Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2009

Le meilleur des MONDIALISMES

Un numéro du Magazine NEXUS à ne pas manquer !
Le meilleur des MONDIALISMES :
Magazine NEXUS N° 62 : Mai-Juin 2009
NXSMAG062.jpg
Sommaire NEXUS N° 62 - mai-juin 2009
En bref
  • LES ÉTATS-UNIS SE PRÉPARENT POUR L’IMPLOSION SOCIALE
  • ANNÉE NOIRE POUR LES MÉDIAS
  • TIDE ÉMERGE SUR GOOGLE EARTH
  • ÊTES-VOUS UN HUMAIN NON COOPÉRATIF ?
  • ROCKEFELLER DÉCLARE LA GUERRE À INTERNET
  • SOURIEZ EN 1 474 MÉGAPIXELS
  • L’ÉTAT RÉFLÉCHIT SUR LES MÉDECINES DOUCES SANS LES INVITER
  • GRIPPE AVIAIRE : LE RETOUR
  • UN ADN ARTIFICIEL POUR LES ORDINATEURS DU FUTUR
  • LES VACHES BAPTISÉES DONNENT PLUS DE LAIT
  • UNE MORSURE D’ARAIGNÉE GUÉRIT UN PARAPLÉGIQUE

Dossiers :

Le meilleur des MONDIALISMES

Les signaux s’emballent. Le deuxième semestre 2009 pourrait être celui de la crise systémique totale. Faillite des États, cessation de paiement, infl ation… Cet eff ondrement économique à venir signe-t-il la bérézina d’un système capitaliste à bout de souffle ? Ou doit-on voir la marque d’un Pearl Harbour économique planifi é en vue de l’avènement de cet « impérialisme libéral », plus connu sous le nom sulfureux de « nouvel ordre mondial » ?

LEAP PROMET LE PIRE

Été 2009 : après avoir annoncé lacrise économique, les experts « indépendants » du Laboratoire européen d’anticipation politique prédisent « un sauve-qui-peut généralisé », voire des guerres civiles en octobre prochain. Mais qui se cache derrière Leap ?

FAUT-IL NATIONALISER LES BANQUES ?
Entraînant de fait un retour du contrôle de l’État sur l’usage des fonds, les nationalisations représenteraient la porte de sortie la plus expéditive et la plus crédible de la crise.

L’UNION EUROPÉENNE DANS LA TOURMENTE
Été 2009 : après avoir annoncé lacrise économique, les experts « indépendants » du Laboratoire européen d’anticipation politique prédisent « un sauve-qui-peut généralisé », voire des guerres civiles en octobre prochain. Mais qui se cache derrière Leap ?
G-20, LE SOMMET DE L’ABÎME
Impuissant face à la crise occidentale, le G-20 2009 confi rme la domination imminente de la Chine sur l’économie mondiale.>
LA LOI MARTIALE DERRIÈRE LE PLAN DE SAUVETAGE AMÉRICAIN
Il devient évident que les mesures du vaste plan de sauvetage économique lancé en 2008 aux États-Unis pourraient avoir des conséquences au moins aussi graves pour une société démocratique que la réponse faite au 11-Septembre 2001.

RETOUR DANS L’OTAN : L’ALIGNEMENT SÉCURITAIRE
Que signifie le retour de la France dans l’OTAN ? Plus qu’un réel changement, cette réintégration est l’aboutissement d’une démarche de rapprochement des relations franco-américaines. À quel prix ?

