Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2009

Crise financière : Sarkozy face à la crise financière mondiale : La fin du tout marché

Sarkozy face à la crise financière mondiale : La fin du tout marché

Incroyable mais vrai ! Le 25 novembre 2008 en meeting à Toulon Sarkozy disait que l'ère du tout marché est finie, et que l'intervention de l'état dans l'économie est finalement nécessaire. Maintenant si même Sarkozy le dit c'est que c'est vrai puisqu'il disait exactement le contraire auparavant.
 

16/12/2008

Reportage sur France 5 : « Groenland, les pétrodollars de la banquise », ce soir à 20 h 35

FRANCE 5. L'Arctique pourrait receler d'immenses réserves mondiales d'hydrocarbures. Les appétits s'aiguisent

Riche banquise

http://www.lepouvoirmondial.com/media/02/01/257845123.jpg

Un vaste territoire qui attise les convoitises. (photo france 5)

L'effacement progressif de la banquise laisse, en effet, entrevoir les énormes richesses du sous-sol : pétrole, gaz, diamants, or, apatites... L'Arctique recèlerait ainsi 20 % des hydrocarbures qui restent encore à exploiter dans le monde. Les attentions des multinationales se focalisent sur le Groenland. De grandes compagnies pétrolières ont déjà obtenu des licences pour l'exploration de minerais, de gaz et de pétrole en mer ou sur terre. Pour leur compte, de nombreux experts internationaux arpentent les vastes étendues à la recherche de nouveaux filons. Car les moyens à mettre en oeuvre pour les découvrir ne sont pas à la portée des habitants. Revers de la médaille : la bataille pour la mainmise sur les derniers gisements du globe s'annonce donc rude. À tel point que certains se demandent même si la région ne va pas devenir le théâtre d'une deuxième guerre froide. Entre Russes, Américains, Canadiens, Danois et Norvégiens, la valse des manoeuvres diplomatiques et militaires pour la conquête de l'Arctique a déjà commencé.

« Groenland, les pétrodollars de la banquise », ce soir, 20 h 35, France 5.

Le réchauffement climatique ne fait pas que des malheureux. Le Groenland, territoire autonome rattaché au Danemark, découvre, avec la fonte des glaces, qu'il est plus riche que ses 57 000 habitants ne le pensaient. De là à des velléités d'indépendance, il n'y a qu'un pas. C'est ce que révèle un documentaire diffusé ce soir sur France 5.

Le réchauffement climatique ne fait pas que des malheureux. Le Groenland, territoire autonome rattaché au Danemark, découvre, avec la fonte des glaces, qu'il est plus riche que ses 57 000 habitants ne le pensaient. De là à des velléités d'indépendance, il n'y a qu'un pas. C'est ce que révèle un documentaire diffusé ce soir sur France 5.

L'effacement progressif de la banquise laisse, en effet, entrevoir les énormes richesses du sous-sol : pétrole, gaz, diamants, or, apatites... L'Arctique recèlerait ainsi 20 % des hydrocarbures qui restent encore à exploiter dans le monde. Les attentions des multinationales se focalisent sur le Groenland. De grandes compagnies pétrolières ont déjà obtenu des licences pour l'exploration de minerais, de gaz et de pétrole en mer ou sur terre. Pour leur compte, de nombreux experts internationaux arpentent les vastes étendues à la recherche de nouveaux filons. Car les moyens à mettre en oeuvre pour les découvrir ne sont pas à la portée des habitants. Revers de la médaille : la bataille pour la mainmise sur les derniers gisements du globe s'annonce donc rude. À tel point que certains se demandent même si la région ne va pas devenir le théâtre d'une deuxième guerre froide. Entre Russes, Américains, Canadiens, Danois et Norvégiens, la valse des manoeuvres diplomatiques et militaires pour la conquête de l'Arctique a déjà commencé.

« Groenland, les pétrodollars de la banquise », ce soir, 20 h 35, France 5.

 

Source : http://www.sudouest.com/accueil/loisirs-culture/tv-medias...

Petite banniere 400x50

 

15:50 Publié dans Banquise/Arctique/Antarctique, Reportages télévisés | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

09/12/2008

Changement climatique : Quels sont les impacts déjà visibles et à quoi s'attendre ?

 
08.12.08 : Changement climatique : Quels sont les impacts déjà visibles et à quoi s'attendre ?   

Le réchauffement climatique est aujourd'hui devenu un fait tangible : accroissement des températures moyennes mondiales de l'atmosphère et de l'océan, fonte généralisée de la neige et de la glace ou élévation du niveau moyen mondial des océans.

- Au cours des cent dernières années, le climat s'est réchauffé de 0,74°C en moyenne globale. Ce réchauffement s'est fortement accéléré au cours des cinquante dernières années, au rythme de 0.13°C par décennie. Onze des douze dernières années figurent au palmarès des douze années les plus chaudes depuis 1850.

- Le niveau de la mer s'est élevé de 17 cm au cours du vingtième siècle et de 3mm par an entre 1993 et 2003, soit le double de la moyenne enregistrée durant tout le vingtième siècle.

- Une augmentation du nombre des cyclones tropicaux intenses est observée dans l'Atlantique Nord et d'autres régions du Globe depuis 1970.

