Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2013

Vatican : Comment Ratzinger a anéanti l'église du peuple en Amérique latine. L'inquisition en Amérique latine !

Tout simplement scandaleux !

Après le Génocide au Canada de 50 000 enfants indiens victimes d'enlèvements, de viols, de séquestration, de stérilisation et de tortures allant jusqu'à la mort.

Voilà comment on convertit le peuple d'Amérique latine !

A coups de guerres, de crimes, par la peur, par l'inquisition et la dictature et à coups de millions de dollars !

Pourquoi pas aussi les convertir par la force en les menaçant de leur envoyer une bombe atomique ?

Ensuite on viendra vous parler de foi, de grâce divine et de conversions libres lorsqu'il s'agit d'être un instrument politique et un bras armé pour les USA et ses alliés, le Pentagone et pour les banquiers !

Le nazisme dans toute sa splendeur !

Et ils auraient du charisme pour ceux qui les adulent ?

Nous aurons compris pourquoi il faut abattre Hugo Chavez : la bête noire des USA et de ses alliés !

Mais le Pape serait la victime, le pauvre, des tensions qui existent au sein du Vatican entre clans !

Que ne ferait-on pas pour conserver le pouvoir sur les peuples innocents et ignorants, et l'argent ?

Quant au ménage qui devrait être fait au Vatican par son successeur, nous y repasserons dans 2000 ans !

Quand Jean-Paul 1er a voulu nettoyer les écuries d'Augias, il a été assassiné 33 jours après sa nomination.

Enquête sur la mort plus que suspecte de Jean-Paul Ier
http://savatier.blog.lemonde.fr/2011/08/26/enquete-sur-la...


 

Comment Ratzinger a anéanti l’église du peuple en Amérique latine
Marc Vandepitte

20 février 2013

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Joseph Ratzinger est essentiellement connu comme pape mais ses principaux faits d'armes, il faut les chercher durant la période où il était Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. En cette qualité il fut en effet l'architecte d'une des plus vastes campagnes idéologiques et politiques de l'après-guerre, ce qu'on a appelé la « Restauration ».


 

Néoconservatisme

 

En 1978 Karol Wojtila (nom du pape Jean-Paul II, ndlr) est appelé à diriger la plus grande communauté religieuse du monde. Il se trouve devant une église post-conciliaire en état de crise profonde : assistance à la messe et vocations en chute libre, nombre élevé de divorces entre catholiques, rejet de l'autorité papale en matière de contrôle des naissances ; un monde plein d'hérésie.

 

Il veut un virage radical. Plus de risques, plus d'expériences, c'en est fini des réflexions et des interventions. On garde sans doute les textes du Concile mais on en enterre l'esprit. Le pape se prépare à une politique ecclésiale centralisée et orthodoxe, accompagnée d'un réarmement moral et spirituel.


Pour ce faire il joue habilement du climat de cette époque qui présente d'ailleurs bien des ressemblances avec le nôtre. Au milieu des années 1970 commence une profonde crise économique. Le climat mental optimiste des années 1960 bascule et se caractérise par une aspiration à la sécurité et à la protection, le recours à une autorité – de préférence charismatique –, un réveil éthique, la fuite dans le domaine privé et l'irrationnel, etc.

 

C'est sur cet arrière-plan que se développe le « néoconservatisme ». Ce nouveau conservatisme ne se cantonne plus sur la défensive mais lance au contraire une offensive politique et idéologique. Ce courant est porté par de « fortes » personnalités, comme Ronald Reagan et Margaret Thatcher. Jouant habilement des massmedia, ils traduisent une tendance mondiale à accueillir un sauveur, la développent avec des représentations du monde simplistes, rayonnent d'assurance et d'optimisme, etc.

 

Le rottweiler de dieu

 

Un casse-tête encore plus important pour le pape, c'est la montée d'une église populaire progressiste en Amérique Latine. Wojtyla est polonais et anticommuniste jusqu'à la moëlle ; combattre marxisme et communisme dans le monde est un des buts de sa vie. Comme l'influence du marxisme est indéniable dans l'église de la base et dans la théologie de la libération, il mettra tout en œuvre pour ramener le continent dans le droit chemin.

 

Pour ce faire, il compte sur Ratzinger qui a été nommé en 1981 Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, en quelque sorte le Ministère de l'idéologie et de l'information du Vatican. Il exerce ces fonctions pendant un quart de siècle et il en fera le meilleur usage pour imprimer sa marque sur les événements.

 

Ratzinger devient l'architecte d'une offensive pastorale et ecclésiale d'envergure à laquelle il donne lui-même le nom de « Restauration ». Le but est le renforcement de l'appareil de direction central et la dislocation de toute forme de dissidence à l'intérieur de l'église. Ratzinger se révèle bientôt un véritable grand-inquisiteur, ce qui lui vaudra le nom de « rottweiler de dieu ».