VERS UNE ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE TRANSATLANTIQUE
C’est dans le cadre plus large de l’Alliance atlantique qu’il faut replacer le retour de la France dans l’OTAN.
Aymeric Chauprade: « Nous sommes entraînés dans un choc des civilisations »
Auteur d’une récente Chronique du choc des civilisations, dans laquelle il expose ses doutes sur la théorie officielle du 11-Septembre, Aymeric Chauprade a été brutalement privé de sa chaire au Collège interarmées de défense par son ministre de tutelle le 5février dernier. Accusé de «déformer l’histoire», ce spécialiste en géopolitique défend bec et ongles ses écrits. Il répond à NEXUS..
C o n t r e - e n q u ê t e
AZF Toulouse : accident et secret d’État
Le 21 septembre 2001, à 10 h 18, une catastrophe sans précédent ravageait la ville de Toulouse. Cause officielle : un entreposage de produits chimiques incompatibles… Sept ans plus tard, après une minutieuse enquête parallèle, l’ingénieur Pierre Grésillaud fournit, preuves à l’appui, un tout autre scénario…
11/9 :
La montée des collectifs Ils sont de plus en plus nombreux, pompiers, architectes, ingénieurs, juristes à contester sur Internet la version officielle du 11-Septembre.
WTC : la bombe à retardement
Un scandale sanitaire vient s’ajouter aux soupçons qui entourent l’effondrement du World Trade Center.
Climat
La conférence des sceptiques
Lors de la première conférence internationale sur le réchauffement climatique qui s’est tenue à New York en mars 2008, d’éminents scientifiques du monde entier étaient présents pour dénoncer le caractère non scientifique et dangereux du « consensus ». Retour sur un événement qui marque un tournant dans le « débat » climatique.
CO2 : Le bon sens en péril
Érigée en dogme, la théorie anthropique du réchauffement verrouille le débat pour mieux instaurer une politique de contrôle inquiétante. Dans ce climat de panique, l’esprit scientifique et le scepticisme sont plus que jamais de mise.
Un pavé dans la mare climatique
En France, certains scientifiques osent également afficher leur scepticisme. Physicien, directeur de recherche au CNRS et auteur des Scientifiques ont perdu le nord, Serge Galam est de ceux-là.
La technologie secrète du Troisième Reich
Réalisés en grand secret durant la dernière guerre, les progrès technologiques obtenus par les nazis SS étaient fondés sur une nouvelle physique impliquant la maîtrise de la gravité. Légende ou réalité ? Réponses après dix années d’enquête.
Ufologie
APPARITION OFFICIELLE D’OVNI EN CHINE
Les médias chinois ont rapporté une apparition d’ovni au nord-est du pays. EXTRATERRESTRE, MONCOUSIN, Si les extraterrestres existent, nous ressemblent-ils ? La Défense britannique brise le silence Révélations sur la vague ovni de 1990.
Quand un maréchalde l‘air rencontre un aliénigène…
Dans son livre Contacts extraterrestres, publié en France en 1999, l’ufologue Timothy Good retrace la rencontre, à Londres, en 1954, du maréchal de l’air britannique Sir Peter Horsley avec ce qu’il considéra être un aliénigène. Extrait.
Les astronomes aussi
Les détracteurs du phénomène ovni prétendent parfois que les astronomes eux-mêmes n’en voient jamais… Faux !
Téléphonie mobile
Sale temps pour Les opérateurs
La jurisprudence tourne en faveur des associations: trois décisions de justice ont condamné les opérateurs. Et ce n’est qu’un début. D’autres procédures se préparent. Le basculement de l’opinion sur les dangers des ondes électromagnétiques semble irréversible.
l’État passif ou fautif ?
Dans ce débat de santé publique, l’État se montre discret… Le marché des licences n’y est pas pour rien.
Votre portable vous écoute
Les téléphones mobiles ne portent pas seulement atteinte à notre santé, ils peuvent aussi menacer notre vie privée…
« Les ondes déphasées ont un effet antidote »
Le principe du déphasage peut-il s’appliquer à la protection individuelle sur les téléphones portables ? « Assurément, répond Roland Wehrlen, pionnier de la protection individuelle, c’est même une question de santé publique ». Entretien.
Santé
Quand le cancer disparaît
Les cellules cancéreuses sont-elles réversibles ? La réponse est oui, et cette découverte révolutionnaire a déjà… trente ans ! Une autre vision du cancer qui offre de nouvelles perspectives de traitement.
Lutte contre l’acné : suicide sur ordonnance ?
Existe-t-il un risque de déclencher des troubles psychiatriques en prenant de l’isotrétinoïne, la célèbre molécule anti-acné ? Pour l’Afssaps, le lien n’est pas établi. Mais les familles de victimes montent au créneau.
protéines mode d’emploi
Végétarien, végétalien, omnivore… Selon le régime adopté, comment gérer les protéines, ces acides aminés essentiels à la vie, qui peuvent aussi s’avérer toxiques pour l’organisme ?
Archéologie
Sous les pierres L’atlantide ?
De nombreux sites mégalithiques à travers le monde témoignent de l’existence d’une civilisation avancée qui était florissante avant qu’un immense cataclysme ne mette un terme à l’ère du Pléistocène, il y a environ 12 000 ans.

