Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2015

Lavrov : l'Occident doit se transcender et dévoiler son véritable objectif en Syrie

Quand Lavrov enfonce encore un peu plus le clou et pousse les USA et ses alliés à dévoiler leurs réelles intentions et sur leur présence en Syrie.

Ils se pourraient bien que les forces russes se battent contre les armées US, Britanniques et les autres, au lieu de lutter contre des mercenaires ! 

Poutine doit savoir depuis longtemps qui se bat en Syrie, contre qui et quoi, et il doit vouloir pousser les USA et ses alliés à se dévoiler publiquement.

N'oublions pas que Poutine avait menacé les USA de dévoiler leurs données satellitaires concernant les attentats US en 2001.

SCOOP ! Bush et le Mossad avaient planifié les attentats du 11/9/2001 !

 

Lavrov: les USA évitent les contacts avec la Russie

14:50 13.10.2015

Lavrov: les USA évitent les contacts avec la Russie

Moscou regrette que les USA tardent à établir une coordination réelle des efforts de tous ceux qui font face à la menace terroriste en Syrie, a déclaré Sergueï Lavrov.

 

Sergueï Lavrov

21:57 13.10.2015

Les cinq thèmes principaux de l'entretien de Sergueï Lavrov

Dans son entrevue pour l'une des principales chaînes russes NTV, à l'émission de Kirill Pozdnyakov, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov exprime son opinion sur la désinformation, la crise syrienne et la mauvaise volonté de la coalition menée par les Etats-Unis de coopérer avec la Russie.

Groupe d'aviation militaire russe à l'aéroport Hmeymim en Syrie

 20:16 13.10.2015

Lutte contre le terrorisme et le respect de la souveraineté des Etats

La campagne anti-terroriste russe en Syrie bat son plein et les résultats sont plus qu’encourageants, surtout en tenant compte du début tout récent de cette campagne.


Lavrov : l’Occident doit se transcender et dévoiler son véritable objectif en Syrie

13 oct. 2015

 

Sergueï Lavrov

 L’Occident est peut-être mal à l’aise devant le succès de l’opération militaire en Syrie, a confié le ministre russe des Affaires étrangères à la chaîne NTV. Mais il doit surmonter son faux sentiment de dignité pour éradiquer la menace terroriste.

Question : Sergueï Lavrov, qu’est-ce qui empêche nos partenaires occidentaux de répondre favorablement à la proposition russe de créer une large coalition antiterroriste comme contre Hitler ? La colère, le découragement parce qu’un nouveau centre de forces est apparu ou la remise en question de leur exclusivité ?

Sergueï Lavrov (S.L.) : C’est sans doute un ensemble de facteurs et de raisons. Il n’est probablement pas très agréable de voir quelle est l’effectivité du travail de nos militaires en comparaison de celui que poursuit la coalition créée par les Etats-Unis depuis plus d’un an et qui a effectué, à mon avis, environ 60 000 vols, dont la moitié devaient être des vols de combat, mais dont on ne voit pas de résultats positifs «au sol». Au contraire, l’Etat islamique et d’autres groupes terroristes tels que Jabhat al-Nosra, une branche d’Al-Qaïda, n’ont fait qu’étendre leur influence et leurs territoires, dans lesquels ils créent leur califat en organisant la vie des gens conformément à leurs droits. En général, c’est un nouveau genre de terrorisme. Nos collègues essaient de nous dire que Daesh a pu se former seulement parce que la crise en Syrie a duré, et maintenant la Syrie attire comme un aimant tous les sunnites, parce que les alaouites recourent à la force contre les sunnites pour ne pas leur céder le pouvoir. C’est un pari très dangereux. J’ai parlé à nos collègues, avec le secrétaire d’Etat américain John Kerry, avec nos partenaires européens sur le fait qu’il est inadmissible d’essayer de réduire ce conflit à une opposition à l’intérieur de l’islam. Nous luttons tous contre le terrorisme. C’est ce qu’a déclaré le président russe Vladimir poutine.