 

Toute l'église catholique est visée mais les flèches sont surtout dirigées vers l'Amérique Latine et c'est là que l'impact politique est de loin le plus important. Nous nous bornerons donc dans la suite de l'article à ce continent

 

L'anéantissement de l'église du peuple et de la théologie de la libération

 

La première démarche est l'établissement d'une base de données reprenant les conférences épiscopales, les théologiens de la libération, les religieux progressistes, les projets pastoraux suspects, etc. Dans presque tous les diocèses sont nommés des évêques et des cardinaux ultra-conservateurs et ouvertement de droite. Rien qu'au Brésil sont nommés une cinquantaine d'évêques conservateurs. A la fin des années 1980 cinq des 51 évêques péruviens sont membres de l'Opus Dei. Le Chili et la Colombie suivent le même chemin. Des évêques dissidents sont mis sous pression, certains reçoivent des lettres d'avertissement ; à d'autres il est interdit de voyager ou on leur demande des comptes.

 

Cette politique de nominations est d'autant plus grave que l'épiscopat joue un rôle important dans ce continent. Dans bien des cas c'est la seule opposition possible à la répression militaire, à la torture, etc. Si les évêques du Brésil et du Chili s'étaient tus, comme l'ont fait ceux d'Argentine, le nombre de victimes de la répression eût été bien plus élevé.

 

Aux niveaux inférieurs aussi on a fait le ménage. On retravaille la formation des prêtres en mettant sous pression séminaires et instituts de théologie, en les réorientant ou en les fermant. On tente de mieux contrôler les religieux qui sont souvent protagonistes de l'église de la libération. Une attention spéciale est accordée aux théologiens. Ils sont dorénavant tenus en respect en leur faisant prêter le nouveau serment de fidélité.

 

En 1984 Ratzinger rédige l'« Instruction de la Sainte Congrégation pour la Doctrine de la foi au sujet de quelques aspects de la théologie de la libération ». Il y attaque de front les théologiens de la libération, surtout ceux d'Amérique Latine. Un an plus tard, il est interdit à Leonardo Boff, une des figures de proue de ce mouvement, de s'exprimer. La mainmise sur les journaux catholiques est renforcée : là où on le juge nécessaire, on les censure, le conseil de rédaction est remplacé ou le journal est mis sous pression financière.

 

Les projets pastoraux progressistes sont mis sous contrôle ou même on y met fin. En 1989 le Vatican cesse de reconnaître l'Association internationale de la jeunesse catholique, beaucoup trop progressiste. Elle doit céder la place au CIJOC, confessionnel et opposé à la gauche.

 

A côté de la destruction de tout ce qui est progressiste, de gigantesques projets sont mis en route pour ramener les croyants dans le droit chemin. Evangélisation 2000 et Lumen 2000 sont des projets à grande échelle visant l'Amérique Latine, qui n'ont pas moins de trois satellites à leur disposition. Les projets sont établis par des personnes et des groupes de droite ultra-conservateurs : Communione e Liberazione, Action Marie, Renouveau catholique charismatique, etc. Les collaborateurs de ces géants de la communication comparent leurs activités à une sorte de nouvelle « puissance de lumière ».

 

Ceux qui savent lire sont inondés de livres religieux édités à bon marché. Des retraites sont organisées pour les prêtres et les religieuses. Pour ces projets à grand spectacle le sommet de la hiérarchie catholique peut compter sur l'appui financier du monde des affaires.

 

Croisade anticommuniste

 

Rien n'est laissé au hasard. Un à un tous les piliers de l'église du peuple d'Amérique Latine sont écartés. Des observateurs parlent du démantèlement d'une église. Nous avons ici affaire à l'une des campagnes idéologiques et politiques les plus importantes de l'après-guerre.

 

Cette campagne est en phase avec la croisade anticommuniste de la Guerre froide. On peut aussi y voir une revanche des USA après la perte de puissance des années précédentes.

 

Pendant les années 1960 et 1970 les pays du Tiers Monde ont en effet renforcé leur position sur le marché mondial. Ils ont arraché des prix plus élevés pour les matières premières et ont ainsi amélioré leur pouvoir d”achat sur le marché mondial. Le point culminant est la crise du pétrole de 1973. En 1975 le Vietnam inflige une cinglante défaite aux Etats-Unis. Peu après la Maison Blanche est humiliée par deux fois d'abord par la révolution des sandinistes dans leur arrière-cour (1979), puis par le drame des otages en Iran (1980). Dès son arrivée au pouvoir Reagan se sent en outre menacé par l'attitude d'indépendance économique de deux Etats aussi importants que le Mexique et le Brésil.

