Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2016

Meyer Habib : "Une soixantaine de députés à l’Assemblée nationale" ont le passeport franco-israélien

Entre les lobbies sionistes, les merdias aux ordres des lobbies et les députés franco-israéliens à l'Assemblée Nationale et ailleurs, vous avez compris pourquoi, la France qui est occupée de l'intérieur est entraînée dans des guerres messianiques qui ne concernent pas les français !

Occupation décomplexée ou erreur de calcul ?

Meyer Habib : "Une soixantaine de députés à l’Assemblée nationale" ont le passeport franco-israélien

Interview de Meyer Habib, par Audrey Pulvar sur la chaîne i>Télé le 15 février 2015, où le député UDI des Français de l’étranger confirme qu’il possède un double passeport franco-israélien, « comme une soixantaine de députés à l’Assemblée nationale »... 

Israël "est le certificat de survie du peuple juif" pour Meyer Habib

https://www.youtube.com/watch?v=9kZ_4IcaLEE


 

Ajoutée le 15 févr. 2015

Meyer Habib, député UDI des Français de l'étranger, était l'invité d'Audrey Pulvar dimanche soir. Il a réagi aux propos de Benjamin Netanyahu appelant les juifs d'Europe à immigrer en Israël. Selon Meyer Habib, "l'écrasante majorité des Français juifs resteront en France" même si ils sont nombreux à avoir peur. Le député estime que "le sionisme ne doit pas être une solution dans une situation d'angoisse mais un choix politique". Il a déclaré que "beaucoup de gens auraient aimé qu'Israël existe en 1939", "l'Etat juif est le certificat de survie du peuple juif".

 

Le dernier qui dit la vérité !

France Lobbies
 

« Où sont les intellectuels qui se « mobilisent » pour toutes les causes possibles et imaginables, pourvu qu’elles concernent des droits autres que ceux de leur propre peuple ? Où sont les Onfray, Debray, Polony, Badiou, Plenel, Sapir, Todd, Lordon, Ruffin ? Comment les Zemmour, Finkielkraut, E. Lévy, Fourest, Causeur, Valeurs actuelles, Marianne, osent-ils encore prétendre que ce sont les islamistes qui limitent nos libertés ? » [Jean Bricmont]

jean-frederic-poisson-2Interventions de Jean-Frédéric Poisson à l’Assemblée


 

Le dernier qui dit la vérité !

Jean-François Poisson a dit des choses évidentes : Hillary Clinton est liée à Wall Street et aux groupes de pressions (aussi connus sous le nom de lobby) pro-israéliens. Et face à des groupes aussi puissants, la différence entre lié et soumis n’est pas très grande. Plus juste encore, M. Poisson a souligné que cette situation était mauvaise pour la France.

Pour se convaincre de la justesse des propos de M. Poisson, il suffit de lire les révélations de Wikileaks, ou d’écouter les discours de Mme Clinton devant l’Aipac, ou de lire Hillary Clinton, la reine du chaos de Diana Johnstone (qui cite entre autre Haim Saban, un milliardaire sioniste, disant qu’il donnera tout l’argent nécessaire pour qu’Hillary Clinton soit élue) ou le livre de J. Mearsheimer et S Walt, Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine qui démontre l’influence déterminante de ce lobby sur la politique américaine au Moyen-Orient.

Immédiatement, comme dans toutes les « affaires » précédentes (en vrac : Faurisson, Chomsky, Le Pen, Gollnish, Mermet, Morin, Siné, Garaudy, l’abbé Pierre, Dieudonné, Soral,…)[1] c’est l’hallali : le coupable est cloué au pilori, mis dans l’incapacité de se défendre, et sommé de s’excuser. Et ses excuses ne serviront à rien. En matière de délit d’opinion en France, c’est « ni oubli, ni pardon ».

Ce qui est le plus choquant dans cette affaire, comme dans toutes les autres questions liées à la liberté d’expression, c’est l’absolue trahison des clercs. Qui osera dire un mot pour permettre à M. Poisson de s’exprimer ? Qui oserait organiser un débat public et contradictoire sur l’influence du sionisme dans nos sociétés ? Tous ceux qui s’en vont répétant que « le silence est complice » se taisent.

Où sont les intellectuels qui se « mobilisent » pour toutes les causes possibles et imaginables, pourvu qu’elles concernent des droits autres que ceux de leur propre peuple ? Où sont les Onfray, Debray, Polony, Badiou, Plenel, Sapir, Todd, Lordon, Ruffin ? Comment les Zemmour, Finkielkraut, E. Lévy, Fourest, Causeur, Valeurs actuelles, Marianne, osent-ils encore prétendre que ce sont les islamistes qui limitent nos libertés ? Où sont les souverainistes ? Où sont les défenseurs des droits de l’homme, les « pro-palestiniens », les « anti-capitalistes », les écologistes radicaux, les décroissantistes ? Que dit Le Monde Diplomatique ? Peut-on réellement croire que l’on va opérer des transformations radicales dans un pays où l’on a abandonné un des acquis les plus fondamentaux de la Révolution française, à savoir la liberté de dire ce que l’on pense. A quoi bon lutter pour que la France récupère sa souveraineté face à l’Europe si c’est pour qu’elle reste soumise à un groupuscule servant les intérêts d’un État du Moyen-Orient ?

Les intellectuels français adorent se focaliser sur des sujets « autorisés », où l’on peut se donner l’illusion d’être subversif sans prendre aucun risque : taper sur l’Islam, bien sûr, en prétendant « défendre la laïcité », mais aussi, si l’on est « de gauche », critiquer le catholicisme, célébrer les luttes du passé (de la révolution française aux années 60), élaborer des utopies, condamner le néo-libéralisme, faire de la « critique culturelle », attaquer la science et ses applications (OGM, nucléaire, pesticides), ou « lutter » contre le fascisme, le racisme, l’homophobie, le sexisme, et, last but not least évidemment, l’antisémitisme.

Et si l’on est « de droite », on peut aussi s’adonner aux joies de la pseudo-subversion en attaquant le mariage gay, la théorie du genre, la « féminisation » de la société ou le multiculturalisme.

Mais je ne conseille à personne de contester la ligne du parti sur la résistance armée palestinienne, la « révolution » ukrainienne, la « révolution » syrienne (notons à ce sujet que, d’après Wikileaks, Hillary Clinton veut renverser Assad pour le bien d’Israël), la « nécessité » de la construction européenne, les guerres humanitaires, ou sur Poutine, Assad, l’Iran et Trump. Ne serait-ce que discuter de la liberté d’expression lorsqu’il s’agit de sa répression par les lois « contre la haine » ou « contre la  négation de l’histoire » est encore plus risqué.

