Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2010

Ovnis : « Cet évènement risque de détruire la foi des gens dans l'Eglise »

Si nous comprenons bien, le secret défense qui pèse sur le Dossier Ovnis et ET dans le monde, l'a été pour protéger les religions, et nous laisser dans l'ignorance de nos origines, de la vérité et entre les mains de nos prédateurs, les Illuminati-reptiliens.

Ce qui veut dire que tout ce qui nous a été enseigné par les religions, depuis des millénaires EST FAUX  ! Ce qu'avait confirmé aussi le Dr Mickaël Wolf dans ses révélations.

Winston Churchill avait-il peur des soucoupes volantes ?

Photo d'un ovni supposé, prise dans le New Jersey en 1952 (Wikimedia Commons)

Les archives nationales britanniques viennent de publier des monceaux de documents sur les objets volants non identifiés. Parmi les courriers révélés, certains semblent montrer que le grand Sir Winston, Premier ministre au milieu du siècle dernier, prenait très au sérieux les ovnis. Ou, plutôt, l'impact que le phénomène pouvait avoir sur la population…

La révélation des courriers parvenus au bureau d'enquête sur les ovnis du ministère de la Défense britannique -le Sec(AS)2, fermé en 2009- apporte son lot d'informations intéressantes. Ainsi, comme le note la BBC, le pic d'ovnis aperçus a eu lieu en 1996, quand la série télé « X-Files » était populaire.

« Cet évènement risque de détruire la foi des gens dans l'Eglise »

Encore plus intéressant est d'apprendre ce que « le lion » Winston Churchill pensait du phénomène. Un échange de lettres entre un interlocuteur anonyme et le ministère passionne la presse d'outre-Manche, ce jeudi. Même si, à y regarder de plus près, on pense à la fameuse histoire de l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours.

Winston Churchill pendant la Deuxième guerre mondiale (Gouvernement britannique/Wikimedia Commons)

Un citoyen britannique écrit en 1999 au bureau des ovnis et raconte que son grand-père, garde du corps de Churchill pendant la guerre, a assisté à une conversation entre le Premier ministre et le général américain Dwight Eisenhower (oui, celui qui débarquera plus tard à la Maison Blanche).

Le grand-père n'a jamais conté cette histoire à quiconque, « sauf à sa fille quand elle était âgée de 9 ans », rapporte le Daily Mail. Reste que parmi de nombreux courriers loufoques, ceux de cet homme (un scientifique) sont crédibles.

Pendant la guerre, donc, un équipage de la Royal Air Force de retour d'une mission sur le continent aurait aperçu un ovni. Informé de l'épisode, Winston Churchill aurait décidé de le classer secret « pendant cinquante ans », en se justifiant ainsi auprès d'Eisenhower :

« Cet événement devrait être immédiatement classifié, dans la mesure où il risquerait de créer une panique massive dans la population générale [sic], et détruire la foi des gens dans l'Eglise. »

Les demandes du scientifique au Sec(AS)2 n'ont pas abouti, puisque le ministère n'a trouvé « aucune » trace de la rencontre du troisième type vécue par les pilotes britanniques. Le fonctionnaire précise au demandeur qu'avant 1967, les dossiers sur les ovnis étaient détruits au bout de cinq ans.

« A quoi rime tout ce bazar autour des soucoupes volantes ? »

En 1945, le conservateur Winston Churchill perd les élections et laisse son poste de Premier ministre au travailliste Clement Attlee. En 1951, les conservateurs gagnent et Churchill revient au pouvoir.

Entre les deux passages de Churchill au 10, Downing Street, il y a eu aux Etats-Unis des « vagues » d'observations d'ovnis aux Etats-Unis. Comme en 1947, avec Roswell et l'incident de Kenneth Arnold, qui suscite la première occurrence du terme « soucoupe volante ».