 

La Maison Blanche ne baissa pas les bras et déclencha une contre offensive sur plusieurs fronts. La théologie de la libération fut une des cibles les plus importantes. Dès la fin des années 1960 la théologie de la libération, encore à un stade embryonnaire, fut considérée comme une menace pour les intérêts géostratégiques des USA, comme en témoigne le rapport Rockefeller.

 

Dans les années 1970 furent créés des centres théologiques qui devaient engager le combat contre la théologie de la libération. Mais c'est surtout à partir des années 1980 que cette contre offensive atteignit sa vitesse de croisière. Les Etats-Unis versèrent des milliards de dollars pour soutenir la contre-révolution en Amérique Latine. Cette sale guerre a fait des dizaines de milliers de victimes. Escadrons de la mort, paramilitaires, mais aussi l'armée régulière ont fait la sale besogne. Dans les rangs des mouvements chrétiens de libération sont tombés beaucoup de martyrs. Les plus connus sont Mgr Romero et les six jésuites du Salvador.

 

Pour combattre la théologie de la libération sur son propre terrain, on introduisit des sectes protestantes. Elle reçurent un soutien financier massif des USA. Par des slogans racoleurs et des messages sentimentaux elles devaient essayer d'attirer les croyants. Pour les arracher à l'influence pernicieuse de la théologie de la libération, on a fait usage de moyens électroniques coûteux. La religion se révèle ici opium du peuple sous sa forme la plus pure. L'armée aussi est enrôlée dans cette guerre religieuse. Des officiers supérieurs des armées latino-américaines ont rédigé un document pour donner consistance au « bras théologique » des forces armées.

 

Mission accomplie

 

Les efforts combinés de Ratzinger et de la Maison Blanche ont été payants. Dans les années 1990 un coup très dur a été porté à l'église de la base en Amérique Latine. Bien des groupes de base cessent d'exister ou fonctionnent encore à peine par manque de soutien pastoral, par crainte de la répression, parce qu'on ne croit plus à la percée espérée, ou simplement parce qu'ils sont liquidés physiquement. L'optimisme et l'activisme des années 1970 et 1980 font place au doute et à la réflexion. L'analyse de la société perd de son poids au profit de la culture, de l'éthique et de la spiritualité, tout profit pour Ratzinger.


Globalement le centre de gravité passe de la libération à la dévotion, de l'opposition à la consolation, de l'analyse à l'utopie, de la subversion à la survie. Le récit de l'Exode fait place à l'Apocalypse et aux Apôtres.

 

A la fin du siècle l'église de la base n'est en tout cas plus une menace pour l'establishment. Tant le Vatican et le Pentagone que les élites locales d'Amérique Latine ont pour le moment un souci de moins. Cette trêve prend bientôt fin avec l'élection de Chavez à la présidence du Venezuela, mais ceci est une autre histoire.


En 2005 Rarzinger est récompensé pour le succès de son œuvre de restauration et élu à la tête de l'église catholique. Mais il est bien moins brillant comme manager que comme inquisiteur. C'est finalement un pape faible. Il laisse une institution affaiblie, menacée par un manque de prêtres et un dessèchement à l'ouest ainsi que par des scandales répétés. Il ne réussit pas à mettre de l'ordre dans les affaires du Vatican, peut-être une des raisons pour lesquelles il abdique.

 

Ratzinger entrera dans l'histoire avant tout comme celui qui a accompli la restauration de l'église catholique et mis l'église du peuple d'Amérique Latine hors d'état de nuire. Ce ne sont pas des mérites négligeables.

Pour les sources de cet article voir La crise de la Théologie de la libération et le marxisle religieux (en néerlandais).

 

Source en français : http://www.michelcollon.info/Comment-Ratzinger-a-aneanti-l

 

07/01/2013

Satanisme au Vatican: Intronisation de Satan au Vatican le 29 juin 1963, qu'ils disent !

Pour ceux qui doutent encore que le Vatican a voué son culte à Satan et qu'il est l'un des sièges des Illuminati-sionistes-reptiliens-satanistes, nous vous invitons à prendre connaissance de ce dossier.

Bien que l'article parle de l'intronisation officielle de Satan au Vatican, le 29 juin 1963, ne vous y trompez pas. Tous leurs dogmes depuis des millénaires n'ont porté que sur leur culte voué à Satan ou aux Dieux AN-NUNAKIS créateurs des Illuminati-sionistes-reptiliens-satanistes. qui n'ont toujours eu qu'une pensée en tête celle de  : Nous demander de nous sacrifier pour eux. 

Et quand dans la communion, on vous dit : "Tenez prenez et buvez", car ceci est "mon sang versé pour vous", et "Tenez prenez et mangez", car ceci est "mon corps livré pour vous". Cela vous fait penser à quoi ?

Ce n'est pas du satanisme cela ?

Vous viendrait-il à l'idée de boire et de manger le sang et le corps de votre frère ?

