Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2014

Interdiction de Dieudonné : La France qui dérape n’est pas celle qu’on nous montre du doigt

Une réaction du Dr Christophe OBERLIN, aux interdictions de spectacles de Dieudonné qui se passe de commentaires.

Un grand remerciement pour avoir le courage de remettre les choses à leur  place !


10 janvier 2014 | Thèmes (S.Cattori) : Etat juif d’Israël Lobbies Liberté d’expression Désinformation

 

Dr Christophe Oberlin

Interdiction de Dieudonné : La France qui dérape n’est pas celle qu’on nous montre du doigt

C’est au nom d’un état juif à majorité juive, censé accueillir les juifs du monde entier, que les autochtones, les Palestiniens sont martyrisés depuis soixante ans. Pourtant certains n’hésitent pas à condamner les Palestiniens, les Arabes en général, et tous ceux qui les soutiennent pour un « antisémitisme » supposé. Les Palestiniens devraient déclarer aimer les juifs et insister à tout moment sur la distinction entre juifs et sionistes. C’est évidemment déloyal. En 1942 les Français n’aimaient pas les « boches » et aucune association anti raciste n’a jamais protesté.

Lorsqu’on dit aujourd’hui en France « qu’on n’aime pas les Américains », tout le monde comprend qu’il ne s’agit évidemment pas de tous les Américains en tant qu’individus, mais qu’on désigne par-là la politique et les guerres américaines qui ont fait un million de morts en quelques décennies. Et « ne pas aimer les Américains », ne tombe pas sous le coup de la loi. Quand on dit qu’on n’aime pas les Corses, ce n’est évidemment pas très intelligent, mais tout le monde comprend qu’on entend par là une certaine ambiance xénophobe qui règne en Corse. Ca ne tombe pas sous le coup de la loi.

Quand on dit qu’on n’aime pas les juifs, il est évident que cela désigne ceux qui soutiennent un état raciste dans ses lois et ses actes. Ce qui veut dire qu’on n’aime pas les juifs racistes, rien d’autre. C’est le message de Dieudonné. Et voilà qu’on voudrait faire tomber cela sous le coup de la loi. C’est déloyal et stupide.

J’ai personnellement des gens de ma famille qui sont morts en déportation. Quand Desproges dit « On se demande pourquoi les juifs se précipitaient à Auschwitz ? D’abord parce que c’était gratuit ! » C’est du deuxième degré, ça me fait rire, et ça ne porte en rien atteinte à la mémoire de ma famille. Quand quelqu’un se fait photographier devant Auschwitz en faisant une quenelle, ça ne porte pas atteinte à ma dignité ni à celle de ceux qui sont morts en déportation. Par contre c’est un geste fort à l’encontre de tous ceux qui tentent de masquer les crimes d’Israël derrière les crimes nazis. C’est à eux que ce discours s’adresse.

Et voilà que nos politiques, les plus tristes que la France ait connus depuis longtemps, voudraient expliquer à un humoriste ce qui est drôle et ce qui ne l’est pas ! Et on voudrait nous faire croire que les millions de personnes qui rient sont des idiots ou des antisémites, y compris ceux qui soutiennent les Palestiniens dans leur lutte contre l’apartheid ! C’est méprisant, et aussi effrayant. Et les commentaires à sens unique de nos radios et télévisions nationales donnent le frisson.

Ceux qui condamnent Dieudonné n’ont pas assisté à ses spectacles, et n’ont pas réalisé qui est son public : un public de jeunes, extraordinairement diversifié, qui représente une France fraternelle, fondamentalement antiraciste, la France de demain.

Alors il y a heureusement quelques poches de résistance dans les tribunaux. Et le jugement prononcé à Nantes, cassant l’interdiction d’un spectacle de Dieudonné, rassure. Toutes les barrières n’ont pas cédé.

Et voilà qu’un juge unique du Conseil d’Etat, sur simple convocation du gouvernement, dans un texte d’une pauvreté affligeante, dépourvu du moindre fondement juridique, impose son opinion à toutes les lois existantes, à tous les arrêts précédents français et européens !

La France qui dérape, elle est là.

