Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2014

Ukraine/Russie/Gaz : Rothschild et Israël derrière le conflit gazier et pétrolier ?

Le projet est-il celui pour Rothschild et son état privé sioniste d'Israël d'éliminer la Russie pour pouvoir exporter le gaz en Europe, dès l'année 2014, voire d'aller coloniser les réserves de gaz russes ?

Ainsi pendant que l'on nous occupe l'esprit avec l'Ukraine et la Russie, Rothschild et l'état sioniste avancent sur leurs affaires fructueuses. Voir ci-dessous :

Ukraine/Russie : Les Rothschild et Rockefeller augmentent la pression sur Poutine

La Méditerranée orientale aiguise les appétits

Nouvelle image (21).jpg

israeli_gas2-egypt-cyprus_israel_lebanon.jpg

Pour comprendre que les évènements en Irak, en Syrie, en Libye, en Ukraine, à Gaz/A au Liban, en Cisjordanie, en Afrique, etc... sont liés, toujours dans l'objectif de permettre à l'Oligarchie financière des banskters de virer les dirigeants mondiaux qui s'opposent à l'empire US/UE/Sioniste/Dollar afin de leur permettre d'instaurer l'Unique Gouvernement Mondial contrôlé par les élites Illuminati/sionistes/reptiliens/jésuites/satanistes et de s'accaparer toutes les richesses de la Terre.

Leurs motifs ne sont donc pas que financiers mais idéologiques, ceux d'instaurer l'Unique Gouvernement Mondial unipolaire soit, leur Nouvel Ordre Mondial.

Lire ci-dessous quelques articles portant sur les projets pétroliers et gaziers d'Israël au détriment de Gaza et d'autres pays limitrophes à Israël :


Extraits : "Sous le mandat britannique, l'Etat juif de Palestine déployait déjà des efforts considérables pour aller chercher ce précieux carburant, le pétrole. Les résultats ne furent pas à la hauteur des espérances. C'est au début des années 1950, après la proclamation de l'Etat, qu'Israël décide de se lancer dans la production d'énergie en reprenant en main ce secteur. Une Loi sur le pétrole est ainsi promulguée en 1952."

"UN PROBLEME GEOPOLITIQUE.
Une fois résolu la définition de son périmètre d'extraction, Israël va faire face à un autre défi géopolitique : le choix des pays de destination et des lieux de transit des surplus gaziers. Deux marchés s'ouvrent désormais au gaz israélien : l'Europe et l'Extrême-Orient. Grâce à des gazoducs sous-marins la voie vers l'Europe transiterait soit par la Turquie, soit par la Grèce."

 

AU LARGE DE LA BANDE DE GAZA.
"Les palestiniens pourraient importer du fuel et du pétrole à des prix plus bas de leurs voisins et supposés alliés riches en pétrole, ou puiser dans les réserves de gaz au large de Gaza découvertes il y a 13 ans par British Gas Group. Les gisements sont estimés à 39 milliards de m3, et suffiraient à couvrir les besoins des palestiniens pendant 15 ans. Pour British Gas, les gisements sont financièrement viables, un accord a été signé entre British Gas, le Palestine Investment Fund et une entreprise appelée Consolidated Contractors Company, pour développer et commercialiser les champs. Pourtant, 13 ans après pas un seul gallon n'a été extrait.
Le développement des champs gaziers de Gaza briserait un monopole important de l'offre israélienne qui ne veut pas que les Palestiniens accèdent à l'autosuffisance énergétique. Israël n'autoriserait l'accès des Palestiniens à leurs propres gisements gaziers que s'ils promettaient de le vendre à Israël à un prix nettement inférieur aux prix mondiaux. Israël a dit aux hommes d'affaire palestiniens, Nous voulons que vous fassiez des affaires, mais pas sans nous. Monopoliser la possibilité de faire des affaires est un autre moyen de domination qui ne coûte rien à Israël." La suite: ICI

Petit préambule sur l'attaque dirigée contre la Russie par le biais de l'Ukraine en 2008/2009 :

Publié le 06/01/2009 à 17:15, Mis à jour le 06/01/2009 à 22:47

 


Voyons ce qui s'est passé par le passé concernant les énormes réserves de gaz maritimes qui appartiennent à la Gaz/A (GAZ/A, GAZA a d'énormes réserves de Gaz qui sont convoitées par Israël depuis des années).

