Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2010

Les nazis préparaient un quatrième Reich « européen », selon un rapport secret

Au vu des évènements que nous observons et subissons depuis des décennies doutons-nous encore de cette réalité ?

Dailymail, 09 mai 2009, traduction partielle par L'Observatoire de l'Europe

Les comploteurs : le chef des SS Heinrich Himmler en compagnie de Max Faust, ingénieur chez I. G. Farben, société travaillant pour les nazis

Le document est ancien et fragile, les lettres typographiées s'estompent lentement. Mais le rapport « EW PA-128 » des services de renseignements militaires américain est aussi glacial que le jour où il fut rédigé en Novembre 1944.

Ce document, aussi connu sous le nom de rapport Maison Rouge, constitue un compte rendu détaillé d'une réunion secrète qui s'est tenue à l'Hôtel Maison Rouge à Strasbourg, le 10 août 1944.

Ce jour-là, les dirigeants nazis demandaient à l'élite industrielle allemande d'organiser la renaissance de l'Allemagne de l'après-guerre, de préparer le retour au pouvoir des nazis et d'oeuvrer pour « un empire allemand fort ». En d'autres termes : le quatrième Reich. Les trois pages de ce rapport rédigé en étroite collaboration, classé « secret », adressé en copie aux autorités britanniques et transmis par la valise diplomatique au secrétaire d'Etat américain Cordell Hull, détaille la façon dont les industriels devaient travailler avec le parti nazi pour reconstruire l'économie allemande grâce à des financements transitant par la Suisse.

Ils mettraient en place un réseau de sociétés écrans à l'étranger. Ils attendraient que les conditions deviennent meilleures. Et puis, ils reprendraient le pouvoir.

Les industriels comprenaient des représentants de Volkswagen, Krupp et Messerschmitt. Des hauts fonctionnaires américains de la Navy et du ministère de l'armement participèrent à cette réunion et, avec une incroyable clairvoyance, décidèrent ensemble que le quatrième Reich allemand, contrairement à son prédécesseur, serait un empire économique plutôt que militaire, mais pas seulement allemand (…)

L'Allemagne nazie a effectivement exporté des quantités massives de capitaux par le biais de pays neutres. Les entreprises allemandes ont mis en place un réseau de sociétés écrans à l'étranger. L'économie allemande s'est rapidement rétablie après 1945.

Le troisième Reich a été vaincu militairement, mais l'ère nazie des puissants banquiers, industriels et fonctionnaires remaquillés  en démocrates, prospéra bientôt dans la nouvelle Allemagne de l'Ouest. Là, ils travaillèrent pour une nouvelle cause : l'économie européenne et l'intégration politique. Est-il possible que le quatrième Reich que les industriels nazis avaient programmé, soit, du moins en partie, entré dans les faits ?

=> Lire la suite (en anglais)

http://www.futurquantique.org/?p=6719

 

DSK appelle à la création d'une monnaie mondiale, d'une banque centrale mondiale. Bref d'une dictature mondial e

Et vous voterez encore pour qui en 2012 ?
Pour les agents des Illuminati et promoteurs du Nouvel Ordre Mondial ?

DSK Appelle A La Création D'Une Monnaie Mondiale, D'une Banque Centrale Mondiale… Bref D'une Dictature Mondiale

Considérant que la « crise est une opportunité » DSK veut que les élites l'exploitent pour créer une gouvernance économique mondiale.

Récemment lors d'un discours prononcé à une conférence devant des élites à Zurich en Suisse, DSK, actuellement à la tête du FMI, a appelé à la création d'une monnaie mondiale soutenue par une Banque Centrale Mondiale qui agirait comme « prêteur de dernier recours » en cas de crise économique grave, un pas de plus vers la destruction des états nations et la création d'un gouvernance économique mondiale dirigée par un petit groupe d'élites visant à satisfaire leurs intérêts personnels et ceux de leurs cercles rapprochés.


