Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2011

La hausse du niveau de la mer Méditerranée est en l'accélération

Nous  vous  demandons d'être attentifs à cette indication, car la montée brusque des mers et des océans  sera l'un des facteurs  avec  l'approche d'un astéroïde pour provoquer l'inversion des pôles magnétiques. Tous ces éléments semblent se réunir actuellement selon les recherches que nous avons faites.

Voir l'article précédent : ICI

« Les changements dans le moment d'inertie de la terre, provoqués par la redistribution de l'eau de mer des tropiques à la glace dans les hautes latitudes, couple l'énergie de la rotation de la Terre en convection dans le liquide du coeur. Ce mécanisme peut contribuer à fournir l'énergie motrice pour la dynamo de la terre. Des changements suffisamment rapides du niveau des océans peuvent perturber la dynamo, résultant (dans la moitié des cas) dans une inversion du champ magnétique terrestre. Le modèle peut rendre compte de la mystérieuse corrélation précédemment signalée entre les inversions géomagnétiques et des extinctions de masse. »

La hausse du niveau de la mer Méditerranée est en l'accélération.
Depuis  le  début  du  21ème siècle le niveau a déjà augmenté de 20 centimètres.

 
Traduction Google de l'article :
 
The rise in sea level of the Mediterranean is accelerating
 

 25   février 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur cette image, les scientifiques prélèvent des échantillons au cours de la campagne RADMED. Crédit: BIE

 

À la fin du 20e siècle, l'élévation du niveau marin de la mer Méditerranée a été plus faible que dans le reste du monde en raison de la pression atmosphérique, mais depuis le début du 21e siècle au niveau de la Méditerranée ont repris le rythme et semblent s'accélérer. Cela a été démontré par les résultats mis à jour de la deuxième édition du livre Cambio Climático en el Mediterráneo Español (changement climatique en Méditerranée espagnole).

  

"Le niveau de la mer en Méditerranée a augmenté entre 1 et 1,5 millimètres chaque année depuis 1943, mais cela ne semble pas se poursuivre, car il semble maintenant que la vitesse à laquelle il se lève s'accélère", Manuel Vargas Yáñez, auteur principal du livre Cambio en el Mediterráneo Climático Español, et chercheur à l'Institut espagnol d'océanographie (IEO), raconte SINC.
 

La publication, qui, dans sa deuxième édition comprend, pour la première fois, les chiffres du climat de 1943 à 2008 en utilisant un système d'observation maritime qui est unique en Espagne et pionnier en Europe, confirme que la Méditerranée est de plus en plus chaude. Sa salinité est également en augmentation, et la montée du niveau des mers s'accélère. Depuis le début du 21ème siècle le niveau a déjà augmenté de 20 centimètres.

Cependant, "au cours des trois dernières années, qui ont été ajoutés à l'étude (2005 à 2008) la hausse des températures a été plus lent qu'à la fin du 20e siècle, lorsque la température de la mer a augmenté de manière significative", souligne Vargas Yáñez, qui insiste sur la nécessité d'étudier de longues séries de chiffres pour montrer l'impact du  en Méditerranée.

Selon le livre, a présenté aujourd'hui à Malaga par la Fondation espagnole pour la Science et de la technologie (FECYT) et le BIE pour marquer le troisième anniversaire de SINC, les changements survenus dans les températures ne sont pas seulement dues aux effets du changement climatique, mais aussi naturel et "normal" des changements atmosphériques. "Ce sont des changements qui sont toujours qui va se passer, l'atmosphère et les océans sont des systèmes chaotiques", explique l'expert.

Quelque chose que les êtres humains ne peuvent plus éviter

Sur la couche de surface de la mer, la température a augmenté tout au long du 20e siècle à un niveau similaire à celui de l'air, en d'autres termes à peu près 0,7 ou 0,8 º C. "Il est à la hausse à une vitesse de près de un degré par siècle, mais il n'est pas possible d'extrapoler pour le 21e siècle, car il dépend de ce que les êtres humains font et ne répond qu'aux lois de la nature", explique-Yáñez Vargas.

Même si les hommes étaient à rejeter moins de CO2 dans l'atmosphère au cours de ce siècle, les pays émergents ont à réduire leurs émissions, et la combustion de combustibles fossiles a diminué et l'économie verte ont été promus, "à court terme, les températures continuent à augmenter", conclut le scientifique.

