Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2009

Grippe A : Témoignage du Dr Rima Laibow

Court extrait de l’émission d'Alex Jones, avec le Dr Rima Laibow et son mari, le général Stubblebine sur la vaccination anti-grippale.

Ecoutons ce témoignage qui confirme une fois plus, si cela était encore nécessaire, ce que dénonce la journaliste Jane Buregermeister dans sa plainte déposée auprès du FBI.

Alex Jones : vers la vaccination forcée (S/T)
http://www.dailymotion.com/video/x9wiib_alex-jones-vers-l...

 

Grippe A : La plainte de Jane Buregermeister en Français

Un aperçu en Français de la plainte déposée par Jane Buregermeister- Journaliste autrichienne, auprès du FBI.Elle n'est pas traduite correctement dans l'attente qu'un ou une bénévole la traduise dans les règles de l'art.

Néanmoins, nous avons un net aperçu de son contenu.

Merci d'en prendre connaissance et de la diffuser largement autour de vous.


La plainte de Jane Buregermeister en Français

A télécharger ci-dessous

La plainte de Jane Buregermeister

Le lien de la plainte en Français ci-dessous

http://www.scribd.com/doc/17517065/Grippe-a-Plainte-Jane-Burgermeister

Grippe a - Plainte Jane Burgermeister

 

20/07/2009

Le Virus H1N1, une arme biologique de destruction massive ?

Cliquez sur la photo ou sur ce lien pour le découvrir

snake4_dees.jpg
Photos extraites de ce site : http://www.rense.com/


La démocratie et les droits de l'homme selon les USA
Photos

La liberté Vaccinale en danger
L'obligation vaccinale : Un danger pour nos enfants

vaccs_dees.jpg

Karl Marx au secours des USA
Vite réanimons ce grand homme !!!

marx_dees.jpg

La liberté, les Droits de l'Homme et la démocratie selon le
Bildenberg Group

bild2_dees.jpg

Les Pirates de la Constitution US

mad_piratesposter.jpg

Les Droits de l'Homme en danger !
1887418881gi42ce-d6cf8.gif



19/07/2009

La Grippe A selon le Dr Marc Vercoutère

Le docteur Marc Vercoutère est l'auteur de
"La Crise Aviaire : La Culture Du Mensonge"
et de
"Vaccin Hépatite B : Les Coulisses D'un Scandale".

Ecoutez bien ces vidéos : Vous saurez si les laboratoires pharmaceutiques s'intéressent à votre santé ou à votre portefeuille, tout en ne perdant pas de vue non plus les autres objectifs recherchés, mais inavoués et pour cause.....dépopulation chimique ?

La grippe A (H1N1) vue par Marc Vercoutère

Grippe A/H1N1 dite Porcine1

http://www.noslibertes.org/dotclear/index.php?post/2009/0...

Grippe A/H1N1 dite Porcine1
envoyé par RegisDanse. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

Des origines vers la préparation de pandémie par renforcement et commutation des virus,en passant par les dangereux et inéficaces antiviraux, la vaccination,... jusqu'à des solutions proposées... contre la grippe (de "synthese"?)
A/H1N1 extraits de "La crise aviaire ou la culture du mensonge." du Dr.Marc Vercoutere
Éditions de Guibert, 2008.


Grippe A/H1N1:Tamiflu et H5N1,historique et commutation

http://www.dailymotion.com/video/x9ay3q_grippe-ah1n1tamif...

 

Préparation de pandémie par renforcement et commutation des virus,en passant par les dangereux et inéficaces antiviraux (Tamiflu) contre les grippes (de "synthese"?) H5N1, A/H1N1 extraits de "La crise aviaire ou la culture du mensonge." du Dr.Marc Vercoutere
Éditions de Guibert, 2008.

Source : Nos Libertés

Gaza : Les « pratiques acceptées » de l’armée israélienne

International - Article paru
le 16 juillet 2009

Monde

Les « pratiques acceptées » de l’armée israélienne

Proche-Orient . Une association de soldats vétérans israéliens dénonce l’utilisation de boucliers humains lors de l’offensive de Gaza.

