Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2011

Israël/USA : Frappes contre l'iran imminentes ? Il ne serait pas étonnant que le conflit explose durant la période des fêtes !

Est-ce bien le moment de préparer les fêtes de fin d'année avec la 3ème guerre mondiale qui nous pend au nez  ?

 
Israël et les USA sont vraiment prêts à tout pour aller attaquer l'Iran et provoquer la Russie et la Chine.

Après le mythe de l'assassinat de BEN LADEN, voici que maintenant l'on nous invente  la participation de l'Iran à la fable des attentats du 9 septembre 2001.
10 ans après bien sûr et au bon moment en prime !
 
Tout est parfaitement chronométré, on le voit, avec un nouveau mensonge que l'on nous sert en dernière minute pour que nous avalisions une attaque contre l'Iran et le déclenchement de la 3ème guerre mondiale par la même occasion. La Russie et la Chine ayant promis de soutenir l'Iran en cas d'attaque d'Israël.
 
Quand les Illuminati-sionistes-reptiliens satanistes vont-ils cesser leur carnage et leurs manipulations ?
 
Voir la vidéo en anglais et les articles ci-dessous
 
Iran lié au 11 sept 2001


Attorneys: Iran linked to 9/11 attacks--Vidéo
http://www.youtube.com/watch?v=hyLZPZ0Mi-E


Nous savons tous que c'est faux, et que les organisateurs du "11 septembre" sont issus de l'intérieur du système US lui-même et du MOSSAD Israélien.

Ces gens nous ont fait le coup pour l'Afghanistan et l'Irak, on sait pour justifier quoi...

Ces insinuations sont donc un très mauvais signe...

Décryptage de la vidéo :

Des procureurs new-yorkais (attorneys) ont "sorti" des indices ("evidences" en anglais), alléguant que l'Iran aurait cherché à dissimuler des complicités avec Al-Qaeda dans les attentats du 9/11. L'Iran aurait même servi de couloir de transit pour des déplacements de terroristes (et/ou de matériels) vers l'Afghanistan. Le représentant iranien (dernière séquence avec la journaliste de CNN, Mary Snow) nie tout en bloc...

Il y a au début le témoignage d'une veuve de victime des attaques sur le WTC qui se réjouit, pour la mémoire des victimes comme feu son époux, qu'on trouve des coupables. Mais vient ensuite symétriquement le témoignage de BURGEN, analyste sécurité chez CNN qui recommande la prudence dans les analyses, faisant état de divergences au sommet du pouvoir iranien à l'époque et de la difficulté à culpabiliser - surtout 10 ans après-  tel ou tel. L'idée générale, comme le titre le souligne bien, ne demeure pas moins que l'IRAN était bien, d'une façon ou d'une autre, "lié" (linked) aux attaques du 9/11.

Les "défectors" (c'est à dire des transfuges) du gouvernement iranien étaient acoquinés avec le Hezbollah pour apporter un soutien organisationnel et/ou logistique à Al-Qaeda dans l'organisation des attentats du 9/11. Les attorneys -ceux qui défendent Mme Tara Bane la veuve-  auraient en somme obtenu gain de cause en justice, sur la foi du rapport  général sur le 9/11 dont des extraits surlignés apparaissent à l'écran, montrant ces indices de collaboration IRAN-HEZBOLLAH, corroborés par la parole des "défecteurs" ayant quitté le gouvernement iranien...

Après le départ "précipité" de l'armée US d'Irak, et différents autres faits significatifs*, on est en droit de se poser des questions...

http://www.wikistrike.com/article-breaking-news-israel-at...  notamment...


Jeudi 15 décembre 2011

BREAKING NEWS: Israël pourrait attaquer l'Iran dans les toutes prochaines heures

 Breaking News: Israël attaquerait l'Iran dans les toutes prochaines heures ! 

breaking news

Plusieurs sites parlent d'une attaque imminente d'Israël sur l'Iran. Selon l'agence chinoise Xinhua (équivalent de l'AFP), la Chine dévoie son plus gros navire pour le diriger au plus près de l'Iran. On peut donc s'attendre à une attaque israélienne dans les prochaines heures, avant que le navire ne se positionne, ou bien dans plusieurs jours, selon si oui ou non l'intimidation fonctionne. La Nouvelle année débutera-t-elle sous les bombes? 