DSK a déclaré que « la crise est une opportunité », que les mondialistes devraient exploiter le chaos financier actuel pour pousser à la création d'une « nouvelle monnaie mondiale et d'une banque centrale mondiale ». Atlantiste pur et dur chez DSK cela signifie dissolution de l'Euro dans le Dollar.Ce n'est pas par hasard si l'Euro baisse suite aux vagues d'attaques spéculatives sans précédent sur les marchés boursiers au point que sa valeur est entrain de se rapprocher de celle du Dollar.

Selon DSK, cette monnaie mondiale représenterait un « atout sans risque pour le système indépendant de toutes les monnaies nationales » et que « une banque centrale mondiale pourrait aussi servir de prêteur en dernier recours ».

DSF propose tout simplement pour tous les pays un modèle de système financier habituellement utilisé pour faire plonger et réduire en esclavage des pays endettés auprès du FMI.

Les mondialistes, inclus DSK, veulent donc exploiter la crise économique qu'ils ont savamment orchestrée avec leurs relais dans le monde de la finance et de la spéculation et qu'ils continuent d'exacerber, pour centraliser encore plus mondialement la puissance régulatrice financière entre les mains de quelques uns au détriment des peuples et nations souveraines. Leur objectif, dont celui de DSK, c'est d'obtenir le contrôle des économies nationales afin que les banques aient la main mise sur l'administration des états nations. C'est d'ailleurs ce que projette aussi certains responsables au niveau européen en demandant à ce que la Commission européenne examine les budgets des états avant même qu'ils ne soient votés par les parlements, pour les réguler et imposer de Bruxelles son dictat économique, une atteinte sans précédent à la souveraineté des états membres.

Le Washington Post a rapporté en Avril 2009 l'existence de plans pour transformer le FMI en « une Véritable ONU de l'économie mondiale » en lui accordant « une vaste autorité élargie pour agir comme banquier mondial pour les gouvernements riches et pauvres ».

De son côté, Jean Claude Trichet, actuellement à la tête de la Banque Centrale Européenne préférerait que ce soit la BIS (Bank for International Settlements) qui soit choisie pour jouer ce rôle. La BIS est un organisme corrompu crée pendant et après la deuxième guerre mondiale dirigée à l'époque par des hauts responsables nazis avec la complicité d'industriels des USA et de la Grande Bretagne. Parmi les dirigeants de la BIS on trouvait le directeur d'IG Farben, Herman Schmitz, une entreprise devenue célèbre pour avoir fabriqué le Zyklon B utilisé dans les chambres à gaz des camps d'extermination nazis.

La BIS est dirigée par un groupe de directeurs de banques centrales tels Ben Bernanke, à la tête de la Réserve Fédérale US, Mervyn King, à la tête de la Bank of England, et Jean Claude Trichet à la tête de la Banque Centrale Européenne.

C'est clair que tout ce « beau monde » est d'accord pour créer une monnaie mondiale et une banque mondiale mais pour le moment ils n'ont pas encore fait le choix entre le FMI prédateur ou la BIS corrompue créée par les nazis. De toute façon que ce soit l'un ou l'autre, cela représente un danger certain de voir les économies nationales placées sous tutelle « à la grec ».

D'ailleurs en suivant de près comment se déroule cette crise financière c'est on ne peut plus évident que ces élites l'ont créée dans le but d'atteindre leur objectif : cette gouvernance financière mondiale avec la mise sous tutelle des économies nationales et la destruction des démocraties.

DSK tout comme Sarkozy d'ailleurs sont embarqués dans cette destruction à terme des états-nations donc de la France.

En 2012 c'est NI l'un NI l'autre.

Planète non Violence, 19 mai 2010

par Mireille Delamarre

23/05/2010

Revue de presse : La crise de l'euro et DSK

Quand tout le monde aura compris qu'il n'y a ni gauche ni centre et que tous les partis politiques sont financés par les banquiers Illuminati qui choisissent leurs agents pour faire prospérer leur projets et l'avancement vers l'établissement du Nouvel Ordre Mondial. Ce sera un grand jour pour l'humanité qui décidéra peut-être de se rassembler pour lutter contre ses prédateurs.