Lentement, le vent tourne. Si, en 2002, lors de l’offensive lancée en Cisjordanie, l’armée israélienne avait pu échapper à ses responsabilités dans les massacres perpétrés, notamment dans le camp de réfugiés de Jénine, il n’en est plus de même aujourd’hui. L’offensive menée à Gaza du 27 décembre au 18 janvier avait soulevé un cri de protestation à travers le monde. Si un quarteron de défenseurs acharnés d’Israël avait applaudi aux bombes au phosphore blanc, aux tirs contre des écoles de l’ONU ou aux destructions de maisons, la majorité des peuples avaient exprimé leur émotion devant une attaque qui a fait plus de 1 400 morts et 5 000 blessés palestiniens. D’autant que la volonté israélienne d’empêcher la presse internationale de pénétrer dans la bande de Gaza indiquait clairement que cette armée, et ses chefs, ne tenait pas vraiment à opérer devant des témoins qu’il serait difficile de contredire. Ce qui n’est pas le cas lorsqu’il s’agit de paroles de Palestiniens que Tel-Aviv assimile toujours à de la propagande, voire à de l’antisémitisme.

Parmi les nombreux murs dressés par Israël, un est en train de se lézarder. Au lendemain de l’offensive, déjà, des soldats avaient dénoncé des attitudes militaires contraires aux droits de l’homme, s’apparentant à des crimes de guerre, voire des crimes contre l’humanité. La branche israélienne de l’organisation Médecins pour les droits de l’homme (Physicians for Human Rights) a accusé l’armée d’avoir violé le droit international lors de l’offensive « Plomb durci » dans la bande de Gaza, notamment en ce qui concerne la sécurité des blessés et des équipes soignantes. Aujourd’hui, c’est une autre organisation non gouvernementale, une association de soldats vétérans, Breaking the silence (briser le silence), qui révèle les « pratiques acceptées » au sein de l’armée israélienne. Il s’agit selon elle de « la destruction de centaines de maisons et mosquées sans que cela n’ait d’objectif militaire, l’emploi de phosphore en direction de zones habitées, la mort de victimes innocentes tuées avec des armes légères, la destruction de propriétés privées et (…) une atmosphère permissive dans la structure de commandement qui a permis aux soldats d’agir sans contraintes morales ». Le document est composé de témoignages anonymes de trente soldats engagés dans les combats durant l’offensive israélienne à Gaza. « Les témoignages prouvent que la manière immorale dont la guerre a été menée était due au système en place et non aux soldats individuellement », a affirmé Mikhael Manekin, au nom de l’ONG.

Israël refuse toute commission d’enquête

Les soldats israéliens ont ainsi utilisé des civils comme boucliers humains (« À chaque maison dont nous nous approchions, on envoyait les voisins à l’intérieur », a expliqué l’un d’eux) et reçu pour instruction de tirer sans se préoccuper des conséquences. « On nous disait que la sécurité des soldats résidait dans leur puissance de feu, a raconté un militaire. On faisait ainsi comprendre aux soldats que leur vie était le plus important et qu’il n’y avait aucune raison qu’un de nos soldats soit tué parce qu’on avait laissé à un civil le bénéfice du doute. » L’armée israélienne a rejeté ces accusations, affirmant dans un communiqué que, selon ses propres enquêtes, « il est clair que les soldats des forces armées israéliennes ont opéré en accord avec les lois internationales et les ordres qu’ils ont reçus, en dépit des combats difficiles et complexes ». Le seul problème est que, comme toujours, Israël refuse toute commission d’enquête internationale qui permettrait de faire la lumière sur ce qui s’est réellement passé dans la bande de Gaza. Une attitude qui ne peut que jeter le doute sur les déclarations officielles israéliennes, alors que les témoignages des soldats corroborent ceux recueillis par les grandes ONG de défense des droits de l’homme.

Pierre Barbancey


Source : L'Humanité

Des soldats israéliens évoquent une guerre sans retenue à Gaza

Douglas Hamilton (Reuters )

3728898558-des-soldats-israeliens-temoignent-d-une-guerre-sans-retenue-a.jpg

 

Des soldats israéliens ayant participé à la guerre de Gaza ont rapporté avoir eu pour instructions de "tirer d’abord" et de ne se soucier qu’ensuite de savoir si c’était contre des civils, rapporte l’ONG "Breaking the silence" que Tsahal accuse de s’être fondée sur des "racontars".

Accusé par Amnesty International, Human Rights Watch et l’Onu d’avoir causé des pertes civiles et des destructions injustifiables en décembre et janvier dans le territoire palestinien, Israël a toujours rejeté ces mises en cause.

Plusieurs soldats de Tsahal ayant participé à cette opération affirment à présent que leurs chefs les ont incités à tirer d’abord et à ne se préoccuper qu’ensuite de distinguer les combattants des civils. En conséquence, témoignent-ils, leurs forces se sont ruées dans le territoire enclavé sans retenir leurs tirs.

