Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2013

Comète ISON : un aspect étrange qui inquiète les astronomes

obre-dernier-par-bruce-gary-ce-moment-la-chevelure-etait-un-peu-verte-resultat-d-une-emission-de-gaz-recente-tandis-que-la-queue-tirait-sur-le-rouge_63602_w250.jpg

Comète ISON : un aspect étrange qui inquiète les astronomes

À moins d'un mois de son rendez-vous spectaculaire avec le Soleil, la comète ISON continue d'intriguer les observateurs. La trajectoire de la courageuse comète, qui effleurera le Soleil fin novembre, réserve encore des surprises aux scientifiques. En effet, son aspect semblerait pour le moins inhabituel à ce stade de son voyage...


1,8 million de kilomètres… C'est à peu près ce qui séparera la comète ISON du Soleil lorsque celle-ci viendra frôler l'astre, début décembre. En attendant, les scientifiques continuent d'observer le long voyage de la comète vers son destin. D'après plusieurs observations, datant du 24 octobre dernier, la "Comète du Siècle" posséderait une magnitude de 1,3, soit une luminosité 3,3 fois plus faible que celle prévue par le Minor Planet Center, dans le Massachusetts. La comète vient tout juste d'entamer la dernière ligne droite de son long voyage, avant de réaliser son proche passage du Soleil. Et les astronomes ignorent toujours si elle survivra à cette rencontre ou si elle disparaîtra car les observations ne permettent pas de trancher sur la question. ISON montre même des aspects étranges à certaines moments.

Une drôle de tête

Selon Carl Hergenrother du Laboratoire Lunaire et Planétaire de Tucson, une partie de l'étrangeté d'ISON dépend des fréquences auxquelles elle est observée. "Les observations visuelles ou par appareil à charge couplée montrent que la comète brille de façon normale, alors que les observations CCD-R montrent une comète qui brille à peine. Ces dernières montrent majoritairement la poussière de la comète alors que les visuels CCD-V affichent plutôt de larges composants gazeux". "Il semblerait qu'au cours des derniers mois, la production de gaz d'ISON s'est élevée contrairement à la production de poussière. Je ne sais pas ce que ça veut dire, mais l'un des deux doit se mettre au niveau de l'autre", explique-t-il. Pour sa part, John Bortle, observateur de comète aguerri est tout aussi perplexe. Selon lui, l'aspect d'ISON est "catégoriquement étrange. La comète, très brillante avec une longue queue se situe à l'intérieur du halo de chevelure, bien plus étalé mais très diffus et peu lumineux". Il explique que les personnes utilisant de larges télescopes remarquent souvent l'étrangeté de la comète. En revanche, ceux qui sont équipées de télescopes classiques ou de grosses jumelles observent une comète large, plus ou moins brillante, mais uniforme. Or, "à cette distance du Soleil, elle ne devrait plus avoir cette apparence dichotomique", précise-t-il. Observateur depuis plus de 50 ans, John Bortle a eu l'occasion de contempler plusieurs centaines de comètes. Mais "alors que la comète vient de traverser l'orbite de la Terre, je n'en ai jamais vu aucune qui lui ressemblait à cette étape du voyage. Je ne sais pas ce que ça veut dire, mais ça ne me plaît pas", s'inquiète-il, repris par Space.com.

Un pas en avant, un pas en arrière

Un pas en avant, un pas en arrièreAutour du 19 octobre dernier, ISON semblait briller plus fortement qu'auparavant. Bruce Gary, le premier à photographier la comète le 12 août, écrivait même : "la brillance de la comète continue sur la même lancée que celle débutée le 19 octobre. La chevelure interne est de plus en plus lumineuse. La semaine prochaine devrait être excitante". Pourtant, quatre jours plus tard, la comète montrait des signes d'essoufflement en perdant de sa luminosité. "Je ne sais pas ce qui se passe avec cette comète", s'exaspérait presque Bruce Gary. En analysant les données depuis le 4 septembre, les chercheurs se sont aperçus qu'ISON réagissait au Soleil comme un corps solide et non comme une comète classique.

