Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2009

Mondialisation : Basta ! - « Le vrai risque pour la France c’est l’émergence d’un Etat autoritaire »

Par Elise Picon, Ivan du Roy (6 janvier 2009)

Pour bien commencer l’année, Basta ! a choisi d’interviewer Emmanuel Todd, démographe, sociologue et historien, sur les grands enjeux qui nous attendent en 2009 et les défis à relever. Dérive sécuritaire, néo-libéralisme fou, possible retour de la lutte des classes, triste état de la gauche ou fracture générationnelle … Loin des discours convenus, l’auteur de « Après la démocratie » nous livre son analyse, et explique pourquoi il souhaite l’instauration d’un protectionnisme européen, le seul choix capable selon lui d’enrayer la crise sociale et écologique. Entretien en image.

Voir toutes les vidéos ici : http://www.bastamag.net/spip.php?article347

Dans son livre « Après la démocratie », publié en octobre chez Gallimard, Emmanuel Todd s’interroge sur le sens de l’élection de Nicolas Sarkozy et ce qu’elle signifie dans l’évolution de la société française. Est-ce la fin du grand principe d’Egalité qui, avec celui de Liberté, caractérisait et structurait la société française ? Le démographe, sociologue et historien, spécialiste des structures familiales, nous interpellent également sur les menaces qui pèsent sur notre société : la dérive vers une « République ethnique » ou un Etat autoritaire, le triomphe de l’individualisme et du narcissisme qui empêche l’émergence de nouveaux projets collectifs, le vide de la pensée économique, la fracture générationnelle… Emmanuel Todd mène aussi la charge contre le libre-échange, « la concurrence de tous contre tous » comme horizon indépassable. Il prône la mise en place d’un protectionnisme européen, seule alternative crédible selon lui pour protéger emplois et salaires, redynamiser le marché intérieur face à la crise et enrayer la baisse quasi générale du niveau de vie. Face à l’avatar des crispations identitaires, il souhaite le retour d’une lutte des classes non-violente contre les « 1 % » les plus riches, qui réconcilierait ouvriers et « bobos » maltraités par le système. Après avoir prédit l’effondrement de l’URSS (La Chute finale, 1976) et la fin de l’hégémonie états-unienne (Après l’empire, 2002), Emmanuel Todd nous met en garde quant à l’avenir d’une démocratie déjà malmenée.

Basta ! : Comment analysez-vous le durcissement sécuritaire et les tentatives de plus en plus fréquentes de criminaliser toute forme de contestation, de la révolte des banlieues à l’affaire de Tarnac, un durcissement qui ne date pas de Sarkozy mais qui semble prendre un sérieux coup d’accélérateur ?

« C’est le libre-échange qui provoque de la xénophobie »

Vous appelez de vos vœux la fin du libre-échange et l’avènement d’un protectionnisme économique en Europe. Comment éviter qu’une Europe convertie au protectionnisme ne favorise la xénophobie, les nationalismes, voire les impérialismes économiques ou guerriers des grands blocs – Etats-Unis, Europe, Chine, Brésil… – sur le reste de la planète ?

 Les classes populaires chinoises sont directement exploitées par les classes supérieures « occidentales », écrivez-vous. On pourrait dire de même de l’Inde et de certains pays d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique latine pour leurs mains d’œuvre ou leurs ressources naturelles. Certains voient là un mécanisme, certes brutal, mais qui, par les créations d’emplois et les salaires qu’il génère au Sud, permet un juste rééquilibrage des choses après plus d’un siècle de pillage et de domination économique. Une sorte de redistribution des richesses entre le Nord et le Sud. Qu’en pensez-vous ?

«  Les économistes qui sont aux commandes me semblent intellectuellement cramés »

 Face à « l’aveuglement » des élites actuelles que vous dénoncez, à l’insatiable quête de pouvoir de ce que vous appelez « la classe capitaliste », identifiez-vous une relève capable de penser et de créer la société de demain, en particulier dans le domaine économique ?

 «  Les délires de Rachida Dati sur la possibilité de mettre en prison des gamins de douze ans sont bien dans l’esprit du temps »

Parallèlement à la fracture sociale, voyez-vous se profiler une fracture générationnelle, dont les prémices seraient la révolte des banlieues en 2005 ou celle de la jeunesse grecque en décembre ? Une fracture entre une jeunesse de plus en plus précarisée d’un côté,et des retraités de plus en plus nombreux de l’autre, qui auront plus ou moins réussi à conserver un mode de vie et des droits dont ne bénéficieront pas les générations suivantes…

 Comment réconcilier les classes moyennes des centre villes qui votent plutôt à gauche, et les ouvriers relégués en lointaine banlieue, toujours tentés par le vote FN ? Quelles valeurs communes pourraient, demain, rassembler l’ouvrier de Sandouville, le surdiplômé manifestant contre le CPE, le fonctionnaire privatisé ou le jeune émeutier de banlieue, tous « maltraités » par le système économique ?
 
