Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2015

De mieux en mieux : Valls demande de ne pas saisir le Conseil constitutionnel sur l’état d’urgence !

Comme cela nous savons tous que la prolongation de l'état d'urgence à 3 mois est une décision anticonstitutionnelle !

L’apprenti dictateur nous expliquait hier qu’il n’y a pas de risque zéro dans le domaine du terrorisme et qu’il fallait s’y faire… En revanche, qu’il y ait un risque que son projet de loi prorogeant l’état d’urgence soit retoqué par le Conseil constitutionnel dans l’une ou l’autre de ses dispositions, voilà qui est parfaitement intolérable. Non mais quand même !

Valls demande de ne pas saisir le Conseil constitutionnel sur l’état d’urgence

valls-senat

« Le premier ministre Manuel Valls a demandé au Sénat de ne pas saisir le Conseil constitutionnel du projet de loi sur l’état d’urgence, craignant que certaines dispositions soient censurées.

Séquence incroyable au Sénat. Et inacceptable pour le juriste démocrate, voire pour le démocrate tout court. Très calmement, alors que les sénateurs discutaient ce vendredi après-midi du projet de loi prorogeant l’état d’urgence, le premier ministre a demandé aux parlementaires de ne pas saisir le Conseil constitutionnel. Il craint que la loi ne soit pas conforme au texte fondamental de la Cinquième République.

« Il y a toujours un risque »

« Je suis dubitatif sur l’idée de saisir le Conseil constitutionnel, a expliqué Manuel Valls lors de sa dernière intervention en séance. Car il y a toujours un risque. Si le Conseil répondait que la loi révisée est inconstitutionnelle sur un certain nombre de points, cela peut faire tomber 786 perquisitions et 150 assignations à résidence déjà faites ».

Le chef du gouvernement — dont la présence dans l’hémicycle pour défendre un projet de loi est déjà exceptionnelle — a reconnu très explicitement que certaines dispositions prévues par le projet de loi sur l’état d’urgence pourraient être déclarées invalides, et a cité en particulier la disposition qui permet au gouvernement d’obtenir sans délai le blocage d’un site internet par les FAI.

L’objectif du gouvernement est  que la conformité du texte à la Constitution ne soit pas vérifiée sur le fond, « même si je sais qu’il y aura toujours la possibilité d’une QPC », a expliqué Manul Valls. Les QPC permettent effectivement de saisir le Conseil pour qu’il vérifie la conformité d’une disposition mise en œuvre dans une procédure administrative ou judiciaire ».

Guillaume Champeau, Numerama, le 20 novembre 2015

21/11/2015

Une étude affirme que 81% des individus en lien avec Daesh aux USA sont des citoyens américains

Une étude affirme que 81% des individus en lien avec Daesh aux USA sont des citoyens américains

Alors que de nombreux politiciens US voudraient suspendre l'accueil des réfugiés syriens et irakiens par crainte d'une recrudescence du terrorisme, une étude montre que la majorité des personnes inculpées pour lien avec Daesh sont des Américains.

Selon des chiffres récemment publiés par le Centre pour la Sécurité Nationale, de l’université de Fordham, seules trois personnes sur 68 (soit 4,4%) soupçonnées d’être en relation avec des membres de l’Etat Islamique sont des demandeurs d’asile. Aucun des suspects n’est passé par la Syrie.

55 individus (80,9%) sont en revanche des citoyens américains, parmi lesquels 44 sont nés sur le territoire national. Quant aux autres, six proviennent de Bosnie, quatre d’Ouzbékistan, trois de Somalie et deux du Soudan.

Sur l’ensemble des gens poursuivis aux Etats-Unis pour des liens qu'ils entretiendraient avec l'organisation terroriste Daesh, on dénombre 10 femmes et 58 hommes. La moyenne d’âge est, elle, relativement jeune puisqu’un tiers des personnes ont moins de 21 ans, et que la moyenne est de 26 ans.

Selon la directrice du centre qui a mené l’enquête, Karen Greenberg, les différents jugements prononcés semblent plutôt accréditer la thèse de jeunes gens en manque de «distraction» plutôt que de terroristes purs et durs posant une menace sévère à la sécurité nationale.

Alors que les Etats-Unis prévoyaient, pour l'année 2016, l’accueil de quelques 30 000 réfugiés venant de Syrie, de nombreux politiciens évoquaient un risque terroriste.

Le 19 novembre, la Chambre des Représentants des Etats-Unis a voté une loi qui accroît les procédures de vérifications concernant les réfugiés qui rentrent sur le territoire. Avant d’être adoptée définitivement, la mesure devra passer par le vote du Sénat, puis par l’accord de la Maison Blanche, qui a d’ores et déjà fait savoir que le président mettrait son véto.

Poutine, : " Les dirigeants Français et Américains doivent expliquer au monde" ....

20/11/2015

Quand la France livrait des fusils d’assaut à l’Etat Islamique, n'est-ce pas Fabius ?

Quand la France livrait des fusils d’assaut à l’Etat Islamique

Un tweet de Laurent Fabius en août 2014!

fabius.jpg

Fusil.jpg

 

 

Hollande ordonne l'«intensification» des frappes contre l'EI en Syrie mais aussi en Irak

Hollande nous la joue à la Batman, maintenant, après que Valls ait refusé de prendre la liste des "mercenaires" qui lui avait été proposée par les services secrets syriens, il y a 2 ans pour une question "d'idéologie" ?

Il est toujours dans le cadre d'opérations militaires illégales et puisqu'il veut avoir une réponse de l'ONU, il attend que cette résolution soit votée avant de se permettre d'aller agresser des pays souverains !

S'il s'imagine que c'est comme cela qu'il va soi-disant créer une large coalition avec les USA et la Russie pour aller combattre les mercenaires qu'ils ont consciencieusement armés et financés, Poutine, le ramassera vite fait !

Hollande ordonne l'«intensification» des frappes contre l'EI en Syrie mais aussi en Irak

Le président François Hollande a ordonné l' «intensification» des opérations des frappes contre le groupe État islamique (EI) en Syrie mais aussi en Irak, a annoncé l’Élysée jeudi soir dans un communiqué.


«François Hollande a donné les instructions nécessaires à l'intensification des opérations militaires en cours pour lutter contre Daech en Syrie comme en Irak», écrit la présidence dans ce communiqué diffusé à l'issue d'un Conseil de défense.

Lire aussi : Après les attentats, la France riposte et bombarde massivement le fief de Daesh


Ce texte appelle les Etats à «redoubler d'efforts et à coordonner leurs efforts pour prévenir et stopper les actes terroristes commis spécifiquement» par le groupe Etat islamique et par d'autres groupes terroristes associés à Al-Qaïda.

Lire aussi : Syrie : les chefs d'Etat-major français et russe s’allient pour la première fois par téléphone