Je répète que si nos partenaires sont mal à l’aise parce qu’ils n’ont pas atteint de résultats notables, il faut quand même se transcender et décider de ce qui est plus important : un faux sentiment de dignité ou priver le monde de la menace la plus effrayante de ces dernières décennies.

Nous n’avons aucun doute qu’une partie considérable des armes américaines tombe dans les mains des terroristes.

Il y a encore une raison, et il faut l’examiner, je le demande régulièrement mes interlocuteurs des ministères des Affaires étrangères. Peut-être que le but déclaré [de la coalition] n’est pas tout fait vrai ? Peut-être que le but est un changement de régime ? Ils ne renoncent pas à leur position d’arriver à un règlement final en Syrie que quand Bachar el-Assad sera tombé.

Question : Des experts disent que si le régime de Bachar el-Assad tombe, il y aura un grand chaos au Moyen-Orient.

S.L. : Des experts le disent, nous le disons aussi. Nous ne voulons pas la répétition d’événements où, je le répète, ils n’ont pas seulement été dégoûtés de coopérer avec les terroristes, mais où ils ont misé sur eux, ont armé des extrémistes. Nos collègues français qui parlent tant et à voix haute sur la nécessité de respecter le droit international, ont livré des armes aux adversaires de Mouammar Kadhafi dans le cadre de la crise libyenne malgré la résolution prise par consensus qui interdisait de livrer des armes à n’importe qui en Libye, et en plus, ils en parlaient publiquement, bravant même le fait qu’ils le faisaient en violant une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU. Avec ces mêmes armes, les terroristes ont ensuite tiré contre les contingents français en Afrique, notamment au Mali. Au Mali, ils ont lutté contre ceux qu’ils ont créés et armés.

Ces doubles standards sont évidents et nous devons nous positionner, faut-il, comme un groupe de pays l’estime, détruire un autre régime, mettre en ruines un autre Etat…Au cours de dix-quinze dernières années, nous avons vécu l’Irak et la Libye, maintenant la crise en Syrie, c’est la même chose.

En savoir plus : L’armée syrienne, aidée de l’aviation russe, a libéré la ville de Al-Bahsa, au nord de Hama

Question : Une agence occidentale respectée, citant des sources anonymes, a publié qu’au cours d’une visite en Russie, un représentant de l’Arabie saoudite aurait proposé à la Russie de rejoindre la coalition dirigée par les Etats-Unis. Est-ce que c’est vrai ?

S. L. : Non, ce n’est pas vrai. J’ai entendu parler de plusieurs déclarations de certaines sources citées par Reuters selon lesquelles nous aurions été prévenus qu’il y aurait des conséquences désastreuses. Ce n’est pas vrai. Les discussions ont porté sur la même chose qu’avec vous : la nécessité de coordonner les efforts. Il a été clairement confirmé que nous luttions contre le terrorisme, et non pas contre l’opposition syrienne patriotique. Au contraire, nous voulons coordonner nos efforts avec cette opposition patriotique syrienne et l’aider à récupérer les territoires conquis par les terroristes, comme nous aidons l’armée du gouvernement syrien à reconquérir les localités après nos frappes contre les positions de Daesh, de Jabhat al-Nosra et d’autres groupes terroristes…Il me semble important de dire que nous avons eu une conversation honnête et franche avec le prince héritier d’Arabie saoudite. Toutes les inquiétudes de nos collègues saoudiens, sur le fait que nous ayons d’autres objectifs et qu’en aidant l’armée syrienne nous ne luttons pas contre le terrorisme mais sauvons le régime, ont été levées. Nous avons expliqué nos vrais buts, nous ne les cachons pas, il me semble que la compréhension de notre position s’est considérablement renforcée.

 

12/10/2015

L'arme ultrasecrète qui permet à Poutine d'assoir sa suprématie dans la guerre radio électronique en Syrie ?