Comment DSK peut-il prétendre être de gauche quand il travaille pour les chantres de la finance internationale qui massacre l'humanité depuis des décennies ?

Les commentaires de la presse française, samedi 22 mai, sur la crise de l'euro et Dominique Strauss-Khan.

L'HUMANITE

Patrick Apel-Muller

"L'air bonasse, craignant les "projets ambitieux qui ne sont pas crédibles", Dominique Strauss-Kahn n'en est pas moins l'un des grands ordonnateurs de la saignée qui fait défaillir la Grèce et des plans d'austérité européens. Les hommes en noir du FMI ont débarqué à Athènes comme à Bucarest, à Vilnius comme hier à Buenos Aires pour tailler dans les services, les budgets sociaux, les salaires ou les retraites. Là où ils passent, les marchés financiers se surpassent et les économies trépassent. Combien de pays ces recettes ont-elles mis à genoux ? Les institutions financières internationales affichent toujours les meilleures intentions - de quels effets ont été suivies les proclamations régulatrices des grands de ce monde ? -, mais leurs critères sont à ce point libéraux qu'elles sèment à foison sur leur passage misère et chômage. Mais DSK reste serein: "La crise peut être un mal pour un bien." Sans doute pense-t-il au futur sort des fonctionnaires grecs, aux retraités espagnols et aux chômeurs portugais. N'était-ce pas hier la Journée mondiale contre l'obésité qui ne connaît sans doute pas de meilleur remède que se serrer la ceinture.

Alors que les pays émergents contestent le fonctionnement du FMI, que l'utilisation du crédit au service de la croissance et de l'épanouissement humain devient une revendication, le directeur du FMI se contente d'accompagner la mondialisation capitaliste et de prêcher la mise en cause d'acquis sociaux aussi considérables que la retraite à soixante ans. Hélas, il emprunte "la porte à droite".


LE FIGARO

Paul-Henri du Limbert

"Le doute n'est plus permis : s'il se lance dans la course présidentielle, Dominique Strauss-Kahn aura deux adversaires. La droite et une partie de la gauche. C'est beaucoup pour un seul homme, aussi brillant soit-il. C'est bien là le drame des socialistes. Ils disposent enfin d'un candidat susceptible de l'emporter, mais son engagement socialiste laisse à désirer. Or, à gauche, on ne plaisante pas avec ce genre de chose. On exige des coeurs purs et non pas des esprits flexibles. Michel Rocard, coupable de représenter en son temps la "gauche américaine" peut en témoigner. Lorsque le directeur du FMI réfute le "dogme" de la retraite à 60 ans, il prend à rebrousse-poil le "peuple de gauche", Martine Aubry en tête. Peu lui importe que la première secrétaire ait bruyamment prévenu qu'elle se battrait "de toutes ses forces" pour empêcher un relèvement de l'âge légal. Si la gauche française a des principes, DSK n'en a qu'un seul: le principe de réalité. Or, pour qui est vraiment socialiste, la réalité d'aujourd'hui est rébarbative, pour ne pas dire accablante. Tous les pays européens, de quelque couleur politique qu'ils soient, engagent de sévères politiques de rigueur et personne ne peut penser une seule seconde que la France, au nom de sa seule singularité, pourrait s'en abstraire. Le directeur du FMI le sait bien, puisqu'il est partie prenante dans cette brutale mais nécessaire politique de redressement des finances publiques européennes. Si, écoutant Strauss-Kahn, une partie des militants socialistes grimace, que dire de ceux qui se situent à gauche du PS".


