Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2015

Téhéran qualifie de guerre psychologique les infos sur la chute de missiles russes

Ils ne savent plus quoi inventer pour décrédibiliser la Russie et humilier Poutine !

Téhéran qualifie de guerre psychologique les infos sur la chute de missiles russes

20:38 08.10.2015 (mis à jour 22:36 08.10.2015)

Trajectoire des missiles russes tirés contre l'EI en Syrie 

Selon une source au sein du ministère iranien de la Défense, Téhéran ne dispose pas d'informations sur la chute de missiles russes Kalibr sur le territoire iranien.

"Nous ne disposons pas d'informations sur la chute de missiles russes en Iran. Les Etats-Unis essaient d'exercer des pressions sur la Russie et mènent une guerre psychologique contre elle", a indiqué le responsable iranien à RIA Novosti.

La chaîne de télévision américaine CNN a rapporté jeudi, citant des sources anonymes, que plusieurs missiles tirés par la Flottille russe de la mer Caspienne n'avaient pas atteint les sites du groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie et étaient tombés en Iran.

Commentant cette information, le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov a déclaré jeudi soir que tous les missiles lancés par les navires russes depuis la mer Caspienne avaient atteint leurs objectifs en Syrie. Il a rappelé que le ministère russe de la Défense montre "presque en temps réel" les tirs de ses missiles et les destructions qu'ils provoquent au lieu de "se référer à des sources anonymes comme le fait la CNN".

"Peu importe à quel point était désagréable et surprenante pour nos collègues du Pentagone et de Langley, la frappe d’hier des armes de précision en Syrie sur les infrastructures de l'EI – toujours est-il que tous les missiles de croisière lancés ont atteint leurs cibles", a indiqué M.Konachenkov.



Le porte-parole a ajouté que des drones russes étaient en mission 24 heures sur 24 en Syrie.


 

La Russie a lancé le 30 septembre une opération militaire contre l'EI en Syrie à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Elle effectue des frappes aériennes ciblées au moyen d'avion Su-25, Su-24M, Su-34 et Su-30SM. Les Troupes aérospatiales russes ont déjà porté plus de 110 frappes contre les terroristes, détruisant leurs postes de commandement, camps d'entraînement et dépôts de munitions. En plus, les navires de la Flottille russe de la mer Caspienne ont tiré 26 missiles Kalibr-NK contre l'EI avec une précision de 5 mètres.

 

L'ambassadeur de Syrie en Russie Riad Haddad a déjà confirmé que les frappes ne visent pas les civils, mais les groupes terroristes. Selon le diplomate, l'aviation russe a déjà détruit près de 40% de l'infrastructure de l'EI.

 

07/10/2015

Le département d'Etat accuse Moscou de frapper l'opposition syrienne sans en fournir les preuves

Les deux meilleures réponses de Mark Toner lorsqu’il est sommé par la Russie de donner les preuves sur le fait que les frappes russes aient pu faire des victimes parmi la soi-disant opposition syrienne modérée, fantôme :

1 -  «J’ai répété ce qu’ont déclaré mes collègues militaires» !

Et si ses collègues militaires lui disent que le Père Noël existe, il va le croire aussi ?

2 - «Il y a eu des préoccupations dès le début que ces frappes aériennes seraient effectuées contre l’opposition syrienne modérée, celle que nous soutenons et qui s’est battue vaillamment contre Bachar el-Assad depuis quatre ans».

Là, il reconnaît non seulement que leur présence en Syrie est illégale, mais que ce sont eux qui soutiennent financièrement, les mercenaires dits islamistes et qui orchestrent le coup d’état contre Assad qui est soutenu par son peuple et l'armée régulière syrienne, ce qui est prépondérant.

Ils vont avoir du mal à prouver quoi que ce soit, car l'opposition syrienne modérée n'existe pas, il n'y a que des mercenaires dits islamistes.

S’il existait une opposition syrienne modérée, elle s’exprimerait par la voie des élections et non pas en massacrant le peuple Syrien ni en organisant, sans l’appui de l’armée régulière syrienne qui soutient Bachar Al-Assad, un coup d’état politique téléguidé par les intérêts de la Mafia Kazah de Rothschild !

 

Le département d’Etat accuse Moscou de frapper l’opposition syrienne sans en fournir les preuves

6 oct. 2015, 22:53

Mark Toner

 

En conférence de presse, le représentant du département d’Etat américain, Mark Toner, a blâmé la Russie pour avoir encore une fois bombardé l’opposition syrienne modérée. Il est resté sans voix à la question de RT lui demandant de le prouver.