Quel regard portez-vous sur l’état de la gauche en France ? Vous paraît-elle apte à répondre aux grands enjeux qui se dessinent, à dépasser la simple critique du système ?

«  L’Europe délocalise sa pollution comme elle délocalise sa production »

Si la question sociale est très présente dans votre livre, vous n’abordez quasiment pas les enjeux environnementaux. Un modèle protectionniste en Europe ne risque-t-il pas d’être incompatible avec la prise en compte globale des contraintes écologiques et la mise en œuvre d’efforts communs pour moins polluer et consommer, chacun exigeant de l’autre les efforts les plus coûteux ?

Recueilli par Ivan du Roy

Réalisé par Elise Picon

Source :  http://www.bastamag.net/spip.php?article347

Etats-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d'un tabou : Emission là-bas si j'y suis

De la démocratie américaine  et de la condition sine qua non pour devenir président des Etats-Unis (des lobbys en général, d'un certain lobby en particulier).

Pro-israéliens et plutôt néo-conservateurs, deux éminents professeurs de sciences politiques américains, décident d’étudier un sujet tabou, le lobby pro-israélien.
Malgré l’avalanche de critiques et d’insultes leur livre s’impose comme un évènement.
Chaque année, Israël continu de recevoir 4 milliards de dollars d’aide américaine, entre 1972 et 2006 Washington a opposé son véto à 42 résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU qui critiquaient le politique israélienne.
Pourquoi ?
Un reportage avec Giv Anquetil.

 
Etats-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d’un tabou (1)
Le lundi 9 février 2009

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1613

 
Etats-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d’un tabou (2)
Le mardi 10 février 2009

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1614

Etats-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d’un tabou (3)
Le mercredi 11 février 2009


http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1615

Etats-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d’un tabou (4)
Le jeudi 12 février 2009

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1616




Israël menace l'Europe et Rome

L'Etat Voyou tel qu'en lui-même...
 

« Nos forces armées ne sont pas au trentième rang, mais aux deuxième ou troisième rang mondial. Nous avons la capacité de détruire le Monde avec nous. Et je peux vous assurer que cela arrivera avant quIsraël ne disparaisse ».
Article original en Anglais : http://iraqwar.mirror-world.ru/article/188125

02/02/2009

Davos s'achève dans le désarroi face à la crise de la mondialisation

Ils veulent vraiment nous imposer le Nouvel Ordre Mondial à tout prix !
Cette phrase lancée par Angela Merkel est très significative et rentre encore une fois dans leur logique de domination mondiale.
Angela Merkel a évoqué une charte pour "un nouvel ordre économique mondial" et la possibilité de la confier aux Nations unies via un Conseil économique à l'image du Conseil de sécurité.

Ils ont beau jeu de craindre les révoltes des peuples après avoir créé de toutes pièces la crise financière et économique mondiale qui n'a que pour seul objectif en finalité d'instaurer le Nouvel Ordre Mondial.

Pour ceux qui connaissent les projets des Maîtres du Monde, leur objectif est celui de créer un unique Gouvernement Mondial de Dictature dont le président serait le Président de l'ONU et dont le siège serait déplacé en Israël.

Vous remarquerez que l'on ne parle plus des sanctions dirigées contre les banques mondiales ni de réformer le système financier mondial.

A quand le puçage électronique imposé à tous les citoyens du monde ?
 


Davos s'achève dans le désarroi face à la crise de la mondialisation

DAVOS, Suisse (AFP) — Présidents, ministres et patrons ont eu du mal à cacher leur désarroi au Forum économique mondial qui s'est achevé samedi à Davos, face à une crise qui menace la mondialisation tant célébrée année après année dans la station de sports d'hiver suisse.

Contexte oblige, l'ambiance du rendez-vous de l'élite mondiale de la politique et des affaires a été cette année plus sobre, avec des soirées moins fastueuses et des buffets revus à l'économie.

Sans rapport avec la crise financière, l'image qui risque de rester de ce Forum est celle du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, quittant en colère, devant des centaines de personnes, un débat houleux avec le président israélien Shimon Peres sur le conflit de Gaza.

Tandis que les mauvaises nouvelles économiques tombaient du monde entier, le retour du protectionnisme a été le thème majeur, dénoncé à l'unisson par le Premier ministre russe Vladimir Poutine comme par ses homologues chinois Wen Jiabao, allemande Angela Merkel ou britannique Gordon Brown.

