Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2010

Éruption Solaire Finale : dans notre système solaire pour 2012

Une comparaison entre un crop circle et l'éruption solaire finale en 2012

L'impact mortel d'un sursaut gamma sur les océans

Le 29 juillet 2010 à 13h31

L'impact mortel d'un sursaut gamma sur les océans

Par Laurent Sacco, Futura-Sciences

Un groupe de chercheurs cubains a étudié d’un peu plus près l’effet sur la biosphère que causerait un sursaut gamma proche dans la Voie lactée. En générant indirectement des rayons ultraviolets dans l’atmosphère terrestre, un tel sursaut affecterait le plancton des océans en profondeur. C’est peut-être ce qui s’est passé lors de la crise biologique marine de l’Ordovicien.

Ce n’est pas la première fois que l’on cherche à expliquer une extinction massive sur Terre en faisant intervenir un événement astrophysique catastrophique. Etant donné la fréquence à l’échelle géologique des supernovae dans la Galaxie, il n’était pas déraisonnable d’expliquer la disparition des dinosaures par le flot de radiations issu de l’une d’entre elles qui aurait explosé très proche du système solaire, il y a 65 millions d’années. Il semble clair maintenant que c’est plutôt l’impact d’un astéroïde issu de 298 Baptistina qui soit la cause principale de l’extinction du Crétacé-Tertiaire.

Depuis plusieurs années, des chercheurs se sont interrogés sur l’impact qu’aurait sur la biosphère un autre événement de ce genre, bien plus violent mais aussi bien plus rare dans la Voie lactée : un sursaut gamma.

L’énergie libérée par les sursauts gamma est supérieure à celle d’une supernova classique. On connait cependant deux grandes classes de sursauts gamma dont l’une est très probablement constituée par l’explosion d’hypernovae. Dans le cas de ces dernières, c’est un trou noir qui se forme directement dans une étoile massive, la déstabilisant et provoquant son explosion. Surtout, deux faisceaux de particules incroyablement énergétiques sont alors générés, libérant sous forme de rayons gamma en quelques secondes 1044 J. Il est clair que même à des distances importantes, l’impact sur une planète coupant l’un de ces faisceaux serait loin d’être insignifiant.

Des biologistes et des physiciens cubains de l’Université Centrale de Las Villas à Santa Clara ont modélisé l’impact qu’aurait un sursaut gamma sur la biosphère de la Terre s’il était situé à 6.000 années-lumière environ. Ils ont, entre autres, étudié l’effet qu’aurait le faisceau de rayons gamma sur le plancton des océans.


Prochlorococcus marinus. Ce type d'organisme est extrêmement abondant dans les régions tropicales et tempérées chaudes de l'océan ouvert, et certains scientifiques affirment qu'il est l'organisme le plus abondant sur terre. Il est responsable de près de 50% de fixation du carbone dans les océans. Crédit : Bob Andersen D. J. Patterson.

Les photons gamma provoquent l'ionisation des molécules de l'atmosphère, source d'émission des rayons UV. Plus précisément, ce sont les électrons arrachés par ces photons qui, en entrant en collisions avec d’autres molécules, provoqueraient en réaction l’émission de photons UV.

D’après les calculs des chercheurs, ces derniers pourraient pénétrer jusqu’à une profondeur de 75 m dans les océans lorsque l’eau est claire, causant des ravages sur les organismes planctoniques, en particulier ceux vivant de la photosynthèse. Ainsi, l’enzyme responsable de cette dernière chez des organismes comme Prochlorococcus marinus espèce est responsable de 20% de l’activité photosynthétique de toute la biosphère ! serait affectée. Or, cette seule espèce est responsable de 20% de l’activité photosynthétique de toute la biosphère !

Les dommages causés au plancton ne feraient pas qu’affecter la chaîne alimentaire, car le climat pourrait aussi en être changé. En effet, l’activité photosynthétique consomme aussi du CO2.

Il est tentant de faire le lien avec l’extinction de l’Ordovicien s’étant produite il y a environ 450 millions d’années. A ce moment là, c’est environ 60% des espèces d’invertébrés marins qui ont disparu subitement dans les océans de la planète. Ce n’est pas la première fois que l’on propose un tel lien mais jusqu’à présent, c’est plutôt l’hypothèse d’une glaciation importante qui a la faveur des spécialistes en géosciences.