Christophe Oberlin
10 Janvier 2014
URL de cet article :
http://www.silviacattori.net/article5272.html


Christophe OBERLIN, né en 1952. est chirurgien des hôpitaux et professeur à la faculté Denis Diderot à Paris ; il enseigne l’anatomie, la chirurgie de la main et la microchirurgie en France et à l’étranger. Parallèlement à son travail hospitalier et universitaire, il participe depuis 30 ans à des activités de chirurgie humanitaire et d’enseignement en Afrique sub-saharienne, notamment dans le domaine de la chirurgie de la lèpre, au Maghreb et en Asie. Depuis 2001, il dirige régulièrement des missions chirurgicales en Palestine, particulièrement dans la bande de Gaza où il a effectué près d’une trentaine de séjours. Il est le coauteur avec Jacques-Marie Bourget de Survivre à Gaza, (éditions Koutoubia, 2009) la biographie de Mohamed al-Rantissi, le chirurgien palestinien frère du dirigeant historique du HAMAS assassiné par l’État d’Israël… Il est également le traducteur du livre Gaza, au carrefour de l’histoire du journaliste anglais Gerald Butt (aux éditions Encre d’Orient).

http://www.silviacattori.net/article5272.html

Voir aussi du même auteur :

Christophe Oberlin : Israël ... est un état mafieux


09/01/2014

L'avocat de Dieudonné : Une violation des Droits de la Défense !

Pour en revenir aux affirmations de Valls qui se gargarise et aurait la prétention de nous faire croire que la "République aurait gagné" en interdisant les spectacles de Dieudonné et compte tenu des manoeuvres qui ont été organisées aujourd'hui par Valls et ses sbires, en précipitant la procédure devant le Conseil d'Etat à 17 h à Paris qui est la plus haute instance judiciaire qui aurait nécessité que Dieudonné soit représenté par son avocat, dans le plus pur respect des règles du contradictoire, alors que celui-ci se trouvait encore à Nantes à 15 h 30.

Nous allons lui demander de quelle République pourrait-il s'agit ici, pour qu'elle puisse violer les droits légitime d'un citoyen français et obtenir sa condamnation devant le Conseil d'Etat, en le privant de ses droits légitime à la défense ?

De la République appartenant à la secte maçonnique ?

La France étant toujours sur le plan de son statut Juridique, une Monarchie !

Si nous pouvons nous réjouir pour en avoir été les témoins, des menaces proférées à l'encontre de Dieudonné, des  pressions en tous genres subies, de la manière dont il a été traité et calomnié publiquement, traîné dans la boue et de l'acharnement mis à le détruire moralement et financièrement, en l'obligeant depuis 10 ans, à multiplier les procédures, sans fondement et sous le prétexte fallacieux, qu'il serait soi-disant antisémite ! Et ce, tout en violant tous ses droits fondamentaux et la Constitution.

Alors oui, le Peuple Français peut se réjouir, de vous avoir vu à l'oeuvre de destruction d'un citoyen français et de tout un Peuple, et de lui avoir permis de vous identifier et de reconnaître vos manoeuvres organisées en bandes pour vous avoir vu vous comporter, comme se comportent les Francs-maçons en usant de toutes leurs pratiques mafieuses !

Les Français ne s'y tromperont pas, car grâce à Vous, ils savent désormais qui dirige le Gouverne-MENT et dans les intérêts exclusifs de qui ?

Nous nous joignons au Député Belge Laurent LOUIS pour vous montrer la : PORTE DE LA FRANCE !

Vous et votre Gouverne-MENT, vous êtes une honte non seulement pour la France, mais pour l'ensemble du Peuple Français !

Manuel Valls " Je suis lié de manière éternelle à Israel"

http://www.youtube.com/watch?v=Y9Bs3tF1jj0 

Affaire Dieudonné : pour Valls, « la République a gagné »

Réagissant à la décision du Conseil d'Etat, qui a confirmé l'annulation du spectacle de Dieudonné à Nantes, le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, qui avait saisi l'instance, a réagi en assurant « la République a[vait] gagné ». « On ne peut pas tolérer la haine de l'autre, le racisme, l'antisémitisme, le négationnisme, ce n'est pas possible, ce n'est pas ça la France »a-t-il ajouté.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/01/09/manuel-v...

Maître Jacques Verdier a réagi sur notre antenne au choix du Conseil d'Etat interdisant le spectacle de Dieudonné ce soir à Nantes. Il regrette évidemment cette décision et critique également la manière, l'audience ayant été fixée à 17h à Paris alors que lui-même se trouvait à Nantes.


L'avocat de Dieudonné : "une violation des droits de la défense" - 09/01/14 à 20h00

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

http://www.itele.fr/france/video/lavocat-de-dieudonne-une...

07/01/2014

Dieudonné ? L'avertissement du Conseil constitutionnel à François Hollande. Un rappel au Respect de la Constitution !

Une baffe de plus aujourd'hui pour Hollande qui se croit en Hollandie et qui s'imagine avec ses sbires faire la Loi comme il l'entend en France, en violant la Constitution !