Atmosphère américaine (fin mai 2009)

Les Américains et ses alliés nous prépareraient-ils encore quelques surprises ?

Ce petit texte est sorti sur Rense hier.
Il est signé : Anon

Un Silence Etourdissant…
Le Calme Avant la Tempête
25 mai 2009

C’est le silence complet maintenant.
Tous les pièges sont installés.
Les traitres attendent leurs ordres.
Tous les politiciens sont en place, même Cheney, tout en haut, est revenu.
Toutes les lois non-constitutionnelles sont en place.
Les militaires ont reçu, au cas oú, l’ordre d’agir dans des interventions civiles.
Nos commissariats sont controlés par le FBI et ils sont nombreux à avoir été entainés par des tueurs israéliens.
Nous attendons tous.
Nous savions que ça arriverait cette année.
Nous attendons tous ce que sera ‘’ leur excuse’’.
De nouveau, nous voyons Cheney à la télé tous les jours… nous raconter ‘’ la vérité’’ encore et encore.
Nous savons tous qu’Obama doit être testé pendant ses 6 premiers mois d’administration.
Nous entendons presque les fers cliquetant dans les trains.
Nous attendons leur prochaine surprise.
Nous nous demandons ce que cette pagaille Pelosi/CIA vient faire là, vu qu’ils sont tous deux marionnettes des anciens?
Nous scrutons toutes les directions  en nous demandant d’oú la surprise va arriver.

Une autre attaque de l’Amérique par le FBI ?
Est-ce que Netanyahu va attaquer l’Iran ?
Un autre virus créé par le cabinet ‘’ special weapons’’ du Pentagone ?
Un autre virus créé par le Mossad ?

Nous savons que la NSA a fait le 11 septembre et que le MI5 a fait le 7 juillet, et Madrid, Bombay, et beaucoup d’autres.
Les boucheries et tueries massives liées au sionisme emplissent notre histoire.
Que feront-ils ensuite ?

Est-ce que les israéliens vont nucléariser l’Amérique ?
Est-ce qu’on verra le mariage de H1N1 avec H5N1, des noces dont la planète entière se souviendra ?
Oú sont les meilleurs remote viewers ? Nous savons qu’ils ont vu.
Et tout ces foutus Ets… Oú sont-ils quand on a besoin d’eux ?
Survoler le Mexique en plein jour n’est pas suffisant.
D’immenses triangles volants à 100 m du sol n’est pas suffisant.
Notre espèce est proche de la fin de sa dernière incarnation…

Source en Anglais  : http://www.rense.com/general85/calmw.htm


Petite banniere 400x50

 

00:43 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique, USA, Israël | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

21/05/2009

Obama répond aux attentes

Jamais un président américain n’a atteint ces sommets. Pourtant le chômage continue de grimper, la crise s’approfondit et les perspectives ne sont pas claires. Mais l’homme a un discours de vérité qui séduit, une méthode qui rassure. Non seulement son capital confiance n’est pas affecté, mais au contraire il s’est renforcé.