Le bateau chinois en question, le Haijian, est le plus gros de la flotte chinoise. Il sera positionné au plus proche de l'Iran dans 6 heures. Cette décision soudaine d'un changement de cap montre l'imminence d'un conflit. (article dessous)

Les Chinois changement subitement de stratégie, mais ce sont pas les seuls. La Russie précipite les choses également et positionne en urgence son armée. (article dessous)

De plus, l'Iran a appelé aujourd'hui ses voisins à ne pas permettre l'utilisation de leur espace aérien contre lui.

Le Sénat américain vient de sanctionner une nouvelle l'Iran. Le texte est envoyé à Obama pour promulgation.

Nous espérons vivement que nous nous trompons, mais le scénario tel qu'il se présente laisse peu de place au doute.

Nous espérons et voulons être au plus proche de l'actualité pour vous informer en temps réel.   

Ci-dessous, les dernières nouvelles 

Suivez l'évolution de la situation sur WikiStrike

TURQUIE

Menace iranienne de frappe en Turquie : Salehi parle de propos irresponsables

Le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi a exprimé mercredi son malaise au sujet de "propos irresponsables" exprimés récemment par certaines autorités iraniennes menaçant de frapper en Turquie le bouclier anti-missiles de l'Otan.

"Nous avons transmis les avertissements nécessaires à ceux qui ont tenu des propos irresponsables", a-t-il dit dans un entretien à l'agence de presse semi-officielle turque Anatolie.

Le ministre iranien a expliqué que seul le président (Mahmoud Ahmadinejad), le guide suprême (l'ayatollah Ali Khamenei) et lui-même étaient habilités à exprimer la ligne officielle sur la politique étrangère de l'Iran.

M. Salehi s'est félicité de "l'excellent niveau" des rapports politiques et économiques actuels entre la Turquie et de l'Iran voisins, "des relations qui reposent sur une grande fraternité et amitié".

Le général Amir Ali Hajizadeh, commandant des forces aériennes des Gardiens de la Révolution, a averti fin novembre que, si l'Iran était menacé, les forces armées iraniennes comptaient "d'abord prendre pour cible le bouclier de défense antimissile de l'Otan en Turquie" avant de passer ensuite "à d'autres cibles".

Le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu avait quelques jours après exprimé son "inquiétude" auprès de son homologue iranien au sujet de cette menace.

La Turquie a accepté l'an dernier l'installation dans le sud-est de son territoire d'un système radar d'alerte précoce dans le cadre du bouclier antimissile de l'Otan destiné, selon les Etats-Unis, à faire face aux menaces d'attaques de missiles venant du Moyen-Orient, en particulier d'Iran.

Source

Frappes contre l'iran imminentes ?

Selon des informations révélées par des experts russes et émanants du Ministère de la Défense russe, la situation géopolitique se développant autour de la Syrie et de l'Iran, exhorte la Russie à accélérer et optimiser sa présence militaire dans le Caucase, dans les régions de la Méditerranée, de la Caspienne et en mer Noire.

Selon « Nezavissimaïa Gazeta" le département de la Guerre a rapporté que le Kremlin a reçu des informations sur une prochaine attaque soutenue par les USA et Israël sur les installations nucléaires iraniennes. Frappe qui serait soudaine et provoquée un jour « X » bientôt.

Tandis que l'AIEA (International Atomic Energy Agency) vient de publier les preuves que l'Iran travaille en effet sur une arme nucléaire, l'Europe doit enfin prendre ses responsabilités et cesser de traîner les pieds et prendre des mesures sévères contre l'Iran. Des sanctions supplémentaires très sévères et un boycott diplomatique doivent être accompagnés d'une menace militaire crédible sous la forme d'un consensus entre les pays de l'OTAN et l'Union Européenne, écrit Israël flash.

