Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/11/2010

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

L’Histoire Secrète du Monde – Chapitre 10

 

I. L’Arche d’Alliance et le Temple de Salomon

 

Lorsque nous pensons à un dieu qui “danse toute la nuit” dans le temple rond des Hyperboréens, nous nous tournons tout naturellement vers l’événement le plus remarquable décrit dans la Bible , où l’on voit rien moins que le roi David danser en sous-vêtement devant l’Arche d’Alliance… Remarquons que dans le portail nord de la cathédrale de Chartres se trouve une statue représentant Melchisédech, “prêtre-roi de Salem” et la reine de Saba. A égale distance ente eux deux se trouve l’Arche d’Alliance sur un chariot. Melchisédech tient une coupe supposée être le Saint Graal. Dans la coupe se trouve un objet cylindrique, en pierre.

 L’arche d’Alliance, cet objet des plus mystérieux et puissant était, pensons-nous, la raison de la présence des Templiers à Jérusalem. Que savons-nous réellement de l’Arche?

Lorsque j’ai commencé à étudier les questions qui me préoccupaient, à propos de la religion, de la philosophie, etc., je ne me doutais absolument pas que j’allais découvrir quelque chose d’aussi terrifiant et aux conséquences aussi incalculables en ce qui concerne les religions en général et le monothéisme en particulier!

Et je vous demande de bien me comprendre et de ne pas penser que je préconise le paganisme ou d’autres formes de cultes à des divinités ou images de divinités. Je suis entièrement convaincue que la source de toute existence est la conscience, et que cette conscience est fondamentalement ce que nous pourrions appeler Dieu ou Esprit Divin. Ce qui me dérange c’est l’imposition d’un monothéisme par tous ces groupes qui prétendent que leur version de ce qu’est ou n’est pas Dieu est la seule correcte. Et un des résultats de ce type de diktat est que le monothéisme judéo-chrétien a répandu le concept du temps linéaire.

Les gens lisent la Bible depuis deux mille ans. Elle a obtenu, dans notre culture, un statut qu’aucun autre écrit n’a obtenu. Il y a plus d’exemplaires de la Bible sur la surface de la Terre que d’aucun autre livre. Elle est citée (et souvent mal cité) plus souvent que n’importe quel autre texte. Elle a été traduite en plus de langues que n’importe quel autre ouvrage. Depuis ses premières parutions, un nombre incalculable de gens l’ont lue, étudiée, enseignée, admirée, discutée, aimée, ont vécu pour elle et sont morts pour elle. C’est le document unique qui se trouve au cœur du judaïsme et du christianisme, et cependant, le commun des mortels ne se pose jamais la question de savoir qui l’a écrite. Les gens pensent qu’ils savent: elle a été divinement dictée, révélée, ou inspirée.

 Nonobstant ce qu’en pense le commun des mortels, de nombreux chercheurs (le plus souvent des théologiens) se penchent sur ces questions depuis environ mille ans, quand ils ne sont pas brûlés sur le bûcher pour avoir osé poser la question. Et, comme nous l’avons vu, la plupart de ces gens n’avaient recherché qu’une communion plus étroite avec Dieu, en essayant de suivre le plus fidèlement le texte original reçu “de la main de Dieu”.

Lire la suite

22/11/2010

Les temps nouveaux, les extraterrestres et nous par Anne Givaudan

La suite de l'article portant sur les Annales Akashiques de l'Univers.

Anne Givaudan Temps nouveaux Interview 1

http://www.dailymotion.com/video/xce71p_anne-givaudan-tem...



Anne Givaudan Temps nouveaux Interview 2

http://www.dailymotion.com/video/xce7qm_anne-givaudan-tem...



http://www.letransmuteur.net/categorie/culture/films/

http://www.nous-les-dieux.org/

Les extra-terrestres et nous #1

http://www.dailymotion.com/video/xaddff_les-extra-terrest...



Les extra-terrestres et nous #2

http://www.dailymotion.com/video/xadbrn_les-extra-terrest...



Les extra-terrestres et nous #3

http://www.dailymotion.com/video/xadarq_les-extra-terrest...

13/11/2010

Agitation dans la bande équatoriale sud de Jupiter

Décidemment ça bouge beaucoup dans notre système solaire !

 

Le 12 novembre 2010 à 17h37

Par Jean-Baptiste Feldmann, Futura-Sciences 

Quelques mois après sa disparition, la bande équatoriale sud de Jupiter, la plus grosse planète du Système solaire, montre des signes annonciateurs de sa prochaine réapparition.

Si vous admirez Jupiter dans un télescope d'amateur, vous observez en temps normal deux bandes ocre qui ceinturent la planète parallèlement à l'équateur. Ces bandes équatoriales nord (NEB) et sud (SEB) sont des formations nuageuses assez stables dont la couleur serait produite par des composés complexes de phosphore et de soufre. Mais cette vision a changé il y a quelques mois. Comme nous l'annoncions en mai dernier, Jupiter, la gigantesque planète gazeuse dont la circulation nuageuse intrigue les scientifiques depuis 4 siècles, a perdu sa bande équatoriale sud.