 

Tel Aviv affirme pouvoir alimenter l'Europe en gaz pendant ses guerres d'extension avec l'aide la compagnie Mehriv (mossad), qui a obtenu un contrat gazier au Turkmenistan. Lire ici (en anglais).Source : Islamic Intelligence.

Voici comment Israël voit les choses dans l'article ci-dessous, mais la question est celle de savoir: a qui appartiennent les réserves de gaz dites israéliennes, syriennes, libanaises et gazaouis, et si elles ne sont pas les réelles raisons d'orchestrer les guerres et les évènements que nous connaissons ?

 

 

 

 

 

Et si en même temps on peut aller coloniser l'Afrique par le biais des lobbies sionistes, c'est encore mieux !

 


L'expansion d'Israël et de la colonisation par le biais de l'argent et des banksters.


La question est : quand vont-ils cesser de nous prendre pour des imbéciles ?

 

Vladimir Poutine accuse : 'Les Américains ont fait du chantage à la France'

Et ça continue !

Mistral: la coopération entre Paris et Moscou inopportune (Washington)

Nouveau dans le chantage américain contre la France : BNP Paribas protecteur de… Ben Laden

 

Vladimir Poutine: 'Les Américains ont fait du chantage à la France'

par Audrey Duperron · 01 juil. 2014 ·

 

 

Le président russe a accusé les Etats-Unis d’avoir exercé un chantage à la France pour qu’elle renonce à livrer deux navires Mistral à la Russie contre l’annulation de l’amende dont vient d’écoper la plus grande banque du pays, BNP Paribas.

Cette dernière a en effet finalement reconnu qu’elle avait effectué des opérations pour le compte de pays faisant l’objet de boycotts (le Soudan, l’Iran et Cuba) entre 2004 et 2012, et accepté de plaider coupable. Elle devra payer une amende de près de 9 milliards de dollars aux Etats-Unis.

Les opérations en cause se montent à 190 milliards de dollars, et la banque est la première à plaider coupable pour des violations d’embargos. Pour conserver sa licence, elle devra s’abstenir d’effectuer certaines opérations en dollars pendant une durée d’un an.

Cependant, au moment même où le tribunal américain infligeait l’amende à la banque, 400 marins russes débutaient une formation au port français de Saint-Nazaire pour apprendre à piloter et exploiter les deux navires Mistral que la France a construits pour la Russie. Malgré l’opposition du président américain Barack Obama qui a fait part de son « inquiétude » au début du mois de juin concernant ce contrat, la France a tenu bon et maintenu la vente des deux navires.

Mais selon Bloomberg, le président russe Vladimir Poutine affirme qu’elle a fait l’objet d’un chantage de la part des Etats-Unis. Mardi, il aurait déclaré à des diplomates russes :

Nous savons que nos partenaires américains ont fait pression sur la France pour qu’elle ne livre pas les Mistrals à la Russie. Et nous savons également qu’ils ont insinué que si les Français s’abstenaient de livrer les Mistrals, ils pourraient obtenir l’annulation des sanctions contre la banque, ou au moins, une réduction significative. Comment doit-on qualifier cela, si ce n’est du chantage ? ».

Selon Dmitry Oreshkin, un politologue indépendant de Moscou, Poutine n’a aucune preuve de ce qu’il avance, et ses déclarations s’adressent uniquement à l’opinion publique russe et européenne. « Poutine sait que les Français ne sont pas très bien disposés à l’égard des Américains en ce moment, et il essaye d’exploiter cela », a-t-il dit lors d’une conversation téléphonique avec Bloomberg.

Pour le blog financier Zero Hedge, il faut en tirer deux conclusions : étant donné que l’Allemagne est le pays qui s’oppose le plus fermement aux sanctions contre la Russie, il faut s’attendre à ce que la plus grande banque commerciale d’Allemagne, la Deutsche Bank, soit prochainement poursuivie par les autorités américaines. En outre, compte tenu de la dépendance à l’égard du gaz russe de nombreux pays européens, il est également probable que d’autres banques européennes fassent bientôt l’objet de sanctions. Il recommande ironiquement de spéculer à la baisse préventivement sur une série d’entre elles.