Sur le plan international, le charme opère également. Obama a rompu avec l’aspect le plus hideux de la politique de W. Bush : l’agressivité. Il a réussi, en moins de quatre mois, à donner une nouvelle image de l’Amérique et à réconcilier ce pays avec le reste du monde. Sa gestion du dossier iranien, où il allie fermeté et esprit d’ouverture, la fermeture de Guantanamo, le retrait annoncé d’Irak, la détente avec la Russie et la Chine sont des décisions propices à un nouveau climat dans les relations internationales. Et c’est effectivement le cas ! Barack Obama répond aux attentes suscitées par son accession à la présidence de la première puissance mondiale parce qu’il a su imprimer à sa politique une grande dose d’humilité et un humanisme certain.

C’est une nouvelle donne de la politique internationale, qu’on ne peut que saluer, même si l’on sait que les USA défendent leurs intérêts et que, stratégiquement, ceux-ci n’ont pas changé. Obama a réussi à défaire l’image catastrophique qu’il a héritée de Bush, mais il a fait plus. Il a donné une sérieuse impulsion à une politique de détente qui peut changer la donne.

Il lui restera à marquer le conflit du Proche-Orient face à un gouvernement israélien de droite peu soucieux des accords de paix déjà signés par ses prédécesseurs. Washington devra user de toutes ses capacités de persuasion pour amener Netanyahu à la table des négociations.

Dans le nouveau contexte, où Obama tente d’établir des relations apaisées avec le monde arabo-musulman, il sait que ce conflit est un point de fixation, un abcès. S’il réussit à faire revivre le processus de paix, nul doute que sa présidence marquera l’Histoire.

 

La sécurité d’Israël ne se confond plus avec la sécurité des USA

La rencontre BHO-Netanayahou confirme qu’on n’estime plus à Washington que la sécurité d’Israël et la sécurité des USA ne font qu’une et que le statut d’Israël d’“allié privilégié” des USA est en question, de façon fondamentale et pressante. Ces deux prolongements ouvrent la voie à des relations pleines d’acrimonie, de chausse-trappes et de tension, parce que la stratégie de Netanyahou, la seule stratégie possible pour sa coalition de la droite dure traditionnellement belliciste, nécessite le préalable du soutien inconditionnel des USA, “à-la-Bush”, et qu’il ne l’a plus. Selon la perception de cette composante de droite dure israélienne, le problème d’Israël, par rapport à la position qu’il a occupée vis-à-vis des USA pendant huit ans évoluant vers celle qui se dessine aujourd’hui, est qu’il va se trouver dans une position où il a beaucoup à perdre et vraiment très peu à gagner.

Sources  DeDefensa

Source : http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=6756

 

Round d’observation

19 mai 2009 — D’une façon générale, la rencontre entre Obama et Netanyahou à Washington (première du genre) s’est passée assez moyennement, sans éclat exceptionnel et sans chaleur extraordinaire. Un fait pourtant assez peu ordinaire: elle a duré quatre heures, ce qui est exceptionnellement long, pour accoucher de résultats maigrelets et du constat, à peine in fine et parfois presque exprimée, de la confirmation qu’il existe de sérieux points de désaccord. La durée de la rencontre et la maigreur du résultat montrent que le propos n’a pas dû être amène et d’une entente parfaite. Si ce n’est pas une surprise, – la position critique de l’administration Obama de la ligne israélienne est maintenant un fait avéré, – c’est dans tous les cas l’officialisation d’une réelle distance installée entre les USA et Israël. Ce n’est pas un mince événement.

