Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2015

Hollande exhorte à coopérer avec la Turquie pour régler le conflit syrien

Maintenant celui qui alimente le terroriste Erdogan, se permet de donner des ordres à Poutine !

En coopérant avec la Turquie, ils sont assurés qu'ils auront la peau d'Assad !

Et en prime ce sont les citoyens européens qui vont payer 3 milliards d'euros pour continuer à alimenter le terrorisme et ce sont encore les Banksters de l'UE et des USA qui s'enrichiront sur notre dos !

Hollande exhorte à coopérer avec la Turquie pour régler le conflit syrien

Le président français François Hollande

Il faut une coopération avec la Turquie pour lutter contre l'afflux de migrants et contre le terrorisme, a déclaré le président français François Hollande arrivé à Bruxelles pour un sommet Europe-Turquie visant à trouver une solution à la crise migratoire.

Un accord entre l'Europe et la Turquie sur les réfugiés serait dans "l'intérêt de tous", a souligné le chef d'Etat français.

"C'est l'intérêt de tous, l'intérêt des réfugiés qui doivent rester au plus près de leur pays d'origine, l'intérêt de la Turquie qui recevra un soutien de la part de l'Europe et l'intérêt de l'Europe pour ne pas accueillir des réfugiés en plus grand nombre qu'aujourd'hui", a-t-il précisé.

"Je veux qu'il y ait un accord", a insisté M. Hollande, cité par l'AFP, prônant notamment une "coopération avec la Turquie pour lutter contre les trafics, pour agir contre le terrorisme (…) et pour trouver une solution pour la Syrie".

Ainsi, l'objectif est que "l'Europe aide la Turquie et que la Turquie prenne aussi un certain nombre d'engagements" pour que les frontières extérieures de l'Union européenne puissent être davantage contrôlées.

Au cours du sommet, les dirigeants européens et turcs se sont mis d'accord pour verser 3 milliards d'euros à la Turquie afin de l'aider à accueillir les réfugiés syriens.

 

Assad: les pays-ennemis s'allient à Daech face aux succès militaires en Syrie

Il va falloir que Poutine renonce à vouloir s'allier à tout prix avec les ennemis de la Russie, de la Syrie, de l'Irak, de la Libye et de l'Afrique !

ll serait temps de constituer de nouvelles alliances avec des pays qui ne sont pas sous l'influence des USA/Sionistes !

Assad: les pays-ennemis s'allient à Daech face aux succès militaires en Syrie

20:38 29.11.2015

Armée syrienne

Face aux progrès de l'armée syrienne, certains pays hostiles à la Syrie ont augmenté leurs livraisons d'armes tout comme leur soutien financier aux rebelles de Daech, a déclaré le président syrien Bachar el-Assad, cette annonce intervenant lors de sa rencontre avec Ali-Akbar Velayati, ministre iranien des Affaires étrangères.

S'entretenant avec M. Velayati, le président syrien a mis en exergue que la résistance remarquable du peuple syrien et les succès des forces militaires syriennes luttant contre le terrorisme, appuyées par leurs alliés, en premier lieu l'Iran et la Russie, ont poussé certains pays-ennemis de la Syrie à augmenter leurs livraisons d'armements et le financement des rebelles, indique l'agence de presse syrienne SANA.

En cela, le président syrien a confirmé la détermination de la Syrie et de ses alliés à "poursuivre la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes". Selon lui, l'élimination des terroristes représentera le principal pas vers la stabilité dans la région.

M. Velayati, pour sa part, a affirmé que c'était le devoir de l'Iran de soutenir Bachar el-Assad dans cet affrontement "fatidique".

Ali-Akbar Velayati, proche conseiller du Guide de la révolution islamique l'Ayatollah Ali Khamenei, s'est rendu dimanche en visite à Damas pour s'entretenir avec le président Bachar el-Assad, ainsi qu'avec son homologue syrien Walid al-Mouallem.

 

France : GFI Informatique, repris par un groupe qatarien

Scandaleux !

La France vendue au Qatar !

Le communiqué de Presse sur le site de Gfi Informatique.

 

 

GFI Informatique, repris par un groupe qatarien


Le groupe diversifié qatarien Mannai Corporation est sur le point de prendre 51 % du capital et des droits de vote de la société de services informatiques française GFI Informatique.

GFI Informatique s'apprête à passer sous pavillon qatarien. L'entreprise de services numériques (ESN) française a annoncé lundi 23 novembre dans un communiqué l'entrée en négociations exclusives de ses actionnaires Apax Partners et Boussard & Gavaudan avec le groupe diversifié Mannai Corporation, en vue de l'acquisition de 51 % du capital et des droits de vote. L'opération valoriserait GFI 561 millions d'euros.

L'objectif de Mannai Corporation est de se positionner en « actionnaire de long terme » et « d'accélérer sa stratégie de croissance » en mettant l'accent sur son « expansion internationale » - en zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) notamment. Pour le qatarien, présent dans de nombreux domaines (télécoms, gaz, distribution automobile), son but est de poursuivre la « diversification de ses revenus à l'international ».
Pérenniser les équipes

Le conseil d'administration de GFI a accueilli favorablement ce « projet d'offre amical » qui permettra, selon lui, de garantir « la pérennité des équipes et du management » tout en demeurant cohérent avec son plan de développement 2015-2018. L'opération se déroulera en deux tranches : 25 % d'abord, au prix de 8,50 euros par action (soit une prime de 34 %) et les 26 % restants, au travers d'une offre publique d'achat simplifiée.

 
D'après le pacte d'actionnaires conclu avec Apax Partners et Boussard & Gavaudan, Mannai Corporation s'engagera à ne pas céder ses parts durant trois ans. À l'issue de la transaction, les actionnaires historiques devraient conserver 29 % des parts de GFI. L'équipe dirigeante actuelle serait confortée dans ses fonctions.


À lire également :
• Comment les sociétés IT recruteront en 2016

 

Scandaleux ! La Turquie espère «une journée historique» dans son processus d'adhésion à l'Europe

La Turquie espère «une journée historique» dans son processus d'adhésion à l'Europe

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a salué dimanche une «journée historique» dans le processus d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, avant un sommet qui a lieu ce dimanche à Bruxelles entre les 28 membres de l'UE et son pays pour faire face à la crise migratoire.

Pour le Premier ministre, ce sommet est «le début d'un nouveau processus» entre l'Union européenne et la Turquie. Il a même évoqué «une journée historique pour notre processus d'adhésion à l'UE». 

Les 28 ont rendez-vous avec la Turquie pour régler une partie de la crise migratoire qui secoue l'Europe depuis plusieurs mois. Ce sommet devrait déboucher dans la soirée sur la promesse d'un fonds de 3 milliards d'euros pour Ankara, afin de freiner le flux des réfugiés vers l'Europe. Toutefois, le Premier ministre turc a estimé que la Turquie, qui accueille sur son sol 2,2 millions de réfugiés syriens, «ne doit pas porter seule le problème migratoire».

  En contrepartie de l'effort turc, les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE, au point mort, devraient être relancée. «Le seul fait qu'un tel sommet est organisé avec la Turquie après un intervalle de 11 ans est un développement majeur pour nous», s'est félicitée auprès de l'AFP une source gouvernementale turque.
 

L’OTAN cheval de Troie de l’Etat islamique