Cependant, selon Marc Fiorentino de MonFinancier.com, les sanctions de BNP Paribas s’expliquent largement par la volonté du gouvernement américain de « faire payer les banques » pour la crise. « Ils ont attendu que les banques se soient remises de la crise pour les taxer. Des dizaines de milliards de dollars ont été prélevés sur les JP Morgan, Bank of America, Citigroup et autres », écrit-il.

Il rappelle que la BNP Paribas a échappé à une amende bien plus importante, puisque des rumeurs avaient évoqué jusqu’à 16 milliards de dollars de sanctions financières. Il précise en outre que deux autres grandes banques françaises, Société Générale et Crédit Agricole, devraient elles aussi être prochainement condamnées à payer une lourde amende pour les mêmes raisons.

http://www.express.be/business/fr/economy/vladimir-poutine-les-americains-ont-fait-du-chantage-a-la-france.htm

 

Association Ukraine-UE: la Russie protégera son marché (Moscou)

Heureusement que c'était la Russie qui était accusée de vouloir s'étendre à l'Ukraine, soi-disant.

Qui sont les expansionnistes quand l'UE sous la houlette des US/Sionistes signent un accord d'association avec l'UKRAINE ? Une preuve de plus que tout ce qui se passe en UKRAINE depuis quelques mois avait bien été préparé par avance par les néonazis occidentaux, promoteurs du Nouvel Ordre Mondial.

Dossier: Accord d'association Ukraine-UE

 

 

Association Ukraine-UE: la Russie protégera son marché (Moscou)
20:55 02/07/2014
MOSCOU, 2 juillet - RIA Novosti
Moscou analyse la situation résultant de la signature de l'accord d'association entre l'Ukraine et l'UE afin de prendre les mesures nécessaires pour protéger le marché intérieur russe, a annoncé mercredi le premier ministre Dmitri Medvedev.

"C'est le droit de l'Ukraine [de signer un accord d'association avec l'UE]. La Russie a pour sa part le droit de passer à de nouvelles conditions de travail avec ce pays et de protéger son propre marché", a indiqué le chef du gouvernement russe sur sa page Facebook.

"La décision concernant les mesures de protection sera adoptée après consultations. Le gouvernement russe procède à l'analyse de la situation. Il élabore également les actions de la Russie dans le cadre de l'accord de libre-échange au sein de la CEI et des règles de l'OMC", a ajouté le premier ministre.

La Russie a exprimé à plusieurs reprises son inquiétude au sujet de la mise en place d'une zone de libre-échange entre l'Ukraine et l'Union européenne. Selon Moscou, cette démarche pourrait entraîner un afflux incontrôlé de marchandises sur le marché russe. La Russie a déjà fait savoir qu'elle prendrait les dispositions nécessaires pour protéger son marché.

© RIA Novosti.

 

 

Une banque des BRICS pour défier la domination américaine

Hier, 16:29

Une banque des BRICS pour défier la domination américaine

Une banque des BRICS pour défier la domination américaine

Par La Voix de la Russie | Une banque des BRICS capable de financer des projets d’infrastructure majeurs est censée constituer une alternative au FMI, contrôlé par les Etats-Unis et très sélectif en octroyant ses prêts, ce qui suscite de nombreuses interrogations chez les pays des BRICS.

Le monde est las du système créé par les accords de Bretton Woods avec le dollar en tant que monnaie dominante. L’Union européenne a déjà trouvé une issue en créant sa propre monnaie. Aujourd’hui, les pays émergeants œuvrent activement eux aussi dans ce sens. Une banque des BRICS capable de financer des projets d’infrastructure majeurs devra marquer la première étape. Cette banque est censée constituer une alternative au FMI, contrôlé par les Etats-Unis, qui est très sélectif en octroyant ses prêts et suscite de nombreuses interrogations chez les pays des BRICS.

Roman Andreïev, chef du département de gestion des actifs de la société KFS Group, estime que la banque de développement des BRICS offrira une bonne alternative au monde de la finance.