Et surtout ne venez pas nous dire qu'il ne s'agit là que de symboles !

Justement ce sont des symboles forts par le biais desquels ils nous font accepter de nous sacrifier pour eux, en nous faisant croire que notre corps Christique est séparé de nous.

Quand on nous présente un Dieu vengeur, qui détesterait ses enfants, qui les diviserait par les religions qu'il n'a jamais demandé à créer, qu'on le fait passer pour le père fouettard qui passerait son temps à menacer, juger et condamner ses enfants, et qui leur demanderait en prime de toujours se sacrifier pour lui. A qui pensez-vous ? A notre Père Eternel ou à une entité maléfique et prédatrice de l'humanité ?

Et quand le Vatican a appelé en 2010, son observatoire Lucifer, vous en pensez quoi ?

Le Vatican nomme son nouveau téléscope "LUCIFER"


Vous reconnaitrez le signe de la main du CORNUTO ou CORNU, le signe de reconnaissance que se font entre eux, les Illuminati-sionistes-reptiliens-satanistes.

Ne vous étonnez donc pas que le Pape passe son temps à réclamer l'instauration du Nouvel ordre Mondial au profit des Iluminati. 

 

Le dossier à télécharger : ICI

 

Satan-Vatican.jpg

Sculpture au Vatican

Tout pour vous montrer leur ENFER au lieu
de vous montrer NOTRE  PARADIS

 

Ce n'est pas un ET reptilien au milieu de la Photo ?

sculpture_vatican.jpg


Satanisme Au Vatican

18/12/2012

Origine des Illuminati-reptiliens. La 13ème constellation du Dragon. Ras Al Hague et Cebarai (Alpha et Béta d' Ophiucus), les deux systèmes du Serpentaire

Si vous vous demandez à partir de quelle région du zodiaque sont issus les Illuminati-reptiliens, voici, ci-dessous de quoi éclairer votre lanterne.

Vous remarquerez que l'existence de cette 13ème constellation du Dragon, a été entretenue volontairement dans le secret et dans l'ombre, au point qu'elle représente un grand mystère pour nous tous, pour les astrologues et les astronomes. Comme à leur habitude, il faut conserver leur existence secrète, en imposant le secret maçonnique, dans la mesure où ils représentent l'élite de la Franc-maçonnerie. 

Comme par hasard nous retrouvons le nombre 13 si cher aux Illuminati.

Rothschild étant connu comme étant le représentant sur Terre du
conseil des 13 sages reptiliens et les Illuminati se trouvant au 13ème degré au-dessus du 33ème grade maçonnique.

Pourquoi avons-nous jugé utile de vous renseigner sur l'existence de cette constellation savamment occultée y compris par le Vatican qui n'est pas censé ignorer son existence ?

1 - parce que vous avez le droit de savoir ce qui se passe sur notre planète pour identifier l'origine de nos prédateurs communs : Les Illuminati-sionistes-reptiliens, 
2 - parce que parmi les évènements célestes qui doivent se produire entre le 17 et le 24 décembre 2012, et après un séjour dans la treizième constellation méconnue
du zodiaque Ophiuchus, le
Soleil arrive dans le Sagittaire, le 18 décembre 2012.

Ce qui veut dire que le Soleil a déjà
fait son passage dans la constellation du Dragon.

Ce qui nous semble relever d'une certaine importance compte tenu des échéances cosmiques que nous attendons dans quelques jours.


Pour faire connaissance avec la Constellation du Dragon, Ras Al Hague et Cebarai (Alpha et Béta d’Ophiucus), les deux principaux systèmes du Serpentaire, l'extrait ci-dessous de l'article intitulé : "La fin des Illuminati" que vous trouverez complet par le lien suivant, ICI  :

 

Extrait de l'article :

"Les Illuminati qui occupent les positions les plus élevées dans la Hiérarchie de l'Ombre savent que le Zodiaque comporte en réalité treize constellations et non pas douze. L'existence de la treizième constellation, celle du Serpentaire a été dissimulée aussi longtemps que possible au grand public par les Reptiliens, car ils proviennent de cette région du Zodiaque et ce sont eux qui contrôlent secrètement le pouvoir chez les Illuminati.

Il faut savoir que l’Empire Reptilien est immense et que la Constellation du Dragon n’est pas celle dont ils sont originaires. Le Dragon n’est qu’une région de notre galaxie occupée comme de nombreuses autres par des colonies reptiliennes administrées depuis Ras Al Hague et Cebarai (Alpha et Béta d’Ophiucus), c’est-à-dire depuis les deux principaux systèmes du Serpentaire. Or il était primordial pour les Reptiliens de maintenir secrètes leur existence ainsi que leurs activités sur la Terre, de la même manière qu’ils ont réussi jusqu’à présent à le faire sur la planète Mars.

