Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2015

L'armée irakienne affirme avoir frappé le convoi du chef de Daech

Comme quoi la coalition créée entre la Russie, l'Iran, l'Irak et la Syrie fonctionne très bien depuis le début des frappes russes en Syrie !

On leur frappe dessus en Syrie et quand ils fuient vers l'Irak on les achève en chemin !

Les renseignements et les satellites militaires doivent fonctionner à plein rendement actuellement !

L'armée irakienne affirme avoir frappé le convoi du chef de Daech

11/10/2015 à 14:28

Abu Bakr al-Baghdadi, califeauto-proclamé de l'Etat islamique. Photo AFP/AL-FURQAN MEDIA

Abu Bakr al-Baghdadi, calife auto-proclamé de l' Etat islamique

 

Les forces irakiennes ont affirmé dimanche avoir touché dans un raid aérien le convoi du chef du groupe jihadiste Etat islamique (EI) Abou Bakr al-Baghdadi en Irak, près de la frontière avec la Syrie. Mais le leader de Daesh n'est pas parmi les victimes.

«L’armée de l’air irakienne a mené une opération héroïque en ciblant le convoi du terroriste criminel Abou Bakr al-Baghdadi», a indiqué un communiqué conjoint officiel des forces de sécurité , sans mentionner le sort du chef du groupe ultradical qui sévit en Irak en en Syrie.

Selon le correspondant de l'AFP en Irak, l'armée irakienne a frappé le convoi qui se rendait à Karbala pour un meeting des dirigeants de Daech. Le lieu de rencontre aurait également été bombardé par l'aviation  irakienne.

 

According to reports, the raid was near Al-Karabela to the west of Ramadi

 

 

L’Otan refuse de s’impliquer dans la guerre secrète russo-turque

Une explication plausible sur les violations de l'espace aérien turque par les pilotes russes !

L’Otan refuse de s’impliquer dans la guerre secrète russo-turque

Réseau Voltaire | 8 octobre 2015

Les ministres de la Défense des États membres de l’Otan, réunis à Bruxelles le 8 octobre 2015, ont approuvé le plan de Force d’intervention rapide et la création de deux nouveaux quartiers généraux en Hongrie et en Slovaquie.

Abordant la question des violations de l’espace aérien turc par la Russie dans le cadre de son opération contre les organisations terroristes en Syrie, l’Alliance a rejeté la demande turque de maintien des missiles Patriot.

Ces missiles anti-missiles avaient été déployés à la frontière turco-syrienne alors que l’Alliance entendait empêcher l’Armée arabe syrienne de reprendre le contrôle du Nord de son pays. L’Otan avait annoncé leur retrait dès que les présidents Obama et Poutine s’étaient mis d’accord sur l’opération russe et avant même que celle-ci soit annoncée.

Dès le premier jour de bombardement, l’aviation russe a tué des officiers turcs illégalement déployés sur le sol syrien.

Au cours des derniers jours, l’aviation russe a multiplié les violations de l’espace aérien turc en prétextant des problèmes météo imaginaires. De nombreux experts occidentaux ont assuré que l’Armée russe testait le temps de réaction de son homologue turque. En réalité, la Russie mène la guerre contre l’Armée turque qui continue à encadrer des groupes terroristes sur le sol syrien et fournit un refuge et une assistance aux jihadistes qui fuient les bombardements russes.

Le Conseil de l’Atlantique-Nord s’est contenté de faire déclarer par son secrétaire général que ces violations de l’espace aérien étaient inacceptables et qu’il exprimait sa forte solidarité à la Turquie.

 

 

IMPORTANT ! Poutine convoque le Conseil de sécurité de la Fédération de Russie

Nous croyons que l’heure est grave à Moscou pour que Poutine convoque le conseil de sécurité de la Fédération de Russie et que la Russie doit être en état d’alerte maximale en cas d’attaques de l’OTAN ou des alliés de la coalition internationale illégale qui comprennent les USA, des pays de l’UE, et du proche et moyen orient.

La Russie est encerclée par l’OTAN, un destroyer US est arrivé en Ukraine pour certainement livrer des armes aux Nazis de Kiev, l’Ukraine qui a aussi créé avec la Turquie une Brigade musulmane internationale capable d’attaquer la Crimée par le Sud. Moscou qui a renforcé sa présence militaire à la frontière afghane. Valls qui comme par hasard se déplace au Moyen Orient, en Turquie pour signer la vente des 2 mistrals et en Arabie saoudite pour vendre des armes. Des chefs religieux saoudiens qui ont appelé au djihad contre la Russie, Londres qui a déployé des militaires dans les pays baltes et qui entend reprendre ses exercices nucléaires, bref, autant d’éléments qui doivent nous mettre en état d’alerte sur une possible escalade du conflit en Europe et dans le monde.