« Les pays des BRICS ont créé la banque pour que celle-ci fasse la même chose que font le Fonds monétaire international et la Banque mondiale. A savoir, primo, le financement en cas de déficit budgétaire lors des périodes d’instabilité économique des pays qui feront partie de cette banque. Et le financement des projets tant sociaux qu’économiques dont le financement sera refusé par le même FMI, BM ou autre banque. C’est-à-dire qu’il fera la même chose, à savoir assurera la stabilité de développement des pays des BRICS ».

La future banque des BRICS n’exigera pas de réaliser des réformes structurelles, d’augmenter les impôts ou d’exercer une pression politique qui s’expliquerait par la volonté de tel ou tel membre du FMI de s’ingérer dans les affaires d’un autre – voici ce qui différencie cette banque des organisations telle que le FMI. La répartition égale des parts constitue une autre différence qui n’est pas moins importante. Commentaire d’Anna Kokareva, analyste de la compagnie Alpari :

« La banque disposera d’un capital social. Aujourd’hui ce sera 50 milliards de dollars. Les voix seront réparties en parité. Un projet sera soumis à la discussion et au vote. Et s’il est approuvé par la majorité, il sera financé ».

Au départ la banque des BRICS ne pourra certes pas remplacer le FMI. Ce n’est d’ailleurs pas le but recherché. Mais l’apparition d’un instrument tel que la banque de développement offrira aux Etats des opportunités de croissance et dans l’avenir constituera une menace pour la prédominance américaine dans le monde de la finance. /N

Allocution de Poutine : commentaires d'experts occidentaux

Hier, 17:46

Allocution de Poutine : commentaires d'experts occidentaux

Allocution de Poutine : commentaires d'experts occidentaux

Par La Voix de la Russie | L’unique voie correcte pour la Russie consiste à tenir ferme et à défendre ses principes de l’Occident, responsable de l’effusion de sang en Ukraine. C’est ainsi que les analystes occidentaux réagissent à l’allocution de Vladimir Poutine faite à la réunion des ambassadeurs au ministère russe des Affaires étrangères.

Le leader russe a dit en s’adressant aux diplomates : Kiev et Washington ne veulent pas que le monde apprenne la vérité sur ce qui se produit aujourd’hui au centre de l’Europe. Ils ne s’arrêtent devant rien : jusqu’à la chasse aux journalistes russes et étrangers. La situation en Ukraine est, selon Poutine, l’expression concentrée de la dénommée « politique de dissuasion » poursuivie à l’égard de la Russie. Le directeur du Centre analytique indépendant britannique Bruges Group Robert Oulds partage cette opinion.

« La vérité sur ce qui se produit en Ukraine est désavantageuse, en premier lieu pour l’OTAN. L’Occident a sponsorisé le Maïdan, ayant donné de multiples promesses concernant l’aménagement d’une zone de libre-échange. Or, l’intégration européenne n’était pas mentionnée. Les médias occidentaux passent ce fait sous silence. Cette politique a été appliquée plus d’une fois sur d’autres territoires. La voix indépendante de la Russie dans le monde n’arrange pas l’Amérique qui voudrait son isolement politique. »

La situation en Ukraine s’aggrave. Une telle évolution des événements n’est pas dans l’intérêt des capitales européennes qui ne le reconnaissent cependant pas, dit un expert allemand, le professeur de politologie de l’Université de Göttingen Peter Schulze.

« Kiev a déployé une opération d’envergure contre le Sud-Est de l’Ukraine ce qui n’arrange ni l’Allemagne, ni la France, ni la Pologne. L’administration russe est placée dans une situation très dangereuse. L’ultimatum adressé à la Russie par l’UE sous la pression de Washington : exercer la pression sur les mutins est la condition que Moscou ne saurait accepter. Une question s’impose : à qui profite, qui fait ce jeu ? Le refus d’accepter les initiatives de Moscou, de proroger le cessez-le-feu sont des actes dirigés contre la Russie. »

Moscou en prend parfaitement conscience. Vladimir Poutine estime que l’Europe a besoin d’un nouveau système de sécurité. Selon le président, il faut exclure la possibilité de coups d’Etat anticonstitutionnels, de l’ingérence dans les affaires intérieures des pays souverains en Europe. L’Europe a besoin d’une sorte de « grille d’assurance » pour que les précédents irakien, libyen, syrien et ukrainien ne s’avèrent pas une maladie infectieuse.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_07_02/Allocution-de-Poutine-co...