Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2015

La flotte iranienne arrive au Centre de la flotte russe dans la Caspienne

Le soutien de l'Iran à la Syrie et à la Russie !

La flotte iranienne arrive au Centre de la flotte russe dans la Caspienne

http://media.ws.irib.ir/image/4bhi034eacc185177s_800C450.jpg

Oct 21, 2015 11:34 UTC  - IRIB- Le Quartier général de la zone militaire sud de la Russie a annoncé l’arrivée, mercredi, de la flotte de la Marine iranienne, pour une visite non-officielle, dans le centre de la flotte russe au port d’Astrakhan dans la Caspienne, a rapporté Interfax.

Le QG de la zone militaire du sud de la Russie l’a indiqué dans un communiqué, affirmant que la frégate d’artillerie « Makhaj Kalaa » dans la mer Caspienne a accueilli la flotte iranienne, comprenant le destroyer Damavand et deux croiseurs lance-missiles Peïkan et « Joshane.

Selon la même source, la flotte iranienne a traversé le Volga avant d’accoster le port d’Astrakhan. La visite non-officielle de la flotte de la force navale iranienne de ce port d’Astrakhan durera jusqu’au 24 octobre, ajoute Interfax.

 

Quels sont les messages du déplacement d’Assad à Moscou?

Quels sont les messages du déplacement d’Assad à Moscou?

http://media.ws.irib.ir/image/4bhie39000bd1117c1_800C450.jpg

Oct 21, 2015 17:58 UTC - IRIB- Dans la conjoncture où les terroristes, soutenus par l’Occident, ses alliés arabes, le régime sioniste et la Turquie, ont réduit à néant, pendant les 55 derniers mois, la Syrie, dans l’objectif de renverser le gouvernement Assad, ce dernier s’est rendu, mardi, à Moscou, afin de prouver, une fois de plus, sa légitimité et sa ferme volonté de lutter contre le terrorisme.

Le président syrien, Bachar Assad, a été reçu, mardi à Moscou, par son homologue russe, Vladimir Poutine, et les deux hommes ont discuté de la poursuite des opérations militaires russes en Syrie. Là, une question importante se pose : alors que la Syrie est en proie à une guerre antiterroriste, quels sont les messages du déplacement de Bachar Assad ? Au mois de mars 2011, des protestations populaires ont éclaté en Syrie mais ces protestations se sont transformées en une lutte dévastatrice, déclenchée par les terroristes, en raison de l’intervention de l’Occident, de ses alliés arabes, du régime sioniste et de la Turquie. Les terroristes qui sont actuellement actifs en Syrie sont des ressortissants de plus de 80 pays du monde. L’objectif principal de tous ces conflits, qui ont laissé plus de 200.000 morts, des centaines de milliers de blessés et plus de 11 millions de déplacés et de réfugiés, était de renverser le gouvernement Assad pour faire monter en puissance une personnalité ou un gouvernement qui puisse assurer les intérêts de l’axe du compromis.

 
Voici le message le plus important de la première visite en étranger de Bachar Assad depuis le début de la crise en Syrie en 2011 : « Bachar Assad reste encore le président légal et légitime de la Syrie tandis que Mansour Hadi, président en fuite du Yémen, n’est pas arrivé à rester au pouvoir malgré le soutien indéfectible des Etats-Unis, du régime sioniste et des dirigeants arabes.

L’autre message important du déplacement de Bachar Assad en Russie est que la situation a changé en Syrie suite au début des frappes aériennes russes contre les positions de Daech. Il paraît que les opposants de Bachar Assad doivent oublier la formation d’un gouvernement de transition sans Assad. Aujourd’hui, après 55 mois de conflits, Assad est capable de sortir, en toute tranquillité, de son pays.

Par ailleurs, le déplacement de M. Assad en Russie met en évidence la ferme volonté de ces deux dirigeants d’éradiquer le terrorisme. La lutte antiterroriste reste, donc, au cœur des discussions Assad-Poutine. La lutte contre le terrorisme nécessite une ferme volonté, sinon ce phénomène néfaste ne pourra être éradiqué par une lutte pareille à celle que mène la Coalition internationale anti-Daech en Syrie et en Irak.