Ce qui est très étrange, c’est qu’Israël reste sans réactions et demeure secret quant à ses critiques concernant les frappes russes en Syrie, et ce qui n’est pas forcément un bon signe. 

Quelques titres d’articles ci-dessous pour vous permettre de vous faire votre propre opinion sur ce qui pourrait se passer prochainement et qui aurait pu amener Poutine à réunir le Conseil de Sécurité de la Fédération de Russie en dehors de l'affaire de la Syrie.

Les titres 

L’Ukraine et la Turquie créent une Brigade musulmane internationale, Un destroyer US arrive en Ukraine, Les Etats-Unis valident 300 millions de dollars d'aide militaire à l'Ukraine, Londres déploiera des militaires dans les pays baltes, L'Otan voit une "escalade inquiétante" de l'activité militaire russe en Syrie, L’OTAN envisage de créer de quartiers généraux en Hongrie et en Slovaquie et augmentera ses forces, Moscou répondra systématiquement aux démarches de l'Otan, Lutter contre l'EI sape l'ordre mondial? La drôle de déclaration du président ukrainien, Le Royaume-Uni pourrait reprendre ses exercices nucléaires datant de la guerre froide, Moscou renforce sa présence militaire à la frontière afghane, L’Arabie a envoyé 500 missiles anti-char aux terroristes, en Syrie, Les chefs religieux saoudiens appellent au djihad contre la Russie, Valls au Moyen-Orient : d’abord l’Egypte, puis l’Arabie saoudite,

 

Poutine convoque le Conseil de sécurité de la Fédération de Russie
20:07 10.10.2015(mis à jour 20:32 10.10.2015)

Совместная пресс-конференция президента РФ В.Путина и канцлера Германии А.Меркель

Le président russe Vladimir Poutine a discuté l'opération de l'Armée de l'air russe en Syrie avec les membres du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie.

"M. Poutine a tenu une réunion avec les membres permanents du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie. Lors de la réunion, ils ont discuté de la situation en Syrie ainsi que du déroulement de l'opération menée par l'Armée de l'air russe afin de soutenir l'offensive de l'armée syrienne", a déclaré le porte-parole du Kremlin Dimitri Peskov.

M. Peskov a estimé que le sujet de la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme a été évoqué dans un contexte plus large. "Le président russe a exprimé encore une fois ses condoléances au peuple turc, en rapport avec l'attentat qui a eu lieu aujourd'hui à Ankara", a-t-il déclaré.

D'autres questions sociales et économiques ont également été évoquées lors de la réunion du Conseil.

En septembre, le président russe Vladimir Poutine s'est adressé au Conseil de la Fédération (sénat russe) en vue d'obtenir la permission d'utiliser les forces armées russes à l'étranger et a reçu son accord. Ainsi, le 30 septembre, la Russie lançait une opération aérienne militaire en Syrie.

L'ambassadeur de Syrie en Russie, Riad Haddad, a confirmé que les frappes aériennes russes ciblaient les positions des terroristes et non pas l'opposition ou les civils. Selon M. Haddad, l'armée syrienne dispose des coordonnées exactes des positions des djihadistes.

Depuis le 30 septembre, l'Armée aérienne russe a effectué 200 frappes aériennes sur les positions des islamistes, a éliminé près de 300 combattants djihadistes ainsi que leurs camps et des dépôts de munitions.

M. Peskov a déclaré auparavant que l'opération russe en Syrie serait menée parallèlement avec l'offensive de l'armée syrienne. Le chef de l'administration du Kremlin Sergueï Ivanov a déclaré qu'il ne s'agissait pas d'une opération sur terre.

 

 

L’Arabie a envoyé 500 missiles anti-char aux terroristes, en Syrie. Valls se déplace en Arabie Saoudite !

Malgré les armes livrées par les Saoudiens aux terroristes, les forces syriennes continuent leurs avancées

Malgré les armes livrées par les Saoudiens aux terroristes, les forces syriennes continuent leurs avancées

Oct 10, 2015 16:29 UTC - IRIB- L’Arabie saoudite a envoyé 500 missiles anti-char Tow, de fabrication américaine, aux terroristes, en Syrie.

