Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2015

Erdogan a tiré un "missile air-air" sur 4 secteurs de l'économie turque

Allez t'inquiète pas, va, quand la Russie, légitimement sanctionne les terroristes, comme toi, Erdogan, les USA, l'UE et la France continueront à t'aider à financer le terrorisme au Moyen Orient, au profit d'Israël et des Banksters US/Sionistes !

Ils ont besoin de toi pour leur permettre de faire régner la terreur dans les pays du Moyen Orient, pour faire des millions de réfugiés parmi lesquels, tu nous enverras bien quelques terroristes pour faire exploser ces pauvres imbéciles d'Européens qui paient pour vos crimes !

Et puis les sionistes seront contents, car grâce à toi, ils pourront créer le Grand Israël et le Grand Moyen Orient ! Et dans cet objectif, ils ne peuvent pas s'allier à la Russie, sans renoncer à leurs projets machiavéliques  !

Erdogan a tiré un "missile air-air" sur 4 secteurs de l'économie turque

Le président turc Recep Tayyip Erdogan

La décision d'abattre le bombardier russe Su-24 prise par la Turquie ne tardera pas à frapper quatre secteurs de l'économie turque, a estimé Alexeï Pouchkov, chef du comité des Affaires étrangères de la Douma (chambre basse du parlement russe).

Commentant les mesures de rétorsion annoncées hier par le président russe en réponse à l'attaque contre le bombardier Su-24, Alexeï Pouchkov a fait remarquer que l'attaque n'était qu'un coup porté à l'économie de la Turquie.

Premièrement, c'est le secteur du tourisme qui va en pâtir, car les Russes rapportaient, annuellement, entre 3,5 et 4 milliards de dollars à l'industrie touristique turque, ce qui représente de 12% à 18% du volume total du secteur du tourisme du pays, a précisé le chef du comité.

Ensuite, la décision nuira aux entreprises turques qui travaillaient en Russie. Selon M. Pouchkov, le montant total de leurs profits s'élèverait à 50 milliards de roubles (environ 767 millions d'euros) l'année prochaine.

Troisièmement, la situation actuelle ne tardera pas à se répercuter sur les groupes turcs spécialisés dans les exportations en Russie.

"Vu que, ces dernières années, les échanges commerciaux entre la Russie et la Turquie se chiffrent à quelques 30 milliards de dollars, une telle perte constituera à coup sûr un grave obstacle à l'exportation turque", explique M. Pouchkov. "Ils seront obligés de chercher de nouveaux marchés, et ces groupes ne les retrouveront pas tous", poursuit-il.

Finalement, les évènements de ces derniers temps auront pour conséquence de porter un coup dur au budget de l'Etat turc. La Turquie verra ses recettes des exportations fortement réduites ainsi que pour les entreprises turques qui travaillaient auparavant sur le marché russe et celles du secteur du tourisme", a souligné le député russe.

Le 28 novembre, le chef d'Etat russe Vladimir Poutine a signé un décret visant à renforcer la sécurité nationale et introduisant des mesures économiques contre la Turquie, après l'attaque du bombardier russe Su-24.

Selon le décret, les opérateurs touristiques ne seront plus autorisés à vendre des séjours en Turquie et les vols charters entre la Russie et la Turquie seront également interdits. De même, les mesures du Kremlin interdisent aux employeurs russes d'embaucher des citoyens turcs à partir du 1er janvier 2016 et ordonnent d'interdire ou de limiter l'activité des organisations turques en Russie. De surcroît, Vladimir Poutine a ordonné d'interdire ou de limiter les opérations économiques extérieures, prévoyant l'importation sur le territoire russe de certains produits provenant de la République turque selon une liste définie par le gouvernement de la Fédération de Russie.

Voir aussi :

La Turquie attend des actions démontrant plus de sang-froid de la part de la Russie, a commenté le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu aux sanctions que la Russie a imposé à Ankara après le crash du SU-24 russe, abattu par les forces turques.

 

Attention la France choisit ses amis (Arabie Saoudite)

Avec le Quatar et l'Arabie Saoudite qui financent le terrorisme avec la France en Syrie et en Irak, entre-autres, nous sommes biens servis !

Attention, à l'heure où elle se déclare isolée sur sa "position morale", visant à faire tomber à tout prix le régime syrien, la France sait choisir ses amis! Ou, comment le gouvernement français fait honte à ses compatriotes ! Sans autres commentaires, l'abomination est en vidéo.