Autrement dit, l’interaction entre la Russie et la Syrie montre que la lutte contre le terrorisme implique la volonté et non pas le slogan.

 

La Russie veut une ONU plus équitable et critique l'Occident de positions «usurpatrices»

Quelques vérités dites à l'ONU par l'ambassadeur russe à l'ONU !

La Russie veut une ONU plus équitable et critique l’Occident de positions «usurpatrices»

21 oct. 2015, 13:26

 Vitali Tchourkine

L’ambassadeur russe auprès des Nations unies a accusé les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France de tenir à eux trois les positions clés de l’ONU. Il a encore reproché aux Etats-Unis d’abuser de leurs pouvoirs en tant que pays hôte de l’ONU.

«On ne peut pas considérer comme normal de nous trouver dans une situation où trois positions clés, secrétaire général adjoint, opérations de maintien de la paix, affaires politiques et affaires humanitaires, sont pratiquement usurpées par trois pays», a déclaré Vitali Tchourkine, ambassadeur de Russie auprès des Nations unies lors d’un discours devant le Conseil de sécurité de l’ONU.

L’ambassadeur russe a appelé à rendre l’ONU plus équitable en faisant tourner les postes clés entre tous les Etats-membres, notamment celui de secrétaire général de l’ONU. Le secrétaire général actuel, Ban Ki-Moon, quittera ses fonctions d’ici la fin de 2016.

Le secrétaire général adjoint permanent aux opérations de maintien de la paix est un Français, comme le veut la tradition, et c’est Hervé Ladsous qui occupe ce poste pour le moment. Celui des affaires politiques revient aux Etats-Unis, et c’est actuellement Jeffrey Feltman qui en a la charge. Enfin, les affaires politiques et humanitaires échoient traditionnellement au Royaume-Uni, et c’est actuellement Valerie Amos qui occupe cette position.

Le diplomate russe a ajouté que le processus de décision de l’ONU est à la peine, parce que plusieurs Etats-membres du Conseil de sécurité recourent aux sanctions avant d’examiner les solutions pacifiques à disposition. «L’effectivité de telles décisions laisse encore beaucoup à désirer. Elles mènent à l’aggravation des crises», a souligné Vitali Tchourkine.

Il a également souligné que tous les efforts développés en vue d’abolir le droit de véto menaceraient le travail de l’ONU, parce que c’est «une des dispositions de la Charte qui incite les membres du Conseil de parvenir à un consensus».

«Il est évident que ceux qui ne veulent plus du droit de veto cherchent à instituer une majorité mathématique au sein du Conseil», a fait remarquer Vitali Tchourkine.
Ces commentaires interviennent après les efforts qu’a déployés la France, plus tôt cette année, pour faire adopter un nouveau règlement qui impliquerait que les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (la Russie, les Etats-Unis, la Chine, la Grande-Bretagne et la France) ne s’engageront pas à utiliser leur droit de véto dans des situations où des crimes de masse ont été perpétrés.

L’ambassadeur russe d’auprès l’ONU a également reproché aux Etats-Unis d’abuser de leurs pouvoirs en tant que pays hôte de l’Organisation des Nations unies. Il a notamment accusé Washington de partialité dans le processus d’approbation des visas et de refuser d’écouter et de coopérer avec plusieurs requêtes de l’ONU.

«Un tel comportement des Etats-Unis est un abus de leur position en tant que pays hôte de l’ONU, et c’est un gros manque de respect de la direction du Secrétariat. Nous demandons la fin de cet arbitraire», a déclaré le diplomate.

Vitali Tchourkine a indiqué que les Etats-Unis avaient imposé des sanctions contre des «Etats nouvellement indépendants», tels que l’Ossétie du sud et l’Abkhazie.

En savoir plus : Russie : le droit de veto russe à l’ONU est un instrument crucial pour éviter les désastres

 

USA : Il faut fournir des missiles Stingers, aux terroristes syriens (McCain)

Comme cela ils sont très clairs en demandant de fournir des armes aux terroristes tout en provoquant la Russie !

Et personne ne le soulève et ne les arrête ?

Et bien sûr leurs mercenaires demandent des Stringers aux USA !