Selon ces trente soldats, dont les témoignages anonymes ont été recueillis par "Breaking the Silence", la priorité de l’armée était de minimiser ses pertes afin de s’assurer du soutien populaire israélien à l’opération, contrairement à ce qui s’est passé au Liban à l’été 2006.

"Mieux vaut atteindre un innocent qu’hésiter à viser un ennemi" : c’est en ces termes qu’un soldat résume la façon dont il a compris les instructions répétées durant les briefings préliminaires et pendant l’intervention, qui a duré 22 jours.

"Dans le doute, tuez. La puissance de feu était insensée. On arrivait et les explosions étaient hallucinantes. Dès l’instant où on arrivait à nos positions, on commençait à tirer sur tout ce qui était suspect", raconte un autre.

Tsahal a, dans un long communiqué, démenti les accusations "mensongères et diffamatoires, mélangeant rumeurs et on-dit".

"La plupart de ces témoignages sont anonymes et manquent de tout détail précis permettant à la Force de défense israélienne (IDF) d’enquêter et de les confirmer ou de les réfuter", dit ce communiqué.

DES SOLDATS TENUS AU MUTISME

L’armée "regrette qu’une nouvelle organisation de défense des droits de l’homme présente à Israël et au monde un rapport fondé sur des témoignages anonymes et généraux", sans avoir eu la "décence minimale" de lui soumettre auparavant aux fins de vérifications.

L’ONG dispose de financements de la part d’associations israéliennes de défense des droits de l’homme ainsi que des gouvernements britannique, néerlandais et espagnol et de l’Union européenne.

A l’exception d’un sergent prénommé Amir, l’ensemble des soldats parlent sous l’assurance de l’anonymat et leurs visages sont floutés dans les témoignages filmés. La transcription des propos est disponible sur le site www.breakingthesilence.org.il.

L’armée israélienne, qui repose essentiellement sur la conscription, interdit formellement à ses soldats de parler aux médias. Le rapport de 112 pages de "Breaking the Silence" contient le témoignage de trente soldats "ayant servi dans tous les services impliqués dans l’intervention".

"La majorité (...) sont encore en service dans leurs unités et, profondément alarmés par la dégradation morale de l’IDF, se sont tournés vers nous. (Leurs témoignages) suffisent à mettre en doute la crédibilité de la version officielle de l’armée", peut-on lire dans ce document.

Selon une ONG palestinienne, le bilan des combats côté palestinien s’est établi à 1.417 tués, dont 926 civils. Tsahal parle de 1.166 morts dont 295 civils. Côté israélien, dix soldats et trois civils ont péri.

Des rues entières de Gaza ont été rasées pour réduire le risque des tireurs embusqués et des pièges explosifs. Selon les Nations unies, les quelque 600.000 tonnes de gravats commencent à peine à être déblayées, six mois après la fin de l’opération.

DES "INCIDENTS ISOLÉS"

Dans son communiqué, l’armée rejette ces critiques, mais s’engage à enquêter en cas de plainte formelle pour exactions, tout en assurant que ses militaires ont respecté le droit international.

Le ministre israélien de la Défense, le travailliste Ehud Barak, a estimé pour sa part que l’IDF était "la plus morale des armées du monde" et qu’elle se comportait "conformément aux plus hautes normes éthiques".

Le long communiqué de Tsahal reconnaît toutefois "des cas isolés où du tort non intentionnel a été causé à des non-combattants à la suite d’erreurs opérationnelles", que l’armée affirme inévitables dans "des combats complexes et difficiles".

Plusieurs soldats décrivent une procédure de fouille de maisons où des civils étaient forcés à entrer dans des bâtiments suspects devant les soldats. Ils citent plusieurs cas dans lesquels des civils devaient s’avancer tandis qu’un militaire, derrière lui, reposait son fusil sur son épaule.

"Nous n’avons jamais utilisé aucun civil comme bouclier humain", a rétorque à Radio Israël un porte-parole de Tsahal, le colonel Avi Peled. Il assuré que les témoignages sur ce point ne sont que des choses dont les soldats ont entendu parler.

Le rapport évoque également l’emploi sans discernement de munitions incendiaires au phosphore blanc dans les rues de Gaza - ce que Tsahal dément -, des "destructions massives ne répondant à aucune menace directe" et des règles d’engagement "permissives".

"On ne nous disait pas de tirer sur tout ce qui bouge. Mais la consigne générale était : si vous vous sentez menacés, tirez. Ils n’arrêtaient pas de nous dire que c’était la guerre et que, à la guerre, on fait feu à volonté", se souvient un soldat.

Version française Gregory Schwartz et Marc Delteil : http://fr.news.yahoo.com/4/20090715...