Pour Sergueï Konovalov, la Russie se prépare à une réponse adéquate en cas de frappes possibles de Tel-Aviv et Washington contre l'Iran.

Le Problème est actuellement traité comme une question prioritaire lors du sommet UE-Russie à Bruxelles avec la participation du président Dmitri Medvedev. Un jour avant l'événement, l'envoyé de la Russie à l'UE, Vladimir Tchijov, a transmis un message du Kremlin, disant qu'une attaque israélienne ou américaine sur l'Iran conduira à une « évolution catastrophique des événements. Le diplomate a souligné que les conséquences négatives seront non seulement ressentie dans la région ", mais aussi dans un contexte beaucoup plus large."

Concernant l'Arménie, la garnison russe (102ème), anciennement stationnée près d'Erevan, a pris ses quartiers à Gumri, près de la frontière turque. Toutes les familles des militaires on été évacuées vers la Russie.

Les experts militaires Anatoli Tsyganov et Vladimir Popov, ne sont en outre pas d'accord sur le scénario possible qui pourrait enflammer également le Sud Caucase (Azerbaïdjan-Haut-Karabakh). L'un pensant que l'Azerbaïdjan n'interviendra pas dans un conflit contre l'Iran, et qu'il ne déclencherait pas les hostilités contre l'Arménie, alors que Popov s'interroge sur le comportement de la Russie en cas de frappes préventives de Bakou sur l'Arménie et le Haut Karabakh « pour régler définitivement le différent territorial en sa faveur. », sachant que son budget militaire a doublé en trois ans.

Le lieutenant-général. Yury Netkachev, qui pendant longtemps a servi comme commandant adjoint du Groupe des forces russes en Transcaucasie et a été personnellement impliqué dans le travail sur la fourniture d'armes et de munitions à combiner les forces armées et des unités (y compris la 102e base militaire), croit que, dans l'éventualité d'une guerre à part entière contre l'Iran, la Russie cherchera à fournir en toute sécurité l'installation militaire à travers la Géorgie. « Peut-être, sera-t-il nécessaire de briser le blocus de transport géorgiens et fournir les corridors de transport menant à l'Arménie par des moyens militaires', a déclaré l'expert.

« Mais on sait que les troupes russes stationnées dans les bases militaires d' Ossétie du Sud et d'Abkhazie, sont en état d'alerte depuis le 1er Décembre. Pendant ce temps, les navires de la Flotte de mer Noire sont situés non loin de la frontière géorgienne, qui dans ce conflit pourrait agir au côté des forces anti-iranienne. », écrit Sergueï Konovalov dans son éditorial. Il ajoute « Une guerre à grande échelle est possible, et ses conséquences imprévisibles ».

Source

Les Russes et les chinois dans le viseur des missiles US

Le système antimissile US vise la Russie et la Chine

le secrétaire du Conseil russe pour la sécurité nationale Nikolaï Patrouchev a déclaré qu'il n'y avait aucun doute pour Moscou que la Russie et la Chine sont les cibles du système antimissile présentement mis en place par les Etats-Unis et l'OTAN en Europe. « Les calculs de nos experts sont très convaincants, a expliqué Patrouchev, et montrent clairement que les arguments américains concernant les menaces que poseraient l’Iran et la Corée du Nord pour l'Europe sont factices. Il est également clair que les systèmes antibalistique américains sont directement dirigés contre la Russie et la Chine. En plus, les plans ultérieurs consistent à amener des systèmes antimissile sur des navires à proximité des côtes russes, ainsi qu'à placer des systèmes radar antibalistique près de nos frontières. » 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQHcNKTCAml4YJXY1RFz9bW53M_X-rN2oihdCdmodNHHlukhMx7J90Pt0RX

Patrouchev a réitéré ce que le Président Dimitri Medvedev avait déclaré dans son message à la nation du 23 novembre, et qui a été répété maintes fois par le ministre des Affaires étrangères Sergei Lavrov et l'ambassadeur russe à l'OTAN Dimitri Rogozine : « Malgré la nature évidente de nos arguments, nos partenaires américains sont en désaccord et refusent de nous donner les garanties légales que les missiles ne seront pas dirigés contre la Russie. Il reste encore du temps pour négocier, mais de moins en moins. » 

Rogozine a demandé lors d'un récent passage à la télé : « Comment pouvons-nous rester calmes lorsqu'une structure militaire étrangère, en l'occurrence américaine, est arrivée dans la région de la Mer Noire ? » Le général Nikolai Makarov, chef d'Etat-major des forces armées russes, a pour sa part déclaré que « le développement et le déploiement de systèmes antimissile visent la Fédération russe ; ils affaiblissent sans aucun doute notre force de dissuasion nucléaire ». 