"Le climat de la Terre connaît l'inertie dans une certaine mesure. Même si nous avons diminué les émissions de gaz à effet de serre aux niveaux des années 1990, au cours des 30 prochaines années, la hausse des températures et  se poursuivra au même niveau que si nous n'avons rien fait ", le physicien fait remarquer, qui ajoute, néanmoins, que« l'avenir n'est pas gravé dans la pierre, et nous pouvons encore prendre des mesures pour y remédier ".

Vargas Yáñez et son équipe de continuer à mettre à jour les chiffres du climat méditerranéen pour l'année après année, consolidant ainsi le système d'observation et de surveillance. La prochaine étape sera de présenter un rapport qui est similaire mais «plus multidisciplinaire", et qui comprend une étude de l'impact du changement climatique sur les écosystèmes de la Méditerranée.

Plus d'informations: Manuel Vargas Yáñez, et al. «Cambio en el Mediterráneo Climático Español" actualizada edición Segunda. Instituto Español de Oceanografia, 2011.

Fourni par FECYT - Fondation espagnole pour la Science et de la technologie

 http://www.physorg.com/news/2011-02-sea-mediterranean.html


26/02/2011

Un site du Département de l'Énergie qui rend accessible des publications scientifiques étonnantes...

Soyez attentifs aux liens qui existent entre le niveau des mers et des océans et l'inversion des pôles magnétiques terrestres. La Terre fonctionne exactement comme une cellule dont l'eau participe à réaliser le phénomène de l'électrolyse, l'eau étant par ailleurs, le meilleur vecteur ou support des informations.

 

Conclusions : avec la fonte des banquises  et des glaciers, le niveau des mers et des océans est en train de monter, ce qui participera au phénomène de l'inversion des pôles magnétiques terrestres, entre autres facteurs de l'inversion. Les banquises fondant considérablement depuis quelques années, il est donc normal que les pôles magnétiques aient accéléré leur déplacement.

 

 

5 février 2011

Je viens de mettre la main sur un site du Département de l'Énergie (DOE), où nous pouvons faire des recherches ciblées sur de très nombreux sujets. L'accès aux centaines de milliers de documents est public et je dois dire que c'est tout à fait étonnant! Si vous lisez l'anglais, tapez un mot-clé comme AÉROSOL, HAARP, GEOMAGNETIC REVERSALS, NEW MADRID FAULT, dans l'espace de recherche à droite et regardez bien ce que vous allez découvrir…

Empressez-vous de faire vos recherches et de télécharger les documents avant que l'accès devienne limité…

http://www.osti.gov/bridge/index.jsp

Un avant-goût de ce que vous trouverez sur ce site:

« Changes in the moment of inertia of the earth, brought about by the redistribution of ocean water from the tropics to ice at high latitudes, couple energy from the spin of the earth into convection in the liquid core. This mechanism may help provide the driving energy for the earth's dynamo. Sufficiently rapid ocean level changes can disrupt the dynamo, resulting (in half of the cases) in a geomagnetic field reversal. The model can account for the previously mysterious correlation reported between geomagnetic reversals and mass extinctions. »

« Les changements dans le moment d'inertie de la terre, provoqués par la redistribution de l'eau de mer des tropiques à la glace dans les hautes latitudes, couple l'énergie de la rotation de la Terre en convection dans le liquide du coeur. Ce mécanisme peut contribuer à fournir l'énergie motrice pour la dynamo de la terre. Des changements suffisamment rapides du niveau des océans peuvent perturber la dynamo, résultant (dans la moitié des cas) dans une inversion du champ magnétique terrestre. Le modèle peut rendre compte de la mystérieuse corrélation précédemment signalée entre les inversions géomagnétiques et des extinctions de masse. »

http://www.osti.gov/bridge/product.biblio.jsp?query_id=2&...

Lisez aussi ce document du Département de la Défense, vous serez sidérés…

Space Operations: Through The Looking Glass (Global Area Strike System)

http://csat.au.af.mil/2025/volume3/vol3ch14.pdf

Source: consciencedupeuple2007

http://infoguerilla.fr/?p=7977

 

Gare au prochain maximum solaire

  

24 février 2011

La Presse

* Cette information n'est pas nouvelle, elle a été publiée en juin 2010 suite à un communiqué de la NASA.  Vous trouverez les liens en bas de page.  Les articles portent des titres plutôt évocateurs:  "la grande dévastation" et "un armageddon électronique"...

 

(Washington) Le prochain maximum solaire pourrait causer jusqu'à 2000 milliards de dollars de dommages, a affirmé un haut fonctionnaire britannique le week-end dernier, au congrès annuel de l'Association américaine pour l'avancement de la science (AAAS), à Washington. L'activité solaire, qui atteindra son sommet en 2013, a le potentiel d'un Katrina mondial, a renchéri le responsable américain de la météorologie spatiale.

