunnan près de la frontière avec le Myanmar, a fait 25 morts et 250 autres blessés.

Le district de Yingjiang possède une population de 300 000 personnes et abrite de nombreux groupes ethniques.

La victime la plus jeune était âgée de 3 ans. Cinq élèves sont également morts, et 134 personnes ont été grièvement blessées.

Le séisme a aussi détruit plus de 18 000 maisons et endommagé environ 50 000 autres.

Les secouristes ont été appelés pour rechercher tous les survivants dans les bâtiments endommagés.

Plus de 6 100 personnes, dont des soldats, des agents de police, du personnel médical et des civils, ont participé aux opérations de secours, sauvant au moins 40 personnes bloquées et 200 blessés ont été envoyés à l’hôpital.

Les gouvernements provincial et local ont alloué 23 millions de yuans (3,49 millions de dollars) d’aide d’urgence pour les zones sinistrées.

Le séisme a d’abord secoué le district à 12H58 jeudi, suivi par sept répliques mesurant au plus 4,7 degrés sur l’échelle ouverte de Richter.

Source: french.cri.cn

En Russie un volcan du Kamchatka s’est ouvert en deux et des secousses sismiques se sont fait sentir simultanément, coup du sort, c’est arrivé en même temps que le tremblement de terre japonais:

Dans l’Extrême-Orient russe, il ya eu une forte éruption volcanique. L’air a un grand nuage de poussière volcanique, qui peut constituent une menace pour la circulation aérienne dans la région. Dans les deux cas, volcans qui menaçait l’éclosion de plusieurs jours, voire des mois.

Comment faire pour mettre en garde les experts locaux, la poussière peut augmenter même à une hauteur de sept kilomètres.

Les xxplosions étaient accompagnés de légers tremblements de terre. Russie surveillance des activités de services, cependant, les cônes en sorte que les mesures mises en œuvre garantir la sécurité des habitants de villes voisines.

Selon les médias russes rapports les premiers nuages couvertes de poussière de la ville d’Oust-Kamczatsk. Plus de cinq mille personnes sont forcées rester à la maison. Les autorités ont recommandé l’interdiction stricte l’ouverture des fenêtres. La population, cependant, n’a pas été évacués, et les experts disent que la poussière ne constitue pas un grand danger. Malgré cela, à partir du jeudi, tous les bureaux institutions et organismes publics ont suspendu les travaux – sauf dans les cas extraordinaires. Pour un temps limité également des routes fermées dans la région.

Source: wiadomosci.dziennik.pl

http://lesmoutonsenrages.wordpress.com/2011/03/11/dautres...