Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2011

Le secret d'Adolf Jacob Hitler

 L'histoire est-elle toujours celle qu'on nous raconte ?



Le secret d'Adolf Jacob Hitler

carte d'identité d'Hitler.jpg

Sur cette fiche des Renseignements Généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, on peut clairement lire le deuxième prénom d'Hitler: Jacob.

Adolf Jacob Hitler serait le petit-fils de Salomon Mayer Rothschild. Cette information a été divulguée par deux sources de très haut niveau : Hansjurgen Koehler officier d'Heydrich, qui était lui-même l'adjoint direct d'Heinrich Himmler et Walter Langer le psychiatre qui a réalisé le profil psychologique d'Hitler pour l'OSS, les services secrets US pendant la seconde guerre mondiale.

Hitler est un personnage méconnu à la personnalité complexe et dont l'histoire recèle de nombreux secrets que l'on découvre peu à peu.

Le Livre Jaune n°7 (Collectif d'auteurs, Ed. Félix, Fritz Springmeier) s'était déjà penché sur ses origines et avait écrit : « Walter Langer, un psychanalyste, démontre dans son livre « The mind of Hitler », preuves à l'appui, qu'Hitler était le petit fils du baron de Rothschild de Vienne. La police autrichienne a constitué un dossier secret sur les origines d'Hitler. Le chancelier Dollfuss avait ordonné cette enquête. On a découvert que sa grand mère, Maria Anna Schicklgruber, travaillait au service du baron Rothschild, quand elle est tombée enceinte. Quand les Rothschild ont appris la nouvelle, ils l'ont envoyée dans une clinique de la ville dont elle était originaire. C'est là qu'est né en 1837, Alois Hitler, le père d'Adolf Hitler. »

En effet, celui qui a diligenté cette enquête, Engelbert Dollfuss, chancelier fédéral de l'Autriche du 20 mai 1932 au 25 juillet 1934, ainsi que dictateur à partir du 4 mars 1933 s'opposait à Hitler. Il avait ainsi tenté de destabiliser son pire ennemi. Hitler l'a d'ailleurs fait assassiner le 25 juillet 1934 par des nazis déguisés en uniforme militaire. Celui-ci prévenu, tente alors de s'enfuir de la chancellerie, mais surpris par ceux-ci, il est grièvement blessé et meurt dans la journée de ses blessures.

Hansjurgen Koehler, un officier de haut grade de la Gestapo, qui travaillait pour Reinhard Tristan Eugen Heydrich, adjoint direct de Heinrich Himmler, aurait conservé les documents relatifs à cette enquête, documents qu'il a dévoilé en partie dans son livre « A l'Intérieur de la Gestapo » et dans lequel on retrouve les origines d'Adolf Hitler à la page 143.

Il faut savoir qu'Heydrich, l'adjoint direct de Himmler, était officier à la section politique des services de renseignements de la marine à Kiel à partir de 1930 et travaillait en étroite collaboration avec Wilhelm Canaris, futur amiral et futur chef de l'Abwehr, le service de contre-espionnage militaire allemand.
Certaines mauvaises langues affirment qu'Heydrich aurait été assassiné car il connaissait trop de secrets. N'oublions pas que les trois « résistants » tchèques qui l'ont abattu ont été parachutés de Londres et ont bénéficié de complicités. De plus, le fils d'Heydrich, Klaus, est mort étrangement le 24 octobre 1943 lors d'un « accident de la route ».

Il existe un autre indice étonnant, ainsi, après l'Anschluss, c'est-à-dire l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazie en 1938, Hitler fit raser Döllersheim, le village natal de son père. Etrange de vouloir détruire à ce point les preuves de son origine !

Il existe de plus une autre piste concernant la personnalité de Salomon Mayer Rothschild qui permet de comprendre sous un angle plus trivial ce qui a pu se passer. Hermann Von Goldschmidt, le fils de l'employé principal de Salomon Mayer Rothschild (1774 – 1855), avait écrit un livre, publié en 1917 dans lequel on peut lire :

« Dans les années 1840, il avait développé un enthousiasme téméraire pour les jeunes filles.. » et « Il avait une passion débauchée pour de très jeunes filles, les rumeurs de ses aventures scandaleuses étant étouffées par la police. »


Salomon Mayer, vivait seul dans la Maison à Vienne où la grand-mère d'Hitler (jeune à ce moment -à) travaillait. N'oublions pas qu'Alois, le père d'Hitler, naquit en 1837.