Citant des sources d’information opposées au gouvernement syrien, la chaîne de télévision Al-Mayadeen a annoncé que l’Arabie saoudite avait envoyé 500 missiles anti-char Tow, de fabrication américaine, aux terroristes, dans le Nord de la Syrie.

Et ce, alors que l’utilisation massive de ces missiles, par les terroristes, contre les chars et blindés de l’armée syrienne, n’a pas pu empêcher l’avancée des forces syriennes.

La participation des hélicoptères russes aux opérations, en Syrie, a changé le cours de la guerre, en faveur du gouvernement légal de ce pays.

 

 

Comment le Général Soleimani a préparé les frappes russes en Syrie ?

C'est là que l'on reconnaît encore le génie de Poutine !

La décision d'intervenir en Syrie et de créer la coalition entre l'Iran, l'Irak, la Syrie et la Russie était déjà prise depuis quelques mois avec l'appui du Général Iranien Soleimani quand Poutine s'est présenté à l'ONU, le 28 septembre 2015 pour tester les USA et la coalition internationale illégale et leur demander de s'allier pour le combat commun contre le "terrorisme", et ce qu'il continue de faire encore aujourd'hui. Nous savons désormais quelles étaient et quelles sont les réelles intentions de ladite coalition criminelle.

Poutine rentre de l'ONU et boum, déjà le 30 septembre, soit 2 jours après son retour des USA, les premières frappes russes ont lieu sur le sol Syrien !

Et la meilleure, c'est que personne n'a vu arriver les avions et les militaires en Syrie ! MDR !!!

Les USA peuvent désormais enquêter sur l'inefficacité de la CIA et de ses services de renseignements !

Comment le général Soleimani a préparé les frappes russes en Syrie
 Récit OLJ/Reuters /08/10/2015

http://www.lorientlejour.com/storage/attachments/949/p011-3_105012_283022_large.jpg

Le général iranien Qassem Soleimani. Photo AFP

Lors d'une réunion à Moscou en juillet, le général iranien Qassem Soleimani, commandant de la force d'élite al-Qods, a déployé une carte de la Syrie et expliqué à ses hôtes russes comment les revers du président Bachar el-Assad pouvaient être transformés en victoire – avec l'aide de la Russie.

La visite du général à Moscou a été la première étape préparant l'intervention militaire russe qui a rebattu les cartes dans la guerre en Syrie et donné naissance à une nouvelle alliance russo-iranienne en soutien au président Assad.

L'aviation russe a mené ses premières frappes en Syrie mercredi dernier à partir d'une base aérienne à Lattaquié, tandis qu'une offensive au sol des forces progouvernementales syriennes et de leurs alliés iraniens et du Hezbollah semble avoir commencé.

En ligne directe avec l'ayatollah Khamenei

Qassem Soleimani est le commandant de la force al-Qods, la force spéciale chargée des opérations extérieures des pasdaran, les gardiens de la révolution islamique. Il reçoit ses ordres directement du guide suprême de la révolution islamique, l'ayatollah Ali Khamenei. Ce militaire d'élite né en 1957 aurait accédé au commandement de la force al-Qods en 1997 ou 1998, selon une biographie diffusée par l'American Enterprise Institute.


Dans nombre de capitales arabes sunnites, qu'inquiète l'influence croissante de Téhéran en Irak, en Syrie, au Liban ou au Yémen, il incarne les aspirations à un nouvel empire perse et représente le bras armé d'une confrontation engagée entre la principale puissance chiite et les pays de l'islam sunnite.


Des sources dans la région indiquent que le général Soleimani a déjà supervisé des opérations au sol contre des insurgés en Syrie et qu'il est maintenant au cœur des préparatifs pour la nouvelle offensive soutenue par la Russie et l'Iran. En Irak, il a aussi coordonné les offensives menées par des milices chiites soutenues par Téhéran contre les jihadistes sunnites de l'État islamique (EI), notamment à Tikrit au printemps dernier. Son rôle dans la région comme commandant opérationnel s'en trouve accru.


Soleimani a mis « la carte de la Syrie sur la table »


Le général Soleimani est arrivé à Moscou alors que la situation se détériorait en Syrie : l'avancée des rebelles vers la côte constituait un danger pour le bastion des alaouites, la branche chiite à laquelle appartient la famille Assad. C'est aussi le secteur où se trouve, à Tartous, la seule base navale de la Russie dans toute la Méditerranée.