La lettre de Churchill (cliquez pour agrandir)

Le 28 juillet 1952, soit dix mois après son retour aux affaires, l'homme d'Etat envoie une lettre à son secrétaire d'Etat à l'Air. Court et clair, le courrier a été publié début 2010 avec sa réponse :

« A quoi rime tout ce bazar autour des soucoupes volantes ? Qu'est-ce que ça peut signifier ? Quelle est la vérité ? Faites-moi un rapport quand cela vous conviendra. »

Dix jours plus tard, Churchill a sa réponse. D'après l'armée de l'air britannique, « tous les incidents rapportés » s'expliquent par « l'une ou l'autre des causes suivantes :

  • phénomène astronomique ou météorologique connu ;
  • identification erronée d'avion conventionnel, de ballon, d'oiseau, etc ;
  • illusions d'optique ou aveuglements (“delusions”) psychologiques ;
  • canular délibéré. »

Pour ceux qui croient dur comme fer aux soucoupes volantes, cette réponse « a fourni les règles de base pour la plupart des réponses officielles qui sont toujours utilisées aujourd'hui ». Le site sur lequel on lit ces lignes a recensé quatre ovnis dans le ciel français en juillet.

Illustrations : photo d'un ovni supposé, prise dans le New Jersey en 1952 (Wikimedia Commons) ; Winston Churchill pendant la Deuxième guerre mondiale (Gouvernement britannique/Wikimedia Commons) ; la lettre de Churchill

05/08/2010

USA : "Skull and Bones" crâne et os d'une société secrète de l'université de Yale aux enchères

Une preuve de plus que cette société secrète existe et de l'appartenance de Bush et consorts à celle-ci.

Ce crâne et ces os sont censés être ceux du Chef Indien Géronimo.



Publié le
07/01/2010 18:31 - Modifié le 11/01/2010 à 11:19 | © 2010 AFP

Photo prise en juin 2001 dans le laboratoire d'anthropologie de l'Institut de la recherche criminelle de la gendarmerie nationale de Rosny-sous-bois, d'un crâne humain en cours d'identification.


USA: crâne et os d'une société secrète de l'université de Yale aux enchères

Photo prise en juin 2001 dans le laboratoire d'anthropologie de l'Institut de la recherche criminelle de la gendarmerie nationale de Rosny-sous-bois, d'un crâne humain en cours d'identification. Pierre-Franck Colombier AFP/Archives

Des reliques macabres appartenant à la société secrète "Skull and Bones" de l'université de Yale (Connecticut, nord-est des Etats-Unis), dont l'ex-président George W. Bush fut un des membres célèbres, vont être vendues ce mois-ci aux enchères à New York.

L'ensemble formé d'un crâne humain et de deux grands os ("skull and bones", en anglais) devraient atteindre entre 10.000 et 20.000 dollars, selon les estimations de la maison d'enchères Christie's, qui organisera cette vente le 22 janvier.

Christie's indique que le crâne était utilisé comme urne --il présente en effet une fente à son sommet-- et que le mot "THOR" est inscrit en majuscules sur l'un des ossements.

Le lot mis aux enchères comprend aussi un livre noir contenant la liste des membres de la société secrète entre 1831 et 1877.

"L'urne et les documents constituent un rare aperçu d'une organisation dont la liste des membres est devenue un secret jalousement gardé", souligne Christie's.

Parmi ses membres, surnommés "Bonesmen" ont figuré les deux anciens présidents George W. Bush et George Bush père, ainsi que le sénateur démocrate et ancien candidat à la présidentielle John Kerry et de nombreux hommes d'affaires éminents, comme H. J. Heinz II, l'ancien PDG de la célèbre marque de ketchup.

La société, réputée pour ses rites d'initiation étranges, a été fondée à Yale en 1832. Les femmes n'y ont été admises que dans les années 1990.


http://www.ladepeche.fr/article/2010/01/07/750491-USA-cra...


25/07/2010

La Chine confrontée à une terrible marée noire, une attaque contre la Chine et Corée par les USA ?