Ceux qui ne le croient pas n’ont qu’à essayer, juste pour voir : ils se verront aussitôt boycottés par les médias, désinvités de conférences si pas victimes d’interdictions professionnelles. On pourrait remplir un assez gros volume avec toutes les « mésaventures » de ceux qui ont franchi certaines lignes colorées.

La France est un triste pays où l’on adore célébrer la Résistance mais où personne ou presque n’a le courage de défendre les libertés les plus élémentaires, même les siennes. Cependant,contrairement à l’occupant pendant la guerre, le CRIF et la LICRA n’ont ni armée, ni moyens de torture, ni camps. Leur pouvoir dépend uniquement de l’infinie lâcheté des intellectuels, des journalistes et des politiques.

Ceux qui pensent que cette censure omniprésente est « bonne pour les juifs » se font de sérieuses illusions : de plus en plus de gens répètent la phrase attribuée à Voltaire : « si vous voulez savoir qui a le pouvoir, demandez-vous qui vous ne pouvez pas critiquer ». Quand j’ai cité cette phrase dans une émission de Taddéi consacrée à Dieudonné, J.-F. Kahn m’a dit qu’elle était antisémite ! Mais qui l’a rendue antisémite ? Elle ne l’était surement pas à l’époque de Voltaire.

Le lobby pro-israélien est un tigre de papier : si un peu plus de gens avaient le courage de l’affronter et s’ils étaient solidaires entre eux, il s’effondrerait demain et le soutien à Israël s’effondrerait peu après. Mais la France est comme l’Italie des années 50, avec le lobby pro-israélien jouant ici le rôle que jouait là l’Eglise. Quand la révolte viendra-t-elle ? Est-ce que, par une subtile ironie de l’histoire, les vérités évidentes proférées par un catholique réactionnaire pourraient être l’étincelle qui mettra le feu à la plaine ?

Jean Bricmont | Publié le 24 octobre 2016 | Arrêt sur Info

bricmont

[1]  Voir pour plus de détails sur ces affaires La République des censeurs L’Herne, Paris 2014.

Lire aussi: http://www.silviacattori.net/article5390.html

Source: http://arretsurinfo.ch/le-dernier-qui-dit-la-verite/

 

 

Le complot judéo-maçonnique n’existe pas !

le-complot-judc3a9o-mac3a7onnique-nexiste-pas.jpg

Jean-Frédéric Poisson : Le CRIF voudrait-il faire capoter l'enquête sur le financement de Daesh en Syrie et au Moyen-Orient ?

On pourrait se le demander !

Vous avez très certainement entendu parler de la charge qui est portée actuellement contre Jean-Frédéric Poisson – Député, Présidentiable et Président du Parti chrétien démocrate pour avoir dénoncé la soumission de Clinton aux financiers de Wall Street et des lobbies sionistes.

Un secret de Polichinelle que tout le monde connaît et que Khillary Clinton évoque elle-même dans les mails qui ont été dévoilés par Wikileaks, ce qui comme par hasard heurte le CRIF qui demande des sanctions exemplaires contre le soi-disant calomniateur.

Poisson accusé d'antisémitisme pour avoir parlé de la «soumission» de Clinton «au lobby sioniste»  Le candidat à la primaire des Républicains est dans le collimateur du CRIF après avoir critiqué Hillary Clinton sur ses relations avec Wall Street et les lobbies pro-israéliens. L'organisation demande des sanctions exemplaires.

Air connu !

Il suffit d’aller jeter un  coup d’œil sur ces deux liens pour comprendre qu’il a mille fois raison de dénoncer ce lobby sioniste américain auprès duquel tous les candidats aux élections présidentielles US doivent faire allégeance s’ils veulent être admis à se présenter :  

L’AIPAC, le lobby sioniste Israélien, définit la politique étrangère US pour le proche orient (Vidéo) ;

 [Vidéo] discours pro-israélien attendu d'Hillary Clinton à l'AIPAC.

 

Ce lobby sioniste AIPAC s’affiche de lui-même en tant que tel sur son site internet.

 

Aipac Logo.jpg

Aipac 2.jpg

 

Donc, si nous comprenons bien, ce lobby s’affiche clairement, mais cela heurte la sensibilité du CRIF et la charge continue :

Poisson «injurié» par les accusations d'antisémitisme, NKM saisit la Haute Autorité de la primaire ; #Communiqué - Le Crif demande à la Haute autorité des primaires de la droite et du centre une condamnation ferme des propos de Jean Frédéric Poisson ; Primaire de la droite : vers une exclusion de Jean-Frédéric Poisson ?; Poisson se défend : Après ses propos sur Hillary Clinton, Jean-Frédéric Poisson dénonce un "vif acharnement" ; il va même jusqu’à demander des excuses : Poisson demande pardon à la communauté juive de France après ses propos sur les «lobbies sionistes» ; mais France: malgré ses excuses, Poisson risque l'exclusion de la primaire de la droite

Il est vrai que les propos de Jean-Frédéric Poisson ont dérangé la caste mafieuse que nous avons au pouvoir qui est pro americano-sioniste et tant il est vrai qu’Hollande et Ayrault ont osé inciter à voter pour Clinton. François Hollande souhaite une victoire d'Hillary Clinton Blaguant sur la présidentielle américaine, le chef de l'Etat a donné en creux sa préférence à la candidate démocrate Hillary Clinton. Ayrault souhaite que Clinton soit élue afin de durcir la politique américaine en Syrie Interviewé à la radio, le chef de la diplomatie française a laissé entendre qu'il espérait que la candidate démocrate à la Maison Blanche l'emporte sur son rival républicain et se montre plus ferme vis-à-vis de Bachar el-Assad que le président Obama.

Pendant que les charognes s’acharnent sur lui, vilipendé par le CRIF, les sionistes et les merdias aux ordres des lobbies niant l’existence de ce lobby, Jean-Frédéric Poisson victime du lobby-qui-n’existe-pas, et qu’ils ont fait la totale impasse sur les crimes commis par Hollande, dont un député a évoqué sa destitution suite à ses : Révélations d'assassinats ciblés par drone : la destitution de Hollande évoquée par un député , l’affaire de Jean-Frédéric Poisson tombe à point nommé pour détourner l’attention des français du constat désastreux du mandat présidentiel d’Hollande pour faire tomber l’affaire dans l’oubli et surtout pour faire l’impasse sur la réelle personnalité de Jean-Frédéric Poisson, ses implications civiles et politiques, et sur les dossiers sensibles dont il a la charge.