Le projet de Washington de protéger encore davantage ses sidérurgistes a confirmé cette crainte de voir le commerce mondial subir un coup d'arrêt sous le double effet de la récession et des barrières dressées par les Etats.

La nouvelle administration américaine a été la grande absente de ce Forum, le président Barack Obama se contentant d'envoyer une conseillère.

En période de crise, "l'instinct n'est pas en faveur du libre-échange mais du protectionnisme", a déclaré le ministre brésilien des Affaires étrangères Celso Amorim, fervent partisan d'une plus grande libéralisation du commerce.

Comme à l'habitude Davos a été l'occasion d'une réunion des ministres du Commerce dans l'espoir de relancer les négociations à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Une vingtaine d'entre eux ont fait une déclaration estimant possible une conclusion en 2009 après les échecs de 2008.

"La situation actuelle comporte deux risques majeurs: des troubles sociaux et le protectionnisme", a déclaré la ministre française de l'Economie Christine Lagarde après la journée de grève et de manifestations jeudi en France.

Prenant l'exemple de la France, l'ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan a mis en garde les gouvernements: "Il y a de la peur, il y a de la colère", a-t-il dit.

Concernant le volet financier de la crise, les responsables publics ont placé leurs espoirs dans la réunion du G20 du 2 avril à Londres sans avancer de solution concrète pour la réforme du système financier international.

Angela Merkel a évoqué une charte pour "un nouvel ordre économique mondial" et la possibilité de la confier aux Nations unies via un Conseil économique à l'image du Conseil de sécurité.

Les pays du Sud ont craint un repli sur eux-mêmes des pays riches non seulement sur le plan commercial, mais aussi sur le plan de l'aide.

"Ce n'est pas le moment de réduire le flux de capitaux vers l'Afrique", a souligné le Premier ministre du Kenya, Raila Odinga.

Le président colombien Alvaro Uribe a émis le même souhait pour l'Amérique latine où "200 millions de personnes" sont concernées par la lutte contre la pauvreté.

Le milliardaire et philanthrope américain Bill Gates, habitué de Davos, a lancé un appel aux gouvernements "à ne pas réduire l'aide aux pays en développement en cette période de difficultés économiques".

De brèves échauffourées ont eu lieu samedi à Genève entre policiers et manifestants altermondialistes qui souhaitaient protester contre le Forum malgré l'interdiction des autorités locales.

Source : http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iamIXX...

31/01/2009

Medias américains : Le grand lavage de cerveau des médias américains

Le grand lavage de cerveau des médias américains.

Toujours d'actualité !!!!

Un festin de connerie et de spectacle

Par Joe Bageant
17 août 2007

Joe, prenez un paquet de canettes et asseyez-vous dans un fauteuil confortable. Je suis tellement en colère. Je suis furieuse contre l'hologramme dont vous parlez tout le temps, ce monde imaginaire créé par les médias qui contrôle nos actions et dirige nos pensées. Habituellement j'ignore l'hologramme en allumant rarement la télévision et en ne lisant les informations que sur les sites internet qui tentent d'être raisonnables. Mais bien que je sache que l'hologramme n'est que mensonge, j'ai besoin d'y retourner maintenant parce que je connais les gens sur qui on ment et qu'il n'y a pas d'autre source d'information.

Mon mari est palestinien et j'ai vécu en Jordanie en 1995-1996. Cette semaine j'ai entendu que deux gamins du lycée où j'enseignais là-bas (une école pour les étudiants doués financée par la reine Noor) sont en prison en Angleterre pour ces (je renifle, grimace et roule des yeux) attaques terroristes manquées la semaine dernière. Et ils n'ont rien fait, Joe. C'est un jeune couple avec un bébé, et tous ceux qui les connaissent ou les ont connus s'accordent à dire qu'ils ne pourraient jamais faire du mal à un autre être humain.

Mais ce n'est pas seulement cela. C'est qu'il n'y a pas de preuve du tout. Simplement aucune. Le gouvernement britannique n'a même pas essayé de s'expliquer ou de suggérer un motif.

C'est ici qu'entre l'hologramme. J'ai toujours compris ce que vous vouliez dire par ce terme, mais je n'appréciais pas tous ses aspects jusqu'à présent. C'est un hologramme parce qu'on le voit, mais qu'il n'est pas réel. On voit des voitures de police encercler la voiture d'un suspect de terrorisme et on nous dit qu'il a été poursuivi par la police.