Avec ça, les USA et ses alliés criminels s'imaginent que leurs manœuvres malveillantes en Syrie pourront passer outre la surveillance de Moscou !

Rajoutons aussi la surveillance de tout le territoire Syrien et mondial par les satellites militaires Russes.

Poutine les avait du reste menacés, sur la base des données récoltées de dénoncer les USA et Israël pour leur complicité dans les attentats US en 2001.

L’arme ultrasecrète qui permet à Poutine d’assoir sa suprématie dans la guerre radio électronique en Syrie ?

L’arme ultrasecrète qui permet à Poutine d’assoir sa suprématie dans la guerre radio électronique en  Syrie ?

 

La Russie savait dès le départ que les systèmes de surveillance aérienne et spatiale de l’OTAN étaient en mesure de contrôler toute l’activité des avions militaires russes basés en Syrie. Grâce aux avions de reconnaissance américains RC135, aux avions britanniques Sentinel R1, aux avions-radars AWACS et aux drones (avions sans pilote d’observation) Predator, déployés aux frontières de la Syrie, il est possible d’intercepter : le trafic radio sur les réseaux russes, le nombre et le type d’aéronefs, les trajectoires de vol, le type d’arme utilisé, les objectifs ciblés chez les rebelles et leur emplacement. Surtout que la plupart des groupes rebelles en Syrie sont armés et soutenus par les Etats-Unis et peuvent être avertis à temps pour chaque opération.

Awacs

Awacs

Les médias ont présenté longuement les types de bombardiers russes opérant en Syrie, les armes dont ils sont équipés et qu’ils utilisent pour les frappes aériennes ainsi que les résultats de ces frappes. La plus sophistiquée, « l’arme secrète » avec laquelle les russes ont imposé leur suprématie en matière de guerre électronique (EW-Electronic warfare), reste entourée de mystère. Reste également enveloppé de mystère le redoutable système russe de collecte et de traitement de l’information. Ces deux catégories d’armes constituent le complexe automatisé C4I (commandement, contrôle, communication, computers, information et l’interopérabilité) que les Russes ont créé en Syrie. Il permet l’identification des cibles des bombardements et leur répartition parmi les différents types d’avions, tout en empêchant l’OTAN de découvrir quoi que ce soit du modus operandi des Russes. En l’absence d’un minimum d’informations, l’OTAN ne peut pas déclencher de contre-mesures électroniques (ECM) efficaces contre les Russes en Syrie.

informatii-computere

 Les moyens de guerre électronique terrestres, navals et aériens que la Russie a déployés sur le théâtre des opérations militaires de la Syrie permettent de surveiller l’intégralité du spectre électromagnétique pour localiser les émetteurs de l’ennemi et les brouiller. La guerre électronique s’étend aujourd’hui au brouillage des communications, des radars et des surveillances électro-optiques. Les équipements modernes générateurs de contre-mesures, y compris dans le spectre visible, infrarouge ou laser, utilisent des moyens de surveillance électro-optiques aériens et spatiaux (IMINT) pour contrecarrer les Russes dans l’anéantissement de l’EI. Pour protéger le dispositif contre les moyens de recherche de l’OTAN, les Russes ont déployé en Syrie, plusieurs Krasukha-4. Les avions russe Su-24, Su-25, Su-34 sont équipés de conteneur de brouillage SAP-518/ SPS-171, et les hélicoptères Mi-8AMTSh avec des Richag-AV. A cela s’ajoute le navire Priazovye (de classe Vishnya), appartenant à la flotte russe de la mer Noire, qui a été déployé en mer Méditerranée, près de la côte syrienne. Ce navire est spécialisé dans le brouillage et la collecte des informations de type SIGINT et COMINT (interception de tous les réseaux de communications).

krasukka-4

Le Krasukha-4 est un équipement à bande large mobile, monté sur le châssis 8 X 8 de type BAZ-6910-022, qui brouille les radars de surveillance des satellites militaires, les radars au sol et aériens de type AWACS et ceux montés sur des avions sans pilote (drone). Le Krasukha-4 est le seul système capable de brouiller les satellites-espions américains de la famille Lacrosse/Onyx. Ces satellites évoluent sur orbite basse et sont équipées de SAR (Synthetic Aperture Radar) qui leur permet de pénétrer la couche de nuages ainsi que le sol ou les murs des bâtiments, avec une résolution de 20 cm.