Plus étonnant, un des fils de Salomon s'appelait à l'origine Jacob de Rothschild, mais il a changé son prénom pour James.

Mais, la deuxième source fondamentale concernant les origines d'Hitler provient de Walter Langer. Walter Charles Langer (1899-1981) n'était pas n'importe qui. Il a été professeur à l'Université d'Harvard mais surtout, il a été responsable d'un rapport intitulé « A Psychologial Profile of Adolph Hitler His Life and Legend » sur le profil psychologique d'Hitler pour l'« Office of Strategic Services » basé à Washington.

Plus étonnant encore, son frère aîné William était le responsable du département d'histoire à l'Université d'Harvard et surtout, à la tête de la section analyse et recherche de l'Office américain des Services Stratégiques (OSS).

Son frère avait donc accès à tous les documents les plus secrets de l'époque. On peut donc supposer qu'il ait communiqué le dossier de Koehler à son frère qui devait établir pour l'OSS son profil psychologique.

C'est pourquoi « The Mind of Adolf Hitler , The Secret Wartime Report » (qui est en fait la publication du rapport secret commandité par l'OSS : « A Psychologial Profile of Adolph Hitler His Life and Legend ») écrit en 1972 par Walter Charles Langer, qui affirme qu'Alois Hitler (le père d'Adolf) était le fils illégitime de Maria Anna Schicklgruber et de Salomon Mayer Rothschild n'est pas un livre comme les autres et que ses affirmations concernant les origines d'Hitler sont à prendre avec le plus grand sérieux.

Encore une fois, il semble qu'on nous cache la vérité, comme dans le mythe de la caverne. Une réalité simple et atroce, cachée afin de masquer l'une des plus grande supercherie de l'histoire. En effet, comment analyser la haine d'Hitler pour les juifs si on connaît ses origines sémites ? Se cacherait-il quelque chose de plus important ? Hitler a-t-il obéi à des puissances supérieures comme cela est écrit sur sa fiche des Renseignements Généraux?

Nous commençons à comprendre que l'histoire réelle du nazisme ne correspond pas à la réalité.

Le secret des origines d'Hitler est en effet l'arbre qui cache la forêt. On a beaucoup parlé de ses crimes, cependant, on a oublié de préciser ses liens avec les multinationales (IG Farben, Général Motors et IBM entre autres). Les camps de la mort étant avant tout des camps d'extermination d'esclaves exploités par celles-ci car n'oublions pas leur maxime « Arbeit macht frei », le travail rend libre, tout un programme !

Jacques Pauwels, historien et chercheur à l'université de Toronto a d'ailleurs fournit des preuves irréfutables sur cette réalité dans son livre « Le mythe de la bonne guerre ». Une vidéo de sa conférence est visible sur Dailymotion, un document exceptionnel que l'on peut voir ci-dessous:


Jacques Pauwels, Le Mythe de la bonne guerre

http://www.dailymotion.com/video/x10hfx_le-mythe-de-la-bo...



Les débats stupides sur l'existence des chambres à gaz n'ayant qu'un seul objectif, cacher la vérité sur le but réel des camps de la mort et leurs liens avec les multinationales car comme l'affirme Noam Chomsky « Structurellement, l'équivalent politique de l'entreprise est l'Etat totalitaire. »

Benito Mussolini avait lui-même donné sa définition du fascisme : «Le Fascisme devrait plutôt être appelé Corporatisme, puisqu'il s'agit en fait de l'intégration des pouvoirs de l'état et des pouvoirs du marché », ce que résume à merveille le sénateur Homer T. Bone qui déclarait le 4 juin 1943, au comité du sénat américain pour les affaires militaires : « Farben était Hitler et Hitler était Farben. »

Voici les liens sur les sources:

http://www.amazon.com/Inside-Gestapo-Hitlers-Shadow-World...

http://www.amazon.com/Mind-Adolf-Hitler-Secret-Wartime/dp/0465046207

Source : http://gillesbonafi.skyrock.com/2844223660-Le-secret-d-Ad...