 

Voyons un peu qui est Jean-Frédéric Poisson. Sa biographie sur son site : http://jfpoisson2016.fr/biographie/

 

1.  Il est président du Parti chrétien démocrate et il s’affiche comme étant un insoumis. Deux péchés capitaux qui sont très mal vus en France avec la laïcité qui a été inventée par la secte judéo-maçonnique qui est au pouvoir depuis la révolution dite française,

 

2.   Il s’implique pour la cause et pour le devenir des chrétiens en Syrie. Là, aussi comme les sionistes doivent s’accaparer la Syrie pour l’absorber dans leur projet d’instauration de leur Grand Israël, ils se fichent des Chrétiens Syriens et ceux du Moyen-Orient, comme de leur première tétine,

 

 

3.   Il aime la France et il tire la sonnette d’alarme sur la situation au Proche-Orient.« Cette guerre est le conflit religieux du siècle », prévient Poisson, qui, évoquant également le sort des chrétiens, accuse : « La France fait passer ses intérêts énergétiques avant les considérations civilisationnelles. » Il se veut également critique à l’égard de notre diplomatie : « La politique étrangère française est devenue un curieux cocktail de “business first”, de “droit-de-l’hommisme” et d’impuissance […]. La ligne politique qui a triomphé est vraisemblablement la ligne russe, et la France n’a pas regagné un centimètre de terrain », et d’affirmer sans ambages : « Les gouvernements français se sont peu à peu alignés sur les volontés américaines. » Il a écrit un livre à ce sujet qui est un cri du cœur « Notre sang vaut moins cher que leur pétrole ! » La France à l’épreuve du Proche Orient.

 

4.   Il apprécie donc la politique extérieure de Vladimir Poutine. Là, rien ne va plus !

 

5.   Il cherche à comprendre ce qui se passe réellement sur le terrain et il s’est déplacé en Syrie où il a été reçu par deux fois par Bachar Al-Assad. Exclusif - Bachar el-Assad à JF. Poisson : « Où sont les grands hommes d'Etat Français ? » ; Syrie: Le député Jean-Frédéric Poisson reçu par Bachar Al-Assad ; Là, ça ne va plus du tout, parce que nous avons droit à la sérénade sioniste depuis 5 ans : « Assad doit partir » !

 

6.  Il critique ouvertement la politique du gouvernement en Syrie : Jean-Frédéric Poisson : "Les choix du gouvernement français participent à la déstabilisation de la Syrie" ; J-F. Poisson : «Les socialistes français ne comprennent pas ce qui se passe au Moyen-Orient»  Quels que soient les désaccords entre la Russie et la France, le but premier doit être «de battre Daesh», et il faut donc consolider les efforts sans «perdre de temps», estime le député et candidat à la primaire de la droite Jean-Frédéric Poisson.

 

7.  Et le meilleur pour la fin : Il est le Président de la mission d’information « portant sur les moyens dont bénéficie l’organisation terroriste Daech (État islamique) » dont l’Assemblée nationale a décidé la création le 1er décembre 2015, et il est censé trouvé les filières du financement de Daesh.  La nouvelle diplomatie française au Moyen-Orient - A. RASTBEEN ;  Colloque International : le financement du terrorisme L’Académie de Géopolitique de Paris organise le 22 octobre 2016, de 14h à 19h à la Sorbonne un colloque international intitulé : " L'oubli du paramètre géopolitique au Moyen-Orient : le cas du financement du terrorisme ".

 

Qui dit rechercher le financement des mercenaires de Daesh, ISIS et Cie dit fatalement tomber sur les lobbies qui financent le terrorisme dans le monde !

Le jouet de l'Empire : ISIS/DAESH/DAECH/EI. création, financement, armement.

Poutine balance tout sur l’ISIS et les Etats-Unis

Le Mossad et ses amis du "Golfe". D'étroits liens entre le renseignement israélien et les pays arabes

 

Il faut donc nécessairement l’éliminer de la course à la présidentielle et de sa mission à l’Assemblée Nationale en le faisant passer pour un antisémite !

 

Sa mission à l’ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 13 juillet 2016 RAPPORT D’INFORMATION FAIT en application de l’article 145 du Règlement AU NOM DE LA MISSION D’INFORMATION sur les moyens de Daech (1) TOME I Président M. Jean-Frédéric POISSON Rapporteur M. Kader ARIF 

Députés : La mission d’information sur les moyens de Daech est composée de : M. Kader Arif, M. François Asensi, M. Gérard Bapt, M. Xavier Breton, M. Guy-Michel Chauveau, M. Alain Claeys, M. Jean-Louis Destans, M. Olivier Falorni, M. Olivier Faure, M. Yves Fromion, M. Hervé Gaymard, M. Jean-Marc Germain, M. Claude Goasguen, Mme Geneviève Gosselin-Fleury, M. Meyer Habib, M. Benoît Hamon, M. Serge Janquin, M. Jean-François Lamour, Mme Sandrine Mazetier, M. Jean-Claude Mignon, M. Alain Moyne-Bressand, M. Jacques Myard, M. Jean-Claude Perez, M. Jean-Frédéric Poisson, M. Axel Poniatowski, M. Joaquim Pueyo, Mme Marie Récalde, M. Eduardo Rihan Cypel, M. François Rochebloine, M. François de Rugy. SOMMAIRE Pages INTRODUCTION 9 PREMIÈRE PARTIE : LA GENÈSE DU PHÉNOMÈNE DAECH

 

Le seul hic, ici, parmi les députés de la mission, se trouvent non seulement des Francs-maçons, Liste de francs-maçons du Parti Socialiste, mais notamment, l’espion du régime sioniste, le député franco-israélien :  Mayer Habib, numéro deux du Crif et « ami intime » de Benjamin Netanyahu, qui a été élu à l’Assemblée nationale suite aux élections législatives partielles de la 8e circonscription des Français de l’étranger. Petit aperçu de sa position à l’égard d’Israël : Meyer Habib, ce Français de l’étranger, et il semblerait qu’il y ait 60 députés à l’assemblée qui ait des passeports franco-israéliens.

 

Quelques pépites :

 

Occupation décomplexée ou erreur de calcul ? Meyer Habib : "Une soixantaine de députés à l’Assemblée nationale" ont le passeport franco-israélien

Quand le Petit Journal fait son travail sur i24news et l’empire Drahi Meyer Habib : "Si elle est pro-israélienne, c’est certainement une bonne chaîne"

Une République d’intérêts communautaires et étrangers Meyer Habib : "Je suis français, mais mon ADN est aussi juif et sioniste"

Meyer Habib parle hébreu à l’Assemblée nationale et s’en vante à la synagogue ;

Élu du peuple et peuple élu : Coup de fil musclé entre le député Meyer Habib et un policier parisien

Jean Glavany à Meyer Habib : "Parfois je me demande si vous êtes du Parlement français ou du Parlement israélien" ;

Peut-on servir à la fois la France et Israël ? Le discours 200 % sioniste et pas très laïc de Meyer Habib

Meyer Habib, ou quand un député français confond l’Assemblée nationale et la Knesset

 

Vous aurez compris pourquoi Jean-Frédéric Poisson est attaqué et pourquoi la France mène la politique extérieure et intérieure, américano-sioniste, et que nous sommes entraînés dans des guerres messianiques qui ne nous concernent pas.