 

Quelles ont été les conséquences des mesures de guerre radio électronique mises en place par les Russes en Syrie? L’équipement Krasukha-4 disposé sur la base aérienne russe de Hmeymim (gouvernorat de Lattaquié) crée un bouclier d’invisibilité pour les objets dans les airs et au sol avec un rayon de 300 km. Le Krasukha-4 est en mesure « d’aveugler » les radars de détection et de guidage des missiles antiaériens MIM-104 Patriot situés sur la frontière turque, et également les radars des avions de chasse F-16C turcs décollant de la base de Incirlik, concourant ainsi à créer une « zone d’exclusion aérienne » au-dessus de la Syrie. La base aérienne d’Incirlik se trouve non loin de la ville d’Adana, à 140 km au nord de Lattaquié.

Latakia-map

Sous la protection des Krasukha-4 et d’autres systèmes de brouillage, des dizaines d’avions russes n’ont pas été détectés par l’OTAN durant leur vol et leur atterrissage en Syrie, mais seulement quelques jours après qu’ils soient arrivés sur la base aérienne Hmeymim.

Comment les avions de combat russes sont-ils arrivés en Syrie sans que personne ne s’en aperçoive ?

À la suite des mesures de guerre électronique appliquées par les Russes, les rebelles islamistes « modérés » qui étaient informés par les États-Unis à partir de 2013, sur tous les mouvements de l’armée syrienne, n’ont plus eu de données sur la concentration en secret des troupes syriennes sur l’axe Lattaquié-Idlib (Nord de Lattaquié), Lattaquié-Hama (à l’Est de Lattaquié) et Lattaquié-Homs.

syria-map

Cela a permis à l’armée syrienne, appuyée par des bombardiers russes, de déclencher des actions offensives avec des blindés pour reprendre aux rebelles le contrôle du segment Idlib-Hama-Homs de l’autoroute M5 qui relie Damas à Alep.

Offensive de grande envergure de l’armée nationale syrienne

Rappelons qu’en Syrie, l’armée russe a créé un système de surveillance-frappe au sein duquel la collecte et le traitement de l’information est stratifié sur plusieurs niveaux. Le premier niveau d’information est destiné aux unités de sécurité des cantonnements des troupes russes en Syrie (aéroport de Lattaquié et port de Tartous). Ceci est assuré par 4-6 mini avions et hélicoptères sans pilote (UAV) de type de ZALA, ultralégers et silencieux, propulsés par un moteur électrique, avec un rayon d’action jusqu’à 30 kilomètres.


 

Pour détecter les cibles pour les missions de bombardement de moyenne distance, les Russes utilisent 36 avions sans pilote type Yakovlev Pchela-1T et Orlan-10, et pour la surveillance de la totalité du territoire syrien, ils utilisent des drones de reconnaissance Dozor 600 ou Altius, similaires aux MQ-1B Predator américains.

 

 

Pour la surveillance de l’ensemble du territoire syrien, les Russes ont également déployé des avions de reconnaissance ELINT, de type Il-20M1, équipés de radar Kvalat-2, qui peuvent détecter des avions, des véhicules terrestres et des pièces d’artillerie jusqu’à une distance de 300 km. L’avion Il-20M1 est, de plus, équipé de système d’interception et de brouillage de toutes les communications militaires, radars et téléphonie mobiles, ainsi que d’un appareil photo haute résolution (A-87P).



Valentin Vasilescu

Traduction Avic – Réseau International

http://www.ziaruldegarda.ro/cu-ce-arme-ultrasecrete-a-cis...