78744319_p.jpg

Ci-dessus : Constellation d’Ophiucus (Le Serpentaire). Ci-dessous : Constellation du Dragon. Ces deux constellations appartiennent à "l’Empire du Dragon". D’une certaine manière, elles sont à cet empire ce que l’Angleterre et l’Inde étaient à l’Empire Britannique sous l’ère victorienne.

78744348_p.jpg

Le Serpentaire se situe à cheval entre la fin de la Balance, le Scorpion et le début du Sagittaire. L’existence de cette treizième constellation représente une énigme non seulement pour les astrologues, mais aussi pour les astronomes, car elle constitue une source autonome de perturbations au sein de l'harmonie cyclique de la Roue zodiacale et semble affecter directement la trame de l’équilibre universel. Il s’y produit des phénomènes étranges. Ainsi, la brillance et la magnitude de RS Ophiuci peuvent croître ou décroître de manière imprévisible plusieurs centaines de fois en l’espace de quelques journées. C’est cette région sidérale que le grand Maître spirituel bulgare Peter Deunov avait pour habitude de nommer "Treizième Zone" ou encore "Zone de toutes les Contradictions".

Le serpentaire est une rapace qui ressemble à un petit aigle. Il vole très haut dans le ciel et se nourrit de serpents qu'il repère grâce à sa vue perçante. D'une certaine manière, il représente le disciple néophyte : au cours des épreuves initiatiques qui lui sont imposées, il doit accepter "d'avaler les couleuvres" que représentent les obstacles dressés sur son chemin afin de transmuter son énergie, de devenir un être puissant, capable de commander aux éléments et de déchiffrer les Annales Akhashiques. Ces obstacles sont liés à l'obscurité, à la souffrance, aux émotions négatives, aux intrigues, aux complots, aux trahisons, à l'espionnage, à la perversion, à tout ce qui est malsain, tordu et diabolique.

Parmi les apôtres du Christ, c'est Judas qui correspond au signe du Serpentaire et au nombre 13. Judas était un érudit qui aimait son Maître, mais il était également aveuglé par son ambition, sa haine des institutions établies et surtout par l'orgueil qu'il tirait de sa supériorité intellectuelle, et il était de ce fait bloqué dans son évolution. Sans même en avoir totalement conscience, il avait décidé de se servir de Jésus pour régler ses comptes avec le représentant de l'Autorité romaine et les dignitaires du Sanhédrin, pensant qu'il ne se laisserait pas faire par Pilate et le ridiculiserait publiquement. Mais c'est lui et non Pilate qui reçut de Jésus la plus magistrale des leçons. Car en refusant de s'opposer à ses accusateurs et à ses juges, Jésus permit à Judas de découvrir l'humilité et de s'éveiller spirituellement.

78744392_p.jpg

Vision akhashique de Judas l’Iscariote

Judas était un Iscariote. Les Iscariotes constituaient une élite intellectuelle brillante, dont une partie de la descendance participa plus tard à la création de la dynastie des Rothschild (alias Bauer), l'une des treize grandes familles régnantes qui se partagent aujourd'hui la gouvernance occulte de notre planète, et dont font également partie les Médicis, les Hanovre, les Habsbourg, les Plantagenet, les Bruce, les Rockefeller, les Romanov, les Sinclair, les Krupp, les Cavendish (alias Kennedy), dont l'héritier, John Fitzgerald, fut assassiné parce qu'il cherchait à échapper à leur contrôle, les Warburg, la plus puissante étant celle des Saxe-Cobourg-Gotha (alias Windsor). Ces treize familles n'en constituent en réalité qu'une seule qui dirige secrètement notre planète depuis des temps immémoriaux remontant à l'époque prébabylonienne. Les membres de ces dynasties possèdent tous dans leurs gènes, à des degrés divers, des particules de l'ADN reptilien.

Actuellement, pour pouvoir continuer à régner sur le monde, la base de leur stratégie consiste à pervertir un maximum de personnalités importantes, de préférence des spiritualistes occupant des postes-clés du monde capitaliste, afin de contrebalancer les ouvertures de conscience et la montée du taux vibratoire de la planète. Pour se faire une idée l'étendue de leurs pouvoirs, il suffit de constater l'efficacité des programmes de conditionnement qu'ils ont réussi à imposer au niveau planétaire à travers le gigantesque réseau d'agents qui travaillent à leur service. L'un de leurs "sergents recruteurs" les plus zélés, le canadien Kevin Trudeau, est sans doute le plus doué des "coachs" actuels. Le concept ésotérique "d'enseignabilité" qu'il met en avant au cours des stages qu'il organise est d'autant plus dangereux qu'il fonctionne et s'appuie sur une connaissance très précise des lois économiques qui gouvernent aujourd'hui notre monde. Les Illuminati utilisent ce genre de connaissances pour sortir insensiblement les individus de tout sens moral et les pousser progressivement à accomplir des actes impitoyables et, si possible, monstrueux, de manière à mieux les ligoter.