A quels types d'impacts faut-il s'attendre à l'avenir ?

La température moyenne annuelle du globe s'élèvera de 0.2°C par décennie au cours des deux prochaines décennies, pour atteindre 1,1°C à 6,4°C d'ici 2100.

- Les phénomènes climatiques aggravés : multiplication de certains événements météorologiques extrêmes (canicules, inondations, sécheresses).

- Un bouleversement de nombreux écosystèmes, avec l'extinction possible de 20 à 40% des espèces animales et végétales.

- Des crises liées aux ressources alimentaires : dans de nombreuses parties du globe (Asie, Afrique, zones tropicales et sub-tropicales), les productions agricoles chuteront, ce qui risque de provoquer des crises alimentaires, sources potentielles de conflits et de migrations.

-Des dangers sanitaires : le changement climatique aura vraisemblablement des impacts directs sur le fonctionnement des écosystèmes et sur la transmission des maladies animales, susceptibles de présenter des éléments pathogènes potentiellement dangereux pour l'homme.

- Des déplacements de population : l'augmentation du niveau de la mer (18 à 59 cm d'ici 2100) devrait provoquer l'inondation de certaines zones côtières (notamment les deltas en Afrique et en Asie), provoquant d'importantes migrations dont la gestion sera délicate.
Source : http://www.flashespace.com/html/dec08/08b_12_08.htm

Articles connexes

Les gaz à effet de serre ont atteint un nouveau niveau record en 2007 (28.11.08)
OCO : Un satellite pour étudier la teneur en CO2 de l'atmosphère (11.10.08)

John McCain expose son point de vue sur les dossiers scientifiques (25.09.08)
La position de Barack Obama dans le domaine scientifique (12.09.08)
L'environnement et les élections aux États-Unis (30.08.08)
Environnement : L'action des Etats-Unis (26.04.08)

Changements climatiques : Le PNUE déplore le manque d'ambition du G8 (16.07.08)
Déclaration du G8 sur l'environnement et les changements climatiques (11.07.08)

Picard : 3 instruments pour étudier la variabilité du Soleil (03.06.08)
Le changement climatique pourrait bouleverser la biologie des maladies infectieuses (18.05.08)
Politiques climatiques : Ne pas négliger les réductions de méthane (09.05.08)


Les rapports du GIEC

- le Groupe de travail I, qui évalue les aspects scientifiques du système climatique et de l'évolution du climat ;
- le Groupe de travail II, qui s'occupe des questions concernant la vulnérabilité des systèmes socio-économiques et naturels aux changements climatiques, les conséquences négatives et positives de ces changements et les possibilités de s'y adapter ;
- le Groupe de travail III, qui évalue les solutions envisageables pour limiter les émissions de gaz à effet de serre ou atténuer les changements climatiques ;
- l'équipe spéciale pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre, qui est chargée de mettre en ouvre le Programme du GIEC dans ce domaine.

Rapport de synthèse du GIEC (20.11.07)
Les rapports du Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat(05.05.07)

Groupe III ('Les mesures d'atténuation' du réchauffement climatique) (05.05.07)
Groupe II (Bilan 2007 des changements climatiques : conséquences, adaptation et vulnérabilité) (07.04.07)
Groupe I (4ème rapport sur l'état des connaissances relatives au changement climatique) (03.02.07)

07/12/2008

Fonte de la banquise et des glaciers : Le niveau de la mer est monté de 30 cm en moyenne

Posnan : de célèbres skieurs appellent à une action d'urgence pour contrôler le changement climatique
 
Les problèmes environementaux: la situation est grave
 
Climat : quand la mer monte, les îles coulent

La montée des eaux noie inexorablement les îles des Sundarbans

06/12/2008

Fonte de la banquise : L'Allemagne développe le brise-glace le plus puissant du monde

BERLIN - Des scientifiques allemands développent le brise-glace le plus puissant du monde, à l'heure où la fonte de la banquise de l'Arctique révèle des réserves d'hydrocarbures convoitées.

Sous le nom éthéré d'Aurora Borealis se cache un monstre de 199 mètres de long, capable de briser des couches de glace de 15 mètres d'épaisseur et de forer jusqu'à 1.000 mètres dans les sols marins situés à 5.000 mètres de profondeur. Cela même à travers des plaques de glace en mouvement.

Le bateau pourra circuler toute l'année dans les zones arctiques, même en hiver lorsque les rigueurs polaires sont impitoyables, et cela sans l'aide d'autres brise-glaces, une escorte habituellement indispensable.

"Beaucoup de sceptiques pensaient que ces défis étaient impossibles à relever, mais avec ses capacités inédites, l'Aurora sera le brise-glace le plus puissant au monde", souligne Albrecht Delius, l'ingénieur en chef du projet dirigé par l'institut allemand Alfred-Wegener (AWI).

Le projet vient d'achever sa phase de recherche et développement, et entre dans l'étape du financement de la construction, estimée à 650 millions d'euros.

Un consortium doit s'en charger, où l'Allemagne s'est dite prête à monter à 30%. D'autres nations européennes ont signalé leur intérêt, mais aussi la Russie, qui contrôle près de la moitié des côtes sur l'Océan Arctique.

La suite ici : http://www.romandie.com/infos/news2/081205055054.xwaacfm9...