Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2014

Faute de spec­ta­teurs, Bernard-Henri Lévy contraint d’an­nu­ler sa pièce de théâtre

Pour rire un peu ! Le bouffon du Roi, psychopathe, BHL s'est pris un gros bide avec sa pièce politique infâme ! Le public ne s'y est pas trompé ! Allez on ferme !!

Il est plus fort avec son lobby satanique  pour semer les guerres qu'il n'a de talent artistique avéré, tant en tant que comédien que de philosophe à 2 balles !

Document : Quand BHL vantait les mérites de Satan...

 


En 1979, à l’occasion de la publication de son livre Le Testament de Dieu, Bernard-Henri Lévy débattait dans l’émission La Part de l’ombre avec André Frossard et Georges Suffert, auxquels il livrait sa vision de Satan et de Judas.




Publié le mardi 14 octobre 2014 à 17:49 par Perrine Stenger

Le camou­flet est de taille. Selon le site Arrêt sur images, Bernard-Henri Lévy est contraint d’an­nu­ler les dernières repré­sen­ta­tions d’Hôtel de l’Eu­rope, sa dernière pièce de théâtre très enga­gée.

En cause : le manque cruel de spec­ta­teurs prêts à se dépla­cer pour voir Jacques Weber débi­ter un long mono­logue en cinq actes sur la scène du théâtre de l’Ate­lier à Paris.

Les proprié­taires de ce dernier ont fait savoir que le taux de remplis­sage étant insuf­fi­sant, la dernière de la pièce se joue­rait donc le 16 novembre au lieu de fin décembre.

Selon Arrêt sur images, la salle était correc­te­ment remplie les week-ends, mais clai­re­ment boudée en semaine, faisant perdre de l’argent aux produc­teurs. « Nous nous sommes rendus compte égale­ment que le sujet de la pièce, la poli­tique euro­péenne, n'allait pas atti­rer les foules pendant les fêtes de fin d'année. On a donc préféré arrê­ter les frais », a fait savoir le théâtre de l’Ate­lier au site.

La pièce, qui avait pu comp­ter parmi ses spec­ta­teurs de nombreux hommes poli­tiques, de Nico­las Sarkozy à François Hollande, s’était pour­tant fait descendre par la critique. Le Monde n’avait pas hésité à trou­ver le mono­logue « obscène voire bour­sou­flé ».

Plus sévère encore, le quoti­dien s’était demandé : « Comment la surface média­tique de certains person­nages de notre petite comé­die intel­lec­tuelle française peut être à ce point inver­se­ment propor­tion­nelle à leur talent ? » On a un début de répon­se…

Qu'en pensez vous ?

http://www.voici.fr/news-people/actu-people/faute-de-spectateurs-bernard-henri-levy-contraint-d-annuler-sa-piece-de-theatre-544424

 

Les Israéliens fuient la Palestine occupée!!

Quand les nazis ficheront la paix au monde entier, ce sera un grand jour !

Finalement même les officiers de  l'armée quittent Israël !

Les israéliens commenceraient-ils à comprendre qu'ils servent de boucliers humains et de chaire à canon aux sionistes/nazis, qui se servent d'eux pour finir de conquérir la Palestine, la Cisjordanie, le Liban, la Syrie, une partie de l'Egypte, de l'Arabie Saoudite et de l'Irak pour créer le Grand Israël dont ont se demande ce que cela rapportera aux Juifs ?

Depuis que Bibi ponctionne tous les budgets de son pays pour moderniser son complexe-militaro industriel, les israéliens fuient leur pays pour aller habiter ailleurs !

Et ils se demandent maintenant ce qu'ils font depuis des années dans un territoire occupé !

Les Israéliens fuient la Palestine occupée!!

http://french.irib.ir/media/k2/items/cache/432698e58ecabd6e719eec11bcaa07b7_XL.jpg

IRIB- Les organisations d’immigration disent que les noms de nombreux jeunes israéliens, d’étudiants, d’ingénieurs, de baby-sitters, d’officiers de l’armée, figurent sur la liste des candidats à l’immigration, pour quitter la Palestine occupée. 