78744412_p.jpg

Kevin Trudeau

Les plus puissants des mages noirs ont la même compréhension que les plus lumineux des mages blancs. Ils sont conscients que les événements qui apportent les plus grosses déconvenues, comme ceux qui aboutissent aux plus grands succès, sont tous de nature magique, et que tout dans l'univers peut être obtenu grâce à la magie. C'est pourquoi ils utilisent tous les mêmes symboles : cercle, pentagramme, croix, épée, pyramide, etc. pour atteindre leurs objectifs. Ils savent que les plus grandes opportunités sont accessibles à ceux qui se donnent les moyens de les provoquer, car dès que la magie opère, qu'elle soit blanche ou noire, les aides commencent automatiquement à affluer de tous les côtés, soit pour le bien soit pour le mal. La principale différence entre la pyramide reptilienne, construite suivant le modèle en vigueur dans l'Empire du Dragon, et celle de la Lumière, conçue par les Initiés de la Loge Blanche, est que pour gravir les échelons de la première, il ne faut pas hésiter à agir avec cruauté, cynisme, iniquité ni à se livrer à des actes pervers et démoniaques, alors que pour atteindre de sommet de la seconde, il faut au contraire développer en soi la compassion, l'esprit d'entraide et l'Amour universel.

Les Illuminati sont dans l'urgence, car ils savent que leur temps est désormais compté. Pour pouvoir continuer à contrôler le monde, il leur faut absolument réussir à abaisser le taux vibratoire de notre planète et de ses habitants. Une technique classique, pour transformer les élites qu'ils ont mises en place en serviteur zélés, consiste à éveiller en elles le goût du luxe. C'est ainsi qu'ils règnent sur la Terre. Au début, les gens sont simplement fascinés par l'argent, mais peu à peu il devient leur unique priorité, et ils finissent par s'entre-tuer et à se livrer à des actes abominables pour en obtenir toujours plus.

Pour parvenir au sommet de la pyramide reptilienne, il faut développer en soi l'esprit de compétition, ne pas hésiter à montrer sa cruauté, sa dépravation et pourquoi pas recourir à des viols et à des sacrifices d'enfants. La souffrance ouvre toujours des portes. Et tous ceux qui possèdent des dons psychiques les ont obtenus au prix de grandes souffrances. Mais qu'y a-t-il de l'autre côté de la porte que l'on choisit d'ouvrir ? Toute la question est là."

Fin de citation.

La suite de l'article : Fin des Illuminati : ICI


14/12/2012

FIN de l'EMPIRE de l'ANTECHRIST ! A 8 jours du 21 décembre 2012 !

A 8 jours du 21 décembre 2012, date butoir pour instaurer le Nouvel Ordre Mondial de l'Antéchrist !

L'humanité a gagné son combat pour la Lumière !

Nous sommes nés pour venir rétablir la Lumière sur la Terre !

Mission accomplie !

Ils ne pourront plus nous instaurer leur Nouvel Ordre Mondial satanique avant le 21 décembre 2012  !

Il va falloir qu'ils aillent voir ailleurs si nous y sommes !

La FED termine son bail criminel entre les 21 et 22 décembre 2012, et l'alignement galactique aura lieu sur la période s'étalant du 21 au 23 décembre 2012 !

Entre temps nous serons débarrassés de la FED, des Banksters et de toutes leurs cliques de mafieux notoires !

PRIONS POUR QUE NOUS SOYONS VAINQUEURS POUR L'ETERNITE CONTRE NOS PREDATEURS !

 

fin de l'empire.jpg

 

 

http://french.irib.ir/galeries/dessin-du-jour/item/230536...

04/11/2012

Quand le CRIF s'arroge le droit de réviser l'histoire de la Palestine et nie l'existence du génocide palestinien !

Il n'y a que la vérité qui blesse le CRIF !
Ensuite ils viendront nous dire qu'ils n'ont aucune influence sur les sphères médiatiques pour faire exercer leur censure !

Une insulte à notre intelligence et à notre mémoire sur la vraie histoire de la Palestine !
Il faut aussi nous manipuler pour nous faire renier le génocide Palestinien !
Nous rappelons que l'état sioniste d'Israël est un état privé qui appartient aux Rothschild et état sioniste qui n'existe que depuis mai 1948.

C
e qui prouve qu'avant cette date l'état sioniste d'Israël n'existait pas et que seule la Palestine existait.

Les sionistes ont donc colonisé ce pays et ont consenti dans leur grande magnanimité, à ne laisser aux Palestiniens que la bande de Gaza transformée en véritable prison de ce peuple colonisé et martyrisé depuis plusieurs décennies.

