Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2013

Prévisions astrologiques 2014 par Roland Legrand

Les configurations astrales exceptionnelles et jamais vues pour l'année 2014 !

L'année de tous les dangers ou de toutes les chances pour l'évolution de l'humanité !

A voir et à écouter attentivement !

Passionnant !

Roland Legrand, mettra en ligne toutes les études relatives aux différents signes astrologiques pour l'année 2014. N'hésitez pas à aller visiter le site de l'école ABLAS : www.ablas-astrology.com


Les prévisions astrologiques générales pour 2014 par Roland Legrand, selon les influences combinées des grands transits planétaires et des configurations qu'ils formeront tout au long de l'année.


Publiée le 19 nov. 2013


Prévisions astrologiques 2014 par Roland Legrand

http://www.youtube.com/watch?v=yE76IimN8y8



www.ablas-astrology.com



22:10 Publié dans Astrologie - Astronomie | Lien permanent | |  del.icio.us | |  Imprimer | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

08/11/2013

Découverte d'un astéroïde à 6 queues !

En plus d'Ison, une autre " étrangeté " dans le ciel !

Un astéroïde à six queues : Le télescope spatial Hubble a découvert un étrange astéroïde montrant  six queues de comète. Les chercheurs pensent que l'astéroïde, nommé P/2013 P5, crache des jets de poussière tout en tournant rapidement sur lui-même.

astéroïde à 6 queues.jpg

hs-2013-52-e-print.jpg

Citation :

«Nous avons été littéralement sidérés quand  nous l’avons vu", a déclaré le chercheur, David Jewitt, de l'Université de Californie à Los Angeles. " Encore plus étonnant, sa structure de queues change radicalement en seulement 13 jours, tout en expulsant de la poussière. Cela nous a également surpris. C'est difficile de croire que nous observons un astéroïde."

 


Source initiale et suite ( via Spaceweather du jour ) :
http://science.nasa.gov/science-news/science-at-nasa/2013...

Source Hubble et images détaillées:
http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2013/52...

 

 

Comète ISON : un aspect étrange qui inquiète les astronomes

obre-dernier-par-bruce-gary-ce-moment-la-chevelure-etait-un-peu-verte-resultat-d-une-emission-de-gaz-recente-tandis-que-la-queue-tirait-sur-le-rouge_63602_w250.jpg

Comète ISON : un aspect étrange qui inquiète les astronomes

À moins d'un mois de son rendez-vous spectaculaire avec le Soleil, la comète ISON continue d'intriguer les observateurs. La trajectoire de la courageuse comète, qui effleurera le Soleil fin novembre, réserve encore des surprises aux scientifiques. En effet, son aspect semblerait pour le moins inhabituel à ce stade de son voyage...


1,8 million de kilomètres… C'est à peu près ce qui séparera la comète ISON du Soleil lorsque celle-ci viendra frôler l'astre, début décembre. En attendant, les scientifiques continuent d'observer le long voyage de la comète vers son destin. D'après plusieurs observations, datant du 24 octobre dernier, la "Comète du Siècle" posséderait une magnitude de 1,3, soit une luminosité 3,3 fois plus faible que celle prévue par le Minor Planet Center, dans le Massachusetts. La comète vient tout juste d'entamer la dernière ligne droite de son long voyage, avant de réaliser son proche passage du Soleil. Et les astronomes ignorent toujours si elle survivra à cette rencontre ou si elle disparaîtra car les observations ne permettent pas de trancher sur la question. ISON montre même des aspects étranges à certaines moments.