Aujourd’hui, de nombreux Israéliens s’interrogent sur leur avenir et celui des terres qu’ils ont occupées, depuis des décennies. L’Exode historique semble se renouveler, mais, cette fois-ci, ce sont les problèmes économiques et sociaux qui font les Israéliens quitter la Palestine occupée. Les Israéliens font la queue, devant les consulats des pays étrangers. Ils veulent émigrer, pour vivre mieux, ailleurs. La hausse des prix, l’inflation, l’insécurité et la mauvaise situation économiques sont les raisons de cette fuite générale. Cette situation va changer le visage de la société israélienne. Une nouvelle vague de protestations populaires frappe Israël, en raison des problèmes socio-économiques, qui ont commencé, en 2011. Jusqu’à présent, le gouvernement israélien n’a trouvé aucune solution, pour résoudre ces problèmes. Trois ans après le début de la crise, le nombre des Israéliens, qui veulent émigrer aux Etats-Unis et en Europe, augmente.

Selon le quotidien libanais, "Al-Akhbar", les Israéliens critiquent de plus en plus leur gouvernement, et beaucoup d’entre eux font la queue, devant les consulats de pays étrangers, pour obtenir un visa d’immigration. Dans les réseaux sociaux, dont Facebook, les Israéliens écrivent de plus en plus des phrases pareilles : «Beaucoup d’Israéliens sont partis pour Berlin», ou «Le nombre de clients israéliens des supermarchés allemands augmente». Le taux moins élevé des coûts de la vie, un marché d’emploi florissant et les bonnes conditions de vie ont fait de Berlin la destination préférée des Israéliens, qui quittent la Palestine occupée.

En effet, le taux d’émigration des Israéliens vers l’Allemagne a, considérablement, augmenté, de manière, sans précédent. Beaucoup de ceux qui arrivent, en Allemagne, sont candidats à émigrer, dans d’autres pays de l’Europe. Les organisateurs d’immigration vers l’Allemagne sont appelés, souvent, «protestataires de Berlin». Ils disent que, jusqu’à présent, le gouvernement allemand a accepté la demande d’immigration de 93.000 Israéliens. La Chancelière allemande, Angela Merkel, a donné l’ordre de l’examen des milliers de dossiers d’Israéliens, qui souhaitent travailler, en Allemagne. Un responsable de ces organisations a dit à la chaîne 2 de la télévision israélienne que 25.000 Israéliens ont demandé au gouvernement allemand un permis de travail de trois ans, et que le gouvernement de Berlin est en train d’étudier ces dossiers. Ce responsable a ajouté qu’il existe, aussi, de nombreuses demandes similaires, déposées auprès du gouvernement espagnol. Madrid a donné l’ordre que les dossiers des Séfarades espagnols, dont le nombre s’élève à plus de trois millions, soient considérés comme prioritaires.

Les experts de l’immigration disent que ces demandes ne se limitent pas, seulement, aux villes, comme Berlin, et que, dans un proche avenir, plus d’Israéliens seront candidats à immigrer vers d’autres pays du monde. Déjà, plusieurs réseaux ont pris forme, pour organiser l’immigration des Israéliens vers des villes, comme New York, Londres, Washington, Miami, Los Angeles, Prague, Rome, etc. Les organisations d’immigration disent que les noms de nombreux jeunes israéliens, d’étudiants, d’ingénieurs, de baby-sitters, d’officiers de l’armée figurent sur la liste des candidats à l'immigration, pour quitter la Palestine occupée. Ils sont prêts à aller vivre, dans n’importe quel pays, à condition qu’ils puissent y acheter une maison ou payer le loyer, sans beaucoup de difficultés financières.

Le ministre israélien des Finances, Yaïr Lapid, dit : «J’admets que la mauvaise situation économique a créé de gros problèmes aux Israéliens. Je sais que c’est insupportable, mais tout le monde doit travailler, pour mettre fin à ce problème majeur». Il a promis que les marchandises de première nécessité feront l’objet d’exemption d’impôt, pour aider les foyers israéliens.

L’hebdomadaire allemand, "Der Spiegel", cite, à ce propos, un citoyen israélien : «Notre Premier ministre, Benyamin Netanyahu, parle, sans cesse, des menaces balistiques de l’Iran, mais il ne dit rien de la hausse des prix et des conditions de vie de plus en plus difficiles des Israéliens».

 

Mort de Said Bourrarach : quatre hommes jugés aux assises en mars

Il était temps après plus de 4 ans !
Et qui l'on retrouve derrière ? Devinons ? La LDJ !