Pour être précis, il semblerait que cette bande soit devenue invisible en raison de la formation de nuages blancs de glace d'ammoniac qui recouvrent la SEB. Ce phénomène n'est pas exceptionnel et a déjà été observé dans le passé selon un cycle très irrégulier qui peut varier de 3 à 15 ans. Si les planétologues ont du mal à l'expliquer, ils ont remarqué que cette disparition correspond généralement à un renforcement de la coloration de la Grande Tache Rouge. Cette immense formation cyclonique observée depuis le XVIIe siècle serait peut-être de temps en temps à l'origine d'une interruption de la circulation habituelle des vents d'est en ouest, favorisant la condensation de l'ammoniac gazeux en cirrus au-dessus de la SEB.

Du changement à venir ?

Lors des précédents épisodes de disparition de la SEB, des signes annonciateurs ont précédé son retour. La zone commence par connaître une agitation atmosphérique importante sous forme de tourbillons qui se rejoignent et finissent par former une grande tempête. Cette dernière nettoie en quelques jours la SEB en faisant le tour de la planète, poussée par les vents qui ont retrouvé leur régime habituel d'est en ouest. L'astronome Christopher Go vient de signaler sur son site l'apparition d'un panache blanc et brillant sur la SEB, sans doute l'un de ces tourbillons à l'origine de la tempête qui va raviver les couleurs de cette bande. Cet amateur philippin n'en est pas à son coup d'essai : passionné par l'observation planétaire, c'est déjà lui qui avait repéré un nouvel impact sur Jupiter au début du mois de juin.

D'autres observateurs ont confirmé la brillance de cette zone dans toutes les longueurs d'onde qui vont de l'infrarouge à l'ultraviolet. Pour John Rogers, président de la section Jupiter de la BAA, il faut s'attendre à d'impressionnantes perturbations dans la SEB au cours des 3 prochains mois. Les astronomes du monde entier ont déjà pointé leurs télescopes en direction de la géante gazeuse, en espérant pouvoir suivre en direct la réapparition de la bande équatoriale sud.

Premier signe de la prochaine réapparition de la bande équatoriale sud de Jupiter, un spot brillant est apparu sur la SEB le 9 novembre. © Christopher Go
Premier signe de la prochaine réapparition de la bande équatoriale sud de Jupiter, un spot brillant est apparu sur la SEB le 9 novembre. © Christopher Go

FUTURA SCIENCES

Deux bulles géantes au coeur de notre galaxie intriguent les astrophysiciens

La presse officielle commence à en parler ! Il était temps !

Quant
a
ux   astrophysiciens ,  ils vont commencer à comprendre que contre les merveilles de l'Univers ils ne peuvent rien comprendre. Il va falloir que dans quelques temps, ils revoient leurs copies !

Quant à l'humanité, il serait temps qu'elle se réveille. Au lieu de regarder le sol, elle ferait mieux de regarder ce qui se passe dans le Cosmos en ce moment, car ce n'est pas fini, cela ne fait que commencer les découvertes !

Deux bulles géantes au coeur de notre galaxie intriguent les astrophysiciens

La découverte de deux bulles géantes mystérieuses liées l'une à l'autre et émettant de puissants rayonnements gamma au coeur de notre galaxie, la Voie Lactée, intrigue les astrophysiciens, qui supposent qu'elles seraient des résidus de l'éruption d'un énorme trou noir.

La découverte de deux bulles géantes mystérieuses liées l'une à l'autre et émettant de puissants rayonnements gamma au coeur de notre galaxie, la Voie Lactée, intrigue les astrophysiciens, qui supposent qu'elles seraient des résidus de l'éruption d'un énorme trou noir.

AFP - La découverte de deux bulles géantes mystérieuses liées l'une à l'autre et émettant de puissants rayonnements gamma au coeur de notre galaxie, la Voie Lactée, intrigue les astrophysiciens, qui supposent qu'elles seraient des résidus de l'éruption d'un énorme trou noir.

Cette structure s'étend sur 50.000 années-lumières (une année lumière équivaut à 9.460 milliards de km) et daterait de plusieurs millions d'années.

"Ce que nous voyons, ce sont deux bulles émettant des rayons gamma s'étendant sur 25.000 années-lumière respectivement au sud et au nord du centre de la Voie Lactée et nous ne comprenons pas totalement leur nature ou leur origine", explique Doug Finkbeiner, un astronome du centre d'astrophysique de l'Université Harvard à Cambridge (Massachusetts).

Il a été le premier à détecter cette structure, qui s'étend sur plus de la moitié du ciel visible, de la constellation de la Vierge à celle de la Grue.

Outre Doug Finkbeiner, Meng Su et Tracy Slatyer de l'Université Harvard ont également contribué à cette découverte réalisée en analysant des données accessibles au public provenant du télescope Fermi à champ large (LAT) lancé en juin 2008 par la Nasa, l'agence spatiale américaine.

Ce télescope spatial, fruit d'une collaboration internationale, est le plus sensible aux émissions de rayons gamma grâce à un détecteur à très haute définition et balaie le ciel entièrement toutes les trois heures.

