Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2015

Gaza : Musique de Guerre

Admirables de courage tous ces enfants, dans un contexte de guerre permanente !

Gaza : Musique de Guerre

13 oct. 2015, 13:36

RT va visiter une école de musique à Gaza, au moment où les élèves préparent le concert de fin d’année.
 
Bien qu’impuissante à faire reculer la violence, la musique leur permet tout de même de garder l’espoir qu’un jour ce conflit prenne fin.Même si Gaza est une zone de conflit, il faut bien que la vie quotidienne de ses habitants continue. Pour de nombreux enfants qui ont grandi dans un climat de violence dès leur plus jeune âge, la musique est devenue une importante source de réconfort.
 
RT va visiter une école de musique à Gaza au moment où les élèves préparent le concert de fin d’année. Leur expérience de la guerre les unit tout comme leur passion pour la musique. Ils ont survécu aux destructions, enduré l’horreur des bombardements et vu la mort de près. Certains l’ont regardée en face. Bien qu’impuissante à faire reculer la violence, la musique leur permet même de garder l’espoir qu’un jour ce conflit prendra fin.
 

COP 21, projet de réduction massive de la population mondiale (Vidéos)

Voir aussi :

COP 21, projet de réduction massive de la population mondiale

Habitants du Népal

La COP 21 n'est pas un bien absolu. Le mouvement "Solidarité et progrès" est le seul à dénoncer la conférence sur le climat, sur laquelle les autorités françaises misent beaucoup.

Nous avons demandé à Christine Bierre de nous expliquer en quoi les négociations pourraient conduire à des conséquences néfastes et dangereuses.

La COP 21 n'a pas tellement pour objectif la protection de la planète, mais un "plongeon massif de la population actuelle de sept milliards à un milliard seulement", parce que " l'économie fondée sur les énergies renouvelables ne pourra accueillir qu'un milliard d'individus sur la Terre". Christine Bierre témoigne: "On dit, par exemple que s'il y a des changements climatiques, c'est à cause du travail de l'homme et non pas des cycles galactiques, des cycles solaires, des cycles terrestres qui ont toujours été à l'origine des changements climatiques. Si cette théorie est vraie, cela veut dire qu'il faut réduire la production de l'homme. On propose alors de sortir des énergies fossiles et du nucléaire pour aller, d'ici 2050, vers les énergies renouvelables. Mais ces énergies renouvelables produisent beaucoup moins que les énergies fossiles et le nucléaire. Si on va vers une économie qui est fondée sur les énergies renouvelables, cette économie-là ne pourrait soutenir et accueillir qu'environ un milliard d'individus sur la planète. Or, aujourd'hui, nous sommes sept milliards et nous allons vers beaucoup plus."


La terrible idée de réduire la population de la Terre a été ouvertement proclamée par le prince Philip d'Edimbourg et l'un de ses plus proches collaborateurs, Martin Palmer, secrétaire général de l'ARC (Alliance pour la religion et la conservation) qui est parmi les quatre organisateurs du sommet de la Conscience qui vient d'avoir lieu à Paris, les 20-21 juillet. En 1987, il a écrit un livre intitulé "Si j'étais un animal", dans lequel il dit que s'il était un animal, il aurait souhaité d'être réincarné en un virus mortel pour réduire la population "afin de contribuer de quelque manière à résoudre le problème de la surpopulation". Précédemment, en 1981, dans une interview à People Magazine, il s'est opposé au programme des Nations unies sur la lutte contre le paludisme au Sri Lanka parce que celui-ci avait abouti à doubler la population en 20 ans. Et il a dit: "Nous n'avons pas de choix, si la croissance démographique n'est pas limitée de façon volontaire, elle le sera involontairement par l'expansion des maladies, de la famine et de la guerre" se rappelle Christine Bierre.

