Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2016

Syrie : Une propagande médiatique mensongère

Image

 

Syrie : Une propagande médiatique mensongère

Publié le 18 octobre 2016

Depuis six ans, les médias de masse au service d’un impérialisme outrancier soumettent les opinions publiques occidentales à une propagande médiatique prenant la forme d’une dictature intellectuelle. L’histoire regorge d’exemples de personnes qui, malgré la dictature physique, tentaient de défendre avec acharnement leur liberté de penser. De nos jours, les masses, notamment occidentales, sont soumises physiquement et intellectuellement au nom de la Liberté, des Droits de l’Homme et de la Démocratie. Actuellement le corps, l’âme et l’esprit occidentaux sont piégés par des dirigeants ne voyant dans leurs peuples que des serviteurs de leurs intérêts les plus particuliers.


Croyez-vous que la propagande menée aujourd’hui par une partie des médias occidentaux contre la Russie et la Syrie ainsi que la guerre menée dans ce pays servent les peuples occidentaux, mobilisés psychologiquement et émotionnellement par une terreur répandue par tous les moyens de communications ? Quels sont les intérêts des peuples occidentaux dans tout cela ?


La propagande que subissent actuellement les opinions publiques occidentales est équivalente à celle qui a précédé l’attaque de l’Irak en 2003. Le scénario est toujours le même. Lorsque les impérialistes ne parviennent pas à atteindre leurs objectifs, ils enclenchent une énorme campagne médiatique afin de justifier la démolition d’un pays, sans manquer par la suite de s’excuser de s’être trompés, comme ce fut le cas en Irak, qui depuis n’arrive plus à se reconstruire.


Le scénario de la campagne médiatique mensongère et outrancière de 2003 en Irak se reproduit aujourd’hui en Syrie. Il convient de préciser que dans Alep, il n’y a pas que les quartiers Est où se trouvent 250 000 personnes dont environ quatre mille terroristes. Les civils d’Alep Est font tout leur possible pour rejoindre les quartiers d’Alep Ouest et nul mouvement de civils n’a été détecté dans le sens inverse. La question doit être posée : pourquoi les civils s’efforcent-ils de sortir de la zone des rebelles modérés pour aller dans les zones d’un président, d’un système politique défini depuis six ans par la propagande médiatique comme une dictature sanguinaire ? Vraiment ces Syriens ont des excès de masochisme incompréhensible.

C’est cette image depuis six ans d’un président qui a été élu démocratiquement par suffrage universel que véhiculent les médias de masse occidentaux. Cependant, la Syrie n’est pas uniquement un homme, mais aussi des institutions, une armée, un peuple, un modèle de vivre ensemble, une forme de laïcité et d’autonomie.
La propagande occidentale oublie volontairement d’informer que les snipers des rebelles modérés tirent sans scrupules sur les civils qui tentent de sortir d’Alep Est, alors que l’armée syrienne avance vers eux. La propagande mensongère peut-elle nous éclairer sur qui prend réellement les civils comme bouclier humain ?


Toutefois, la propagande médiatique ignore volontairement le sort de presque un million et demi de Syriens à Alep Ouest, qui subissent quotidiennement les bombardements des soi-disant rebelles modérés. Ces bombardements causent tous les jours la mort de femmes et des enfants que les adeptes et les manipulateurs du concept des Droits de l’Homme refusent de voir et d’en parler. Uniquement car cela ne sert pas leurs intérêts stratégiques. Ceci est un bon exemple qui révèle comment la propagande médiatique assassine les Syriens soit en les ignorant de manière volontaire, les abandonnant à la merci des terroristes, soit en exploitant leurs morts pour émouvoir les opinions publiques et justifier une guerre qui ne sert qu’à remplir les poches de certains.


Les peuples occidentaux n’ont que les retombées négatives dues aux guerres que leurs dirigeants mènent dans le Monde. Quant au concept des Droits de l’Homme, il est devenu, dans la pensée impérialiste, une manipulation politique au service de la pensée unique et de la soumission d’autrui. Les illusionnistes des Droits de l’Homme ne s’émeuvent pas face aux morts d’Alep Ouest tués par les terroristes. Pour eux, les habitants d’Alep Ouest sont moins humains que les autres puisqu’ils vivent dans les régions de l’Etat syrien. Voilà comment les amoureux de la Démocratie trient les gens.


Enfin, que penserait l’Occident si les rebelles modérés l’attaquaient de la même façon que la Syrie ? Dans ce cas, ils deviendraient subitement des terroristes et les opinions publiques, telles des girouettes, changeraient leur mode de réflexions. Quelle aberration ! Ils se disent tous manipulés par les médias, mais ils les croient lorsque l’émotionnel est mobilisé. L’Occident se sert de ces mercenaires pour dominer le monde extérieur à ses frontières tandis qu’avec la propagande médiatique mensongère, il s’emploie à dominer celles et ceux qui sont à l’intérieur de ses frontières.