Un rappel au Respect de la Constitution adressé par le Conseil Constitutionnel à Hollande qui fait des déclarations publiques malvenues sur l’affaire de Dieudonné et qui fait publier des lois, sans passer par le contrôle du Conseil Constitutionnel, comme tels étaient les cas pour la Loi Gayssot et les lois votées dernièrement, notamment, concernant la Loi de Programmation Militaire, et les lois censurant Internet !

Fallait-il l’affaire de Dieudonné et le gueuler sur Internet pour que ça bouge ?

Aux avocats de Dieudonné de saisir le Conseil Constitutionnel d’une QPC ou Question Prioritaire de Constitutionnalité pour éventuellement faire réformer ses condamnations pénales et financières abusives !

L'avertissement du Conseil constitutionnel à François Hollande

Publié le 07-01-2014 à 12h59

Le Nouvel Observateur avec AFP

Par Le Nouvel Observateur avec AFP

Jean-Louis Debré juge "préoccupantes" les tentatives de contournement des décisions du Conseil constitutionnel par l'exécutif. (C'est exactement ce qu'il faut pour être dans une dictature, sans la séparation des pouvoirs de l'Etat et du pouvoir Judiciaire, notamment ! !)

Les vœux du président de la République au Conseil constitutionnel, le 6 janvier 2014. (DENIS ALLARD / POOL / MAXPPP/MAX)

Les vœux du président de la République au Conseil constitutionnel, le 6 janvier 2014. (DENIS ALLARD / POOL / MAXPPP/MAX)

En pleine tournée des vœux présidentiels, François Hollande a reçu les membres du Conseil constitutionnel, lundi 6 janvier, à 18 heures. "Le respect de la Constitution n'est pas un risque, c'est un devoir. Chacun doit y veiller à la place qui est la sienne", a déclaré le président de cette institution, Jean-Louis Debré, au cours de son discours

Des propos particulièrement sévères qui traduisent l'agacement des Sages vis-à-vis des écarts constitutionnels de la majorité. Quels sont les reproches ?

1 - Des textes censurés et pas toujours corrigés

"Il est bien sûr naturel et conforme à l'esprit de la Ve République qu'à la suite d'une censure, le gouvernement et le Parlement puissent chercher à atteindre l'objectif qu'ils s'étaient fixé par d'autres voies, désormais conformes à la Constitution", indique Jean-Louis Debré à propos de la taxe à 75%

"Toutefois, à plusieurs reprises au cours de ces derniers mois, des dispositions législatives ont été adoptées alors qu'elles contrevenaient directement à l'autorité de la chose jugée par le Conseil. Ce dernier n'a alors pu que les censurer une deuxième, ou plutôt j'espère, une dernière fois." Comme ce fut le cas sur les textes concernant les droits de succession en Corse, le plafonnement de l'ISF ou pour la cotisation foncière sur les produits non commerciaux.

2 - Des lois imparfaites et mal travaillées

Jean-Louis Debré regrette aussi, comme il le fait régulièrement, des "lois aussi longues qu'imparfaitement travaillées", recelant "des dispositions incohérentes et mal coordonnées" et "gonflées d'amendements non soumis à l'analyse du Conseil d'Etat". 

3 - Le président de la République doit veiller au respect de la Constitution

"L'Etat de droit est fondé sur le respect de la règle de droit et des décisions de justice", souligne le président du Conseil constitutionnel. La volonté générale ne s'exprime que dans le respect de la Constitution".

Dans son discours, François Hollande a indiqué avoir "demandé au gouvernement que la confection des projets de loi "respecte" les recommandations du Conseil. "C'est une obligation que l'article 62 de la Constitution impose à tous les pouvoirs publics et qu'ils ont parfois tendance à oublier en reprenant des dispositions qui ont pourtant déjà été censurées", a-t-il concédé. "La simplification est un devoir qui s'impose aussi au législateur", a poursuivi le chef de l'Etat, soulignant que "la loi doit veiller à être claire et intelligible".

Le Conseil constitutionnel ne se veut pas force d'opposition

La multiplication des censures du Conseil constitutionnel place Jean-Louis Debré, ancien ministre RPR, dans une situation délicate. A chaque fois, les Sages, qui ont été nommés par la droite pour la majorité d'entre eux, sont accusés ou du moins soupçonnés de saper le travail de la majorité en place. Quant au pouvoir, il apparaît incapable de faire passer des textes et de mener à bien son travail. Bref, à l'approche des élections et dans un climat politique et général tendu, le Conseil constitutionnel ne veut pas attiser les critiques. 

"Votre tâche est difficile dans des temps agités. Chacun sait la volonté qui est la vôtre, et dont vous avez témoigné à de nombreuses reprises, de rassembler les Français dans les épreuves que notre pays connaît, a conclu Jean-Louis Debré. "Ce rassemblement ne peut s'effectuer qu'autour de notre Constitution." (Cela veut dire en clair, de quoi tu te mêles en ce moment ? Retourne aux véritables affaires qui concernent le Peuple ! Comprenne qui pourra !)