24/02/2011

La chine conseille aux chinois d'épargner en lingot d'argent accusant les banquiers d'escrocs

http://www.lepouvoirmondial.com/media/00/01/259016370.jpg

 

La Chine a interdit par décret l'exportation d'argent métal. C'était un scud contre les grosses banques du cartel anglo-américain qui manipulent les cours sur les marchés à terme. En interdisant l'exportation d'argent, ce sont 154 millions d'once (4800 tonnes) que la Chine retire du marché mondial, soit le tiers de la consommation industrielles d'argent en 2008  ( 447 millions d'onces) ou près de 20% de la demande globale.
Le gouvernement chinois autorise et encourage la population à épargner en lingots d'argent, il y a eu des campagnes officielles engagées par les médias du pays : dans les journaux télévisés, dans les spots publicitaires, etc..!

( Les communistes conseillent utilement leurs citoyens tandis que les politiciens du monde libre entretiennent le mensonge sur la plus grande crise économique de l'Histoire qui se profile).

En septembre 2009, la Chine a officiellement annoncé qu'elle autorisait ses sociétés à faire défaut sur les marchés des  "produits dérivés" sur les matières premières  (sans toutefois préciser s'il s'agissait de pétrole ou d'argent métal).


La Chine a laissé entendre qu'elle considérait ces "dérivés" financiers comme frauduleux et les banques émettrices comme des escrocs.


Selon le rapport de la BRI (Banque des Réglements Internationaux) la production minière a été vendue 45 fois sous la forme de produits dérivés.  Deux à trois grosses banques anglo-saxonnes, impliquées dans cette affaire, sont aujourd'hui INCAPABLES de livrer de telles quantités.


lingot_tigre


Les multinationales bancaires JP Morgan et HSBC totalisent une position de vente d'argent à découvert, qu'elles devraient livrer physiquement un jour, de 500 millions d'onces, soit 66 % de la production minière actuelle. La situation est tellement catastrophique pour ces deux grosses banques (elles détiennent 95% des positions vendeuses sur l'argent métal) que leurs positions sur ce marché ne sont plus publiées ! Normal puisqu'elles ne disposent plus de sources d'approvisionnements tangibles.


Le même phénomène existe sur le marché de l'or physique où des banques occidentales sont vendeurs à découvert (donc obligation de rachat) de 60 000 tonnes d'or.

La Chine et quelques autres pays alliés peuvent à tout moment faire sauter le système bancaire américain..!

Londres passera probablement à la trappe avant New-York..!

silverchinaimport

On comprend pourquoi les Rothschild ont quitté le marché des métaux précieux de Londres... voué au mieux à la fermeture.

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2011/02/21/20449...

 

18/01/2011

Wall Street et l'argent dans le monde : L'indispensable Commission Pecora,

Intéressant à écouter et à voir pour voir qui mène le monde à sa ruine et où passe notre argent !

L'indispensable Commission Pecora

http://www.dailymotion.com/video/x8vhac_l-indispensable-c...

 



Dans la rubrique « les nuisibles » : Louis Pasteur

Voir la maladie comme la conséquence d'une agression extérieure participe d'une logique de victime paranoïaque. De ce raisonnement « pasteurien » est née la ''médecine préventive'' qui attribue à chaque maladie ou presque un agent causal particulier, venant de l'extérieur.
 
Un peu plus d'un siècle de matraquage aura suffi pour imprimer dans nos cerveaux le mythe de la contagion virale.
 
A travers ses notes, ses lettres ou témoignages de son entourage, nous connaissons la personnalité égotique, rongée d'ambition qu'était Pasteur : il tronqua ses résultats, dissimula ses errances expérimentales, vola les idées et dispositifs de ses confrères (à ce sujet informez-vous sur les magnifiques travaux d'un contemporain de Pasteur, Antoine Béchamp, note d'Hélios) mentit sciemment devant l'Académie de Médecine.
  
Il n'hésita pas à inoculer le virus rabique à ses ''patients'' plus que nécessaire, plaçant son besoin de ''preuves scientifiques'' au-dessus de leur santé.
L'Institut Pasteur fut fondé le 4 juin 1887, grâce à une souscription internationale. L'administrateur en est le baron Edmond de Rothschild. C'est officiellement une fondation privée, à but non lucratif, reconnue d'utilité publique, mais en réalité c'est une entreprise commerciale bénéficiant du soutien de l'État. 
Il est évident que l'obligation vaccinale constitue une arme de choix pour décimer et contrôler les populations. De plus, les vaccins peuvent être le prétexte au puçage de la population, comme c'est déjà le cas de nombre de nouveaux-nés aux USA et en Angleterre.
Plus d'un siècle après la ''découverte'' du vaccin contre la rage, alors que personne n'a jamais réussi à voir un virus au microscope, le dogme scientiste est bien assis sur le mythe de la contagion. Cela nous donne une petite idée de la puissance du démon qui a nourri Pasteur dans ses recherches; aujourd'hui nous commençons seulement à comprendre où il veut en venir.
 
