Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2015

ORGANISATION DES NATIONS UNIES - Une organisation maçonnique

L'ONU (Objectif Nuire Utilement) SE DÉCIDE ENFIN À TRANSFORMER LE MONDE D'ICI 2030, PARMI SES OBJECTIFS, ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ sous toutes ses formes, promouvoir la santé, l'éducation, le combat contre le réchauffement climatique, la réduction des inégalités............la liste est longue aussi longue que leur baratin. Qu'ils commencent par la Palestine et la Syrie avec tous ces migrants qui arrivent en masse en Europe (l'organisation criminelle décide toute seule d'aller au combat).

Risible ! Les mafieux n'ont pas fini de nous leurrer !

L’ONU se fixe de nouveaux objectifs pour 2030

Publié le 22 septembre 2015

Surtout que la première chose que les peuples devraient faire c'est de se lever pour éradiquer l'Organisation mafieuse Illuminati dénommée l'ONU et toutes ses annexes dont l'OMS et l'OTAN  qui passent son temps depuis quelques décennies à participer activement à orchestrer les guerres et se rend complices de tous les génocides commis dans le monde !

ORGANISATIONS DES NATIONS UNIES - Une organisation maçonnique

NATO - OTAN - ATON

Lors du congrès des francs-maçons du 28 au 30 Juin 1917 à Paris, ceux-ci décidèrent de principes directeurs qui furent aussitôt votés : ce fut l'heure de naissance de la Société des Nations qui vit le jour en 1919 à Genève. Les Nations unies naquirent de cette Société des Nations en 1945 à San Francisco. La fin de la guerre prépara la voie pour la création de l'ONU en 1945, dont le siège principal se trouvait sur un terrain donné par ROCKEFELLER à New York. Parmi les membres fondateurs de l'ONU, 47 au moins faisaient partie du CFR.

Cette institution créée par les Illuminati représente la plus grande loge franc-maçonnique du monde où doivent se réunir toutes les nations. Ainsi qu'il est écrit dans l'article 4 de Machiavel qui a été mentionné dans la préface, ses fondateurs furent les instigateurs des guerres menées durant ces deux derniers siècles. Quelle ironie du sort de voir, de nos jours,les hommes de toutes les nations demander aux Nations unies d'aplanir les problèmes, d'arbitrer les guerres et d'y mettre fin !

logo ONU.jpg

Pour les peuples, l'ONU est l'ami sur lequel ils peuvent compter pour qu'il "prenne les choses en main". Lors de sa fondation, au moins 47 personnes Parmi les délégués amériains présents étaient membres du CFR dont David Rockefeller. Il saute aux yeux que l'emblème de l'ONU est un symbole franc-maçonnique. Je vais le décrire ici en le comparant au sceau d'Etat américain franc-maçonnique.


Le globe des Nations unies et la forme circulaire du sceau de l'Etat américain avec l'inscription "Annuit coeptis" ("notre entreprise - en fait, notre conjuration - est couronnée de succès") et en dessous "Novus Ordo Seclorum" ("Nouvel Ordre mondial") montrent le but poursuivi : celui d'une hégémonie mondiale.


Les parcelles du globe des Nations unies et les pierres de la pyramide représentent les degrés du "Rite écossais" des francs-maçons.

L'emblème des Nations Unies a été approuvé le 7 décembre 1946. Le dessin symbolise "une carte du monde figurée en projection azimutale équidistante, le pôle nord servant de centre ; autour de la carte, une couronne de branches d'olivier stylisées et croisées ; le tout en or sur champ gris-bleu, les mers en blanc. La projection de la carte s'étend jusqu'au 60ème degré de latitude sud, et comprend cinq cercles concentriques" (rapport de la Sixième Commission, A/204 ). Les branches de l'olivier symbolisent la paix. La carte du monde démarque les régions d'intérêt des Nations Unies dans la poursuite de leur objectif premier, assurer la paix et la sécurité. L'utilisation de cet emblème est strictement réglementée, selon les termes de la résolution 92(I),1946 de l'Assemblée générale .

En 1946, les Etats-Unis disposent d'une majorité à l'ONU et contrôlaient 25 % du FMI. De 1971 à 1973, George Bush est ambassadeur à l'ONU.