Il faut espérer que ce député ne soit pas lynché par cette clique guerrière qui occupe la France de l’intérieur.

Quelques éléments complémentaires, ci-dessous :

 


Le site de Jean-Frédéric Poisson : http://jfpoisson2016.fr/biographie/

Jean-Frédéric Poisson victime du lobby-qui-n’existe-pas

20 octobre 2016 par Lionel

Hier, nous nous inquiétions de la liberté d’expression qui se réduit tous les jours un peu plus, et la judiciarisation toujours plus pesante du débat public. Hélas, chaque jour qui passe vient nous apporter de nouvelles preuves. Cette fois-ci, c’est un candidat à la primaire Les Républicains, parti consensuel s’il en est, qui en a fait les frais. Pourtant, vous allez le voir, il n’y a pas de quoi fouetter un chat, mais les bâilloneurs sont très susceptibles et il en faut très peu pour les faire sortir de leurs gonds.

http://www.ville-beziers.fr/wp-content/uploads/2016/09/poisson.jpg

Ainsi, dans une interview dans le cadre de la primaire des Républicains, Frédéric Poisson était invité à donner son opinion sur les élections américaines. Poisson a émis des réserves au sujet d’Hillary Clinton, jusque là, rien que de très normal, mais là où certains voient un scandale, c’est à cause des raisons qu’a fournies Poisson : En effet, ce dernier a jugé « dangereuses pour l’Europe et la France » la « proximité » de la candidate démocrate « avec les super-financiers de Wall Street » et sa « soumission aux lobbies sionistes ».

Il n’en a pas dit plus, mais c’en est trop pour certains. Plutôt que de réfuter les dires de Poisson avec des arguments et ainsi opposer arguments contre arguments comme cela devrait être dans un débat qui cherche la vérité, un certain lobby a sonné l’hallali : Le CRIF a publié un communiqué jugeant que ces « propos abjects » et « nauséabonds » méritent une « sanction exemplaire » et une « condamnation ferme » de la part de la commission d’organisation de la primaire de la droite et du centre. Pas moins.

On devrait penser que le parti Les Républicains viendrait en aide à l’un de ses candidats, bassement attaqué par un lobby que l’on n’a pas le droit de nommer car, paraît-il, ce lobby n’existe pas. Eh bien, c’est exactement l’inverse qui s’est passé, ce parti se couchant littéralement devant le diktat du lobby-qui-n’existe-pas. Ainsi, Thierry Solère, président de ladite commission, a donné raison au Crif dans la foulée, faisant fi de la neutralité dont il est supposé être. « En tant que député de Boulogne/Boulogne-Billancourt, je condamne avec la plus grande force les propos de Jean-Frédéric Poisson », affirme-t-il, ajoutant que l’expression « lobby sioniste (…) nourrit les thèses conspirationnistes et a un caractère insidieusement antisémite. » Soyons sûrs que les autres candidats à la primaire partagent l’avis de Solère.

Quant à Poisson, s’il a arrondi les angles (jugeant maladroite la formulation), il n’a pas renié le fond de sa pensée, ce qui est à son honneur.


Après ses propos sur Hillary Clinton, Jean-Frédéric Poisson dénonce un "vif acharnement"

Jean-Frédéric Poisson, le septième homme de la primaire de la droite et du centre, s'est expliqué ce vendredi après ses propos sur Hillary Clinton, soumise selon lui aux lobbies sionistes. "Si effectivement j'avais moins bien réussi le débat de la semaine dernière, probablement que l'acharnement contre moi ne serait pas aussi vif", a-t-il dénoncé avant d'exprimer sa "tranquillité" face aux "polémiques du jour". Le député des Yvelines a notamment prononcé des excuses à demi-mot, déclarant "regretter d'avoir blessé" ceux à qui il s'est adressé, mais réclamant "le droit en tout état de cause de parler en vérité des enjeux internationaux, y compris lorsque ça met au jour des choses qui sont difficiles".

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/apres-ses-propos-s...

 


Notre sang vaut moins cher que leur pétrole - La France à l'épreuve du Proche-Orient.

Jean-Frédéric Poisson

image notre-sang-vaut-moins-cher-que-leur-petrole-9782268082011

Date de parution : 23.06.2016

EAN : 9782268082011

Nombre de pages : 192

LIRE UN EXTRAIT TÉLÉCHARGER LA COUVERTURE  

Catégorie : Géopolitique

Présentation :

« Notre sang vaut moins cher que leur pétrole ! »

Ce cri de détresse illustre l'abandon du Proche-Orient par la France. C'est l'extermination des chrétiens d'Orient que l'on pleure.


Jean-Frédéric Poisson a le courage de se rendre sur place contre la bien-pensance de l'establishment. Libye, Maroc, Turquie, Arabie saoudite, Liban, Égypte, Syrie, Irak.
… Il rencontre les réfugiés, les communautés chrétiennes, les bénévoles engagés et les autorités religieuses et politiques. Il est reçu à deux reprises par Bachar el-Assad.


Après plusieurs mois de travail intensif, Jean-Frédéric Poisson accuse.


La soumission de la France aux monarchies pétrolières, l'ignorance, la désinvolture et l'immobilisme de nos responsables publics, nos alliances avec le Qatar et l'Arabie saoudite, tout ceci met en danger la France. Objectivement, en responsabilité, Jean-Frédéric Poisson dresse un constat  de la place de la France en Orient et propose une diplomatie enracinée et ambitieuse.


Cet ouvrage met en lumière les errements de nos gouvernants successifs. Le lecteur découvre  la place essentielle que la  France a perdue dans tous ces pays. Il réalise que c'est une part de notre avenir qui se joue là-bas. Jean-Frédéric Poisson est titulaire d'un doctorat de philosophie et d'un master de droit social. Il est député de la 10e circonscription des Yvelines et président de la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur les moyens et le financement de Daech. Élu local, il est président du Parti chrétien démocrate.


Auteur de plusieurs essais,
Bioéthique, l'homme contre l'homme paru aux Presses de la Renaissance est l'un des plus marquants.