Pour définir la rencontre, on dira que ce fut donc un round d’observation. Cela implique évidemment qu’il y a un combat engagé…

The Independent du 19 mai 2009, qui fait le rapport de la rencontre, signale notamment quelques passages assez “francs” de la conférence de presse de clôture, de la part d’Obama. Considérant la situation d’où l’on vient dans les rapports de Bush avec Israël, on retiendra moins le contenu de ce qui s’est dit que le ton, essentiellement de la part d’Obama, de ce qui a été dit.

«There was no mistaking the pressure that Mr Obama was applying to his Israeli guest with such bluntly spoken words delivered before the cameras. “We have seen progress stalled on this front, and I suggested to the Prime Minister that he has a historic opportunity to get a serious movement on this issue during his tenure,” President Obama said. “That means all the parties involved have to take seriously obligations that they have previously agreed to.” He was also blunt on the illegality of new Israeli settlements. “The settlements have to be stopped,” he said.»

Donald McIntyre, dans le même Independent de ce même 19 mai 2009, met en évidence les facteurs constitutifs de l’enjeu des relations USA-Israël tels qu’ils sont apparus, notamment le “lien” (linkage) entre le dossier palestinien et le dossier iranien.

«There is no disguising the potential differences between the two men. They include the issue of Iran and its linkage to the Israeli-Palestinian question. Mr Netanyahu thinks US plans for dialogue with Tehran may fatally delay the application of the necessary pressure to stop it acquiring nuclear weapons. President Obama worries that Israel could launch a unilateral strike on Iran, which is why he dispatched the CIA chief Leon Panetta last month to warn Mr Netanyahu against “surprising” the US by doing just that.

Mr Netanyahu has been sceptical about a “grand bargain” in which he moves towards a deal with the Palestinians in return for an alliance including Arab countries against Iran's perceived ambitions to be a nuclear military power. But the President went a long way to endorsing that scenario last night, pointing out that peace with the Palestinians would reduce the threat posed to Israel by Iranian-backed Hizbollah and Hamas. Mr Netanyahu, who had up to last night indicated that Iran must come first, went no further than conceding the two could go together.

»That said, there is a very long way to go. Mr Netanyahu's insistence, repeated last night, that the Palestinians recognise Israel as a Jewish state, will be seen by many in Washington as a delaying tactic. Just how serious the US President is about achieving the Israel-Palestinian peace which has eluded his predecessors for 40 years may become more apparent in Cairo on 4 June. Either way, there is already what Zalman Shoval, an adviser to Mr Netanyahu, called an “an unavoidable landmine” relating to Jewish settlements in the occupied West Bank. The US wants a complete freeze: while promising no "new" settlements, Israel sees nothing wrong with continued building in the West Bank and East Jerusalem.»

La sécurité d’Israël ne se confond plus avec la sécurité des USA

Le point important qui apparaît à l’occasion de cette rencontre, outre la confirmation officielle d’un climat plutôt morose entre les deux pays, sans qu’aucun effort réel n’ait été fait pour dissiper ce malaise, ou, dans tous les cas, l’apparence de ce malaise, c’est certainement cette affaire de “linkage” entre les deux questions, palestinienne et iranienne. C’est la nature du “lien” qui a changé, profondément et décisivement.

Les deux questions n’étaient jusqu’ici liées qu’à l’avantage d’Israël parce que la question iranienne n’était examinée entre les deux pays, USA et Israël, que du point de vue prioritaire de la sécurité d’Israël. Ce n'est plus le cas. Cette évolution vient du fait que les USA considèrent désormais la crise iranienne dans toutes ses implications (sécurité nucléaire de la zone, influence de l’Iran dans la zone, action éventuelle de l’Iran en Afghanistan, etc.), et non plus en fonction d’un élément privilégié (sécurité d’Israël). C’est un exemple type d’une évolution “extension-contraction” d’une crise: le territoire de la crise englobant les deux questions s’est élargie mais l’intensité qu’avait cette crise sur le point où elle s'exacerbait jusqu’alors s’est contactée.