«J’ai répété ce qu’ont déclaré mes collègues militaires», s’est contenté de répondre Mark Toner, à la question de la correspondante de RT Gayané Tchitchakyan qui lui a demandé d’étayer sa déclaration antérieure : «Nous n’avons vu aucune indication qu’ils [la Russie] frappent actuellement des cibles de Daesh».

Le représentant du département d’Etat a ajouté que ses collègues militaires avaient, selon lui, «une vision très claire de ce qu’a été frappé ou de ce qui n’a pas été frappé dans le nord de la Syrie et les régions où les attaques aériennes russes se déroulent».

Cependant, le ministère américain des Affaires étrangères n’est pas à même de confirmer ses propos par des preuves. Quand la correspondante de RT a demandé à Mark Toner de les fournir, le porte-parole du département d’Etat a répondu de façon évasive : «Il y a eu des préoccupations dès le début que ces frappes aériennes seraient effectuées contre l’opposition syrienne modérée, celle que nous soutenons et qui s’est battue vaillamment contre Bachar el-Assad depuis quatre ans».

Une confirmation patente des déclarations de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, qui a appelé le 6 octobre, lors d’une conférence de presse, les dirigeants occidentaux à «éviter des formulations vagues». «Si l’opération militaire russe en Syrie est une erreur, donnez-nous des faits concrets, parlez-nous. De cette manière, on forge l’opinion publique, les gens qui restent devant leurs écrans croient que c’est une erreur», a-t-elle déploré.

03/10/2015

Qui se trouve derrière les sources accusant la Russie de frapper l'opposition en Syrie?

Un homme qui se planque et qui travaille à partir de chez lui, domicilié comme par hasard, en Grande-Bretagne,  injoignable et qui dit ne pas être une organisation médiatique et se présentant néanmoins comme étant le représentant de «  l'Observatoire syrien des droits de l'homme » !

Voilà les infos que reprennent les merdias occidentaux pour alimenter leur propagande anti-russe !

Comprenne qui pourra !

Qui se trouve derrière les sources accusant la Russie de frapper l'opposition en Syrie?

3 oct. 2015, 10:21

La base aérienne russe en Syrie

La base aérienne russe en Syrie

Au cours des trois derniers jours, les grands médias occidentaux n'ont cessé d'affirmer que c’est l’opposition syrienne et non Daesh qui représente la vraie cible de la campagne russe en Syrie. Mais quelle est la vraie source de ces affirmations ?

Les photos que présentent les grands médias pour prouver ces allégations concernant la situation en Syrie s’avèrent parfois être trop vieilles. Ainsi, le compte Twitter de Free Syria Media qui a plus de 200 000 abonnés, a choisi une photo représentant une explosion pour mettre en doute le but des raids russes dans le pays. Mais l’image est loin d’être nouvelle et date de 2012.

D’autres déclarations non vérifiées apparues dans la plupart des chaînes principales d’information concernent le meurtre d’un commandant de l’opposition syrienne par les frappes de l’aviation russe.

Voir les images par ce lien :
http://francais.rt.com/international/7722-medias-propagande-faux-russie-syrie

 

Les réseaux sociaux

«Parmi les victimes des raids de mercredi figure le leader des rebelles, le capitaine Iyad al-Deek, l’ancien militaire du régime passé à la rébellion», lit-on dans l’article du journal britannique The Telegraph.

Cependant, il y a plusieurs rapports contradictoires concernant son sort. Certains médias syriens ont fait savoir en 2014 qu’il avait été kidnappé par les combattants de Daesh alors que d’autres sources estiment qu’il était mort au début de l’année en cours.

«Parmi les victimes des raids de mercredi figure le leader des rebelles, le capitaine Iyad al-Deek, l’ancien militaire du régime passé à la rébellion», lit-on dans l’article du journal britannique The Telegraph.

Cependant, il y a plusieurs rapports contradictoires concernant son sort. Certains médias syriens ont fait savoir en 2014 qu’il avait été kidnappé par les combattants de Daesh alors que d’autres sources estiment qu’il était mort au début de l’année en cours.

Allez plus loin: Poutine : l’information sur des victimes en Syrie est apparue avant le décollage des avions russes

D’après l’ancien analyste de la CIA Ray McGovern, il est extrêmement important d’être très prudent avec l’information que l'on reçoit, surtout si elle provient vient des grands médias, vu qu'une véritable guerre médiatique et de propagande est en cours.

Qui se cache derrière l'Observatoire syrien des droits de l'homme ? RT mène l'enquête

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a constitué la première source d'information pour les nouvelles diffusées par les grands médias sur le champ de combat syrien. Mais que sait-on réellement de cette organisation basée au Royaume-Uni ? Le journaliste Nimrod Kamer s'y est rendu pour le découvrir.