 

Source: IRIB

 

DERNIERE NOUVELLE: 3eme guerre mondiale:Chine :changement de cap pour son plus gros navire

FLUX/RSS/ : La chine s'apprête à changer le cap de son navire le Haijian 50 vers le golf persique

L'information n'étant pas encore traitée et venant d'un flux, aucunes informations supplémentaires n'est disponible pour le moment. 

 

Source:Xinhua

L'Iran appelle ses voisins à ne pas permettre l'utilisation de leur espace aérien contre lui

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali-Akbar Salehi, a appelé jeudi les voisins de la république islamique à ne pas autoriser que leur espace aérien soit utilisé contre le pays, a rapporté l'agence de presse officielle IRNA.

M. Salehi a qualifié la récente incursion d'un drone espion américain dans l'espace aérien "d'acte d'hostilité et d'invasion".

L'Iran a demandé au gouvernement afghan d'enquêter sur le problème et ne permettra pas que ce genre de choses ne se reproduise, a rapporté IRNA, citant le ministre des Affaires étrangères.

Plus tôt dans le mois, le média iranien a rapporté qu'un drone de reconnaissance américain avait été abattu par l'armée de la République islamique dans l'est de l'Iran après avoir franchi les frontières orientales iraniennes. La télévision iranienne a montré la semaine dernière des images de ce drone.

Les officiels américains ont nié que le drone avait été abattu par l'Iran, affirmant que le drone RQ-170 s'était écrasé en raison de problèmes techniques.

Source: 

Nouvelles sanctions du Sénat américain contre le Pakistan et l'Iran

 

Le Sénat américain a adopté, jeudi 15 décembre, un projet de loi de finances du Pentagone, déjà approuvé à la Chambre des représentants, comprenant des dispositions pour geler l'aide au Pakistan et imposant de nouvelles sanctions contre l'Iran. Les élus ont adopté cet énorme projet de loi budgétaire de 662 milliards de dollars par 86 voix pour et 13 contre.

Le texte, qui doit maintenant être envoyé au président Barack Obama pour promulgation, précise notamment que près de 700 millions de dollars d'aide au Pakistan seront gelés si Islamabad de donne pas des assurances qu'il a pris des mesures pour faire cesser les attentats contre les forces américaines en Afghanistan. Le gel des fonds concerne une grande partie des quelque 1,1 milliardz de dollars d'aide au Pakistan destinés à la lutte contre les extrémistes islamistes.

LE PROGRAMME NUCLÉAIRE IRANIEN VISÉ

Par ailleurs, une autre disposition de la loi de finances vise la Banque centrale d'Iran dans le but de contraindre Téhéran à abandonner son programme nucléaire. Elle prévoit d'autoriser le président Obama à geler les avoirs de toute institution financière étrangère qui commercerait avec la banque centrale iranienne dans le secteur du pétrole. Les Occidentaux accusent l'Iran depoursuivre un programme nucléaire militaire, ce que Téhéran dément.

Les relations entre les Etats-Unis et l'Iran se sont encore dégradées cette semaine. Au centre de ces nouvelles tensions, le drone d'observation furtif américain capturé par les autorités iraniennes la semaine passée. Les premiers demandent sa restitution, les seconds ironisent, déclarant, mardi 13 décembre, que ce drone est désormais "propriété de la République islamique".