 

Attention la France choisit ses amis (Arabie Saoudite)



La France arme El Nosra et Daech


 

Scandaleux ! La Turquie espère «une journée historique» dans son processus d'adhésion à l'Europe

La Turquie espère «une journée historique» dans son processus d'adhésion à l'Europe

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a salué dimanche une «journée historique» dans le processus d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, avant un sommet qui a lieu ce dimanche à Bruxelles entre les 28 membres de l'UE et son pays pour faire face à la crise migratoire.

Pour le Premier ministre, ce sommet est «le début d'un nouveau processus» entre l'Union européenne et la Turquie. Il a même évoqué «une journée historique pour notre processus d'adhésion à l'UE». 

Les 28 ont rendez-vous avec la Turquie pour régler une partie de la crise migratoire qui secoue l'Europe depuis plusieurs mois. Ce sommet devrait déboucher dans la soirée sur la promesse d'un fonds de 3 milliards d'euros pour Ankara, afin de freiner le flux des réfugiés vers l'Europe. Toutefois, le Premier ministre turc a estimé que la Turquie, qui accueille sur son sol 2,2 millions de réfugiés syriens, «ne doit pas porter seule le problème migratoire».

  En contrepartie de l'effort turc, les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE, au point mort, devraient être relancée. «Le seul fait qu'un tel sommet est organisé avec la Turquie après un intervalle de 11 ans est un développement majeur pour nous», s'est félicitée auprès de l'AFP une source gouvernementale turque.
 

L’OTAN cheval de Troie de l’Etat islamique

28/11/2015

Un deal Merkel-Erdogan: arrêt de mort pour l'Europe?

Encore une preuve que l'UE finance le terrorisme au Moyen-Orient !

Ils n'ont pas été mis au courant de l'avion russe abattu ni que Poutine a dénoncé Erdogan, dans les trafic de pétrole avec l'EI ?

Au lieu de demander une enquête internationale pour voir où sont les vrais faits et les responsabilités, il faut mieux aller remercier Erdogan avec l'argent des contribuables européens !

On va les mettre dehors quand tous ces terroristes que nous avons à la tête de l'UE et dans nos gouvernements ?

Un deal Merkel-Erdogan: arrêt de mort pour l'Europe?

Angela Merkel

Les chefs européens se rendront, ce dimanche, en Turquie pour discuter affaires: des milliards d'euros en échange du règlement de la crise migratoire. Une UE impuissante convoite un règlement rapide et voit en Recep Erdogan un sauveteur. Pourtant, c'est une grande illusion, selon Deutsche Wirtschafts Nachrichten.

Or il semble que les faits concernant la coopération turque avec Daech suffisent largement pour rendre la rencontre des chefs des pays-membres de l'UE avec le président turc Recep Tayyip Erdogan impossible, fait remarquer le journal allemand Deutsche Wirtschafts Nachrichten. Pourtant, la chancelière allemande Angela Merkel montre de plus en plus sa bienveillance à l'égard d'Ankara, bien que cette affaire soit déjà profitable pour M.Erdogan. Outre l'argent du contribuable européen, il aura un énorme bonus: le silence de la chancelière allemande sur tous les thèmes embarrassants. 

Plus de questions embarrassantes

Ainsi, le président pourra éviter les questions sur les raisons des frappes sur l'avion russe, ce qui a exacerbé la colère dans le monde. Il ne sera pas non plus obligé de s'expliquer sur les liens qu'entretient sa famille avec Daech et son financement, ni sur ce qui est arrivé aux journalistes qui avaient découvert la coopération d'Ankara avec Daech. Personne ne se posera plus la question de savoir sur quels fondements la Turquie demande de l'accueillir au sein de l'UE. Et, ce qui est le plus important, personne ne se souciera de savoir si les milliards de l'UE seront bien destinés aux besoins des refugiés, explique l'auteur de l'article. 

Mme Merkel ne peut pas garantir que son deal avec M. Erdogan, compte tenu de toutes ses relations opaques avec les djihadistes, ne transformera pas les citoyens européens l'ignorant en sponsors indirectes de Daech. L'accord avec Ankara, s'il a lieu, signera l'arrêt de mort de toutes ces personnes qui pourraient souffrir d'une nouvelle résurgence du terrorisme, déplore Deutsche Wirtschafts Nachrichten. Voilà pourquoi Angela Merkel doit éviter cette faute avant qu'il ne soit trop tard, conclut l'auteur.

Le 18 octobre, Mme Merkel s'était déjà rendue à Istanbul, où elle s'est entretenue sur la crise migratoire avec Recep Tayyip Erdogan et le premier ministre Ahmet Davutoglu. Selon le plan rendu public après le sommet, la Turquie devrait jouer un des rôles principaux dans la résolution de la crise migratoire.