(avec AFP)

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20140107.OBS1562...

 

Pourquoi Valls va-t-il resserrer l'étau autour de Dieudonné ? Manuel Valls affirme son « engagement absolu p our Israël »

Valls va resserrer l'étau autour de Dieudonné

Quelques explications sur les activités occultes de Manuel Valls, Ministre de tous les cultes y compris secte maçonnique !

Manuel Valls affirme son « engagement absolu pour Israël »

INFO PANAMZA. Ministre de l’Intérieur et futur candidat probable à l’élection présidentielle, Manuel Valls a tenu des propos singuliers pour un homme censé représenter les intérêts de la France. Décryptage et révélations.

La déclaration stupéfiante n’avait pas été rapportée par les nombreux journalistes pourtant présents dans la salle.

valls 6

Nous sommes le 28 novembre 2012 : plusieurs personnalités de la vie politique, économique et médiatique participent au « gala annuel de soutien à Radio J ». La première antenne radiophonique de la communauté juive, créée en 1981 par Serge Hajdenberg  (ex-candidat à la présidence du CRIF) et réputée à droite, a organisé sa soirée dans un pavillon situé aux abords des Champs-Elysées. A l’instar de son prédécesseur Claude Guéant, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur en charge des cultes et « invité d’honneur », a accepté de se joindre aux festivités de la radio communautaire. Panamza s’est procuré une vidéo -capturée depuis un téléphone portable- de son discours prononcé devant 400 convives. Dans l’extrait suivant, le membre éminent du gouvernement exprime, en des termes particuliers, son dévouement envers une nation étrangère.

Valls affirme son "engagement absolu pour Israël"
http://www.youtube.com/watch?v=BgiWZIfkMGk


Le discours intégral (d'une durée de 13 minutes) permet de découvrir l’ampleur de l’affection démontrée par Manuel Valls à l’attention des membres et sympathisants de Radio J. Le ministre n’oublie pas également de rendre hommage aux imams présents dans la salle. Ces derniers, parmi lesquels figure Hassen Chalghoumi, sont félicités pour leur voyage antérieur en Israël. Lapsus savoureux (à 7'35) : Manuel Valls les qualifie de « rabbins » -et non d’« imams » avant d’être rectifié par plusieurs spectateurs hilares.

Valls confond "imam" et rabbin"

http://www.youtube.com/watch?v=uhPtlr_zmvQ

Le contexte de cette déclaration de Manuel Valls, « absolument engagé pour Israël », n’est pas anodin. Deux semaines auparavant, la communauté internationale retenait son souffle face à l’escalade de la violence meurtrière perpétrée par le gouvernement Netanyahu : entre le 14 et le 21 novembre, l’armée israélienne déployait l’opération « Pilier de défense » à l'encontre de la bande de Gaza. Bilan des pertes humaines : 162 morts (et 1235 blessés) côté palestinien, 6 morts (et 50 blessés) côté israélien.

Au service de Radio J et de la LDJ ?

Par ailleurs, une récente déclaration tonitruante de Manuel Valls s’explique en raison de son soutien démonstratif à Radio J. Le 23 août, l’homme a tenu un discours vindicatif « contre l’extrême droite » lors de l’université d’été du Parti socialiste. Dans sa ligne de mire étaient visés, entre autres, le polémiste Alain Soral et l’humoriste Dieudonné. Aucun journaliste politique présent alors n’a souligné la curieuse similarité de ses déclarations avec celles prononcées par un membre de la Ligue de défense juive en février dernier, boulevard Voltaire à Paris. Lors d’un rassemblement dédié à la mémoire d’Ilan Halimi, ce responsable anonyme d’un groupuscule ultra-violent avait également tenu des propos virulents, en des termes presque identiques, à l’encontre des mêmes personnages.

valls 5

Lors de son discours à La Rochelle, Manuel Valls aurait fustigé le tandem Soral-Dieudonné afin de défendre la « liberté de la presse », incarnée, selon lui, par Frédéric Haziza, journaliste partisan de La Chaîne Parlementaire et de Radio J. Présent au gala de 2012 auquel s’était joint Manuel Valls, ce communautariste (qui -en 2008- demanda aux « juifs de France de faire bloc derrière » le Premier ministre israélien) avait porté plainte contre Alain Soral pour « diffamation » et « provocation à la discrimination raciale » à la suite d'un différend qui les oppose depuis plusieurs mois. En défendant avec vigueur le journaliste de Radio J, le ministre de l’Intérieur s’est immiscé, comme il le fit à propos de l'affaire Baby Loup, dans une procédure judiciaire en cours.