Aujourd'hui la cause première de la vaccination n'est plus la réduction de la population mondiale, mais bien de fournir un support matériel au puçage du cheptel humain.

09/12/2010

Poutine sur l'arrestation d'Assange : "C'est ça la démocratie ?"

Les Français qui se permettent de critiquer la Russie, en qualifiant ce pays "de pays corrompu et en recul démocratique".

Et chez nous, nous avons la démocratie bien sûr et nos dirigeants de paille à la botte des banquiers US et des multinationales, et des Reptiliens, ne sont pas corrompus, peut-être !

Aux USA aussi, l'axe du bien et le gardien du monde, se targue de respecter la démocratie et les droits de l'Homme, d'assurer la sécurité des personnes et leur santé.

Quelle sécurité ? De quelles guerres doivent-ils  nous protéger ? De guerres génocidaires et fratricides incessantes qu'ils organisent et financent avec la complicité de  l'ONU, le siège du Gouvernement Mondial et l'OTAN qui est son bras armé et celui des reptiliens !

Quelle santé ? Quand ils massacrent des innocents avec leurs vaccins tueurs qui ne sont que des armes biologiques utilisées contre les populations mondiales !

 

Poutine sur l'arrestation d'Assange : "C'est ça la démocratie ?"

MOSCOU - Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a mis en doute jeudi le bien-fondé de l'arrestation du fondateur du site WikiLeaks Julian Assange en Grande-Bretagne, demandant "C'est ça la démocratie ?", au cours d'une conférence de presse.

"Si on parle de démocratie, il faut qu'elle soit totale. Pourquoi a-t-on mis Assange en prison ? C'est ça la démocratie ?", a déclaré le Premier ministre russe.

"Il faut commencer par balayer devant sa porte. Je renvoie la balle à nos collègues américains", a ajouté M. Poutine.

Il répondait à une question posée à son homologue français, François Fillon, sur la mise en doute de la démocratie russe et la description d'une Russie corrompue, dans les documents diplomatiques américains révélés par WikiLeaks.

M. Fillon a de son côté déclaré qu'il n'y avait pas lieu de commenter des documents dérobés.

Les documents diplomatiques américains diffusés par le site décrivent la Russie comme un pays corrompu et en recul démocratique, révélant en outre que la confiance n'était pas absolue envers Moscou dans les capitales occidentales, y compris Paris.

Le président russe, Dimitri Medvedev, décrit dans ces documents comme un dirigeant "falot et hésitant", avait estimé la semaine dernière que ces révélations montraient le "cynisme" des appréciations qui dominent dans la diplomatie américaine.

Vladimir Poutine, perçu pour sa part dans les câbles diplomatiques américains comme le "mâle dominant" de la scène politique russe, avait répliqué avec morgue dans un entretien il y a une semaine à la chaîne de télévision CNN.

"Nous ne fourrons pas notre nez dans vos affaires, et vous, ne le fourrez pas dans les nôtres !", avait-il ajouté, affirmant en substance que la Russie n'avait rien à envier aux Etats-Unis en matière de libertés.

L'impression qui ressort des documents révélés par WikiLeaks est très différente de la position officielle affichée par les capitales occidentales.

"La démocratie russe a disparu et le gouvernement est une oligarchie dirigée par les services de sécurité", estime ainsi le secrétaire à la Défense Robert Gates, dans des propos qui lui sont attribués dans un des câbles.

Le porte-parole de M. Poutine, Dmitri Peskov, a qualifié la semaine dernière de "foutaises" le contenu des notes concernant la Russie, et émis le souhait de voir chez les partenaires de Moscou "une diplomatie plus professionnelle, sérieuse et réfléchie".

Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, a été placé en détention mardi à Londres, non pas pour avoir divulgué des documents secrets américains, mais dans le cadre d'une affaire de viol et violence sexuelle en Suède, pays qui réclame son extradition. Son avocat a dénoncé des poursuites politiques contre l'Australien âgé de 39 ans.

(©AFP / 09 décembre 2010 18h15)