Le temps presse

 

Mais peu importe ce qui se passe au sein d'ISON, cette dernière semble continuer inlassablement son voyage vers le Soleil puisqu'elle a traversé l'orbite de la Terre, le 30 octobre dernier. Au cours des deux derniers mois, les observateurs ont regardé la comète s'illuminer à un taux que beaucoup considéraient trop lent. Ils attendent d'ailleurs toujours que sa luminosité augmente. Cela pourrait encore arriver, mais la comète pourrait aussi être à court de temps, puisqu'il ne lui reste plus que quelques semaines avant sa rencontre solaire. Des scientifiques nippons ont récemment pu filmer la comète en attachant une caméra spéciale à un télescope de l'observatoire de Tottori au Japon. Selon eux, elle deviendrait de plus en plus visible. Mais le doute demeure.Sa luminosité restera t-elle faible ? Ou, au contraire, se décidera-t-elle à briller de mille feux comme les astronomes l'espèrent ? Sortira-t-elle indemne de son face à face avec le Soleil ou bien la chaleur extrême et les forces d'attractions la forceront-elles à se briser ? Autant de questions auxquelles les scientifiques ne peuvent toujours pas répondre, et qui les laissent anxieux.

En savoir plus: http://www.maxisciences.com/com%E8te-ison/comete-ison-un-...

 


 

La comète ISON bientôt visible à l'oeil nu

 

greencomet_strip.jpg

La comète Ison en couleur

 

Des chercheurs japonais ont filmé le voyage de la comète ISON, de plus en plus visible à mesure que le bloc de glace cosmique s’approche du soleil qu’il devrait frôler le 29 novembre.

Grâce à une caméra spéciale attachée à un télescope de l’observatoire de Tottori au Japon, des scientifiques ont pu filmer la comète ISON (voir les images ci-dessus). Celle-ci, actuellement à une centaine de millions de kilomètres du soleil, devrait effleurer l’étoile le 29 novembre.

Plus la comète s’approche du soleil, plus elle devient visible, explique le professeur Junichi Watanabe de l’Observatoire national astronomique du Japon. Les chercheurs s’attendent à un spectacle d’une rare intensité.

En Europe, la comète peut être visible avant l’aube avec une paire de jumelles et pourrait l’être à l’oeil nu lorsqu’elle sera à proximité du soleil.

Il restera ensuite à savoir si la comète aura survécu à son passage si près du soleil, où le gros bloc de glace cosmique subira une température de l’ordre de 2700°C. Il pourrait alors être visible à l’oeil nu à la fin du mois de décembre lors de son passage près de la Terre.

 

La comète ISON bientôt visible à l'oeil nu

http://www.youtube.com/watch?v=WqTUXJDP4bs

 

 

Via Sott.net (+vidéo)

27/12/2012

Présentation de la constellation du Taureau et des Pléiades

 Les Pleiades, le siège de notre Soleil Central Alcyone, constitué de 7 soleils ou les 7 soeurs.

 

67627677.jpg

Evocation de la très ancienne constellation du Taureau, visible de l’automne au printemps, et des légendaires Pléiades qui, à travers le monde et diverses cultures, jouent un rôle très important. Pour jeter un pont entre astronomie et culture.

Astronomie et Culture : le Taureau et les Pléiades
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=nhjwtK-Yre4


Présentation de l’une des plus anciennes constellation du ciel boréal : le Taureau (Taurus). Sa gueule est formé par l’amas ouvert des Hyades, « celles qui font pleuvoir » . La magnifique grappe d’étoiles des Pléiades est posée sur son épaule. L’astérisme des Pléiades, d’un point de vue culturel, a une très longue histoire. Probablement peint à côté d’un taureau sur une paroi de la célèbre grotte de Lascaux (il y a 17 000 ans !), l’amas des Pléiades représente depuis des millénaires un pour les sociétés agricoles et pastorales, l’arrivée du froid (automne-hiver) quand elle se lève à l’est et celle de la douceur (printemps), le temps de préparer la terre, quand elles se dirigent à l’ouest … Le lever héliaque des Pléiades (fin de nuit, avant le lever d’Hélios, le Soleil en juin) marque pour beaucoup de culture, le début de la nouvelle année. Vous apprendrez au cours de ce modeste exposé que les Pléiades possèdent des dizaines de noms différents, en résonance avec leur nombre. L’actuel qui figure sur les cartes du ciel internationale nous vient de l’antiquité grecque.