Cette idéologie cible principalement les pays des BRICS et les pays émergents, continue-elle. "Lors du sommet de Copenhague, en 2009, l'Inde, la Chine et d'autres pays émergents avaient complètement refusé d'adopter les règles censées lutter contre le réchauffement climatique. Ils avaient dit que, pour eux, ce qui passait, d'abord, c'était le développement des populations". Or, les Etats-Unis, un des plus grands pollueurs au monde, ne sont pas du tout menacés: "Lorsqu'on est à la tête du monde, on n'est pas obligé de suivre ses propres lois."Or, les changements climatiques ont toujours eu lieu. En fait, la température a commencé à augmenter en 1695, précise Christine Bierre, parce que le soleil a eu une activité magnétique beaucoup plus importante. "Entre 1695 et aujourd'hui, il y a eu une augmentation de température d'à peu près un degré. Ce n'est pas énorme. Entre temps, l'activité humaine s'est développée massivement. Depuis 2000 il y a plutôt une tendance à la baisse, un petit refroidissement qui a eu lieu entre 1940 et 1970 ". Cela veut dire qu'il faut étudier beaucoup plus les causes des changements de température sur notre planète (mouvements galactiques, activité solaire et autre) qui ne sont pas du tout l'effet de l'activité humaine.

 L'avenir de la population mondiale n'est pas terne aux yeux de Christine Bierre qui reste optimiste: "Je pense que, pour toutes ces raisons, il est extrêmement important de dénoncer ce qui se passe. Si les ressources naturelles sont limitées, la capacité de l'homme ne l'est pas, ainsi que sa créativité, sa faculté de découvrir de nouvelles ressources, de nouvelles technologies qui ont toujours permis à l'homme de passer d'une population moindre à une intensité de population plus grande, à sept milliards et plus aujourd'hui".

Le plan des élites pour la dépopulation mondiale


COP21 : Nouvel Ordre Mondial, Eugénisme et agenda mondial de dépopulation

Déportations, abus de droits : la situation des réfugiés syriens en Turquie dénoncée par Amnesty

Voilà ce que nous fait financer l'UE, les mercenaires de DAESH amis de la Turquie qui alimente leurs mercenaires en Syrie, avec l'argent de l'UE et du pétrole volé en Syrie, les déportations, les violences, les tabassages et les violations des droits des syriens, en Turquie.

Ensuite, ils viendront nous dire qu'il est impératif que Bachar Al-Assad quitte son poste de Président, car il serait à l'origine du massacre de ses propres ressortissants.

Donc, si nous comprenons bien, Erdogan, prend l'argent de l'UE pour soi-disant accueillir les réfugiés syriens, mais avec cet argent, il finance ses mercenaires qui font fuir les Syriens en Turquie et ailleurs, et qui les met en danger en les forçant à retourner en Syrie, après que la Turquie ait encaissé l'argent de l'UE ! C'est donc, sans fin, tant que l'UE ne prendra pas de mesures pour faire arrêter les crimes d'Erdogan.

 

Déportations, abus de droits : la situation des réfugiés syriens en Turquie dénoncée par Amnesty

Dans un nouveau rapport publié par l’organisation pour les droits de l’Homme Amnesty International, on apprend que des dizaines de réfugiés syriens ont été déportés vers leur pays natal par les autorités turques.

«Les réfugiés en Turquie font face de plus en plus souvent à une détention arbitraire et à un retour forcé en Syrie», a annoncé vendredi l’analyste pour la Turquie chez Amnesty International Andrew Gardner, cité par The Guardian. D’après l’enquête de l’ONG, près de 80 réfugiés syriens qui ont été détenus dans le centre à Erzurum ont été expatriés, en violation du principe du droit international de non-refoulement, qui interdit aux pays de forcer les réfugiés des zones de conflit à revenir là où leur vies sont en danger.

En plus, 50 autres réfugiés sont détenus dans ce centre financé par l’UE, suite à leur participation dans des protestation pacifiques contre l’interdiction de leur entrée en Grèce en septembre. Tous ces réfugiés sont également susceptibles d’être déportés.

Les migrants qui se trouvent dans le centre de détention n’ont accès à aucun moyen de communication, incapables d’informer les membres de leurs familles de leur sort, dénonce Amnesty. Dans son rapport, l’organisation cite également plusieurs cas d’usage de le violence et de tabassages sur les détenus, en notant qu’ils étaient forcés à signer les documents stipulant qu’ils quittaient la Turquie de leur propre gré.

