Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2012

Ouragan Sandy: la côte est se vide

Voir la vidéo par ce lien :
http://www.lapresse.ca/international/dossiers/la-supertem...


Ouragan Sandy: la côte est se vide

Publié le 28 octobre 2012 à 13h11 | Mis à jour le 28 octobre 2012 à 21h00

sandy.jpeg

Daphné Cameron, Envoyée spéciale
La Presse

(New Jersey) Il ne reste plus qu'à attendre le passage de Sandy sur la côte est américaine, où des centaines de milliers d'Américains vivant en zones inondables ont été forcés d'abandonner leur domicile. Le passage de l'ouragan a déclenché l'état d'urgence dans une dizaine d'états américains, du Connecticut à la Caroline du Sud, en prévision de la tempête qui devrait frapper dans la nuit de lundi à mardi.

>> Voyez nos photos: La côte est américaine se prépare pour Sandy

Au New Jersey, où l'oeil de l'ouragan semble se diriger, toutes les îles comprises entre Sandy Beach et Cape May, soit une zone de près de 200 kilomètres, ont fait l'objet d'évacuations obligatoires. À partir de 16h00 dimanche, les autorités policières ont prévenu qu'elles ne pourraient plus promettre de porter secours aux habitants qui décidaient de rester.

L'île de Long Beach avait des allures de ville fantôme, dimanche soir, alors que l'eau commençait à inonder les rues des hameaux plantés le long d'une bande de sable de plusieurs kilomètres. Le long des rues désertes, des maisons cossues se succèdaient, fenêtres et portes placardées.

Au bout de l'une d'elles, Rick Simpson fixait son bateau à l'arrière de son camion alors que la pluie frappait son visage de plein fouet. «Le niveau de l'eau n'a jamais été aussi élevé à marée basse. Habituellement, j'ai besoin de grimper une échelle de cinq pieds pour sortir de mon bateau, alors qu'aujourd'hui, il flottait pile à la hauteur du quai», a-t-il illustré.

M. Simpson, un coach de natation qui entraîne des athlètes de calibre olympique ne se laisse généralement pas intimider par l'eau. Mais la force de la tempête l'a convaincu de respecter l'avis d'évacuation. «En 1972, l'eau de l'océan et de la baie ont convergé et ont engouffré la partie de l'île où nous nous trouvons présentement, emportant plusieurs maisons. Sandy s'annonce encore plus violente. À un moment donné, il faut accepter que la nature est plus forte que nous!»

Quelques maisons plus loin, Stanley et Ann, un couple dans la soixantaine, a choisi de faire fi de l'état d'urgence. «On vit ici, les tempêtes, c'est notre destin», a laissé tomber l'homme au milieu de son sous-sol jonché de pompes et meubles pêle-mêle en équilibre sur des caisses de lait. «On en a vu tellement d'autres! Nous avons tout le nécessaire pour survivre plus d'une semaine coupés du reste du monde.»

Les prochaines heures laissent présager le pire alors que la tempête s'intensifiera. Les météorologues prévoient que les ponts qui donnent accès aux îles risquent d'être submergés cette nuit, les coupant du reste du monde.

Des écoles ont été ouvertes pour accueillir les sinistrés des îles, mais aussi de la côte, qui menace d'être frappée par des pannes d'électricité et des inondations historiques en raison de la pleine lune lundi soir. Les zones évacuées comprennent aussi Atlantic City qui a été forcée de fermer tous ses casinos ainsi que des quartiers inondables sur a côte. Des villes du Delaware, état qui devrait aussi être fortement affecté, ont connu le même sort.

À la tombée de la nuit, environ 160 personnes avaient trouvé refuge à l'école secondaire de Manahawkin au New Jersey. Environ 500 lits de camps de la Croix-Rouge étaient bien cordés dans un gymnase prêt à accueillir les sinistrés.

Ce sont les pompiers qui ont demandé à Sandra Baker et ses enfants Billy, 9 ans, et Hannah, 12 ans, de quitter leur maison, située sur la côte, en zone inondable. «J'ai décidé de partir parce qu'en 38 ans de vie à Jersey, je n'ai jamais vu l'eau monter aussi rapidement.»