    

 

21/09/2015

La politique criminelle des USA dénoncée aux Guignols de l'info en 2013

Quand la vérité sort de la bouche des Guignols de l'Info !

Comment faire entrer Al Quaïda en Bourse avec Oussama Ben Laden !

Le plan du partenariat entre les USA et Al Quaïda en 3 points par Oussama Ben Laden :

Accentuer l'amalgame entre Musulmans et Terroristes,

Développer la misère,

Communiquer sur les actions d'Al Quaïda

En échange je vous offre : LA PEUR !

La vidéo ne semble plus être accessible sur le net !

Désolés pour la duplication de la vidéo en 2 exemplaires, il s'agit de la même vidéo.

 

 
 
 

 https://www.facebook.com/video.php?v=190813711065995

20/09/2015

Rapport de l'Onu: les sanctions unilatérales violent la souveraineté nationale.

https://allainjules.files.wordpress.com/2015/06/poutine2.jpg

Le rapport de l’ONU qui reconnait que les sanctions unilatérales violent la souveraineté nationale et qui permettra à la Russie d’exercer ces éventuels recours.

Voyons comment Hollande, caniche des US/Israël, a ruiné le peuple Français et comment à présent il rampe devant la Russie ?

Heureusement que la Russie est isolée ! On va à présent lui lécher les bottes pour servir de porte-parole avec la Syrie d’Assad, et après avoir humilié et ruiné les français avec l’affaire scandaleuse des Mistrals, et la crise des éleveurs et des agricoles, ils vont se mettre à ramper devant la Russie pour lui demander de lever l’embargo sur le porc et sur les produits agricoles !

Et tout cela parce que leur seul but en fabriquant de toutes pièces le coup d’état en Ukraine, était celui de s’accaparer la Crimée pour priver la Russie de sa base militaire qui leur ouvre l’accès à la Mer Noire et à la Méditerranée ! Et Crimée qu’ils pourront toujours attendre de récupérer !

Rien qu’avec cela, la Russie a déjà gagné la guerre contre l’UE et les USA !


Et en prime, comme ils sont trop nuls pour comprendre que les sanctions contre la Russie, ne prennent pas, ils continuent tout en commençant par lui lécher les bottes !

UE: assouplir les sanctions antirusses pour les prolonger

20:38 18.09.2015

La décision de maintenir les sanctions antirusses, en y introduisant un certain assouplissement, a été prise par Bruxelles et Washington en raison des faibles perspectives de réaliser les conditions de l'accord de Minsk

Stéphane Le Foll viendra en Russie pour tenter d’assouplir l’embargo agricole
18 sept. 2015
Le ministre français de l’Agriculture Stéphane Le Foll a annoncé vendredi sa visite en Russie, en octobre, en relation avec l’embargo russe sur le porc européen, a fait savoir l’agence AFP.

Embargo sur leporc: Le Foll en Russie "en octobre" pour essayer "d'ouvrir des portes"

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a affirmé vendredi qu'il irait "en octobre" en Russie pour essayer "d'ouvrir des portes" face à l'embargo actuellement en vigueur sur le porc européen, rapporte l'AFP.

 Mistral, un jouet toujours plus coûteux pour Paris
19.09.2015

La France devrait revoir le montant total des indemnisations pour la non-livraison des porte-hélicoptères Mistral à la Russie, selon le dirigeant du Parti de Gauche (PG) et député européen Jean-Luc Mélenchon.

Le montant de l'indemnisation pour la rupture du contrat avec la Russie a été incorrectement évalué et ne se limitera pas au coût établi auparavant (949.754.859 euros), a estimé le député européen.

"Le coût de cette annulation est bien plus élevé. Le coût brut atteindra au moins deux milliards d'euros et peut-être jusqu'à 7.5 milliards d'euros. Le montant final dépendra du délai de revente à un autre pays des Mistral", a précisé M. Mélenchon.

Les dépenses du gouvernement français ne se borneront pourtant pas à la somme mentionnée, d'après lui. Plus précisément, le démontage des éléments russes intégrés aux deux navires "coûterait plusieurs dizaines voire quelques centaines de millions d'euros", sans parler de la probabilité d'une décote sur le prix de revente à un autre pays.