DERNIERES NOUVELLES D'ALSACE

Olivier Picart

"Un démenti trop insistant ressemble souvent au commencement d'un aveu." L'euro n'est pas en danger" : la formule a été tellement répétée tout au long de la semaine par les dirigeants européens et jusque dans la bouche du directeur du FMI, Dominique Strauss-Kahn, qu'elle traduit une réelle anxiété devant la capacité de la monnaie unique à résister à la tempête. Pour la première fois depuis 2002 elle échappe aux débats d'experts pour redevenir un sujet de conversation courante dans l'opinion. Paradoxalement, c'est au moment où elle semble affaiblie que les Européens se l'approprient vraiment. Comme si la menace qui pèse sur elle stimulait les sentiments à son égard. Bien sûr, le fantasme du retour aux monnaies nationales resurgit. Même s'il ne s'appuie sur aucune réalité, il entretient quelques nostalgies. Ne matérialise-t-il pas la revanche, peut-être provisoire, des sceptiques ? L'abandon de souveraineté que représentait l'avènement de l'euro fut un tel prix à payer pour l'avenir de l'Union qu'il cristallise aujourd'hui bien des rancoeurs et cimente les critiques contre un outil beaucoup plus fragile que ne l'avaient prétendu ses promoteurs. Il devait être un instrument de puissance pour le rêve européen et le voilà ballotté par les appétits des spéculateurs. Décevant destin.


LE COURRIER PICARD

Didier Louis

"Les ministres des finances de l'Union sont retournés au chevet de l'euro, selon la formule consacrée, hier à Bruxelles. Est-ce à dire qu'ils l'avaient déserté ? Assurément pas. La crise de la zone euro est loin d'être résolue, à telle enseigne qu'on assiste au retour d'une certaine psychose et que resurgit le spectre d'un éclatement. L'euro faible est l'objet de toutes les sollicitations. Il a plongé cette semaine, signe que les marchés, toujours aussi préoccupés par les dissensions des dirigeants européens et les dettes souveraines des pays les moins solvables, manifestent une extrême fébrilité. Il est vrai que la petite phrase d'Angela Merkel - " l'euro est en danger " - n'a pas été sans sans raviver les frictions entre la France et l'Allemagne. Nos ministres se sont relayés, hier encore, pour rassurer les places financières et démontrer la convergence - relative - entre les deux pays. C'est bel et bien la politique européenne de l'Allemagne qui perturbe le jeu. La chancelière conçoit l'avenir de l'euro sous la bannière dominatrice de l'Allemagne. C'est elle qui déclare unilatéralement la guerre aux spéculateurs. Elle qui énonce ses exigences en contrepartie de son aide à la Grèce : contrôle des budgets nationaux, mise en faillite des Etats trop endettés. La Dame de fer d'outre-Rhin impose sa règle d'or : nul ne doit plus vivre au-dessus de ses moyens ! En s'engageant à inscrire dans la constitution l'obligation de l'équilibre budgétaire, Nicolas Sarkozy lui a donné un gage. Il n'entend cependant pas que l'ascèse budgétaire au nom de l'Union et de l'euro tourne à l'alignement sur l'Allemagne".


(Nouvelobs.com)

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/economie/2010052...

 

20/05/2010

Un banquier suisse annonce la fin de l'euro


Article placé le 20 mai 2010, par Mecanopolis
Les jeux sont faits ! Les USA avec leurs valets politiques européens ont réussi à nous endetter pour s'accaparer l'Europe, nous coloniser, nous imposer leur dictature et leur Nouvel Ordre Mondial !
Réclamons notre sortie de l'Europe et de l'Euro et reprenons notre souveraineté nationale avant qu'il ne soit trop tard !

 

Dans un incroyable entretien accordé hier au quotidien suisse La Tribune de Genève, Alexandre Wohlwend, patron d’Arabesque Wealth Management, est convaincu que l’euro ne survivra pas à la crise en cours. Mieux que ça, il confirme nos prévisions les plus sombres sur les évènements en cours : pour que la monnaie unique se maintienne, il faudrait aligner au même niveau toutes les économiesdes pays de la zone euro, ce qui est exactement ce que le pouvoir autoritaire européen est en train de mettre en place avec leur mise sous tutelle.