Le “J’accuse” de Poisson

http://www.valeursactuelles.com/sites/default/files/styles/va-article/public/jean-frederic_poisson_brt1_01_01_01.jpg?itok=gNYOiV2j

Coulisses. Il a couché sa colère sur papier. Dans son ouvrage Notre sang vaut moins cher que leur pétrole (Éditions du Rocher), le candidat à la primaire de la droite Jean-Frédéric Poisson, également président du Parti chrétien-démocrate, tire la sonnette d’alarme sur la situation au Proche-Orient.

« Cette guerre est le conflit religieux du siècle », prévient Poisson, qui, évoquant également le sort des chrétiens, accuse : « La France fait passer ses intérêts énergétiques avant les considérations civilisationnelles. » Il se veut également critique à l’égard de notre diplomatie : « La politique étrangère française est devenue un curieux cocktail de “business first”, de “droit-de-l’hommisme” et d’impuissance […]. La ligne politique qui a triomphé est vraisemblablement la ligne russe, et la France n’a pas regagné un centimètre de terrain », et d’affirmer sans ambages : « Les gouvernements français se sont peu à peu alignés sur les volontés américaines. »


Jean-Frédéric Poisson : "Les choix du gouvernement français participent à la déstabilisation de la Syrie"

REPLAY / INVITÉ RTL - Le député chrétien-démocrate, accompagné de deux autres élus, a rencontré le président syrien à Damas pour discuter de la crise syrienne. Le gouvernement de François Hollande a coupé ses relations diplomatiques avec le régime syrien depuis le début du conflit. Le président du Parti chrétien-démocrate, Jean-Frédéric Poisson, a effectué un aller-retour à Damas en compagnie des députés Véronique Besse et Xavier Breton pour rencontrer le président syrien Bachar al-Assad. Alors que François Hollande a coupé toute relation diplomatique avec Damas depuis le début de la guerre civile syrienne, le député des Yvelines est persuadé qu'il faut composer avec le régime syrien pour mettre fin à la crise : "La situation en Syrie c'est soit Daesh, soit Assad."

"Le but de ce voyage, ce n'est pas de soutenir ou pas Bachar al-Assad.", assure le successeur de Christine Boutin à la tête des Chrétiens démocrates, mais de "mieux comprendre la situation syrienne". Jean-Frédéric Poisson souligne que la situation syrienne impacte directement la France, avec la crise migratoire que traverse actuellement l’Europe. La France préfère soutenir l'Arabie saoudite qui décapite, qui condamne à mort et qui coupe des mains plutôt que d'essayer de trouver des solutions en Syrie.


J-F. Poisson : «Les socialistes français ne comprennent pas ce qui se passe au Moyen-Orient»  Quels que soient les désaccords entre la Russie et la France, le but premier doit être «de battre Daesh», et il faut donc consolider les efforts sans «perdre de temps», estime le député et candidat à la primaire de la droite Jean-Frédéric Poisson.

Exclusif - Bachar el-Assad à JF. Poisson : « Où sont les grands hommes d'Etat Français ? » Coulisses. De retour de Damas, où il a rencontré pour la deuxième fois — avec les députés Xavier Breton et Véronique Besse — le président syrien, Bachar al-Assad, Jean-Frédéric Poisson se dit « remonté » contre « l’aveuglement dont la France fait preuve ». Le président du Parti chrétien-démocrate (PCD), candidat à la primaire de la droite et du centre, a confié à Valeurs actuelles s’être rendu en Syrie « parce que personne n’a le courage de le faire » : « Ce qui se passe [là-bas] concerne très directement la France, je n’ai plus confiance dans les politiques français de gauche comme de droite pour apporter une solution », assure-t-il. S’il a décidé d’aller à la rencontre du chef de l’État syrien, c’est aussi pour rappeler à l’opinion publique française qu’il « faut parler avec Bachar pour résoudre la crise et la transition démocratique ».

Syrie: Le député Jean-Frédéric Poisson reçu par Bachar Al-Assad DIPLOMATIE Le député Chrétien-démocrate succède à plusieurs parlementaires français qui avaient rencontré le dirigeant syrien en février… Le député Chrétien-démocrate (allié au parti Les Républicains) Jean-Frédéric Poisson a été reçu par le dirigeant syrien contesté Bachar al-Assad, dans le cadre d’une tournée au Proche-Orient, rapporte Le Figaro dimanche. L’échange a duré 80 minutes dans le palais présidentiel à Damas et s’est « très bien passé » selon l’élu. A Paris, seul le président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale Christian Jacob, et le député Jacques Myard étaient au courant de cette visite.


François Hollande souhaite une victoire d'Hillary Clinton Blaguant sur la présidentielle américaine, le chef de l'Etat a donné en creux sa préférence à la candidate démocrate Hillary Clinton.

Ayrault souhaite que Clinton soit élue afin de durcir la politique américaine en Syrie Interviewé à la radio, le chef de la diplomatie française a laissé entendre qu'il espérait que la candidate démocrate à la Maison Blanche l'emporte sur son rival républicain et se montre plus ferme vis-à-vis de Bachar el-Assad que le président Obama.


Poisson accusé d'antisémitisme pour avoir parlé de la «soumission» de Clinton «au lobby sioniste» Le candidat à la primaire des Républicains est dans le collimateur du CRIF après avoir critiqué Hillary Clinton sur ses relations avec Wall Street et les lobbies pro-israéliens. L'organisation demande des sanctions exemplaires.

 

Poisson «injurié» par les accusations d'antisémitisme, NKM saisit la Haute Autorité de la primaire Alors que la polémique fait rage autour des propos de Jean-Frédéric Poisson sur les «lobbies sionistes» américains, la droite est montée au créneau, Nathalie Kosciusko-Morizet en tête, pour dénoncer des paroles jugées «antisémites». 

 

#Communiqué - Le Crif demande à la Haute autorité des primaires de la droite et du centre une condamnation ferme des propos de Jean Frédéric Poisson

Le Crif demande donc aux 14 membres de la commission d’organisation de la primaire de la droite et du centre de prendre une sanction exemplaire.
"Le Président du Crif estime qu’au-delà de leur caractère insidieusement antisémite, ces propos relèvent des thèses conspirationnistes"

Paris, le 20 octobre 2016

 

http://www.crif.org/sites/default/fichiers/images/2495714_842_visactu-primaire-a-droite-les-8-candidats-157104b2fa4_800x800p.jpg 

Le Crif est consterné par les propos abjects tenus par Jean Fréderic Poisson dans Nice Matin.