Par Constance Jamet
23/07/2010 | Mise à jour : 19:13
Au fil des jours, le gouvernement a revu à la hausse son estimation de l'étendue de la marée noire, passant de 183 à 435 km².
Au fil des jours, le gouvernement a revu à la hausse son estimation de l'étendue de la marée noire, passant de 183 à 435 km².

La nappe de pétrole s'étend déjà au minimum sur 435 km² dans la mer Jaune. L'injection d'un produit chimique dans un oléoduc serait à l'origine de l'explosion.

Une réaction chimique serait à l'origine de la marée noire la plus inquiétante qu'affronte la Chine depuis ces dernières années. L'injection dans un oléoduc de produits chimiques destinés à enlever le souffre du brut aurait causé l'explosion du pipeline vendredi dernier dans le port de Dalian, au nord-est du pays, a révélé vendredi l'administration. En effet, la manœuvre a lieu juste après qu'un pétrolier terminait de déverser dans le pipeline sa cargaison de brut.

Cette erreur a provoqué la fuite en mer Jaune de 1500 tonnes de pétrole. Au fil des jours, le gouvernement a revu à la hausse son estimation de l'étendue de la marée noire, passant de 183 à 435 km². Mais selon le Shenyang Evening News de mercredi, la superficie de la pollution est désormais de 946 km2. La nappe s'étend sur 90 km le long de la côte.

Les équipements font cruellement défaut

Huit-cent bateaux de pêche, une quarantaine de bateaux de nettoyage, 2000 soldats et des centaines de pêcheurs participent au ramassage. Plus de 23 tonnes de bactéries mangeuses de pétrole ont été déversées. China National Petroleum Corp (CNPC), premier producteur pétrolier chinois et propriétaire des l'oléoduc, affirme que 400 tonnes de brut ont déjà été récupérées. Mais les moyens font cruellement défaut. «Les citoyens mobilisés n'ont aucun équipement de protection et n'avaient que leurs mains pour nettoyer le pétrole», a dénoncé Greenpeace. «Ils n'ont pas de masques, qui est la protection la plus basique et ignorent même qu'ils doivent protéger leur peau du brut».

Selon AP, certains travailleurs déblaient avec des baguettes et mettent le pétrole dans des seaux en plastique.
Selon AP, certains travailleurs déblaient avec des baguettes et mettent le pétrole dans des seaux en plastique. Crédits photo : REUTERS

Selon AP, certains travMailleurs déblaient les plages souillées avec des baguettes et mettent le pétrole dans des seaux en plastique. Un pompier s'est noyé mardi après avoir été happé et englué par une vague de brut. Deux autres ont échappé de justesse à des accidents mortels. D'après le Financial Times, Pékin voudrait faire venir de Honk Kong du matériel plus efficace.

Durcissement des règles en vue

Les autorités ont souligné que la marée noire n'avait rien à voir, en volume, avec celle qui touche le golfe du Mexique, 1 500 000 contre 352 millions de litres. Mais pour Zhao Zhangyuan, chercheur à l'Institut de recherches des sciences environnementales de Chine, l'impact sur la vie marine et les habitants - lorsque la pollution entrera dans la chaîne alimentaire - pourrait durer au moins 10 ans.

L'accident a d'ores et déjà poussé Pékin à renforcer la sécurité de ses installations pétrolières. Chaque port devra avoir son plan d'urgence en cas de catastrophe. Une base de données de tous les ports par où transitent des matières dangereuses va aussi être mise en place. Les raffineries seront sans doute soumises à des règles de sécurités plus strictes.

LIRE AUSSI :

» EN IMAGES - Marée noire sur la mer Jaune

http://www.lefigaro.fr/international/2010/07/23/01003-201...