Paleolithic_wall_art_in_Lascaux_Wallpaper_2ftmu.jpg

S’agit-il de la grappe d’étoiles des Pléiades que les peintres de Lascaux ont voulu représenter au-dessus d’un taureau ?

Le ciel parsemé d’étoiles a été peuplé par nos ancêtres du monde entier, de héros, d’animaux, de symboles qui nous racontent leurs construction du monde et du cosmos. Le ciel, miroir de nos cultures, c’est une dimension qu’il m’intéresse d’explorer et de  partager. Notre histoire, nos représentations, ces étoiles qui nous accompagnent et nous guident, tels les Pléiades qui marquent les saisons, l’étoile polaire qui indique (actuellement) le nord, le Grand Chariot qui est aussi un repère et une sorte de « clef du ciel », la Voie Lactée qui pour les pèlerins du moyen-âge était et reste « el camino de estella », etc.

Cette vidéo est en quelque sorte un premier podcast, un Cosmocast. De fabrication artisanale (pas encore totalement maitrisé), j’espère que vous pardonnerez les imperfections de jeunesse qui devraient disparaître au fil des prochains montages.

Les démonstrations du ciel nocturne ont été réalisées avec le logiciel Stellarium (gratuit).

Je remercie tout particulièrement les talentueux photographes amateurs pour leurs portraits des Pléiades ou des Hyades et aussi Patricia Chaylade qui a composée la musique.

http://www.lecosmographe.com/blog/video-presentation-cons...

21/12/2012

TRES IMPORTANT : Futura-sciences : Fin du monde, trous noirs et Mayas : nos révélations pour le 21 décembre 2012

Mise à jour :  La magistrale pirouette de Futura-Sciences qui nous fait croire à présent qu'ils nous auraient fait un canular à quelques heures du 21 décembre 2012.

Nous ne pensons pas qu'un site sérieux se permettrait de profiter de la peur pour venir faire des déclarations de la sorte pour alimenter les craintes de manière gratuite ou anodine.

Sauf que sous couvert d'un canular quelques vérités ont été dites sur les recherches scientifiques que l'on nous cache et nous ne sommes pas des ignorants pour constater que la Nasa et que le CERN ne nous disent pas toute la vérité, notamment sur le fait que des scientifiques soient souvent en danger pour vouloir nous révéler des vérités, quand ils ne sont pas purement et simplement éliminés physiquement pour les museler définitivement.

Est-ce que la NASA nous parle par exemple des énergies libres et propres qu'ils planquent dans leurs archives et qui existent depuis plus de 60 ans ?

Voici la pirouette de Futura-Sciences.

Fin du monde, trous noirs et Mayas : pas de panique !

Nous venons de découvrir cet article de Futura-Sciences qui était destiné à être lu le 20 décembre avant minuit. Nous vous le transmettons pour votre information.

Nous restons sur nos réserves, quant à l'arrivée d'extraterrestres alliés de l'humanité, car les Illuminati-reptiliens attendent le retour de leurs Grands Dieux Annunakis sur leur planète Nibiru qui est effectivement accompagnée de son cortège d'astéroïdes.

Voir notre note en orange dans  le corps de l'article.

Nous savons désormais à quoi servait la mission sur Mars de la Nasa qui est aux mains des Illuminati-reptiliens tout comme le CERN : à aller chercher une stèle Maya qui donnait des indications sur le 21 décembre 2012 et sur notre futur.

Tout cela pour nous cacher la vérité sur notre futur. Tout comme ils l'ont fait en Irak quand ils sont allés sacager un site archéologique et s'emparer de pièces provenant la civilisation dans le musée de Bagdad pour nous cacher l'existence des reptiliens sur Terre. 

La question est celle de savoir qui est allé mettre la stèle Maya sur Mars pour la protéger ?

Hitler ?

Nous vous rappelons qu'Hitler avait fait le voyage dans la Terre Creuse (voir ICI
et ICIqu'il détenait les énergies du Vril et qu'il a été le premier à fabriquer des fusées et des Ovnis, et ICI, et qu'il avait déjà fait le voyage sur Mars en 1945.

Nous vous rappelons encore que le CERN, comme par hasard devait faire encore une série d'expériences au cours de la semaine s'étalant du lundi 17 au 21 décembre 2012 ?