Les rayons gamma sont les rayonnements lumineux ou électromagnétiques dotés de la plus haute énergie.

D'autres astrophysiciens qui étudient ces rayonnements n'avaient pas détecté ces bulles, en partie à cause de l'abondance de ces émissions qui se produisent partout dans le ciel et créent une sorte de brume interstellaire.

Ce phénomène se produit quand les particules, se déplaçant à une vitesse proche de celle de la lumière, inter-agissent avec la lumière et les gaz interstellaires dans la Voie Lactée.

L'équipe de chercheurs auteurs de la découverte a fini par détecter les deux bulles en affinant constamment leurs modèles, un processus qui a permis d'éliminer les autres émissions diffuses de rayonnements gamma.

Les astrophysiciens continuent à analyser ce phénomène pour tenter de mieux comprendre comment cette structure jamais vue auparavant s'est formée.

Les bulles émettent des rayonnements gamma beaucoup plus puissants que ceux détectés ailleurs dans la Voie Lactée, précisent les chercheurs.

Ils notent aussi que ces deux bulles ont des bords bien définis.

Parmi les hypothèses avancées, les astrophysiciens citent des jets de particules provenant du trou noir très massif au coeur de la galaxie.

Dans un grand nombre d'autres galaxies, de tels jets sont formés par de la matière tombant vers le centre du trou noir, objet massif dont le champ gravitationnel est si intense que rien, même pas la lumière, ne peut s'en échapper.

Bien que rien n'indique que le trou noir au centre de la Voie Lactée soit la source de tels jets de particules, ils auraient pu exister il y a plusieurs millions d'années.

Ces bulles pourraient aussi s'être formées avec des gaz provenant d'explosions ayant résulté de la naissance d'étoiles, ou de groupes stellaires au centre de notre galaxie, avance l'astrophysicien David Spergel de l'Université Princeton (New Jersey, est).

"Dans d'autres galaxies, nous observons que la formation d'étoiles peut créer d'énormes flux de gaz", note-t-il.

Mais "quelle que soit la source d'énergie derrière ces gigantesque bulles, ce phénomène est lié à un grand nombre de questions fondamentales en astrophysique", selon lui.

http://www.france24.com/fr/20101110-deux-bulles-geantes-c...


11/11/2010

Côte d'Azur : Activité sismique : des signes alarmants

Activité sismique anormale sur la Côte d'Azur ! A la une du Nice Matin de ce jour.

Pour ceux qui résident sur la Côte d'Azur pensez à acheter le Nice Matin de ce jour.
  
Cela progresse partout dans le monde y compris sur toutes les côtes.

Hier le littoral a été touché par un violent coup de mer.

Voir la Une de Nice Matin et l'article ci-dessous.

  

Le littoral touché par un violent coup de mer
Publié le jeudi 11 novembre 2010 à 07H05
   
 
Le littoral touché par un violent coup de mer_1

Les plages privées de Juan-les-Pins ont subi hier le premier coup de mer de la saison. Il a été moins violent que les années précédentes. Mais l'hiver ne fait que commencer.
Frantz BOUTON

Hier, le violent coup de mer a mis un terme à la saison des plagistes. La plupart souhaitaient fermer dimanche pour profiter du week-end du 11 novembre. A quelques exceptions près, les dégâts - plutôt légers par rapport aux coups de mer de l'an passé - les contraindront à fermer plus tôt. Ce coup de labech a toutefois été particulièrement important. À tel point que le bord de mer a été fermé à la circulation entre Juan-les-Pins et Golfe-Juan, ainsi qu'entre le port du Croûton et le port-abri de l'Olivette. Attendant de nouveaux dégâts, les services de la mairie ont attendu le dernier moment pour la rouvrir à la circulation.

« Nous avons été surpris »

« Nous avons été surpris par la mer qui a commencé à se gonfler mardi après-midi, explique la responsable de la plage des Îles. Au cours de la nuit et hier matin les vagues ont atteint entre trois et quatre mètres. Résultat, l'eau et le sable ont franchi les murs de protection, heureusement sans pénétrer dans les cuisines. »

Hier matin, les plagistes et leurs amis se sont retroussé les manches pour chasser l'eau et le sable de leurs établissements. Une solidarité qui s'est créée au fil du temps, et surtout de ses caprices de plus en plus fréquents.

Les murs de protection qui doivent servir de brise-lames (contreplaqués et madriers) ont résisté selon l'ancrage. Mais certains ont été si bien montés que l'eau, qui les avait contournés, n'a pu être évacuée.

Ce fut notamment le cas à l'Epi Beach.

Du côté du Lido, les gros madriers ont bien tenu le coup. « Nous avons dû faire seulement du nettoyage ».

Même constat au Trident : « Après des derniers coups de mer violents, nous avons reconstruit en démontable en reculant l'établissement pour permettre de disposer en avant des panneaux en bois, rapidement mis en place, pour casser les vagues. Cela nous permet de préserver l'intérieur de nos établissements. »

Les plagistes craignent maintenant la suite. Car les coups de labech sont très fréquents en cette saison. Et elle ne fait que commencer.

http://www.nicematin.com/article/antibes/le-littoral-touc...