« Soleimani a mis la carte de la Syrie sur la table. Les Russes étaient très inquiets et ont eu le sentiment que les choses étaient en net déclin et qu'il y avait un réel danger pour le régime. Les Iraniens leur ont affirmé qu'il était encore possible de reprendre l'initiative », raconte un haut responsable régional.


Selon trois hauts responsables dans la région, le voyage de Soleimani en juillet a été précédé par des contacts à haut niveau entre Russes et Iraniens qui ont été d'accord sur la nécessité de renouveler le soutien à un Assad en mauvaise posture.

D'après le récit de ces trois personnes, la planification de l'intervention était dans l'air depuis plusieurs mois. Cela veut dire que pendant que les Occidentaux notaient ce qui leur semblait être une nouvelle souplesse de Moscou sur l'avenir du président syrien, Téhéran et Moscou discutaient de la manière de renforcer Assad.

La décision d'un effort russo-iranien conjoint en Syrie a été prise lors d'une réunion entre le ministre russe de Affaires étrangères Sergueï Lavrov et l'ayatollah Khamenei il y a quelques mois, explique un haut responsable d'un pays de la région, versé dans les questions de sécurité.


« Soleimani, chargé par Khamenei de diriger la partie iranienne de l'opération, s'est rendu à Moscou pour discuter des modalités. Et il s'est aussi rendu en Syrie plusieurs fois depuis », a dit ce responsable. 

« OK, nous interviendrons. Envoyez Soleimani », dit Poutine

Le gouvernement russe affirme que son déploiement en Syrie s'est fait à la demande d'Assad, qui a lui-même présenté sans ambages les problèmes auxquels était confrontée l'armée syrienne, notamment en termes d'effectifs.

L'ayatollah Khamenei a également envoyé un émissaire spécial à Moscou pour y rencontrer le président Vladimir Poutine, a déclaré un autre responsable régional. « Poutine lui a dit : "OK, nous interviendrons. Envoyez Qassem Soleimani". Il y est allé pour expliquer la carte du théâtre des opérations. »


Début août, la chaîne américaine Fox News avait révélé un récent voyage à Moscou du général iranien, information à l'époque confirmée par des sources des services de sécurité américains. Fox précisait que Soleimani était arrivé en Russie le 24 juillet, dix jours à peine après la conclusion de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien qui a remis Téhéran dans le jeu diplomatique.


Une source iranienne avait confirmé sous le couvert de l'anonymat que le commandant de la Force al-Qods s'était bien rendu dans la seconde quinzaine de juillet à Moscou. 


Vieille connaissance des Occidentaux

L'intervention militaire en Syrie est décrite dans un accord entre Moscou et Téhéran qui dit que les frappes aériennes russes viendront en soutien aux opérations au sol par les forces iraniennes, syriennes et du Hezbollah, explique un des responsables régionaux interrogés.

L'accord prévoit aussi la fourniture d'armes russes plus sophistiquées à l'armée syrienne et l'établissement de salles d'opérations conjointes, qui regrouperaient ces alliés ainsi que les représentants du gouvernement irakien, qui est allié à la fois à l'Iran et aux États-Unis. Une des salles d'opérations est à Damas et l'autre à Bagdad.

 
« Soleimani habite pratiquement à Damas, ou disons qu'il y va beaucoup. On peut le trouver entre deux réunions avec le président Assad et des visites sur le théâtre des opérations comme n'importe quel soldat », dit l'un des responsables régionaux.


Le général Soleimani est une vieille connaissance des Occidentaux. Dans une interview en mars au Washington Post, David Petraeus, ancien commandant des forces américaines en Irak et en Afghanistan et ex-directeur de la CIA, mentionnait un message que Soleimani lui avait fait remettre au printemps 2008, en pleine offensive des forces irakiennes et de la coalition américaine contre les milices chiites d'Irak. « Général Petraeus, disait ce message, vous devriez avoir conscience que moi, Qassem Soleimani, je contrôle la politique iranienne en Irak, en Syrie, au Liban, à Gaza et en Afghanistan. »

 

Lire aussi
La Turquie d'Erdogan voit ses rêves régionaux s'envoler
L'offensive russe en Syrie au cœur des débats au Liban
La stratégie russe en Syrie : bâtir une forteresse pour Assad
Un « troisième round russo-tchétchène » se déroule-t-il en Syrie ?
Des guerres intestines entravent-elles l'action iranienne en Syrie ?