Toutefois, une partie de l’establishment occidental a prouvé en Syrie qu’elle ne supporte pas le langage de la Démocratie, de la Liberté qu’elle ne cesse de prêcher, ni les solutions politiques. Certains dirigeants occidentaux ne connaissent que l’expression de la guerre. Mais actuellement ce sont les derniers mots que l’impérialisme est en train de prononcer dans ce jargon.

Antoine Charpentier

 

17/10/2016

Londres censure la presse russe : Rédactrice en chef de RT : les comptes bancaires de la chaîne bloqués au Royaume-Uni

Les sanctions promises par Londres et Washington après l’échec des négociations à Lausanne, alors que la Russie s’est opposée au départ d’Assad et à la mise en place de trêves pour permettre aux pays du Golfe et aux pays occidentaux d’armer leurs mercenaires, au détriment de la livraison de l’aide humanitaire apportée aux civils syriens, commencent par la censure des médias russes à Londres et au blocage des comptes de RT (Russia Today).

 

En lien avec ces articles ci-dessous :

Syrie négociations à Lausanne. Sommet des BRICS en Inde à Doa

Syrie : Washington et Londres menacent la Russie de nouvelles sanctions

Les « sanctions économiques » ou la guerre en col blanc

Interview intégrale du Président Poutine par TF1

 

Rédactrice en chef de RT : les comptes bancaires de la chaîne bloqués au Royaume-Uni

Margarita Simonyan, rédactrice en chef de RT, a annoncé que tous les comptes bancaires de la chaîne RT avaient été bloqués au Royaume-Uni. La porte-parole de la diplomatie russe a qualifié cette démarche d’abandon de la liberté d’expression.

«Tous nos comptes bancaires ont été bloqués au Royaume-Uni. Tous. "La décision est unilatérale". Vive la liberté d’expression !», a twitté la rédactrice en chef de RT, Margarita Simonyan.

 

 

«Nous avons réexaminé notre arrangement avec vous et avons pris la décision de ne plus vous fournir ces services», a fait savoir à RT UK la banque NatWest dans le courrier officiel qu’elle lui a adressé.

Il est également précisé que toutes les entités de Royal Bank of Scotland, dont NatWest fait partie, refuserait à l’avenir de coopérer avec RT. Selon le document, cette décision est «définitive» et «n’est pas sujette à discussion».

https://fr.rt.com/french/images/2016.10/original/5804c098c46188f6018b463e.jpg

«Nous n’avons aucune idée de la raison pour laquelle cela s’est passé parce que ni hier, ni avant-hier, ni le mois dernier, rien d’extraordinaire ne nous est arrivé, personne ne nous a menacés. Théoriquement, cela pourrait être lié à de nouvelles sanctions antirusses britanniques et américaines qui pourraient être publiées très prochainement. Peut-être que ces deux évènements ne sont pas liés. Notre département juridique étudie maintenant cette situation», a précisé Margarita Simonyan.

Concernant le blocage de la chaîne russe à vocation internationale, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a précisé qu’en quittant l’UE le Royaume-Uni a «abandonné toutes ses obligations liés à la défense de la liberté d’expression».

«Comme on dit : on entame une nouvelle vie sans mauvaises habitudes», a-t-elle ironisé.

 

«On dirait que c’est plus qu’une coïncidence que cela soit arrivé au moment où la propagande antirusse a atteint un niveau sans précédent», a déclaré l’écrivain John Wight à RT.

«Cela reflète l’ampleur avec laquelle l’Occident perd la guerre de l’information. RT joue un rôle clé en défiant les récits de l’Occident et des médias occidentaux quand il s’agit des évènements en Ukraine, en Syrie et au Moyen-Orient», a-t-il poursuivi.

 

 

 

29/11/2015

Erdogan a tiré un "missile air-air" sur 4 secteurs de l'économie turque

Allez t'inquiète pas, va, quand la Russie, légitimement sanctionne les terroristes, comme toi, Erdogan, les USA, l'UE et la France continueront à t'aider à financer le terrorisme au Moyen Orient, au profit d'Israël et des Banksters US/Sionistes !

Ils ont besoin de toi pour leur permettre de faire régner la terreur dans les pays du Moyen Orient, pour faire des millions de réfugiés parmi lesquels, tu nous enverras bien quelques terroristes pour faire exploser ces pauvres imbéciles d'Européens qui paient pour vos crimes !

Et puis les sionistes seront contents, car grâce à toi, ils pourront créer le Grand Israël et le Grand Moyen Orient ! Et dans cet objectif, ils ne peuvent pas s'allier à la Russie, sans renoncer à leurs projets machiavéliques  !