Valentin Vasilescu

Voir tous ses articles

Pilote d’aviation, ancien commandant adjoint des forces militaires à l’Aéroport Otopeni, diplômé en sciences militaires à l’Académie des études militaires à Bucarest 1992.

 

Le feu vert américain à Riyad, pour soutenir les terroristes en Syrie

Les malfaisants à l'oeuvre de la destruction et du crime organisé !

Le feu vert américain à Riyad, pour soutenir les terroristes en Syrie

http://media.ws.irib.ir/image/4bhif76c13ba5014x0_800C450.jpg

Oct 12, 2015 13:44 UTC - IRIB – Les Etats-Unis ont demandé à l’Arabie saoudite d’augmenter ses aides militaires aux groupes soutenus par Riyad, en lutte contre le gouvernement de Bachar Al-Assad en Syrie.

Citant un opposant au régime des Âl-e Saoud connu sous le nom de Mudjtahid, le site d’information yéménite Saada Press a écrit que les Etats-Unis ont permis à l’Arabie saoudite de fournir davantage d’équipements antiaériens sophistiqués à ces groupes terroristes.

Ces armes antiaériennes modernes sont planifiées de sorte qu’elles sont sensibles à l’empreinte digitale de l’utilisateur, pour empêcher que n’importe qui puisse les utiliser.

Le Département américain à la Défense a annoncé vendredi avoir l’intention d’arrêter le plan d’ailleurs échoué d’entraînement et d’armement des rebelles syriens et qu’il fournirait désormais des équipements militaires aux leaders «approuvés » des groupes d’opposition, en Syrie. Christine Wormuth, secrétaire adjointe à la Défense, a aussi annoncé que le Pentagone offrirait, en plus, son appui aérien, aux leaders des groupes opposants en Syrie.

 

Les Etats-Unis auraient fourni 50 tonnes de munitions aux rebelles syriens «modérés»

Une provocation claire à la guerre des USA contre la Russie !

 

Les Etats-Unis auraient fourni 50 tonnes de munitions aux rebelles syriens «modérés»

12 oct. 2015, 14:24

Avion américain C-17

Selon la chaîne de télévision américaine CNN, les Etats-Unis auraient acheminé cette nuit 50 tonnes de munitions à destination de l’opposition «modérée» en Syrie au moyen d’avions cargos américains.

Le président américain Barack Obama aurait lancé la première étape de programme du soutien urgent aux rebelles syriens «modérés», soit les opposants au régime de Bachar el-Assad qui ne sont pas terroristes. Dans la nuit du 11 au 12 octobre, 112 palettes de munitions pesant un total d’au moins 50 tonnes auraient été parachutées au nord de la Syrie.

Les détails de cette mission auraient été confirmés par un représentant officiel des Etats-Unis qui n’avait pas le droit d’en parler publiquement, rapporte CNN.

Le chef de l'EI soigné dans un hôpital après la frappe aérienne

Cela tombe très bien qu'il soit dans un hôpital Irakien, Poutine va se charger de demander aux Irakiens de le leur laisser vivant pour interrogatoire, ensuite renvoi en Sibérie pour mettre la neige en sachets !

Le chef de l'EI soigné dans un hôpital après la frappe aérienne

14:16 12.10.2015 (mis à jour 14:27 12.10.2015)

Abou Bakr al-Baghdadi

Le leader de l'Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi a été effectivement blessé dans une frappe aérienne des forces irakiennes dimanche, a confirmé à Sputnik une source locale.

Selon l'interlocuteur de l'agence, le chef de l'EI se trouve actuellement dans un hôpital.

"Al-Baghdadi a été blessé et se trouve dans un hôpital d'Al-Qaim.

Le bâtiment est encerclé par des combattants de l'EI", a fait savoir la source.

La ville d'Al-Qaim est située dans le nord-ouest de l'Irak, à la frontière avec la Syrie.