L'île de Seaside, située un peu plus au nord, s'est aussi vidée rapidement. L'endroit, qui attire généralement des foules pour ses parcs d'attractions, ses mignonnes maisonnettes à l'ombre des dunes de sable et ses vedettes de la célèbre émission de téléréalité Jersey Shore, était presque désert. Seuls quelques curieux ont risqué de s'aventurer sur la plage, en matinée, alors que des vagues de plus en plus hautes se fracassaient sur les quais perchés sur des pilotis d'au moins 20 mètres de haut.

«Je suis stupéfait», s'est exclamé Darin Petro, 45 ans, en fixant la scène. «Je me baigne sur cette plage depuis l'âge de 5 ans et je n'ai jamais vu de vagues aussi hautes! C'est extraordinaire de voir ça, mais ça fait vraiment craindre les dommages.»

Ed Verna, un homme trapu de 76 ans, a vécu à Seaside toute sa vie. Le retraité, qui a notamment travaillé comme sauveteur sur la plage de 1953 à 1963, a été témoin de cinq ouragans et tempêtes depuis son enfance, mais c'est la première fois qu'il se résigne à quitter sa maison.

«J'en ai vu d'autres, mais les médias disent que ce sera la tempête du siècle, donc ma femme panique, elle veut partir», a-t-il laissé tomber, pelle à la main, alors qu'il remplissait lui-même ses sacs de sable. «Les ouragans que j'ai vécus ont été assez violents. Les routes se transforment en rivières et ça fait un vacarme comparable à un train de marchandises qui passe au-dessus de nos têtes. Le vent est si fort que des clôtures de métal et des toitures s'envolent. J'ai vu des maisons de trois étages s'affaisser», a-t-il décrit.

Une vingtaine de mètres plus loin, Jim s'affairait à placarder les maisons d'un cottage. Sa famille respectera l'avis d'évacuation, a-t-il affirmé, même s'il est difficile d'abandonner sa maison. «On sait qu'il y aura des gens qui vont rester, mais les ponts qui nous relient à la terre ferme risquent d'être submergés, alors rendu là, ce sera chacun pour soi et Dieu sait ce qu'il peut vraiment arriver.»

 

lapresse.ca vous suggère

La Californie se déchire

Dimanche 28 octobre 2012
 

images--38-.jpg

28 octobre 2012, San Diego - Les essaims sismiques et l’odeur d'œuf pourri qui règne dans une grande partie du sud de la Californie depuis quelques mois sont liés à un renouveau volcanique autour du lac Salton qui se trouve directement sur ​​la faille de San Andreas.

Initialement, les scientifiques pensaient que ces phénomènes n’étaient  pas associés à des changements dans la chambre magmatique qui se trouve sous le lac, mais maintenant, l’alerte volcanique dans la région est belle et bien prise en compte.

L’Etat de Californie travaille en collaboration avec l'USGS  depuis le mois de Février sur un programme de surveillance pour comprendre les dangers potentiels de ces anciens volcans.

Les auteurs de l'étude ont déclaré que l'actuel réveil sismique et volcanique dans la région est «étroitement lié au mouvement de la plaque Pacifique.

La petite phrase suivante n’est pas très rassurante : « Le magma circule dans les profondeurs de la terre, La Californie se déchire. » ont-ils dit en août.

Un essaim important de tremblements de terre a frappé la région de Brawley, en septembre. L’odeur âcre de souffre autour du lac Salton est un signe évident d'une renaissance géologique.

http://theextinctionprotocol.wordpress.com/

 

Le Maire de New York ordonne l'évacuation de 375 000 personnes

Par la même occasion vous irez voir le nombre de tsunami et de tremblements de terre qui ont eu lieu aux USA et au CANADA.

Descendre sous la carte pour voir le nombre de tsunami et de tremblements de terre qui ont eu lieu le 28 octobre 2012.