S’exprimant avec une franchise qui tranche avec celles que les milieux de la finance nous ont habitués, M. Wohlwend explique également comment les États-Unis ont planifié et souhaité la création de l’euro, avec la complicité de la Communauté européenne, pour contaminer l’Europe avec leur concept de mondialisation.

Étonnamment, cet entretien n’est pas disponible sur le site internet du quotidien. Nous en plaçons ci-dessous les principaux extraits, ainsi que la reproduction de l’article.

Mecanopolis

TDG19052010

Je considère que la constitution de l’Europe autour de la monnaie unique est un non-sens politique, économique et culturel. L’Histoire à montré que toute monnaie plurinationale est vouée a exploser s’il y a des déséquilibres dans les économies qui la partagent. (…)

L’euro n’échappera pas à la règle car les différences culturelles et économiques en Europe son énormes. La crise grecque n’est que premier symptôme. (…)

Cela pourrait être très rapide. J’estime qu’avant cinq ans les pays européens auront largement commencé à se retirer de la zone euro. (…)

[Le plan de 750 milliards est] une fuite en avant. (…) L’Europe est euphorique car elle est droguée à la dette. Cette solution ne fait qu’augmenter la dose de la drogue en créant encore plus de dettes ! Tout cet argent sera finalement ponctionné auprès des contribuables, ce qui risque d’entrainer une crise sociale importante. (…)

Ce sont les États-Unis qui ont planifié eu souhaité la création de l’euro, avec la complicité de la Communauté européenne, pour « contaminer » l’Europe avec leur concept de mondialisation et de profits maximum à court terme. Le problème, c’est qu’ils ont créé un endettement abyssal et démantelé leur industrie, rapidement imités en cela par les États européens. En outre, depuis qu’ils ont séparé le dollar de l’étalon-d’or, ils ont créé de la monnaie à tout va, jusqu’à faire baisser de 98% la valeur du billet vert par rapport à l’once d’or. Le dollar est lui aussi moribond et la disparition de lui profitera en lui permettant de rester momentanément en vie. (…)

Avec 2200 milliards de dollars que la Chine détient en bons du Trésors américains, chaque chinois possède une créance virtuelle de 15′000 dollars envers les États-Unis. Pour l’instant, il n’est pas dans l’intérêt de la Chine de voir chuter la monnaie américaine ; elle continuera donc à augmenter ses réserves en bons du Trésors, qu’elle finira par utiliser pour acheter des pans entiers de l’industrie américaine. Et fera vraisemblablement de même, dans la foulée, avec les pays occidentaux si ces derniers ne se protègent pas par un retour à leur souveraineté monétaire et territoriale, visant à la reconstruction d’un tissu industriel, seul gagnant d’une stabilité économique à long terme.

Nous recommandons vivement à nos lecteurs l’excellent quotidien suisse La Tribune de Genève

MECANOPOLIS

 

10/05/2010

Crise en Grèce: Une déclaration de Mikis Theodorakis


Mondialisation.ca, Le 3 mai 2010

La déclaration de Theodorakis n’a pas été reproduite par la Presse grecque que peu et partiellement. Si comme tous les commentateurs en Grèce soulignent les aspects économiques de la tragédie grecque, Theodorakis les lie à la politique expansionniste des Etats-Unis (Dictature des colonels, partition de Chypre, Skopie, Kosovo-UCK, provocations continues des militaires turcs, …). Dans tous les cas, les Américains sont derrière les mauvais coups. Le dossier grec a été géré par Obama-Merkel- Sarkozy comme tout le monde a vu. L’ampleur des mesures prises par le gouvernement socialiste (soutenu par la droite et l’extrême droite) dépasse même les prévisions de l’Ecole Hayek. Les Grecs commencent à comparer l’austérité socialiste à l’austérité pendant l’occupation allemande.