Israelomane

L’homme qui aspire aux plus hautes fonctions du pouvoir politique se révèle cohérent en matière d’engagement sioniste radical et de préférence communautaire. Florilège -non exhaustif- de ses prestations depuis trois ans :

·        01/11/10 : co-signature d’une tribune publiée dans Le Monde et intitulée « Le boycott d’Israël est une arme indigne ».

·        17/06/11: déclaration tenue par le député-maire d’Evry dans un centre communautaire strasbourgeois et révélée trois mois plus tard par l’auteur de ces lignes. « Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël ! Quand même !» : ces derniers mots figurent désormais parmi les premières occurrences à apparaître lorsqu’une recherche Google sur Manuel Valls est effectuée.

Google

         Un an après la divulgation de ces propos, le cabinet de l’homme devenu ministre tentera, en vain, de faire disparaître la vidéo du Net.

·        25/09/11 : sur Europe 1, Manuel Valls s’oppose à la reconnaissance de la Palestine par l’ONU, ajoutant qu’il n’est pas judicieux de « braquer Israël ».

·        18/03/12 : participation au premier congrès des communautés juives de France en compagnie de Jean-François Copé et Claude Guéant. Après avoir évoqué la famille de son épouse qui a fui la Moldavie, Manuel Valls qualifie de « légitime » cet « attachement à la terre » d’Israël car l’Etat hébreu « est un foyer spirituel pour les juifs du monde entier ».

valls gravoin 030913

·        03/04/12 : Manuel Valls signe un document ultra-sioniste (dénommé le "Pacte des Amis d'Israël") à la Maison de la Mutualité.

valls 030412 pacte

·        22/05/12 : lors du dîner du CRIF-PACA, le nouveau ministre de l’Intérieur salue la « symbiose entre la République et le judaïsme français » avant de fustiger « l’antisionisme de façade ».

·        22/07/12 : lors de l’inauguration de l’Allée des Justes, à Strasbourg, Manuel Valls promet de « combattre l’antisionisme, cet antisémitisme qui vise à nier Israël » et se déclare « fier de faire partie d’un gouvernement qui veut bâtir une amitié forte avec Israël ».

·        23/09/12 : à l’occasion du nouvel an juif, le ministre en charge des cultes affirme que « les juifs de France peuvent porter avec fierté leur kippa » avant d'ajouter (à 52') que « l'attachement charnel des juifs de France pour leur pays ne saurait évidemment empêcher que des liens les unissent à la terre d'Israël ».

http://referentiel.nouvelobs.com/wsfile/7901348591504.jpg

Quatre jours plus tard, c'est le même homme qui prendra un ton nettement moins affectueux à l'attention des musulmans strasbourgeois afin de leur indiquer l'importance, cette fois-ci, de l'attachement à un seul pays (à 1'21) : « Il n'est qu'une seule communauté qui vaille, qui s'impose: la communauté nationale ».

Quand Valls demande des applaudissements

http://www.youtube.com/watch?v=74n1HRasG0s


·        27/09/12 : après leur rencontre avec le ministre, les dirigeants du Centre Simon-Wisenthal, basé en Californie et très engagé dans le soutien inconditionnel d’Israël, saluent la « défense de la communauté juive française » par Manuel Valls.

 

centre wisenthal rabbi-abraham-cooper_shimon-samuels_richard-odier

·        07/10/12 : au lendemain des tirs à blanc qui ont atteint une synagogue d’Argenteuil, le ministre de l’Intérieur accompagne à pied des représentants de la communauté juive depuis la place Beauvau (siège de son ministère) jusqu’à l’Elysée afin d’organiser une entrevue avec le président de la République.

valls prasquier mergui gozhlan

Ces dirigeants communautaires s’adresseront ensuite aux médias, l'air empreint de gravité, depuis le perron de l’Elysée.

sarcelles

·        31/01/13 : « La France est un ami de l’État d’Israël. Elle entretient avec lui des relations intenses. Elle est profondément attachée à son existence, à sa sécurité et à ce que ses frontières soient reconnues ». Ces propos ont été tenus par Manuel Valls lors du dîner du CRIF Rhône-Alpes. L’homme y a également proféré un avertissement : « Je mets en garde tous ceux (….) qui, à l'extrême gauche comme à l'extrême droite, utilisent la critique d'Israël pour nourrir cette vieille pensée rance qu'est l'antisémitisme ».