JUSTICE MILITAIRE POUR LES SUSPECTS D'AL-QAIDA

En outre, le texte impose que les suspects affiliés à Al-Qaida, qui complotent ou conduisent des attentats contre les Etats-Unis, soient déférés devant la justice militaire et non de droit commun. Le président des Etats-Unis dispose toutefois de la possibilité de déroger à cette disposition. Cette mesure ne concerne pas les citoyens américains, mais laisse à la Cour suprême ou aux futurs présidents le soin de décider si les Américains qui ont eu des activités liées à Al-Qaida peuvent  détenus indéfiniment sans procès ou non.

Les dispositions sur les suspects avaient été critiquées par l'administration du président Barack Obama. Mais celle-ci a levé mercredi sa menace d'opposer un veto à la loi budgétaire, disant se satisfaire de modifications sur l'encadrement des suspects de terrorisme. Dix ans après le 11-Septembre, nombre d'élus du Congrès, républicains en tête, souhaitaient un texte susceptible de répondre à la menace terroriste contre Washington, qui continue d'évoluer.

Source: LeMonde

A noter, cette étrange information: L'agence chinoise Xinhua éclaire Times Square

Screen_shot_2011-08-02_at_8.16.53_AM.png

L'agence Xinhua, ou Chine nouvelle, l'un des principaux instruments de la propagande du régime chinois, a fait son apparition, lundi, dans le Panthéon de la communication à New York, en se payant un panneau publicitaire sur Times Square, la place la plus visible de la métropole américaine.Xinhua occupe la deuxième place sur la tour située au 2, Times Square, et se voit de loin quand on remonte Broadway. L'agence de presse chinoise remplace la banque HSBC qui occupait cette place depuis des décennies, et qui a décidé de ne pas renouveler son bail, précise le Wall Street Journal .

L'agence chinoise se contente pour le moment d'afficher son logo et les mots « Xinhua, news agency ». Pas d'informations, donc, comme le fait plus loin l'agence Reuters avec un résumé des infos du jour en bande déroulante électronique.

Cette arrivée publicitaire marque également le déménagement des bureaux de l'agence chinoise dans une tour de Broadway, la grande avenue newyorkaise, et donc une quête de plus grande visibilité et de plus grande présence dans le paysage médiatique américain.

Xinhua est au coeur du système d'information contrôlé par le parti communiste chinois : dès qu'un événement devient sensible, le département de la propagande du PCC exige des médias chinois qu'ils se contentent de reprendre les dépêches de Xinhua, qui correspondent à la ligne officielle. Bienvenue sur Times Square !

photo : capture d'écran du blog Metropolis du Wall Street Journal.

Source: rue89

http://www.wikistrike.com/article-breaking-news-israel-at...

 

07/12/2011

Bouclier de l'OTAN: Moscou active son système d'alerte antimissile

Tout va bien, braves gens dormez tranquilles, les politiques aux ordres de leurs maîtres, pensent et agissent pour votre bien.

Que diriez-vous d'une grande guerre mondiale nucléaire ?

Vous reprendrez bien un petit coup d'atome, non ?

Combien en voulez-vous ??


Publié le 29 novembre 2011 à 09h47 | Mis à jour le 29 novembre 2011 à 09h47

 

Bouclier de l'OTAN: Moscou active son système d'alerte antimissile

 
«Si ce signal n'est pas entendu, nous utiliserons... (Photo: Mikhail Klimentyev, Reuters)

 

«Si ce signal n'est pas entendu, nous utiliserons d'autres moyens de défense, nous prendrons des mesures sévères, comme je l'ai promis le 23 novembre», a mis en garde le président russe, Dmitri Medvedev.

Photo: Mikhail Klimentyev, Reuters

Agence France-Presse
Moscou

La Russie a activé son système d'alerte antimissile à Kaliningrad, enclave russe aux portes de l'Union européenne, afin de répondre aux «menaces» représentées par le projet de bouclier antimissile de l'OTAN en Europe, a indiqué mardi le président Dmitri Medvedev.

La station radar «Voronej-TM» a été activée, a précisé le chef de l'État après avoir menacé le 23 novembre de déployer des missiles balistiques à Kaliningrad si les États-Unis et l'OTAN continuaient de mettre Moscou devant le «fait accompli».