 

Les tempêtes solaires suivent un cycle d'une dizaine d'années. Il s'agit d'éruptions à la surface du Soleil qui envoient vers la Terre des particules chargées, lesquelles endommagent les circuits électroniques, un peu comme une explosion nucléaire.

 

«Quand a eu lieu le dernier maximum, en 2003, nous n'étions pas aussi dépendants des satellites, par exemple du GPS, a dit John Beddington, conseiller scientifique du gouvernement britannique. Le potentiel de problèmes est beaucoup plus grand.»

 

Le Canada a déjà été touché par des tempêtes solaires. En 1989, Hydro-Québec a subi une panne nationale de neuf heures. En 1994, deux satellites de télécommunications canadiens ont été endommagés. On a pu les réparer, mais dans le cas de l'un d'eux, il a fallu 6 mois et plus de 50 millions de dollars. Les lignes électriques sont mieux protégées contre les tempêtes solaires, qui endommagent les relais électroniques des lignes de transport, mais l'activité solaire pourrait dépasser les prévisions, selon M. Beddington, économiste spécialisé en gestion. En 1859, au cours d'une tempête solaire trois fois plus forte que celle de 1989, les télégraphistes avaient pu transmettre des messages sans utiliser de courant.

 

Le 15 février, la tempête la plus forte en quatre ans a forcé une dizaine de vols qui devaient passer par le pôle Nord à changer d'itinéraire et des aurores boréales particulièrement fortes ont été remarquées dans le nord du Canada. Les pays nordiques sont particulièrement touchés par les tempêtes solaires.

 

La Commission européenne (CE) a récemment fait un sondage auprès d'entreprises à propos de l'impact qu'aurait sur leurs activités des problèmes de GPS dus au maximum solaire.

 

«Presque aucune n'avait réalisé qu'elle pouvait être touchée par une tempête solaire», a dit Stephan Lechner, de l'Institut pour la protection et la sécurité du citoyen de la CE. «Les industriels pensent que cela ne concerne que les sociétés aérospatiales.»

 

En 2003, les tempêtes ont été assez fortes pour endommager irrémédiablement un satellite de 640 millions de dollars de la NASA, qui a demandé aux astronautes de la Station spatiale de se mettre à l'abri. Une portion du système de contrôle aérien américain a été hors d'usage pendant 30 heures.

 

«Heureusement, les pires effets surviennent de 10 à 30 heures après une éruption solaire», a indiqué Thomas Bogdan, directeur du Centre de prévision de la météo spatiale au Colorado. «Ça nous donne un délai pour protéger les équipements et avertir la population.» Les satellites géostationnaires peuvent être touchés plus tôt par des particules plus rapides mais inoffensives pour la Terre.

 

Depuis l'an dernier, le satellite spatial Kepler scrute 150 000 étoiles pour détecter des exoplanètes. Jusqu'à maintenant, il n'a réussi à ajouter qu'une demi-douzaine de corps célestes à la liste des planètes situées dans d'autres systèmes solaires (en plus de 150 candidates à confirmer). Mais d'ici trois ans et demi, Kepler détectera des planètes similaires à la Terre. À l'AAAS, le week-end dernier, des astronomes ont expliqué que, déjà, Kepler révolutionne notre compréhension de la formation des planètes.

 

«Les planètes que nous avons observées jusqu'à maintenant sont situées très près de leur soleil, avec des orbites de moins de six mois, explique Sara Seager, du Massachusetts Institute of Technology. Certaines étoiles ont cinq, six planètes aussi proches d'elles. Nous ne pensions pas que c'était possible. Nous avons aussi observé des géantes gazeuses comme Jupiter, qui est située beaucoup plus loin de notre Soleil. Avant, nous n'avions que notre système solaire pour théoriser sur la formation des planètes.

 

Source:

http://www.cyberpresse.ca/sciences/astronomie-et-espace/2... 

 

Telegraph:

http://www.telegraph.co.uk/science/space/7819201/Nasa-war...

 

Fox News:

http://www.foxnews.com/scitech/2010/06/10/electronic-arma...

http://consciencedupeuple2007.blog.mongenie.com/index.php...

 

22/02/2011

Les Etats-Unis doivent prendre au sérieux la menace de tempête spatiale, avertissent les experts

An X2.2 flare erupted from the sun

Nous avons tous eu l'impression que depuis le 19 février 2011, date à laquelle le nuage de plasma devait toucher la Terre d'avoir loupé une information.