19/07/2010

L’arrêt du Gulf stream ?

http://img210.imageshack.us/img210/4774/screwedupgulfstream.png

Pour voir l’image en plus grand cliquez : ICI

La boucle de courant jet serait en panne, elle se serait disloquée, sans doute en raison de l’énorme quantité de pétrole et de produits chimiques déversés ces derniers temps dans le golfe du Mexique. Cette boucle de courant fait le tour de l’État de la Floride et devient le Gulf Stream . Sans ce courant marin, l’Europe et l’hémisphère Nord seront  plongés dans une ère glaciaire. Il s’agit d’un fait géologique/ scientifique historique. Au cours de la dernière période glaciaire qui a pris fin seulement il y a 10.000 ans; l'Europe et l’Amérique du Nord étaient recouvertes d’énormes quantités de glace. En fait, il y a 13000 ans, Indianapolis serait recouvert  d’une épaisseur d’un mille de glace sur sa surface et à New York en aurait trois milles.

Il semblerait que ce prétendu colmatage de la fuite, qui soi dit en passant n’est pas le seul, serait une diversion, sachant que ces images satellites et données vont sortir, pour cacher la véritable histoire le plus longtemps possible au publique… Ou peut-être encore que c’était leur but, de sectionner le Gulf stream, et maintenant que le travail est fait, on peu tout refermer, mission accomplie.

Source

L’étude scientifique qui a rendu publique l’information:

http://www.associazionegeofisica.it/OilSpill.pdf

Et bien on va être fixé l’hiver prochain…en attendant, achetez-vous un bon poêle à bois et un bon manteau d’hiver, une tuque, des mitaines et un foulard ;)

Jo ^^

http://noxmail.us/Syl20Jonathan/?p=7345

 


15/07/2010

L’Allemagne, Cheval de Troie du Nouvel ordre mondial

Article placé le 15 juil 2010, par Mecanopolis

Alors que se met en place, non pas un gouvernement économique, mais un organe de décision qui aura pour but de mettre au pas les pays de l’Union européenne, il devient difficile d’évoquer ces sujets sans effleurer l’idée même d’une conspiration – idée qui, lorsque fondée sur des faits indiscutables, peut néanmoins permettre de comprendre la marche réelle des affaires.

 

usa nazi

Tous les indicateurs démontrent qu’une troisième phase de la crise économique nous atteindra d’ici octobre, novembre au plus tard, et que ses effets seront bien plus dévastateurs que tout ce que nous avons subi durant ces deux dernières années, car les finances publiques sont désormais asséchées et l’économie mondiale moribonde. Octobre sera aussi le mois où un groupe de travail présidé par le président du Conseil Herman Van Rompuy fera des propositions concrètes, non pas pour un projet de « gouvernance économique », comme il en était question, mais dans le but de la création d’un « organe », composé de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et de l’Eurogroupe.

La dénomination en tant « qu’organe » est importante, car une « gouvernance » aurait imposé une forme démocratique, impliquant le Parlement européen. Or il n’en sera rien.

Sanctions pour tous les membres de l’Union

L’Allemagne a su imposer au tout début du mois de juillet, par l’intermédiaire de son agent Olli Rehn, commissaire aux Affaires économiques, que les sanctions envers les pays jugés trop laxistes en matière de finances publiques soient imposées, non pas aux seuls pays de la zone euro mais à l’ensemble des 27 pays membres de l’Union européenne.(1)

Ces sanctions prendront effet sous forme de suppression de fonds structurels, principalement les aides à l’agriculture et à la pêche, lorsque le pays contrevenant ne rentrera pas dans les clous après une première phase d’avertissement.

La France ne s’est nullement opposée à cette décision. Pire encore, le même jour, Nicolas Sarkozy, en visite en Aveyron sur le thème de l’agriculture de montagne, promettait qu’une somme de 350 millions d’euros allait être « sanctuarisée » dans le budget 2011 pour aider les jeunes agriculteurs à s’installer.(2) « Vous voyez, je m’investis beaucoup sur le dossier de l’agriculture », avait-il encore indiqué à la presse ce jour-là, alors qu’au même moment, à Bruxelles, on décidait de faire payer l’endettement des États aux agriculteurs.