Rapport de l'Onu: les sanctions unilatérales violent la souveraineté nationale

Les sanctions économiques

15:33 18.09.2015 (mis à jour 16:09 18.09.2015)

Les mesures économiques sont illégitimes si elles contraignent un État à agir dans un domaine relevant de sa compétence exclusive, indique un rapport de l'Onu.

Les sanctions unilatérales violent le droit international, portent atteinte dans plusieurs cas à la souveraineté des États, et peuvent avoir des répercussions négatives sur les droits de l'homme, notamment dans les pays émergents, indique le premier rapport de l'Onu consacré à l'impact des sanctions unilatérales sur l'exercice des droits de l'homme.

Ce document a été préparé par le Rapporteur spécial chargé d'étudier les effets négatifs des mesures coercitives unilatérales sur l'exercice des droits de l'homme, Idriss Jazairy. Il s'agit du premier d'une série de rapports annuels à ce sujet, présenté au Conseil des droits de l'homme (CDH) qui se déroule à Genève du 14 septembre au 2 octobre.

Le texte indique que les États signataires de l'Acte final d'Helsinki en 1975 se sont engagés à renoncer à "l'imposition économique ou autre visant à soumettre à leurs propres intérêts l'exercice des droits d'un autre État inhérents à sa souveraineté". "Cependant, en pratique la situation est différente, et des mesures coercitives unilatérales sont de nouveau appliquées contre des pays émergents, ce qui a été suivi par une nouvelle escalade provoquée notamment par la tension entre l'Occident et la Fédération de Russie au vu de la situation en Crimée et dans l'Est de l'Ukraine", indique Idriss Jazairy.


La légitimité de ces sanctions peut être remise en question également, si elles entraînent des violations grossières vis-à-vis des groupes de population les plus vulnérables. Le rapporteur spécial a l'intention, dans le cadre de son mandat, d'évaluer le niveau d'impact négatif des sanctions unilatérales sur les droits de l'homme et de systématiser leur processus d'application. Il appelle également la communauté internationale à "renoncer à l'usage des sanctions unilatérales comme instrument de politique étrangère".

 

 

Poutine réfute les accusations de l’Occident conférence de presse, Moscou

Qui sont les menteurs et qui s'est accaparé l'Europe pour en faire la basse avancée militaire de l'OTAN/US au détriment des peuples européens et pour aller se mettre aux frontières de la Russie ?

La propagande contre la Russie de Poutine et surtout l'ONU doit se taire au lieu de dénoncer tous ces abus !

La Russie a eu tort d'installer son pays aux frontières des bases militaires OTAN/US implantées en Europe et dans le monde !

Propagande poutinienne.jpeg

Monsieur le président, (John Simson, de la BBC) les pays occidentaux disent presque unanimement qu’il y a une nouvelle guerre froide et ils pensent que c’est vous qui avez décidé de la recommencer. Presque tous les jours on voit des avions russes procéder à des manœuvres dangereuses près de l’espace occidental. Cela se fait sous votre commandement, c’est vous qui décidez ça en tant que commandant suprême. Vous envoyez les troupes russes sur le territoire d’un pays souverain l’Ukraine, d’abord il y a eu le cas de la Crimée, ensuite de la partie orientale de l’Ukraine. Maintenant vous avez un certain problème avec le cours du rouble, vous allez avoir besoin de l’aide, de la compréhension et du soutien d’autres pays et notamment des pays occidentaux. Est-ce que vous allez profiter de cette occasion pour dire à l’occident, si je puis me permettre de poser cette question, que vous ne souhaitez pas une nouvelle guerre froide et que vous allez maintenant faire tout votre possible pour résoudre le problème en Ukraine ? Merci.

Poutine réfute les accusations de l’Occident conférence de presse, Moscou



 

 

 

19/09/2015

La Russie a un plan pour stopper le carnage en Syrie

Parce que la Russie a un plan pour arrêter le carnage en Syrie et que les USA ont été dénoncés pour avoir créé l'Etat Islamique et Daesh, tout à coup nous assistons à un revirement de situation des USA envers la Russie qui ne peut pas être isolée sur le plan international !