·        06/02/13 : le ministre de l'Intérieur et François Hollande accueillent chaleureusement les représentants de la communauté juive américaine.

http://www.elysee.fr/assets/_resampled/ef57f9fce1dc70c92891262230e3a8e042367040.JPG

Le milliardaire Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial (élu en 2007, réélu en 2013) et membre influent (depuis une trentaine d'années) de l'axe Washington-Tel-Aviv, reçoit à cette occasion la Légion d'Honneur.

valls lauder cukierman 020513

·        20/03/13: le ministre de l'Intérieur prend place à côté de Yossi Gal, ambassadeur d'Israël, lors du dîner annuel du CRIF.

·        08/09/13 : Manuel Valls se joint aux célébrations du nouvel an juif dans la demeure de l’écrivain (et agent des services secrets israéliens selon l'ex-DST) Marek Halter.

gal valls halter 080913

Manuel Valls entre Marek Halter et Yossi Gal

·        10/09/13 : hier soir, au sein d'une tente dressée à l'emplacement du futur centre européen du judaïsme, le ministre en charge des cultes participait à la cérémonie du nouvel an juif aux côtés de l'ambassadeur d'Israël, d'Anne Hidalgo, du Grand rabbin de France et de Joël Mergui, président du Consistoire. « L’antisémitisme et l’antisionisme (…) C’est la même chose », affirma-t-il (à 8'10). Par ailleurs, Manuel Valls a précisé qu'il aurait le « privilège» de se rendre, début novembre, en Israël afin de renforcer la coopération policière entre les deux pays.

Manuel Vals, Ministre de l'Intérieur & des Cultes, présente ses Voeux pour l'an 5774

http://www.youtube.com/watch?v=Sy3j7yXcEbo


Outre son lien conjugal, un élément plus significatif mais méconnu des citoyens permet d'expliquer, en partie, l'attachement singulier de Manuel Valls envers un régime qualifié -par ses propres citoyens- d'apartheid.

Un « élève » en « formation » ?

Depuis le printemps 2011, Manuel Valls participe à un programme intitulé Project Interchange  et élaboré par l’une des composantes majeures du lobby pro-israélien des Etats-Unis.


Dénommé le « Comité juif américain » (American Jewish Committee), ce groupe -fondé en 1906 et fort aujourd’hui de 175 000 membres- organise depuis une trentaine d’années des séjours en Israël à destination des futurs leaders politiques, financiers, médiatiques et culturels. Le but ? Donner à voir une image positive de l’Etat hébreu et faire nouer localement des contacts avec des personnalités du monde entier considérées comme de potentiels décideurs influents dans l’avenir. Chaque participant coûte 5000 dollars à l’AJC. La vidéo suivante, réalisée par Project Interchange, illustre l’audace de la propagande déployée (hasbara, en hébreu) pour enjoliver la réputation du régime colonialiste de Tel-Aviv

I Am AJC
http://vimeo.com/18675226

http://www.panamza.com/11092013-valls-engagement-absolu-i...

 Pour aller plus loin :

Manuel Valls, l'agent de la mondialisation américaine au gouvernement, pratique naturellement le terrorisme intellectuel.

Valls.jpg

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EFukZppulEmQj...

Ces francs-maçons qui nous gouvernent

Depuis l'élection de François Hollande, les frères sont de retour. Et peuvent compter sur des relais haut placés, au Sénat à l'Assemblée ou à Matignon. Portraits.

Pouvoir : les francs-maçons aux premières loges. (Sipa)

http://referentiel.nouvelobs.com/file/4992546.jpgMANUEL VALLS

Le ministre de l'Intérieur a été initié au Grand Orient de France dans les années 1980. Ce n'est pas Alain Bauer, son ami et futur grand maître qui l'a mis au parfum mais un responsable socialiste parisien. Valls a pris ses distances avec les ateliers dès 1996. Mais place Beauvau, où la tradition maçonnique perdure, cette formation se révèle utile... (photo Witt-Sipa)

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20130104.OBS4501...


06/01/2014

TRES URGENT ! A l'attention des Avocats de Dieudonné qui est victime de 7 escroqueries aux Jugements pour antisémitisme en faveur de la LICRA !

A DIFFUSER LARGEMENT AUTOUR DE VOUS NOTAMMENT AUPRES DE DIEUDONNE ET DE SES AVOCATS !

Nous souhaitions attirer la particulière attention de DIEUDONNE et de ses Avocats, tant il est vrai que celui-ci est la victime de plusieurs escroqueries aux jugements dirigées à son encontre par la Licra et le Gouvernement Sioniste qui a signé encore l’un de ses nombreux forfaits, en le faisant condamner arbitrairement pour incitation à la haine raciale et pour tenir des propos antisémites  sur la base de la Loi GAYSSOT qui est une Loi inconstitutionnelle qui n’est pas passée au contrôle du Conseil Constitutionnel et qui n’a donc aucune valeur juridique pour être appliquée ni inapplicable !