Une drôle de tête

Selon Carl Hergenrother du Laboratoire Lunaire et Planétaire de Tucson, une partie de l'étrangeté d'ISON dépend des fréquences auxquelles elle est observée. "Les observations visuelles ou par appareil à charge couplée montrent que la comète brille de façon normale, alors que les observations CCD-R montrent une comète qui brille à peine. Ces dernières montrent majoritairement la poussière de la comète alors que les visuels CCD-V affichent plutôt de larges composants gazeux". "Il semblerait qu'au cours des derniers mois, la production de gaz d'ISON s'est élevée contrairement à la production de poussière. Je ne sais pas ce que ça veut dire, mais l'un des deux doit se mettre au niveau de l'autre", explique-t-il. Pour sa part, John Bortle, observateur de comète aguerri est tout aussi perplexe. Selon lui, l'aspect d'ISON est "catégoriquement étrange. La comète, très brillante avec une longue queue se situe à l'intérieur du halo de chevelure, bien plus étalé mais très diffus et peu lumineux". Il explique que les personnes utilisant de larges télescopes remarquent souvent l'étrangeté de la comète. En revanche, ceux qui sont équipées de télescopes classiques ou de grosses jumelles observent une comète large, plus ou moins brillante, mais uniforme. Or, "à cette distance du Soleil, elle ne devrait plus avoir cette apparence dichotomique", précise-t-il. Observateur depuis plus de 50 ans, John Bortle a eu l'occasion de contempler plusieurs centaines de comètes. Mais "alors que la comète vient de traverser l'orbite de la Terre, je n'en ai jamais vu aucune qui lui ressemblait à cette étape du voyage. Je ne sais pas ce que ça veut dire, mais ça ne me plaît pas", s'inquiète-il, repris par Space.com.

Un pas en avant, un pas en arrière

Un pas en avant, un pas en arrièreAutour du 19 octobre dernier, ISON semblait briller plus fortement qu'auparavant. Bruce Gary, le premier à photographier la comète le 12 août, écrivait même : "la brillance de la comète continue sur la même lancée que celle débutée le 19 octobre. La chevelure interne est de plus en plus lumineuse. La semaine prochaine devrait être excitante". Pourtant, quatre jours plus tard, la comète montrait des signes d'essoufflement en perdant de sa luminosité. "Je ne sais pas ce qui se passe avec cette comète", s'exaspérait presque Bruce Gary. En analysant les données depuis le 4 septembre, les chercheurs se sont aperçus qu'ISON réagissait au Soleil comme un corps solide et non comme une comète classique.

Le temps presse

 

Mais peu importe ce qui se passe au sein d'ISON, cette dernière semble continuer inlassablement son voyage vers le Soleil puisqu'elle a traversé l'orbite de la Terre, le 30 octobre dernier. Au cours des deux derniers mois, les observateurs ont regardé la comète s'illuminer à un taux que beaucoup considéraient trop lent. Ils attendent d'ailleurs toujours que sa luminosité augmente. Cela pourrait encore arriver, mais la comète pourrait aussi être à court de temps, puisqu'il ne lui reste plus que quelques semaines avant sa rencontre solaire. Des scientifiques nippons ont récemment pu filmer la comète en attachant une caméra spéciale à un télescope de l'observatoire de Tottori au Japon. Selon eux, elle deviendrait de plus en plus visible. Mais le doute demeure.Sa luminosité restera t-elle faible ? Ou, au contraire, se décidera-t-elle à briller de mille feux comme les astronomes l'espèrent ? Sortira-t-elle indemne de son face à face avec le Soleil ou bien la chaleur extrême et les forces d'attractions la forceront-elles à se briser ? Autant de questions auxquelles les scientifiques ne peuvent toujours pas répondre, et qui les laissent anxieux.

En savoir plus: http://www.maxisciences.com/com%E8te-ison/comete-ison-un-...

 


 

La comète ISON bientôt visible à l'oeil nu

 

greencomet_strip.jpg

La comète Ison en couleur

 

Des chercheurs japonais ont filmé le voyage de la comète ISON, de plus en plus visible à mesure que le bloc de glace cosmique s’approche du soleil qu’il devrait frôler le 29 novembre.

Grâce à une caméra spéciale attachée à un télescope de l’observatoire de Tottori au Japon, des scientifiques ont pu filmer la comète ISON (voir les images ci-dessus). Celle-ci, actuellement à une centaine de millions de kilomètres du soleil, devrait effleurer l’étoile le 29 novembre.