Ce dernier a déclaré dans l’édition du 19 octobre que « la proximité de Mme Clinton avec les super financiers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes sont dangereuses pour l’Europe et la France ». Le Président du Crif, Francis Kalifat, estime qu’au-delà de leur caractère insidieusement antisémite, ces propos relèvent des thèses conspirationnistes dont on sait qu’elles sont le fond de commerce des extrémistes les plus violents. Par ses propos nauséabonds, Jean Frédéric Poisson s’est placé en dehors du cadre de la primaire de la droite et du centre. Il s’installe  aux côtés d’un Alain Soral ou d’un Dieudonné dont il épouse les thèses. Le Crif demande donc aux 14 membres de la commission d’organisation de la primaire de la droite et du centre de prendre une sanction exemplaire à la mesure de la gravité de ces affirmations.

 

Primaire de la droite : vers une exclusion de Jean-Frédéric Poisson ? Les autres candidats à la primaire de la droite sont montés au créneau après les propos du président du Parti chrétien démocrate sur la « soumission » d’Hillary Clinton aux « lobbies sionistes ».

 

Jean-Frédéric Poisson, un brave antisémite comme on les aime Ainsi va cet antisémitisme qui proclame tout haut ce que tout le monde sait déjà: le monde appartient aux Juifs.  Avant-hier, on ne le connaissait pas. Hier encore, on saluait l'audace et le courage du bonhomme, sa vaillance et son opiniâtreté lors du débat télévisé de la primaire de droite; aujourd'hui, après sa déclaration dans Nice-Matin, où il s'inquiète «de la proximité de Hillary Clinton avec les supers financiers de Wall Street et sa soumission aux lobbys sionistes qui sont dangereuses pour l'Europe et pour la France», on le découvre tranquillement, débonnairement, délicieusement antisémite.

 

Poisson demande pardon à la communauté juive de France après ses propos sur les «lobbies sionistes»  Menacé d'exclusion pour avoir déclaré qu'Hillary Clinton était soumise aux «lobbies sionistes», le candidat à la primaire de la droite et du centre française a fait amende honorable, précisant qu'il n'avait jamais eu l'intention de blesser personne.

 


logo mai 2009.jpg

Académie de Géopolitique de Paris

Est déclarée auprès du rectorat de Paris, Établissement privé d’enseignement supérieur, régi par la loi (Art. L.731-2, L.731-3 et L.731-4 du code de l’Éducation), et conformément à l’article L 613-1, elle est habilitée à décerner les diplômes d’enseignement suivants : le Diplôme de 3ème cycle en Études Géopolitiques et Géostratégiques ainsi que le Diplôme académique supérieur en Études Géopolitiques et Géostratégiques (Ph.D). Pour plus d’informations, veuillez consulter www.academiegeopolitiquedeparis.com Tél. : 01.48.20.14.89 - Fax : 01.48.20.82.63 strategique@orange.fr Géostratégiques N° 47 La nouvelle diplomatie française au Moyen-Orient Septembre 2016

 


La nouvelle diplomatie française au Moyen-Orient A. RASTBEEN

http://www.strategicsinternational.com/images/geo45/rastbeen.JPGSi la France est une cible privilégiée des terroristes et encore tout récemment à Nice, c’est en conséquence de son engagement dans une véritable guerre contre le terrorisme. Une Commission d’enquête parlementaire « relative aux moyens mis en œuvre par l’Etat pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 » a été constituée sous la présidence de Georges Fenech et son rapport n° 3922 publié. Que ce soit dans la partie sur la nécessaire réforme des services de renseignements, celle de la réponse pénale adaptée à la menace terroriste, celle sur la protection et sécurisation du territoire, celle sur la lutte Internationale contre le terrorisme ou même la liste des propositions dudit rapport, on ne trouve trace d’un travail en profondeur sur la nécessité d’assécher financièrement les filières terroristes. Or, il est du devoir des institutions parlementaires nationales et européennes d’interpeller solennellement les ministres de la Défense et des Affaires étrangères pour enfin identifier les pays qui forment, financent, arment, soutiennent logistiquement les filières terroristes et achètent le pétrole qu’elles vendent, d’établir une commission d’enquête mettant en lumière les agissements de ces réseaux nationaux et internationaux et de mettre en place un embargo sur la vente d’armes et sur l’achat de pétrole, contre les Etats directement concernés ou qui peuvent potentiellement l’être. Comme le précise le titre de son livre dénonçant l’alliance de la France avec les monarchies pétrolières, le vice-président de la Commission des Lois à l’Assemblée nationale et co-rapporteur de la mission de contrôle sur l’application de l’état d’urgence, également porteur d’une proposition de résolution tendant à la création d’une commission d’enquête relative à la participation de fonds français au financement de Daech, le député Jean-Frédéric Poisson, président de la mission d’information « portant sur les moyens dont bénéficie l’organisation terroriste Daech (État islamique) » dont l’Assemblée nationale a décidé la création le 1er décembre 2015, Notre sang vaut moins que leur pétrole (Le Rocher, 2016)...

ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 13 juillet 2016 RAPPORT D’INFORMATION FAIT en application de l’article 145 du Règlement AU NOM DE LA MISSION D’INFORMATION sur les moyens de Daech (1)

TOME I Président M. Jean-Frédéric POISSON Rapporteur M. Kader ARIF Députés La mission d’information sur les moyens de Daech est composée de : M. Kader Arif, M. François Asensi, M. Gérard Bapt, M. Xavier Breton, M. Guy-Michel Chauveau, M. Alain Claeys, M. Jean-Louis Destans, M. Olivier Falorni, M. Olivier Faure, M. Yves Fromion, M. Hervé Gaymard, M. Jean-Marc Germain, M. Claude Goasguen, Mme Geneviève Gosselin-Fleury, M. Meyer Habib, M. Benoît Hamon, M. Serge Janquin, M. Jean-François Lamour, Mme Sandrine Mazetier, M. Jean-Claude Mignon, M. Alain Moyne-Bressand, M. Jacques Myard, M. Jean-Claude Perez, M. Jean-Frédéric Poisson, M. Axel Poniatowski, M. Joaquim Pueyo, Mme Marie Récalde, M. Eduardo Rihan Cypel, M. François Rochebloine, M. François de Rugy. SOMMAIRE Pages INTRODUCTION 9 PREMIÈRE PARTIE : LA GENÈSE DU PHÉNOMÈNE DAECH

Académie de Géopolitique de Paris

La géostratégie de la Russie : Des dossiers à télécharger en PDF

Colloque International : le financement du terrorisme L’Académie de Géopolitique de Paris organise le 22 octobre 2016, de 14h à 19h à la Sorbonne un colloque international intitulé :

" L'oubli du paramètre géopolitique au Moyen-Orient : le cas du financement du terrorisme "

 

http://academiedegeopolitiquedeparis.com/

 

 

 

 

22/10/2016

L’Occident se prépare à censurer les médias russes. Par Finian Cunningham

L’Occident se prépare à censurer les médias russes.
Par Finian Cunningham

samedi 22 octobre 2016, par Comité Valmy

Voir en ligne : Les députés européens mettent Sputnik et Daesh sur le même plan - Sputnik

La censure gouvernementale vous protège de la réalité

***

Les parlementaires européens viennent de voter, cette semaine, pour une résolution appelant à de plus grandes « capacités institutionnelles pour contrer la propagande inspirée par le Kremlin ». Le vote a été adopté par la commission des Affaires étrangères de l’UE et sera soumis au parlement européen le mois prochain. Si cette résolution est votée, alors la prochaine étape serait de mettre en place des mécanismes institutionnels pour bloquer l’accès aux médias russes. Finian Cunningham

 

L’Occident se prépare à censurer les médias russes.