Vous aurez compris que les US/sionistes et leurs alliés, ne voient pas d’un bon œil que la Russie intervienne en Syrie et en Afrique, car adieu leurs projets de création du Grand Israël  et  Le projet américain - Grand Moyen Orient

 

Le Grand Israël

Nouvelle image (1).jpg

Le Grand Moyen Orient US/Sioniste

Nouvelle image (2).jpg

Quelques liens ci-dessous pour vous faire une idée claire sur ces questions :

* -
Michel Raimbaud, ancien ambassadeur français : « Les États-Unis n’ont qu’une logique : celle du chaos »

 

EL-ASSAD : Interview

* - L'interview de Bachar el-Assad en sept points clés

* - El-Assad : «Si vous vous inquiétez des réfugiés, arrêtez de soutenir les terroristes» (VIDEO)

* - El-Assad : L’Occident pleure d’un œil sur le sort des réfugiés et les vise avec une arme de l’autre

* - Sondage: les Syriens accusent les USA d'avoir créé l'EI

 

Russie et Syrie

* - Syrie: cinq messages géopolitiques de Vladimir Poutine

* - Lavrov : la lutte contre le terrorisme ne doit pas se faire dans l’illégalité

* - Lavrov : Moscou soutient la lutte de Damas contre Daesh, et pas le gouvernement de Bachar el-Assad

* - Ambassadeur russe auprès de l’ONU : la coalition actuelle contre Daesh est déficiente

* - À La Une: L’approche dynamique de la Russie face à la Syrie

* - Armée russe en Syrie? Moscou étudiera la question si Damas le demande

* - La Russie construit un camp en Syrie pour les déplacés syriens, une première

 

USA et Syrie

 

* - Selon les services secrets, les Etats-Unis ont sciemment soutenu les djihadistes pour isoler Assad

* - L’ancien chef de la DIA accuse Washington d’avoir fermé les yeux sur la naissance de Daesh

* - Des responsables américains soupçonnés de falsifier des rapports sur la progression de Daech

* - La stratégie américaine de lutte contre l’Etat islamique en Syrie tournée au ridicule par le Sénat


* - Accuser el-Assad : le monde vu par le département d’État américain

* - Syrie : Washington, est-il en mesure d’isoler la Russie ?

* - Syrie, les Etats-Unis admettent officiellement leur présence au sol aux côtés des Kurdes

 

La Russie a un plan pour stopper le carnage en Syrie

diplomatie

jeudi 17 septembre 2015 Luis Lema

 

Manifestation de soutien à Bachar el-Assad devant l’ambassade russe à Damas. (Keystone)

Tous contre l’Etat islamique! C’est l’objectif affiché par Moscou. Le Kremlin prône un retournement des alliances sur le terrain. Les négociations vont bon train

La Russie pourra-t-elle rassembler tous les fils épars qui rendent si compliquée la résolution du conflit syrien? Le Kremlin a un plan. Et, malgré les haussements d’épaules qu’il suscite officiellement jusqu’ici en Occident, Moscou a lancé une vaste campagne diplomatique, à Washington, à Genève ou à Riyad, pour tenter de convaincre non seulement que ce plan est viable, mais qu’il est le seul réalisable.

«L’idée, c’est de concilier la lutte mondiale contre l’islamisme, dont Vladimir Poutine veut se faire le héros, avec le règlement du conflit en Syrie», explique l’opposant syrien Haytham Manna, à qui le plan a été soumis il y a déjà plusieurs semaines. De fait, voilà près de trois mois que la Russie a posé son projet sur la table: elle en a réservé la primeur, en juin, au vice-prince héritier saoudien Mohamed bin Salman, en visite à Moscou. Puis c’est le secrétaire d’Etat américain John Kerry qui a été prié de se pencher sur la proposition russe, avant qu’elle ne soit explicitée, à Genève, à Staffan de Mistura, l’émissaire de l’ONU pour la Syrie.

La ligne maîtresse de ce plan? Réunir les forces en présence pour combattre, tous ensemble, les djihadistes du groupe Etat islamique. Quatre bataillons principaux: l’armée syrienne, l’armée irakienne, les combattants kurdes et, enfin, les différents groupes militaires présents aujourd’hui sur le terrain – y compris ceux qui se battent actuellement contre le régime de Bachar el-Assad, – à la condition qu’ils n’intègrent pas de combattants étrangers.