Voir les images par ce lien
http://francais.rt.com/international/7722-medias-propagande-faux-russie-syrie

Les médias

D’après l’ancien analyste de la CIA Ray McGovern, il est extrêmement important d’être très prudent avec l’information que l'on reçoit, surtout si elle provient des grands médias, vu qu'une véritable «guerre de propagande est en cours».

Allez plus loin: Poutine : l’information sur des victimes en Syrie est apparue avant le décollage des avions russes

Qui se cache derrière l'Observatoire syrien des droits de l'homme ? RT mène l'enquête

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a constitué la première source d'information pour les nouvelles diffusées par les grands médias sur le champ de combat syrien. Mais que sait-on réellement de cette organisation basée au Royaume-Uni ? Le journaliste Nimrod Kamer s'y est rendu pour le découvrir.

Cet organisme d'information a été principalement repris dans les médias occidentaux depuis le début de la guerre civile dans le pays il y a quatre ans. L'organisation prétend avoir un solide réseau de contacts en Syrie qui transmet l’information au siège principal où elle est traitée et ensuite publiée sur le site et les comptes Facebook et Twitter.

En savoir plus : Sergueï Lavrov balaie les mythes sur les frappes russes en Syrie

Dès le début de la campagne antiterroriste menée par Moscou, la Russie a commencé à figurer dans les rapports de l’OSDH, et l’information a été rapidement reprise par les médias occidentaux. Un des derniers "scoops"de l'Observatoire a indiqué que «les avions de combat russes [ont tué] 30 civils à Homs y compris des femmes et des enfants».

Aller plus loin : Une guerre d’information ? La Russie accusée du meurtre de civils en Syrie


«Nous ne sommes pas une organisation médiatique», assure le dirigeant de l’OSDH


Le journaliste Nimrod Kamer s'est rendu dans la ville britannique de Coventry, où se trouve la maison de l’immigrant Rami Abdel-Rahman qui sert également de base à l’organisation et de source d’information depuis quatre ans pour plusieurs grands médias lorsqu’il s’agit de faits liés à la Syrie, y compris le taux de mortalité.

Personne ne sait exactement qui envoie l’information à Abdel-Rahman depuis la Syrie mais cette information ne cesse d'arriver, en général sur un ton très dramatique et avec très peu de détails.

Kamer s’est promené dans la ville en posant aux passants des questions sur Abdel-Rahman et sa location. Toutefois, personne n’a semblé savoir que la principale source sur les nouvelles de Syrie était leur voisin.

Les données de l'Observatoire syrienne

Les données de l'Observatoire syrien

Le journaliste n’a pas réussi à trouver le directeur chez lui. En appelant Abdel-Rahman sur son portable, il a appris qu’il était sorti pour faire des courses. Alors, le journaliste a expliqué qu’il espérait attraper le directeur de l’OSDH pour lui parler de son «organisation médiatique», le terme qu’Abdul-Rahman avait trouvé inconvenable.

«Je ne suis pas une organisation médiatique. Je travaille depuis chez moi», a expliqué le directeur de l’Observatoire qui semblait être particulièrement bouleversé. Il a également parlé du danger que représentait pour lui une interview, «il y a des gens qui veulent ma mort». Difficile d’identifier à qui il faisait allusion, de plus, l'homme n’était clairement pas dans un bon état d’esprit. Finalement, Abdel-Rahman a demandé à Kamer de lui présenter son nom de famille et des détails pour qu’il puisse les envoyer à la police.

«Lorsqu’on dirige une organisation médiatique il faut s'attendre à voir arriver des journalistes avec des questions, surtout si cette organisation est aussi douteuse et sans source…», a conclu le journaliste.


 

02/10/2015

Les frappes russes en Syrie. La propagande mensongère bat son plein ! Guerre de l'information en cours !

Comme nous devions nous y attendre, depuis l’annonce du début des frappes en Syrie, les malfaisants se sont préparés à diffuser des informations erronées visant à faire croire que la Russie avait touché des civils au cours de ses premiers bombardements !

C'est la guerre de l'information !

La Russie passe temps à démentir ces fausses accusations et Poutine a déclaré que ces rumeurs avaient déjà été propagées bien avant même que les frappes en Syrie ne débutent. C’est dire à quel niveau se situe la malveillance contre la Russie !

Nous vous mettons ci-dessous quelques articles, mais dans le futur, nous éviterons de donner de l’importance à ces calomnies qui sont diffusées sans preuves ou sur la base de photos qui n’ont rien à voir avec la situation actuelle ni les actions en cours menées par la Russie en Syrie.