Cela paraît énorme, mais les pays occidentaux semblent se déplacer, inéluctablement, vers l’interdiction des médias d’information russes émis par satellites et par internet. Cette conclusion – aux implications éthiques et politiques énormes – semble être la conclusion logique d’une campagne transatlantique de plus en plus frénétique pour diaboliser la Russie.

Washington, Londres et Paris semblent coordonner une attaque médiatique sans précédent en accusant la Russie de presque tous les méfaits imaginables, de crimes de guerre en Syrie, de menacer la sécurité de l’Europe, d’abattre des avions civils, de subvertir les élections présidentielles américaines. Et ce n’est qu’un échantillon.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, a déclaré cette semaine que la Russie est en danger de devenir un « État paria ». Pourtant, cette affirmation a moins à voir avec la conduite réelle de la Russie, qu’avec l’objectif souhaité par la politique occidentale à l’égard de Moscou – isoler et présenter la Russie comme un paria international.

Si la Russie peut être suffisamment diabolisée aux yeux du public occidental par leurs gouvernements, le contexte sociologique sera créé pour que des mesures drastiques soient prises, mesures qui seraient autrement considérées comme des infractions inacceptables au système démocratique. Mesures qui vont bien au-delà des sanctions économiques et franchissent la ligne de la censure médiatique. Comme c’est bizarre ! Le « monde libre » qui déplore « l’autoritarisme russe » se dirige vers la censure des médias et le contrôle de ce qu’il considère comme « pensée criminelle ».

Les parlementaires européens viennent de voter, cette semaine, pour une résolution appelant à de plus grandes « capacités institutionnelles pour contrer la propagande inspirée par le Kremlin ». Le vote a été adopté par la commission des Affaires étrangères de l’UE et sera soumis au parlement européen le mois prochain. Si cette résolution est votée, alors la prochaine étape serait de mettre en place des mécanismes institutionnels pour bloquer l’accès aux médias russes.

L’hostilité envers la Russie, montrée par le libellé de la résolution de cette semaine, ne peut être décrite que comme enragée, sinon au bord de la paranoïa. Le gouvernement russe a été accusé de mener activement une « campagne de désinformation », de « cibler des politiciens et des journalistes de l’UE », et de « perturber les valeurs démocratiques dans toute l’Europe ». En bref, Moscou est accusée de comploter pour la chute du bloc européen.

Il convient de noter particulièrement que le sinistre comité des affaires étrangères de l’UE a accordé une attention particulière à « un large éventail d’outils et d’instruments, tels que les stations de télévision multilingues et organismes de pseudo information faits pour diviser l’Europe ».

Donc, non seulement le gouvernement russe est témérairement accusé d’abriter des plans subversifs et destructeurs contre les États européens, mais ses médias d’information professionnels sont considérés comme des armes russes présumées de guerre hybride. L’État russe est diabolisé comme un ennemi étranger, et ses médias font partie de l’arsenal de guerre hybride. En d’autres termes, les services russes légitimes d’information du public sont délégitimés par le Parlement européen.

Évidemment, les canaux médiatiques professionnels comme RT et Sputnik sont nommés « pseudo agences de presse » et « outils de propagande du Kremlin ».

La critique souvent faite au sujet de ces chaînes russes, qu’elles « appartiennent à l’État » et sont financées par le gouvernement, n’est pas valide. Car Voice of America, Radio Free Europe, BBC, France 24 et Deutsche Welle, pour ne citer que quelques-uns des diffuseurs occidentaux, appartiennent à l’État. En réalité, le financement alloué aux médias par les gouvernements occidentaux est plusieurs fois supérieur à celui de la Russie.

L’agressivité occidentale pour délégitimer les médias populaires de la Russie a augmenté au cours des derniers mois. Le mois dernier, par exemple, l’alliance militaire de l’OTAN, sous commandement américain, a publié encore un autre rapport avertissant : « L’Occident est en train de perdre la guerre de l’information contre la Russie. »

Est-il légitime de se demander ce qu’une organisation supposée se consacrer à la sécurité militaire vient mettre son grain de sel dans les domaines du journalisme et du service d’information public ?

Un rapport de Voice of America ajoutait : « L’Occident doit intensifier ses efforts pour combattre et contrer la guerre de l’information menée par ses adversaires, selon les responsables de l’OTAN. Ils avertissent que des pays comme la Russie exploitent la liberté de la presse dans les médias occidentaux, pour répandre la désinformation. »<P/>

Remarquez comment il est insinué que la Russie est en quelque sorte sournoisement en train d’« exploiter » la liberté de la presse en Occident. Sous-entendu que des sanctions contre les médias russes seraient justifiées par les transgressions alléguées.

Pendant ce temps, le mois dernier, le directeur de la National Intelligence états-unienne, James Clapper Jr, aurait informé les membres du Congrès au sujet de la « guerre de l’information » russe. Il a nommé RT et Sputnik comme des armes médiatiques russes dans la « guerre de l’information ». Leur but, selon Clapper, est de subvertir les sociétés occidentales en utilisant des groupes radicaux et de semer la confusion dans le public.

Cela indique une détérioration dramatique dans les relations Occident-Russie, quand les médias de masse russes sont considérés comme des armes ennemies. Une telle pensée trahit aussi comment les dirigeants politiques occidentaux dégénérés ont sombré dans les stéréotypes de la guerre froide ; et comment ils sont disposés à aller plus loin pour diaboliser la Russie.

Depuis que la politique tant vantée de « reset » amical envers la Russie, sous le président américain Barack Obama, a été abandonnée, vers 2011, l’hostilité de Washington et de ses alliés européens est montée crescendo jusqu’aux niveaux actuels, digne de l’hystérie.