ET C’EST SUR LA BASE DE TOUTES CES ESCROQUERIES QUE L’ETAT SIONISTE SE PERMET DE DETRUIRE UN HOMME PUBLIQUEMENT ET SON IMAGE PAR LE BIAIS DE LEUR LOBBY DE LA PRESSE AUX ORDRES ET QUE L’ON ESCROQUE UN PEUPLE TOUT ENTIER SUR LA BASE DE MENSONGES D’ETAT ?

ET EN PRIME ILS N’HESITENT PAS PAR VOIE DE PRESSE A APPELER A LA HAINE ET AU RACISME PAR LE BIAIS DE MANIFESTATIONS VISANT A EMPÊCHER LES SPECTACLES DE DIEUDONNE, FERMER SON THEÂTRE, SAISIR LES PREFETS POUR FAIRE ARRÊTER SES SPECTACLES ?

ARRETONS LE MASSACRE DE DIEUDONNE TOUS ENSEMBLE !

QUE FONT NOS GENERAUX ET NOS MILITAIRES, EN FRANCE, POUR NOUS LAISSER SUPPORTER CES MENSONGES ET LA DICTATURE QUI NOUS SONT IMPOSES DEPUIS DE TROP LONGUES ANNEES DÉJÀ !

NE SONT-ILS CAPABLES QUE D’ALLER TUER DES INNOCENTS CHEZ EUX AUX ORDRES DES CRIMINELS QUI NOUS GOUVERNENT ?

Où SONT NOS GENERAUX ET NOS MILITAIRES ?

QUE FAIT LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL ?

Est-il muselé ou menacé par le lobby Sioniste qui l’empêche de statuer sur la validité des Lois ?

En serions-nous réduits à ce point d’infiltrations, de menaces et de dictature au niveau des plus hautes instances de l’Etat ?

Ce n’est pas la première fois que nous constatons que des Lois n’ont pas été soumises au Contrôle du Conseil Constitutionnel pour être validées.

Il en est de même pour la Loi sur la Programmation Militaire qui aurait été publiée par Hollande le 19 décembre 2013.

En effet, La LOI GAYSSOT qui n’a pas été soumise au Contrôle du Conseil Constitutionnel, Dieudonné n’a jamais pu être condamné pour antisémitisme à l’appui d’une Loi qui n’a aucune valeur juridique ni constitutionnelle !

Mais en revanche, Dieudonné a le droit :

1 – de ne pas payer ses amendes pénales en invoquant l’inconstitutionnalité de la Loi GAYSSOT,
2 - de déposer une QPC ou Question Prioritaire de Constitutionnalité auprès du Conseil Constitutionnel pour faire réformer et annuler ses condamnations pénales,

3 – de déposer plainte à l’encontre de la Licra aux motifs de : « Calomnies, Diffamation, Escroqueries aux Jugements, Faux et Usages de Faux, Persécutions judiciaires, Menaces, et autres joyeusetés et motifs que ses avocats voudront bien viser dans ses plaintes !

4 – de demander le remboursement des dommages et intérêts qu’il a versés à La Licra ou auprès de tout autre organisme ou association qui l’aurait escroqué de ces sommes,

5  – de déposer plainte à l’encontre de Valls pour les motifs de : « Calomnies, Diffamation, Escroqueries aux Jugements, Faux et Usages de Faux, Persécutions judiciaires, Menaces, et autres joyeusetés et motifs que ses avocats voudront bien viser dans ses plaintes !

Nos sources juridiques :

La brillante analyse juridique établie par « Les avocats de la Ligue Judiciaire des Musulmans », dont nous saluons le talent, et que vous trouverez ci-dessous :

Ligue judiciaire des Musulmans.jpg

 

Par La Ligue Judiciaire des Musulmans

"Vue juridique de l'actualité de l'affaire Dieudonné"

La polémique concernant l'humoriste Dieudonné M'bala M'bala - dit Dieudonné - ne cesse d'enfler. Le Ministère de l'Intérieur, Manuel Valls, devrait adresser, dès demain, une circulaire à l'ensemble des préfets dont le but affiché est celui d'interdire les représentations de l'artiste, qui démarre une nouvelle tournée dès jeudi à Nantes. La candidate PS à la mairie de Paris demande - quant à elle - la fermeture du Théâtre parisien de la Main d'Or, tandis que Arno Klarsfeld appelle sciemment au "trouble à l’ordre public" jeudi afin d'empêcher les représentations de l'artiste.

