Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2015

France : GFI Informatique, repris par un groupe qatarien

Scandaleux !

La France vendue au Qatar !

Le communiqué de Presse sur le site de Gfi Informatique.

 

 

GFI Informatique, repris par un groupe qatarien


Le groupe diversifié qatarien Mannai Corporation est sur le point de prendre 51 % du capital et des droits de vote de la société de services informatiques française GFI Informatique.

GFI Informatique s'apprête à passer sous pavillon qatarien. L'entreprise de services numériques (ESN) française a annoncé lundi 23 novembre dans un communiqué l'entrée en négociations exclusives de ses actionnaires Apax Partners et Boussard & Gavaudan avec le groupe diversifié Mannai Corporation, en vue de l'acquisition de 51 % du capital et des droits de vote. L'opération valoriserait GFI 561 millions d'euros.

L'objectif de Mannai Corporation est de se positionner en « actionnaire de long terme » et « d'accélérer sa stratégie de croissance » en mettant l'accent sur son « expansion internationale » - en zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) notamment. Pour le qatarien, présent dans de nombreux domaines (télécoms, gaz, distribution automobile), son but est de poursuivre la « diversification de ses revenus à l'international ».
Pérenniser les équipes

Le conseil d'administration de GFI a accueilli favorablement ce « projet d'offre amical » qui permettra, selon lui, de garantir « la pérennité des équipes et du management » tout en demeurant cohérent avec son plan de développement 2015-2018. L'opération se déroulera en deux tranches : 25 % d'abord, au prix de 8,50 euros par action (soit une prime de 34 %) et les 26 % restants, au travers d'une offre publique d'achat simplifiée.

 
D'après le pacte d'actionnaires conclu avec Apax Partners et Boussard & Gavaudan, Mannai Corporation s'engagera à ne pas céder ses parts durant trois ans. À l'issue de la transaction, les actionnaires historiques devraient conserver 29 % des parts de GFI. L'équipe dirigeante actuelle serait confortée dans ses fonctions.


À lire également :
• Comment les sociétés IT recruteront en 2016

 

28/11/2015

Le député Les Républicains Philippe Meunier veut armer les députés

Mais oui, bien sûr ! Il faut armer les députés !

Après avoir financé et armé leurs mercenaires de la soi-disant Armée libre en Syrie et préparé leur coup pour imposer leur état d'urgence au peuple français, maintenant ils auraient peur des terroristes ? 

Ils ont surtout peur du peuple français qui pourrait les dénoncer et se retourner contre eux pour avoir financé et alimenté le terrorisme !

Le député Les Républicains Philippe Meunier veut armer les députés

Gaza : Musique de Guerre

Admirables de courage tous ces enfants, dans un contexte de guerre permanente !

Gaza : Musique de Guerre

13 oct. 2015, 13:36

RT va visiter une école de musique à Gaza, au moment où les élèves préparent le concert de fin d’année.
 
Bien qu’impuissante à faire reculer la violence, la musique leur permet tout de même de garder l’espoir qu’un jour ce conflit prenne fin.Même si Gaza est une zone de conflit, il faut bien que la vie quotidienne de ses habitants continue. Pour de nombreux enfants qui ont grandi dans un climat de violence dès leur plus jeune âge, la musique est devenue une importante source de réconfort.
 
RT va visiter une école de musique à Gaza au moment où les élèves préparent le concert de fin d’année. Leur expérience de la guerre les unit tout comme leur passion pour la musique. Ils ont survécu aux destructions, enduré l’horreur des bombardements et vu la mort de près. Certains l’ont regardée en face. Bien qu’impuissante à faire reculer la violence, la musique leur permet même de garder l’espoir qu’un jour ce conflit prendra fin.
 

COP 21, projet de réduction massive de la population mondiale (Vidéos)

Voir aussi :

COP 21, projet de réduction massive de la population mondiale

Habitants du Népal

La COP 21 n'est pas un bien absolu. Le mouvement "Solidarité et progrès" est le seul à dénoncer la conférence sur le climat, sur laquelle les autorités françaises misent beaucoup.

Nous avons demandé à Christine Bierre de nous expliquer en quoi les négociations pourraient conduire à des conséquences néfastes et dangereuses.