«J'espère bien que cette démarche sera considérée par nos partenaires comme un premier signal montrant que notre pays est prêt à répondre de manière adéquate aux menaces du système de défense antimissile (de l'OTAN) pour nos forces stratégiques nucléaires», a déclaré M. Medvedev au cours d'une réunion avec des hauts responsables de l'armée dans la région de Kaliningrad.

«Si ce signal n'est pas entendu, nous utiliserons d'autres moyens de défense, nous prendrons des mesures sévères, comme je l'ai promis le 23 novembre», a mis en garde le président russe, cité par les agences.

 

M. Medvedev avait alors expliqué que l'une de ces mesures consisterait à déployer dans la région de Kaliningrad une batterie de missiles Iskander.

Il s'agit de missiles de courte portée, dont le champ d'action est de 280 kilomètres mais peut atteindre, selon des responsables russes, 500 kilomètres dans certaines versions.

Le président russe a rappelé que Moscou exigeait depuis des mois des garanties que le projet de bouclier antimissile américain en Europe ne menaçait pas la Russie.

«Nous ne pouvons plus nous contenter de promesses verbales selon lesquelles le système (de bouclier antimissile américain) n'est pas dirigé contre la Russie. Des déclarations verbales ne sont pas une garantie pour nos intérêts», a-t-il ajouté.

La Russie, qui dit craindre que ce système ne réduise à néant sa force de dissuasion, a exigé d'y être associée, en vain jusqu'à présent.

De leur côté, les États-Unis ont indiqué à maintes reprises que le système antimissile auquel la Roumanie, la Turquie, la Pologne et plus récemment l'Espagne ont officialisé leur participation ne menaçait pas la Russie.

M. Medveved a toutefois observé que l'activation du système d'alerte antimissile «ne fermait pas la porte au dialogue pour continuer à discuter de ces questions avec nos partenaires».

Ces équipements sont un «instrument de contrôle de l'espace aérien» et ne constituent «pas, en soi, une menace pour nos voisins», a-t-il dit.

Mercredi, les États-Unis avaient répondu à Moscou en soulignant à nouveau que leur système ne menaçait pas la Russie, et qu'ils ne comptaient pas renoncer à sa mise en place. L'OTAN avait jugé que la menace russe était une réponse «décevante».

La nouvelle station radar «Voronej-TM» permet d'observer simultanément jusqu'à 500 objets volants -missiles, avions, etc.- sur une distance allant jusqu'à 6000 km, a précisé pour sa part le ministre russe de la Défense, Anatoli Serdioukov.

http://www.cyberpresse.ca/international/europe/201111/29/01-4472701-bouclier-de-lotan-moscou-active-son-systeme-dalerte-antimissile.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_europe_287_section_POS1

27/11/2011

Russie/USA : Un avertissement du Président Medvedev aux américains

La vidéo du discours au Peuple Russe par le Président Medvedev.

Depuis quelques mois, tout le monde se prépare.

On attend plus qu'une déclaration de guerre.

Il faut s'attendre à ce qu'ils utilisent leurs armes climatiques (HAARP) comme éléments de dissuasion, comme ils savent si bien le faire en temps de guerre froide.

Si vous notez des tremblements de terre ou des tsunamis anormaux, vous saurez de quoi il s'agit.

La vidéo ci-dessous est à rapprocher de l'article précédent : ICI

Vous aurez compris que l'Iran est un prétexte pour s'attaquer à la Russie et à la Chine.

Un avertissement du Président Medvedev aux américains

http://www.youtube.com/watch?v=7Fn293kTNeU&feature=pl...

26/11/2011

La Russie menace de déployer des missiles nucléaires en Europe

Il ne se passe rien, rassurez-vous !

Certains pratiqueront la méthode Coué, en disant : Tout va bien, je suis bien ! Je suis gai, tout me plaît. Ou ils préfèreront jouer les autruches !

Sauf que nous vous alertons pour que vous puissiez vous préparer en conscience et en toute sérénité. Le libre-arbitre ne peut s'exercer que si nous avons le choix, et là le choix devrait être vite fait.