Une honte pour nous tous, de laisser faire cela !
Mais là, la communauté internationale criminelle ne bouge pas le petit doigt !

Histoire d'Israël : ICI


La Vérité sur La Création de l'État d'Israël !
http://www.youtube.com/watch?v=yqc3ouQnHgM

Voici, ce que pense le CRIF d'une chanson écrite en faveur de la libération du Peuple Palestinien.

Tout simplement scandaleux !

Nous vous laissons juger par vous-mêmes de cette arrogance et de l'insulte faite à notre intelligence.

Et encore une fois, nous ne confondons les juifs avec les sionistes.


LE CRIF EN ACTION Publié le 15 Octobre 2012:

Une chanson qui risque de promouvoir la haine d’Israël chez les jeunes

Richard Prasquier a adressé une lettre à Rémy Pfimlin, président de France Télévisions, à propos de la nouvelle chanson du groupe Zelda « Une vie de moins ». Nous publierons cette lettre dans une prochaine newsletter.

Ci-après une tribune de Maître Bertrand Ramas-Mulhbach sur ce sujet, suivie du vidéo-clip édifiant de la chanson.

« Les jeunes Français (peu intéressés par la politique en général et encore moins par la situation au Moyen-Orient, mais amateur de Zebda) sont maintenant prêts pour haïr Israël, cet État injuste, meurtrier et illégal »

Le 7 octobre 2012, le groupe Zebda a diffusé en avant-première, le clip de sa nouvelle chanson intitulée « une vie de moins », écrit par Jean Pierre Filiu, spécialiste (s'il en est) du monde de l'Islam. Cette collaboration entre les chanteurs toulousains (qui n'ont jamais caché leur militantisme pro palestinien) et le Professeur de Sciences politiques arabisant a permis la réalisation d’un produit de propagande anti-israélienne tout à fait hallucinant. Dans le clip, présenté sous la forme d'un dessin animé, Israël est montré comme enfermant les Palestiniens qui ne demandent qu'à jouir d’une vie normale, libérée de l’angoisse permanente et des menaces militaires israéliennes. De leur côté, les Palestiniens apparaissent sous un côté attachant, émouvant, généreux, en grande souffrance, avec une jeunesse en manque de dignité, de sécurité et de paix.

Le premier symbole auquel s’attaque la chanson est la valeur supérieure de la vie dans le judaïsme avec le titre, « Une vie de moins », qui suggère le peu de cas que les Israéliens feraient de la vie des Palestiniens (comme si une vie de plus ou de moins ne changeait pas véritablement la donne). Ce titre désacralise ainsi l’un des principes fondamentaux du judaïsme en vertu duquel « Celui qui tue un homme tue toute l’humanité ».

La chanson et le clip dressent le parcours de vie d’un jeune palestinien depuis sa naissance, où il ne comprend pas les conditions de son existence, jusqu'à sa mort survenant dans des conditions tout à fait absurdes. « Je suis né dans un pays qui n’existe pas, je suis né sur une terre qui n’est plus à moi, une terre occupée, une terre piétinée, une terre autonome sur le papier ». Le clip débute alors avec l'image d'une colombe qui vole sur la mer (symbole de l’aspiration à la paix et à la liberté des Palestiniens) avec le premier couplet qui se termine sur les images des barbelés et du mur de séparation (symbole de l’emprisonnement des Palestiniens par Israël). Bien que Jean Pierre Filiu soit réputé pour ses connaissances du monde arabe, les paroles de la chanson n’en sont pas moins éminemment mensongères. S’agissant de la propriété sur la terre, il oublie que les Palestiniens de la bande de Gaza sont les descendants des philistins, ce peuple de la mer venu s’établir (pour ne pas dire occuper) la terre de Canaan, après leurs déconvenues avec les Égyptiens. De même, il parle d'occupation, alors que plus aucun juif ne réside sur la bande de Gaza. Enfin, au regard de l'autonomie, il est regrettable que Jean Pierre Filiu n’ait pas suggéré aux Palestiniens de créer « l’État palestinien de la bande de Gaza » dans la mesure où ils y exercent un contrôle exclusif, qu'ils disposent d’un gouvernement, d’institutions (« la charia »), d'une philosophie (la destruction de l'entité sioniste) d’une police, d’une justice (expéditive) et d’un budget alloué par la communauté internationale et abondé par les taxes reversées par Israël. Une partie du problème dénoncé dans ce couplet serait réglée.