Les insurgés syriens demandent des Stingers aux USA

  • Lance-missiles Stinger

    Les insurgés syriens se sont adressés à la coalition US avec la demande de leur livrer des lance-missiles Stinger pour lutter contre l'aviation russe. Les Etats-Unis n'ont pas encore donné leur autorisation, craignant que les missiles ne se retrouvent entre les mains de terroristes.

     

Il faut fournir des missiles Stinger, aux terroristes syriens (McCain)

http://media.ws.irib.ir/image/4bhi3e51ccfc1d176a_440C247.jpg

Oct 21, 2015 10:10 - IRIB- John McCain, chef de la commission des forces armées du Sénat américain a déclaré que Washington devait équiper les terroristes syriens par des missiles sol-air Stinger.

Selon l’agence de presse Sputnik, John McCain, le sénateur républicain et président de la commission des forces armées du Sénat américain a plaidé une fois de plus, la multiplication des aides militaires aux opposants armés syriens.

« Nous l’avons déjà fait en Afghanistan. Après que les Russes ont agressé l’Afghanistan, nous leur avons fourni des missiles sol-air », a dit McCain qui fait allusion au programme de 500 millions de dollars de la CIA pour former les terroristes syriens, programme entièrement annulé, en raison du fiasco des Américains. Dans la foulée, les Etats-Unis ont changé de stratégie et envisagent d’équiper de plus en plus les terroristes présents en Syrie, au lieu de former de nouveaux effectifs.

 

 

21/10/2015

La coalition au pouvoir en Irak et les milices chiites demandent l'aide de la Russie contre Daesh

Les Irakiens qui en ont marre de se faire trucider et racketter par les nazis depuis des années qui risquent de demander avant la fin du mois d'octobre l'aide de la Russie par voie parlementaire !

 

La coalition au pouvoir en Irak et les milices chiites demandent l'aide de la Russie contre Daesh

Le Premier ministre irakien est pressé par les milices chiites de demander l'aide de la Russie en Irak

Le Premier ministre irakien est pressé par les milices chiites de demander l'aide de la Russie en Irak

Très présentes dans la lutte contre Daesh, les milices chiites irakiennes font pression sur le Premier ministre pour qu'il obtienne l'aide de la Russie en Irak. Pas forcément simple alors que les liens du pays avec les Etats-Unis sont très forts.

La coalition au pouvoir en Irak et les milices chiites, très puissantes dans le pays, ont demandé au Premier ministre Haider al-Abadi d'appeler la Russie à l'aide. Moscou pourrait en effet procéder à des bombardements en Irak, mais attend pour cela une demande officielle des autorités irakiennes. Selon l'agence de presse russe Sputnik, qui a interrogé un membre de la coalition au pouvoir, le parlement irakien pourrait se saisir de cette question avant la fin du mois d'octobre.

Le Premier ministre irakien est donc sous pression. D’un côté, les milices chiites, qui contrôlent une bonne partie du pays et semblent le principal rempart à l’expansion de Daesh, veulent bénéficier de l’aide de la Russie ; mais de l’autre côté, les Etats-Unis, allié important de l’Irak, ne veulent pas d'un soutien de la Russie en Irak.

Pour les milices chiites, proches de l’Iran et de la Russie, l’aide du Kremlin est indispensable, d’autant que leurs combattants déplorent souvent la faiblesse de la campagne de bombardements américaine contre l’Etat islamique. Mais pour Haider al-Abadi, inclure les Russes «dans la lutte contre Daesh ne ferait que compliquer la relation avec les Américains et pourrait avoir des conséquences indésirables sur les relations à venir, même à long terme, avec l'Amérique», a expliqué un proche du Premier ministre à l'agence Reuters.

Lire aussi : Des combattants chiites ont déjoué une attaque chimique de Daesh en Irak

Lors d'une visite à Bagdad, mardi, le général Joseph Dunford, chef d'état-major de l'armée américaine, a d’ailleurs affirmé que les Etats-Unis avaient obtenu du gouvernement irakien qu'il ne ferait pas appel à l'aide la Russie.

Reste que pour les milices chiites, les Russes se sont montrés plus décisifs que les Américains en Syrie, et leur aide en Irak serait la bienvenue.