 
Comme vous pourrez le constater, les USA sont pris entre deux feux, sur la côte ouest avec les Tsunami et sur la côte est avec l'ouragan Sandy qui doit arriver mardi.

Cliquer sur l'image
Nouvelle image (5).jpg
Plusieurs endroits dans le monde sont touchés par les intempéries et les tremblements de Terre.
 
D'autres sources pour le tremblement de terre qui a eu lieu au Canada.

Le Maire de New York ordonne l'évacuation de 375 000 personnes

Ouragan Sandy : New York ordonne l'évacuation de 375 000 habitants

 
New York (Etats-Unis), dimanche. Les autorités locales ont décidé de fermer tous les transports en commun, métro compris, à partir de dimanche soir.

New York (Etats-Unis), dimanche. Les autorités locales ont décidé de fermer tous les transports en commun, métro compris, à partir de dimanche soir.


AFP / Andrew Burton

L'arrivée de Sandy sur la côte est américaine paralyse New York, la plus grande ville du pays.

Le maire de la ville Michael Bloomberg, très inquiet des dégâts que pourrait causer cet ouragan de catégorie 1, dont les vents soufflent à environ 120 km/h, sur son territoire, a ordonné dimanche à 375 000 personnes d'évacuer les zones à risques.
 
En outre, tout le réseau de transports publics va être fermé. Il n'y aura plus ni bus ni métro à partir de 19 heures (minuit à Paris). Tous les parcs, les aires de jeux et les plages de la ville seront également hors d'accès.

L'aéroport était toujours ouvert dimanche après-midi, mais des centaines de vols ont été annulés. Des compagnies américaines ont annulé des vols intérieurs et Air France a annulé tous ses vols prévus lundi vers New York et Washington.

Sandy devrait frapper la cote est des Etats-Unis lundi ou mardi, entre les Etats du Delaware et du New Jersey. Ses effets se sont déjà fait ressentir le long de la côte, notamment en Caroline du Nord et dans le Maryland, frappés par des inondations.

VIDEO. Le maire de New York annonce l'évacuation de 375 000 personnes
 

Mayor Bloomberg updates New Yorkers on preparations for Hurricane Sandy
http://www.youtube.com/watch?v=Hu0b3mxXZOU&feature=player_embedded

Sandy. Vols annulés aux États-Unis, premières évacuations

 Catastrophe dimanche 28 octobre 2012

 

Les premiers effets de l'ouragan Sandy se sont fait sentir, ce dimanche, le long de la côte est américaine, provoquant l'annulation de milliers de vols et l'évacuation de centaines de milliers de personnes à New York et dans certaines zones côtières.

 

Le président Barack Obama a appelé ses compatriotes à prendre «très au sérieux» le danger. A neuf jours de la présidentielle, la campagne électorale en est chamboulée, les deux candidats ayant été contraints d'annuler des réunions publiques dans les Etats susceptibles d'être touchés.

Barack Obama, qui s'est rendu dimanche au siège de l'agence chargée de la gestion des situations de crise (FEMA), a annulé une partie de ses déplacement afin de surveiller l'évolution de la situation depuis la Maison-Blanche.

Les opérations de vote par anticipation risquent également d'être très perturbées, menaçant le taux de participation, s'est inquiété dimanche le stratège démocrate David Axelrod.

 

«Frankenstorm»

De Washington à New York, des habitants et employés de réseaux de transport empilaient des sacs de sable pour protéger les biens des inondations annoncées et des files d'attente se formaient devant les supermarchés pour stocker des vivres.

Surnommée tour à tour «Superstorm», «Monsterstorm» ou encore «Frankenstorm», en référence à la fête d'Halloween mercredi, pour souligner la taille et la dangerosité potentielle de la tempête, Sandy doit se renforcer en rencontrant un front froid du Canada, selon les prévisions des services météorologiques.

 

Sandy attendue mardi matin

Ceux-ci s'attendent à ce que l'ouragan touche les terres, sans doute mardi matin, probablement sur la côte du Delaware ou du New Jersey, au sud de New York.