Avec le sens commun dont je dispose, je ne peux pas expliquer et encore moins justifier la vitesse à laquelle notre pays a dégringolé à partir de 2009, au point d’en arriver au FMI, perdant ainsi une partie de sa souveraineté nationale et passant à un régime de tutelle. Et il est curieux que personne jusqu’à présent ne s’est occupé du plus simple, c’est-à-dire de notre parcours économique avec chiffres et documents, de manière à ce que, nous ignorants, comprenions les causes réelles de cette évolution vertigineuse et sans précédent, qui a comme résultat la perte de notre identité nationale accompagnée de l’humiliation internationale.

J’entends parler d’une dette de 360 milliards, alors qu’en même temps je vois les mêmes dettes, voire de plus grandes, dans de nombreux autres pays. Par conséquent, celle-là ne peut pas être la cause essentielle du malheur. Ce qui me pose problème également c’est l’exagération des coups internationaux dont notre pays est la cible, d’une telle coordination quasi-parfaite contre un pays d’une économie insignifiante, ce qui finit par être suspect. Ainsi suis-je conduit à la conclusion que quelques uns nous ont culpabilisé et nous ont fait peur, de manière à nous conduire au FMI, qui constitue un facteur essentiel dans la politique expansionniste des Etats-Unis et tout le reste concernant la solidarité européenne est de la poudre aux yeux, pour cacher qu’il s’agit d’une initiative purement américaine, pour nous jeter dans une crise économique artificielle, de manière à ce que notre peuple ait peur, qu’il s’apprivoise, qu’il perde des conquêtes précieuses et enfin qu’il se mette à genoux, une fois acceptée la domination étrangère. Mais pourquoi ? Pour servir quels plans et quels objectifs ?

Bien que j’aie été et reste partisan de l’amitié gréco-turque, néanmoins je dois dire que je crains ce renforcement soudain des relations gouvernementales, et les contacts précipités entre ministres et autres acteurs, les déplacements récents à Chypre et la prochaine visite d’Erdogan. Je soupçonne que derrière tout ça se cache la politique américaine avec ses projets suspects, qui concernent notre espace géographique, l’existence de gisements sous-marins, le régime de Chypre, la mer Egée, nos voisins du nord et l’attitude arrogante de la Turquie, le seul obstacle étant la méfiance et l’opposition du peuple grec.

Tous, autour de nous, peu ou prou, sont attachés au char des Etats-Unis. La seule différence c’est nous, qui depuis la dictature de la Junte et la perte de 40% de Chypre jusqu’aux embrassantes avec Skopje (Ancienne République Yougoslave de Macédoine) et les ultra nationalistes Albanais, nous recevons des coups sans prendre conscience.

Il faudrait ainsi que nous soyons éliminés en tant que peuple et c’est ce qui arrive exactement aujourd’hui. J’appelle les économistes, les politiciens, les analystes, à me démentir. Je crois qu’il n’existe pas d’autre explication logique en dépit du complot international, auquel ont participé les européens pro-américains du type Merkel, la Banque Européenne, la presse réactionnaire internationale, tous ensemble ont participé au ” grand coup ” de la dévalorisation d’un peuple libre à un peuple soumis. Tout au moins, je ne peux donner aucune autre explication. Je reconnais que je n’ai pas de connaissances spécifiques mais ce que je dis, je le dis avec mon sens commun. Peut-être beaucoup d’autres pensent comme moi et nous le verrons peut-être les jours à venir.

En tout cas, je voudrais préparer l’opinion publique et souligner que si mon analyse est juste, alors la crise économique (laquelle, comme je le dis, nous a été imposée) n’est que le premier verre amer d’un repas de Lucullus qui suivra et que cette fois-ci viendront aussi des questions nationales cruciales, dont je ne veux pas imaginer où elles nous conduiront.

Je souhaite avoir tort.

Mikis Theodorakis / Athènes, le mardi 27 avril 2010 tiré de Initiative communiste(PRCF)