Tout d'abord, concernant l'interdiction des spectacles - réunions publiques - souhaitée par le Ministère de l'Intérieur, il s'agit de préciser qu'au point de vue juridique aucune interdiction ne peut être prononcée avant une représentation, car le principe constitutionnel et conventionnel de liberté d'expression prévaut. En outre, les réunions publiques sont régies par la loi du 30 juin 1881 sur la liberté de réunion. Cette loi dispose notamment qu'elles 'ne peuvent être tenues sur la voie publique', 'ni se prolonger au-delà de 23 heures', mais indique avant tout qu'elles sont 'libres'. Cette liberté - à savoir la liberté de réunion - est fondamentale en droit français, et n'a pour seule limite que le trouble à l'ordre public, qui doit être dûment justifié. Dans le cas où un arrêté préfectoral ou municipal interdit un spectacle, le Tribunal administratif pourra être saisi en référé afin d'obtenir la suspension de cette mesure (référé-suspension de l'article L521-1 du Code de Justice Administrative), parallèlement à une action au fond en recours pour excès de pouvoir. Le juge estimera si l'interdiction est proportionnée ou non au risque de trouble à l'ordre public.

Ensuite, concernant les déclarations de la candidate PS à la Mairie de Paris, qui souhaite fermer le Théâtre de la Main d'Or, il convient de préciser, très simplement, que ce théâtre est un théâtre privé et, à ce titre, aucune autorité, si tant est municipale, ne saurait disposer des compétences afin d'obtenir la fermeture - du point de vue juridique - de ce théâtre.

Quant à celles d'Arno Klarsfeld, deux éléments, très simples, sont à relever. D'une part, appeler à troubler l'ordre public s'analyse juridiquement comme la provocation à l'attroupement. Le délit d'attroupement est prévu à l'article 431-3 du Code pénal aux termes duquel "Constitue un attroupement tout rassemblement de personnes sur la voie publique ou dans un lieu public susceptible de troubler l'ordre public". L'article 431-6 du Code pénal prévoit que "La provocation directe à un attroupement armé, manifeste soit par des cris ou discours publics, soit par des écrits affichés ou distribués, soit par tout autre moyen de transmission de l'écrit, de la parole ou de l'image, est punie d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende. Lorsque la provocation est suivie d'effet, la peine est portée à sept ans d'emprisonnement et à 100 000 euros d'amende". Le Procureur de la République pourrait donc se saisir des déclarations d'Arno Klarsfeld, tout autant que le Bâtonnier de l'Ordre des avocats. D'autre part, Arno Klarsfeld étant avocat, inscrit au Barreau de Paris, il est soumis aux règles déontologiques à l'instar de l'ensemble du corps de cette profession. À ce titre, un avocat ne peut - quand bien même cela se ferait hors de son rôle professionnel - appeler les gens à l'émeute ou la rébellion.

Enfin, afin de conclure, intéressons nous à la loi Gayssot. La loi Gayssot est la désignation courante de la loi française no 90-615 du 13 juillet 1990, « tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe ». L'article 9 de cette loi introduit un article 24 bis dans la loi du 29 juillet 1881 relative à la liberté de la presse. Cet article qualifie de délit la contestation de l'existence des crimes contre l'humanité, tels que définis dans le statut du Tribunal militaire international de Nuremberg, qui ont été commis soit par les membres d'une organisation déclarée criminelle en application de ce statut soit par une personne reconnue coupable de tels crimes. La compatibilité de cette loi avec la liberté d'expression - à portée constitutionnelle (article 11 DDHC) et conventionnelle (article 10 CESDH) est contestable. Cette loi n'a jamais été soumise à un contrôle du Conseil Constitutionnel, ni dans le cadre d'un contrôle a priori, ni dans le cadre d'une Question Prioritaire de Constitutionnalité (QPC) - contrôle a posteriori. Or, la conformité à la Constitution de cette loi est sujet à discussion. Le Conseil Constitutionnel a déclaré, le 28 février 2012, la "loi visant à réprimer la contestation de l'existence des génocides reconnus par la loi" comme contraire à la Constitution. Le fondement de la censure résidait dans l'atteinte que porte en elle-même à la liberté d'expression et de communication l'incrimination de la contestation de l'existence et de la qualification juridique de crimes reconnus et qualifiés comme tel par la loi.

Dès lors, se pose la question de la constitutionnalité de la loi Gayssot, qui pourrait être tranchée par le biais d'une QPC de Dieudonné...

Karim ACHOUI et Samim BOLAKY
Président et membre de la LDJM

Ligue de Défense Judiciaire des Musulmans – LDJM
https://www.facebook.com/LigueDeDefenseJudiciaireDesMusul...

Karim Achoui : "La LDJM est la force judiciaire dont le combat contre l’islamophobie avait besoin"
http://oumma.com/20222/karim-achoui-ldjm-judiciaire-dont-...