Si vous ne savez rien, comment pourriez-vous vous préparer aux échéances qui arrivent ?

Vous avez un bel exemple des relations de causes à effets avec la réaction de la Russie.

Quand on provoque quelqu'un, le résultat ne se fait  pasattendre, c'est l'effet boomerang qui agit.


La Russie menace de déployer des missiles nucléaires en Europe

LEMONDE.FR Avec AFP, AP et Reuters | 23.11.11 | 15h58   •  Mis à jour le 23.11.11 | 20h55

 

Un porte-missile nucléaire russe lors de la parade de la Victoire à Moscou, le 9 mai 2008.

Un porte-missile nucléaire russe lors de la parade de la Victoire à Moscou, le 9 mai 2008. AFP/YURI KADOBNOV

Un petit air de guerre froide. Le président russe Dmitri Medvedev a menacé, mercredi 23 novembre, de déployer des missiles nucléaires de courte portée de type Iskander dans l'enclave de Kaliningrad, aux portes de l'Union européenne, si les Etats-Unis poursuivaient sans concession le déploiement de leur bouclier antimissile en Europe.

Dans une allocution télévisée de sa résidence de Gorki, près de Moscou, M. Medvedev a déclaré que les Etats-Unis et l'OTAN, dans leur projet de système antimissile officiellement tourné vers des pays tels que l'Iran, "n'[avaient] pas l'intention jusqu'à présent de prendre en compte" l'inquiétude russe.

En conséquence, la Fédération de Russie développera, si nécessaire, "dans l'ouest et dans le sud du pays, des systèmes offensifs modernes qui garantiront la destruction des installations européennes de la défense antimissile des Etats-Unis", a déclaré le président russe. "Une de ces mesures sera le déploiement d'une batterie de missiles Iskander dans la région de Kaliningrad."

Un ultimatum auquel les Etats-Unis ont opposé une fin de non-recevoir. "Les systèmes antimissiles dont le déploiement est prévu en Europe ne menacent pas, et ne peuvent pas menacer la dissuasion stratégique de la Russie", a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain, Tommy Vietor, ajoutant : "Nous ne modifierons ou ne limiterons d'aucune façon nos projets de déploiement."

LA RUSSIE CRAINT POUR SA SÉCURITÉ

Ce n'est pas la première fois que Moscou brandit ce genre de menaces. La Russie dit craindre que ce système ne nuise à sa propre sécurité et a exigé, jusqu'à présent en vain, d'y être associée pour vérifier qu'il ne vise pas sa capacité de dissuasion.

Cette crainte est exacerbée dans un contexte électoral. Le président Medvedev a prononcé cette allocution au moment où son pays se prépare à des élections législatives. A l'approche du scrutin, la politique intérieure a pris des accents volontiers nationalistes.

 

Le chef de l'Etat russe est allé jusqu'à envisager une sortie du Start (Strategic Arms Reduction Treaty), le traité de désarmement nucléaire signé avec les Etats-Unis et entré en vigueur en février, tout en soulignant que la Russie "ne fermait pas la porte" à des négociations ultérieures. Une ouverture au dialogue qu'a saluée le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, tout en qualifant de "très décevante" la menace brandie par Dmitri Medvedev.

Le représentant de la Russie auprès de l'OTAN, Dmitri Rogozine, a quant à lui précisé lors d'une conférence de presse que cette mesure ne serait mise en œuvre que lorsque le déploiement en Europe du système antimissile de l'organisation aurait atteint un "point de non-retour".

Le système antimissile mis en place par les Etats-Unis en Europe prévoit de protéger les pays de l'OTAN de tirs de missiles en provenance de l'Iran ou de la Corée du Nord. La Roumanie, la Turquie, la Pologne et plus récemment l'Espagne y ont officialisé leur participation. L'achèvement de ce dispositif est programmé en 2018.

http://www.lemonde.fr/international/article/2011/11/23/la...

29/05/2011

L'arctique, reportage

Regardez et partagez des vidéos de voyages autour du monde. Explorez de nouvelles destinations, découvrez de superbes villes et de magnifiques paysages.