Mort de Said Bourrarach : quatre hommes jugés aux assises en mars

Publié le Vendredi 10 Oct. 2014, 18h52 | Mis à jour : 19h32

ILLUSTRATION. Quatre hommes, accusés d'avoir provoqué la mort de Said Bourrarach, seront jugés aux assises en mars 2014. AFP/Jean-Sébastien Evrard

Quatre hommes accusés d'avoir provoqué la mort de Said Bourrarach, un vigile de 35 ans, qui s'est noyé dans le canal de l'Ourcq en mars 2010, seront jugés aux assises de Seine-Saint-Denis du 17 au 26 mars, ont annoncé vendredi les avocats des parties.

Les accusés, âgés de 19 à 25 ans à l'époque des faits, sont poursuivis pour «violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, avec usage ou menace d'une arme». Ils encourent une peine maximale de 15 ans de réclusion criminelle.

La mort de M. Bourrarach, ce père de famille marocain de 35 ans, musulman non pratiquant et analphabète, qui tentait d'échapper à un groupe de jeunes -de confession juive- qui l'avait pris en chasse avait réveillé un profond sentiment d'injustice dans la communauté musulmanne.

Sur des sites d'information communautaire, l'origine des agresseurs ainsi que leur sympathie supposée pour la Ligue de défense juive (LDJ), suffisait à établir la dimension raciste de son «meurtre».

La très discrète couverture médiatique de son destin tragique -souvent comparée à l'émoi suscité par la mort de Clément Méric ou de Ilan Halimi- a alimenté le sentiment d'une indignation à géométrie variable.

Violences en réunion
 
Après avoir passé quelques mois en détention provisoire, tous les accusés ont été placés sous contrôle judiciaire et comparaîtront libres, a indiqué Me Paul Le Fèvre, avocat de l'un d'eux.

Saïd Bourarach, employé dans un magasin de bricolage à Bobigny (Seine-Saint-Denis), avait été pris à partie le 30 mars 2010 par un client qui voulait entrer après la fermeture pour y acheter un pinceau et de la peinture.

Une altercation avait alors éclaté, l'un des agresseurs s'emparant d'une manivelle à cric tandis que le vigile répliquait avec sa bombe lacrymogène. S'en était suivie une course-poursuite le long du canal entre le vigile et le client, qui avait appelé trois hommes en renfort.

Selon les mis en cause, le vigile se serait noyé après s'être volontairement jeté dans le canal, ce que conteste la famille.

Le renvoi devant les assises a été décidé par un juge d'instruction de Bobigny qui a estimé que les quatre hommes avaient provoqué la noyade du vigile en le soumettant à «un choc émotif» et à une «pression psychologique» telle que ce dernier avait dû, pour échapper à ses assaillants, sauter dans le canal de l'Ourcq où il s'est noyé.

«Il est regrettable que les violences en réunion n'aient pas été retenues car elles ressortent dans tout le dossier», a estimé Me Dominique Cochain, qui représente la famille Bourarach.

Ligue de Défense Judiciaire des Musulmans, une association ayant pour objet la lutte judiciaire contre les actes islamophobes

Comme les actes antisémites contre les arabes se multiplient en France, nous vous recommandons la Ligue de Défense Judiciaire des Musulmans, une association ayant pour objet la lutte judiciaire contre les actes islamophobes.

Leur profil Facebook ci-dessous, leur site est actuellement indisponible.

http://www.ldjm.org/

Ligue de Défense Judiciaire des Musulmans, une association ayant pour objet la lutte judiciaire contre les actes islamophobes

 

https://www.facebook.com/LigueDeDefenseJudiciaireDesMusul...

Le livre qui a été écrit par Karim Achoui, président fondateur de la Ligue.

 

Musulmans, quels sont vos droits ?
101 réponses pratiques aux questions que vous vous posez

http://livre.fnac.com/a7399872/Karim-Achoui-Musulmans-que...
 
 

A l’université comme ailleurs, non à l’islamophobie !

Voilà comment, ils entendent alimenter le racisme en France et en Europe pour créer des guerres civiles et provoquer le soi-disant chocs des civilisations et des cultures !