Silence radio apparemment sur les conséquences terrestres produites par l'explosion solaire du 14 février 2011.

Mais si l'on ne nous dit rien, nous sommes obligés de constater que la
 
NOAA  a lancé une alerte concernant les dangers des tempêtes spatiales et solaires, et que des millions d'animaux sont morts au cours de ces derniers jours dans le monde, dont :

5 millions d'animaux aquatiques meurent dans la rivière Mara au Kenya
http://lesmoutonsenrages.wordpress.com/2011/02/20/5-milli...

Ces morts sont imputées à des produits chimiques "agricoles" qui auraient été déversés dans la riviére. Nous trouvons curieux que cet évènement se produise maintenant, durant cette période d'éruptions solaires auxquelles les animaux sont très sensibles. Si usage des produits chimiques agricoles, il devait y avoir, ces catastrophes se seraient produites bien avant et non pas seulement, juste durant cette période. Néanmoins, si les animaux en meurent, et s'agissant de produits chimiques 'agricoles', nous vous laissons imaginer les dégâts sur la santé humaine.

Mais, il y a aussi d'autres morts d'animaux durant la même période qui ne peuvent pas être imputés aux produits chimiques, à savoir :

Une centaine de baleines mortes échouées en Nouvelle Zélande
http://www.clicanoo.re/11-actualites/33-mers-et-oceans/274168-une-centaine-de-baleines-mortes.html


107 pilot whales die after mass stranding on remote New Zealand beach
http://www.dailymail.co.uk/news/article-1359055/107-pilot...
Traduction Google : ICI :

Beaucoup de merles trouvés morts en Ukraine qui laissent perplexes les scientifiques Ukrainiens
http://www.upi.com/Science_News/2011/02/19/Many-blackbird...
Traduction Google : ICI
   
Et voici à présent les avertissements lancés par la NOAA .
 

Voir notre article précédent ci-dessous :

La NASA prévoit une grande dévastation pour 2012/2013
http://www.lepouvoirmondial.com/archive/2010/06/18/la-nas...

Nasa warns solar flares from 'huge space storm' will cause devastation
http://www.telegraph.co.uk/science/space/7819201/Nasa-war...
Traduction Google : ICI

 La vidéo parue sur le Telegraph le 15 juin 2010

Nasa scientist warns of 'awakening' of the sun

7:45AM BST 15 Jun 2010

The Director of Nasa's Heliophysics division, Richard Fisher, warns that an increase in the sun's activity - likely to happen over the next few years - could have potentially dangerous consequences.


http://www.telegraph.co.uk/science/science-video/7828227/...

U.S. Must Take Space Storm Threat Seriously, Experts Warn
Les Etats-Unis doivent prendre au sérieux la menace de tempête spatiale, avertissent les experts

by Clara Moskowitz, SPACE.com Senior Writer

An X2.2 flare erupted from the sun

An X2.2 flare erupted from the sun's active region 1158 (at lower right) at about 0150 UT or 8:50 pm ET on Feb. 14, 2011.
CREDIT: NASA/SDO/GFSC
 

Traduction Google : ICI


Citation :
WASHINGTON - Space weather could pose serious problems here on Earth in the coming years, the chief of the National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) said Saturday (Feb. 19).
A severe solar storm has the potential to take down telecommunications and power grids, and the country needs to work on being better prepared, said NOAA administrator Jane Lubchenco here at the annual meeting of the American Association for the Advancement of Science. [...]
"This is not a matter of if, it's simply a matter of when and how big," Lubchenco said of the potential for a dangerous solar flare. "We have every reason to expect we're going to be seeing more space weather in the coming years, and it behooves us to be smart and be prepared." [...]
"I think the events of this week certainly underscore how important it is for us to be paying attention to space weather and to be prepared to respond to, and mitigate, potential impacts," Lubchenco said. "As we enter into a period of enhanced solar activity it seems pretty clear that we are going to be looking at the possibility of not only more solar events but also the possibility of some very strong events." [...]