Pour quoi faire et pour tenter de détourner qui de quoi, et quoi de qui ?

 


Fin du monde, trous noirs et Mayas : nos révélations pour le 21 décembre 2012

Le 20 décembre 2012 à 16h45
Par Laurent Sacco, Futura-Sciences

 

Pourquoi n'a-t-on finalement pas trouvé des neutrinos supraluminiques au Cern ? Pourquoi Curiosity n'a finalement pas fait de découverte destinée à entrer dans les livres d'histoire ? Officiellement, ces découvertes ont été démenties mais ne seraient-elles pas réelles ? Futura-Sciences vous donne des débuts de réponses. Elles auraient quelque chose à voir avec les Mayas et le 21 décembre 2012... Un article à lire impérativement avant ce soir, minuit. Après, il sera trop tard.

Le 21 décembre 2012, c’est demain. Un regard porté sur l’actualité scientifique au cours de cette année ne peut que laisser songeur.

 

Il y a d’abord eu la mystérieuse affaire des neutrinos supraluminiques d’Opera sur laquelle Futura-Sciences avait commencé à faire des révélations. Tout récemment, c’est le curieux revirement du géologue de la Nasa, John P. Grotzinger, qui a défrayé la chronique. À la tête de la mission Curiosity aux États-Unis, Grotzinger avait déclaré que les instruments du rover martien avaient fait une découverte qui allait entrer dans les livres d’histoire. Finalement, l'affaire fut étouffée par un démenti.

 

Une partie du panorama obtenu avec les instruments de Curiosity sur Mars.
Une partie du panorama obtenu avec les instruments de Curiosity sur Mars. © Nasa, JPL

Dans les deux cas, des chercheurs de premier plan travaillant dans le cadre d’institutions scientifiques du plus haut niveau laissaient entendre que des découvertes spectaculaires avaient été faites avant d’annoncer qu’il n’en était rien en donnant des justifications difficiles à croire. La vérité n’était-elle pas ailleurs ? Ne nous cachait-on pas quelque chose, comme on le soupçonne déjà fortement pour la fusion froide ?

Alan Turing et Ettore Majorana, des casseurs de codes mayas ?

Même si la situation n’est pas encore très claire, des langues continuent à se délier dans la communauté scientifique et il semblerait, selon certaines personnes qui souhaitent garder l’anonymat, que les deux affaires soient liées. Elles auraient même un rapport avec Alan Turing, dont on vient de fêter le centenaire de la naissance. Rappelons que Turing se serait donné la mort en 1954 dans des conditions qui semblent peu claires. Aurait-on cherché à le faire taire ?

À ce moment-là, beaucoup ignoraient qu’il avait joué un rôle important dans le décodage des codes secrets utilisés par l’Allemagne nazie pour communiquer avec ses sous-marins dans l’océan Atlantique. Rappelons qu'Ettore Majorana, lui, aurait joué un rôle essentiel dans le décryptage de certains documents mayas dans les années 1930, faisant état de la physique des neutrinos et en particulier de la propagation de certains d’entre eux plus vite que la lumière. Les succès de la physique des neutrinos à partir de ces années-là n’aurait fait que confirmer que les Mayas ne pouvaient pas détenir de telles connaissances autrement que par l’intermédiaire d’une civilisation extraterrestre. Elle leur aurait communiqué ces connaissances pour des raisons inconnues voilà des milliers d’années.

Le site maya de Palenque est célèbre en raison de la découverte d'une mystérieuse dalle fermant le tombeau d'un souverain de la cité. Certains y voient la description d'un pilote de vaisseau spatial. Les Mayas étaient-ils en communication avec des extraterrestres ?
Le site maya de Palenque est célèbre en raison de la découverte d'une mystérieuse dalle fermant le tombeau d'un souverain de la cité. Certains y voient la représentation d'un pilote de vaisseau spatial. Les Mayas étaient-ils en communication avec des extraterrestres ? © Wikipédia, Peter Andersen

Majorana n’avait pas pu percer tous les secrets des documents mayas en rapport avec des extraterrestres. Mais ce qu’il en avait compris, et qui concernait en partie le 21 décembre 2012 apparemment, l’aurait conduit à disparaître dans des conditions qui ne sont toujours pas élucidées. On aurait fait appel à Alan Turing après la seconde guerre mondiale pour qu’il continue le travail de Majorana, aidé des premiers ordinateurs construits à partir de ses travaux et de ceux de John Von Neumann.