En savoir plus : Les garde-côtes grecs auraient fait couler un bateau avec des réfugiés à bord (VIDEO)

«Mais ces retours ne sont pas du tout volontaires», a indiqué Andrew Gardner. «Certaines personnes nous ont avoué ne pas comprendre tout simplement ce qu’ils écrivaient, alors que d’autres étaient enfermés dans une pièce jusqu’à ce qu’ils acceptent», a expliqué l’expert.

Les réfugiés qui se trouvaient dans le centre n’avaient pas non plus accès aux services légaux, ce qui rend impossible pour eux de s’adresser à la justice pour mettre en question leur déportation.

En 2013, la Turquie avait déjà déporté des centaines de réfugiés syriens suite à de violentes protestations dans un camp pour migrants dans la province de Şanlıurfa.

En savoir plus : Incapable de gérer les flux migratoires, l’UE s’en remet à la Turquie et à l’Afrique

Plus de 2,2 millions de réfugiés sont actuellement accueillis en Turquie, plus que tout autre pays au monde, ce qui lui a valu le soutien de la communauté internationale. Cependant, les ONG continuent d’accuser Ankara de violations du principe de non-refoulement, en répertoriant plusieurs cas de violences, tirs et refus d’accès à la frontière turco-syrienne.

 

Lavrov : la Russie suspend le régime sans visa avec la Turquie dès le 1er janvier 2016

Voici, une réaction saine de la part de Moscou de suspendre le régime sans visa entre la Turquie et la Russie pour éviter l'entrée des mercenaires de DAESH en Russie, pendant que l'UE entend offrir le régime du sans visa à la Turquie et lui propose d'entrer dans l'UE pour que nous soyons envahis par leurs mercenaires qui viendront commettre des attentats sur commande en Europe ! 

 

Lavrov : la Russie suspend le régime sans visa avec la Turquie dès le 1er janvier 2016

Au lendemain de la rencontre entre François Hollande et Vladimir Poutine sur la question de lutte antiterroriste, le chef de la diplomatie russe a reçu à Moscou son homologue syrien Walid al-Mouallem pour des négociations portant sur le même sujet.

Moscou a décidé de suspendre le régime sans visa actuellement en vigueur entre la Russie et la Turquie dès le 1er janvier 2016, a annoncé le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d’un point de presse conjoint avec Walid al-Mouallem. Sergueï Lavrov a cité de «réels risques sur la sécurité émanant de ce pays», pour justifier l’adoption d’une telle mesure.

Le responsable a également souligné que Moscou commence à avoir des doutes sur la sincérité de la Turquie quant à son aspiration à éliminer la menace terroriste.

«De plus en plus de questions s’accumulent sur les vraies intentions d’Ankara et sur le degré de son intérêt réel à l’éradication du terrorisme, y compris en Syrie, et à la normalisation de la situation dans ce pays», a dit le ministre devant les journalistes.

En savoir plus : Combien pourrait coûter un conflit entre la Russie et la Turquie ?

La Russie considère comme «un sommet de cynisme lorsque des pays qui affirment combattre Daesh mènent en vérité leur propre jeu, où les terroriste ont en fait le rôle d’alliés», a déclaré le diplomate.

«Je pensais qu’il n’y avait qu’un seul pays au monde à se croire au-dessus des lois et à s’affranchir du droit international. Il s’avère maintenant qu’il y en a au moins deux», a ajouté Sergueï Lavrov, en commentant la position d’Ankara concernant l’incident avec l’avion russe.

 

 

Le ministre a finalement espéré que la «duplicité et l’inadéquation de cette position est évidente aux yeux du monde entier», en rappelant qu’Ankara a d’abord déclaré qu’elle aurait agi différemment si elle savait qu’il s’agissait d’un avion russe, pour ensuite affirmer qu’elle fera de même si quiconque viole de nouveau son espace aérien.

Lire aussi : Avec Erdogan, en route vers la Troisieme Guerre mondiale ?

Mardi 24 novembre, un bombardier russe Su-24 a été abattu par la Turquie à la frontière syrienne. Ankara prétend que celui-ci avait violé son espace aérien, ce que nie résolument la Russie. L’un des pilotes a été tué par des rebelles syriens après avoir déclenché son parachute. Le second a lui été sauvé puis acheminé vers la base aérienne de Khmeimim.