Il semble que les sursauts gamma soit plutôt rares dans notre Voie lactée, probablement moins de un tous les 10 millions d’années, et encore faut-il que l’un des faisceaux gamma émis coupe l’orbite de la Terre et que le sursaut gamma ne soit pas à des dizaines de milliers d’années-lumière pour qu’une menace pour la Vie soit réelle.

Malgré tout, c’est peut-être bien ce qui est arrivé plusieurs fois à la Terre pendant les 4,5 milliards d’années de son existence. Qui sait si ce n’est pas ce qui aurait causé une sorte de retour à la case départ pour les organismes métazoaires, dont on sait maintenant qu’ils existaient déjà sur Terre il y a 2 milliards d’années grâce aux fossiles retrouvés au Gabon ?

Une vue d'artiste de l'impact d'un sursaut gamma proche sur la Terre. Crédit : Nasa.

 

La prophétie des crânes de cristal - Prophétie Maya (2)

 

22 janvier 2006

La prophétie des crânes de cristal

crane_3 crystal_skull crane1

Selon une prophétie Maya, les crânes leur ont été transmis par les Atlantes qui les tenaient des Initiateurs venus du ciel. Lorsque les treize crânes seront réunis, ils révèleront le secret de la vie, en 2012 de notre ère. Selon la légende, ils détiennent des pouvoirs de divination, de guérison et médiumniques. Les Mayas pensent que ces crânes contiennent de grandes informations sur l’histoire des humains et des anciennes civilisations. Ces cinq crânes ont été étudiés (entre autre) en 1996 par le British Muséum qui en possède un.

En 1924, Anna Le Guillon Mitchell-Hedges agée alors de 17 et son père adoptif, l'explorateur anglais Frederick Albert Mitchell-Hedges, découvrent un crâne en cristal de roche dans les ruines d'un temple de la cité Maya " des pierres tombées " à Lubaantùn, au Belize.

sammy
(Anna Mitchell-Hedges)

En dehors de l'absence des sutures crâniennes, c'est une reproduction quasi parfaite d'un crâne humain féminin pesant 5 kg et composé de deux morceaux, la mâchoire inférieure s'ajustant exactement à la partie supérieure.

Le crâne possède des propriétés optiques étonnantes: éclairé par le dessous, la lumière jaillit par les orbites. Frappé à l'arrière par les rayons du soleil, un faisceau lumineux intense (susceptible de mettre le feu) jaillit des orbites, du nez et de la bouche.

Une équipe de scientifiques de la société Hewlet-Packard spécialisés dans la cristallographie ont examinés le crâne et en voici les conclusions après examens:

- Il est constitué d'un quartz naturel extrêmement pur, du dioxyde de silicium "piézo-électrique" anisotrope lui procurant une grande stabilité physique, chimique et thermique. Il possède une polarité, réagit à la lumière et à l'électricité, directe ou par pression physique, son axe piézo-électrique est vertical et ses propriétés sont différentes dans chaque direction ; matériau utilisé comme oscillateur ou résonateur, en électronique et en informatique.

- Les deux morceaux sont taillés dans le même bloc de cristal de roche. Selon son axe de symétrie moléculaire, ce qui lui confère ces étonnantes propriétés optiques.

- Aucune trace d'instrument, ni marque microscopique quelconque. Si les sculpteurs ont lentement et méticuleusement poli l'objet à la main avec un mélange de sable et d'eau, il aurait fallu plusieurs générations d'ouvriers et 300 années pour arriver à ce résultat !

- Sans trace d'usinage, il est impossible de dater sa fabrication (il ne vieillit pas).

- Avec une technologie moderne au diamant il faudrait un an de travail pour obtenir l'aspect extérieur (mais avec des traces d'usinage), quant aux effets prismatiques, leur reproductibilité est encore plus difficile.

Les crânes de cristal détiendraient des pouvoirs magiques qui permettent l’élévation spirituelle des humains, la production spontanée d’images holographiques et des bruits sonores étranges. Cela dit, il paraît que les crânes de cristal peuvent parler ou chanter et certains auraient des propriétés de guérison et de clairvoyance.