 

Par une étrange coïncidence qui prend maintenant un nouveau sens, Enrico Fermi, le soi-disant découvreur de la première théorie des neutrinos, le mentor de Majorana et que l’on connaît bien pour sa fameuse déclaration sur les extraterrestres, est mort la même année que Turing. Il s’agissait dans son cas d’un cancer de l’estomac. Et si les véritables causes de son décès étaient autres ? Von Neumann allait lui aussi mourir d’un cancer, mais du cerveau, et seulement 3 ans après Turing et Fermi.

 

Selon nos informateurs, Turing (et probablement aussi Von Neumann) aurait, entre autres, travaillé sur des codes de transmission de l’information entre civilisations extraterrestres dans la galaxie à l’aide de faisceaux de neutrinos supraluminiques. Des tentatives de communication avec les visiteurs des Mayas auraient été faites au Cern, mais elles auraient partiellement échoué, car une partie de l’information nécessaire avait été perdue lors de la conquête espagnole.

 

La vérité sur Palenque. Découvrez les secrets des anciens Mayas. ©
Musée canadien des civilisations (MusCanCiv)
http://www.youtube.com/watch?v=DUnv9qa4X3s&feature=player_embedded

 

Il semble, comme on s’y attendait d’après les documents mayas conservés, que la partie des messages reçus au Cern et qui a pu être décodée à l’aide des travaux de Turing et Von Neumann concerne la physique des trous de ver, des trous noirs, du boson de Higgs et le voyage interstellaire.

 

Toujours selon nos informateurs, qui ont refusé d'en dire davantage, on savait depuis longtemps qu’une partie des informations manquantes devaient se trouver sur une stèle maya… sur Mars !

 

Elle y aurait été laissée un peu pour les mêmes raisons que celles expliquées par Arthur Clarke dans son roman 2001, l’Odyssée de l’espace, lorsque l’humanité découvre des monolithes noirs d’origine extraterrestre sur la Lune et autour de Jupiter. Si tout cela est vrai, les déclarations et le revirement de Grotzinger, craignant pour sa vie, prennent un nouveau sens…

 

Que va-t-il donc se passer le 21 décembre 2012 ?

 

À ce stade, on ne peut que se perdre en conjectures. En ce qui concerne les trous noirs, on sait qu’un nuage de gaz est en train de s’approcher dangereusement de notre trou noir galactique, lequel est entouré d’astéroïdes. Dans nos précédentes révélations sur Opera, nous avions signalé que Bruno Pontecorvo, un brillant collaborateur de Fermi, avait quitté le Royaume-Uni où il était devenu citoyen britannique, pour se réfugier en Union soviétique en 1950, donc quelques années avant les décès de Turing et Fermi.

 

Trous noirs supermassifs, trous de ver et Seti russe

 

L’ex-URSS, tout comme les États-Unis, a joué un rôle important dans le développement de la théorie des trous noirs et des trous de ver, par exemple avec John Wheeler et Igor Novikov. Ce dernier a d’ailleurs proposé avec son collègue Nicolay Kardashev, il y a quelques années, que certains trous noirs supermassifs puissent être des trous de ver, des portes spatiotemporelles constituant des raccourcis dans l'espace-temps.

 

Nicolay Kardashev est un pionnier de la recherche des extraterrestres et de la physique des trous de ver. Sait-il quelque chose sur la signification du calendrier maya qui s'arrêterait le 21 décembre 2012 ?

Nicolay Kardashev est un pionnier de la recherche des extraterrestres et de la physique des trous de ver. Sait-il quelque chose sur la signification du calendrier maya qui s'arrêterait le 21 décembre 2012 ? © Russian Academy of Sciences

Curieusement, on sait que Kardashev est un des pionniers de l’équivalent russe du programme Seti. En 1963, il a ainsi examiné le quasar CTA-102, la première tentative soviétique de recherche d'une intelligence extraterrestre. Or, on retrouve actuellement Kardashev fortement impliqué dans la mission RadioAstron, dont on nous dit qu’elle a le pouvoir d’observer de très près les trous noirs supermassifs galactiques dans le domaine radio, pour déterminer s’il ne s’agirait pas en fait de trous de ver.