Un « Pôle carolingien »

Malgré les désaccords de façade, Nicolas Sarkozy est, avec Angela Merkel, à l’avant-garde de ce que l’on pourrait appeler le « Pôle Carolingien » d’une union fédérale de la France et de l’Allemagne devant constituer, ensemble, l’armature intérieure d’une Europe inféodée à l’ordre mondial. Si le ralliement de la France à la doctrine mondialiste est récent, du moins dans sa phase décisive, l’ancrage de l’Allemagne, principal pays allié des États-Unis en Europe depuis 1945, est plus profond, et c’est le ministre des Affaires étrangères Joshka Fischer qui avait, en quelque sorte, ouvert le bal, lors de son discours à l’Université de Humboldt, le 12 mai 2000, relayé quelques jours après par son prédécesseur, Hans Dietrich Gensher, ministre des Affaires étrangère allemand, dans Le Figaro du 20 mai suivant : « L’intention de Joshka Fischer est maintenant de renforcer l’Union européenne dans la perspective de son élargissement. Il s’agit d’en faire un acteur efficace du Nouvel ordre mondial… » Puis encore, comme pour enfoncer le clou, Wolfghang Schäuble, ex patron de la CDU, dans Le Monde du 22 mai de la même année : « Au monde bipolaire de la guerre froide s’est substitué un monde multipolaire. Les États-Unis, la Russie, la Chine et, à quelques distances, le Japon, y ont déjà pris place. L’Inde va entrer dans le club. Il ne faut pas que l’Europe soit en reste. À ses débuts, le nouveau gouvernement allemand avait laissé un peu en friche le terrain de la politique étrangère. Ce plan Fisher lui restitue un visage européen sur l’arrière plan de la mondialisation. »

Concept mondialiste

La doctrine stratégique « globale » des États-Unis avait été élaborée une vingtaine d’années auparavant. Il est clairement énoncé dans le nouveau concept étasunien de « stratégie nationale de sécurité » dont le contenu fut révélé dans un article du New York Times du 8 mars 1992, qui mentionnait pour la première fois le Defense Planning Guidance du Pentagone, élaboré en liaison avec le Conseil national de la sécurité (NSA), plus haute instance américaine de sécurité et de politique internationale. On y apprend que les États-Unis doivent « tout faire pour dissuader d’éventuels rivaux, parmi les pays avancés et industrialisés, de défier notre domination, ne serait-ce que d’aspirer à un rôle plus grand à l’échelle mondiale ou régionale (…) La mission des États-unis sera de s’assurer qu’il ne soit permis a aucune puissance rivale d’émerger en Europe occidentale, en Asie ou sur le territoire russe. »(3) Il s’agit ni plus ni moins d’empêcher par n’importe quel moyen l’Europe et le Japon,“alliés” relativement dociles, ainsi que la Russie affaiblie mais encore redoutable, de relever la tête et de porter, un jour, ombrage au nouvel ordre mondial politique et économique imposé par Washington.

Ce document rend inutile tout commentaire, éclairant de lui-même les intentions étasuniennes, dont la nature même est d’ordre conspirative. Mais nous aurions néanmoins tort de désespérer, car aucune situation, aussi perdue qu’elle puisse paraître, n’est jamais complètement fermée. C’est la faille salvatrice qu’il nous faut désormais trouver pour opposer un Nouveau monde à ce Nouvel ordre mondial.

Clovis CASADUE, pour la revue FLASH

Publié  sur Mecanopolis, avec l’aimable autorisation de Jean-Emile Néaumet, directeur de la rédaction.

Télécharger l’article de la revue au format PDF

Reproduction libre avec indication des sources

Notes :


(1) Le Figaro du 1er juillet 2010

(2) AFP, le 1er juillet 2010

(3) Cité par Alexandre Del Valle, dans Guerre contre l’Europe, Syrtres, 2000

44 UNE FLASH

 

http://www.mecanopolis.org/?p=18688