"L’hystérie antimusulmane entretenue par le gouvernement n’a pas d’autres fonctions que de créer un rideau de fumée masquant son incompétence face à la crise économique. Il est plus facile de s’attaquer à l’Islam qu’à la finance… Le musulman est appelé à jouer une fois de plus les boucs émissaires et il excelle d’autant plus dans ce rôle qu’il en cumule toutes les qualités : fragile, visible et isolé. Tactique usée jusqu’à la corde mais toujours efficace pour masquer les vraies responsabilités qui sont avant tout celles des exploiteurs des peuples et des fauteurs de guerre : le racisme reste le meilleur moyen pour les maîtres de communier avec leurs serviteurs."

A l’université comme ailleurs, non à l’islamophobie !

 Un professeur de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence a désapprouvé publiquement durant un cours le port du voile par une de ses étudiantes. Violemment prise à partie par l’enseignant qui l’a accusée d’être un «cheval de Troie du salafisme», la jeune fille a alors quitté l’amphithéâtre accompagnée d’une bonne moitié des étudiants présents. Cet incident montre par l’absurde les ravages que peuvent produire dans la société française les campagnes islamophobes à répétition. Musulmans de France sommés de se désolidariser des djihadistes égorgeurs de chrétiens (comme si l’appartenance religieuse créait une solidarité de fait), campagnes incessantes contre le port de signes religieux assimilé à une atteinte contre la sacro-sainte laïcité, racisme au plus haut sommet de l’État… l’Islam ne quitte pas le viseur du gouvernement et de ses agents. Mais à qui profite donc le crime ?

Pas de répit pour les musulmans : après la loi de 2004 interdisant le port de signes religieux ostensibles à l’école, celle de 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public, la circulaire Chatel qui interdit aux mères de porter le voile lors d’accompagements de sorties scolaires encore en vigueur, la loi anti-nounous voilées à domicile : le  rapport du 9 août 2013 du Haut comité à l’intégration (HCI) qui «proscrit le port de signe ostensible et ostentatoire d’appartenance à une religion quelle qu’elle soit» à l’Université. C’est sur ce dernier que s’est basé l’enseignant pour humilier son étudiante. Précisons tout de même que la loi de 2004 qui interdit le port de signes religieux à l’école ne s’applique pas aux établissements d’études supérieures et que celle proscrivant le port du voile à l’Université n’est pas (encore) votée. L’Observatoire contre l’Islamophobie, rappelait même que « la liberté d’expression reconnaît aux étudiants — par l’article 50 de la loi du 26 janvier 1984 — le droit d’exprimer leurs convictions religieuses à l’intérieur des universités », à condition toutefois d’éviter le prosélytisme.

Mais le mal est déjà fait. Ces campagnes à répétition ont hissé le port du voile au rang d’un vrai problème de sécurité intérieure. Et puisque cette question monopolise à ce point les medias et les politiques, comment ne pas penser qu’elle pose problème ? Rien de plus facile que de réactiver les vieux réflexes coloniaux toujours vivaces dans notre société.

Le musulman n’est pas seulement considéré comme une menace pour la République, il est aussi traité comme un paria. Réduisant toujours plus le champ des espaces publics dans lesquels le port du voile reste autorisé, les textes, lois ou circulaires promulgués depuis 10 ans ont pour effet de créer deux types de citoyens : ceux qui ont le droit d’exprimer publiquement leur appartenance religieuse (les juifs, les catholiques et les protestants) et les autres (les musulmans) sommés de se plier aux lois de la République (dont les prétendues « racines judéo-chrétiennes » sont régulièrement rappelées dans les discours des élites politiques) qui leur interdisent tout signe religieux ostentatoire. Ces lois de Nuremberg des temps modernes se servent de la laïcité comme outil de stigmatisation des musulmans. Dès lors, comment s’étonner que le port du voile puisse devenir pour certain(e)s une revendication identitaire ?

L’hystérie antimusulmane entretenue par le gouvernement n’a pas d’autres fonctions que de créer un rideau de fumée masquant son incompétence face à la crise économique. Il est plus facile de s’attaquer à l’Islam qu’à la finance… Le musulman est appelé à jouer une fois de plus les boucs émissaires et il excelle d’autant plus dans ce rôle qu’il en cumule toutes les qualités : fragile, visible et isolé. Tactique usée jusqu’à la corde mais toujours efficace pour masquer les vraies responsabilités qui sont avant tout celles des exploiteurs des peuples et des fauteurs de guerre : le racisme reste le meilleur moyen pour les maîtres de communier avec leurs serviteurs.

http://bourgoinblog.wordpress.com/