Il y a désormais un enchaînement logique qui conduit, du point de vue US, à considérer la sécurité d’Israël comme un aspect parmi d’autres de la question iranienne. Dans cet enchaînement et de la même façon, la question iranienne devient un facteur plus large de la question palestinienne, et non plus un facteur considéré seulement dans son rapport avec la sécurité israélienne. Lorsque les USA font miroiter aux Israéliens qu’en faisant des concessions sur la question israélienne, ils s’attireront la reconnaissance des pays arabes et arriveront à former une coalition anti-iranienne, ils mettent objectivement Israël devant l’obligation de concessions concrètes à faire sans délai alors que les prolongements intéressants qu’ils lui promettent ne sont pour l’instant que spéculations avantageuses. Il n’y a plus, comme dans la politique Bush, un tabou intangible, – la sécurité israélienne, – et le reste pouvant varier; la sécurité israélienne est devenue une variable comme un autre.

Cette distance prise par les USA vis-à-vis de ce point, – jusqu’ici, l’état d’esprit US autant que certains discours présentaient la sécurité US et la sécurité d’Israël comme indissolublement liées, voire confondues, – se marque dans les déclarations d’Obama à Newsweek (reproduites par le Jerusalem Post du 17 mai 2009). BHO dit comprendre la perception d’Israël de l’Iran comme “une menace existentielle”, l’évaluation d’Israël du risque stratégique que l’Iran fait courir, – mais ajoute cette phrase qui semble éventuellement flatteuse mais qui peut également apparaître comme ambiguë, et comme une sorte de défausse: ce n’est pas à lui de déterminer “pour les Israéliens ce que sont leurs besoins de sécurité”. Dans les termes les plus conciliants, voire très démagogiques, il s’agit tout de même de dire que les affaires d’Israël sont très compréhensibles mais qu’elles sont et restent les affaires d’Israël seul (donc, qu’elles n’engagent pas les USA).

«“I understand very clearly that Israel considers Iran an existential threat, and given some of the statements that have been made by [Iranian] President [Mahmoud] Ahmadinejad, you can understand why,” Obama said in an interview with Newsweek, which was published on its Web site and will appear in print in the magazine's May 25 issue. With respect to concerns Israel might carry out an air strike against Iranian nuclear facilities, the US president said that since Israel is “right there in the range” of Iranian missiles, “their calculation of costs and benefits are going to be more acute.” Obama remarked that he did not think it was his place to “determine for the Israelis what their security needs are.”»

Patrick Buchanan termine un commentaire (ce 19 mai 2009, sur Antiwar.com) sur la question palestinienne par ce propos, en passant, sur la question iranienne: «Netanyahu wants Obama to commit to go to war if necessary to denuclearize Iran, but he cannot force Obama to fight a war he cannot want…» En élargissant la crise iranienne par sa multipolarisation, notamment en mélangeant tous ses aspects sans donner la priorité à l’un sur les autres au nom d’une préférence idéologique, BHO prive la sécurité israélienne du statut de tabou inviolable de la politique US au Moyen-Orient que lui réservait l’administration GW Bush. Il fait intervenir diverses variables sur leurs valeurs propres, et il en arrive à confronter la variable “intérêts américains” à toutes les autres, pour constater qu’elle est différente de la variable “sécurité d’Israël”, qu’elle mérite toute sa considération, et qu’elle implique évidemment et impérativement qu’il est hors de question, pour une foule de raisons qui sont bien connues, de songer à un conflit pour régler la question iranienne (le remarque de Buchanan). A partir de là, avec Israël privé de son statut de primus inter pares parmi les composants de la crise, la voie d’un arrangement avec l’Iran devient extrêmement intéressante pour les USA, jusques et y compris la composante extrême d’une zone dénucléarisée touchant autant Israël que l’Iran, – avec tous les tabous qui vont avec.