Erdogan a tiré un "missile air-air" sur 4 secteurs de l'économie turque

Le président turc Recep Tayyip Erdogan

La décision d'abattre le bombardier russe Su-24 prise par la Turquie ne tardera pas à frapper quatre secteurs de l'économie turque, a estimé Alexeï Pouchkov, chef du comité des Affaires étrangères de la Douma (chambre basse du parlement russe).

Commentant les mesures de rétorsion annoncées hier par le président russe en réponse à l'attaque contre le bombardier Su-24, Alexeï Pouchkov a fait remarquer que l'attaque n'était qu'un coup porté à l'économie de la Turquie.

Premièrement, c'est le secteur du tourisme qui va en pâtir, car les Russes rapportaient, annuellement, entre 3,5 et 4 milliards de dollars à l'industrie touristique turque, ce qui représente de 12% à 18% du volume total du secteur du tourisme du pays, a précisé le chef du comité.

Ensuite, la décision nuira aux entreprises turques qui travaillaient en Russie. Selon M. Pouchkov, le montant total de leurs profits s'élèverait à 50 milliards de roubles (environ 767 millions d'euros) l'année prochaine.

Troisièmement, la situation actuelle ne tardera pas à se répercuter sur les groupes turcs spécialisés dans les exportations en Russie.

"Vu que, ces dernières années, les échanges commerciaux entre la Russie et la Turquie se chiffrent à quelques 30 milliards de dollars, une telle perte constituera à coup sûr un grave obstacle à l'exportation turque", explique M. Pouchkov. "Ils seront obligés de chercher de nouveaux marchés, et ces groupes ne les retrouveront pas tous", poursuit-il.

Finalement, les évènements de ces derniers temps auront pour conséquence de porter un coup dur au budget de l'Etat turc. La Turquie verra ses recettes des exportations fortement réduites ainsi que pour les entreprises turques qui travaillaient auparavant sur le marché russe et celles du secteur du tourisme", a souligné le député russe.

Le 28 novembre, le chef d'Etat russe Vladimir Poutine a signé un décret visant à renforcer la sécurité nationale et introduisant des mesures économiques contre la Turquie, après l'attaque du bombardier russe Su-24.

Selon le décret, les opérateurs touristiques ne seront plus autorisés à vendre des séjours en Turquie et les vols charters entre la Russie et la Turquie seront également interdits. De même, les mesures du Kremlin interdisent aux employeurs russes d'embaucher des citoyens turcs à partir du 1er janvier 2016 et ordonnent d'interdire ou de limiter l'activité des organisations turques en Russie. De surcroît, Vladimir Poutine a ordonné d'interdire ou de limiter les opérations économiques extérieures, prévoyant l'importation sur le territoire russe de certains produits provenant de la République turque selon une liste définie par le gouvernement de la Fédération de Russie.

Voir aussi :

La Turquie attend des actions démontrant plus de sang-froid de la part de la Russie, a commenté le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu aux sanctions que la Russie a imposé à Ankara après le crash du SU-24 russe, abattu par les forces turques.

 

28/11/2015

C'est officiel, il n'y a plus de gauche en France

De quelle gauche parlons-nous ?

La gauche caviar extrémiste qui avalise la politique d'Israël, qui est accoquinée avec les banksters et à la Mafia Khazare des Rothschild, qui participe aux dîners du CRIF et Cie, qui prône pour l'instauration du Nouvel Ordre Mondial et qui tolère un parlement Juif européen qui n'a rien à faire en Europe ?

Idem pour le soi-disant Mouvement républicain qui vénère les principes de la Judéo/maçonnerie et sa République maçonnique, sa religion !

Il ne peut y avoir aucun parti politique "libre" en France et ailleurs, tant qu'ils seront financés par les Banksters et leurs multinationales !

Il serait temps de vous réveiller et de mettre tout ce beau monde, dehors !

 

C'est officiel, il n'y a plus de gauche en France

En deux semaines, le gouvernement s'est renié pour se muer en champion de l'ordre public et de la sécurité. Un tête-à-queue idéologique dangereux...

Par

Publié le | Le Point.fr
En quinze jours, la gauche a jeté aux orties plus d'un demisiècle de principes et de professions de foi.

En quinze jours, la gauche a jeté aux orties plus d'un demisiècle de principes et de professions de foi. © MIGUEL MEDINA

22/11/2015

Hollande : Le gouvernement invente des terroristes pour justifier des mesures sécuritaires

Comme cela nous sommes fixés sur leurs mensonges !

Lors d’une interview en 2008, l’actuel Président de la République a fait des révélations qui paraissent incroyables aujourd’hui et qui montrent l’État d’esprit dans lequel le gouvernement utilise les récents actes terroristes.

Il avoue donc pleinement qu’au plus haut niveau de l’État, il n’est pas rare qu’on “invente” des terroristes afin de justifier des mesures sécuritaires et d’autres lois en faveur du gouvernement en place.

Hollande : Le gouvernement invente des terroristes
pour justifier des mesures sécuritaires