Plus la comète s’approche du soleil, plus elle devient visible, explique le professeur Junichi Watanabe de l’Observatoire national astronomique du Japon. Les chercheurs s’attendent à un spectacle d’une rare intensité.

En Europe, la comète peut être visible avant l’aube avec une paire de jumelles et pourrait l’être à l’oeil nu lorsqu’elle sera à proximité du soleil.

Il restera ensuite à savoir si la comète aura survécu à son passage si près du soleil, où le gros bloc de glace cosmique subira une température de l’ordre de 2700°C. Il pourrait alors être visible à l’oeil nu à la fin du mois de décembre lors de son passage près de la Terre.

 

La comète ISON bientôt visible à l'oeil nu

http://www.youtube.com/watch?v=WqTUXJDP4bs

 

 

Via Sott.net (+vidéo)

27/12/2012

Présentation de la constellation du Taureau et des Pléiades

 Les Pleiades, le siège de notre Soleil Central Alcyone, constitué de 7 soleils ou les 7 soeurs.

 

67627677.jpg

Evocation de la très ancienne constellation du Taureau, visible de l’automne au printemps, et des légendaires Pléiades qui, à travers le monde et diverses cultures, jouent un rôle très important. Pour jeter un pont entre astronomie et culture.

Astronomie et Culture : le Taureau et les Pléiades
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=nhjwtK-Yre4


Présentation de l’une des plus anciennes constellation du ciel boréal : le Taureau (Taurus). Sa gueule est formé par l’amas ouvert des Hyades, « celles qui font pleuvoir » . La magnifique grappe d’étoiles des Pléiades est posée sur son épaule. L’astérisme des Pléiades, d’un point de vue culturel, a une très longue histoire. Probablement peint à côté d’un taureau sur une paroi de la célèbre grotte de Lascaux (il y a 17 000 ans !), l’amas des Pléiades représente depuis des millénaires un pour les sociétés agricoles et pastorales, l’arrivée du froid (automne-hiver) quand elle se lève à l’est et celle de la douceur (printemps), le temps de préparer la terre, quand elles se dirigent à l’ouest … Le lever héliaque des Pléiades (fin de nuit, avant le lever d’Hélios, le Soleil en juin) marque pour beaucoup de culture, le début de la nouvelle année. Vous apprendrez au cours de ce modeste exposé que les Pléiades possèdent des dizaines de noms différents, en résonance avec leur nombre. L’actuel qui figure sur les cartes du ciel internationale nous vient de l’antiquité grecque.

Paleolithic_wall_art_in_Lascaux_Wallpaper_2ftmu.jpg

S’agit-il de la grappe d’étoiles des Pléiades que les peintres de Lascaux ont voulu représenter au-dessus d’un taureau ?

Le ciel parsemé d’étoiles a été peuplé par nos ancêtres du monde entier, de héros, d’animaux, de symboles qui nous racontent leurs construction du monde et du cosmos. Le ciel, miroir de nos cultures, c’est une dimension qu’il m’intéresse d’explorer et de  partager. Notre histoire, nos représentations, ces étoiles qui nous accompagnent et nous guident, tels les Pléiades qui marquent les saisons, l’étoile polaire qui indique (actuellement) le nord, le Grand Chariot qui est aussi un repère et une sorte de « clef du ciel », la Voie Lactée qui pour les pèlerins du moyen-âge était et reste « el camino de estella », etc.

Cette vidéo est en quelque sorte un premier podcast, un Cosmocast. De fabrication artisanale (pas encore totalement maitrisé), j’espère que vous pardonnerez les imperfections de jeunesse qui devraient disparaître au fil des prochains montages.

Les démonstrations du ciel nocturne ont été réalisées avec le logiciel Stellarium (gratuit).

Je remercie tout particulièrement les talentueux photographes amateurs pour leurs portraits des Pléiades ou des Hyades et aussi Patricia Chaylade qui a composée la musique.

http://www.lecosmographe.com/blog/video-presentation-cons...