«La majorité des groupements présents en Syrie sont des djihadistes. Or, il faut éliminer une fois pour toutes du paysage la menace islamiste, explique une source diplomatique russe qui a bien suivi l’élaboration de ce plan. Mais, dans le même temps, nous ne pouvons pas nous permettre de créer en Syrie une nouvelle Libye. C’est pour cette raison qu’un rôle central doit être donné à l’armée syrienne.» Instructeurs et munitions seraient fournis par Moscou; la poursuite de la campagne aérienne internationale, menée par les Etats-Unis, est à l’avenant.

Pareil retournement de fronts laisse sceptique. Il n’a pas convaincu jusqu’ici les grandes composantes de l’opposition syrienne. Haytham Manna affirme s’être insurgé en ces termes devant Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe: «On ne peut pas combattre la peste par le choléra. Lutter contre la sauvagerie aux côtés de criminels qui ont du sang jusqu’aux coudes ne pourra mener nulle part.»

C’est pour vaincre ce type de réticences (et elles restent nombreuses…) que la Russie entend aussi coupler son plan militaire à un volet diplomatique. C’est là qu’entreraient en scène les Nations unies et leur émissaire Staffan de Mistura. En ouvrant des espaces de dialogue politique, note-t-on à Moscou, et en dessinant une perspective d’après-guerre, les différentes branches de l’alliance militaire sauront dans quel but ultime elles se battent ensemble.

Staffan de Mistura n’était pas disponible pour répondre aux questions sur la pertinence d’inscrire ses efforts diplomatiques dans une perspective russe. Mais le tic-tac de l’horloge résonne: il est prévu que Vladimir Poutine consacre à cette question une bonne partie de son discours devant la prochaine Assemblée générale de l’ONU, à la fin du mois. D’ici là, il entend multiplier les tête-à-tête avec ses collègues. Rendez-vous a déjà été pris avec Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, le roi d’Arabie saoudite, qui devrait se rendre prochainement à Moscou; idem pour Benyamin Netanyahou, le premier ministre israélien. Pareille invitation a aussi été lancée à Barack Obama, créant émoi et méfiance à la Maison-Blanche.

Les intentions réelles de Vladimir Poutine restent en partie mystérieuses. Et le trouble n’a fait qu’augmenter ces derniers jours, à mesure que les preuves se multipliaient d’un envoi massif de matériel militaire, encadré par des militaires russes, à destination de Lattaquié, l’un des fiefs des partisans de Bachar el-Assad. Un double jeu? Ou plutôt un moyen pour Moscou, en affirmant sa présence aux côtés de l’armée syrienne, de forcer la main de la communauté internationale en faveur de son plan de paix? C’est ce que semblait suggérer Vladimir Poutine en affirmant mardi: «Nous offrons au gouvernement syrien l’assistance dont il a besoin. Et nous appelons les autres Etats à se joindre à nous.»

Une autre source russe se montre plus directe dans l’explication de ce regain d’activité militaire en Syrie: «Pour que notre plan fonctionne, il faut que les intérêts de chaque Etat soient pris en compte dans l’équation, y compris ceux de la Russie. Après tout, nos amis américains continuent de financer et d’entraîner pour leur propre compte des combattants à l’étranger.» Une référence aux 500 millions de dollars débloqués par le Congrès américain, mais qui n’ont jusqu’ici officiellement permis de former que… 54 opposants au régime syrien.

La prise en compte des multiples intérêts nationaux qui encombrent le conflit syrien est, en quelque sorte, le troisième étage de la fusée Spoutnik lancée par les Russes, aux côtés des volets militaire et diplomatique: c’est la création d’un «groupe de contact» qui réunirait les «parrains» internationaux des acteurs présents sur le terrain et qui, le cas échéant, auraient pour tâche de tenter de ramener à la raison leurs protégés en cas de dérapage.

La liste de ces parrains, déjà négociée pied à pied dans une série de capitales? La Russie et les Etats-Unis, la Turquie, l’Arabie saoudite, le Qatar, l’Iran et l’Egypte. Deux pays du Golfe pour faire contrepoids à la présence de l’Iran, malvenu pour les Etats sunnites. Un rôle pour l’Egypte, afin de rassurer notamment l’opposition syrienne laïque, effrayée par le poids que prennent tant de théocraties tout autour.

Malgré le fait que cette liste de pays circule un peu partout, elle reste néanmoins officiellement secrète. En cause: l’Iran. Il s’agit, au préalable, de ratifier l’accord nucléaire conclu avec Téhéran. Un dossier après l’autre.