La COP 21 n'a pas tellement pour objectif la protection de la planète, mais un "plongeon massif de la population actuelle de sept milliards à un milliard seulement", parce que " l'économie fondée sur les énergies renouvelables ne pourra accueillir qu'un milliard d'individus sur la Terre". Christine Bierre témoigne: "On dit, par exemple que s'il y a des changements climatiques, c'est à cause du travail de l'homme et non pas des cycles galactiques, des cycles solaires, des cycles terrestres qui ont toujours été à l'origine des changements climatiques. Si cette théorie est vraie, cela veut dire qu'il faut réduire la production de l'homme. On propose alors de sortir des énergies fossiles et du nucléaire pour aller, d'ici 2050, vers les énergies renouvelables. Mais ces énergies renouvelables produisent beaucoup moins que les énergies fossiles et le nucléaire. Si on va vers une économie qui est fondée sur les énergies renouvelables, cette économie-là ne pourrait soutenir et accueillir qu'environ un milliard d'individus sur la planète. Or, aujourd'hui, nous sommes sept milliards et nous allons vers beaucoup plus."


La terrible idée de réduire la population de la Terre a été ouvertement proclamée par le prince Philip d'Edimbourg et l'un de ses plus proches collaborateurs, Martin Palmer, secrétaire général de l'ARC (Alliance pour la religion et la conservation) qui est parmi les quatre organisateurs du sommet de la Conscience qui vient d'avoir lieu à Paris, les 20-21 juillet. En 1987, il a écrit un livre intitulé "Si j'étais un animal", dans lequel il dit que s'il était un animal, il aurait souhaité d'être réincarné en un virus mortel pour réduire la population "afin de contribuer de quelque manière à résoudre le problème de la surpopulation". Précédemment, en 1981, dans une interview à People Magazine, il s'est opposé au programme des Nations unies sur la lutte contre le paludisme au Sri Lanka parce que celui-ci avait abouti à doubler la population en 20 ans. Et il a dit: "Nous n'avons pas de choix, si la croissance démographique n'est pas limitée de façon volontaire, elle le sera involontairement par l'expansion des maladies, de la famine et de la guerre" se rappelle Christine Bierre.

Cette idéologie cible principalement les pays des BRICS et les pays émergents, continue-elle. "Lors du sommet de Copenhague, en 2009, l'Inde, la Chine et d'autres pays émergents avaient complètement refusé d'adopter les règles censées lutter contre le réchauffement climatique. Ils avaient dit que, pour eux, ce qui passait, d'abord, c'était le développement des populations". Or, les Etats-Unis, un des plus grands pollueurs au monde, ne sont pas du tout menacés: "Lorsqu'on est à la tête du monde, on n'est pas obligé de suivre ses propres lois."Or, les changements climatiques ont toujours eu lieu. En fait, la température a commencé à augmenter en 1695, précise Christine Bierre, parce que le soleil a eu une activité magnétique beaucoup plus importante. "Entre 1695 et aujourd'hui, il y a eu une augmentation de température d'à peu près un degré. Ce n'est pas énorme. Entre temps, l'activité humaine s'est développée massivement. Depuis 2000 il y a plutôt une tendance à la baisse, un petit refroidissement qui a eu lieu entre 1940 et 1970 ". Cela veut dire qu'il faut étudier beaucoup plus les causes des changements de température sur notre planète (mouvements galactiques, activité solaire et autre) qui ne sont pas du tout l'effet de l'activité humaine.

 L'avenir de la population mondiale n'est pas terne aux yeux de Christine Bierre qui reste optimiste: "Je pense que, pour toutes ces raisons, il est extrêmement important de dénoncer ce qui se passe. Si les ressources naturelles sont limitées, la capacité de l'homme ne l'est pas, ainsi que sa créativité, sa faculté de découvrir de nouvelles ressources, de nouvelles technologies qui ont toujours permis à l'homme de passer d'une population moindre à une intensité de population plus grande, à sept milliards et plus aujourd'hui".

Le plan des élites pour la dépopulation mondiale


COP21 : Nouvel Ordre Mondial, Eugénisme et agenda mondial de dépopulation