Nous ne rentrerons pas dans leur jeu !

Frappes russes en Syrie : Moscou dénonce le Pentagone
Oct 01, 2015 08:03 UTC

Les frappes russes, en Syrie, dérangent le Pentagone

IRIB- En réaction au communiqué du Pentagone, selon lequel les positions de Daech n’ont pas été prises pour cible, au cours des frappes de la Russie, en Syrie, le Chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a souligné qu’il ne faut pas prêter attention aux allégations du Pentagone.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s’est attardé sur les récents propos, tenus par le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, sur le fait que la Russie n’avait pas pris pour cible les positions de Daech, en Syrie, avant de déclarer : «Aucune attention ne doit être prêtée aux allégations du Pentagone, sur les frappes aériennes russes»


Vidéo amateur montrant le prétendu résultat des frappes russes en Syrie

Une guerre d’information ? La Russie accusée du meurtre de civils en Syrie
1 oct. 2015 - Cela n’a pas pris longtemps aux réseaux sociaux pour être inondés de «preuves» sur les pertes civiles provoquées par la campagne antiterroriste russe en Syrie. Les affirmations ont tout de suite été reprises par les grands médias occidentaux.

 

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov

Sergueï Lavrov balaie les mythes sur les frappes russes en Syrie
1 oct. 2015 - Lors d’une conférence de presse au siège de l’ONU à New York, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a répondu aux questions des journalistes concernant les raids aériens russes en Syrie.

 

Le président russe Vladimir Poutine

Poutine : l’information sur des victimes en Syrie est apparue avant le décollage des avions russes

1 oct. 2015 - Les données sur les victimes présumées parmi les civils syriens causées par les raids aériens russes en Syrie sont apparues dans les médias avant même le début de leur première mission de combat, a déclaré le président russe Vladimir Poutine.

 

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov

Sergueï Lavrov juge "infondées" les accusations selon lesquelles la Russie n'aurait pas visé l'EI
1 oct. 2015 - Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a rejeté jeudi les doutes "infondés" des Occidentaux, selon lesquels la Russie n'aurait pas visé le groupe Etat islamique (EI) lors de ses premières frappes aérienne sur le territoire syrien.

 

 

Frappes russes en Syrie : Pourquoi les civils ne peuvent pas être touchés !

Nous avons déjà vu que les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustibles appartenant à l'EI.

Les pilotes russes travaillent en collaboration étroite à partir de leurs données mais aussi à partir de celles communiquées par l’Armée Syrienne et plus largement par l’Irak et l’Iran qui ont créé la coalition avec Moscou.

Compte tenu des moyens utilisés par la Russie, en science militaire, exposés ci-dessous, qui permettent d’atteindre des cibles précises,  nous ne voyons pas en quoi des civils pourraient être touchés par les frappes russes.  
 

La Russie a créé en Syrie un redoutable système de collecte et de traitement de l’information

 

La Russie a créé en Syrie un redoutable système de collecte et de traitement de l’information

Le but de la science militaire est de chercher à s’assurer la maîtrise du combat par la localisation en temps réel des combattants ennemis, leur équipement et leurs intentions matérialisées par leurs manœuvres dans l’espace et le temps. L’avantage des avions de reconnaissance est qu’ils couvrent intégralement le théâtre d’opérations militaires, comme le territoire de la Syrie. Les opérations de l’armée syrienne qui se sont effectuées jusqu’à présent sans l’utilisation de drones (avions sans pilote) avec caméras thermo-vision dans l’infrarouge ou capteurs divers ont lamentablement échoué.

La doctrine des armées modernes, ainsi que celle de la Fédération de Russie prévoit de se faire une image complète du théâtre des opérations de la Syrie, de créer et d’exploiter un programme complexe, basé sur trois niveaux de collecte et de traitement des données. À cela, il faut ajouter des informations recueillies par les satellites d’observation militaires russes, équipés de capteurs de divers types.

Le premier niveau se rapporte à la sécurisation de chaque base où sont cantonnées les troupes russes en Syrie (aéroport de Lattaquié, le port de Tartous et Lattaquié). Ceci est assuré par 4-6 Mini drones (avions sans pilote) de type ZALA 421-08 (Strekoza). Ceux-ci sont utilisés par les unités de sécurité des bases russes, strictement pour éviter une attaque de rebelles syriens par surprise. Ces avions sont ultralégers, silencieux, avec un moteur électrique et un rayon d’action jusqu’à 30 km. Parallèlement à cela, le dispositif de surveillance des périmètres autour des bases russes est doté de drones de type MRK-46. Toutes les bases russes de la Syrie ont des dispositifs mobiles anti-aériens Pantsir-S1 et Tor, comme l’a précisé le commandant des forces de l’OTAN en Europe, le Général Philippe Breedlove.