La rencontre BHO-Netanayahou confirme qu’on n’estime plus à Washington que la sécurité d’Israël et la sécurité des USA ne font qu’une et que le statut d'Israël d’“allié privilégié” des USA est en question, de façon fondamentale et pressante. Ces deux prolongements ouvrent la voie à des relations pleines d’acrimonie, de chausse-trappes et de tension, parce que la stratégie de Netanyahou, la seule stratégie possible pour sa coalition de la droite dure traditionnellement belliciste, nécessite le préalable du soutien inconditionnel des USA, “à-la-Bush”, et qu’il ne l’a plus. Selon la perception de cette composante de droite dure israélienne, le problème d’Israël, par rapport à la position qu’il a occupée vis-à-vis des USA pendant huit ans évoluant vers celle qui se dessine aujourd’hui, est qu’il va se trouver dans une position où il a beaucoup à perdre et vraiment très peu à gagner.

Source : http://www.dedefensa.org/article-round_d_observation_19_05_2009.html

Israël-Iran Les risques et périls d'une attaque

Plus besoin, pour les membres du gouvernement israélien et de la Knesset qui auront à se prononcer sur une éventuelle attaque contre les installations nucléaires iraniennes, d'attendre un rapport préalable émanant de l'armée de l'air israélienne. Dès à présent, ils ont à leur disposition tous les scénarios possibles d'une attaque contre l'Iran, avec tous les risques que cela comporte et toutes les chances de réussite, grâce à l'étude menée par Abdullah Toukan et Anthony Cordesman,

du Centre d'études stratégiques et internationales de Washington.

La publication d'un texte aussi lucide, détaillé et exhaustif sur les options offensives d'Israël est une première. Ce rapport de 114 pages expose l'ensemble des informations disponibles sur les capacités militaires d'Israël et son programme nucléaire, ainsi que sur les développements nucléaires et les défenses aériennes de l'Iran, et sur l'inventaire des missiles dans chacun des deux pays.

Après avoir passé en revue tous les cas de figure d'une attaque contre l'Iran, Toukan et Cordesman concluent : "Une offensive israélienne contre les installations nucléaires iraniennes est possible, (mais) elle serait complexe et hautement risquée et rien ne garantit que la mission dans son ensemble se solde par un succès."

Le premier problème soulevé par les auteurs concerne les services secrets, ou plutôt leurs lacunes. D'après eux, "on ignore si l'Iran dispose d'installations secrètes d'enrichissement d'uranium". S'il existe des installations inconnues des agences de renseignement occidentales, le programme iranien d'enrichissement d'uranium pourrait bien s'y poursuivre en secret, alors même qu'Israël bombarderait les sites connus - l'opération serait donc nulle et non avenue. De manière générale, les auteurs du rapport estiment qu'une attaque contre l'Iran ne se justifie qu'à condition de mettre fin au programme nucléaire iranien ou de le stopper pour plusieurs années. Or c'est là un objectif difficile à atteindre.

Les services secrets sont également divisés sur la question cruciale de savoir quand l'Iran disposera de l'arme nucléaire. Les Israéliens affirment que la bombe sera prête entre 2009 et 2012 ; les Américains, eux, repoussent l'échéance à 2013. Si les prévisions des Israéliens sont justes, la fenêtre d'opportunité pour une intervention militaire ne tardera pas à se refermer. Quoi qu'il en soit, tout le monde est unanime sur le fait que nul n'osera attaquer l'Iran une fois qu'il sera en possession de l'arme nucléaire.

Etant donné que des dizaines d'installations nucléaires sont éparpillées sur l'ensemble du vaste territoire iranien, et qu'il n'est pas possible de les attaquer toutes d'un coup, Toukan et Cordesman envisagent l'option consistant à n'en frapper que trois, celles qui "forment le maillon central de la chaîne du combustible nucléaire nécessaire à l'Iran pour produire du matériel fissile à des fins militaires".