Sans attendre, les autorités ont multiplié les mesures de précaution. A New York, ville la plus peuplée du pays, le maire Michael Bloomberg a ordonné l'évacuation de 375 000 habitants de zones inondables bordant l'East et l'Hudson River. Les eaux pourraient monter de plus de trois mètres, selon le NHC.

Environ 1 100 soldats de la garde nationale devaient se déployer dans la ville. Le réseau de transports publics, y compris le métro, sera fermé à partir de 19 h (minuit, heure de Paris).

«Suspendre le réseau de transport le plus important d'Amérique du Nord représente un effort monumental» mais qui doit être effectué suffisamment en amont de l'arrivée de l'ouragan, a expliqué le patron de la MTA, Joseph Lhota.

 

Les rues de Big Apple désertées

Les spectacles musicaux de Broadway sont annulés, ce dimanche soir et lundi, tandis que les parcs, aires de jeux et plages seront également interdits au public.

Pour la première fois depuis 1985, Wall Street se limitera lundi aux échanges électroniques, les échanges physiques sur le parquet de la bourse étant suspendus. La «Big Apple» tournera au ralenti, ses rues seront désertes.

Dans les airs, plus de 3. 00 vols intérieurs et internationaux ont été annulés pour dimanche et lundi, principalement dans les aéroports de New-York, Washington et Philadelphie, selon le site flightaware.com.

 

À 850 km au sud de New York

Dimanche, à 22h, heure de Paris, l'ouragan se trouvait à 850 kilomètres au sud de New York et progressait vers le nord-est à la vitesse de 24 km/h, selon le Centre américain de surveillance des ouragans (NHC), basé à Miami. «Il devrait obliquer vers le nord puis le nord-ouest ce soir ou tôt lundi», selon le NHC.

Les vents soufflaient à 120 km/h mais devraient se renforcer à mesure que l'ouragan progresse vers des eaux plus froides.

Ces vents soufflent jusqu'à plus de 800 kilomètres de l'oeil du cyclone selon le NHC.

 

« Terrain inconnu»

Une pression atmosphérique de 951 hectopascals --quasi-jamais observée sous ces latitudes quand la pression normale est de 1 015 hectopascals-- a par ailleurs été relevée.

Un spécialiste de la météo du Washington Post avouait sur le site internet du journal n'avoir «jamais vu» de pareils prévisions: «On entre là dans un terrain inconnu».

Sur les côtes de Caroline du Nord, ce dimanche, les télévisions montraient des images des îles rases qui s'étirent le long de la côte balayées par les vents, avec de la pluie et une mer démontée.

Dans les terres, les montagnes de Virginie occidentale pourraient se recouvrir d'un mètre de neige.

 

État d'urgence

Dans le New Jersey et le Delaware, l'évacuation des zones côtières a été ordonnée face au risque d'inondations, accru par les forts coefficients de marées.

Le gouverneur du New Jersey Chris Christie a aussi décrété la fermeture des casinos d'Atlantic City, le «Las Vegas de la côte est».

Dans la plupart des Etats de la côte, les gouverneurs ont déclaré l'état d'urgence afin de pouvoir rapidement mobiliser des moyens, tandis des millions d'enfants resteront chez eux lundi, nombre d'écoles publiques de Washington à Boston étant fermées.

Les radios, mettant en garde contre les coupures d'électricité à prévoir, diffusaient des messages expliquant les précautions à prendre.

L'ouragan a déjà laissé au moins soixante-six morts après son passage dans les Caraïbes.

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Sandy.-Vols-annules...

 

27/10/2012

Une vingtaine de centrales nucléaires le long de la Côte Est américaine menacées par la tempête Sandy

 

Cette information est à rapprocher des dernières éruptions solaires que nous avons connues ces derniers jours et des deux articles ci-dessous
 

Des ordres d'évacuation sont donnés au New Jersey

Une vingtaine de centrales nucléaires le long de la Côte Est américaine...


Samedi 27 octobre 2012