Probablement le facteur clé de la raison pour laquelle Washington a abandonné sa politique de remise à zéro est qu’elle a réalisé que le président russe Vladimir Poutine n’est pas aussi facile à manipuler que son prédécesseur Boris Eltsine, qui s’est lâchement soumis à l’hégémonie américaine, que ce soit sur des questions d’intérêts géopolitiques, de finance mondiale, ou de guerres pour les ressources à l’étranger. Poutine n’a rien voulu entendre. La Russie ne sera pas un État vassal américain, comme les États de l’Union européenne sont visiblement disposés à l’être.

 

C’est à cause de l’indépendance et de l’audace de la Russie à dénoncer les incartades américaines à l’égard du droit international, par exemple dans sa conduite de guerres illégales et de changement de régime au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Ukraine, que Washington trouve son attitude si intolérable.

Lorsque les médias allemands lui ont demandé récemment pourquoi l’Occident est si hostile envers lui, Poutine aurait répondu par un seul mot : « La peur ».

Par cela, le dirigeant russe ne voulait pas dire que l’Occident avait peur d’être attaqué militairement par la Russie. Cela voulait dire que la crainte était due à la puissance de son expression. Un fort contre-poids à la conduite impérialiste menée par les USA est une négation puissante à la soi-disant suprématie américaine unipolaire sur le monde entier. Cela signifie que le monde n’est pas le paillasson de l’assujettissement américain. Le défi de la Russie à l’hégémonie américaine est un signe avant-coureur d’un monde multipolaire, celui dans lequel l’Amérique et ses filiales européennes doivent commencer à travailler avec d’autres nations, d’égal à égal et dans les limites mutuelles du droit international, et non pas comme des renégats au-dessus de la loi.

La Syrie en est une illustration classique. Washington et ses alliés britanniques et français, ainsi que des États clients régionaux, ont présumé qu’ils pouvaient instiguer une autre opération illégale de changement de régime dans ce pays arabe, comme ils l’avaient fait auparavant en Libye, en Irak et en Afghanistan. L’intervention militaire de la Russie en appui à son allié syrien a été une démonstration forte du fait que les techniques de changement de régime par l’Occident n’étaient plus tolérées. En outre, l’intervention de la Russie a également exposé l’implication criminelle secrète de Washington et de ses partenaires, dans l’utilisation de mandataires terroristes pour procéder à un changement de régime.

La même chose peut être dite sur l’Ukraine, où le soutien politique de la Russie aux séparatistes ethniques russes a empêché que le coup d’État de Washington à Kiev, en février 2014, ne transforme le pays tout entier en un régime aux ordres des Américains.

C’est la raison pour laquelle Washington craint la Russie sous Poutine. Elle devient un obstacle à sa domination mondiale totale, comme prévue par les idéologies impérialistes américaines suite à l’effondrement de l’Union soviétique.

Cependant, la Russie est plus qu’un simple obstacle. Dans la conduite de sa politique étrangère indépendante, la Russie expose les crimes américains de déstabilisation du monde et de sponsor du terrorisme. La Russie a également exposé la servilité pathétique et la complicité des États européens, des médias occidentaux et des Nations unies, à se plier aux ambitions hégémoniques de Washington.

La politique étrangère de la Russie est, bien sûr, tout à fait légitime. Mais du point de vue de Washington, elle représente un défi intolérable à ses désirs tyranniques. À cette fin, la Russie doit être métamorphosée en un État ennemi. Et les dirigeants européens serviles vont de pair avec cet ordre du jour, afin de dissimuler leur complicité odieuse.

Ce qui se passe est que les médias de presse russes ont manifesté leur indépendance journalistique et leurs analyses critiques des grands événements mondiaux, en montrant ce qui se passe réellement en Syrie et en Ukraine. Que les gouvernements occidentaux sont probablement en train de soutenir secrètement des réseaux terroristes utilisés pour un changement de régime, de manière illégale. Si cela semble exagéré et ressemble à des « commentaires injustes », c’est seulement parce que les médias occidentaux ont échoué à exposer les fausses informations et affirmations de la part de leurs propres gouvernements. Mais cela ne délégitime pas la qualité du journalisme russe. Cela en fait même un exemple de journalisme recommandable.

Dire que les États occidentaux sont frustrés par la Russie est un euphémisme. Ils sont livides, comme on peut le voir dans la façon dont leur entreprise criminelle de changement de régime en Syrie a été mise en déroute. D’où les efforts occidentaux visant à accuser la Russie de « crimes de guerre » et d’être comparable à l’Allemagne nazie.

Combinez cette diabolisation avec les revendications sensationnelles affirmant que la Russie cherche à subvertir les démocraties occidentales, et cela donne ce climat politique toxique, qui devient propice à des mesures de plus grande portée.

C’est d’une logique réductionniste incroyable : la Russie est assimilée à un État ennemi, et les médias russes sont de simples machines à propagande ennemie.

Comme le suggère le vote des législateurs européens de cette semaine sur la lutte contre les médias russes, la prochaine étape logique est l’interdiction pure et simple des chaînes d’information russes, celles télévisées comme celles sur internet.

Mais comme Margarita Simonyan, la rédactrice en chef de RT, l’a déclaré à Deutsche Welle, le mouvement draconien visant à interdire les médias russes ne fait que démontrer que les revendications occidentales sur la « liberté d’expression » ne sont que rhétoriques vides.

« C’est une interprétation plutôt intéressante des valeurs occidentales tant vantées, en particulier celle sur la liberté d’expression – qui dans les faits veut apparemment dire attaquer une des rares voix de dissidence parmi des milliers de médias européens », a ajouté Simonyan.

Les standards des gouvernements occidentaux ressemblent à ceux d’un despote.

Incapables de parvenir à leurs objectifs, même en violant le droit international et en déclarant la guerre à qui, quand et où ils veulent, ils se jettent alors sur des pays résistants comme la Russie, au point où la Russie est étiquetée comme État ennemi susceptible d’une attaque militaire.

Et quand des médias exposent ces doubles standards et cette hypocrisie occidentale criminelle, alors ces médias sont également fustigés comme propagande de l’ennemi et doivent être fermés et interdits.

La décadence occidentale est vraiment en train de rejoindre le caniveau de la corruption et de l’absurdité. Mais cela n’est dû qu’à elle-même, en raison de son propre effondrement interne, sous le bellicisme et le mauvais management de son oligarchie. Et le public occidental le réalise de plus en plus, avec ou sans l’aide russe.

Tirer sur le messager n’annule pas le sens du message.

 

Finian Cunningham
– Le 13 octobre 2016

Traduction : le Saker Francophone

– Source :