La destruction de ces trois sites-là suffirait à paralyser le programme nucléaire iranien pour plusieurs années. Il s'agit du centre de recherches nucléaires d'Ispahan, de l'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz et de l'usine de production d'eau lourde d'Arak, destinée à la production d'uranium. Or il n'est pas sûr qu'Israël se lance dans une offensive aussi lourde de conséquences pour frapper seulement un petit nombre d'installations, sans aucune garantie d'interrompre ainsi la nucléarisation iranienne pour une durée significative.

L'étude analyse trois couloirs aériens possibles : le plus plausible passe par le nord ; il longe la frontière syro-turque et traverse le nord-est de l'Irak, avant de pénétrer en Iran. L'itinéraire central, qui survole la Jordanie, est plus court, mais il ne sera pas retenu, par crainte de problèmes politiques avec les Jordaniens. Le sud, via la Jordanie, l'Arabie saoudite et l'Irak, risque lui aussi de provoquer des conflits diplomatiques.

Afin que ses appareils puissent faire route vers l'Iran sans être détectés, l'armée de l'air israélienne aurait recours à une technologie de pointe destinée à brouiller les réseaux de communication et les radars des pays survolés par les F15 et les F16. Selon les auteurs du rapport, l'aviation israélienne a déjà fait usage de cette technologie au cours des raids contre le réacteur nucléaire syrien de Deir ez-Zor en septembre 2007. Un dispositif de piratage a été installé sur deux avions Gulfstream G550 récemment acquis par Tsahal (l'armée israélienne).

Une intervention visant ces trois installations nucléaires nécessiterait pas moins de 90 avions de combat, à savoir les vingt-cinq F15E que compte la flotte israélienne et soixante-cinq F16IC. Il faudrait également réquisitionner tous les avions ravitailleurs, soit cinq KC130H et quatre B707, afin de réapprovisionner en vol les avions de combat à l'aller comme au retour. L'aviation israélienne aura bien du mal à localiser un couloir où les avions ravitailleurs pourront évoluer sans être repérés par les Syriens ou par les Turcs.

L'une des principales difficultés tactiques tient au caractère souterrain du site de Natanz. Son usine d'enrichissement d'uranium, enfouie à une profondeur de 8 mètres, est protégée par un mur de béton de 2,5 mètres d'épaisseur, lui-même entouré par un autre mur de béton. En 2004, les Iraniens ont fortifié l'autre aile de l'installation, qui abrite des centrifugeuses : ils l'ont enterrée vingt-cinq mètres sous terre et recouverte d'une chape de béton armé de plusieurs mètres d'épaisseur.

Les Iraniens se servent de ces centrifugeuses pour produire l'uranium enrichi indispensable à la fabrication d'une bombe atomique. L'usine de Natanz compte déjà 6 000 centrifugeuses, et il est prévu d'en installer 50 000 au total, pour un rendement annuel de 500 kg d'uranium militaire. La fabrication d'une bombe requiert 15 à 20 kg d'uranium enrichi. Ainsi, Natanz sera en mesure de fournir suffisamment de matériel fissile pour produire 25 à 30 armes nucléaires par an.

Vu l'importance de la centrale de Natanz, les Iraniens ont pris bien soin de l'entourer d'une solide protection. Afin de contourner ce rideau défensif, l'armée de l'air israélienne recourrait à deux types de bombes intelligentes de fabrication américaine. La presse internationale a laissé filtré que 600 de ces bombes - surnommées "bunker busters" (briseurs de bunkers) - auraient été vendues à Israël. Le premier modèle, le GBU-27, pèse près de 900 kg et peut défoncer une couche de béton de 2,4 mètres. L'autre, le GBU-28, pèse 2 268 kg : ce mastodonte traverse 6 m de béton plus une couche de terre de 30 m de profondeur. Mais, pour que ces obus atteignent les installations iraniennes ultraprotégées, les pilotes israéliens devront viser avec une précision absolue et à un angle optimal.