Dans le couplet suivant, l’enfant palestinien explique être né sous les « youyous et les cris de joie, dans un camp beaucoup trop étroit avec la mer comme frontière, comme sanctuaire pour lui faire oublier les colons, le blocus et la misère ». Il est intéressant sur ce point de rappeler que les camps de réfugiés de la bande de Gaza sont maintenus pour des raisons uniquement « financières » puisque les Palestiniens sont indépendants sur ce territoire : ils sont donc réfugiés chez eux. Par ailleurs, en évoquant les « colons », Jean Pierre Filiu ne semble pas informé de l’opération menée au cours du mois d’août 2005, par Ariel Sharon qui a chassé tous les juifs qui s’y étaient établis (une documentation abondante traite toutefois de la question). Pour ce qu'il en est de la misère, c’est un problème de gestion. Si l’argent est employé à l’acquisition des armes, à la propagande télévisée anti israélienne, et plus généralement à la culture de la haine contre les juifs dans les camps d’entrainement ou les camps d’été pour les jeunes, il ne peut plus l'être pour faire fleurir la société. (LPM : Mais bien sûr !)

Dans le couplet suivant, le jeune Palestinien explique avoir grandi « au son du récit de l’exil » (alors qu'il vit sur sa terre), « au creux des lits suspendus à un fil » (c'est un mode de vie culturel), « à l’espoir tenace dans l’impasse », mais qu’un jour, « la tête haute, les Palestiniens auront leur passé…» (Les Palestiniens sont nés en tant que peuple avec la Charte de l'OLP de 1968. Il est donc encore un peu tôt pour avoir du recul sur leur histoire). L’enfant palestinien développe ensuite avoir « grandi trop vite, entre le deuil et l’oubli » (puisque les Israéliens tuent et que la communauté internationale se contre fiche de leur problème), mais qu’il garde l’espoir de devenir quelqu’un : « le sable chaud sous mes pas me portait vers l’au-delà. Je serai si grand et si fort qu’on ne verra que moi ». (À ce stade de la chanson, on ne peut que lui souhaiter de réussir sa vie et de ne pas la finir en martyr, entouré d’une bombe confectionnée par le Hamas).

Dans le couplet suivant, le jeune Palestinien explique l’enfer de la prison « j’ai vécu sans jamais sortir » (il ne doit pas savoir naviguer, ni où se trouvent le passage vers l'Égypte, voire, l'emplacement des tunnels). Cette séquestration est encore appuyée avec la référence « de jour en jour, sans remords ni soupirs, malgré les barbelés, le couvre-feu, les blessés ». On ne sait pas bien de quel couvre-feu il s’agit, mais cette référence tend à montrer l’existence d’une présence militaire israélienne sur la bande de Gaza, ce qui est encore faux. Il précise alors «avoir chéri au fond de lui le rêve d’en partir » pendant que le clip montre une petite fille qui s’envole, accrochée à des ballons gonflés à l’hélium, qui seront crevés par une aiguille dans le ciel, avant que la fillette ne s'écrase sur le sol.

La ferveur des Palestiniens, pacifiques et inoffensifs, est alors illustrée par sa participation « aux vagues humaines de l’intifada » (rassemblement pacifique des Palestiniens) avec les « drapeaux portés à bout de bras » (ce ne sont pas des armes) à l’occasion desquels « nous chantions à plein poumon notre passion » (les Palestiniens s’expriment par des chants) tandis qu’« au-dessus de nous, paradaient leurs avions » (les mirages qui contrôlent les faits et gestes des Palestiniens).

Bien évidemment, ce jeune palestinien va être tué dans des conditions dramatiquement injustes : « je suis mort d’une balle perdue » (comble de l’absurdité). Puis, le jeune Palestinien insiste « je suis mort assassiné par un homme inconnu » (on ne saura jamais qui), « un homme qui croyait faire son devoir » (les Israéliens sont aussi méchants que stupides puisqu’ils tuent dans le cadre d’un devoir), « en tirant dans le brouillard » (sur n’importe qui, sans savoir), « sur des ombres ennemies aux armes dérisoires » (l’adversaire n’est pas armé). Le clip montre ensuite des Palestiniens qui tombent les uns après les autres, sous les balles israéliennes alors que la chanson se poursuit : « je suis comme d’autres, mille autres, et mille et mille avant », telle une hécatombe, un génocide…

La mort du jeune palestinien « un soir de Ramadan » laisse entendre que la Palestine est occupée (puisque terre d’Islam), avant que la chanson ne conclue sur les modestes, mais légitimes motivations du jeune palestinien : « je ne voulais que vivre libre »... Les jeunes Français (peu intéressés par la politique en général et encore moins par la situation au Moyen-Orient, mais amateur de Zebda) sont maintenant prêts pour haïr Israël, cet État injuste, meurtrier et illégal. Pour Jean Pierre Filiu, spécialiste du monde arabe, ce n’est pas très fort.

Source: http://lessakele.over-blog.fr/article-une-chanson-pour-pr...

La chanson de Zebda - Une vie de moins
http://www.youtube.com/watch?v=fDGR_1gYFtM&feature=pl...


http://www.crif.org/fr/lecrifenaction/une-chanson-qui-ris...