Trad. approx. de l'extrait d'article ci-dessus:
Les Etats-Unis doivent prendre au sérieux la menace de tempête spatiale, avertissent les experts.
19 Février 2011
Washington - Lors de la  réunion annuelle de l'American Association for the Advancement of Science le samedi 19 février, Jane Lubchenco, responsable du NOAA, a annoncé que la météo spatiale pourrait poser de sérieux problèmes sur Terre dans les années à venir. "Il n'est pas question de savoir si, il est simplement question de quand et de quelle force" a dit Mme Lubchenco à propos de la possibilité d'une éruption solaire dangereuse. "Nous avons toutes les raisons de nous attendre à en voir plus dans les années à venir, et il nous appartient d'être bien préparés.", a-t-elle déclaré. [...] Elle a ajouté : "Je pense que les événements de cette semaine ont certes souligné à quel point il est important pour nous de faire attention à la météo spatiale et d'être prêts à répondre et à atténuer les impacts potentiels". "Alors que nous entrons dans une période d'activité solaire accrue, il semble tout à fait clair que nous allons devoir examiner la possibilité de non seulement plus d'événements solaires mais aussi la possibilité de quelques événements très forts."

20/02/2011

Voie lactée: un nombre astronomique de planètes

Oui, vous avez bien lu, 50 milliards de planètes flottent dans la Voie lactée et 100 milliards d'étoiles (soleils) y  brillent et avec tout cela, nous serions les seuls êtres à peupler la Terre.

Vous verrez en bas l'article que William Borucki soutient que les nouveaux calculs de son équipe soulèvent un nombre astronomique de questions à propos de la vie ailleurs dans l'univers.

«La prochaine question est pourquoi ne nous ont-ils pas visités ?», a-t-il affirmé.

Et la réponse?

«Je ne sais pas», a-t-il répondu.

Bien sûr, nous allons les croire qu'ils ne ont pas visités. Les écrits sumériens et ceux dits sacrés ne parlent que cela : des Grands Dieux venus de l'Espace, et tous les pays du monde ont imposé le secret défense sur le dossier ET et Ovnis. C'est sûrement pour rendre secrets des dossiers vides !

Les Illuminati-reptiliens (Les Grands Gris) ne sont-ils pas les promoteurs du Nouvel Ordre Mondial et de l'Unique religion mondiale, une idéologie millénaire qui leur tient à coeur ?

 

ETH BORENSTEIN, THE ASSOCIATED PRESS

Publié: 19 février 2011 18:08
Mis à jour: 19 février 2011 19:00
WASHINGTON - Au moins 50 milliards de planètes flottent dans la Voie lactée, selon le premier recensement du genre effectué par des scientifiques.

Selon ces estimations, au moins 500 millions d'entre elles se situeraient dans des zones ni trop chaudes, ni trop froides, et pourraient donc abriter une forme de vie.

Ces données sont issues d'une extrapolation des recherches préliminaires effectuées par la NASA grâce au téléscope spatial Kepler.

Le responsable scientifique William Borucki a affirmé que ses confrères avaient pris en compte le nombre de planètes découvertes pendant la première année de recherche de son équipe, pour ensuite estimer le nombre de planète qui tournent autour de chaque étoile brillant dans la galaxie.

Jusqu'à maintenant, Kepler a trouvé 1235 planètes, dont 54 se trouvent dans une zone où la vie pourrait exister. La mission fondamentale du téléscope spatial n'est pas de se pencher sur les planètes de façon individuelle, mais plutôt de tenter de dénombrer le nombre de planètes existant dans la Voie lactée et la proportion qui sont habitables.

Selon M. Borucki et son équipe, une étoile sur deux a une planète dans son orbite et les planètes d'une étoile sur 200 se trouvent dans une zone propice à l'éclosion d'une forme de vie. Ils ont annoncé ces découvertes dans le cadre de la rencontre annuelle de l'Association américaine pour l'innovation dans la science.

Il s'agit de chiffre conservateurs car certaines étoiles peuvent, comme le Soleil, avoir plus d'une planète.

Kepler n'a pas non plus encore la portée nécessaire pour détecter les planètes qui se situent loin de leur étoile. C'est notamment le cas de la terre, qui n'aurait qu'une chance sur 8 d'être détectée par Kepler si le téléscope était placé à 1000 années-lumières du système solaire.

Pendant plusieurs années, les scientifiques estimaient à 100 milliards le nombre d'étoiles brillant dans la Voie lactée, mais l'an dernier, un expert de l'Université Yale a placé son estimation à 300 milliards d'étoiles.

Et il ne s'agit que de notre galaxie. Les scientifiques croient qu'il existe quelque 100 milliards de galaxies dans l'univers.

William Borucki soutient que les nouveaux calculs de son équipe soulèvent un nombre astronomique de questions à propos de la vie ailleurs dans l'univers.

«La prochaine question est pourquoi ne nous ont-ils pas visités ?», a-t-il affirmé.

Et la réponse?

«Je ne sais pas», a-t-il répondu.

http://www.journalmetro.com/linfo/article/778525--voie-la...