 

Et si la vérité était de nouveau ailleurs ?

 

Se pourrait-il que RadioAstron soit en mesure de détecter la bouche d’un trou de ver quelque part dans notre propre Système solaire ? Une porte des étoiles intentionnellement laissée voilà des milliers d’années dans notre Système solaire par des extraterrestres préparant leur retour pour le 21 décembre 2012 et qui attendaient de voir les progrès accomplis par l’humanité ? (Note du Pouvoir Mondial : Pour voir les progrès de l'humanité ou pour voir si les Illuminati-reptiliens avaient réussi à instaurer leur Nouvel Ordre Mondial pour les Siècles, comme leur race hybride humano-reptilienne le leur avait promis ? ).

 

À moins qu’ils n’aient entrepris de nous prévenir d’une éventuelle pluie d’astéroïdes dévastateurs en provenance du cœur de la Voie lactée via des trous de ver naturels laissés un peu partout lors de la formation de la galaxie et de son trou noir (de ver ?) central. Apparaissant en quelque sorte brutalement de nulle part, de tels astéroïdes ne pourraient être détectés longtemps à l'avance.

 

La civilisation maya a prospéré d'environ 2600 avant J.-C. à 1520 après J.-C. Le calendrier maya était composé de cycles, le 21 décembre 2012 (solstice d'hiver) correspondant à la fin d’un de ces cycles. Certains l’ont interprété comme étant la fin du calendrier lui-même, et donc la prédiction de la fin du monde par cette civilisation. Bonampak, au Mexique, est un site maya dans lequel on a retrouvé de nombreuses peintures (datant de 790), dont fait partie la fresque ci-dessus. © Nick Leonard

 

La civilisation maya a prospéré d'environ 2600 avant J.-C. à 1520 après J.-C. Le calendrier maya était composé de cycles, le 21 décembre 2012 (solstice d'hiver) correspondant à la fin d’un de ces cycles. Certains l’ont interprété comme étant la fin du calendrier lui-même, et donc la prédiction de la fin du monde par cette civilisation. Bonampak, au Mexique, est un site maya dans lequel on a retrouvé de nombreuses peintures (datant de 790), dont fait partie la fresque ci-dessus. © Nick Leonard



20/12/2012

Ascension : Convention avec les Hiérarchies Angéliques

Pour celles et ceux qui souhaitent participer activement à l'ascension pour demander le nettoyage de la Terre et la libération de l'humanité en faisant des conventions avec les Hiérarchies Angéliques. Nous vous remettons ci-dessous, l'article qui avait été mis en ligne sur notre blog, en date du 13 avril 2012.

Déclaration de Souveraineté Humaine et de Cessation des conflits

En vue de notre ascension prochaine et dans l'objectif de nous débarrasser des Illuminati-reptiliens, de toutes leurs bases souterraines secrètes et pour nous assurer de la destruction de toutes leurs grilles magnétiques et énergétiques par le biais desquelles ils nous tenaient prisonniers de leur matrice.

Nous vous recommandons, en ces temps de transformations importantes, de faire plusieurs fois par jour, la Déclaration de Souveraineté Humaine et de Cessation des Conflits Terrestes.

Nous appelerons ainsi à l'aide : Métatron et toutes ses Hiérarchies Angéliques qui sont à notre disposition pour nous aider, mais uniquement si nous le leur demandons. Car les Hiérachies Angéliques ne violeront jamais les deux règles universelles du Libre-Arbitre et de la non ingérence sur d'autres planètes si nous ne leur demandons de venir nous aider.

C'est le sens de la prière : demandez et l'on vous donnera. Frappez et l'on vous ouvrira.

Merci de faire passer ce message autour de vous afin que nous soyons nombreux à faire ces affirmations et ces demandes.

La Déclaration de Souveraineté Humaine à télécharger en PDF ci-dessous :

Déclaration de Souveraineté Humaine et de cessation des conflits terrestres.pdf

Déclaration de Souveraineté Humaine et de cessation des conflits terrestres