Quand on apprend que c'est un neurochirurgien dont l'épouse et le bébé étaient dans la voiture avec lui, on pourrait penser qu'il s'est probablement rangé quand la police a semblé le vouloir, mais seulement si on est encore capable d'utiliser son propre cerveau. Après tout, son nom est Mohammed et sa femme porte un foulard, et l'hologramme nous a montré encore et encore ce qui sort de ce genre de choses. Alors peut-être qu'on va juste ignorer ce que notre cerveau essayait de dire, que les neurochirurgiens ont investi beaucoup dans leur carrière et n'ont pas de temps pour un loisir comme faire exploser des trucs, et que les jeunes mères sont farouchement protectrices de leur bébé, et par conséquent évitent les choses dangereuses comme d'avoir un mari qui devient terroriste ou de s'engager dans des poursuites en voiture avec la police.

L'analogie avec l'hologramme marche aussi en ce que les médias sont si durs à ignorer. Même quand on s'efforce de les ignorer, ils sont toujours là, à clignoter près des bords, des impressions brûlantes dont on ne peut pas vraiment se débarrasser. Quand ma belle-sœur (directrice du département d'anglais de leur lycée à l'époque, professeur d'anglais à l'université maintenant) m'a envoyé les premières informations, j'ai pensé : Qu'il est ridicule de penser que Marwa ou Mohammed soient impliqués là-dedans ! Après quelques jours à regarder dans l'hologramme à la recherche d'information, j'ai dû me demander : Est-ce que je sais vraiment ce que je sais ? Ou bien l'hologramme peut-il avoir raison ? Non qu'il y ait eu la moindre preuve présentée. Il y avait juste un tas de commentaires de voisins sur leur barbe et leur burka et le facteur disant qu'ils ne recevaient pas beaucoup de colis habituellement, mais qu'ils en ont reçu pendant un moment.

1. Diffusée en France sous le titre 24 heures chrono puis 24, cette série télévisée mettait en scène un agent anti-terroriste devant accomplir ses missions en vingt-quatre heures.

Mon sens commun m'a dit : Ooh, des trucs qui font peur. Peut-être même des vêtements pour bébé. Mais c'était si clair et confortable dans le monde de la télé et des sites d'information grand public. Je voulais presque me laisser endormir en craignant le méchant docteur et sa mystérieuse femme, mais mes souvenirs des vrais Marwa et Mohammed m'en empêchaient. Cela aurait été comme un épisode de 241 si seulement le gentil jeune docteur avait pu s'en aller et se changer en un poseur de bombes fou dans mon imagination. Mais parce que je l'ai connu autrefois, il continuait juste à redevenir le garçon de quinze ans très doux et poli qui faisait toujours le clown avec ses amis. Je me rappelle particulièrement avoir pensé qu'ils étaient comme un tas de chiots, et ce souvenir éteint l'hologramme un peu jusqu'à ce qu'il se rallume après un moment. Et Marwa, dont je me rappelle encore plus clairement, était une personne si intelligente, gentille et délicieuse que sa douceur me fait pleurer chaque fois que je la vois irradier d'une photo d'elle sur l'écran de la télévision ou de l'ordinateur.

Pourquoi tous les autres ne le voient-ils pas ?

Pendant ce temps, bien qu'aucune preuve de culpabilité n'ait été présentée, l'holo-discussion s'emballe. Comment se protéger de ces monstres ?

La plupart des commentateurs recommandent d'augmenter la sécurité et de laisser entrer moins d'étrangers, mais même les bien-intentionnés, qui disent : ils nous haïssent parce que nous avons fait des choses affreuses manquent quelque chose. Il se peut qu'ils nous haïssent ou non, mais il n'a pas été prouvé qu'ils aient fait quoi que ce soit, du moins pas cette fois. Et les Britanniques ont des précédents embarrassants d'arrestations de gens totalement innocents dans des affaires comme celle-là.

Les faits connus sur Mohammed Asha et sa femme, Marwa Da'ana, sont entièrement positifs. Bien éduqués, travailleurs, etc. Les choses horribles dites sur eux ne sont pas des faits, ni ne sont confirmées par des faits. Un jeune couple et leur fils ont été séparés, emprisonnés sans inculpation dans un pays étranger loin de leurs amis et de leurs parents.

Que pensez-vous que leurs proches ressentent ? Personne n'a eu la moindre nouvelle d'eux. Et déjà, maintenant que leur avenir soigneusement construit a été fracassé, cet hologramme s'est éteint et tout le monde se tourne vers les autres qui clignotent ailleurs.

Joe, vous êtes toujours là ? J'ai fini. Merci d'avoir écouté.

Jennifer, à Los Angeles