 

Le deuxième niveau est axé sur la recherche des cibles pour les missions ultérieures et repose sur 36 drones type Yakovlev Pchela-1T et Orlan-10 (similaire à l’américain RQ-7 Shadow) volant à une altitude de 2 500-3 600 m. Ces drones sont équipés de dispositifs électro-optiques dans le spectre infrarouge, ce qui leur permet de voler de jour comme de nuit. Leur mission est de permettre la détection de tout rebelle syrien dans un rayon de 60 km autour des dispositifs offensifs russes.


Dans un précédent article, j’ai parlé des avions sans pilote de reconnaissance Pchela-1T, lancé de l’aéroport de Bassel Al-Assad, pour des vols de reconnaissance dans le Nord-Est de la région de Lattaquié.

Les troupes au sol russes entrent en action en Syrie

Les sous-unités de chars russes (des photos prises par satellite montrent au moins 9 chars T-90S à l’aéroport de Lattaquié) possèdent 4-6 drones de reconnaissance Dozor 600 ou Altius, similaires aux MQ-1B Predator américains. Ces avions font partie du deuxième niveau de surveillance, leur rayon d’action couvrant le territoire entier de la Syrie. L’avion est équipé d’un capteur de mouvements SAR (Synthetic Aperture Radar), capable de détecter une cible en mouvement, et de distinguer l’ombre d’un homme se déplaçant de quelques dizaines de centimètres, et ce à une distance de plus de 700 m. Le Dozor est équipé de deux poutres dans les ailes où on peut accrocher deux missiles guidés par faisceaux laser, deux lanceurs de roquettes ou 6 bombes de 20 kg.


Pour ce deuxième niveau, les unités de l’armée russe coopèrent avec l’armée syrienne pour détecter et surveiller en permanence les groupes de rebelles pour déterminer leurs points faibles. Les commandants Syriens et Russes déterminent ensemble le meilleur moment pour les détruire.

culegere-informatii

Le troisième niveau de la collecte et du traitement des données des observations est étroitement lié aux troupes offensives au sol, dont un escadron composé de 16 hélicoptères de soutien Mi-24PN, Mi-35M et Mi-8AMTSh. Les capteurs de contrôle de tir et de surveillance des hélicoptères sont montés dans un carénage spécial qui contient une caméra TV de jour, une pour l’empreinte thermique pour la nuit, un petit radar dans la gamme millimétrique, et un émetteur de faisceau, avec télémètre laser pour diriger les armes de haute précision. Pour éviter que ces hélicoptères se fassent descendre par les avions israéliens et ceux de la coalition anti-ISIS dirigée par les Etats-Unis, ils disposent d’équipements de contre-mesures électroniques type Richag-AV.

Le troisième niveau de la collecte et de traitement des données de surveillance englobe les avions de reconnaissance ELINT à grand rayon d’action, avec un équipage spécialisé à bord. La Russie dispose d’environ 20 avions de type Il-20M1 qui ont un rayon d’action de 6 500 kilomètres et un plafond de 11,800 m. Un avion russe Il-20 M1, dont l’arrivée en Syrie n’avait pas été détectée, a été photographié par satellite à l’aéroport de Lattaquié.

Comment les avions de combat russes sont-ils arrivés en Syrie sans que personne ne s’en aperçoive ?

La partie inconnue que ne verront jamais les photos par satellite dans le dispositif russe en Syrie, autrement plus importante que l’avion, est constituée par le système de commandement Hi-Tech automatisé de type C4I de l’Etat-Major, qui englobe les fonctions suivantes : commandement, contrôle, communications, ordinateurs, informations et interopérabilité.

punct-de-comanda

Les systèmes C4I réunissent les dernières générations de microprocesseurs et de matériel de communication par satellite, intégrant des capteurs de détection et de guidage. Ils disposent, en outre, d’installations de mémoire et de serveurs propres avec des puissances de traitement de dernière génération, et sont sécurisés par cryptage numérique dans toute la gamme de fréquences, rendant impossible tout brouillage. Le C4I répartit automatiquement les cibles détectées par structure de reconnaissance vers chaque système de frappe terrestre russe et syrien (pièce d’artillerie, char, missile), ou vers ceux placés à bord de navires ou d’avions, en fonction de leur rayon d’action.

 Valentin Vasilescu

Traduction Avic – Réseau International

http://www.ziaruldegarda.ro/rusia-si-a-creat-in-siria-un-...