Il existe dans le monde d'autres crânes de cristal, dont la découverte ou l'acquisition ne sont également jamais clairement établies: Nick Nocerino, propriétaire d'un crâne de cristal baptisé "Sha-Na-Ra" a fondé un institut de recherche parapsychologique afin d'étudier leurs propriétés "psy". Jo Ann Parks est détentrice du crâne baptisé "Max" et Norma Redo est la propriétaire du crâne à la "croix reliquaire" (les espagnols ont percé le crâne afin d'y inserer une croix). Le Smithonian Institute et le British Muséeum possèdent également un crâne de cristal.

Ces cinq crânes ont été étudiés en 1996 pa le British Muséum dont voci les conclusions : Le crâne du British Muséum et celui du Smithonian Institute portent des traces d'usinage. Le crâne à la croix reliquaire, les dents ont été retouchées ainsi qu'évidemment le trou que les espagnols ont percé pour y introduire la croix. Pour les deux autres crânes le British Muséum refuse obstinément de livrer ses conclusions mais également de dire pourquoi !

http://propheties.canalblog.com/archives/2006/01/22/93933...

 

 

Un tsunami solaire pourrait frapper la Terre

03/08/10 10h15

La Terre pourrait être touchée ce mardi par une tempête solaire, suite à des explosions massives du soleil au cours du week-end, ont averti les scientifiques.

Les astronomes du monde entier ont constaté ce week-end des explosions solaires, enregistrées par plusieurs satellites. Elles seraient dues à une importante éruption à la surface du soleil. Cette projection, dirigée vers la Terre, a envoyé un "tsunami solaire" à travers l'espace. La vague de gaz devrait atteindre la Terre ce mardi et secouer le champ magnétique naturel qui protège notre planète. Elle pourrait notamment donner lieu à de spectaculaires aurores boréales.

Dans le cas d'une éruption massive véritablement imposante, le phénomène pourrait théoriquement détruire des satellites et entraver les réseaux de communication et d'énergie aux quatre coins du globe. Rien ne garantit que ce sera le cas cette fois-ci. (7sur7)

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1506/Sciences/article/detail/1...


Suivez en direct les aurores boréales mardi et mercredi

Ciel et Espace

Suivez en direct les aurores boréales mardi et mercredi

En partenariat avec Ciel & Espace

Après la gigantesque éruption solaire observée le 1er août par différents satellites, la Terre va recevoir dès le 3 août une grêle de particules chargées. Ces particules (des électrons et des protons arrachés au Soleil) vont être piégées par le champ magnétique terrestre et pénétrer dans l'atmosphère à grande vitesse, au niveau des pôles.

Cette véritable tempête magnétique doit offrir un spectacle exceptionnel d'aurores boréales. En entrant très vite dans l'atmosphère, les particules solaires deviennent luminescentes, ce qui produit de vastes draperies lumineuses, de couleur verdâtre, dans les régions situées près des pôles.

Compte tenu de l'importance de l'éruption solaire du 1er août, ces aurores pourraient être visibles depuis les moyennes latitudes boréales (45 à 50°) au-dessus de l'horizon Nord.

Une belle éruption solaire

Tout a commencé le 1er août par la formation d'une arche magnétique dans la couronne solaire observée par le satellite américain Solar Dynamic Observatory (voir la vidéo ci-dessous). Cette arche, le long de laquelle une grande quantité de matière ionisée circulait, s'est ensuite brisée, éjectant dans l'espace la majeure partie de la matière qu'elle contenait.

Animation vidéo de l'éjection de matière coronale du 1er août 2010 réalisée avec les images du satellite Solar Dynamic Observatory (SDO) (voir la vidéo)

C3-class solar flare - August 1st, 2010 - SDO AIA 304

http://www.youtube.com/watch?v=gKpp_jQIDbA&feature=pl...


Cette matière, faite d'atomes ionisés (c'est-à-dire chargés électriquement), a voyagé dans l'espace en direction de la Terre. C'est entre le 3 et le 4 août, au terme d'un voyage de 150 millions de km, qu'elle doit atteindre notre planète.

La vraie reprise du cycle solaire

Cette éruption est la première manifestation importante indiquant la reprise du cycle d'activité du Soleil. Ce cycle de 11 ans avait atteint son minimum en 2007 et avait tardé pendant plus de deux ans avant reprendre, ce qui intriguait les spécialistes.

Pour suivre en direct l'évolution de l'activité aurorale, consultez le site SpaceWeather.com.

En partenariat avec Ciel & Espace

En partenariat avec Ciel & Espace

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89